Navigation – Plan du site

Le mobile professionnel : un outil de conciliation ou de confinement dans la charge du care pour les femmes cadres ?

Given female executives’ care obligations, are their professional mobile phones instruments of reconciliation or confinement?
Catherine Lejealle

Résumés

Obligatoire, le mobile professionnel transforme tout en urgence et constitue pour les cadres une source de stress car son intégration n’est pas prévue dans les processus de travail. De plus, il constitue pour les cadres hommes et femmes en charge de famille une porte ouverte à toutes les sollicitations d’ordre privé (crèche, maison de retraite des parents) sur leur lieu de travail. La charge du care incombant davantage aux femmes, le mobile constitue pour elles un risque alors que les appels privés valorisent au contraire les hommes, quel que soit leur statut familial.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Philosophes, sociologues, ethnologues ou gestionnaires se sont de longue date emparés de la notion de temps, notamment pour montrer (Hall, 1971) qu’il existe un temps monochrone par opposition à un temps polychrone, que ces deux concepts seraient en partie à la base de l’organisation des sociétés occidentales et orientales et que, dès lors, il s’avère difficile de vouloir imposer un changement de modalité à des individus (Grossin, 1974). Le temps est en effet fondamentalement structurant dans l’organisation sociale, non seulement par comparaison entre différentes cultures mais au sein d’un même pays, entre classes sociales et entre genres. De fait, le temps a toujours été un enjeu social : la possibilité d’en disposer et la façon de l’occuper étant une manière d’afficher sa position sur l’échiquier social. Thorstein Veblen (1899, [1978]) souligne par exemple l’opposition existant au XIXe siècle, entre une aristocratie oisive faisant étalage d’un loisir ostentatoire et une bourgeoisie industrieuse devant être aux commandes de l’industrie capitaliste qui se développait. Dans les années soixante, Pierre Bourdieu (1979) s’est illustré par la théorie de la reproduction des inégalités sociales en montrant que les pratiques culturelles des Français (littérature, musique, sorties…) suivent une régularité sociale. En résumant brièvement son propos, les classes supérieures écoutent de la musique classique, les classes moyennes du jazz et les classes populaires de l’accordéon. Cette approche a été amendée notamment par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989) qui analysent les cultures populaires et par Bernard Lahire (2004). Ce dernier montre qu’au moins à l’échelle micro-sociale, il existe des profils dissonants, tant dans les classes supérieures, moyennes que populaires. Cependant, comme le montrent régulièrement les grandes enquêtes INSEE conduites par Olivier Donnat (2003, 1998) sur les pratiques culturelles des Français, au niveau macro-social en tout cas, le clivage entre loisirs légitimes et loisirs culturellement peu valorisés reste vrai. Plus généralement, la manière d’occuper son temps libre est étroitement liée à la PCS (Profession et Catégorie Sociale) puisque la télévision reste le loisir du pauvre, c’est-à-dire celui des classes populaires.

2Entre genres également, la moindre disponibilité temporelle des femmes conduit à d’autres façons d’occuper le temps libre : les enquêtes INSEE sur les emplois du temps et le partage des tâches au sein du couple et plus généralement de la famille montrent que, quelle que soit leur appartenance en terme de PCS, les femmes, à la fois chargées des tâches ménagères au foyer et responsables par défaut à prévenir en cas d’urgence par la crèche ou la maison de retraite de parents âgés, assument plus que les hommes la fonction care, c’est-à-dire du temps domestique et du soin aux personnes. L’enquête réalisée dans le cadre d’un Comité de pilotage comprenant la DARES et le Service des Droits des Femmes par le Groupe Division Familiale du Travail de MATISSE (Unité Mixte de Recherche du CNRS et de l’Université Paris I) permet de quantifier le temps parental. D’une durée moyenne effective de dix-neuf heures et trente sept minutes par individu et par semaine, si on lui ajoute les temps alloués en moyenne aux différents types de tâches parentales, il atteint une durée hebdomadaire totale de trente neuf heures et dix-huit minutes. Ces chercheurs observent que dans les couples avec enfants, pour un temps de travail presque équivalent, les femmes font plus du double d’heures parentales que leur conjoint. Dans les familles monoparentales, le parent gardien en a la charge entière, ce qui pénalise autant les hommes que les femmes sur le plan du temps professionnel. Ces données sont conformes à celles de l’étude ERFI des relations familiales et intergénérationnelles de l’INED.

3Cette division sexuée du care se traduit également par une asymétrie des usages du téléphone fixe au domicile car les femmes servent de gestionnaire, standardiste, pivot et relais au sein du foyer. Il paraît alors intéressant de se demander si cette asymétrie se transpose sur le téléphone portable (ci-après mobile), en particulier dans l’environnement professionnel, où, comme le montrent les études d’usages du mobile en sociologie du travail, cet outil modifie la dialectique présence et absence et estompe la frontière entre vie privée et vie professionnelle. L’identité privée des femmes s’invite-t-elle plus largement sur le lieu de travail ?

4S’intéresser à l’environnement professionnel est particulièrement pertinent dans la mesure où parler de temps libre pour sa vie privée (pratiques culturelles, charge du care) n’a de sens qu’au regard de son pendant, le temps de travail, temps a priori assujetti et non libre. Or, dans le contexte professionnel, les données sont également modifiées avec l’arrivée des trente cinq heures qui sont appliquées différemment aux employés et aux ouvriers qu’aux cadres supérieurs non dirigeants (ci-après cadres). En effet, alors que les trente cinq heures (ou trente deux selon les accords sectoriels ou d’entreprise et hors hôtellerie) sont aujourd’hui la règle pour quasiment tous les salariés PCS inférieures et moyennes, les cadres sont soumis à un régime de deux cents vingt jours par an environ (aux accords d’entreprises près) mais sans limites de temps pour une journée travaillée (Pichon, 2008). Responsable d’une mission, le cadre doit décider par lui-même des moyens à déployer pour y arriver et donc de la limite où s’arrête sa journée de travail. L’arrivée d’outils de télétravail rend les notions de durées, rythmes et horaires de travail encore plus fluctuantes pour le cadre : quel statut faut-il attribuer au temps passé à consulter depuis son domicile, au cours du week-end un courriel professionnel ? Inversement, doit-on décompter du temps de travail le courriel personnel envoyé du lieu de travail avec les outils de travail ? Les modifications récentes de ces lois n’étant pas encore intervenues au moment de nos études, nous nous plaçons dans le contexte des trente cinq heures mais les nombreuses batailles autour de ce changement de paradigme (« travailler plus pour gagner plus ») montrent combien le temps est un enjeu social et traditionnellement un moyen d’action social qui permet d’asseoir son autorité et de montrer son pouvoir sur un subordonné1.

5C’est dans ce contexte qu’arrive le mobile dans l’entreprise. Aujourd’hui adopté par quarante-neuf millions d’abonnés en France, soit 77%2 des Français âgés de plus de quinze ans et 86% des cadres3. Permettant de s’affranchir des distances et de réaliser le rêve d’ubiquité, il estompe les frontières spatio-temporelles, faisant surgir le contexte lointain dans le proche. Le mobile permet d’entrelacer des usages de la sphère privée et de la sphère professionnelle, demandant à chacun d’inventer son processus d’appropriation pour éviter les conflits avec les tiers présents (collègues, clients…) ne participant pas à l’appel et minimiser le stress généré. Il permet alors potentiellement l’irruption de dimensions privées de l’identité du salarié sur le lieu de travail et pendant le temps de travail. Si ces dimensions étaient déjà prises en compte par l’employeur puisque les congés de maternité et de paternité ont des modalités et des durées différentes, le mobile les rend encore plus présentes au quotidien. Nous avons cherché à observer comment se traduit sur le terrain la possibilité offerte par le mobile de laisser la porte ouverte à une sollicitation permanente des dimensions privées de l’identité de la femme. Quel impact cet outil a-t-il éventuellement sur la différence entre genres en matière de gestion du care pendant le temps de travail et sur le lieu de travail ?

6Pour y répondre, nous avons conduit une enquête qualitative au niveau micro-individuel auprès de cadres supérieurs français en équipartition homme/femme. Cent vingt cadres français âgés de vingt-cinq à cinquante-trois ans ont été interrogés. Quatre-vingt résident et travaillent en Ile-de-France et quarante en Bretagne4. Tous sont équipés d’un mobile fourni ou pris en charge financièrement par l’employeur. Sur le plan méthodologique, la démarche est inductive, avec observation ethnographique in situ : entretiens qualitatifs compréhensifs en face-à-face, prise de photographies sur le lieu de travail, observation du poste de travail complet (décoration du bureau, personnalisation des outils de travail dont l’ordinateur).

2. Des usages professionnels du mobile professionnel identiques pour les deux genres

7L’enquête sur les cadres concerne exclusivement des salariés équipés d’un mobile pris en charge financièrement par l’employeur. Ceci lui confère un statut d’outil professionnel, qu’il y ait de réels usages professionnels ou qu’il soit exclusivement statutaire. Les différences de taux d’équipement sont davantage sectorielles et culturelles que liées au genre : les cadres de la grande distribution ou du secteur public sont moins équipés que les cadres travaillant dans les nouvelles technologies ou dans des entreprises anglo-saxonnes. De plus, au sein d’une même entreprise, la politique d’équipement est associée à un niveau de management et non au genre. La variable genre se répercute sur l’équipement puisque les femmes cadres ont du mal à percer le plafond de verre (Maitland, Wittenberg-Cox, 2008) et sont numériquement moins nombreuses parmi les cadres dirigeants et donc moins nombreuses parmi les cadres équipés. Enfin, des sociologues (Laufer, 2003) ont montré que les femmes cadres occupent davantage de postes fonctionnels que hiérarchiques, c’est-à-dire des postes à expertise pour lesquels elles sont plus souvent directement sollicitées (notamment sur le mobile) que leurs homologues exerçant des postes de management. Ces différences de nature de tâches induisent des usages professionnels différents en terme de quantité d’appels émis et reçus mais aussi de palette de correspondants susceptibles de les joindre directement : collègue en interne, client, fournisseur, partenaire d’affaires (banquier, revendeur, sous-traitant). Ainsi, à travers l’asymétrie des responsabilités exercées, la question du genre se répercute au niveau des usages professionnels mais, à secteur et responsabilité identiques, les usages professionnels des femmes et des hommes sont comparables.

8Les indicateurs objectifs et quantifiables comme le montant de la facture et le relevé détaillé des appels montrent que la durée des appels privés émis est voisine chez les hommes et les femmes cadres. Ce montant fait d’ailleurs peu l’objet de remarques ou de remontrances, les cadres étant dans une logique du donnant-donnant. Les cas de litiges s’inscrivent dans une relation conflictuelle générale que cristallise le mobile. La répartition entre appels professionnels et appels personnels n’est pas calculée par l’employeur qui n’en fait pas, sauf exception déjà citée d’un climat globalement conflictuel, un outil de contrôle. De manière plus générale, l’enquête montre que le mobile professionnel modifie peu le lien hiérarchique mais qu’il impacte beaucoup le lien entre pairs. En effet, la stigmatisation des gros consommateurs vient des pairs qui, sans preuve tangible, n’ayant pas accès au montant réel de la facture, n’hésitent pas à bâtir des réputations de bavardes à certaines collègues et font de cet outil une arme ostracisante. Ainsi, les femmes apparaissent dans les représentations sociales comme plus consommatrices que les hommes alors que la réalité des factures ne montre pas de différence de genre.

3. Une personnalisation du mobile professionnel différente selon les genres ?  

9On l’aura compris, la différence de genres5 se retrouve essentiellement dans les usages privés du mobile professionnel. L’asymétrie observée sur le téléphone fixe du domicile se transpose sur le mobile, la femme-épouse-mère-fille-sœur conservant son rôle de standardiste et de relais au sein de la famille. De plus, le mobile permettant de la joindre elle et personne d’autre, n’importe où, n’importe quand, sans savoir dans quel contexte elle se trouve (en réunion, en mobilité, à la cantine, en bureau paysager ou disponible) apparaît comme une aubaine pour les nombreux correspondants pour qui elle est le point de passage incontournable. Comme le dit l’une d’elles, en couple, mère d’un enfant de sept ans : « La présomption de culpabilité d’en profiter pour appeler la famille et les copines pèse toujours sur nous les femmes cadres car les femmes sont bavardes, c’est bien connu, donc je dois trouver des combines pour rester un cadre comme les autres et lutter contre les appels de logistique personnelle au travail qui parasitent toujours les femmes6. »

10Mais le clivage réel est plus subtil que la simple différence de genres que les représentations sociales laisseraient supposer. On distingue in fine deux situations selon que le cadre soit en charge d’enfants ou/et de parents âgés nécessitant des soins. La première que l’on appelle dans la suite les cadres en charge de proches correspond à celle de la femme en couple avec enfants, à la femme divorcée avec enfants, à la femme ou à l’homme en charge de parents âgés et au père gardien en charge d’enfants une semaine sur deux. Si l’âge des enfants est important pour chiffrer le temps parental et le coût (le temps diminue avec l’âge des enfants alors que le coût augmente), il n’a que peu d’influence en matière d’usages privés du mobile car il faut dans tous les cas gérer la logistique et assurer un soutien moral. Certes, la forme du care change mais les adolescents ou jeunes adultes ne sont pas moins générateurs d’appels entrants que les enfants en bas âge. Au contraire, les adolescents sont munis de leur propre mobile mais ne sont pas convoyés si bien le parent gardien doit parfois s’adapter de façon impromptue à des modifications d’organisation. Il doit alors chercher l’un après son entraînement de sport, réconforter l’autre de son chagrin amoureux ou de ses questions existentielles sur son orientation scolaire. Ces appels remplacent ceux de la crèche comme le rendez-vous chez l’orthodontiste remplace celui chez le pédiatre. Comme dans l’enquête MATISSE, nous constatons qu’en matière de gestion du mobile, les pères gardiens sont logés à la même enseigne que les femmes avec enfants, en couple ou divorcées. Mais s’ils doivent assumer seuls ce plein temps parental, il les valorise auprès de leurs pairs alors qu’il pénalise les femmes, accusées de gérer leurs tâches domestiques au travail. Dans le climat de tensions qui règne actuellement chez les cadres, elles servent de bouc émissaire et sont fragilisées par de fausses accusations. La deuxième situation qu’on appelle les cadres sans charge correspond au cadre homme ou femme, célibataire ou en couple sans enfants, tous deux sans charge de parents âgés. Le mobile professionnel est un outil de travail comme un autre puisqu’ils peuvent facilement gérer le degré d’ingérence de la sphère privée, celle-ci étant plus aisément cloisonnable.

11Comment ces cadres en charge de proches font-ils face à cette menace de voir les dimensions privées de leur identité faire irruption sur leur lieu de travail ? Le choix d’acquérir un second mobile dédié aux usages personnels ou d’utiliser deux cartes SIM avec un seul mobile constitue deux arrangements possibles inventés par ces cadres. Si cette solution permet de cloisonner efficacement vie privée et vie professionnelle, elle est difficilement gérable au quotidien car lourde et coûteuse. Ainsi, la plupart des cadres en charge de proches conservent exclusivement le mobile professionnel fourni ou pris en charge par l’employeur et exploitent les fonctionnalités techniques avancées pour jongler entre les différentes dimensions de leur identité de la façon la plus invisible pour les tiers. En l’absence de chartes d’usages et de mode d’emploi officiels, les cadres avec charge de proches « bricolent et font au mieux » pour ne pas ternir leur image de cadre efficace. Trois catégories d’indicateurs permettent de décrire les processus d’appropriation. La première catégorie intitulée « Choix et personnalisation du mobile professionnel » concerne la personnalisation de l’outil à travers le paramétrage. Il s’agit de l’appropriation statique du mobile. La seconde « Les usages du mobile au quotidien et hors travail » aborde la vision dynamique de l’outil, c’est-à-dire la gestion courante des appels entrants et sortants pendant les heures de travail mais aussi hors de celles-ci et pendant les congés. À ces deux catégories qui concernent les schémas cognitifs (l’appropriation par le cerveau) s’ajoute celle intitulée « Les représentations, la place du corps et de l’imaginaire » qui balayent les aspects manuels et l’engagement corporel. Ces trois catégories qui se focalisent sur le mobile professionnel sont complétées par d’autres indicateurs se rapportant à l’identité au travail et à son espace de travail, que l’on regroupe sous l’appellation « La personnalisation du poste de travail et les activités extra-professionnelles avec l’entreprise ». Cette quatrième catégorie recense en effet l’appropriation d’autres outils de travail et d’autres pratiques qui impactent la frontière entre vie professionnelle et vie privée.

12Certains indicateurs comme le choix du code PIN ou du message d’accueil ne sont pas pertinents au regard de la problématique de la charge de proches. Hommes et femmes laissent le code PIN initial ou mettent un code lié à une date anniversaire issue de la sphère privée (l’année de leur mariage ou de naissance des enfants). Ce choix passe inaperçu des tiers et ne fait pas l’objet de remarques. Le choix du message d’accueil tant sur les postes fixes que mobiles est assez stéréotypé et également homogène pour les deux genres. Il est même parfois géré en central par les services informatiques si bien que tous les salariés, quel que soit leur genre ou leur degré de responsabilité ont le même. S’ils peuvent choisir leurs sonneries sur le mobile professionnel, celles-ci sont également très conformistes. En effet, s’ils veulent pouvoir reconnaître leur mobile parmi d’autres dans un bureau paysager parfois bruyant, ils estiment qu’on attend d’un cadre qu’il choisisse une sonnerie « neutre et peu exotique. Il faut que je puisse la reconnaître mais pas me faire remarquer. Finalement je n’ai rien de folichon. Rien de très typé, ni de très sonore ou de très reconnaissable. Plutôt discret et passe-partout. Neutre pour ne pas faire de vagues. Vous me verriez avec la voix du vainqueur de l’émission Star Academy ? »

13La différence de situations familiales s’observe au niveau du nombre de sonneries personnalisées que les usagers choisissent pour chacun de leurs interlocuteurs réguliers et à leur affectation : on dénombre généralement un ou deux contacts de la sphère professionnelle auxquels les cadres sans charge ajoutent un ou deux contacts de la sphère privée (leur conjoint et leurs enfants ou leur conjoint et un autre proche choisi parmi la mère, la sœur, le frère ou un copain), tandis que les cadres avec charge de proches en ajoutent davantage, jusqu’à quatre : conjoint, enfants, garde d’enfants ou numéro de logistique lié aux enfants ou aux parents âgés, meilleure copine. Combiné au mode réunion qui ne laisse entrer que les appels sélectionnés parmi une liste donnée, la reconnaissance du numéro permet aux cadres avec charges de filtrer la plupart des appels entrants pour ne pas se faire remarquer lors d’une réunion. Le contenu de l’annuaire du mobile professionnel diffère également selon les situations familiales. Celui des cadres avec charge de proches se compose de 20% de contacts professionnels et 80% de contacts privés, à l’inverse des cadres sans charge qui ont 80% de professionnels et 20% de privés. Ces fonctionnalités avancées permettent aux cadres avec charge de proches de gérer au mieux pendant les heures de travail, les tâches personnelles liées à la famille, notamment les appels entrants.

4. Une gestion des appels privés sur le mobile professionnel différente selon les situations familiales

14Selon que le cadre soit en charge de proches ou non, c’est-à-dire selon les situations familiales, on observe également une différence dans la gestion des appels. Il est important de distinguer appels entrants et appels sortants car, moins prévisibles et difficilement anticipables, les appels entrants sont beaucoup plus problématiques que les appels sortants. Mais à ce niveau, la différence de genre se conjugue avec celle de charge de proches. En effet, ces appels entrants privés visibles des tiers (collègues, supérieur hiérarchique) ternissent alors la réputation de la femme cadre alors qu’ils valorisent ces nouveaux pères ou ces hommes dévoués pour leurs parents grabataires. Elles n’échappent pas à la présomption de culpabilité. Les pairs font leurs gorges chaudes de stéréotypes qui ont la vie dure. Mais ces nouveaux pères sont conscients qu’ils bénéficient de l’indulgence liée à la nouveauté et que si leurs appels privés deviennent trop visibles, eux aussi risquent rapidement de devoir faire face à des remarques acerbes.

15Comment font ces cadres avec charge de proches pour gérer la situation de la façon la plus invisible possible ? En premier lieu, ils tentent de prendre de la façon la plus discrète possible les inévitables appels entrants privés. Comme il n’est pas toujours possible en réunion de couper le mobile professionnel, notamment parce qu’ils attendent un appel professionnel, ces cadres doivent ruser pour éviter l’irruption d’un appel lié à une urgence familiale. Ils jonglent au mieux avec les sonneries personnalisées et la reconnaissance du numéro pour s’éclipser aussi discrètement que possible de la pièce commune afin de prendre l’appel. En second lieu, ils tentent de prévenir les urgences en s’assurant régulièrement que tout va bien. Ces cadres en charge de proches hommes et femmes planifient des appels réguliers pour valider à distance le bon déroulement du care et prévenir les appels entrants qui interrompent une tâche professionnelle. Ils jalonnent leur journée de points de contrôle réguliers à des moments où ils sont seuls et, à défaut, recourent à des modes de communication écrits et asynchrones (SMS, courriel) qui permettent de rester en liaison avec les proches et les tiers éventuels auxquels ils délèguent la charge du care. Ainsi, pour éviter un appel en pleine réunion, ils n’hésitent pas à cumuler un appel avant et un appel après, éventuellement entrecoupé d’un SMS entre temps. Mais cette planification est encore plus cruciale pour les femmes qui doivent éviter de ternir leur réputation d’efficacité. Si le mode de gestion des hommes et des femmes est identique, le regard porté par les tiers est différent. Mais là encore, avec la banalisation du statut de père gardien et l’arrivée de jeunes générations qui prennent leurs congés de paternité, ils soulignent que la situation risque de ne pas durer.

16La différence d’usages liée aux différences de situations familiales se situe moins dans le nombre ou la durée des appels personnels passés depuis le mobile professionnel que dans les heures et lieux d’appel. En effet, les cadres en charge de proches s’arrangent pour grouper le plus d’appels à l’heure du déjeuner, n’hésitant pas à manger un sandwich dans une galerie marchande, combinant ainsi un appel et une course urgente (« un cahier de deux cents pages à spirale et à petits carreaux indispensable à mon fils pour le lendemain »). Ils se cachent pour que ces appels incontournables « qui font tourner la boutique et qu’on ne peut pas passer le soir ou résoudre via Internet hors des heures de bureau » soient aussi discrets et inaperçus des pairs que possible. Mais pour le moment, étant encore en minorité, les cadres masculins en charge de proches peuvent utiliser ce support professionnel beaucoup plus ostensiblement pour leurs usages privés que leurs homologues féminins car ces appels les mettent en scène de façon très flatteuse. « Je passe pour le fils idéal depuis que tout l’open space m’a entendu appeler le garagiste pour ma mère. »

17Les outils de gestion de l’agenda lorsqu’ils sont partagés et publics constituent un autre outil de travail qu’il faut s’approprier. Ces outils fournissent un autre marqueur de l’organisation que les cadres en charge de proches doivent déployer pour endiguer le flot potentiel du privé dans leur journée de travail. En effet, de nombreuses entreprises ont remplacé les secrétaires par des outils de gestion d’agenda (Outlook) que les cadres sont obligés de remplir et qui permettent à chacun de visualiser en permanence l’emploi du temps passé, présent et futur de leurs collègues. S’ils facilitent l’organisation de réunions et contribuent à l’efficacité du travail en réseau, ces outils leur demandent de coder certaines activités comme les rendez-vous médicaux pour les enfants (médecine sportive), les déplacements pour les démarches administratives ou la logistique familiale. Pour les pères gardiens, comme la charge des enfants est plus souvent confiée aux mères ou limitée aux week-ends, les pères seuls avec enfants une semaine sur deux sont encore rares et par conséquent considérés par les tiers comme des héros, de nouveaux hommes dont tout le monde parle. Ainsi, le mobile professionnel va-t-il, comme en témoigne un enquêté, les valoriser car chaque appel privé audible des pairs « fait passer du stade de cadre à celui d’homme complet qui assume tout comme une femme. »  Là encore, alors qu’ils valorisent les hommes cadres et ce, quelle que soit leur situation familiale, ils pénalisent les femmes en charge de proches qui doivent adopter un codage parfois sophistiqué pour masquer la charge du care. « Je m’invente des réunions que je code de façon elliptique pour pouvoir déjeuner avec une copine ou aller chez le dentiste. L’agenda partagé, c’est le mirador qui  permet à chacun de contrôler l’agenda des autres. »

5 Fusion des registres privé et professionnel : mode naturel des femmes ou cloisonnement ?

18L’étude de terrain in situ invite à penser que les hommes et les femmes avec charges ont des pratiques comparables. Le cloisonnement des registres privé et professionnel entre deux mobiles étant difficile, les cadres avec charge de proches tentent de faire cohabiter les deux registres. Nous avons constaté que le regard porté par les tiers était différent, valorisant les hommes et stigmatisant les femmes car les représentations sociales de la femme la voient comme bavarde. Qu’en est-il de leurs propres représentations et discours ? Là encore, nous constatons une réelle divergence entre genres, avec des discours de justifications parfois assez tranchés de la part de la gent féminine.

19En effet, certaines femmes cadres en charge de proches parlent de fusion alors que les hommes avec ou sans charge de proches parlent de cohabitation. Elles expliquent qu’elles font le choix de tout fusionner sur un même mobile parce cela apporte davantage de liberté d’organisation. Même si jongler entre un appel personnel et un appel professionnel réclame une réactivité de chaque instant et induit une charge cognitive supplémentaire, la plupart d’entre elles préfèrent ce mode d’organisation. Il est intéressant de souligner qu’elles ne remettent jamais en cause ni la charge asymétrique du care ni le mobile professionnel, qui apparaît malgré tout comme un instrument possible d’asservissement pour les femmes cadres car il ramène les dimensions privées de leur identité et la fonction care sur le lieu de travail alors que cet entrelacement d’usages privés et professionnels valorise les hommes cadres en donnant d’eux une image plus humaine, plus complète, autre que celle du cadre « ambitieux aux dents longues. » Nous pouvons alors nous interroger sur cette conciliation dont elles parlent : s’agit-il réellement de conciliation ou de confinement ? En effet, pour que les dispositifs techniques soient autant d’appendices répartis pour gérer plusieurs identités, elles doivent sans cesse apprendre et explorer de nouvelles fonctionnalités, inventant des modes d’emploi innovants pour être un cadre comme les autres. Mais vues par un observateur extérieur, elles semblent moins libérées qu’asservies par ces nouveaux outils alors qu’ils valorisent les cadres hommes, dès lors qu’ils passent ou reçoivent un appel lié à la charge du care.

20Certaines vont encore plus loin, reprenant des arguments du courant féministe qui postule un différencialisme, c’est-à-dire une différence de nature entre genres. Pour ces femmes, il existerait une essence féminine avec des caractéristiques féminines (les qualités dites féminines) qui justifierait une différence de traitement des hommes et des femmes, dans la sphère privée comme professionnelle. Elles expliquent que la fusion est « le mode naturel des femmes qui ramènent leur travail à la maison, à l’inverse des hommes qui font une coupure nette. Elles sont comme la tortue alors que lui est comme l’oiseau qui quitte son nid le matin et l’oublie jusqu’au soir ». Je travaille depuis cinq ans avec certains collègues hommes et je ne sais même pas s’ils ont des enfants alors qu’avec une femme, secrétaire ou cadre de la société ou de celle du client, on le sait assez vite. » La décoration des bureaux semble corroborer cette affirmation puisque les femmes tapissent les murs de dessins et de photographies de leurs enfants alors que les hommes laisseront les murs blancs ou mettront une photographie liée à leur travail (séminaire, publicité de leur client) ou neutre (paysage, exposition artistique). Les hommes laissent la mire d’écran de l’ordinateur telle qu’installée par l’informatique centrale alors que les femmes mettront une photographie personnelle de leurs enfants ou pour celles qui n’en ont pas, de neveux et nièces. La personnalisation des outils et du poste de travail montre qu’elles sont davantage dans l’affectif quand eux sont dans l’utilitaire. De plus, selon elles, il serait demandé aux femmes cadres de justifier leur présence à une telle fonction, c’est-à-dire de prouver qu’elles n’ont pas fait un choix ambitieux au détriment des enfants. La femme cadre interrogée ci-dessus poursuivait en expliquant : « On sait forcément qui est mariée et qui a des enfants parce que si tu n’as pas de vie privée, tu passes pour une vieille fille acariâtre et je vous épargne les autres qualificatifs machistes qui malheureusement n’émanent pas que des hommes. On nous demande donc d’avoir une vie privée mais en même temps, dès qu’on ne répond pas dans la seconde, on nous reproche d’être occupées par un appel personnel. C’est une situation kafkaïenne. On doit se montrer complètes, à la fois femme, mère et épouse mais en même temps, il ne faut pas que ce soit visible. Et de toutes façons, il y a les chèques cadeaux pour la fête des mères ou pour Noël donc ce n’est pas possible de gommer notre vie privée, en tout cas, ça complique. C’est pareil pour les femmes qui font de la politique à haut niveau. On vit d’abord dans un monde d’hommes fait par eux et pour eux. » Cette posture différencialiste (Tilly, 2002) s’oppose à la posture égalitariste ou universaliste qui considère que tous les êtres humains sont égaux, indépendamment de leurs différences, notamment de genre. Ces discours de justifications soulignent une fois encore que les points d’achoppement concernent des dimensions privées intimes visibles comme la féminité (apparence physique, vêtement, fréquentation du pub après le travail, consommation d’apéritif alcoolisé lors de repas de département) et la maternité (les enfants). On leur reprocherait implicitement de vouloir gagner sur tous les tableaux, être à la fois la mère accomplie et la salariée ambitieuse.

21Mais les hommes cloisonnent-ils tant que ça ? La réalité semble plus complexe car les hommes cadres ne cloisonnent pas totalement. En effet, ils choisissent tout autant qu’elles les voitures de fonction selon des critères d’ordre privé : ils prennent eux aussi des voitures qui permettent de partir en vacances avec les vélos des enfants. Ils profitent tout autant des subventions du comité d’entreprise pour les vacances de leurs enfants ou les leurs, des chèques culture, des réductions sur les tickets de cinéma ou les spectacles, des subventions sur les cours à domicile (y compris pour les cours de piano) de soutien scolaire ou de loisirs et même des services à la personne (garde temporaire d’enfant à domicile en cas d’urgence à concurrence de trois jours par an, relais couture à côté de la cantine…). Autant de pratiques liées à des dimensions privées dont les hommes ne se privent pas. Mais d’une part, ces pratiques passent inaperçues des collègues (mais pas du sociologue curieux !) ; d’autre part, comme elles sont liées à des qualités dites féminines, elles les valorisent. Attendries en voyant un de leur collègue porter au service couture un anorak dont il faut changer la fermeture éclair, ces femmes cadres se prennent à leur propre piège, renforçant ainsi les représentations sociales.

6. Conclusion

22On observe que l’organisation du temps de travail est cruciale dans la gestion du care. Une étude comparative conduite en Californie dans la Silicon Valley montre que là-bas, les cadres ont davantage de liberté d’organisation en matière d’horaires et d’espace de travail, si bien que cette question de la stigmatisation de la charge du care chez les femmes cadres ne se pose pas (Lejealle, 2007b). Libres de commencer leur journée de travail à cinq heures du matin pour partir vers dix-sept heures et de cumuler ce travail avec le démarrage d’une start-up à leur nom, les cadres californiens ont tous des motivations d’ordre privé de s’organiser sans se comparer à leurs pairs. Chacun mange à midi ce qu’il a emporté de son domicile, soit en restant derrière son poste de travail, soit en allant dans la cuisine commune. Ils ne cherchent pas à se synchroniser mais fonctionnent en réseau. Autant de facteurs, conjugués à l’absence de CDI proprement dit, qui façonnent des normes d’usages différentes. En France, les cadres soulignent l’importance d’être présents tôt et tard et de ne jamais partir avant dix-neuf heures. Ils rapportent des pratiques de contrôle réciproque où dans le bureau paysager, chacun observe l’autre, se demandant qui osera partir le premier. Contraint de partir vers dix-huit heures (en réalité pour prendre un avion et se rendre à l’étranger pour raisons professionnelles), tel cadre relate les petites phrases assassines qui fusent : « Tu rentres arroser ton poisson rouge ? » Cette tyrannie entre pairs tient du panoptique et fragilise les femmes, encore en minorité parmi les cadres.

23Il est intéressant de noter que le problème des femmes cadres vient davantage des représentations sociales que de la réalité des pratiques observées. La stigmatisation dont elles font parfois l’objet ne repose pas sur une étude de productivité objective puisque les pairs se focalisent sur quelques appels téléphoniques alors qu’ils ne parlent jamais des courriels ou du surf sur le Web, pourtant autrement plus préjudiciable en matière de perte de productivité. Il serait intéressant de mesurer plus globalement sur une journée la perte de temps liée à des activités non productives et de confronter les résultats des deux genres. En effet, les femmes soulignent que leurs collègues masculins passent plus de temps qu’elles à la machine à café ou à la cantine alors qu’elles essaient de faire la chasse au temps « perdu » pour terminer leur travail plus rapidement. Or, de nombreux travaux de sociologues montrent que ce temps passé avec les collègues à la machine à café a une utilité (Lafaye, 2001 ; Monjaret, 2001, 1997 ; Vega, 2000) et n’est pas comme elles le disent souvent, de « la politique pour se faire mousser ». Leur accusation nous ramène au problème central : comment évaluer la contribution à la productivité de l’entreprise aussi bien des appels d’ordre privé que des pauses café ? Un appel à la garderie pour signaler qu’elle rentrera plus tard que prévu peut libérer la femme cadre qui dispose alors d’une plus grande plage horaire pour boucler un dossier urgent et par là même contribuer à la productivité de l’entreprise. Et une pause café peut effectivement n’avoir aucune utilité dès lors qu’il s’agit de politique politicienne entre cadres masculins.

24Ainsi, dans l’immédiat, le plus problématique pour ces cadres en charge de proches n’est pas tant la question morale de la justice ou de l’équité d’une répartition asymétrique du care que l’imprévisibilité qui y est liée et qui peut faire irruption dans leur quotidien professionnel (Méda, 2008). En effet, les autres cadres ne sont pas dépourvus de vie privée mais les loisirs culturels, sportifs ou politiques ne génèrent pas autant d’appels entrants urgents. Ces dimensions privées peuvent être cloisonnées et rendues invisibles des pairs comme le sont les courriels. Pour les cadres en charge de proches, ce n’est pas aussi facile. Ils ne viennent pas au travail pour y effectuer les trente-neuf heures de travail parental que l’étude Matisse évalue. Toute cette partie invisible de l’iceberg passe inaperçue des collègues, ce qui pose problème c’est l’exceptionnel imprévisible. Même si les PCS supérieures ont les moyens financiers d’externaliser une grande partie de cette charge du care, n’hésitant pas à mettre en place des solutions de secours élaborées, ils ne sont jamais à l’abri du grain de sable, de l’impondérable ou de l’exceptionnel (un enfant qui se blesse, un achat de matériel sportif ou culturel exotique qui demande de se déplacer dans un magasin situé loin du lieu de travail et ouvert à des horaires réduits). Pour être évité, ceci demande de mettre en place des procédures complexes (appels préventifs pour suivre le bon déroulement du processus). Des horaires de travail peu prévisibles et à des déplacements pouvant demander de passer la nuit hors du domicile complexifient la planification des appels et l’organisation familiale si bien que ces belles mécaniques ne répondent pas à toutes les situations.

25Par ailleurs, au vu de cette enquête, peut-on apporter des éléments de réponse à l’interrogation de Fabienne Brugère (2008) : y a-t-il « un sexe de la sollicitude » ? On serait tenté de répondre positivement. L’enquête Matisse montre que dans un couple la charge du care incombe pour le double à la femme. Seuls les pères gardiens encore peu nombreux sont logés à la même enseigne. Numériquement, les familles monoparentales ont très majoritairement une femme à leur tête. Avec Fabienne Brugère, nous suggérons de « dé-genrer la sollicitude ». Il n’y a en effet pas de déterminisme de genre mais le fruit d’une conjonction de facteurs, politiques, éthiques et sociaux qui font davantage peser la charge du care sur les femmes. La situation est une construction sociale et culturelle. Plusieurs facteurs contribuent à donner l’impression que seules les femmes cadres doivent concilier vie privée et vie professionnelle et que leur vie privée peut nuire à leur productivité. Primo, traditionnellement, les crèches et les garderies d’enfants demandent par défaut le numéro de la mère et ne pouvant en répertorier deux, le père est moins inquiété que la mère, même si celui-ci est gardien une semaine sur deux. Secundo, ces nouveaux pères gardiens sont numériquement peu nombreux et passent aujourd’hui encore pour des héros. Si ce mode de garde se généralise et se banalise, la visibilité de leurs appels privés pourra elle aussi être stigmatisée par les pairs. Les changements impacteront peut-être les mentalités et changerons progressivement les représentations sociales ainsi que les normes d’usages. Tertio, sur le plan professionnel, avec le plafond de verre, les femmes cadres sont moins nombreuses à des postes de direction ou à des postes hiérarchiques, elles bénéficient moins que leurs homologues masculins de secrétaires. Or, celles-ci peuvent le temps d’une réunion cruciale répondre aux appels privés et les rendre invisibles des pairs. Nous retrouvons une caractéristique majeure du care, celle d’être lié à une position de domination (Dorlin, 2006). En attendant, dans une situation de tension et de malaise chez les cadres (Courpasson, 2008), les femmes cadres doivent déployer différents moyens pour rendre aussi discret que possible leur vie privée de femme et de mère. Elles se sentent comme jadis les domestiques des maisons bourgeoises, asservis par un cordon qui servait de sonnette, taillables et corvéables à merci.

Haut de page

Bibliographie

Blandin A., Dessus de Moustiers G., Lejealle C., 2008. L’appropriation du mobile professionnel par les cadres supérieurs : sortir de la dialectique de l’autonomie et du contrôle, Paris, L’Harmattan 

Bourdieu P., 1978. La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit

Brugère F., 2008. Le Sexe de la sollicitude, Paris, Seuil

Courpasson D., 2008. Quand les cadres se rebellent, Paris, Vuibert

Dorlin E., 2006. « Dark care, de la servitude à la sollicitude », in Laugier S. et Paperman P., Le Souci des autres, EHESS

Hall E., 1971. La dimension cachée, Paris, Seuil Points

Grignon C., Passeron J.-C., 1989. Le savant et le populaire, Paris, Seuil-Gallimard

Grossin W., 1974. Les temps de la vie quotidienne, Paris, Gallimard

Lafaye F., 2001. « Le café du matin dans un département d’une grande entreprise publique : convivialité ou autre manière de pratiquer les relations hiérarchiques ? », in Monjaret A. (dir.), L’alimentation au travail, Paris, L’Harmattan, p.149-161

Lahire B., 2004. La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte

Laufer J., 2003. Le travail du genre : les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte   

Lejealle C., 2008. Le jeu sur le téléphone portable : usages et sociabilité, Paris, L’Harmattan

Lejealle C., 2008. « La TMP est-elle une télévision miniature ? » Actes du colloque TIC & Organisation 7-8 janvier 2008, Paris, Institut Telecom Editions ; Lejealle C., 2008, Mobile TV : usages and sociability, Proceedings of COST, 15th May 2008 Budapest

Lejealle C., 2007a. « Les usages du jeu sur le téléphone portable : une mobilisation dynamique des formes de sociabilité  », Thèse de doctorat soutenue le 22 juin 2007 sous la direction du Professeur Desjeux D., Paris 5, Laboratoire du Cerlis

Lejealle C., 2007b. « Étude comparative France Etats-Unis sur l’appropriation du mobile professionnel par les cadres supérieurs : ressemblances et différences », Actes du cinquième colloque Marsoin, Rennes 5 - 6 juin 2007,

Lejealle C., 2006. « L’appropriation du téléphone portable par les cadres français en milieu professionnel : l’intégration dans les processus et l’impact sur la responsabilité des acteurs », Actes du quatrième colloque Marsoin, Lorient 3-5 juin 2006

Maitland A., Wittenberg-Cox A., 2008. Womenomics, La croissance dépend aussi des femmes…, Paris, Eyrolles-Editions d’organisation

Méda D., 2008. Le temps des femmes, Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Champs Poche  

Monjaret A., 2001.  L’alimentation au travail, Paris, L’Harmattan

Monjaret A., 2001. « La fête, une pratique extra-professionnelle sur les lieux de travail », Cités n°8 : Le travail sans fin ? Réalités du travail et transformations sociales, p.87-100

Monjaret A., 1997. La Sainte-Catherine. Culture festive dans l’entreprise, Paris, CTHS

Tilly L.A., Scott J.W., Lebailly M., 2002. Les femmes, le travail et la famille, Paris, Petite bibliothèque Payot

Pichon A., 2008. Les cadres à l’épreuve, Paris, PUF

Veblen T., 1899, [1978]. Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard

Vega A., 2000. Une ethnologue à l’hôpital. L’ambiguïté du quotidien infirmier, Paris, Éditions des Archives contemporaines

Haut de page

Notes

1  Sur ce point spécifique non développé dans le présent article voir l’ouvrage à paraître : Blandin A., Dessus de Moustiers G., Lejealle C., 2008. L’appropriation du mobile professionnel par les cadres supérieurs : sortir de la dialectique de l’autonomie et du contrôle, Paris, L’Harmattan

2  voir http://www.idate.fr/

3  Il a pénétré toutes les catégories socioprofessionnelles car 83% des employés et 80% des ouvriers sont équipés.

4  L’année suivante, j’ai effectué un terrain supplémentaire pour permettre une étude comparative France Etats-Unis, en interrogeant trente cadres californiens mais cet aspect est non abordé ici car peu pertinent sur la question du genre, les autres facteurs (juridiques, économiques, culturels, spaciaux, organisationnels…) ayant davantage d’impact sur les processus d’appropriation du mobile (Lejealle, 2007b).

5  Le mode de transport influence également les usages, puisqu’à pied ou en voiture avec kit mains libres, il est plus facile d’utiliser le temps de transport pour communiquer que cela ne l’est dans les transports en commun et encore moins en vélo ou en moto. Dans la suite, nos comparaisons des usages entre genres s’entendent toutes choses égales par ailleurs, sachant qu’il faut en tenir compte.

6  Les verbatim des enquêtés apparaissent entre guillemets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Lejealle, « Le mobile professionnel : un outil de conciliation ou de confinement dans la charge du care pour les femmes cadres ? », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 30 septembre 2009, consulté le 31 mai 2016. URL : http://temporalites.revues.org/1010

Haut de page

Auteur

Catherine Lejealle

Telecom Paris Tech, Département Sciences Économiques et Sociales 46 rue Barrault 75013 Paris. catherine.lejealle@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page