Navigation – Plan du site
Lire

Catherine Rollet, Les carnets de santé des enfants

La Dispute, Collection « Corps Santé Société », Paris 2008
Christiane Rolle
Référence(s) :

Catherine Rollet, Les carnets de santé des enfants, La Dispute, Collection « Corps Santé Société », Paris 2008

Texte intégral

1D’emblée, Catherine Rollet fait part des doutes que lui a inspirés longtemps le choix de son objet d’investigation, un objet à première vue fort modeste. Le projet d’explorer l’histoire ducarnet de santé des enfants lui serait venu d’une rencontre, « une femme née avant la Grande Guerre nous montra son propre carnet de santé : elle nous donna l’idée d’aller chercher les origines de ce petit document qui garde la trace du parcours de santé de chaque enfant… ». Une idée qui aurait pu ne pas aboutir à la recherche finalement réalisée, tant ce carnet de santé est un objet fugace. On le constate bientôt, on ne le rencontre que de façon aléatoire car il n’est conservé que dans des archives familiales d’où il n’avait pas vocation à sortir. Avant même de traiter l’archive, il faut la traquer pour la constituer. Invité à suivre cette traque, le lecteur est amené au plus près de cette source écrite, pris à témoin de sa fragilité et des formes disparates sous lesquelles elle se présente. Il découvre chemin faisant que cette quête permet d’établir des savoirs renouvelés sur les pratiques familiales relatives à la petite enfance. Des savoirs par lesquels l’auteur nous fait accéder de façon originale à l’évolution des connaissances et des pratiques médicales ainsi qu’aux développements des politiques de santé publique.

2Le mode d’exposition de cet ouvrage, servi par une écriture précise et fluide, provoque un réel plaisir de lecture. La recherche n’en respecte pas moins des formes tout à fait classiques : elle est construite dans une perspective historique longue, convoque des acteurs multiples, traite de manière approfondie des documents tant officieux (les carnets de santé, notamment) qu’officiels (lorsque la santé des enfants donne lieu à débats en vue de politiques publiques). Grâce à son expérience de recherche, l’auteur est à même de mobiliser des connaissances approfondies sur l’histoire sanitaire, démographique et sociale ayant trait à la santé de la population et surtout à celle des enfants. En croisant des approches disciplinaires différentes, C. Rollet parvient à expliciter les changements qu’elle identifie comme importants.

3C’est l’objet d’étude qu’elle a choisi, le carnet de santé des enfants (Cdse), qui se révèle bientôt comme un instrument d’investigation décisif pour comprendre ces changements, car il ouvre l’accès au milieu familial et permet de les observer à ce niveau. Cette incursion dans l’intimité des foyers permet d’observer à quelles conditions y pénètrent les façons de faire et les façons de voir recommandées par les autorités sanitaires et éducatives. En fin de compte, c’est bien du mouvement réel de diffusion des innovations médicales, sanitaires, éducatives que traite d’abord ce livre. On y découvre les moyens par lesquels le corps médical a usé de son influence pour agir sur l’esprit des parents, infléchir leurs pratiques, rendre effectives les connaissances des praticiens. Certaines de ces pratiques n’ont eu qu’une vie éphémère, tandis que d’autres, comme la pesée, ont été durables.

4Le Cdse a été lui-même une des pratiques par lesquelles s’est transformée l’action sanitaire et éducative. On le découvre grâce à l’analyse détaillée d’un échantillon restreint de carnets aux contenus particulièrement riches et par des comparaisons menées sur un échantillon plus ample de ces documents. Inciter les parents à enregistrer de manière suivie des actions et des interactions dont l’enfant est le centre, transforme en effet les regards qu’ils portent sur lui. Ce changement de regard est fabriqué par un réglage procédural puisque l’enregistrement chronologique des soins et des observations maternelles et médicales institue l’enfant en tant qu’être en devenir dont on écrit l’histoire. Cette conception provient d’abord du médecin pour lequel on note au jour le jour les maladies, ou même des événements quotidiens plus anodins. Étendue aux aspects non strictement médicaux, grâce aux notations maternelles, la méthode enrichit la vision longitudinale du développement de l’enfant, et ceci dès le premier jour. Mais le Cdse est plus disert encore et C. Rollet sait le faire parler. Le carnet reçoit les écrits de tous ceux qui s’affairent autour du nourrisson, des parents, au premier chef les mères, des médecins et éventuellement d’autres personnes ayant leur mot à dire. En principe, chacun note ce que sa fonctioncommande, mais l’écriture à plusieurs dévoile d’inévitables interactions entre elles. Ces intervenants nouent des relations de subordination, d’appui, d’assistance réciproque, mais aussi de méfiance ou de rivalités. Comme s’occuper d’un nourrisson suppose des apprentissages, fussent-ils intra familiaux, la recherche montre au plus près des actes et des affects quotidiens comment ces expériences bousculent bien des routines transmises au sein des familles. L’existence du carnet incite d’ailleurs chacun à vouloir perfectionner ses façons de faire et à rechercher les innovations qui l’y aideraient. Les comportements nouveaux, qui prennent la place des habitudes traditionnelles, sont instables et ne doivent pas tout aux connaissances médicales. Rumeurs, traditions et savoirs médicaux se concurrencent ou se complètent selon des ajustements sociaux divers. Les Cdse sont bien un des moyens d’observer les transformations des relations entre les médecins et les parents et de constater que la transmission du savoir médical est souvent plus aléatoire qu’on ne le penserait. Il reste que, la recherche l’établit, le Cdse a été, et pourrait rester, un outil de transformation du comportement parental. Non seulement il contient des directives qui en font explicitement un outil de formation des parents, mais encore il agit implicitement sur eux en suscitant l’enregistrement écrit, donc l’observation continue du développement du nouveau-né.

5Tout au long de la période de 150 ans parcourue par l’enquête, on observe à quel point la mortalité des nouveaux nés, ravageuse au XIXe siècle, a nourri l’angoisse des parents. Le Cdse a été inventé dans les années 1860 par un médecin (le Dr. Fonsagrives) qui cherchait à réduire ce fléau. Son projet était de se faire seconder par les mères « les mieux instruites ». Il incomberait à ces femmes d’assurer une surveillance assidue de l’enfant, d’administrer des soins conformes aux directives du médecin et de transcrire ce suivi constant. D’une certaine manière « l’invention de la [médecine] clinique » atteignait les foyers, les mères devenant des auxiliaires médicales. Étudiant ce moment si révélateur d’une création d’un travail maternel « compétent », C. Rollet y discerne une double transformation du rôle des mères. D’un côté, les médecins prirent un véritable ascendant le temps et le comportement de ces femmes, – astreintes à une surveillance continue de l’enfant qu’elles devaient soigner selon des directives précise –, mais d’un autre côté, ces collaboratrices du médecin devenaient des coopératrices, faisant preuve d’une créativité propre. C’est du moins ainsi que C. Rollet interprète la véritable entreprise d’écriture que certaines de ces femmes ont menée très avant, car elle y retrouve, en même temps qu’une histoire de l’enfant, plusieurs des caractéristiques d’une « écriture de soi ». L’étude de ces textes, qui est l’un des plaisirs de lecture que procure cet ouvrage, met au jour ce qu’ont vécu les familles qui participaient à l’expérience du carnet de santé. Les utilisatrices les plus assidues du carnet de santé dessinent une image de mères informées, compétentes et s’autorisant à exprimer le plaisir éprouvé à s’occuper des tout petits. Ces carnets « de l’enfant », qui ne se confondent pas avec une écriture strictement intime, élèvent à une nouvelle dignité un travail maternel assumé dès le premier jour et font droit à l’expression intellectualisée et magnifiée d’affects à l’égard des tout petits. Très orientée par la conception des Cdse eux-mêmes, cette « écriture de soi » les déborde donc. Les rôles tenus par les femmes dans les foyers se sont transformés. Les familles qui ont laissé les carnets les plus explicites montrent, aux diverses périodes que l’enquête a permis d’étudier, des mères – rarement des pères – devenant expertes en bien des matières, que ce soit la pédagogie, la nutrition, bref, le développement physique et moral de l’enfant. Les femmes les plus engagées dans ces fonctions y consacraient une part majeure de leur temps et de leurs affects. Ayant acquis une certaine compétence, elles n’étaient pas en conséquence enclines à partager véritablement avec d’autres personnes les positions qu’elles avaient acquises.

6Ce plan rapproché sur l’activité maternelle, au moment où elle commençait à être remodelée par les directives médicales, n’épuise pas la série des changements dont l’auteur a su faire comprendre la genèse. Le lecteur les découvrira. Ne passons pas toutefois sous silence ce que cette recherche doit à une prise en compte attentive des temporalités. Une perspective conçue sur longue durée organise les hypothèses, la recherche des sources, leur interprétation et se retrouve dans la construction chronologique de l’ouvrage. La conclusion a d’ailleurs pour titre « Une histoire longue ». Des temporalités plus courtes sont cependant requises lorsqu’il s’agit de traiter ce que l’on peut considérer comme des moments remarquables, voire des tournants dans cette longue histoire. Le premier chapitre consacré à l’invention du carnet en est un exemple, tout comme celui qui concerne les initiatives multiples prises sous la Troisième République (Chap. II), ou encore celui où l’on étudie la période de l’occupation pendant laquelle s’exprime la tentation eugéniste (Chap. V)… Des temporalités propres aux acteurs sont à leur tour traitées en tant que telles. C’est ainsi que des analyses des documents les plus riches combinent des éléments de la biographie de leurs auteurs, des informations sur les temporalités familiales, et font ressortir « l’esprit du temps ». Le chapitre III « Écritures de mères » trace, à partir de textes personnels, de brefs tableaux schématisant des façons de faire une famille et d’élever un enfant aux époques concernées.

7Les registres temporels différents, permis par le grand nombre de sources exploitées, sont mis à profit pour établir des logiques d’acteurs et de situations. On constate le fait que la « longue histoire » des Cdse est aussi une histoire des disparitions et des retours de ces carnets ainsi que celle des échecs à en généraliser l’usage. Dans les deux derniers chapitres de son ouvrage, qui traitent de l’actualité et de l’avenir des Cdse, l’auteur plaide de façon convaincante pour que l’histoire future des carnets soit plus favorable qu’elle ne l’a été naguère. De toute évidence, la recherche le montre, le développement des carnets de santé a rencontré des obstacles. Des pistes sont ouvertes pour les identifier. C. Rollet ne manque pas de considérer les transformations des investissements parentaux en raison du temps que les mères consacrent désormais à leur vie professionnelle. Elle rappelle aussi qu’il y a eu, à toutes les périodes, des médecins réticents à inscrire sur des carnets détenus par les familles des actes ou des diagnostics dont ils étaient les auteurs. Elle établit encore que l’intervention des pouvoirs publics n’a cessé de donner lieu à des débats inaboutis. Ces trois observations indiquent bien que le sort des Cdse dépend des transformations sociales qui concernent les ménages, les médecins et tout autant des décisions politiques. Le rôle de l’action publique peut sembler mineur pour peu que l’on réserve son attention à l’intimité familiale. Il devient très apparent dans le livre s’agissant d’enfants mis en nourrice, qu’ils soient ou non sans famille. On y apprend qu’une loi a institué des carnets de nourrice après la guerre de 1870. Ces carnets établissaient un lien entre les nourrices, les médecins, les familles et des médecins inspecteurs. Avec ces documents écrits on compensait les effets de la multiplication des acteurs et de leur dispersion en plusieurs lieux. Ces carnets donnaient par la même occasion un moyen de surveiller la conduite des nourrices. N’est ce pas la menace d’une surveillance de même ordre qui ferait échec aujourd’hui encore aux projets de généralisation du carnet de santé à tous les enfants ? « L’état des mœurs » concernant l’intimité familiale et la protection « du secret médical », ne pèsent-ils pas d’un grand poids pour contrarier un mouvement continu vers la mise au point d’un Cdse utile à tous ? Ce sont du moins les expressions qu’emploient jusqu’à aujourd’hui les porte-parole de familles et de médecins qui jugent ces démarches intrusives. Le livre suggère bien d’autres réflexions encore. Lorsqu’il décrit les enfants placés, ou la particularité des liens que les médecins ont su nouer dès le XIXe siècle avec les mères instruites, il conduit son lecteur à se demander si la santé des très jeunes enfants n’est pas, comme l’instruction des enfants plus grands, affaire de ce que l’on appelle la distinction sociale. On en viendrait ainsi à vouloir poursuivre la réflexion sur les conditions, notamment institutionnelles, grâce auxquelles l’usage des Cdse deviendrait plus facile à généraliser ou d’autres conditions à réunir pour qu’ils contribuent davantage réduire les effets d’inégalités sociales qui s’affirment dès la première période de l’enfance. L’ouvrage rappelle d’ailleurs combien, tout au long de cette histoire, des efforts ont été déployés afin d’associer les Cdse à des politiques destinées au bon développement des enfants.

8C’est par le choix de cet objet improbable, le carnet de santé des enfants, que Catherine Rollet découvre des aspects de la vie familiales habituellement inexplorés. L’enquête qui en résulte ne fait pas seulement découvrir une histoire ignorée, elle en révèle l’importance, soulève des questions variées, parfois inattendues. Inspirée par un savoir d’historienne et de démographe cette recherche aboutit à un ouvrage de sociologie non seulement particulièrement riche, mais encore tout à fait original.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christiane Rolle, « Catherine Rollet, Les carnets de santé des enfants », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 28 septembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1009

Haut de page

Auteur

Christiane Rolle

Laboratoire Printemps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page