Navigation – Plan du site

Temps du care et organisation sociale du travail en famille

Time for Care and the social organization of work in a family context
Aurélie Damamme et Patricia Paperman

Résumés

L’organisation du care en famille interroge les manières de restituer les activités que ce travail recouvre, les multiples agents qu’il implique, et les temporalités diverses qu’il engage. Si le sexe et la  disponibilité temporelle quasi-permanente permettent de rapprocher le care du travail domestique, c’est le travail de coordination sur le long cours qui vient spécifier le care, tout à la fois travail et éthique. L’effort de mise en cohérence des protagonistes, professionnels et non professionnels, membres de la famille et quasi-parents, défie les frontières entre privé et public. Processus d’intégration de différentes temporalités, le care est décrit comme agencement et enchaînement de phases. C’est par le souci d’assurer la continuité des soins que s’identifie alors la figure du principal responsable, engagée dans une temporalité qui la met souvent en porte-à-faux avec celle des organisations du travail contemporain. Pourtant, c’est bien par la reconnaissance de l’importance politique de ce temps de care que peuvent être bousculées les hiérarchies variées auxquelles il peut donner lieu, selon les lignes de genre, de classe et de race.

Haut de page

Texte intégral

1La perspective du care comporte une visée éthique et politique par la place centrale qu’elle accorde à la vulnérabilité des personnes, de toutes les personnes (Tronto, 1993 ; Feder Kittay et Feder, 2002 ; Nussbaum, 2002). Le care, indissociablement travail et éthique, montre et confirme l’importance accordée aux personnes (mais aussi aux choses, à l’environnement) par le soin, l’attention, le souci,l’anticipation. Dans cette perspective, la vulnérabilité n’est pas réservée à certaines catégories de personnes ni à des groupes particuliers. En effet, c’est une part importante du travail de care qui sort du champ si on suppose que ce travail s’adresse exclusivement à une ou des catégories clairement identifiables de vulnérables. La catégorisation des vulnérables à des fins de politiques sociales et publiques renforce l’idée d’un travail délimité à des déficiences perçues comme exceptionnelles, éloigne de la réalité de situations marquées par l’empilement des charges de dépendance, et ignore les relations de care entre personnes non officiellement dépendantes. La description du travail de care conduit à déconstruire ces catégories, à montrer comment elles infléchissent la description et le travail de care (Damamme, 2008). Dans cet article, nous voudrions faire apparaître l’intérêt de cette perspective qui se distingue des analyses des politiques sociales et des politiques publiques qui fonctionnent sur la base d’identification de catégories de vulnérables, étanches et non cumulables. Comment la perspective du care permet-elle d’expliciter ces présupposés de l’action publique qui sont contenus dans la boîte noire du care « domestique » ? C’est en considérant les temporalités spécifiques du care – y compris domestique – que l’on peut tenter de répondre à cette question.

2La redéfinition de la vulnérabilité corollaire de la notion de care engage à prendre en considération le temps de la vie dans sa totalité, et pas seulement une portion qui serait prélevée en mettant hors champ, entre autres, les phases de début et de fin, et partant, tout le travail que nécessitent le démarrage de la vie, le développement des personnes, l’affaiblissement de leurs capacités. Les transformations des façons de penser le temps, corollaire des transformations du capitalisme et de la division du travail, la volatilité et la flexibilité, la compression de l’espace et du temps (Tronto, 2003a), accentuent le contraste avec les temporalités du care, ni flexibles ni volatiles : quotidienneté, répétition, constance, continuité assurent la bonne marche des affaires pour les autres, proches et distants, quand bien même les activités de care sont partiellement marchandisables. Les temps du care ne peuvent être contrôlés et compressés de la même façon que d’autres temps de travail. Le développement des capacités des personnes, les soins du corps, l’entretien de la conversation, le souci des autres mettent en jeu une autre sorte de temporalité (Adam, 1995, 2004 ; Legarreta Iza, 2008). Comme le montre Arlie Hochschild (1997), c’est bien cette temporalité du care pour les enfants et plus largement le temps pour l’engagement dans les affaires publiques, qui sont détruits par l’accentuation des contraintes produites par les nouvelles formes d’organisations de travail. S’occuper de personnes, qu’elles soient ou non dépendantes au sens des politiques publiques, requiert de basculer du temps dominant, linéaire, celui qui s’est imposé dans la société industrielle, au temps des personnes qui n’est pas un temps mesurable ou échangeable selon des principes d’équivalence1.

3L’enquête exploratoiresur l’organisation du travail de care dans les familles, sur laquelle repose notre analyse, rend compte des tensions et des contraintes pesant sur ce travail. Ces tensions et contraintes se (re)présentent essentiellement sous la forme de tensions et de contraintes de temps. Elles révèlent et manifestent la division genrée du travail (Kergoat, 2000). La dimension du temps s’avère donc cruciale pour décrire la complexité de l’organisation sociale du travail de care, de deux façons (au moins) :

  1. le travail de care mobilise des agents multiples dont il s’agit de coordonner les activités. Cette coordination est essentiellement une histoire de temps et constitue elle-même une activité chronophage ;

  2. les relations sociales nouées autour de la dépendance et de la vulnérabilité se déploient sur le temps long, souvent le temps d’une vie entière.

Situations de care et relations d’enquête

4Parler des situations de care avec les personnes responsables dans les familles, ce n’est pas aborder un thème délimité, détachable d’un contexte global de vie, c’est entrer dans la vie des agents du care dans ce qu’elle a de spécifique : une difficulté à s’exprimer et à parler des activités de care en dehors de récits longs, qui mêlent attachement et travail, notions morales et perspective pratique.

5Les personnes rencontrées dans le cadre de cette enquête exploratoire sont en fait les principales responsables des soins dans les familles. Ce sont des femmes qui nous ont été présentées par un membre de leur entourage2 sur la base d’une désignation privilégiant une sorte de dépendance, la plus spectaculaire ou la plus dramatique, en tout cas saillante au moment de la prise de contact : enfant handicapé, parent âgé, maladie grave dans la fratrie, charge d’éducation résultant de parents défaillants, conjoint handicapé. Cette dépendance dont la charge pour la principale responsable apparaît à ce moment-là si forte qu’elle devient notable et remarquable pour les amis ou les proches, s’avère en réalité « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ». C’est ce dont nous avons voulu rendre compte dans l’encadré présentant sommairement les situations étudiées3.

Marie, soixante ans, est documentaliste dans un lycée en Lorraine. Mariée à Roger qui est employé dans une scierie, elle a quatre enfants dont Sandrine, 30 ans, adoptée à 6 ans et atteinte d’une déficience mentale. Lors de notre premier entretien, Sandrine devait s’installer dans un foyer après avoir vécu chez ses parents.
Christine, cinquante-et-un ans, cadre supérieure dans un établissement public parisien, est mariée, sans enfants. Elle s’occupait de son frère Bertrand atteint d’une sclérose en plaques à l’âge adulte. Il a pu être pris en charge à son domicile, du fait de la forte mobilisation de Christine qui a supervisé l’organisation pratique, administrative et financière des soins jusqu’au décès de son frère en 2007. Françoise, trente-cinq ans, est éducatrice spécialisée en Essonne. Elle vit à Paris, son compagnon habite aux Antilles. Elle s’est occupée de ses frères jumeaux pris en charge par l’aide sociale à l’enfance du fait de la maladie de leur mère. Françoise s’occupe également de sa mère qui vit dans une relative solitude, du fait de sa maladie et des absences de son mari routier.
Julie et Damien, respectivement quarante-huit ans et cinquante-trois ans, sont parents de trois enfants. Elle est pédiatre en hôpital et lui, cadre supérieur. Leur dernier enfant, Julien, adopté à l’étranger, est polyhandicapé. Agé de 13 ans, il va dans une école publique médicalisée dans les Hauts de Seine.
Rosie, soixante-deux ans, est retraitée de la fonction publique (Elle a occupé à la fin de sa carrière un poste de bibliothècaire dans une école d’arts publique). Elle est divorcée, mère de trois enfants. Elle s’est occupée avec ses six frères et sœurs de la « fin de vie » de sa mère, aujourd’hui décédée. Face aux difficultés du maintien à domicile de leur mère, les enfants ont décidé de lui proposer un hébergement dans une maison de retraite bénéficiant d‘une bonne réputation.
Claude, cinquante-trois ans, est professeur de français dans un lycée de Seine-Saint-Denis. Elle est en couple avec un « handicapé autonome » selon ses propres termes. Malgré sa paraplégie, il travaille, conduit et n’a pas besoin d’aide spécifique. Ils ont un enfant âgé de 14 ans.
Jeanne, soixante-trois ans, cadre supérieure dans une grande entreprise publique, a élevé seule ses deux enfants, aujourd’hui parents à leur tour. Elle s’est occupée de la fin de vie de son père, sans l’aide de ses deux sœurs. En outre, Jeanne a dû également prendre en charge, pendant une période de plusieurs années, une de ses sœurs – et de ce fait, les enfants de cette sœur- l’accompagnant au fil de ses différentes hospitalisations.
Marianne, cinquante-huit ans, écrit aujourd’hui des livres pour enfants. Mère de trois enfants, elle a élevé seule ses enfants, nés d’unions différentes. Elle a pris une retraite anticipée de l’enseignement pour pouvoir s’occuper de son dernier fils, Daniel, polyhandicapé. Daniel a été accueilli dans différentes institutions, avant d’être hébergé dans une maison d’aide spécialisée dans les Yvelines. Elle a également accompagné sa mère en fin de vie, sa sœur atteinte d’un cancer et soutenu les enfants de cette sœur.

Les situations que nous avons rencontrées au cours de cette enquête sont en effet mieux caractérisées par l’empilement des charges de dépendance sur la principale responsable. Cet empilement ou cette superposition ne sont ni exceptionnels ni anecdotiques, elles sont le lot commun. Si nous avons en effet pu en saisir l’importance et la pertinence pour l’analyse du travail de care, c’est que notre enquête a pris la forme de relations suivies avec ces personnes, nous faisant ainsi entrer dans l’histoire longue des vies des familles qui se compose d’une pluralité de dépendances, parfois successives, parfois simultanées. Ces relations qui se sont prolongées au-delà de la phase « consacrée » des entretiens individuels ont été l’occasion de récits spontanés, de descriptions des tensions morales qui n’avaient pas été sollicitées par l’enquêtrice. La connaissance et la compréhension des situations des personnes se sont développées dans ces relations suivies, relativisant la portée de ce qui se passe et surtout de ce qui se dit dans le cadre d’un entretien individuel. Elles nous ont amenées à proposer une réunion de restitution de nos hypothèses sur les traits caractérisant la position de pourvoyeur-euse principal-e de care dans la famille. La mise en discussion des hypothèses au cours de la réunion s’est appuyée sur certains principes méthodologiques de la psychodynamique du travail en les adaptant aux situations de care domestique4. Cette réunion de restitution a d’ailleurs rendu plus explicite les difficultés entourant la formulation commune de caractéristiques de la position de responsable principal de care dans les familles. Elle a été l’occasion de préciser des tensions présentes de manière atténuée dans les entretiens individuels autour des inégalités de distribution des tâches de care selon le genre. Plusieurs participantes ont alors fait observer que la distribution du care dans les familles et dans les échelons inférieurs du travail social et du personnel des institutions soignantes laissait apparaître plus de femmes que d’hommes. Ce constat a pu aussi faire surgir des remarques concernant la division des responsabilités dans les familles et permettait de « raccrocher » les questions de care à des débats plus couramment menés dans l’espace public, en particulier les inégalités de genre et de classe dans la distribution de ce travail (Delphy, 1970 ; Kergoat, 2000).

6Ce que nous avons appris ainsi, c’est qu’il n’est pas tout à fait juste de décrire le travail de care dans les familles en se focalisant sur une seule dépendance, aussi importante soit-elle, et qu’il est plus approprié de se centrer sur cette position de principale responsable qui « gère » des situations complexes du fait de la multiplicité des charges. En effet, c’est depuis cette position que se manifeste la pertinence du temps long (du temps de la vie) comme cadre d’analyse pertinent. D’autre part c’est depuis cette position que la temporalité apparaît comme un problème pratique qui doit être traité et résolu : ce en quoi consiste en grande partie le travail de coordination. C’est bien la cohérence du care qui est en jeu dans cette organisation temporelle complexe qui se dégage de l’enquête.

La position de principale responsable

7Le care n’est pas centralement une histoire de sentiments, ni un travail de l’amour, mais un processus qui se déploie comme un enchaînement complexe d’activités dont l’organisation varie selon de nombreux facteurs (notamment socio-économiques) et produit des inégalités diversifiées : d’accès aux soins, mais aussi de chances, de capacités de vie et de pouvoir. C’est de l’intégration du processus, c’est-à-dire de la coordination entre les aspects ou phases de l’activité (Tronto, 1993) que dépend la réussite de l’action. Noter l’existence d’un besoin (care about), prendre les dispositions pour qu’il puisse trouver une réponse (care for), donner directement la réponse ou le soin (care giving), et les recevoir (care receiving) constituent les éléments du processus qui peuvent être dissociés et fragmentés (en faisant l’objet de politiques publiques circonstanciées et en étant associés à des positions sociales hiérarchisées dans la division du travail), ou intégrés en un ensemble plus cohérent. Le contenu de chacune de ces étapes est l’objet d’organisations où réapparaissent les distinctions de genre, de classe et de race. Les deux premières étapes font ainsi plus souvent l’objet d’une attention des agents les mieux dotés socialement, tandis que les deux autres sont reléguées, maintenues hors du regard, rendues invisibles (Tronto, 1993 et 2003b). En se focalisant sur la principale responsable, on accède à l’organisation qui se déploie autour du destinataire de soins. Ces récits permettent de révéler les formes d’intégration entre ces différentes phases. Généralement très impliquée dans les phases d’identification d’un besoin et des réponses qui lui semblent adéquates, celle que nous appelons principale responsable cumule en fait les tâches de donner les soins et de les organiser.

8C’est en prenant en compte cette pluralité des aspects du care et leurs agencements  (Sevenhuijsen, 1998) que l’on gagne à décrire l’organisation sociale de ce travail dans les familles. En effet, les activités qui contribuent au maintien des personnes mobilisent un éventail plus ou moins large de protagonistes : professionnels et non professionnels, protagonistes engagés en vertu de leur affiliation à des institutions publiques (relevant de compétences étatiques ou d’un niveau territorial), agents fournissant des services dans les conditions du marché, personnes liées par des relations de parenté ou des relations de quasi-parenté que Weber, Gramain et Gojard (2003) nomment « la parenté pratique ». Dans une telle configuration, la cohérence du care comme processus implique d’abord la coordination des différentes interventions autour du destinataire des soins. Cette coordination, et partant, la cohérence du processus, revient au principal responsable (caregiver principal) qui s’applique à rendre convergentes – pour l’objectif du care – les différentes temporalités des intervenants multiples concourant à la prise en charge d’une personne en situation de dépendance.

9Il nous est donc apparu que ce qui était commun aux principales responsables en prise avec des situations de dépendance très diversifiées, était bien le fait d’avoir à assurer la coordination et la continuité des soins aux destinataires, par delà les fluctuations des vies des différents membres de la famille potentiellement concernés, par delà les ruptures et recompositions des vies des familles, par delà les transformations des positions professionnelles et des situations de travail, par delà les aléas de la vie et les évolutions des pathologies, par delà la superposition des charges de dépendance qui adviennent au fil des vies.

10La coordination constitue un aspect crucial de la position de responsable, quelle que soit son implication dans la fourniture directe des soins. Elle représente une part importante du temps de travail. Elle est en outre ce qui rend ce travail visible, identifiable pour tout un chacun, quelque soit leur position relative dans le réseau et leurs relations. La coordination des temps des différents agents du care est l’axe organisateur des problèmes de care, sous son double aspect de travail et d’éthique. Elle est ce qui rend possible la mise en œuvre du care, au-delà des soins et attentions dispensés de manière fragmentée. Elle est la face temporelle de l’intégration du processus, la condition de sa cohérence.

11L’activité de coordination implique des équilibrages à effectuer entre les différentes temporalités des agents impliqués. Par exemple, la mise en place d’outils informatiques tels que la liste email groupée ou le tableau Excel que l’on met à jour régulièrement permet d’assurer un roulement des visites entre les personnes qui se sentent concernées. Pour s’occuper de la grand-mère malade, une des petites-filles a réalisé un tableau qui permet de faire l’état d’attribution des « tours » de visite. Ces outils formalisent une réflexion en amont sur les disponibilités temporelles qui peuvent être attendues de chacune des personnes impliquées. La répartition intègre plusieurs critères explicites : la dimension générationnelle (les enfants sont plus sollicités que les petits enfants) d’une part et l’attachement, la proximité présumée d’autre part (les enfants du fils ne sont pas sollicités du fait des relations plus difficiles entre le fils et sa mère).

12Le travail de coordination – généralement assumé par un ou deux caregivers principaux dans les familles – permet de relier, connecter des segments qui peuvent être pris en charge par les politiques publiques définissant leurs actions à partir d’un type de dépendance : par exemple les personnes âgées (dépendantes), le handicap, la maladie. La dimension temporelle est par nature difficile à prendre en compte par des politiques publiques qui ont à catégoriser en fonction de critères saisis à un moment t. Ainsi, lorsque des structures associatives ou des professionnels parviennent à jouer le rôle de coordination entre les différentes institutions, la mise en cohérence du travail de care par le ou les responsables familiaux s’en trouve largement facilitée.

13L’usage du terme de coordination ne doit pas laisser entendre une absence de conflits ou de tensions entre les personnes impliquées mais souligne cette matrice pratique du care. La coordination peut faire intervenir un couple par exemple, ce qui laisse souvent apparaître des tensions selon une ligne de genre. Cela peut par exemple se manifester par le besoin d’évaluer quantitativement son implication. Dans une configuration de couple où l’implication de Damien, le père, est pourtant reconnue, la charge est jugée telle que Julie, la mère, illustre sa plus grande disponibilité par toute une série d’exemples, comme le compte des coups de fil passés à l’institution, les jours de congé pris lorsque l’enfant est malade. En effet Julie constate que c’est elle qui ajuste en permanence son emploi du temps salarié aux imprévus du care. Par ses comptages, elle manifeste la difficulté à faire reconnaître, par son mari, la nécessité de répartir l’effort de conciliation du travail et des activités de soin familial. Cette division genrée du temps se maintient alors même que l’on assiste à un accroissement des attentes éducatives à l’égard des pères (Epstein, 2004)5. La question de la division des temps d’activité de care selon le genre n’est pas apparue seulement lors de l’entretien avec ces deux parents. Elle a pu également être constatée lors de la restitution collective qui a fait émerger l’implication différenciée des hommes et des femmes dans le travail de care. C’est dans ce contexte que Marianne, qui a assumé le rôle de pourvoyeuse de care principale durant de nombreuses années, fait référence à la difficile implication des pères sur le long cours. Elle s’appuie sur sa propre expérience mais fait également référence à celles d’autres mères qui ont un enfant hébergé dans le même établissement que son fils. S’ensuit alors un débat avec le seul homme présent qui revendique son rôle de pourvoyeur de care au même titre que son épouse et fait valoir la forte implication des pères dans l’association de parents dans laquelle il est lui-même très engagé.

Garantir la continuité des soins

14L’ancrage à partir de la position de pourvoyeuse principale de care permet d’éviter l’écueil d’une analyse du travail qui délimiterait son domaine à partir d’un type de dépendance, définie par les catégories de politiques publiques. C’est à partir de cette position que s’appréhendent mieux les difficultés de la prise en charge des malades ayant des pathologies très évolutives, tandis que les temps des institutions répondent à d’autres logiques en décalage avec les temps changeants de maladies.

15Le temps long de la prise en charge est jalonné de crises et l’enquête révèle la fragilité des configurations d’aide telles qu’elles peuvent être présentées à un moment t. Par exemple, Marianne, dont un des trois enfants est handicapé, doit faire face à un moment de sa vie – celui qui correspond aux premiers entretiens de l’enquête – aux difficultés habituelles de l’état de santé de son enfant, mais aussi à celles qui entourent la maladie de fin de vie de sa mère et de sa propre sœur. Pour chacune de ces dépendances, le périmètre de la famille, pour reprendre la terminologie de Florence Weber (2003), change de même que change le niveau d’engagement des différents membres. Mais c’est bien la configuration globale de ces arrangements qui fait la charge du care pour Marianne, même si sa responsabilité principale concerne d’abord l’organisation de la prise en charge de son fils. Pourtant, celle-là ne met pas un terme à ses responsabilités de mère, de sœur, de fille, de grand-mère, tout en les redistribuant selon des ordres de priorités différents en fonction des moments. Ainsi, Françoise s’occupe de l’éducation de ses frères du fait de la maladie de sa mère qui est affectée de manière forte depuis déjà plus de quinze ans, mais elle doit en même temps veiller sur cette mère, qui longtemps refuse de se considérer malade et de se faire hospitaliser. Christine s’occupe principalement de son frère atteint à l’âge adulte d’une sclérose en plaque. Mais il s’avère que la production de care familial est bien antérieure pour la fratrie et que si Christine est fortement impliquée dans l’accompagnement de son frère malade, c’est que d’autres charges de care accaparent son second frère. À ce dernier revient de façon privilégiée, après la maladie et la mort du père qui mobilise l’ensemble de la famille, le soin de leur mère, atteinte de dépression après le décès de son mari. De même Claude, dont le mari est dans ses propres termes, un « handicapé autonome », connaît une « crise de care » lorsqu’elle se rend compte que celui-ci ne peut lui garantir qu’une aide trop faible pour l’éducation de leur enfant et le travail domestique. Jeanne traverse une crise semblable lorsqu’elle prend soin successivement de son père âgé qui s’éteindra d’un cancer, puis de sa sœur qui, du fait de son addiction à l’alcool, n’est plus en état de s’occuper de ses propres enfants.

16En réalité, toutes les situations étudiées au cours de l’enquête sont caractérisées par cette superposition des charges qui n’apparaît qu’au fur et à mesure. La charge de dépendance à partir de laquelle ces personnes nous ont été désignées est en fait la partie émergée de l’iceberg. Mais ce n’est qu’en maintenant un lien sur la durée avec ces personnes que la configuration globale, elle-même toujours changeante, se dessine, telle une forme émergeant d’un entrelacs de lignes et de fragments peu à peu raccordés entre eux. Cet entrelacs ne peut être ordonné et restitué qu’à partir de la connaissance des événements qui, sur la longue durée, composent la vie des familles.

17Les récits qui progressivement font état de la complexité de l’organisation du care font également, et dans le même temps, surgir, pour chacune des personnes, le problème de l’aménagement du temps afin de faire face aux impératifs du care. Ces situations résultant des transformations de l’état des personnes et des possibilités d’engagement d’autres caregivers potentiels font apparaître les tensions en termes d’articulation de temporalités. Lorsque les temps hors du travail salarié ont déjà été largement grignotés, le travail salarié devient l’objet des aménagements, même quand il est rappelé dans d’autres études l’importance du travail comme « refuge » face à la capacité d’extension infinie du care (Le Bihan-Youinou et Martin, 2006). Marianne en vient à prendre une retraite anticipée, épuisée de mener de front son travail d’enseignante en lycée, et les activités de coordination et de soins pour son fils. Christine doit abandonner le travail à temps plein et passer à 80 % en sorte de pouvoir disposer d’un temps régulier pour régler les tâches administratives résultant du recours à de multiples institutions aidantes et ce, en collaboration avec son frère malade qui, toujours conscient, souhaite pouvoir donner son avis sur les décisions. Même quand les pourvoyeuses principales de care ne procèdent pas à une réduction de leur temps de travail (parce qu’elles ne le peuvent ou ne le souhaitent pas), la gestion des imprévus qui leur incombe peut donner lieu à des absences qui sont ensuite sujettes à conséquence, de manière plus ou moins explicite. Julie explique ainsi comment son absence de promotion dans l’hôpital où elle exerce a pu être interprétée par sa mère comme découlant de son investissement massif auprès de son fils. Christine dresse le même constat devant le refus de promotion qu’elle estimait lui revenir et qu’elle explique par son implication forte dans le travail de care pour son frère. Françoise saisit l’occasion de pouvoir exercer son métier d’éducatrice spécialisée en assurant des surveillances de nuit dans des internats pour jeunes en difficulté pour acquérir des journées de récupération et pouvoir donc utiliser le temps professionnel ainsi dégagé pour sa mère et ses frères. Elle profite alors de chaque intervalle de temps libre pour organiser des activités avec ses frères (les emmener au cinéma, au restaurant) ou sa mère dont la sociabilité est fortement limitée par l’isolement dans lequel l’a conduit sa maladie. Elle se charge également de prévoir des temps de rencontre entre ses frères et leur mère sans elle, mais se préserve aussi des plages horaires pour elle. En effet, le temps pour soi est également évoqué en creux par certaines pourvoyeuses de care comme une nécessité qui donne la capacité à tenir sur le temps long.

18C’est cette disponibilité sur le temps long pour la personne principale destinataire du care qui peut alors rendre plus pressants des changements professionnels qui sinon auraient pu être différés. Ainsi, Marie, mère d’une jeune femme atteinte de troubles mentaux, ne supporte plus son travail d’enseignante en lycée professionnel qui lui demande une énergie et un décentrement qu’elle ne parvient plus à produire. Elle devient documentaliste et accepte un poste dans une autre ville qui l’éloigne de la prise en charge quotidienne de sa fille, alors assurée par son mari.

Le travail de care entre privé et public

19En prenant pour point d’ancrage cette position de principal responsable, les relations autour du care, les activités qui le produisent cessent de se présenter principalement comme des histoires de réseau et de places. Elles se présentent comme des histoires de temps : temporalités diverses, conflictuelles, décalées, travail sur le temps (celui de la vie et de la mort), sur les temps sociaux (découpage travail loisirs vacances). Cette dimension temporelle est constitutive du care comme production pratique.

20Le point de vue de caregiver principal s’exprime sous la forme du récit d’expérience. Celui-ci s’impose dans l’échange même lorsqu’il n’est pas suscité par une sociologue curieuse. Décrire, restituer, tenter de rendre intelligible l’organisation du care exige de remonter à une certaine genèse du soin, qui souvent ne se limite pas à la personne qui est la principale destinataire du care au moment de l’interview. Ce récit rend saillant également le développement du souci (au sens du langage courant). Il permet d’éclairer comment à un moment donné, l’exigence de soin conduit à une mise à plat des relations, une sorte de formalisation et d’explicitation des relations autour des types de concernement et des possibilités d’engagement pour la personne destinataire.

21Le travail du care n’est compréhensible qu’à travers ces récits d’expérience personnelle des agents qui en tissent, par delà les discontinuités et les ruptures de vies d’aujourd’hui, la continuité. Cette continuité, qu’on appellerait sans doute suivi dans le langage des institutions, est identifiée comme déterminante par les professionnels du soin également, car elle permet d’engranger les éléments de connaissance du cas singulier, un « capital » de connaissance de la situation, capital accumulé au fil du temps.

22La position du responsable se définit alors comme celle qui assure la continuité entre public et privé, gère les affairesadministratives, fait le lien avec les autres institutions, assure le relais de l’information auprès des autres agents (aides à domicile, personnel médical). Parfois l’institution prend en charge en partie cette continuité, délimitant alors plus clairement le rôle et la place du proche dans l’organisation du care. Dans le cas de Christine et de son frère Bertrand atteint d’une sclérose en plaque, la mobilisation du médecin chef de l’hôpital où il est suivi a permis la mise en place de dispositifs favorisant la coordination entre les différents professionnels de l’hôpital et des services de ville (ergonomie, kinésithérapie, diététique) autour du destinataire de care. Cette organisation permet à Christine de disposer d’un cahier de liaison qui la tient informée des différents traitements pratiques qui conditionnent ensuite la mise en œuvre quotidienne du care avec les aides à domicile et agents de santé. Cet exemple de dispositif institutionnel illustre l’importance qui est accordée dans ce cas à l’interface institution/famille et laisse entrevoir ce que pourrait être une institution faisant du care un de ses objectifs. Quand l’institution n’assure pas l’interface, elle exige tacitement des agents familiaux des soins, des pré-requis de connaissance qui permettent l’ajustement à son fonctionnement. Or, ceux-ci n’étant pas mobilisables de la même manière selon l’appartenance de classe, la capacité à fournir un care de qualité est largement grevée par ces inégalités sociales (Tronto, 2007). L’importance stratégique de cette connaissance des institutions, de leur rythme et de leur logique est lisible dans le récit du suivi qu’assure Françoise de ses deux frères placés en institution d’accueil. En effet, elle explique comment elle a pu utiliser la connaissance qu’elle a de ces institutions par son travail d’éducatrice spécialisée pour assumer sa responsabilité de caregiver. Françoise exprime également sa gratitude à l’égard des personnes qui à un moment donné dans l’institution ont semblé prendre en compte le point de vue de la famille pour prendre une décision. Ainsi, elle est reconnaissante à l’égard du médecin qui a fait hospitaliser sa mère, car celui-ci a su accorder de l’attention à l’histoire familiale dans laquelle venait s’insérer ce parcours de femme qui refuse de se soigner et dont la non prise en charge médicale était cause de soucis pour ses enfants. Elle témoigne également de sa reconnaissance à l’éducateur qui assure le suivi de ses frères depuis une dizaine d’années, la compréhension dont celui-ci fait preuve sur le long cours aidant à pallier les difficultés liées aux logiques d’institutions.

23Néanmoins, même quand l’institution ne prend pas en charge l’interface avec la famille, elle assure un cadre stabilisé qui permet alors une intégration large des personnes concernées par le destinataire des soins, comme en atteste la création d’une mailing list dans une famille où la grand-mère est placée en maison de retraite. À l’entrée en maison de retraite, une répartition des heures de visite a pu se mettre en place sur la base d’une présence de réconfort. Auparavant, l’organisation de la présence des enfants faisait intervenir d’autres contraintes, qui renvoient à la division du travail selon le genre : lors des jours de repos de l’aide à domicile, la toilette nécessitait la présence d’une des filles même lorsque ce n’était pas leur « jour ».

24La position de responsable est en totalité englobée dans et par une perspective pratique, mobilisée en permanence pour répondre aux exigences de la dépendance et de la vulnérabilité. L’engagement pratique – « faire les choses », « faire avec », « il y a toujours de l’action » comme le disent nos interlocuteurs – ordonne la vie du caregiver principal sur un mode séquentiel – « pas à pas » – et anticipateur : organiser, prévoir, imaginer. C’est la restitution de cette succession de configurations de prise en charge toujours fragiles qui donne également cette épaisseur temporelle à la question de l’organisation pratique du care du point de vue des familles. La situation de caregiver principal est donc relativement bien appréhendée par la responsabilité face à la difficulté éprouvée à stabiliser les solutions ou les arrangements pratiques, et à instaurer des routines qui déchargeraient des questionnements. Le travail du care n’est jamais totalement assuré dans son exercice et sa réalisation, toujours susceptible d’être enraillé par une panne, une absence, une fuite, un événement extérieur. En ce sens, on pourrait dire qu’il ne peut y avoir de routinisation du care, au sens où le souci correspond à un état de questionnement perpétuellement ouvert ou potentiellement rouvert sur ce qui convient, sur les meilleures solutions ou les moins pires.

25Le travail de care apparaît au terme de l’enquête comme un empilement de charges. Au-delà des fluctuations incessantes des configurations de travail et celles qui affectent les arrangements entre les protagonistes du care, il s’agit de garantir la continuité du soin sur le temps long. Cette analyse résulte en partie des modalités d’une enquête de type ethnographique qui privilégie le suivi des relations avec les personnes rencontrées et plus largement les conditions rendant possible l’expression des principales intéressées.

26Ce souci de la continuité conduit à des ajustements personnels qui peuvent menacer le bien-être du caregiver principal dont les besoins de care ne sont pas pris en compte. Pour une pensée qui repose sur une dichotomie forte entre autonomes et dépendants, la question ne se pose pas. Dans la perspective du care, cette question surgit dans une réflexion plus large sur l’attribution des responsabilités entre protagonistes du care, y compris dans la famille.

27La position de la pourvoyeuse principale de care implique généralement une disponibilité temporelle, si ce n’est permanente (Chabaud-Rychter, Fougeyrollas, Sonthonnax, 1985), du moins sur le temps long. Mais cette position ne peut être pleinement analysée sans considérer la façon dont les responsabilités du care sont assignées aux familles, contribuant au maintien des arrangements sociaux et politiques qui organisent nos sociétés contemporaines.

28La perspective du care tente de restituer et de resituer l’ambivalence des attentes placées dans la famille, et en premier lieu à l’égard des femmes. Le rôle que jouent les « proches » dans leurs relations avec les institutions est reconnu de manière croissante par les pouvoirs publics et les professionnels. Pourtant, la part de travail que revêtent les activités de coordination et de continuité des soins reste encore largement naturalisée sous les formes de don de soi des femmes. Ce travail disparaît dans les termes d’une dichotomie public/privé, repoussant les activités réalisées dans la sphère domestique hors des préoccupations du langage public et d’une réflexion en termes de pouvoir (Moller Okin,1989) qui permettrait de conceptualiser le lien entre assignation des femmes au care domestique (et rémunéré), disponibilité sur le temps long et disqualification sociale, morale et politique des activités de care.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adam B., 1995. Timewatch. The social analysis of time, Cambridge, Polity Press

Adam B., 2004. Time, Cambridge, Polity Press

Attias-Donfut C., Renault S., 1996. « La dépendance des personnes âgées. Une affaire de femmes ? », Retraite et société, n° 13, La documentation française, Paris, p. 122-133

Breuil-Grenier P., 1998. « Aides aux personnes âgées dépendantes : la famille intervient plus que les professionnels », Economie et statistique, n° 316-317, p. 21-43

Chabaud-Rychter D., Fougeyrollas-Schwebel D., Sonthonnax F., 1985. Espace et temps du travail domestique, Paris, Librairie des Méridiens

Damamme A., 2008. « Le care dans les familles : la perspective temporelle contre “l’arrêt sur images” », Séminaire international El trabajo y la Etica del cuidado, Bogota, 22-24 octobre

Delphy C., [1970] 1998. « Travail ménager ou travail domestique ? » L’ennemi principal, tome 1 Paris Syllepse, p. 57-73

Dorlin, E., 2005, « Dark care : de la servitude à la sollicitude », in Laugier S. et Paperman P. (sous la dir. de), Le Souci des autres. Éthique et politique du care, éditions de l’EHESS, « Raisons pratiques », p.87-97

Epstein C.F., 2004. “Border Crossings : the Constraints of Time Norms in Transgressions of Gender and Professional Roles” dans Epstein C. F. et Kalleberg A.L., Fighting for Time, Russel Sage Foundation, New York, p. 317-340

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Friedman M., 1987. “Beyond Caring : The De-Moralization of Gender”, dans Held V. ed., 1995, Justice and Care , WestviewPress, p. 61-78. (repris de Marsha Hanen et Kai Nielsen eds. 1987. Science, Morality and Feminist Theory . University of Caligary Press). Traduit par Ambroise B., 2005, « Au-delà du care : démoraliser le genre », dans Le souci des autres, Ethique et politique du care, Paperman P. et Laugier S., Raisons Pratiques, Paris, EHESS
DOI : 10.1016/S1529-2096(01)03022-X

Harding, S. 1986 The Science Question in Feminism. Ithaca and London: Cornell University Press

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hochschild A. R., 1997. The Time Bind, New-York, Metropolitan Books, Henry Holt and Company
DOI : 10.1111/j.1743-4580.1997.tb00019.x

Kergoat D., 2000. « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H. et Senotier D., Dictionnaire critique du féminisme, p.35-44.

Kittay E.F. and Feder E.K., 2002. The Subject of care. Feminist Perspectives on Dependency, New York, Rowman and Littlefield

Legaretta Iza M., 2008. « Le don du temps dans le milieu domestique. Réflexions pour l’analyse du travail domestique et des activités de care », Séminaire international el trabajo y la Etica del cuidado, Bogota, 22-24 octobre

Le Bihan-Youinou B. et Martin C., 2006. « Travailler et prendre soin d’un parent âgé dépendant », Travail, genre et sociétés, 16

NakannoGlenn E., 2000. “Creating a Caring Society”, Contemporary Sociology29, pp. 84-94

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Nussbaum M, 2002, “The Future of Feminist Liberalism”, in Feder Kittay E. et Feder E.K., The Subject of care. Feminist Perspectives on Dependency, New York, Rowman and Littlefield
DOI : 10.2307/3219683

Tronto J., 1993. Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care, Routledge. (Traduit en français par Hervé Maury. Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tronto J., 2003a. “Time’s Place”, Feminist Theory, 4 ; 119
DOI : 10.1177/14647001030042002

Tronto J., 2003 b. “Care as the work of citizens”, Colloque « Dialogues on care », Bergen, Norvège, October

Tronto J., 2007. « Democratic Caring and Caring Democracies », Colloque Politiques du Care, 21-22 Juin 2007, Paris, Cnam

Sevenhuijsen S., 1998. Citizenship and the Ethics of Care. Feminist Considerations on Justice, Morality and Politics, London and New York, Routledge

Weber F., Gojard S., Gramain A. (dir.), 2003. Charges de famille, Paris, La Découverte

Haut de page

Notes

1  Le temps du care n’est ni prévisible ni calculable, même s’il est répétitif, contraignant. L’attention aux détails contextuels et à la particularité des situations qui caractérise le care rapproche sa temporalité de celle du kairos (Jaques, 1984, cité dans Legarreta Iza, 2008)

2  Dans le cas du seul couple rencontré, c’est cependant la femme qui avait été désignée par l’intermédiaire comme « principale responsable ». Comme nous avons pu le constater, la responsabilité revient régulièrement aux femmes. Même si nous disposons d’exemples où les hommes s’impliquent, de nombreuses enquêtes, qualitatives ou quantitatives montrent la prédominance des femmes dans ce travail et cette responsabilité (Attias-Donfut et al, 1996). Par exemple, trois quarts des personnes âgées dépendantes bénéficient de l’aide de leurs proches le plus souvent des membres de la famille, mais aussi de voisins ou d’amis, dans leur grande majorité de sexe féminin (Breuil-Grenier, 1998).

3  Cette enquête de type ethnographique repose sur l’analyse de huit situations. Les points de vue développés par les pourvoyeuses de care ici majoritairement issues de classes moyennes et supérieures du groupe racialisé dominant mériteraient d’être mis en perspective avec les points de vue de femmes issues de classes populaires, En effet, la position de responsable de soin et les points de vue qu’elle développe sont forgés par des expériences marquées par la classe sociale et la racialisation (Harding, 1986). Nous ne prétendons pas de ce fait rendre compte de la diversité des situations possibles. Il s’agit plutôt de mettre en évidence quelques traits qui semblent se dégager des positions de caregiver principal dans la famille, et de poser ainsi une hypothèse sur le travail du caregiver principal.

4  À la différence des investigations en psychodynamique du travail qui portent sur des problèmes dans des équipes de travail constitués ou dans des contextes institutionnels qui ne permettent pas de mettre en doute ou en cause la réalité du travail, la façon dont nous avons procédé part du fait que les situations sont vécues dans l’isolement de la sphère domestique et que les activités des pourvoyeuses de care ne sont pas d’emblée caractérisées comme travail.

Nous avons bénéficié des conseils de Pascale Molinier pour réfléchir à la mise en place de cette réunion et à sa conduite. Qu’elle soit ici remerciée.

5  Epstein explique ainsi comment ce rappel à l’ordre de la gestion des temporalités différenciée selon le genre est particulièrement féroce pour les hommes et femmes qui ont des parcours transgressifs (Epstein et al, 1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Damamme et Patricia Paperman, « Temps du care et organisation sociale du travail en famille », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 07 octobre 2009, consulté le 26 août 2016. URL : http://temporalites.revues.org/1036

Haut de page

Auteurs

Aurélie Damamme

Post-doctorante au GSPM/IMM/EHESS, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006, Paris. adamamme@yahoo.fr

Patricia Paperman

Université Paris 8 et Groupe de sociologie politique et morale/Institut Marcel Mauss, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006, Paris. paperman@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page