Navigation – Plan du site

La femme du ménage

La préparation du mariage au principe du « partage inégal » du travail domestique
The "perfect wife". The bride's role in wedding organization: setting the stage for unequal task sharing in marriage
Florence Maillochon

Résumés

Ce texte étudie la division sexuelle du travail dans l’organisation de la cérémonie de mariage. Les temporalités des hommes et des femmes divergent progressivement au cours des différentes étapes de la préparation du mariage (de l’élaboration du projet jusqu’au jour J en passant par l’organisation de la fête). Les femmes consacrent toujours plus de temps au collectif que les hommes. La cérémonie de mariage ne constitue donc pas seulement une étape de formation du couple mais aussi un point d’ancrage et d’incorporation du « partage inégal » du travail domestique au sein du couple. Au cours d’une série d’épreuves symboliques et techniques qu’elles traversent pour se métamorphoser en mariée et en épouse, les femmes apprennent progressivement à devenir la femme du ménage.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

genre, mariage, travail domestique

Index by keyword :

gender, wedding, domestic labour
Haut de page

Texte intégral

1Le travail domestique constitue une « question épineuse pour tous les mouvements féministes », dans la mesure où il est « l’une des manifestations les plus flagrantes de l’inégalité entre les sexes » mais demeure présenté comme « le résultat d’arrangements à l’amiable entre deux personnes adultes et libres » (Delphy, 2003). Il semble difficile de démêler la part de contraintes et de choix dans les ententes interindividuelles, en particulier quand elles s’effectuent dans un contexte amoureux qui en troublerait non seulement les ressorts mais aussi l’analyse que l’on peut en faire. Si Bourdieu suggère que l’amour pourrait avoir raison de la domination masculine dans la conclusion de son livre éponyme (1998), la plupart des recherches empiriques sur le couple invite plutôt à penser qu’il fournit au contraire un cadre d’expression privilégiée des inégalités, voire des injustices de genre. Pour étudier les inégalités de traitement entre hommes et femmes qui se révèlent dans le couple et que celui-ci contribue à enraciner, nous aborderons un acte qui le fonde plus définitivement encore que le ménage, la lessive (Kaufmann, 1992) ou la cuisine (Kaufmann, 2005) : le mariage1. Il sera considéré ici non pas seulement comme une institution mais aussi comme un événement festif qui marque durablement l’histoire conjugale (Maillochon, 2008) et représente aussi pour le couple un engagement important qui peut s’apparenter au « travail domestique ». De nombreux points communs rapprochent en effet l’entretien du ménage et l’organisation du mariage, ce qui peut conduire à analyser celle-ci sur le modèle de celui-là. Comme le travail domestique, l’organisation des noces mobilise de plus en plus de prestataires extérieurs mais les choix et les décisions s’établissent dans le huis clos familial ; malgré la diversification de l’offre commerciale et les nombreuses possibilités de délégation des tâches, les couples continuent à faire beaucoup par « eux-mêmes », la conception et réalisation des faire-part par exemple, mais aussi certains objets de décoration « faits-main » afin d’être véritablement personnalisés ; les préparatifs sont nombreux et variés et pourtant, largement invisibilisés le jour J, où il faut que tout s’enchaîne parfaitement et comme naturellement. Comme les activités domestiques (Brousse, 1999), l’organisation du mariage est une entreprise chronophage : il n’est pas rare de prévoir et commencer les préparatifs un an, voire deux ans, avant la date retenue et les couples concernés consacrent l’essentiel de leur temps à ce projet, les mois précédant le grand jour.

2Pour autant, le mariage présente un certain nombre de différences évidentes avec le ménage qui permet de reposer « l’épineuse question » entre choix et contraintes et peut-être d’éviter ainsi le clivage binaire (Löwy, Marry, 2007, p. 331-337) entre ceux qui, d’une part, expliqueraient les inégalités par la domination masculine (Delphy, 2001, 2003 ; Devreux, Frinking, 2001) et ceux qui, d’autre part, justifieraient les différences par la socialisation (Kaufmann, 1992) ou la théorie de l’individuation – la quête d’une identité sexuée (De Singly, 2007).

3En effet, aucune des deux théories ne permet de rendre compte immédiatement de la différence manifeste des engagements temporels des hommes et des femmes dans l’organisation de leur mariage. L’hypothèse de la domination masculine ne peut s’imposer d’emblée dans des circonstances d’un acte élaboré à deux et pour lequel, généralement, les membres du couple insistent avec ferveur sur le caractère conjugal – et le plus souvent égalitaire – du choix non seulement de se marier, mais aussi de la manière de le faire (Maillochon, 2002, 2008). L’hypothèse de la socialisation différentielle ne peut non plus, à elle seule, expliquer les variations observées entre hommes et femmes à l’égard de la préparation des noces. Contrairement au ménage, qui s’incorpore dans la quotidienneté et la répétition, le mariage est un événement exceptionnel qui ne se prête pas au même type d’apprentissage. Si garçons et filles y sont sensibilisés diversement (notamment à travers un recours différencié à la littérature enfantine), ils partagent néanmoins, au moment de se marier, une certaine ingénuité sur les manières de faire et un manque d’expérience commun, propre au statut unique – en principe – de l’événement. Aucune des théories concurrentes dans l’explication de l’inégal partage du travail domestique ne semble pouvoir rendre compte simplement de l’organisation du travail de préparation du mariage, mais chacune semble pouvoir lui apporter un éclairage. C’est en fait dans le jeu subtil d’analogies et de différences entre organisation du ménage et organisation du mariage que l’on peut sortir du dilemme entre libertés et contraintes et montrer que les choix se construisent le plus souvent dans un éventail étroit de possibles, c’est-à-dire au sein même des contraintes. L’exemple du mariage illustre comment, dans chacune de ses étapes d’élaboration, le temps des hommes et des femmes diffèrent suivant des modèles clivés, nourris de stéréotypes de genre importés à l’occasion et que le mariage va pouvoir sceller. Du rêve à l’élaboration du projet, de l’organisation des préparatifs au déroulement de l’événement, chaque moment permet aux deux époux de se réaliser comme conjoint avec un souci égalitaire dans le discours, largement démenti dans les faits. Chaque étape franchie dans la préparation des noces fait advenir un « mari » et une « femme », avec toute l’ambiguïté que recèle ce terme du point de vue féminin, puisqu’il désigne à la fois une fonction et une condition dans un rapport social.

1.  Prémisses : comment le mariage vient aux femmes et pousse les hommes à demander leur main

1.1. Le mariage, un projet diversement mûri depuis l’enfance

4L’âge moyen au premier mariage n’a cessé d’augmenter en France depuis le milieu des années 1970 (au moment où le taux de nuptialité s’infléchit sérieusement), mais l’écart d’âge au sein du couple demeure constant depuis 1967, l’époux étant le plus âgé de deux ans en moyenne (source INSEE). Plusieurs hypothèses, y compris biologiques, ont été développées pour tenter de rendre compte de cette différence d’âge qui s’observe en France (Bozon, 1990a, 1990b) et ailleurs. La généralité de ce phénomène, présent dans la plupart des unions, même si elles ne sont pas officialisées, nous fait pencher du côté de l’universalité de la valence différentielle des sexes, telle que Françoise Héritier la décrit dans Masculin/Féminin plutôt que du côté de l’universalité des différences sexuelles. En effet, s’il est général, cet écart d’âge n’est pas immuable, comme le montrent les variations qu’il peut connaître suivant l’époque et les milieux, mais aussi en fonction du cycle de vie. Cette différence s’instaure en effet après les premières relations de flirt relativement égalitaires entre adolescents : au moment des premières relations sexuelles. Les filles découvrent donc la sexualité, puis la vie de couple, et éventuellement le mariage, avec plus âgés qu’elles, c’est-à-dire dans une situation structurellement inégalitaire (Maillochon, 2001a).

5C’est aussi au moment des premières expériences sexuelles que la conception du mariage se restructure chez les adolescents et qu’il n’est plus considéré comme l’évolution quasi nécessaire de toute relation amoureuse (Maillochon, 2001b). La perspective de se marier un jour séduit moins systématiquement les jeunes au gré de leurs expériences sexuelles, au fur et à mesure que, de théorique, l’éventualité du mariage devient possible. Cependant, les représentations du mariage2 ne s’élaborent pas de la même façon pour les filles et les garçons. Avec l’âge et la récurrence des relations sexuelles, les filles sont de moins en moins nombreuses à croire qu’elles se marieront un jour, mais celles qui persévèrent se lancent dès les premières années de leur vie amoureuse dans une quête d’une sexualité « en couple », sans doute dans la perspective plus ou moins consciente d’une union durable, peut-être même d’un mariage. Au contraire, l’intérêt du mariage croît avec l’âge pour les garçons, mais reste paradoxalement déconnecté de leurs expériences en cours. Les filles endossent peut-être moins unanimement la cause du discours, mais quand elles y croient, elles cherchent à incarner cet idéal dans la moindre de leurs relations. Au contraire, les garçons semblent avoir des relations plus déconnectées de l’institution à laquelle ils adhèrent pourtant plus unanimement, en théorie du moins. L’instauration, au cours de l’adolescence et de l’initiation sexuelle, de ce rapport différent à l’institution du mariage, n’explique sans doute pas tous les décalages et les incompréhensions qui peuvent menacer ultérieurement les relations entre hommes et femmes. Il permet néanmoins d’éclairer l’origine de quelques malentendus qui naissent de la méconnaissance des diverses interprétations possibles d’un même événement ; il permet en outre d’éclaircir pourquoi et comment, quelques années plus tard, les femmes s’arrangent, par un savant jeu d’interactions, pour que ce soit l’homme qui leur demande leur main.

1.2. La demande en mariage, premier acte de division symbolique des rôles sexués

6Il ressort de nos entretiens et des sites web consultés que, depuis quelques années, un nouveau rituel semble rythmer le temps du mariage, du moins dans les catégories moyennes et supérieures de la population : la « demande en mariage » qui n’est plus destinée au père de la mariée comme dans le cas de fiançailles classiques, mais à la mariée elle-même3, le plus souvent au cours d’une « surprise » organisée par le futur mari, avec plus ou moins d’aisance et de bonne grâce. Ce nouveau rituel pourrait remplacer les anciennes fiançailles, à une époque où elles ne sont plus nécessaires comme pré-engagement moral, la plupart des couples vivant ensemble avant le mariage et ayant parfois une descendance commune4. Il serait en quelque sorte la transposition d’un acte familial et religieux, jugé désuet ou inadapté par les époux, en un acte « informel » et conjugal.

7Bien qu’informel et non obligatoire, cette nouvelle demande en mariage comporte des codes très importants au premier rang desquels l’apparence de la « surprise ». Ce n’est pas à proprement parler la décision de se marier, fruit de nombreuses discussions et mises au point préalables, qui est en jeu, mais sa mise en scène. La plupart du temps, les époux reconnaissent que la surprise ne porte pas sur la question posée mais sur la manière de la poser.

8Il s’agit parfois d’un simple décalage par rapport au quotidien, par exemple préparer le repas quand le candidat au mariage n’en a visiblement pas l’habitude comme le racontent Sabrina et Stéphane :

Sabrina : Je sortais du travail, et il a tout fait à une vitesse express. Et puis j’ai trouvé la table toute faite, je me suis dit “ qu’est-ce qui se passe ?”.

9Il convient alors que la surprise soit redoublée du cadeau d’une bague :

 Stéphane : Moi, j’avais déjà secrètement prévu ça. Et puis voilà, j’avais été voir secrètement un bijoutier. Il m’avait appelé en me disant : “ c’est prêt ”. Et j’ai dit voilà, c’est prêt, son anniversaire étant fin décembre, j’ai pensé… et puis après j’ai pas voulu mélanger anniversaire et fiançailles. Donc, je suis sorti du métro, j’ai été chercher la bague, j’ai préparé un petit repas et j’ai dit, voilà, c’est maintenant.

10Dans certains cas, les époux rivalisent d’originalité ou d’audace pour élaborer une situation novatrice où ils vont faire « leur » demande. C’est le cas de Bertrand, qui achète en secret une bague pour Véronique avant leur départ en vacances en club. Après accord avec l’organisateur, il profite du dernier dîner-spectacle organisé dans leur lieu de villégiature pour monter sur scène et demander la main de Valérie devant les 200 autres vacanciers présents ce soir-là.

11Au-delà du caractère spectaculaire de ce nouveau rituel, qui s’inscrit dans un mouvement général de « spectacularisation » du mariage (Segalen, 1995 ; Maillochon, 2009), c’est aussi son caractère sexué qui est remarquable, à une époque où c’est justement la force de l’engagement conjugal qui est valorisé au sein des couples. La demande en mariage doit toujours être mise en scène comme une initiative masculine et ne manque donc pas de soulever plusieurs interrogations.

12Pourquoi l’initiative de la « demande en mariage » revient-elle à l’homme, quand la prise de décision de se marier est une entreprise commune dont il est le plus souvent difficile de retrouver qui en a été à l’origine ? Guilaine et Paul en fournissent un exemple. Leur dialogue montre bien la difficulté de retrouver après coup qui a parlé du mariage en premier, mais c’est bien Paul qui fait « sa demande » en vacances à Istanbul, lors d’une surprise pour fêter leur « un an » de relations.

Guilaine : C’est là qu’il m’a demandée en mariage… Enfin ! Je lui avais forcé la main ! (…) C’est là qu’on s’est dit OK on se mariera, qu’il a admis l’idée.

FM : (à Paul) Vous lui avez fait une demande formelle ?

Paul : Oui.

Guilaine: J’avais tellement mis mes gros sabots… C’était le week-end de nos « un an ».

13Paul doit justifier son acte. Il est comme sommé de prouver la véracité de son initiative (par l’achat préalable de la bague par exemple).

Paul : J’avais déjà prévu avant … Puisque j’avais acheté la bague.

Guilaine : Oui, mais j’avais l’impression que c’était pas spontané de ta part, parce que j’avais bien insisté avant. Non, mais c’était très sympa !

14Pour être sûr que sa démarche soit remarquée comme un acte volontaire et prémédité, il calcule en fonction du décalage horaire entreAntilles (où ils se sont rencontrés) et Turquie (où ils passent leurs vacances) le moment exact où ils sont sortis ensemble, ce qui le conduit à réveiller sa promise au milieu de la nuit. Pour reprendre la main sur Guilaine, Paul était obligé de rivaliser d’imagination et de marquer l’événement « ça t’a bien choquée, hein ? ».

15Pourquoi l’initiative de la « demande en mariage » revient-elle à l’homme quand l’initiative de la décision de se marier est plutôt féminine, comme c’est le cas de Bertrand et Véronique cités plus haut, mais aussi de Patrick et Daphné ? Cette dernière confie qu’elle était prête à quitter l’homme qu’elle aimait parce qu’il ne lui déclarait pas suffisamment vite sa flamme suivant ses propres critères. Heureusement, Patrick a pressenti l’ultimatum qu’elle avait fixé secrètement et organisé une surprise dans un restaurant qui lui a permis, contre toute attente, de laisser entendre qu’il est à l’origine de la décision de convoler en justes noces.

16Pourquoi enfin, les femmes ne peuvent-elles prendre véritablement l’initiative de cette déclaration, quand elles sont au contraire très actives dans la décision proprement dite ? Les femmes qui dérogent et tentent d’organiser « la surprise », de la même manière qu’elles ont pu initier la discussion, par exemple, sont remises à leur place, comme cela s’est produit dans le cas de Marie et Clément. Au cours de l’entretien du couple, les deux évoquent à plusieurs reprises le fait que Clément est « la femme du couple » et Marie « l’homme ». C’est donc assez naturellement que Marie demande sa main à Clément. Après plusieurs péripéties qui l’obligent à différer, Marie réussit à inviter Clément au restaurant et fait sa demande dès l’apéritif. Clément est indubitablement séduit par la surprise :

Clément : Donc là, du coup, je ne sais plus ce que j’ai mangé, on a commandé une bouteille de champagne quand même, pour l’occasion…)

17Mais même dans un couple qui joue de la confusion des genres, l’initiative féminine ne peut être totale et Clément effectue donc une contre-demande :

Clément : (…) et puis après je lui ai refait une demande en mariage classique, parce que j’étais un peu frustré quand même…

Marie : Donc on a fait deux demandes…

Clément :Donc je l’ai re-invitée au restaurant, surprise avec hôtel et tout, et puis la bague de fiançailles classique, moi je le fais très classique, et voilà.

18La nouvelle mise en scène de la « demande en mariage » ne permet pas de traduire l’égalité certaine des rôles féminins et masculins acquise dans la décision effective de se marier ou non. Alors que la décision de se marier est généralement commune, voire féminine, il faut que la représentation de cet acte donne l’initiative à l’homme. Cette mise en scène de la puissance de l’homme ne peut être neutre, même si elle est un « jeu ». Elle demeure sexiste et contribue sans doute à retarder l’élaboration d’une plus grande égalité dans le couple. Il n’est pas neutre, en effet, qu’une histoire qui se veut conjugale commence plus généralement par les termes « veux-tu être ma femme ? » plutôt que « veux-tu être mon mari ? », d’autant que les deux formulations ne sont pas symétriques. Celle qui s’adresse aux hommes renvoie simplement à la fonction d’époux, quand celle qui s’adresse aux femmes renvoie aussi à leur condition. Sous prétexte de surprise, un petit moment de plaisir (et aussi de consommation) que les femmes exigent ou obtiennent de leurs futurs maris, elles s’inscrivent d’emblée dans une domination symbolique qui aura tôt fait de produire ses effets dans les étapes suivantes de la préparation du mariage.

2. Préparatifs : comment la future épouse est prise au jeu du ménage

19Il n’est pas simple de faire le décompte précis de la répartition des tâches et des responsabilités nombreuses qu’impose l’organisation d’un mariage. Les futurs mariés sont souvent prolixes sur la nature et l’étendue des préparatifs à accomplir (Maillochon, 2008), mais beaucoup moins sur la manière dont ils ont mené, conjointement ou non, équitablement ou non, les différences opérations nécessaires à la réalisation de la cérémonie5 et de la fête. Dans cette situation délicate, il est particulièrement intéressant d’effectuer des entretiens conjoints et d’observer la manière dont se font les arrangements.

20Sous l’apparence d’une œuvre conjugale, la charge du mariage semble principalement revenir à la femme dès lors qu’on entre dans les détails, comme l’expriment sous forme de boutade Marion et Cyrille.

FM : Qui a fait les remerciements ?

Cyrille : Nous

FM : Vous vous êtes partagé la tâche ?

Cyrille : Non, non, c’est Marion qui…

Marion : L’idée est de nous, c’est moi qui ai fait (rires).

21Même s’il n’en présente pas exactement les mêmes caractéristiques, le mariage se placerait donc, comme le ménage et la lessive, parmi les travaux communs portés principalement par les femmes. Quelles sont les raisons permettant de rendre compte de cette division sociale du travail, alors qu’aucune évidence ne s’impose clairement, ni du point de vue de la tradition faiblement relayée par la socialisation, ni du point de vue du contenu effectif des tâches à réaliser ?

2.1. Le mariage une « affaire de femmes » ?

22Le cas du mariage est intéressant pour observer comment s’entretiennent des stéréotypes de genre, même s’ils ne reposent sur aucune expérience préalable. Etant donné la relative désaffection du mariage en France, certains époux n’ont assisté à aucun mariage avant le leur, ou seulement en jeune spectateur. Ils n’ont donc qu’une socialisation très vague aux manières de faire6. Malgré l’absence de référence concrète, le mariage est pourtant vécu, « suivant la tradition », comme une « affaire de femmes ».

23Les entretiens réalisés auprès des jeunes mariés semblent bien indiquer que les principaux acteurs de la préparation sont les femmes. Mariée, mère et belle-mère (suivies éventuellement des sœurs et belles-sœurs) sont au premier rang : principales organisatrices et chevilles ouvrières à la fois. Les pères interviennent ponctuellement, dans le rôle de pourvoyeurs de fonds, comme experts ou spécialistes7, comme c’est le cas dans le mariage breton de Sidonie, qui s’écarte du rituel classique pour emprunter à la tradition festive du fest noz. Dans ce cas, le père du marié est très impliqué parce qu’il doit jouer de la musique bretonne avec ses amis. C’est en tant que spécialiste de ce type de fête, c’est-à-dire comme expert de la tradition folklorique et non pas de la tradition matrimoniale, qu’il intervient, contrairement à la mère qui oppose un discours plus conventionnel sur le « ça se fait, ça se fait pas ! » dans un mariage.

24Il va de soi que l’exigence à l’égard des pères est moindre que celle à l’égard des mères. Pour eux, une simple manifestation d’intérêt pour l’événement est déjà perçue comme une mobilisation. Le moindre investissement des pères est reconnu comme en témoigne Guilaine.

Guilaine : C’est vrai, il râle parce que c’est cher. Il fallait pas qu’on le sollicite, et après il s’est super investi [i.e. il paie rubis sur l’ongle les factures nombreuses et copieuses que sa femme lui ramène]. Il a une personnalité un peu pénible pour nous c’est vrai, mais il est comme ça, il faut qu’il montre que ça l’emmerde et puis après il est content.

25Au contraire, les mères sont extrêmement sollicitées, sans avoir pour autant un véritable droit d’intervention. Elles sont soumises à une double contrainte paradoxale, liée au fait que la plupart des jeunes mariés récusent l’idée d’effectuer un mariage traditionnel (Maillochon, 2002, 2008) – i.e. conçu suivant les exigences de la génération précédente – et sont très circonspects sur les propositions des parents tout en recherchant leur appui logistique ou financier d’une part, leur assentiment et la validation de leurs choix d’autre part. De nombreux couples récusent donc toute ingérence parentale dans leur mariage mais supportent encore moins leur désengagement total de l’affaire. Mobilisées pour l’occasion, mais dépossédées des activités classiques des mères dans le mariage traditionnel (confection des habits, des plats, etc.), les mères doivent se composer un nouveau rôle à l’occasion du mariage de leurs enfants : elles doivent donc être présentes sans être envahissantes, manifester de l’intérêt sans imposer le leur, apporter soutien matériel, logistique, artistique sans orienter les choix… Ce rôle peut être d’autant plus difficile à concevoir que de nombreuses mères, qui conduisent actuellement leurs enfants à l’autel, font partie de la première génération à avoir pris des distances par rapport à l’institution matrimoniale et ses formes traditionnelles, en lui préférant un mariage en « petit comité » ou l’union libre.

2.2. De la tradition à la consommation : évolution de l’asservissement féminin

26La spécialisation féminine dans l’organisation du mariage pouvait se comprendre dans le cadre traditionnel d’une stricte division des tâches ménagères, à une époque où les mariages étaient célébrés dans les communes de résidence de la mariée, dans les propriétés individuelles et que les mets servis étaient préparés à la maison, par des femmes, donc.

27Mais les fêtes de mariage ont changé de formule : elles prennent place dans des lieux publics plus que privés (salle des fêtes, salle de réception, châteaux ou résidences de charme, etc.) et mobilisent souvent de nombreux prestataires de services plus que les compétences individuelles et familiales (restaurateur, traiteur, pâtissier, confiseur, etc.)

28Que faut-il donc faire pour réaliser son mariage, en dehors des charges administratives que l’acte officiel suppose : trouver une salle, trouver un traiteur, un animateur pour la musique, une robe, un costume, des alliances, des fleurs, des décorations... Autant d’actes qui, plus que de compétences sexuellement différenciées (domestiques versus publiques), relèvent avant tout de celles du consommateur : trouver le meilleur produit, le meilleur rapport qualité/prix ou le prestataire le plus réputé ou le plus sympathique, tout en intégrant les goûts et les contraintes budgétaires de chacun.

29Carla, qui prend en charge l’essentiel de l’organisation de son mariage, montre bien combien c’est le « bon sens », une qualité qu’on peut supposer également partagée entre hommes et femmes, qui prime. Elle reconnaît toutefois s’appuyer sur des techniques apprises au cours de ses études dans une grande école de commerce parisienne et que son métier de commerciale lui a permis de développer : tenir un agenda, faire un rétro-planning, gérer le stress et les imprévus, décoder des devis complexes– autant de compétences qu’elle partage d’ailleurs avec son futur époux, qui a fait la même grande école et occupe un poste similaire – mais dont il n’a pas démissionné, comme elle, pour se consacrer entièrement à l’organisation du mariage.

30Si l’on s’en tient à la nature stricte de ces tâches, il n’y a pas de raison de les attribuer aux femmes plus qu’aux hommes. Les compétences du consommateur avisé, efficace et rationnel, ne relèvent pas a priori de dispositions biologiques sexuellement différenciées. Et si l’on se réfère au seul modèle qui existe, celui de l’homo œconomicus, il faudrait alors confier ces tâches aux marié, père et beau-père plus qu’à leur conjointe respective. Comme il n’en est pas ainsi, loin s’en faut, il faut bien reconnaître que l’organisation du travail suit un ordre social plus qu’un ordre économique, qui assurerait l’allocation optimale des ressources ou des compétences en présence. Si l’on s’en tient à la nature stricte de ces tâches, il n’y a pas non plus de raison que les femmes en soient plus friandes a priori que les hommes. Aucun travail d’économie empirique n’en fournit du moins une preuve suffisante. Si un équilibre s’établit, il s’effectue bien sur un ordre social, qui ne porte par sur la composante intrinsèque des tâches à accomplir mais sur leur représentation.

2.3. Le mariage d’Homo œconomicus et de Mulier domestica

31Au bout des trois ou quatre heures que durent en moyenne les entretiens conjugaux sur les préparatifs du couple, et malgré les différences de situation sociale, d’organisation de la vie commune et de nature du mariage envisagée, un même type d’organisation semble émerger : les époux prennent les décisions ensemble sur les principaux postes de dépense du mariage, mais toute la partie immergée de la consommation, à savoir la collecte d’informations et leur préselection (recherches d’idées, d’adresses, de prix, de disponibilité, prise de contact, de rendez-vous, négociations, etc.) est majoritairement effectuée au préalable par les femmes. Ainsi, dans l’organisation des noces, les femmes exercent-elles toutes leurs compétences d’homo œconomicus, sauf la plus importante sans doute : la responsabilité de la décision finale qu’elles doivent partager avec leur conjoint.

32Dans les rares cas où c’est l’homme qui prend les rênes de commande et s’occupe de tout (un seul cas parmi les 25 couples observés), il le fait jusqu’au bout, sans demander conseil in fine à son épouse. C’est ce qu’évoquent Carole et Stéphane.

FM : Est-ce que vous vous êtes partagé les tâches entre vous pour la préparation ?

Carole : [rires]

Stéphane : Vas-y, réponds…

Carole : Stéphane veut faire beaucoup de choses [rires]… C’est-à-dire, il ne voit pas la différence entre faire les choses tout seul et faire les choses à deux. Il y a des choses que j’estime qu’on peut faire à deux et des choses qu’on peut faire tout seul. Mais Sébastien, il voulait tout faire, donc moi, s’il y a des choses que je veux faire seule, je ne peux pas trop quoi. Pour aller chez le traiteur, j’estime qu’on a besoin d’être tous les deux quand même.

33Contrairement à beaucoup d’hommes qui montrent une attention molle, il veut tout savoir et tout superviser, du moins ce qui lui paraît important, suivant une conception relativement sexiste de ce qu’il est convenu de ranger du côté futile et féminin (l’esthétique de la mariée, la décoration) et l’essentiel qu’il est prêt à assumer (la conception, la rationalisation, le financement, l’échéancier, etc.).

Stéphane : Moi, je réponds maintenant. Je peux avoir mon droit de réponse ? J’estime qu’il y a des priorités dans l’organisation du mariage, style la gestion des personnes, etc… Et que [rires] apparemment, on n’a pas les mêmes priorités. A priori, pour Carole, les priorités, c’était plus sa robe et son chignon. Moi, le costume, c’était pas une priorité forcément, mais que prévenir les gens, savoir qui venait, comment ils étaient logés, etc.

Carole : Je m’en serais occupé de ça aussi [rires]…

Stéphane : Mais je veux savoir où on va quoi. Même si ça vient d’elle… Elle peut faire, au contraire, mais je veux savoir où on va quoi, surtout par rapport à l’organisation, etc. Moi, au niveau organisation, j’ai un tableau [Excel]…

34Les compétences économiques requises pour organiser le mariage ne sont donc pas, dans les faits, les mêmes quand elles sont exercées par une femme ou, plus rarement, par un homme. Alors que l’époux peut exercer ses compétences d’acteur économique rationnel qui sait prendre seul ses décisions, les épouses prennent toujours conseil et avis auprès de leur futur époux. En sorte que, même si elles agissent en homo œconomicus, elles n’en ont jamais toutes les prérogatives puisqu’elles ne peuvent assumer jusqu’au bout, seules, leurs choix. Les épouses sont certes de bons acteurs économiques, mais en l’incapacité d’exercer leur rationalité souveraine, elles sont cantonnées à l’espace domestique de la préparation des décisions : mulier domestica plus que mulier œconomica, qui serait le véritable pendant féminin de l’homo œconomicus.

2.4. L’ambiguïté de l’arrangement conjugal

35Cette organisation des choses peut apparaître comme un choix librement consenti et offrant à chacun sa part de satisfaction. C’est au demeurant un des arguments fréquemment opposé aux critiques féministes dénonçant l’inégale répartition des tâches ménagères, feignant d’ignorer que, le plus souvent, les femmes s’arrangent de cet arrangement plus qu’elles ne le choisissent effectivement. Or l’organisation d’un mariage n’est pas un long fleuve tranquille où chacun trouve sa place aisément et où chacun se plait à son poste : les femmes plongées dans leurs revues, leurs guides, leurs plaquettes, leurs sites internet, etc. et les hommes prêts à intervenir pour les décisions finales. Les interviews témoignent des « prises de tête » incontournables, mais aussi de phases de découragements et même de « prises de bec », voire « des pires engueulades » qui ont pour origine les points de vue divergents dans les décisions mais qui se nourrissent aussi, le plus souvent, du sentiment de décalage entre les efforts et les investissements fournis de part et d’autre.

36Sophie est une des rares mariées à s’en ouvrir très clairement en entretien, devant son mari.

« En plus, déjà personne ne m’aidait, et en plus toi, quelque part, t’étais pas là non plus. C’est vrai que j’ai eu des périodes, bonjour ! J’étais à la limite, limite… À en avoir ras le bol d’assumer tout, toute seule. »

37Les autres femmes vues en entretien se dévoilent plus pudiquement ou profitant de l’absence momentanée de leur conjoint8. C’est sur les forums de discussion sur internet, au public presque exclusivement féminin, que s’exprime le plus vivement le sentiment d’injustice que soulève cet arrangement, le poids qu’il fait reposer sur les épaules féminines et la simplicité énervante qu’il revêt pour les hommes.

38Il ne s’agit pas de verser dans la discussion binaire de savoir « qui domine qui » dans cette répartition inégalitaire des tâches. Dans le discours des femmes, en particulier lorsqu’elles sont entre elles, il y a toujours le reproche à peine larvé que les hommes « n’en font vraiment pas assez », comme l’exprime aussi Sophie. Ce à quoi les hommes peuvent toujours opposer que les femmes « ne laissent pas faire ». C’est ainsi que Paul expose comment, malgré ses efforts initiaux, il a progressivement « lâché l’affaire ».

Paul : Après j’ai délégué. De toutes façons, ça te faisait plaisir de visiter ça avec ta mère, malgré les côtés un peu galère, c’était sa façon de s’investir. Je les accompagnais en tant qu’observateur extérieur ! Je me suis mis un peu en retrait sur cette partie de la préparation, sur le château (…).

Guilaine : J’ai plus fait avec maman.

Paul : Je n’ai pas été très présent. J’ai essayé et puis … j’ai fait OK !

Guilaine  : Le pauvre, je reconnais !

Paul : Non mais c’est pas ça : ça te faisait tellement plaisir à toi ! Tu adorais ça au début, choisir quels plats, quelle décoration…

Guilaine : Oui, c’était sympa, et de toutes façons, ma mère aurait le dernier mot quoi qu’il arrive !

Paul : Après je me suis délibérément mis en retrait. Je ne voulais pas rentrer dans le débat, et à chaque fois que je disais un truc c’était nul ! Parce que je ne suis pas du tout habitué à ce genre de réception !

39Pour démêler la logique de ces arrangements et les éventuels enjeux de pouvoir qu’ils cachent, il faudrait pouvoir distinguer, comme le propose la sociologie clinique de Vincent de Gaulejac (2007), les mécanismes de déni ou de rationalisation ex post indécelables dans le cadre de simples entretiens. Il ne s’agit donc pas de décider ici « qui » perd et « qui » gagne dans ce jeu trop complexe pour être réduit de façon aussi binaire, mais « ce qui » est en jeu et comment les individus rendent compte de cet arrangement de fait.

2.5. Le plaisir et le goût du mariage

40La plupart des hommes se défaussent sur l’argument qu’ils gênent ou qu’ils ne veulent pas gâcher le plaisir, plus important que le leur, que leur épouse semble prendre à cette organisation, intention tout à fait louable et altruiste au moment de partager une vie commune. C’est ce que dit Paul, cité plus haut « ça te faisait tellement plaisir à toi ! » , se faisant le porte-parole de nombreux époux qui attendent sur leurs jeux vidéos que leur épouse leur présente les sélections de décorations de tables, d’adresses de traiteurs, etc. Sans entrer dans l’épineuse question de la comparaison des niveaux de satisfaction des uns et des autres, il semble que celle que prennent les femmes à choisir la couleur des dragées, le centre de tables, les robes des enfants d’honneur, le format des menus, la texture des nappes, etc. a néanmoins un coût important, au moins en temps. Certaines femmes n’ont plus de temps disponible, plus de pauses déjeuners (passées aux repérages en boutique), plus de soirées (passées à « surfer »), plus de sociabilité autre que centrée sur l’organisation du mariage. Ce constat est établi aussi bien par l’entourage des mariées, souvent assez interdit face à l’engagement obsessionnel ou compulsif de certaines dans l’organisation de leur mariage9, que par les femmes concernées. Sur les forums internet notamment, elles énoncent les tracas quotidiens, les doutes, les hésitations et la pression que représente la préparation d’une telle fête. A l’instar du ménage (Haicault, 1984), beaucoup évoquent la « charge mentale » que constitue ce travail, qui n’est pas reconnu comme tel puisqu’il est considéré par leur époux comme un plaisir. Dans un certain sens, les épouses sont prises au piège de l’organisation du mariage de façon plus subtile qu’à celui du ménage. En effet, le ménage est désormais considéré comme un travail par la majorité des époux de cette génération. Au contraire, le mariage est présenté comme un pur plaisir, et non comme une peine, sapant ainsi toute velléité de récrimination de la part des épouses qui s’insurgeraient contre la charge qu’elles s’octroient toutes seules.

41Le goût, notion composite entre plaisir et compétences, est l’autre argument avancé pour justifier que l’homme s’efface devant les choix de la femme. En observant finement les arrangements dans les couples, il apparaît que les hommes s’excluent moins de la décision finale que du travail, souvent long et fastidieux, de présélection des choix, pour que le goût de leurs femmes, plus sûr que le leur, puisse s’y exprimer en toute liberté. Comme montré précédemment, les décisions finales sont généralement présentées comme une œuvre conjugale et collective, où les hommes conservent toujours un mot à dire, au moins en apparence, quel que soit leur engagement préalable, même faible. Il peut sembler étonnant que la confiance accordée aux femmes pour s’occuper des préparatifs ne leur soit pas confiée entièrement, jusqu’au bout du travail de sélection. Le goût que les femmes auraient pour les choses du mariage leur autorise toutefois une forme de manipulation des hommes qui leur prêtent cette caractéristique. En effet, les femmes profitent aussi du travail important qu’elles effectuent en amont pour orienter les décisions, comme l’exprime Sophie : « on a tout plus ou moins choisi tous les deux. C’est-à-dire qu’en général, il suit ». La plupart des femmes évoquent sans détour comment les choix conjugaux peuvent finalement n’exprimer que leurs propres préférences, étant donné la manière dont elles présentent l’éventail des possibilités, parmi lesquelles le mari est invité à s’exprimer. Il demeure néanmoins primordial que l’homme puisse conserver sa marge de manœuvre ou du moins qu’il en ait l’impression. Ainsi parle Marie :

Marie :On a fait ça tous les deux.

Clément :Et j’ai donné mon avis ! Non là, je ne me suis pas laissé écraser, il n’y a pas de soucis.

Marie : Je posais mes conditions, après il disposait.

42C’est aussi par le truchement du goût que les époux réinventent une spécialisation des tâches dans l’organisation des différents moments de leur mariage. Le genre est réintroduit non pas sur la nature de l’opération à effectuer – la même pour les hommes et les femmes, puisqu’il s’agit le plus souvent d’une activité de consommation – mais sur le type d’objet à choisir. Aux femmes, ce qui relève de la cuisine et de l’esthétique (habillement, décorations diverses), de la gestion des invités et des prestataires ; aux hommes ce qui relève du vin, de la voiture des mariés, de la musique. Le clivage apparaît clairement chez Sidonie, dont le beau-père est impliqué dans la musique et le mari dans les boissons, tandis que la gente féminine se consacre – entre autres – à l’esthétique de toute la fête et notamment de la mariée : la mère de la mariée confectionne la robe à partir d’un modèle choisi par Sidonie sur une idée originale de sa sœur, qui donne aussi un coup de main pour la coiffure. C’est la future belle-mère, experte en art floral, qui fait le bouquet de la mariée et ceux destinés à la décoration de l’église et de la salle des fêtes.

43Toutefois, le goût des hommes pour certaines choses s’impose avec moins d’évidence que le goût des femmes pour l’ensemble du mariage. La spécialisation de certains préparatifs des noces apparaît plus comme une conséquence de l’inégale répartition du travail de préparation du mariage que comme son origine. En effet, les hommes rendent toujours compte de leur désengagement par leur ignorance, méconnaissance ou désintérêt pour l’esthétique, qu’ils confient donc à leur épouse. Pour autant, ils n’expriment pas toujours un goût évident pour les tâches qu’on leur prête. Dès lors, l’assignation de certains domaines aux hommes peut souvent apparaître comme une défense des femmes pour que leur époux ne se désengage pas totalement de l’affaire. C’est le cas de Sophie, dont le mode d’organisation pourrait sembler autoritaire, mais vise surtout à pallier les faiblesses de son mari « très tracassin, et qui se fait une montagne d’une petite chose » et à qui elle confie pourtant le choix et l’entretien de la voiture des mariés pour qu’il ne demeure pas qu’un assisté dans l’organisation de leur mariage.

2.6. Le mariage princier, une prison dorée ?

44Les épouses ne sont sans doute pas volontairement et sciemment exploitées par leurs époux pour procéder à tout le travail préparatoire du mariage, face à quoi, elles développent par ailleurs, comme nous l’avons vu, de nombreuses stratégies de défense. Le véritable responsable est bien la pression forte à la réussite du mariage (Segalen, 1997) qui pèse sur les couples, afin qu’ils vivent, suivant la formule consacrée qui n’a pas perdu sa puissance, le « plus beau jour de leur vie » (Maillochon, 2008). Une telle exigence peut-elle toutefois être pensée en dehors du cadre de rapports sociaux de genre qui permet de l’énoncer ? Ce n’est pas une domination masculine directe qui s’exerce sur les épouses mais indirecte, en ce sens que la nature des choix et des exigences imposées aux hommes et aux femmes autour du mariage et de sa célébration n’est pas symétrique. En l’occurrence, l’idée du mariage, telle qu’elle se construit dans l’enfance et l’adolescence, n’est pas identique pour les hommes et pour les femmes, de même que l’image de ce qu’est une belle fête. Les jeunes épouses ne sont pas directement victimes des hommes avec qui elles vivent mais de l’image encore prégnante du Prince Charmant qu’elles chercher à projeter sur eux, comme le montre J.C. Kaufmann (1999) étudiant les femmes vivant en « solo ». Celles qui choisissent de célébrer leur mariage sont avant tout soumises à l’ordre sexué et symbolique qui ne leur permet pas de penser la cérémonie autrement que comme une rencontre merveilleuse et fastueuse, digne d’un conte de fée, comme en témoigne le discours qu’elles tiennent sur leur robe de mariée (Bouchet, 1999) et comme le relaient par ailleurs les enseignes commerciales spécialistes du mariage. En cherchant à tout prix à créer une situation de mariage princier, il n’est pas étonnant que les mariées rencontrent sur leur route des hommes dont la fonction de Prince Charmant qu’elles leur prêtent ne les conduit pas au partage des tâches qu’accepterait un simple compagnon de route. En croyant au mariage, les épouses se mettent dans la situation de se consacrer au Prince Charmant qu’elles viennent de créer.

3. Le plus beau jour de sa vie : comment la « femme » se transforme en sublime « épouse »

45Pour rendre compte de l’importance particulière que les femmes accordent au fait que le mariage soit le « plus beau jour » de leur vie, il faut encore observer les différences qui s’opèrent dans les emplois du temps des mariées et des mariés au matin de la noce.

3.1. Le matin des noces : le temps arrêté

46Le décalage temporel entre hommes et femmes, dans l’incorporation de l’idée du mariage et sa réalisation, se poursuit jusqu’au jour J. La comparaison des agendas10 des différentes activités accomplies la veille, le jour et le lendemain du mariage, remplis séparément par les mariés pour les besoins de l’enquête, le montre clairement.

47La veille du mariage se caractérise par un certain nombre d’activités conjointes, avec une spécialisation toutefois marquée : les hommes s’occupent des déplacements, des transports, quand les femmes sont généralement postées à la décoration ou à la cuisine, notamment s’il faut prévoir des plats pour le lendemain de noces.

48Le jour du mariage fait de nouveau apparaître une rupture nette dans les activités et les temporalités de ceux qui sont sur le point de devenir maris et femmes. Quelques heures avant la partie la plus importante de la cérémonie, généralement l’église et la réception qui suit, le temps de la femme s’arrête : elle n’est plus disponible pour les divers préparatifs du mariage, elle se consacre à sa « mise en beauté » suivant la formule marketing développée pour les besoins du marché. Certains mariés s’activent, au contraire, et font les dernières vérifications (du bon fonctionnement des objets nécessaires à la réception de certaines prestations, etc.). Pendant que Daphné passe toute sa matinée chez le coiffeur et l’esthéticienne, Patrick réceptionne les fleurs, transporte des boissons et prépare même un en-cas pour le retour de sa femme avant leur départ à la séance photo. Pendant les quatre heures d’absence de Carole, Stéphane s’affaire autour des questions de dernière minute, vérifie la sono, gonfle l’ensemble des ballons pour le lâcher qui est prévu à la sortie de l’église. Les femmes semblent enfin prendre du temps pour elles, à un moment où les hommes en consacrent davantage que d’habitude, et cette fois-ci plus que leur épouse, à la communauté du couple. Une parenthèse dans le parcours de combattante de l’organisation du mariage ? Un don masculin à la communauté conjugale ? À bien y regarder, cette parenthèse dans l’organisation du mariage ne change pas véritablement le partage inégalitaire de sa préparation.

3.2. Du temps « pour soi » ou pour se transformer en « épouse » ?

49Que les époux consacrent leurs dernières heures de célibataire pour finaliser les derniers préparatifs ne signifie pas qu’ils ne conservent pas un peu de temps pour eux. Au contraire, beaucoup évoquent aussi un temps pour souffler (avant le « grand saut ») en l’absence de leur épouse. Avant de gonfler les ballons, Stéphane boit « son petit café au bar, comme d’habitude », et lit L’Équipe ; Bertrand file sur sa console entre deux transports de boissons et de petits fours. Le temps libéré par les préparatifs du mariage est vraiment du temps libre, du temps pour eux, en tant qu’hommes et individus, avec leur identité, leurs centres d’intérêts propres.

50Le temps que les mariées ne consacrent plus à la communauté du couple, mais à des soins esthétiques, n’est pas que du temps pour elles, c’est-à-dire pour s’accomplir dans leur singularité. Il ne s’agit pas de temps consacré à se découvrir soi-même, mais à révéler principalement sa « beauté » et devenir enfin, pour ce jour, « la plus belle ». Aucune mariée ne prétend explicitement atteindre ce but. Pourtant les moyens déployés pour que leur apparence soit irréprochable montre l’exigence de perfection qu’elles subissent néanmoins. Une robe qui coûte près d’un mois de salaire moyen, un coiffeur, une esthéticienne, une manucure, une aide habilleuse, etc. sont généralement nécessaires. Sans doute, les femmes éprouvent-elles du plaisir à être ainsi sublimées, mais elles s’inscrivent encore de ce point de vue dans une différence importante avec leur mari, sur lequel ne repose pas une telle pression.

51Il suffit pour s’en convaincre de comparer les soins diversement accordés au choix de la robe de la mariée et la tenue du marié qui doit « aller avec ». Les époux font certes attention à leurs habits, à la bonne coupe de leur costume ; certains sont sensibles au choix de détails – une lavallière, un gilet qui sort de l’ordinaire – ou tentent l’expérience de la jaquette comme Maxime qui cherche à se démarquer d’un jour ordinaire, son travail l’obligeant déjà à porter des costumes. Peu évoquent un stress comparable à celui de la quête de la robe de mariée, scandée par toute une série d’épreuves initiatiques (Bouchet, 1999) qu’entretiennent volontiers les enseignes commerciales en insistant notamment sur la rotation des collections, la faiblesse de l’offre, le temps des retouches, etc.

52Une autre différence s’observe dans le soin que chacun met à la préparation de son corps et de sa parure. Sur les deux jours successifs du mariage (civil puis religieux), Noémie passe sept heures (trois puis quatre) dans les mains d’un coiffeur et d’une esthéticienne, pendant que Vincent évoque une heure de coiffeur et une toilette qu’il qualifie lui-même « d’hyper étudiée », mais qui ne dure que trois-quarts d’heure. C’est aussi le temps que consacre Fabien à sa « préparation perso », alors que celle de son épouse Fabienne nécessite deux heures trente, ou Cyrille pour une « totale : rasage + douche + habillage », quand Marion a besoin de trois heures et quart. Les autres hommes ne comptent qu’un temps réduit (de 30 minutes maximum) pour leur préparation qui ne semble pas se distinguer d’une toilette effectuée un autre jour. La différence est donc considérable, puisqu’un homme peut devenir un mari de manière quasi instantanée, alors qu’une femme a besoin de deux à quatre heures pour effectuer en quelque sorte sa mue et devenir « la mariée ». Pour l’homme, une douche et quelques soins d’hygiène suffisent, quand la femme doit convoquer une armada de prestataires pour révéler sa beauté cachée. Sans compter le temps qu’elle a dû y consacrer auparavant. Car cette mue est le résultat d’un long et minutieux travail au cours duquel la femme apprend à devenir la mariée. Il y a, bien sûr, les incontournables coiffeur et esthéticienne, mais il y a aussi, comme le note Sabrina sur son agenda, l’épilation et le gommage pour changer de peau, la manucure pour être parfaite jusqu’au bout des ongles, le port de lentilles pour éviter les reflets des lunettes sur les photos, etc. Sans oublier d’autres artifices : des UV pour avoir bonne mine, un massage pour paraître détendue et tout le travail du corps qui s’est opéré au préalable pendant des semaines (le régime pour être plus mince), voire des mois ou une année (la pousse des cheveux pour pouvoir réaliser un chignon). Un seul homme évoque une contrainte physique qu’il s’est imposée avant son mariage, en vain : arrêter de se ronger les ongles. Ce n’est donc pas seulement la robe qui « fait la mariée » (Bouchet, 1999), même si elle y est pour beaucoup, mais tout le travail que les femmes effectuent sur leur corps, pour qu’il soit sublime le jour J.

3.3. Le Prince Charmant par nature et la femme métamorphosée en Princesse

53Les variations d’activités et de temporalités observées dans les agendas des hommes et femmes mettent en scène de façon exemplaire combien il est facile de biologiser des différences socialement construites (Bourdieu, 1998). À travers ce long travail sur soi, et cette lente transformation de la femme en mariée, se développe l’idée que la femme doit lutter pour être belle, pour que la souillon se transforme en Princesse. La beauté de la mariée est le produit du mariage et de son investissement dans le mariage. Au contraire, l’homme ne semble pas devoir faire trop d’efforts pour se muer en mari. Il n’a pas besoin de se perfectionner, de se métamorphoser pour jouer le rôle de Prince Charmant. Il est, tout naturellement, le Prince Charmant. Tout juste doit-il prendre soin de son cheval blanc. De fait, la plupart des époux consacrent, d’après leur agenda, un temps égal voire supérieur au lavage et à la décoration de leur voiture qu’à leurs soins personnels ! La transformation spectaculaire que doit opérer la femme pour se muer en épouse, contrairement à l’homme qui peut se contenter de rester lui-même, illustre parfaitement l’impossibilité de distinguer les effets de socialisation des effets de domination dans la construction des identités de genre. C’est bien parce qu’elles sont socialisées dans l’adoration d’une image du Prince Charmant qui s’imposera à elles, que les filles « apprennent par corps » à se transformer en l’épouse, en la Princesse, digne d’être épousée.

Conclusion 

54Le mariage, contrairement au ménage, est conçu le plus souvent comme un acte conjugal sur le mode égalitaire. Pourtant, toute son élaboration est l’occasion d’inscrire dans le temps les rôles différenciés des hommes et des femmes face à la construction de la communauté. Comme pour le ménage, c’est surtout sur les femmes que repose, dans l’organisation des noces, ce qui est commun, ce qui va faire couple. Cette inégalité des tâches n’est pas immédiate mais se construit progressivement, à travers plusieurs étapes – de la demande en mariage jusqu’au choix des habits des mariés – qui sont modelées suivant un schéma sexiste. On peut continuer d’opposer, dans la préparation des noces, le goût et le bon plaisir des femmes d’une part, l’égoïsme et l’opportunisme des hommes d’autre part, mais il convient plutôt de s’interroger sur ce qui fait vraisemblablement coexister ces deux réalités. Au lieu de dresser un tableau irénique de cette situation ou au contraire dénoncer son caractère inique, c’est plutôt le moteur de cet arrangement qu’il faut critiquer : la quête irrépressible d’un rêve écrit pour les petites filles dans des rapports sociaux de sexe, à savoir, l’attente du Prince Charmant et la réalisation, à travers le mariage, du « plus beau jour de sa vie ». Quand les contes de fée sont relayés et confortés par les préceptes marketing dans une économie du mariage en plein essor, l’exigence sociale de réaliser une belle fête, avec des surprises, un beau décor, un service impeccable et la mariée la plus belle, devient le moteur de l’asservissement des femmes. Pour être sûre de réaliser le mariage princier, où elles joueront un jour, et un jour seulement, le rôle de la princesse, les femmes acceptent d’abord symboliquement (dans la demande en mariage), puis pratiquement (au cours de la préparation du mariage), de devenir épouse, c’est-à-dire ne pas simplement être une femme, mais la « femme de », avec toute l’ambiguïté que le terme recèle. À l’issue de ce premier travail du couple et des épreuves qu’elles ont brillamment passées, les femmes ont pu incorporer les tâches qui leur incomberont désormais en tant qu’épouses, dans l’entretien quotidien du couple et de la famille. Une fois la robe de princesse tombée, elles seront devenues la femme du ménage.

Haut de page

Bibliographie

Bouchet C., 1999. « La fabrication de la mariée », Ethnologie française, n°4, pp. 627-638.

Bourdieu P., 1998. La domination masculine, Seuil, Paris.

Bozon M., 1990a. « Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints. Une domination consentie », Population, n° 2, p. 327-360.

Bozon M., 1990b. « Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints. Une domination consentie », Population, No. 3, pp. 565 –602.

Brousse Cécile, 1999, « La répartition du travail entre conjoints reste très largement spécialisée et inégale », in France, Portrait social, INSSE, pp. 135-151.

Delphy C., 2003. « Par où attaquer le “partage inégal” du “travail domestique” », Nouvelles Questions Féministes, Vol. 22, n°3, pp. 47-71.

Delphy C., 2001. « Agriculture et travail domestique : la réponse de la bergère à Engels » in Delphy C., L’ennemi principal, tome II, Penser le genre, Syllepse, pp. 165-182.

Devreux Anne-Marie, Frinking Gerard, 2001. Les pratiques des hommes dans le travail domestique. Une comparaison franco-néerlandaise. Rapport de recherche du CSU (Centre Cultures et Sociétés Urbaines) du CNRS et Work and Organization Research Center Tilburg University, ronéo, 128 p.

Gaulejac de V., Hanique F., Roche P., 2007. La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Eres, Paris.

Glaude Michel, de Singly François, 1987. « Le jeu de rôles conjugaux », INSEE, Données Sociales, pp. 516-522.

Haicault M., 1984. « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, n°3, pp. 268-277.

Héritier F., 2007. Masculin/Féminin, La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Kaufmann Jean-Claude, 1992. La trame conjugale. Analyse du couple à travers son linge, Nathan, Paris.

Kaufmann Jean-Claude, 1999. La femme seule et le Prince Charmant. Enquête sur la vie en solo, Nathan, Paris.

Kaufmann Jean-Claude, 2005. Casseroles, amour et crise, Armand Colin, Paris.

Lennon M.C, Rosenfield S., 1994. “Relative Fairness and then Division of Housework: the importance of Options”, American Journal of Sociology, Vol. 100, n°2, pp. 506-531.

Löwy I., Marry C., 2007. Pour en finir avec la domination masculine. De A à Z, Paris, Les empêcheurs de penser en rond/ Le Seuil.

Maillochon F., 2001a. « L’âge des amours. Différence d’âge entre partenaires et construction du genre au moment de l’initiation sexuelle », Revue Europea, n°1-2, pp. 47-64.

Maillochon F., 2001b. « “Entrer en couple” ou “sortir ensemble” ? Topographie intime des premières relations amoureuses », Agora, n°23, pp. 35-50.

Maillochon F., 2002. « Le coût relationnel de la robe blanche », Réseaux, n° 115, pp. 52-90.

Maillochon F., 2008. « Le Mariage est mort, vive le mariage ! Quand le rituel du mariage vient au secours de l’institution », Enfances, Familles, Générations, n° 8, Montréal.

Maillochon F., 2009. « L’invitation au mariage. Une approche des réseaux de sociabilité du couple », Redes, Revista hispana para el análisis de redes sociales Vol.16, 5.

Puech Isabelle, 2005. « Le non-partage du travail domestique », in M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, La Découverte, pp. 176-183.

Segalen M., 1997. « Comment se marier en 1995 ? Nouveaux rituels et choix sociaux », in Bouchard G., Segalen M. (dir.), Une langue, deux cultures. Rites et symboles en France et au Québec, La découverte, Les Presses Universitaires de Laval, pp. 149-166.

Singly de F. (dir), 2007. L’injustice ménagère, Armand Colin, Paris.

Singly de F., 2001. « Charges et charmes de la vie privée » in Laufer J., Marry C., Maruani M. (dir.), Masculin-féminin : question pour les sciences de l’homme, PUF, Paris.

Haut de page

Annexe

Annexe méthodologique : principales données utilisées

Enquête « Les liens du mariage en France ».

Les données analysées dans cet article proviennent essentiellement d’une recherche en cours sur les cérémonies de mariage des jeunes Français.

Vingt-cinq cas de « premier mariage » ont été étudiés. Afin de limiter les variations liées aux effets biographiques de cycles de vie, les personnes concernées sont âgées de 24 à 33 ans. En revanche, l’échantillon a été constitué de manière à préserver une importante diversité sociale et géographique. Les individus interrogés occupent des positions professionnelles contrastées (ouvrier, avocat, employée de banque, professeur du secondaire, secrétaire, ingénieur, attaché commercial, etc.) et ils habitent soit à Paris et dans la région parisienne, soit en Normandie (Caen et les communes rurales avoisinantes). Plusieurs types de données ont été recueillies pour chaque cas : deux entretiens semi-directifs réalisés en couple avant et après le mariage, des questionnaires biographiques synthétiques sur l’histoire individuelle et familiale de chaque conjoint, un agenda retraçant ex post les principales activités de la mariée et du marié, le jour du mariage, la veille et le lendemain.

Enquête ACSJ : Analyse des Comportements Sexuels des Jeunes en France

L’étude des opinions sur le mariage présentée dans la partie 1 est élaborée à partir des données de l’enquête ACSJ réalisée en 1993 par l’INED, sur un échantillon national et représentatif de 6348 jeunes de 15 à 18 ans. Ces données sont anciennes mais les personnes interrogées à l’époque, nées entre 1975 et 1978, correspondent peu ou prou à la génération des jeunes étudiés dans l’enquête « Les liens du mariage en France» décrite ci-dessus.

Sources : forum de discussion sur www.forum-du-mariage.com.

Ce forum de discussion très fréquenté constitue une source précieuse d’informations sur l’élaboration du mariage et les nombreuses difficultés qu’elle comporte. En quête d’informations pratiques, de conseils, d’avis, mais aussi de support psychologique dans cette période intense, les témoignages des personnes qui fréquentent ce site représentent un contrepoint intéressant par rapport à ce qui se dit en entretien de recherche effectué en couple. Sans le regard du sociologue, les échanges se font plus spontanés ; sans la présence du conjoint, les récits se font plus vifs et souvent moins consensuels. Les témoignages ainsi recueillis permettent de suivre en temps presque réel des conflits qui peuvent émerger au cours de la préparation du mariage et que le récit conjugal effectué après coup peut avoir tendance à minimiser. Ces données sont surtout mobilisées pour la partie II de cet article.

Haut de page

Notes

1  Cet article se fonde principalement sur une recherche en cours décrivant les cérémonies de mariage en France. D’autres données d’enquêtes ou sources sont ponctuellement mobilisées (voir annexe méthodologique de présentation des données utilisées).

2  La suite de ce paragraphe se fonde sur l’analyse des données ACSJ (voir annexe).

3  Cela n’exclut pas les versions hybrides où la demande à la mariée se produit devant les parents.

4  On observe néanmoins le maintien de fiançailles classiques dans les familles catholiques très pratiquantes.

5  Nous nous contenterons dans cet article de l’aspect matériel de l’organisation de la fête du mariage, excluant ainsi les choix portant sur l’organisation de la cérémonie religieuse quand elle a lieu, et les choix des listes d’invités, qui posent d’autres problèmes analysés ailleurs (Maillochon 2009).

6  Il n’en va pas ainsi dans les familles nombreuses catholiques, celle de Claire par exemple qui, avec ses 35 cousins germains, est invitée à plusieurs mariages par an.

7  On retrouve ainsi le type de division sexuelle classique des façons de faire le ménage ou la cuisine (Lennon, Rosenfield, 1994 ; Brousse, 1999 ; Kaufmann, 2005).

8  Les entretiens de couple durant plusieurs heures, chacun des époux est amené à sortir momentanément de l’interview, pour répondre au téléphone, chercher à manger ou à boire, etc.

9  Les entretiens de couples évoquent les cas d’amies proches qui deviennent invivables ou asociales à l’occasion de la préparation de leur mariage, quelle que soit au demeurant la manière dont ils gèrent eux-mêmes cet événement.

10  Tous les couples interrogés avaient préparé pour l’interview « après-mariage » un récapitulatif précis du déroulement du week-end des noces (à l’heure ou à la dizaine de minutes près, suivant les activités) indiquant également les personnes significatives qui les accompagnaient à chacun de ces moments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Maillochon, « La femme du ménage », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 29 septembre 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1047 ; DOI : 10.4000/temporalites.1047

Haut de page

Auteur

Florence Maillochon

Chargée de recherches CNRS (Centre Maurice Halbwachs – ERIS), 48 bd Jourdan 750 14 Paris. florence.maillochon@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page