Navigation – Plan du site

Le temps des conductrices de bus

Pour un espace de pensée entre activité professionnelle et personnelle
The time of female bus drivers. For some thinking space between professional and personal activities
Livia Scheller

Résumés

Nous présentons une réflexion sur les liens entre temps de travail et temps de l’espace privé, issue d’une étude faite avec des conductrices de bus.  Pour elles, comme pour la plupart des femmes, le temps de travail et le temps dit « hors travail » sont difficilement dissociables. Si la séparation entre sphères d’activité est, pour les hommes et pour les femmes, une dimension psychiquement recherchée, chez les femmes elle n’implique pas des clivages constitutifs. Elles savent bien que l’activité de travail offre des occasions de développement d’une autre origine que celles déployées dans d’autres espaces de vie. Mais à la différence des hommes, elles n’ont pas fait de cette séparation un repère identitaire. Nous avançons que la capacité de différencier, d’une part, ces genres d’activité, et, d’autre part, la possibilité de les investir « normativement », peut être une source de santé. Comment ? En créant les modes de séparation nécessaires à cette différenciation, sans pour autant perdre la perméabilité entre les deux espaces. Il s’agit de penser une position qui, bien qu’apparemment contradictoire, ne l’est pas. On pourra en trouver une illustration dans l’expérience des conductrices de bus.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  En 2000, les  femmes représentent moins du quart des salariés de l'ensemble du TRV (Transport Rout (...)

1Conduire des bus c’est un métier que les femmes peuvent pratiquer depuis environ une quarantaine d’années, du moins en France. C’est une durée suffisante pour qu’on puisse comprendre si les conductrices ont trouvé leur compte et leur place dans un métier pendant longtemps réservé aux seuls hommes. On constate alors que le pourcentage de conductrices dans les transports en commun reste encore aujourd’hui très bas : 6,7% à la RATP, à peu près le double dans l’ensemble des entreprises françaises du transport routier voyageur1.

2Que dire de ces chiffres qui ont peu bougé depuis l’introduction en France de la loi d’égalité professionnelle, promue par Y. Roudy en 1983 ? Que les femmes n’aiment pas conduire des gros gabarits ? Ou que les hommes résistent à les accepter dans un milieu de travail où ils ont construit, au cours du temps, des repères identitaires bien marqués par des représentations viriles ? Pour expliquer un investissement si faible dans ce métier,  il y a d’autres explications, dont cet article veut rendre compte à partir d’une étude, réalisée il y a une dizaine d’années, sur le métier de conducteur de bus au féminin (Scheller, 1996). Cette recherche, effectuée à la RATP, garde encore maintenant, selon les statistiques et les témoignages de responsables de l’entreprise et de conductrices actuellement en service, la validité des raisons qu’elle avait fait émerger il y a douze ans. Nous verrons que la question du rapport au temps y est centrale.

3Pour les femmes, le temps de travail et le temps dit « hors travail » sont difficilement dissociables. Si la séparation entre sphères d’activité est, pour les hommes et pour les femmes, une dimension psychiquement recherchée (Wallon, 1947 ; Clot, 1999 ; Curie et Hajjar, 1987 ; Meyerson, 1987 ; Rolle 1996), elle n’implique pas chez les femmes des clivages constitutifs. Pour elles comme pour les hommes, travailler signifie habiter pendant un temps dans une autre sphère que l’espace familial ou privé, penser à autre chose qu’à la dimension affective ou existentielle qui colorie la vie dite « personnelle». Les femmes savent se représenter et veulent vivre les potentialités inhérentes à cette séparation. Elles savent bien que l’activité de travail offre des occasions de développement d’une autre origine que celles déployées dans d’autres espaces de vie. Mais à la différence des hommes, elles n’ont pas fait de cette séparation un repère identitaire. On pourrait dire qu’elles n’ont ni la possibilité ni l’intérêt à cliver vie professionnelle et vie privée. L’une des activités essentielles en laquelle elles se sont historiquement et culturellement spécialisées – l’activité domestico-familiale – les a poussées plutôt à savoir se mouvoir entre les espaces d’activité. Les femmes qui travaillent ont toujours eu deux activités au minimum : professionnelle et domestique. Elles ont dû les vivre comme des espaces perméables, où il faut savoir choisir les priorités à donner à une activité plutôt qu’à l’autre, selon les urgences ou les besoins du moment.

4Les temps du travail salarié ont été historiquement pensés par des hommes, et les femmes s’y sont apparemment soumises. Apparemment, car si l’on accepte de relire de façon longitudinale l’histoire du travail selon la perspective de ses temporalités (Touchard, 2005 ; Daune-Richard, 2004 ; Marouani, 2003 ; Meda, 2001 ; Chabaud-Richter, Fougeyrollas-Schwebel et Sonthonnax, 1985 ; Grossin, 1969), on pourra constater une corrélation entre la féminisation de l’activité professionnelle et les transformations des horaires de travail. Transformation pas toujours heureuse, ni pour les femmes ni pour les jeunes générations, certes. Toujours est-il qu’elle a eu lieu et qu’elle indique une tendance importante – jamais assumée « de front » par les femmes, mais plutôt de façon souterraine – de redéfinir les temporalités du travail.

2. Le temps des machinistes2 : des horaires de travail au temps de vie

  • 2  À la RATP, les conducteurs de bus sont appelés « machinistes ». Nous utiliserons ce terme lorsqu’i (...)

5Revenons alors au métier dont il est question ici. On sait que dans les transports publics, les horaires liés à la variabilité des services rendent la dissociation entre travail et hors-travail très problématique. L’idée est alors d’analyser cette dissociation – et le traitement qu’en font les femmes qui doivent la supporter – à partir d’un métier qu’elles ont choisi, assertion qu’on retrouve chez la majorité des conductrices interviewées (Scheller, 1996). Ce choix est toutefois celui d’un métier encore fortement marqué par des repères identitaires de type masculin, comme le sont tous les métiers de la conduite. C'est alors à partir de cette double condition, celle d’un métierchoisi, donc initialement bien investi, mais dont l’organisation se fonde sur des critères masculins, problématiques à l’égard de la double activité des femmes, qu’on analysera les données recueillies. Cette double condition est à l'origine d'une ambivalence fortement visible dans les descriptions que les conductrices offrent de leur activité. Amour pour ce métier et déception liée à ses rigidités, cohabitent chez une grande majorité d’entre elles. Il ne s’agit pas uniquement, pour les conductrices, d’un métier qui les soustrait pendant huit heures à l’espace domestique, comme c’est le cas chez les ouvrières décrites par Kergoat (Kergoat, 2001). Chez ces dernières, l’usine n’a comme atout que celui d’être un lieu de socialisation, outre, évidemment, celui d’obtenir un salaire. Le contenu des tâches n’est, en revanche, nullement valorisé. Il ne s’agit pas non plus d’un métier qui valorise idéalement le contenu de l’activité : la relation et le soin de l’autre, comme chez les infirmières, relation qui, toutefois, charge souvent trop lourdement l’espace psychique (Molinier, 2003 ; Loriol, 2000 ; Kergoat et al. 1992). Chez les conductrices il s’agit d’une autre ambivalence : le plaisir pour des tâches de conduite qui bouleversent une catégorisation socialement assignée d’activités dites « féminines » se mélange au déplaisir dû à l’empiètement de ces tâches sur l’espace domestique. Ces interrogations travaillent en profondeur l’organisation des activités, de façon indirecte, certes, mais tenace.

6Pour aborder ce thème, il nous a paru essentiel d'aller recueillir et analyser le discours des femmes machinistes sur leur pratique.

7500 conductrices (sur 9500 conducteurs) travaillaient à la RATP en 1996, se répartissant dans les 22 dépôts qui entourent Paris. Nous en avons rencontrées une cinquantaine dans trois dépôts différents : deux situés en banlieue au nord et à l'ouest et un dans Paris. Elles se sont largement exprimées sur leur rapport au métier, aux collègues, à la conduite, aux usagers, en faisant chaque fois déborder l'entretien sur leur vie privée et familiale. La question sous-jacente à cet échange était la suivante : qu'est-ce que ce métier apporte aux femmes qui le pratiquent, qu'est-ce qu'elles apportent à ce métier ? On a vu émerger dans les propos des conductrices des vérités qui valent aussi pour les hommes. Parmi d’autres, que les temps du travail peuvent avoir une valeur non foncièrement supérieure aux temps dédiés aux activités hors-travail. À une différence près : pour les unes cela semble tout simplement une évidence. Pour les autres une manière d’envisager les choses qui les contraint à un déplacement profond dans leur rapport à l’activité, professionnelle et existentielle.

3. Des temps  toujours décalés

8Le temps des machinistes se détache à tel point de la norme, qu'il pourrait résumer à lui seul l'essence aussi bien des difficultés que des plaisirs du métier. Les conducteurs qui accueillent bien avant l'aube à bord de leur bus les premiers travailleurs, ou qui accompagnent tard dans la nuit les gens chez eux après une journée de travail ou une sortie tardive, se trouvent inscrits dans des rythmes de veille et de sommeil très diversifiés. L'organisation des horaires de travail dans les transports publics s'est depuis toujours basée sur un principe d'égalitarisme radical : cela oblige chaque conducteur à varier ses services semaine après semaine. Ainsi, tout au cours de l'année, le cycle du sommeil est constamment changé, avec des réveils à trois heures du matin pour commencer un « premier sortant » à quatre heures (en banlieue, par exemple), alternés par des services d'après-midi et puis de nuit, qui obligent les machinistes à se coucher à l'heure même où, quelques semaines plus tôt, ils se réveillaient. Le rythme circadien de chacun est bien évidemment bouleversé, et la tenue plus ou moins bonne d'un équilibre psychophysiologique dans de telles conditions dépend largement de l'organisation du temps hors-travail.

9Outre les services directs qu'on vient de décrire et qui comportent une moyenne horaire quotidienne de 6h54 l'hiver et 7h04 l'été (sur une période de huit jours dont six jours de travail et deux de repos, qui sont ainsi constamment décalés), existent aussi des services dits « en deux fois », qui comportent une partie le matin très tôt (par exemple 5hl5-9h20), et une autre partie dans l'après-midi (15h30-18h30). Il y a aussi des coupures moins larges (les petites amplitudes), qui sont d'ailleurs en train de remplacer les grandes amplitudes à cause – disent les machinistes – des primes trop importantes que ces dernières comportent, pesant sur les finances de l'entreprise.

10Ce système d'horaires est vécu par les conducteurs – hommes et femmes – avec une grande ambivalence qui est à l’origine d’une certaine résistance à une réélaboration du partage des services de conduite. Pourtant, la variation constante de ces derniers participe certainement aux raisons du fort taux d'inaptitude qui touche particulièrement les conducteurs dans l'entreprise, et d'une usure au travail que le régime spécial de retraite avait la fonction de reconnaître et compenser.

11Que disent les femmes de ces horaires ?

4. Le défi des jeunes conductrices à l'horloge ordinaire  

« Je sais que maintenant, pour reprendre des horaires de bureau, ça serait vraiment impossible. Les machinistes se plaignent de ces horaires décalés, moi je n'ai jamais eu autant de temps libre depuis que je suis à la RATP. Alors, c'est vrai que c'est dur de se lever à 3h du matin, c'est dur de commencer à 17/18h du soir, mais en dehors de ça, si on commence à 4h du matin, on a terminé à 10/11h, quoi. Donc ça laisse la journée. Même si on commence à 17/18h ça laisse la journée aussi. Les repos décalés c'est pareil, les samedis et les dimanches...

  • 3  Les hors ligne sont les conducteurs qui peuvent remplacer n’importe quel autre conducteur et qui n (...)

Bon, c'est vrai que je n'ai pas de vie de famille, donc moi, ça ne me gêne pas de bosser le week-end. J'aurai peut-être une autre approche dans quelques années, quoi. Moi, d'avoir des repos en semaine, ça me permet de faire les courses quand il n'y a personne. On est en fait décalés par rapport aux autres. C'est vrai quand même que le matin, si je me lève à 3h, je n'ai pas la pêche pour faire autre chose. C'est pour ça que je préfère les services d'après-midi ou de nuit. Mais je connais des gens qui ne feraient que des matinaux, que ça les dérange pas... Moi je sais que j'ai besoin... c'est pas que j'ai besoin d'énormément de sommeil, mais j'ai besoin de... avant cinq heures, c'est dur. Et je pense que le faire pendant dix ou vingt ans, ça doit effectivement user. » (hors-ligne 3 25 ans, 4 années d'ancienneté, célibataire)

« Les horaires ne me dérangent pas. En restauration, je faisais 14 heures par jour, donc... Ca ne me dérange pas de me lever à 4h, 5h du matin, je me couche tard, je récupère vite, je peux dormir 3-4 heures par nuit »  (hors-ligne, 23 ans,  6 mois d'ancienneté, célibataire)

« Parfois je vois des collègues... Elles ont une tête... Elles font la nuit jusqu'à deux heures du matin, puis se réveillent tôt pour emmener leur môme à l'école à 8h du matin... et dormir l'après-midi ça fait pas une nuit... Moi je dors 4 heures par nuit et ça va. Si je me lève, par exemple, à trois heures et demi, à onze heures je lis encore à la maison. Par contre le jour où je suis de repos, donc je me couche à onze heures ou minuit parce que je ne peux pas me coucher avant, ben, je peux me lever à midi. Mais si je ne peux pas, je ne le fais pas... La fatigue existe et c'est important de ne pas faire semblant que non, parce que si quelqu'un s'endort au volant... c'est dangereux. Moi j'ai l'impression, d'après ce que j'ai discuté avec mes collègues que nous (les femmes) on sait mieux gérer notre sommeil, notre vie intérieure je dirais, que les hommes. Moi je vois mon père : il devait se lever à 4h et à 8h30 il était déjà au lit. Donc, il ne fallait plus bouger à partir de huit heures et demie. Ou alors il fallait qu'il soit fatigué fatigué, autrement on ne pouvait pas faire du bruit » (en roulement, 32 ans, 8 années d'ancienneté, mariée sans enfants)

« Les horaires-bus, par rapport aux enfants sont meilleurs. Je ne veux pas retourner aux horaires-bureaux moi. J'ai beaucoup plus de temps, là : je vois mon petit qui a trois ans, et qui rentre à l'école l'année prochaine: j'en ai profité au maximum, parce que si je travaille l'après-midi, toute la matinée je suis avec lui, donc je peux sortir et m'amuser avec, et si je suis du matin, tout l'après-midi je suis avec lui, donc je peux sortir, me promener avec lui, alors que quelqu'un qui fait des horaires de bureau part à sept heures du matin de chez lui et ne voit pas ses enfants, et rentre à six heures les soir, donc il ne voit ses enfants à part le dîner, quoi, tandis que nous on a beaucoup de temps libre. Moi je m'oblige à me coucher tôt et je m'endors très facilement... Il y a quand même des périodes dans l'année où ça va pas, hein. C'est l'hiver, on se lève de bonne heure, il fait nuit et il fait froid, moi je supporte très mal le froid, je crois qu'il m'use encore plus mes énergies, et là j'ai du mal. D'autant plus que le week-end, ou quand je suis de repos, les enfants se réveillent toujours très tôt... Mon mari s'en occupe chaque fois que je suis du soir, comme là, où je commence à 16h40 et je termine à 23h20. C'est lui qui s'en occupe, qui prépare leur bain, qui fait à manger et qui les couche, et au bout d'un moment, ben... il le fait très bien, parce qu'ils sont ses enfants, mais il en a marre d'être tout seul, quoi. Les hommes assument mal nos horaires. J'ai discuté avec plusieurs collègues machinistes qui m'ont dit : "Moi, je n'accepterais pas que ma femme soit machiniste !" parce que c'est vrai qu'il y a des contraintes... Tenez, la semaine prochaine j'ai un service qui commence à 4h38, et il faut donc qu'à neuf heures je sois couchée, sinon il va y avoir un problème de sommeil... Bon, c'est pareil: je ne regarde jamais le film avec lui, et enfin, dans une vie de famille, en général, on regarde la télé ensemble... Il m'a demandé plusieurs fois de démissionner, mais là non, c'est un non direct. Même avec tout ça, j'ai trouvé un métier où je suis bien... je ne dis pas ça devant tout le monde, parce que si je dis ça devant les collègues, ils rigolent... » (en roulement, 26 ans, 4 années d'ancienneté, mariée avec deux enfants en âge pré- scolaire).

12Ces témoignages portent les marques de l'esprit machiniste.On ne rentre pas dans ce métier si l'on n'est pas porté par une disponibilité psychique à se mesurer à l'instabilité, qui pousse aussi à sortir des grilles d'un temps scandé par des cycles rigidement réguliers comme le sont ceux de la majorité des activités salariées.

13Mais est-ce que cette disposition psychique a une valeur absolue ? Est- elle, pour ainsi dire, définitivement inscrite dans une structure de la personnalité qui trouverait son adéquation avec les rythmes toujours changeants propres au métier de machiniste ? Les femmes que nous avons rencontrées ont répondu à cette question sans que nous l'ayons posée directement. Elles nous ont toutes fait état d'une phase où la variabilité constante des services était ressentie comme bénéfique, presque libératoire. Elles avaient l'impression d'échapper ainsi à l'horloge qui domine les rythmes des emplois de bureau ou d'usine, ne se rendant pas compte encore que l'horloge déphasée des conducteurs finit par dominer non seulement la vie au travail, mais aussi l'espace privé.

5. Le temps trop rempli des mères conductrices

« Au début, quand je suis rentrée machiniste, c'était quelque chose d'incroyable : se lever à 4H du matin, venir faire un service, finir à 13h, aller chercher ses enfants à 16h à l'école, boire le thé avec eux, les emmener faire du sport... C'était vraiment le régal par rapport à une vie de bureau, parce que c'est une autre conception. Au début c'est un afflux de liberté: on va faire des courses, après le service, on va aux magasins, on fait plein de choses, on va même chez l'esthéticienne... Mais au fur et à mesure des années on s'aperçoit que la fatigue s'accumule. C'est là qu'on commence à se poser des questions. Tout devient décalé, tout est porté au lendemain, on arrive le matin à prendre ses plaques et à se dire : "je suis quel jour, aujourd'hui ?" On ne sait même plus la date. On l'écrit trois fois dans la matinée, et l'après- midi, dans la deuxième partie du service, on redemande la date aux collègues, parce que tout devient... La nervosité se crée comme ça, par la fatigue accumulée, par le rythme que l'on ne sait plus accepter... Je le vois avec les anciens : quand on discute, ben, les anciennes machinistes disent bien que sur un service où l'on se lève le matin, le soir on ne va pas s'octroyer une soirée, même avec le mari à regarder un film et à discuter après... On va se coucher. Il faut savoir gérer son temps de sommeil par rapport à son temps de travail. Nous, je pense qu'on a voulu faire ce travail parce qu'on a besoin d'un double salaire dans un couple pour vivre, pour assurer l'éducation aux enfants, mais... je pense qu'à un certain moment on n'arrive plus à gérer ça. Même, à le gérer trop bien, on a presque l'impression de perdre quelque chose de la vie. Donc on veut vivre et pas arrêter, mettons, la vie du soir, mais le lendemain il faut se lever à quatre heures du matin aussi... Alors ça, ça dure un temps. Ça va encore pendant trois ans, le temps de bien accumuler : les roulements, la fatigue, la gestion des horaires et tout, puis, après, je pense que c'est une machine qui vous gouverne, là ça devient une nervosité, et là on ne voit même plus les acquis, les différences. On arrive à se dire “je n'en peux plus, je n'en peux plus, je n'en peux plus...” et là on tient, mais c'est des robots qui tiennent, c'est pas vraiment l'individu... Dans l'avenir, vu l'inaptitude, vu les gens qui craquent et tout, par rapport à ce qui se passait avant, où la vie était différente, je pense qu'ils arriveront peut-être à faire des choses qui amélioreront justement les conditions de vie, par rapport à nos conditions de travail. »  (15 ans d'ancienneté, 45 ans, deux enfants, le mari machiniste)

14II y a différents éléments à considérer dans les propos de cette conductrice dont l'ancienneté permet un regard sur le métier plus imprégné d’expérience que celui des jeunes. Il y a tout d'abord la confirmation de cette image d' « afflux de liberté » que le métier inspire à ses agents, et dont nous avons, plus haut, énoncé quelques termes. La partie de plaisir que les horaires décalés induisent chez les conducteurs n'est pas à nier, loin de là. On enlèverait – si on le faisait – l'une des raisons fortes qui font qu'ils arrivent quand même à tenir dans ce métier, alors que, analysé de très près, il révèle une pénibilité sûre – partagée par hommes et femmes – tant d'un point de vue physique que psychique. Ainsi, travailler de quatre heures de matin à onze heures donne au départ aux machinistes l'impression d'avoir cette journée pour soi, pour vivre autre chose que le travail. Et travailler la nuit, de dix-huit heures à une heure du matin, laisse l'impression magique que la journée a été entièrement libre. Cependant, l’usage dans la durée de cette variabilité temporelle, comporte une usure certaine.

6. De la fatigue physique comme évidence refoulée.

15Il est établi qu'une horloge interne ou physiologique règle la périodicité des activités humaines au cours de la journée : elle se révèle notamment dans l'étude expérimentale des rythmes journaliers de l'activité et du repos. La signification fonctionnelle des horloges physiologiques se révèle chez l'homme en diverses circonstances de la vie sociale : en témoigne la désorganisation veille/sommeil par suite d'un changement brusque de longitude (voyage aérien), ou encore, les répercussions psychosomatiques inquiétantes du régime des trois/huit dans l'activité industrielle (incidence accrue des ulcères gastriques et duodénaux) (Gadbois, 1975 ; Haus, E. & Smolensky, M., 2006 ; Quéinnec, Teiger, et de Terssac, 1992).

16Ce rappel d'une question que l'expérience quotidienne rend évidente à chacun, – on ne manipule pas impunément le rythme veille/sommeil de l'homme – semble être l'objet dans l'entreprise d'un refoulement collectivement partagé.

17Entendre en effet les récits d'une journée quelconque d'une conductrice où sont listés, au départ presque sans états d'âme, toute une série de tâches quotidiennes, professionnelles et domestiques, qui devraient offrir l'image d'une journée richement vécue, laisse celui qui écoute presque rêveur. Ainsi le discours d'une mère (comme on l'a cité plus haut) qui décrit ses levées matinales à 4h non pas comme une corvée mais comme la possibilité bienvenue de pouvoir passer plus de temps avec ses petits, ou les services nocturnes – où elle se couche parfois après 2h du matin – comme lui offrant la journée presque entière à dédier aux enfants et au ménage, suscite une question. Où se cache la fatigue ? Où risque-t- elle de refaire surface ? Une autre conductrice, fille de père et mère machinistes, nous avait raconté :

« À chaque fin service j'allais récupérer mon fils, lorsque j'étais du matin. Dans la première année c'est ce que je faisais tout le temps. À chaque fois j'allais le récupérer pour l'après-midi parce que c'est tentant. On se dit : toute la journée chez nous, et lui il est chez la nourrice, alors qu'il pourrait être avec nous... La première année j'ai fait ça et en fin des compte j'ai vu que je me bouffais la santé, parce que quand on se lève à 4h du matin, on a besoin d'une sieste après, et ben, quand on peut pas la faire parce que le petit, s'il a envie de dormir c'est bien, mais s'il n'en a pas envie, il faut que je m'en occupe… Là, maintenant, j'opère différemment : quand je suis trop fatiguée, et ben, je laisse mon fils toute la journée chez la nourrice, et puis, une ou deux fois par semaine, je vais le récupérer un peu plus tôt... Je me souviens que ma mère (elle aussi conductrice) était très fatiguée parce que... moi et ma soeur, malgré qu'on était des filles et que les filles ça doit aider sa mère, on aidait, mais quand on arrive à un certain âge et qu'on commence à sortir, on n'aide plus parce qu'on préfère voir les copains et les copines. Ce qui fait que ma mère, qui a un caractère très gentil, même trop gentil quoi, c'est vrai qu'elle se tapait tout : le repassage, le ménage, elle nous préparait à manger pour le soir, si elle était de l'après-midi, ben, le matin elle se levait de bonne heure à préparer la potée pour nous quand on rentrait de l'école le midi et puis pour qu'il en reste un peu pour le soir... Donc elle n'arrêtait pas, en fin de compte, et c'est vrai qu'elle était extrêmement fatiguée. Nous on s'en apercevait sans s'en apercevoir, puis des fois, on lui disait : c'est pas qu'on ne veut pas t'aider, mais on ne peut pas t'aider : quand on arrive tout est fait. C'est ça, les mères. Mon père ne comprenait pas ça comme ça : il nous engueulait, il l'engueulait pour lui dire : pourquoi fais-tu les choses, laisse-les faire. Mais pour elle c'était plus fort qu'elle... Bon, c'est vrai qu'avec mes enfants, s'ils sont à l'école et je suis à la maison, bon, je profiterai pour ranger tout à la maison... Je me ferai avoir, parce que c'est un cercle vicieux... » (26 ans, 3 ans d'ancienneté, un enfant de 2 ans. La mère, 16 ans d'ancienneté).

18Nous avons cité cet extrait pour donner un exemple de ce que veut dire pour des femmes de contrebalancer des absences cycliques à la maison quand elles « devraient » être là, par un travail domestique dont la charge n'apparaît pas à ceux qui en goûtent le résultat. La fatigue aussi est cachée, et cela par un mécanisme plus ou moins conscient de défense qui servirait « à tenir comme des robots », comme nous le disait une autre conductrice, c'est-à-dire en faisant marcher le corps comme s'il n'avait pas le droit de défaillir. Les femmes machinistes ne peuvent pas défaillir : elles ont « choisi » leur métier, l'ont même « volé » à des hommes – ainsi que nous le disait l'une d'entre elles. Ce choix, ce « vol », on le paye alors avec le silence sur la fatigue qui s'accumule pour barrer le pas à la culpabilité : celle envers la famille, qui doit ressentir le moins possible l'absence de la mère ou de l'épouse ; celle envers les collègues qui eux, depuis toujours, semblent supporter stoïquement les mêmes contraintes.

19Ce stoïcisme – si l'on peut résumer ainsi l'une des valeurs constitutives des repères identitaires du métier, dont on discutera plus loin l'essence – a-t-il une raison d'être ou ne s'agit-il, aujourd'hui, que d'un facteur de souffrance ayant perdu son sens originel ?

7. Du partage de la pénibilité comme repère identitaire aux nouveaux liens entre travail et hors travail

20Dans le domaine des transports en commun, le temps de travail doit s'effectuer sur une période journalière couvrant environ 21 heures (de 4 h à environ l h du matin). Cela demande un ajustement des temps de vie aux temps de travail encore plus marqué que dans d’autres métiers. La pénibilité qui en dérive trouve chez les conducteurs une application qui en fait aussi l'un des repères constituant l'identité du métier. Celle-ci se fonde, en effet, sur une réappropriation de la contrainte horaire dela part de ceux qui la subissent. Ils en font de cette manière le signifiantd'une pénibilité également partagée par tous, principe qui détermine l'une des valeurs fondatrices du métier.

21Construire en effet son parcours dans un métier ayant comme valeur et règle cet affrontement à la dureté des horaires décalés, est l'un des éléments forts de l'identité machiniste. Cela a permis pendant des décennies de contenir l'usure propre aux conditions de travail dans des limites apparemment acceptables. Nous disons « apparemment » parce qu'on a l'impression que l'image des anciens conducteurs qui arrivaient à leur vingt-cinquième, voire trentième année de service sans broncher est plutôt fausse : les témoignages ponctuels de conductrices sur leurs pères ou oncles machinistes ayant terminé leur carrière « usés et aigris » sont tellement récurrents qu'il faudrait se poser des questions à ce propos.

22Quoi qu'il en soit, il est certain que ce qui a valu comme repère identitaire et définition des règles de métier, a fonctionné ainsi pendant une période et dans un contexte social où la culture et l'approche du travail étaient autres qu'aujourd'hui. Le rapport au travail des générations actuelles se constitue hors des schémas précédents et vise une valorisation accrue du hors travail.

23Ici, nous observons la manière dont les femmes se mesurent à un métier « choisi » en lui conférant un espace et un temps qui ne sont jamais sans liens avec le hors travail. Leur position devient ainsi révélatrice d'un tissage entre activité salariée et vie privée beaucoup plus visible chez elles que chez les hommes, parce qu’elles en parlent. En même temps, cette énonciation ne se fera facilement que dans l'échange interpersonnel que notre extériorité vis-à-vis de l'entreprise a permis. Il sera par contre objet d'autocensure dans le milieu de travail.

«... L'homme a de quoi se ressourcer ou de quoi s'octroyer une certaine liberté après le travail, alors que pour la femme...  Mon fils avait six ans, quand je suis rentrée dans le métier. Au niveau de la gestion des enfants c'est pas évident : il faut trouver des nourrices qui veulent bien le décalage d'horaire, il faut préparer les choses nécessaires pour quand on n'est pas là. Par exemple, dans une ligne qui fait la nuit, on aime bien rester le soir avec ses enfants, donc on se sent un peu... Plus d'une fois j'ai entendu des réflexions comme ça :"t'as signé, c'est comme nous, t'as qu'à le faire..." C'est vrai que c'est au niveau du règlement, quoi : on a signé, on a décidé de faire ce travail, on est obligé aussi de l'accomplir... je pense que s'il y avait une amélioration d'horaires, il y aurait plus de femmes au volant. Le problème c'est que les directives qui ont organisé le travail ont été faites pour des hommes. Nous on est rentrées et les directives étaient déjà là, et pour l'instant je ne sais pas comment on pourrait faire autrement... Peut-être il y aura une évolution dans dix ans, pour que les femmes... Mais le problème c'est que vis-à-vis des collègues, si le collègue a aussi un service de soir, par exemple, si lui aussi a envie d'être avec sa femme ce soir-là, ou les vacances, ne serait-ce que les vacances... pouvoir les passer en famille..., ben, lui aussi est obligé d'accepter le règlement. On s'est tous engagés dans quelque chose... Peut-être que dans l'avenir ça sera plus reconnu, il y aura peut-être des améliorations, mais au départ c'était pas un boulot pensé pour des femmes. La souplesse pour tout ce qui est vie de famille, ils peuvent pas trop... Ils ont des services à établir, et c'est sûr qu'ils essayent d'arranger la personne. Le problème c'est que cela est fait au détriment d'autres gens, qui viendront se plaindre. C'est là que ça va pas, c'est au niveau de la gestion du départ. On a eu des améliorations, par rapport aux anciennes machinistes, par exemple les jours de soins-enfants, mais par rapport aux bureaux... Moi, j'étais dans un bureau, avant, et c'est sûr que quand on avait un problème on pouvait toujours dire : "je ne serai pas là cet après-midi" et récupérer. C'est difficile sur le terrain : c'est un peu comme sur une chaîne ; ça a beau être un autobus, mais il y a des heures, des roulements, des services un peu comme dans une chaîne qu'on ne peut pas arrêter. Comment peut-on faire tourner tout ça sans briser la chaîne mais sans briser aussi... Le problème est là. On est obligée de pallier, nous, sur notre vie privée. On sacrifie des choses. On ne vit pas une vie de femme, on va bien sacrifier une sortie dans les magasins ou sacrifier un soir avec des amis, parce qu'on sait que le lendemain on commence à 5h, parce qu'on va plutôt faire des priorités sur le fait qu'on a des enfants, le judo avec eux, les devoirs avec eux, au détriment d'autres choses... Je trouve qu'au fur et à mesure des années – je le vois même au niveau des collègues qui sont rentrées après moi – la féminité on la perd en route. Disons qu'on se noie dans la masse, et pourtant... puisqu'on nous a acceptées dans ce métier, et nous le faisons bien, je pense qu'on pourrait inventer une autre manière, une autre souplesse... »  (15 ans d'ancienneté 2 enfants)

24Dans quelle masse se noient les femmes machinistes ? Ce que nous entendons dans ces propos relève d'une interrogation ancienne chez les femmes concernant le rapport au travail salarié. Pour les hommes, l'un des éléments originaires de ce rapport a été l'acceptation fataliste de l'organisation scientifique du travail, soutenue par les syndicats eux-mêmes, comme il est écrit dans les archives de l'histoire du mouvement ouvrier :« Essayer d'entraver le progrès technique, ce ne serait pas être vraiment révolutionnaire : on ne peut pas plus empêcher le travail à la chaîne qu'on ne peut empêcher la pluie de tomber » (Marouani, 1979, p. 22). Seuls les abus de la rationalisation doivent être contestés : il ne s'agit pas de s'opposer à la réorganisation du travail mais d'exiger de bons salaires, pour payer l'épuisement supplémentaire. Ainsi la revendication salariale devient le cheval de bataille privilégié du syndicalisme. « Se noyer dansla masse » signifie alors, pour les femmes, se résigner à rentrer dans le même moule que les hommes, c'est-à-dire accepter que le besoin de gagner sa vie et le désir de se confronter au monde du dehors, de l'activité collective, soient pris dans une conception du travail qui piétine l'espace privé. Chez les conductrices qui ont des enfants cette déchirure est manifeste, parce que les horaires décalés du travail les mettent quotidiennement face au désir entravé d'être là où elles jugent juste d'être, c'est-à-dire présentes au réveil de leurs enfants, ou à côté d'eux après le retour d’école ou lors du coucher. Elles se trouvent ainsi réduites à l'étonnement douloureux - masqué par une infinité de stratégies défensives- d'une confrontation à un travail qu'elles aiment mais qui ne les laisse pas aimer leurs proches comme elles le voudraient.

8. Le temps partiel et les conductrices mariées avec enfants

25Les conductrices qui peuvent trancher du côté d'une réduction du salaire, le considérant de fait comme un salaire d'appoint, choisissent de travailler à temps partiel à hauteur de 60% ou 80% du temps de travail normal.

26Des témoignages de femmes ayant fait ce choix laissent entendre un fait certain :la réduction du temps de travail agit comme révélateur chimique de l’influence du temps complet comme facteur essentiel de la pénibilité dumétier. En effet, travailler trois jours par semaine, parfois intercalés entre les jours de repos, parfois de suite, rend d'un coup au métier de machiniste les qualités imaginaires qu'il avait au début. Réduire le temps de travail signifie ainsi réduire l'envahissement de la sphère privée par le roulement des services, ce qui restitue à ces derniers les qualités originelles qui avaient nourri la motivation des machinistes. D'un coup la qualité de la conduite s'en ressent positivement, ainsi que le rapport aux voyageurs dont on supporte, avec une bien autre tolérance, l'agressivité et les demandes.

27Mais le mi-temps est un choix qu'il faut pouvoir se permettre. S’il est difficile pour qui ne vit que de son seul salaire, les célibataires, c'est encore plus le cas pour les mères seules avec enfants à charge, nombreuses dans la profession. Il faut toutefois prendre en compte que la majorité des conductrices mariées avec enfants, dont le mari dispose de revenus éventuellement compatibles avec un salaire d'appoint à temps partiel, ne choisissent pas cette solution. Ainsi qu'il a été démontré en sociologie du travail (Maruani & Nicole, 1989 ; Kergoat & Hirata 1988 ; E. Serdjenian 1988), le mi-temps est source d'une extrême ambivalence chez les salariées en général. S’il est considéré comme une possibilité pour élever des jeunes enfants et travailler, les femmes savent bien qu’il implique une trop forte continuité avec leur rôle traditionnel de ménagère, continuité qu’elles subissent éventuellement, mais qu’elles ne revendiquent pas. Cela est encore plus vrai chez les conductrices. Leur rapport au métier, à la différence du travail en usine ou dans les bureaux, est assurément teinté de plaisir. Cela détermine chez elles une dévalorisation du « retour à la maison ». Pourtant nous avons ressenti beaucoup de souffrance cachée derrière l'acceptation du temps complet, là où le temps partiel aurait pu être envisagé. Cette souffrance se manifeste par des éléments contradictoires dans le discours sur les horaires. Ainsi, par exemple, une mère avec trois enfants, dont deux en bas âge, après la description des acrobaties compliquées qu'elle pratique pour échanger les services avec les collègues lorsque le mari ne peut pas assurer sa présence à la maison, nous dit :

« Moi, je ne sais pas trop comment on pourrait faire pour améliorer ça... Peut-être avoir les repos les mercredi et les samedi, mais on ne peut pas trop demander là-dessus, parce qu'après... Et puis moi je veux vivre aussi, je ne veux pas vivre seulement pour mes enfants, hein : j'ai des enfants, je les ai voulus, mais je ne veux pas non plus sacrifier ma vie à l'autel de mes enfants, parce que d'ici à quelques années ils me diront "au revoir et merci ».

28Mais plus loin elle ajoute :

« Si j'avais des choses à améliorer? ben oui, les horaires des services... S'ils pouvaient s'adapter... Moi, j'aimerais pouvoir emmener mes enfants à l'école et les chercher, être avec eux le soir, mais bon, c'est pas possible... »  (34 ans, trois enfants, 8 ans de métier, divorcée)

29Cette impossibilité se révèle provoquée par des facteurs moins subjectifs qu'objectifs. Il serait possible d’envisager les choses autrement, si le clivage entre les activités n’était pas considéré comme « allant de soi ».

30On peut alors commencer à tirer quelques conclusions. Deux éléments principaux déterminent le rapport au temps des machinistes. Tout d'abord l'ancienneté dans le métier, avec ses composantes de moindre fatigabilité physique et psychique lorsqu'on s'y mesure jeune, de curiosité pour les tâches du métier, combinée à une bonne disposition à assumer l'instabilité liée à ces rythmes quotidiens. Puis l'épuisement lorsque les années de travail enlèvent à ces composantes leurs facteurs de nouveauté en ne gardant que les aspects répétitifs et fatigants. Cela vaut sans doute autant pour les hommes que pour les femmes. En deuxième lieu la présence ou l'absence d'une vie familiale, c'est-à-dire de liens affectifs contrariant une liberté d'investissement dans l'espace-temps du travail. Pour les conductrices qui ont des enfants, le travail comme espace séparateur risque de perdre, alors, une partie de ses caractéristiques bénéfiques : les responsabilités de la maternité imposent un contrôle du temps quotidien qui laisse peu de marges aux plaisirs de l'instabilité.

31Mais pourquoi ne pas considérer les réflexions nées des contraintes vécues, des stratégies déployées pour les dépasser, tout ce que ces femmes ont pu penser autour du gâchis de leur investissement positif initial, comme une occasion précieuse pour repenser l’articulation des temps privés et professionnels ?

9. Temps, vie, travail : et si on donnait de la valeur à l’espace entre les activités professionnelles et privées ?

  • 4  cf « workhaolisme » – ou addiction maladive au travail (Spence et Robbins, 1992, Robinson, 1996, 2 (...)

32Hommes et femmes le savent bien : l’expérience professionnelle fait éprouver et soutenir que rentrer dans l’espace du travail signifie, normalement, laisser à la porte les préoccupations liées à l’espace domestique. Les hommes y réussissent bien. L’analyse du rapport au travail des femmes montre que cette volonté de séparer les deux sphères rencontre beaucoup d’échecs. La tentative, souvent empêchée, de concilier espace professionnel et espace privé (en réalité de concilier deux activités différentes, professionnelle et familiale) signale que la sphère du travail est, chez elles, particulièrement soumise à des infiltrations de l'espace domestique (Laufer, Marry & Maruani 2001 ; Bouffier-Morel, 2007 ; Buseyne, Donlevy-Gomes & Silvera, 2004 ; Prévost & Messing, 2001). On en a une multitude d’exemples dans les témoignages des conductrices présentés dans les différentes parties de ce texte. Cette infiltration est le plus souvent vécue comme source de fatigue et de stress, car elles doivent la gérer sans que l’intelligence et la richesse de ce travail de « conciliation » soient reconnues et partagées socialement. Faut-il, alors, cliver ou accorder les deux domaines ? L'alternative est improbable, car en réalité l’équilibrage toujours tendu entre zones d’activité n'est concevable ni par leur conciliation ni par leur clivage. Concilier les deux sphères ne serait réaliste que si ce besoin relevait d’une véritable demande sociale et était donc partagé aussi par les hommes. Cela bousculerait de façon très radicale la division sexuelle du travail, et, d’un coup, l’organisation sociétale dans son ensemble. Un processus est entamé en ce sens, mais on est certainement encore loin de son affirmation. D’autre part, le clivage manifesté entre activité professionnelle et domestico-familiale, expérience surtout masculine, a montré les potentiels pathologiques qu’il comporte4.

33Il y a, selon nous, une troisième voie. Elle trouve ses sources dans un véritable processus d’élaboration, subjective et collective, dont l’objet serait ce que chacun apprend àdévelopper dans l'entre deux de ces espaces. Cet « entre deux », est l'espace de pensée et d’action ouvert par les passages constants de l'un à l'autre de ces domaines d’activité. Cherchons à définir cet espace.

34Dans la séparation entre genres d’activité telle qu’elle existe aujourd’hui, et par la seule mise en valeur du travail professionnel par rapport au travail « domestique », la puissance d’action d’un individu ne se développe trop souvent que de façon dissociée. Elle trouve en revanche son potentiel déploiement dans la conscience de son activité propre, conscience de son pouvoir d’agir qui se développe bien évidemment par et dans les activités quotidiennes réalisées, mais aussi dans les passages entre des activités différentes. Pensons aux témoignages des conductrices. On pourrait lire entre les lignes des expériences décrites les signes d’un discours intérieur qui évalue le vécu au travail et ses retombées sur l’espace privé. « …Dans l'avenir, vu l'inaptitude, vu les gens qui craquent et tout, par rapport à ce qui se passait avant, où la vie était différente, je pense qu'ils arriveront peut-être à faire des choses qui amélioreront justement les conditions de vie, par rapport à nos conditions de travail… » disait l’une des conductrices rencontrées (cf § 5).

35Oui, elle a bien dit : améliorer les conditions de vie par rapport au travail. Un homme aurait inversé le propos. L’expérience propre aux conductrices – mais aussi celle de toute femme qui travaille – d’un investissement dans un travail qui est toujours double car il concerne l’activité professionnelle et privée, suggère des indications précieuses. Elles ne sont visibles qu’en les décryptant dans les paroles échangées, car il faut de la méthode pour qu’on les voie. Au travail, les femmes entendent, partagent ou critiquent les genres de discours que leurs collègues et leurs responsables hiérarchiques tiennent sur l’activité professionnelle. Lorsqu’elles ont affaire à leurs tâches domestiques et familiales, elles entendent, critiquent et partagent le genre de discours qui prévaut dans le contexte social et culturel où elles vivent (qu’est-ce qu’une bonne mère, une bonne épouse etc. ?). On peut supposer, toutefois, que chaque femme, dans l’expérience intense – comme c’est le cas chez les conductrices – d’un travail qu’elle a investi et d’une activité familiale-domestique qu’elle a aussi investie, a pu se faire un autre discours. Il s’agit du discours intérieur qui retravaille l’expérience quotidienne, qui en questionne les actions réalisées et les résultats obtenus. Les dilemmes, les difficultés, les choix à faire que chaque conductrice à dû envisager pour tenir « comme il faut » dans la double activité qu’elle assure, sont forcément porteurs d’une évaluation sur l’organisation du travail, sur les rapports de couple, sur l’éducation des enfants, sur la construction des règles, sur les temporalités qui aident à rester en santé et ceux qui la minent.  Bien évidemment, il s’agit d’une activité réflexive qui concerne les hommes aussi. Sauf que chez eux, les dilemmes propres à la tension entre espace professionnel et privé ont été désamorcés par une division sexuelle du travail qui les a exemptés du travail domestique. Les choses sont en train de changer, comme on le verra plus loin, et ce changement est probablement le fruit du travail souterrain des femmes. Mais il faut savoir le reconnaître.

36Jusqu’à maintenant, ni la psychologie du travail, ni l’ergonomie, ni la sociologie, ni l’anthropologie ne se sont donné les instruments méthodologiques pour rendre manifestes, discutables et donc conscients, ces dialogues intérieurs. On ne sait pas encore investiguer ces dimensions car, dans les recherches sur le travail et ses temporalités, on ne sait poser les problèmes qu’à partir d’un point de vue mono-centré : soit on analyse le travail professionnel, soit le travail domestico-familial.

37Notre pari est alors de trouver l’approche pertinente pour une analyse éclairante ce qui se passe entre les activités. Ce travail pourra peut-être se faire en sachant entendre, lorsqu’on cadre l’analyse d’une activité, l’écho des préoccupations professionnelles dans l’espace domestique et ce que de cet espace déborde dans l’espace professionnel. Les stratégies mises en acte par les femmes pour réaliser « comme il faut » chacune des deux activités – toutes deux essentielles à la survie et au développement du genre humain – constituent des clefs essentielles. De quoi ? De la manière dont pourraient aller les choses, si on refondait les socles fondamentaux de la division du travail, professionnel et domestique.

38Le paradigme du travail des conductrices peut servir d’exemple : il comporte une activité utile et nécessaire, qui demande des compétences techniques importantes, contraignant à des conditions de travail problématiques quant à l’organisation de l’espace privé : tout ceci demande une régulation collective particulièrement complexe. Approfondir ces sujets du point de vue des femmes qui ont choisi ce métier, en leur garantissant des conditions de parole où puisse émerger le discours non prononcé qu’elles s’échangent avec elles-mêmes pour tenir, serait peut-être un bon point de départ pour transformer le travail et ses formes de réalisation.

  • 5  Aux TL, entreprise de Transports en commun de Lausanne. La réorganisation des horaires de travail (...)

39Des recherches en ce sens sont en cours. Nous en avons commencé une dans une entreprise de transport en commun5 qui a réussi à mettre en place une expérience tout à fait originale et, à notre connaissance, unique en Europe, de réaménagement du temps de travail pour les conducteurs. Ici, les conducteurs peuvent choisir, tous les trois mois, les lignes de bus et les tranches horaires qu’ils préfèrent, et cela en suivant un critère d’ancienneté. Certes, les conducteurs les plus anciens auront un choix très large, tandis que les derniers arrivés dans l’entreprise ne pourront choisir que les lignes et les tranches horaires non choisies par leurs collègues. La majorité, toutefois, peut choisir. Il reste donc à comprendre dans quelle mesure ce « libre choix » modifie ou conforte les pratiques et les systèmes de représentation en matière de division sexuelle du travail. Hommes et femmes évoquent-ils/elles les mêmes critères de choix, les mêmes préférences, les mêmes référentiels en matière d’aménagement des horaires de travail ? Mais surtout: a-t-on pensé avec tous les sujets concernés le système pertinent qui respecterait non seulement l’ancienneté, mais aussi les activités nécessaires à la vie, et pas seulement la vie du travail ? Nous savons que les femmes ont beaucoup de choses à dire à ce sujet et que les hommes qui commencent, comme c’est le cas dans cette entreprise, à vivre de façon moins dissociée l’espace professionnel et privé, pourront aussi commencer à en parler. Il faudra juste savoir poser aux unes et aux autres les bonnes questions.

40À suivre donc.

Haut de page

Bibliographie

Buffier-Morel, 2007. L’emploi du temps au feminin, L’Harmattan, Paris

Buseyne N., Donlevy-Gomes V. et Silvera R. 2004. Articuler vie professionnelle et vie personnelle, Les cahiers de Racine (réseau d'appui et de capitalisation des innovations européennes).

Canguilhem G., 1984, [1966]. Le normal et le pathologique, Paris, PUF.

Chabaud-Richter, D., Fougeyrollas-Schwebel, D. Sonthonnax E., 1985. Espace et Temps du Travail Domestique, Méridiens, Paris

Clot, Y. (1999). La fonction psychologique du travail, Paris, PUF.

Curie, J., Hajjar, V., 1987. « Vie de travail, vie hors travail. La vie en temps partagé », in C. Levy-Leboyer & J-C. Sperandio (Eds.), Traité de psychologie du travail, 174-180, Paris : PUF

Daune-Richard, A.M., 2004. « Les femmes et la société salariale : France, Royaume-Uni, Suède », Travail et emploi n° 100

Grossin W., 1969. Le travail et le temps, Ed. Anthropos, Paris,

Gadbois, C. ,1975. « L’analyse des emprises réciproques de le vie de travail et de la vie hors-travail ». Bull. du CERP, XXIII, 2, 117-151.

Haus, E. & Smolensky, M., 2006. « Biological clocks and shift work : circadian dysregulation and potential log-term effects. » Cancer Causes Control, 17, 489-500.

Kergoat D., 2001. « Le syllogisme de la constitution du sujet sexué féminin. Le cas des ouvrières spécialisées », Travailler,  2001/2 - N° 6

Kergoat D., Imbert F., LeDoaré H. et Sénotler D. (dir.), 1992. Les infirmières et leur Coordination, 1988-1989. Paris, Éditions Lamarre, 192 p.

Kergoat D. Hirata H., 1988. « Rapports sociaux de sexe et psychopathologie » in Plaisir et souffrance dans le travail, éd. de l'AOCIP

Laufer, J., Marry C., et Maruani M., (dir.) 2001. Masculin-féminin. Questions pour les sciences de l'homme, Paris, PUF.

Loriol, M., 2000. Le temps de la fatigue. La gestion social du mal-être au travail, Paris, Anthropos (Sociologiques)

Maruani, M., 2003. Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte

Maruani, M., 1979. Les syndicats à l'épreuve du féminisme, Paris, Syros

Maruani M, Nicole C., 1989.  Au Labeur des dames, Syros éditions, Paris

Méda D., 2001. Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion,

Meyerson, I., 1948. La fonction psychologiques et les oeuvres, Paris, Vrin

Molinier P., 2003. L'énigme de la femme active / égoïsme, sexe et compassion, Paris, Payot

Queinnec, Y., Teiger, C., & De Terssac, G., 1992. Repères pour négocier le travail posté. Toulouse, Octarès

Prévost, J. & Messing, K., 2001. Stratégies de conciliation d’un horaire de travail variable avec des responsabilités familiales, Le Travail Humain, 64, 2, 119-143.

Rolle P., 1996. Où va le salariat ? Louvain, Édition Pages Deux

Scheller L., 1996. Les bus ont-il un sexe ? Les conductrices de bus : approche psychodynamique de la division sexuelle du travail à la RATP. Mission Prospective n°108 – Ratp

Serdjenian E., 1988. L'égalité des chances ou les enjeux de la mixité, les éditions d'organisation, Paris

Touchard, D., (dir.) 2005. Repenser les temps. Collection Ville de Rennes

Wallon, H., 1947. « Taylorisme, rationalisation, sélection, orientation », Technique, Art, Science 1, 5-11

Haut de page

Notes

1  En 2000, les  femmes représentent moins du quart des salariés de l'ensemble du TRV (Transport Routier Voyageur) (et  seulement 11 %  dans l'ensemble du TRM). Cependant, entre 1986 et 2000, sur le champ  des établissements affiliés à l'UNEDIC, les effectifs salariés féminins du TRV ont été multipliés par trois. La part des femmes a augmenté ainsi de  8,3 points, passant de 13,7% à 22,0 %. Cette féminisation du TRV se poursuit à un rythme soutenu en fin de période, plus de 10 %  (Source : UNEDIC). La représentation féminine n'est pas très différente selon le caractère régulier ou non du transport de voyageurs ; toutefois, elle augmente  davantage dans le transport occasionnel. Pour les conducteurs d'autocars du secteur du transport routier de voyageurs, les enquêtes de l'Inrets de 1993 et 1999/2000 montrent que  la proportion de conducteurs femmes a peu augmenté, passant de 11,8 % à 13,1 %. Leurs conditions de travail restent différentes de celle des hommes : elles sont deux fois plus nombreuses à travailler à temps partiel,  elles occupent deux fois plus souvent des postes mixtes (à la fois régulier et occasionnel) que des postes spécialisés (régulier ou occasionnel) et deux fois plus souvent des postes organisés en deux phases (deux périodes de travail séparées de plus de six heures) que des postes en une phase.

2  À la RATP, les conducteurs de bus sont appelés « machinistes ». Nous utiliserons ce terme lorsqu’il concerne hommes et femmes ou la catégorie générale des conducteurs. En revanche on dira « conductrices » et « conducteurs » lorsqu’on parlera de femmes ou d’hommes machinistes.

3  Les hors ligne sont les conducteurs qui peuvent remplacer n’importe quel autre conducteur et qui n’ont pas de ligne de bus fixe  attribuée

4  cf « workhaolisme » – ou addiction maladive au travail (Spence et Robbins, 1992, Robinson, 1996, 2000), sorte de compulsion à travailler qui ne répond ni à des besoins productifs, ni au besoin de gagner mieux sa vie, mais plutôt à un investissement pathologique d’une seule zone d’existence, l’espace fermé du travail productif.

5  Aux TL, entreprise de Transports en commun de Lausanne. La réorganisation des horaires de travail (ATT : aménagement des temps de travail) est opérationnelle depuis 2003. Nous venons de commencer une étude exploratoire sur les effets de l’ATT chez les femmes et les hommes conducteurs dans leur rapport au temps dit « hors travail ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Livia Scheller, « Le temps des conductrices de bus  », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1020 ; DOI : 10.4000/temporalites.1020

Haut de page

Auteur

Livia Scheller

Université de Lausanne Institut de Psychologie – 1015 Lausanne. Livia.Scheller@unil.ch ou liviascheller@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page