Navigation – Plan du site

Aperçu de la recherche sur le temps et les temporalités en psychologie sociale

Limites et avancées
Research on time and temporalities in social psychology : limits and advances
Jean-Marc Ramos

Résumés

Il n’y a pas de recherche programmatique sur les questions temporelles en psychologie sociale. C’est la conclusion que l’on peut tirer de deux bilans convergents sur la production scientifique contemporaine. Nous montrons dans cet article qu’il existe néanmoins des foyers de recherche, traditionnellement sur les perspectives temporelles et plus récemment sur la mémoire sociale ; ce qui doit nous rassurer sur l’avenir de la recherche temporaliste dans cette discipline.

Haut de page

Texte intégral

1 Y a-t-il une place pour la recherche sur les temporalités en psychologie sociale ? La question peut se poser car les travaux centrés sur les questions temporelles sont relativement rares dans cette discipline et, lorsqu’ils existent, ils portent principalement sur le facteur temps (variable mesurable) et beaucoup plus rarement sur les temporalités (le rapport au temps lorsqu’il est vécu ou représenté). C’est ce qui ressort à la lecture d’une vaste enquête sur le traitement du temps en psychologie sociale, menée très récemment par une équipe suisse. La conclusion des auteurs est sans appel. « This neglect of temporal issues within the social psychological research is a serious threat to the validity of social psychology for other social scientist » (Spini, Elcheroth et Figini, 2007, p. 27).

2Nous verrons que ce jugement ne date pas d’aujourd’hui puisque, dans les années 90, des chercheurs américains aboutissaient déjà à la même conclusion (McGrath et Kelly, 1992). Ce qui rejoint d’assez près les observations que nous avions pu faire dix années plus tôt dans le cadre de nos premiers travaux (Ramos, 1982). Ces trois sources, échelonnées sur plus de 20 ans, conduisent finalement au constat suivant : les questions temporelles ont été « négligées » par la psychologie sociale.

3 Cette affirmation peut paraître excessive si l’on considère les efforts entrepris ces dernières années par certains chercheurs pour centrer leurs travaux sur les temporalités. C’est pourquoi, après l’exposé des bilans, nous tenterons de faire le point sur les avancées que nous devons aux psychologues sociaux dans deux domaines bien précis de la recherche temporaliste : les perspectives temporelles et la mémoire sociale.

I - Les limites de la recherche sur le temps en psychologie sociale

4 Depuis la naissance de la psychologie scientifique à la fin du XIXe siècle, le temps occupe une place centrale dans cette discipline. Il intervient en effet, à la fois comme variable et comme objet, dans le fonctionnement de la mémoire, le développement de l’intelligence, les apprentissages individuels et les troubles mentaux. Ce qui faisait dire à Ignace Meyerson qu’il constitue la colonne vertébrale de la personne. Mais pour la psychologie sociale la question reste posée.

5 Rappelons toutefois que la psychologie sociale n’est pas une sous discipline de la psychologie même si elle lui est rattachée institutionnellement. De la même manière, le fait qu’elle partage des objets en commun avec la sociologie ne doit pas conduire à la considérer comme une branche de cette discipline. Ses origines sont bien hybrides mais son développement l’a rendue autonome au sein des sciences humaines et sociales. Depuis les propositions de Willem Doise, on admet généralement que l’explication en psychologie sociale doit viser, avec l’aide de la méthode expérimentale, l’articulation entre le psychologique et le sociologique en intervenant à quatre niveaux : intra-individuel, interindividuel et intra-situationnel, positionnel et idéologique (1982, p. 27-34). En réalité, comme le montre son évolution, la psychologie sociale semble plutôt s’être rapprochée de la psychologie. C’est en tout cas l’avis de Claude Faucheux qui s’exprimait ainsi dans les années 80 : « on peut affirmer que la psychologie sociale théorique a, depuis Lewin, glissé progressivement vers une sorte de psychologie cognitive générale, qu’elle a négligé l’étude des phénomènes proprement sociaux prônée par Lewin, pour s’intéresser toujours davantage à des phénomènes strictement psychologiques. » (cité par Doise, 1982, p. 26).

1) Les publications disponibles dans les années 80

6 Quels sont les travaux consistants qui traitent spécifiquement de la notion de temps en psychologie sociale ? Avant de répondre à cette question en présentant les bilans annoncés, nous commencerons par fournir une réponse personnelle en nous référant aux résultats d’une recherche bibliographique qui a servi de point de départ à nos premiers travaux. Ceux-ci portaient sur la notion de temps en psychologie sociale et étaient illustrés par une enquête sur les temps de repos des ouvriers postés (Ramos, 1982). Il s’agissait de repérer les déterminants de la gestion et de la représentation du temps dans le cadre d’une problématique opposant les ressources individuelles aux conditions de travail. Les contraintes temporelles étaient particulièrement pesantes puisqu’elles obligeaient les ouvriers à travailler selon des horaires atypiques caractérisés par des décalages quotidiens et une alternance périodique (3x8 continu). Ce régime de travail créant toutes les conditions d’une vie à contretemps, il devenait important d’examiner les conséquences de la désynchronisation (nuisances ou avantages) sur la sociabilité. Pour étayer nos arguments et discuter nos résultats nous avons donc passé en revue la littérature psychosociologique de l’époque en espérant y trouver les traces d’une recherche thématique spécifiquement centrée sur les temps agis et représentés. Or, si l’on excepte la psychologie du travail qui privilégiait les études empiriques, la psychologie du développement qui nous éloignait de notre sujet et la chronopsychologie qui n’en était encore qu’à ses débuts, c’est principalement la sociologie qui nous a offert les éléments d’analyse et de conceptualisation les plus intéressants. La thèse de William Grossin (1974) qui se situait dans le prolongement de la pensée de Maurice Halbwachs et de Georges Gurvitch, en fut le modèle. Elle portait sur la formation des attitudes temporelles et reposait sur une enquête comparative qui avait préalablement fait l’objet d’un article publié dans une revue de psychologie (Grossin, 1974). Il apparut quelques années plus tard que les conclusions de cette enquête allaient dans le même sens que les observations d’Adolfo Fernandez-Zoïla qui, avec le regard du clinicien, voyait dans les maladies du temps provoquées par les conditions de travail les bases d’une psychopathologie de l’événement temporel (Sivadon et Fernandez-Zoïla, 1983). En somme, les points de vue du sociologue et du psychologue convergeaient pour souligner le rôle formateur du temps de travail sur la personnalité. La méthodologie fut une autre contribution de la sociologie à une discipline qui était en mal de recherches sur la notion de temps. La technique des budgets-temps qui n’a toujours pas d’équivalent en psychologie sociale, était très en vogue à l’époque (Busch, 1975) mais aussi très discutée (Javeau, 1975). Destinée à l’étude quantitative des modes de vie, elle avait fait son apparition dans les enquêtes françaises à la suite d’une série d’articles parus dans la Revue française de sociologie (Guilbert, Lowit, Creusen, 1965 et 1967) avant de devenir l’outil emblématique de la sociologie empirique du temps libre (Dumazedier, 1974).

7 Dans les années 80, il était donc bien difficile de trouver en psychologie sociale des publications sur la gestion et la représentation du temps. Les rares contributions sur ce thème furent l’œuvre d’une équipe toulousaine qui s’était constituée autour de Jacques Curie sur la base d’un projet de recherche intitulé La vie en temps partagés (Curie et alii., 1986 ; Hajjar et Curie, 1987 ; Curie, 1995). Les travaux de cette équipe eurent toutefois peu d’influence dans la discipline malgré la portée de leurs résultats et l’incontestable intérêt de la modélisation qui y était proposée. Finalement, seule la sociologie et certains domaines spécialisés de la psychologie (psychologie du travail, psychologie du développement, chronopsychologie, psychopathologie) pouvaient, à cette époque, alimenter la réflexion d’un psychologue social sur le temps ou les temporalités, qu’il s’agisse de questions épistémologiques ou méthodologiques.

2) Un objectif prometteur pour l’avenir

8 Cette situation ne devait guère changer dans les années qui suivirent malgré la volonté de Joseph Mc Grath de fonder en 1988, sur les bases d’un ouvrage collectif, une véritable psychologie sociale du temps. Pour ce professeur de psychologie de l’Université du Michigan, qui vient de disparaître après la publication d’un dernier livre consacré au temps (McGrath et Tschan, 2004), le bilan des années 90 était tout aussi décevant. Voici ce qu’il écrivait avec une collaboratrice dans l’un des premiers numéros de la revue Time & Society : « In mainstream social psychology, time has virtually been ignored » (McGrath et Kelly, 1992, p. 400).

9 Dans cet article, les auteurs ont cherché à expliquer le désintérêt de leur discipline pour les questions temporelles ( the neglect of temporal matters in social psychology ) en invoquant trois types de raisons (practical, methodological and strategic). En premier lieu, ce sont des raisons pratiques qui amènent les chercheurs à dé-temporaliser les comportements qu’ils étudient ; il faut en effet du temps pour étudier correctement des phénomènes lorsqu’ils font l’objet de variations temporelles (it takes time to study time). De ce fait, et c’est la deuxième raison, les psychologues sociaux ont recours à des méthodes qui leur permettent de neutraliser les variables temporelles ou de réduire leurs effets ; ainsi préfèrent-ils utiliser des plans d’expérience adaptés aux états statiques plutôt que dynamiques (designs that are geared to analysis of static rather than dynamic systems). Il s’agit principalement de plans transversaux qui conduisent à faire des comparaisons dans l’ordre synchronique, contrairement aux plans longitudinaux dont on se sert pour mettre en évidence une évolution. Quant à la troisième raison, elle a trait à l’histoire de la discipline qui doit son développement, tout au moins aux États-Unis, à la dominance des modèles structuraux (research paradigm that enshrines an equilibrium principle, favoring structure over process, stability over fluctuation, accommodation over conflict and equilibrium over change). Cet argument fait implicitement référence aux apports de la Gestalt Psychology (psychologie de la forme) dont sont issus les travaux de Kurt Lewin, et surtout la théorie de Fritz Heider sur l’équilibre structural qui semble plus particulièrement mise en cause ici. Finalement, les problèmes que rencontre la psychologie sociale du temps pour se développer, découleraient d’une orientation épistémologique majeure dont les principes sont guidés par la recherche d’équilibre et de stabilité : « This static orientation trivializes the temporal features of the phenomena under study and, in turn, eliminates any impetus to resolve the practical and methodological barriers to the study of time » (1992, p. 400-401).

10 À la suite de ces remarques, Joseph McGrath et Janice Kelly ont indiqué deux voies dans lesquelles ils souhaitaient voir se constituer une psychologie sociale du temps (1992, p. 402 et p. 406). La première voie revient à étudier les phénomènes psychosociaux dans leur contexte temporel (Temporal Context), donc à faire intervenir le facteur temps dans l’explication psychosociale. Le temps est alors traité comme une variable indépendante, un facteur mesurable dont on veut montrer les effets sur un comportement, une performance, une représentation. La seconde voie consiste à centrer la recherche sur certains faits ou processus caractéristiques du rapport au temps, comme la perception du temps, l’expérience du temps, ou encore la gestion du temps (Temporal Patterning). Le temps, ou plutôt la temporalité, devient une variable dépendante soumise à l’action de facteurs psychosociologiques. Par exemple, dans le premier cas on étudiera l’évolution sur plusieurs années (Temporal Context) de la représentation sociale du sida alors que dans le second on s’intéressera aux perspectives temporelles (Temporal Patterning) des adolescents, en recherchant cette fois les sources de variations dans le milieu d’origine, les études suivies, le sexe etc.

3) La production scientifique d’aujourd’hui

  • 1 Le texte qui nous a servi de référence est un article, soumis à publication dans le Journal of Comm (...)

11 Ces propositions ne semblent pas avoir eu beaucoup d’audience dans la discipline, si l’on en juge par la situation actuelle. « A first look into the production of social psychology published in European and American journals seems to indicate that the issues of age, period and cohort are not well represented in current mainstream social psychology journals » (Spini, Elcheroth et Figini, 2007, p. 6). Tel est le constat établi tout récemment par une équipe de chercheurs suisses qui s’est penchée sur la façon dont la notion de temps était traitée dans les principales revues de la discipline1. Leur échantillon était composé des revues généralistes les plus citées en Europe (European Journal of Social Psychology , British Journal of Social Psychology) et en Amérique du Nord (Journal of Personnality and Social Psychology), auxquelles ils ont ajouté deux revues de psychologie sociale appliquée, particulièrement réputées pour la qualité de leur production scientifique (Journal of Community and Applied Social Psychology pour l’Europe ; Social Psychology Quarterly pour les USA).

12 Après avoir distingué trois manières dont le temps était pris en compte par la psychologie sociale - essentiellement pour eux sous la forme d’une variable indépendante (Temporal Context) puisqu’il s’agit de l’âge des sujets, de la période de l’observation et des études sur cohortes - les auteurs ont dépouillé les contenus de tous les numéros parus dans les cinq revues entre 1999 et 2001. Il convient de préciser que cette enquête, bien que s’apparentant à une investigation du même genre publiée dans Temporalités (Cicchelli, Cicchelli-Pugeault et Merico, 2004), ne s’est pas limitée au seul examen des titres des articles. Les auteurs suisses sont allés beaucoup plus loin en effectuant une véritable analyse de contenu sur les recherches qui étaient référencées dans ces revues. Toutefois, ils ne se sont intéressés qu’aux études empiriques dont le nombre s’élevait à 699 pour la période étudiée.

13 Le traitement des données et l’analyse des résultats conduisent les auteurs à faire quatre constatations. Elles concernent la technique d’échantillonnage, le critère d’âge, le choix du plan et la place du temps dans l’explication. Il existe dans cette production scientifique un type d’échantillon dominant qui ne permet pas toujours d’utiliser l’âge comme source de variation temporelle. D’après les études examinées, ce sujet modèle est issu de la population étudiante ; et comme le statut étudiant est très homogène au regard de l’âge, ce critère, quand il est pris en compte, peut difficilement s’avérer discriminant (a majority of articles did not give any information concerning age (or year of birth), p. 14). De plus, l’organisation des recherches repose très souvent sur des plans statiques. C’est le cas tout particulièrement pour les articles hébergés dans les revues généralistes où les plans longitudinaux sont souvent délaissés. En revanche, lorsque les revues sont ouvertes à l’application, on enregistre beaucoup plus de plans dynamiques. Quant aux arguments fournis pour l’explication, il est y rarement question du facteur temps. On dénombre trop peu d’études faisant intervenir le contexte temporel comme variable explicative (There was only a small minority of studies that included any analysis using time as an explanatory variable in each of the three mainstream journals, p. 16).

14Finalement cette enquête tend à montrer que le diagnostic posé par Joseph McGrath et Janice Kelly en 1992 serait toujours valable de nos jours. La psychologie sociale ne s’intéresserait pas assez aux questions temporelles ; les auteurs suisses ajoutant que cette négligence (neglect) pourrait constituer une menace pour sa validité au sein des sciences sociales.

15 Comment expliquer cette négligence ? L’une des réponses avancées met en cause la méthode expérimentale qui est une condition pratiquement obligée pour pouvoir publier dans les revues faisant autorité dans la discipline. On sait que la méthode expérimentale, souvent opposée à la méthode clinique par les psychologues, consiste à simuler les phénomènes psychosociaux en laboratoire pour mieux contrôler l’action des variables. De cette manière, on les isole de leur environnement naturel et des contextes sociaux. La dé-contextualisation a donc pour effet de dé-temporaliser les phénomènes qui tendent à devenir anhistoriques, apériodiques, atemporels mais beaucoup plus stables pour l’examen des processus cognitifs. C’est ainsi que l’étude des rumeurs en laboratoire va prendre la forme d’une expérience sur la chaîne de transmission d’un message. Il existe par ailleurs une autre raison que l’on peut avancer pour expliquer la négligence dont fait l’objet le facteur temps. Elle provient d’une habitude très répandue qui consiste à faire de l’étudiant, et plus particulièrement de l’étudiant en psychologie, le sujet psychosociologique par excellence. Dans ces conditions, le chercheur ne peut plus se référer à l’âge comme variable explicative car son échantillon est biaisé au regard de ce critère.

16 Il existe toutefois des raisons d’espérer que nous font partager les auteurs suisses dans leur conclusion. Les questions temporelles ne sont pas absentes de la recherche en psychologie sociale. Elles témoignent d’un double clivage qui oppose les revues en fonction de leur caractère généraliste ou spécialisé et de leur origine géographique (Europe vs Amérique du Nord). Les revues tournées vers l’application traitent plus facilement de ces questions et les revues nord-américaines se montrent plus accueillantes envers les méthodologies attentives au contexte temporel.

17 En résumé, les résultats de cette enquête viennent confirmer l’observation plus générale faite dix ans auparavant par Joseph McGrath et Janice Kelly : le temps interviendrait peu dans la production scientifique de la psychologie sociale. Si la problématique des recherches examinées, qui sont exclusivement empiriques, est peu temporalisée, c’est en raison d’un parti pris méthodologique qui constitue un biais pour l’étude des contextes temporels. Ce parti pris consiste à choisir les plans d’analyse expérimentaux aux dépens des plans longitudinaux, et à privilégier les échantillons d’étudiants au risque de faire de l’âge une variable non pertinente. « First, results confirm the hypothesis of a systematic bias as far as the types of samples were concerned » (p. 24).

18De ce fait, il faut probablement rechercher ailleurs les articles sur le temps des psychologues sociaux, dans des revues de sociologie ou dans des revues thématiques très spécialisées. « Results suggest that social psychologists interest in temporal issues tend to migrate to journals oriented toward sociological social psychology or to applied journal » (p. 25). C’est en quelque sorte la démarche qu’ont suivie Joseph Mc Grath et Janice Kelly lorsqu’ils ont décidé de lancer leur appel pour la constitution d’une psychologie sociale du temps. Leur choix s’est porté sur Time & Society.

II – Les apports de la psychologie sociale à la recherche sur les temporalités

19 Malgré un bilan assez décevant pour les revues canoniques, il semble donc bien exister une recherche psychosociologique sur le temps que l’on peut espérer trouver dans d’autres supports que ceux pris en compte dans l’enquête. La célèbre Encyclopedia of Time, à l’article « Social Psychology », donne un aperçu de ce qui pourrait ressembler un programme de recherche dans cette discipline. L’auteur de l’article, qui n’est autre que Joseph McGrath, y propose en effet une liste de dix thèmes déjà traités ou susceptibles de l’être. Ce qui lui donne l’occasion de réaffirmer son objectif : « Systematic study of all of them would provide a substantial basis for the study of time as a subdiscipline of social psychology » (Macey, 1994, p. 560). On retrouve par ailleurs, dans les publications françaises, ce même intérêt pour les questions temporelles, et tout particulièrement pour les temporalités (Temporal Patterning). La recherche dans ce domaine s’inscrit dans diverses directions. Nous en avons retenu deux pour cette présentation : les perspectives temporelles et la mémoire sociale. On remarquera que ces deux thématiques ont un caractère transversal puisqu’on les travaille également dans d’autres disciplines. Elles renvoient à des questions identitaires, au vécu du temps dont on peut rappeler l’intérêt pour la sociologie. Le concept de temporalités sociales veut rendre compte de la diversité des temps vécus par les groupes ou selon les situations, qu’ils soient agis ou représentés. Voici plus précisément la définition qu’en donne Daniel Mercure : « désignons simplement par temporalités sociales la réalité des temps vécus par les groupes, c’est-à-dire la multiplicité des conduites temporelles et des représentations du temps liées à la diversité des situations sociales et des modes d’activités dans le temps » (1995, p. 13). Par conséquent, après avoir vainement cherché la référence au temps dans l’explication psychosociale (Temporal Context), on s’aperçoit qu’elle existe sous une forme plus conceptuelle (Temporal Patterning) dans une littérature qui emprunte autant à la sociologie qu’à la psychologie.

1) La recherche sur les perspectives temporelles

20 La notion de perspectives temporelles (ou horizon temporel) vient de la psychologie du développement. On peut la rattacher à la problématique de la socialisation. C’est un thème devenu central dans ce domaine de la psychologie à la suite des travaux piagétiens sur la notion de temps (1946), du chapitre que Paul Fraisse lui a consacré dans sa psychologie du temps (1967, p. 159-210) et d’un livre référence sur la temporalité de l’adolescent  (Rodriguez-Tomé et Bariaud, 1987). Selon la définition minimale qu’en proposait Kurt Lewin (1942), il s’agit de la totalité des vues qu’un sujet ou un groupe de sujets porte sur son passé, son présent et son avenir.

21 Contrairement à la psychologie du développement, la psychologie sociale s’intéresse peu au processus psychogénétique, c’est-à-dire à la construction psychique de cette forme de panoramisme temporel. Elle utilise plutôt la perspective temporelle comme critère de différenciation sociale. Le but de la recherche est alors de déterminer l’étendue et l’orientation que peut prendre la perspective dans certains groupes sociaux. Pour  mesurer son étendue et son orientation, on utilise des outils spécifiques. Leur nombre est considérable. Ils ont été recensés, décrits et discutés dans une thèse qui peut être considérée en France comme l’ouvrage de référence sur la question (Thiébaut, 1997). Parmi les techniques les plus utilisées - qui ne sont pas forcément les meilleures, selon Eric Thiébaut -, figure le questionnaire de Philip Zimbardo, mieux connu sous le nom de Stanford Time Perspective Inventory (STPI) ou encore de Zimbardo Time Perspective Inventory (ZTPI). Concrètement, pour mettre en évidence l’orientation dominante de la perspective, on présente aux sujets une liste de 54 items (25 items dans la version réduite) qu’ils doivent situer sur une échelle d’attitude en cinq points.  À la suite de nombreuses études réalisées sur différents échantillons de sujets, on a pu isoler cinq dimensions particulièrement discriminantes (Fieulaine et al., 2006, p. 64) ; elles sont présentées sommairement dans le tableau ci-dessous.

  1. La dimension Passé-Positif → Attitude positive à l’égard du passé (Exemple d’item : Le fait de penser à mon passé me donne du plaisir)

  2. La  dimension Passé-Négatif →Vision négative du passé (Exemple d’item : Je pense aux mauvaises choses qui me sont arrivées dans le passé)

  3. La dimension Présent-Fataliste → Attitude résignée face à la vie (Exemple d’item : Puisque ce qui doit arriver arrivera, peu importe vraiment ce que je fais) ;

  4. La dimension Présent-Hédoniste → Attitude confiante et prise de risque (Exemple d’item : C’est important de mettre de l’excitation dans ma vie) ;

  5. La dimension Futur → Position tournée vers l’avenir et l’accomplissement des buts (Exemple d’item : Je fais aboutir mes projets à temps, en progressant étape par étape).

22 Malgré son aspect réducteur, ce questionnaire présente un certain intérêt. Après sa mise au point en Amérique du Nord, il a fait l’objet de plusieurs validations dans les pays européens, d’abord en Italie (D’Alessio et al., 2003), et plus récemment en France (Fieulaine et al., 2006). Il permet donc de faire des comparaisons internationales. À titre d’exemple, voici les principaux résultats de la comparaison USA vs Italie, obtenus sur des échantillons représentatifs. Chez les nord-américains, la dimension futur est un facteur discriminant entre hommes et femmes : les femmes seraient plus futur-orientées que les hommes. Ce qui n’est pas le cas en Italie. Dans ce pays, la différence ne s’observe que pour le présent : les femmes seraient plutôt fatalistes, contrairement aux hommes qui se montrent plutôt hédonistes. D’autre part, parmi les sources de variation de la perspective, les auteurs signalent le rôle de l’âge. L’effet de cette variable temporelle marque nettement l’orientation vers le futur qui prend d’autant plus d’importance que les individus vieillissent. Ce processus se heurte toutefois au grand âge. À ce stade, le vieillissement débouche irrémédiablement sur une présentification fataliste. Ce phénomène d’involution qui conduit au rétrécissement de l’horizon temporel est bien connu des cliniciens (Barus-Michel et al., 1984 ; Barus-Michel, 1989).

23 En définitive, l’apport de la psychologie sociale à la recherche sur les temporalités se traduit ici par trois contributions : une opérationnalisation d’un concept transdisciplinaire (celui de perspectives temporelles) dont les applications peuvent concerner la sociologie ; une instrumentation conçue pour des comparaisons internationales, qui a été validée pour les populations européennes et nord-américaines ; et enfin un corpus de données et de résultats disponibles pour toutes les disciplines intéressées par l’étude des attitudes contemporaines à l’égard du temps.

2) La recherche sur la mémoire sociale

24 Contrairement aux travaux précédents qui rapprochaient la psychologie sociale de la psychologie du développement, la recherche sur la mémoire sociale la ferait plutôt pencher vers la sociologie. En effet, la référence à la pensée de Maurice Halbwachs y est omniprésente (1925 ; 1950). Elle voisine cependant avec des sources plus familières aux psychologues comme les travaux de Frederic Barlett, un anglais que l’on présente comme le précurseur d’une méthodologie distinctive en psychologie sociale (1932), ou encore les écrits de Pierre Janet sur la mémoire qui ont été rassemblés dans un livre fort rare et donc peu lu (1928). Quelles sont alors les particularités de la recherche psychosociale dans ce domaine ?

25 Il existe d’abord une spécificité d’ordre théorique car, contrairement à la sociologie, les travaux sur la mémoire sociale ne sont pas issus directement de la théorie halbwachsienne même s’ils y font souvent référence. Cette notion est en fait une extension assez récente de la théorie moscovicienne des représentations sociales. On le remarque d’emblée au titre de l’un des livres les plus importants sur la question (Laurens et Roussiau, 2002). Les auteurs ayant collaboré à cet ouvrage collectif sont principalement des spécialistes des représentations sociales qui s’intéressent aux événements du passé revisités au présent par la conscience collective. Ces travaux sont jeunes car il s’agit d’une voie de recherche qui a été rouverte depuis peu comme le précisent les éditeurs scientifiques de l’ouvrage. « La mémoire collective, après un relatif oubli, figure à nouveau comme objet d’étude en psychologie sociale » (2002, p. 15). La filiation théorique entre Maurice Halbwachs, Frederic Barlett et Serge Moscovici semble avoir été faite par Denise Jodelet. On lui doit d’avoir relancé la recherche sur cette question à l’occasion d’un colloque international visant à commémorer le cinquième centenaire des événements de 1492, principalement la découverte du Nouveau Monde et l’expulsion des Juifs d’Espagne.

26 Selon la définition donnée dans le livre de Stéphane Laurens et Nicolas Roussiau, la mémoire que ces derniers préfèrent appeler « sociale » plutôt que collective, désigne « un ensemble de représentations sociales concernant le passé : l’image du passé est produite, conservée, élaborée et transmise par un groupe à travers l’interaction de ses membres » (2002, p. 108). Il s’agit d’une mémoire vivante car elle n’existe pas sans la présence de personnes qui se souviennent, sans porteurs d’un discours audible sur le passé. De ce fait, les lieux de mémoire n’entrent pas dans le champ de la recherche sauf quand ils sont l’objet d’une représentation socialement partagée. Vitalité, narrativité et sociabilité sont donc les propriétés de la mémoire telle qu’on la conçoit en psychologie sociale. Ces propriétés sont directement inspirées de la lecture de Pierre Janet qui est considéré comme le fondateur d’une véritable théorie psychosociale de la mémoire. « La mémoire qui se construit est une narration (Janet, 1928, p. 308) de quelqu’un à propos d’un objet pour quelqu’un d’autre. En cela, elle ressemble à la représentation sociale dont on peut se demander si elle n’en serait pas la forme primitive » (Laurens et Roussiau, 2002, p. 13). Comme Maurice Halbwachs, mais à l’opposé d’Henri Bergson, le psychologue Pierre Janet considère que la mémoire est un acte social car elle vise à transmettre une expérience à autrui (Temporalités, 2005, p. 4). La transmission du souvenir comme sa formation se faisant par le récit, il n’y aurait donc pas de mémorisation possible sans intention de raconter et sans la présence d’autrui. « La mémoire ne serait donc pas un acte individuel mais une fonction sociale répondant à l’objectif de faire voir à l’autre ce que nous avons vu, de lui transférer notre expérience construite par le récit que nous faisons pour nous et pour lui. Dans cette perspective développée par Janet, la mémorisation ne se ferait que dans l’intention de raconter, elle serait à la fois lors de sa construction, et lors de sa mise en route, une narration » (Laurens et Roussiau, 2002, p. 12).

27 Ces arguments ne sont pas sans implication méthodologique. Comme la mémoire peut se raconter et comme son fonctionnement s’apparente à celui des représentations sociales dont elle en serait la forme primitive, il n’est pas surprenant qu’on veuille l’étudier de manière empirique, avec les méthodes classiques de la psychologie sociale ; c'est-à-dire dans des conditions quasi-expérimentales où le recueil de l’information se fait en laboratoire avec le risque de dé-contextualisation que l’on a déjà indiqué. On retrouve donc, pour l’analyse des contenus de mémoire, des techniques mises au point pour l’étude des représentations sociales (Doise, Clemence et Lorenzi-Cioldi, 1992 ; Abric, 2003).  L’une des plus usitées repose sur la consigne d’évocation par association libre ou contrôlée. De cette façon on sollicite plus directement le processus d’objectivation qui conduit la pensée à résorber un excès de signification en le matérialisant sous une forme communicable, et donc plus manipulable lors du traitement de l’information. Les cognitions (souvenirs ou idées) sont ainsi résumées par des mots-clés (objectivations lexicales) ou par de brefs énoncés (objectivations discursives). À titre d’illustration, on peut citer une très intéressante étude comparative (Brésiliens vs Portugais) sur la mémoire vivante de la découverte du Brésil au début du XVIe siècle, dont les données sont constituées par des objectivations lexicales résultant de la technique d’association libre de mots (Sá et Oliveira, 2002).

28 L’approche psychosociale de la mémoire aura donc permis de recadrer scientifiquement une notion qui, à force de traitements médiatiques, risquait de perdre sa cohérence et de tomber dans le sens commun. Ce faisant, le concept sociologique d’origine a bénéficié de nouveaux apports sur le plan théorique et méthodologique. La mémoire collective ne s’entend plus seulement comme une mémoire de trace ou une géographie du souvenir (Halbwachs, 1941). C’est une mémoire vivante, portée par les mots, que l’on peut déceler dans le discours contemporain ; à condition toutefois d’utiliser des outils spécialement conçus pour objectiver les contenus d’une représentation socialement partagée et historiquement marquée.

Conclusion

29 Nous venons de voir que les questions temporelles n’avaient pas été oubliées par la psychologie sociale. Par conséquent, il convient de relativiser les bilans dressés, à plusieurs années d’intervalle, par les chercheurs américains (McGrath et Kelly, 1992) et européens (Spini, Elcheroth et Figini, 2007). Il existe en effet, et depuis longtemps, une abondante littérature, en langue anglaise comme en langue française, sur les perspectives temporelles, ne serait-ce que les travaux de Kurt Lewin et ceux de Philip Zimbardo pour en témoigner. La production scientifique sur la mémoire sociale n’est pas en reste même si elle est beaucoup plus récente et souvent d’origine française. Sans parler des travaux sur la représentation sociale du temps que nous avons déjà présentés ailleurs (Ramos, 1992 a et b ; 2006). Si les travaux sur ces thématiques n’apparaissent pas ou ont été sous-estimés dans les bilans présentés, c’est probablement en raison des sources d’information utilisées. Dans l’enquête des chercheurs suisses par exemple, le bilan ne porte que sur la production annuelle de cinq revues majeures qui défendent la même politique scientifique, à savoir une politique favorable à la recherche vive (article plutôt que livre), d’expression anglo-saxonne, utilisant la méthode expérimentale. La sélection opérée dans ces revues aurait pour effet de renvoyer vers d’autres supports (livres, revues thématiques ou spécialisées), voire dans les marges de la discipline, vers la psychologie ou la sociologie, les travaux des psychologues sociaux sur le facteur temps (Temporal Context) ou les temporalités (Temporal Patterning). De ce fait, bien qu’existants et reconnus pour leur originalité, ces travaux ne seraient pas toujours bien perçus dans le périmètre de la psychologie sociale. Voilà une hypothèse stimulante pour de nouvelles recherches.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abric j-c., 2003. Méthodes d’étude des représentations sociales. Ramonville, Erès.

Barus-Michel j., Ben Slama f., Blanchet, a. et De Poplawsky j., 1984. Les retraités et l’expérience du temps. Paris, Fondation Nationale de Gérontologie.

Barus-Michel j., 1989 Les retraités et l’expérience du temps. Ruptures et réappropriations, Temporalistes, n°11, p. 9-15.

Barlett f.-c., 1932. Remenbering : a Study in Experimental and Social Psychology. Cambridge, Cambridge University Press.

Busch m-c., 1975. La sociologie du temps libre. Paris – La Haye, Mouton.

Cicchelli v., Cicchelli-Pugeault c., Merico m., 2004. « Age, generation, life cycle et life course dans les titres d’articles sociologiques américains : 1940-2000 », Temporalités, n° 2, p. 89-106.

Curie j., Caussade g. Hajjar v., 1986. « Comment saisir les modes de vie des familles », in L’Esprit des Lieux, Éditions du CNRS, p. 313-349.

Curie j., Hajjar v., 1987. « Système des activités et niveaux de processus psychosociaux dans les changements personnels et sociaux », Psychologie et éducation, XI(1-2), p. 47-56.

Curie j., 1995. « Temps et mode de vie », Temporalistes, n° 30 (spécial « Modes de vie »).

D’Alessio m., Guarino a., De Pascalis v. et Zimbardo p.g., 2003. “Testing Zimbardo’s Stanford Time Perspective Inventory (STPI) - Short Form. An Italian Study”, Time & Society, 2/3, p. 333-347.

Doise w., 1982. L’explication en psychologie sociale. Paris, P.U.F.

Doise w., Clemence a., Lorenzi-Cioldi f., 1992. Représentations sociales et analyses des données. Grenoble, Presses Universitaires.

Dumazedier j., 1974. Sociologie empirique du loisir. Critique et contre-critique de la civilisation du loisir. Paris, Seuil.

Fraisse p., 1967. Psychologie du temps. Paris, P.U.F.

Fieulaine n., Apostolidis t. et Olivetto f., 2006. « Précarité et troubles psychologiques : l’effet médiateur de la perspective temporelle », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, n° 72, p. 51-64.

Grossin w., 1973. « L’influence des temps de travail préparés sur la personnalité des ouvriers », Journal de Psychologie normale et pathologique, n° 4, p. 409-425.

Grossin w., 1974. Les temps de la vie quotidienne. Paris – La Haye, Mouton.

Guilbert m., Lowit n., et Creusen j., 1965. « Problèmes de méthode pour une enquête de budgets-temps. Les cumuls d’occupations », Revue française de sociologie, VI (3), p. 325-335.

Guilbert m., Lowit n., et Creusen j., 1965. « Enquête comparative de budgets-temps (II) », Revue française de sociologie, VI (3), p. 487-512.

Guilbert m., Lowit n., et Creusen j., 1967. « Les budgets-temps et l’étude des horaires de la vie quotidienne », Revue française de sociologie, VIII (2), p. 169-183.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Halbwachs m., 1925. Les cadres sociaux de la  mémoire. Paris, P.U.F.
DOI : 10.1515/9783110869439

Halbwachs m., 1941. La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective. Paris, P.U.F.

Halbwachs m., 1950. La mémoire collective. Paris, P.U.F.

Halbwachs m., 1999. « Critique de la théorie de P. Janet (CARNETS, 1942) [texte inédit] », L’Année sociologique, 49, n° 1.

Janet p., 1928. L’évolution de la mémoire et de la notion de temps. Paris, Chahine.

Javeau c., 1975. “Methodological Problems in Time-budget Studies : a Preliminary Inventory”. in W. Michelson (dir.), Time budget and Social Activity, University of Toronto, p. 137-167.

Laurens l., Roussiau n. (dir.), 2002. La mémoire sociale. Identités et représentations sociales. Rennes, Presses Universitaires.

Lewin k. 1942. “Time Perspective and Morale”, in G. Watson (dir.), Civilian Morale, Boston, Houghton Mifflin (48-70).

Lewin k. [1942] 1951. Field Theory in Social Science. New-York, Harpers.

McGrath j.e. (dir.), 1988. The Social Psychology of Time: New Perpectives. Newbury Park, Sage.

McGrath j.e., Kelly j.r., 1992. “Temporal Context and Temporal Patterning. Toward a Time-centered Perspective for Social Psychology”, Time & Society, Vol. 1, n° 3, p. 399-420.

McGrath j.e., 1994. “Social Psychology”, in S. L. Macey (dir.), Encyclopedia of Time, New York & London, Garland Publishing, p. 559-564.

McGrath j.e., Tschan f., 2004. Temporal Matters in Social Psychology : Examining the Role of Time in the Lives of Groups and Individuals, Waschington DC, Psychological Association.

Mercure d., 1995. Les temporalités sociales. Paris, L’Harmattan.

Piaget j., 1946. Le développement de la notion de temps chez l’enfant, Paris, P.U.F.

Ramos j-m., 1982. La notion de temps en psychologie sociale : contribution théorique et enquête sur la gestion temporelle du week-end d'un groupe de travailleurs postés et non-postés. Thèse, Université Lille 3.

Ramos j-m., 1992a. « De la gestion du temps et de sa représentation sociale ». Bulletin de Psychologie (Nouvelles voies en Psychologie sociale), XLV, n° 405, p. 289-300.

Ramos j-m., 1992b. « Temps et représentation », Temporalistes, n°22, (spécial « Approche psychosociologique et cognitive »).

Ramos j-m.,2006. « Les propriétés sociologiques des représentations temporelles. Des problèmes théoriques aux solutions méthodologiques », in  J. Thoemmes et G. de Terssac (dir.), Les temporalités sociales : repères méthodologiques, Toulouse, Octarès Éditions, p. 175-187.

Rodriguez-Tomé h., Bariaud f., 1987. Les perspectives temporelles à l’adolescence, Paris, P.U.F.

Sà c.p., Oliveira d.c., 2002. « Sur la mémoire sociale de la découverte du Brésil », in S. Laurens et N. Roussiau (dir.), La mémoire sociale: identités et représentations sociales, Rennes, Presses Universitaires, p. 107-117.

Sivadon p., Fernandez-Zoïla a., 1983. Temps de travail, temps de vivre. Bruxelles, Mardaga.

Spini d., Elcheroth g. et Figini d., 2007. “Is there space for time in social psychology publications ? A content analysis across five journals”, Journal of Community and
Applied Social Psychology, Submitted.

Temporalités, 2005. Socialité de la mémoire, n°3.

Thiébaut a., 1997. La perspective temporelle - L’objet de mesure. Vers une élucidation conceptuelle. Thèse de doctorat de psychologie, Université Nancy 2.

Haut de page

Notes

1 Le texte qui nous a servi de référence est un article, soumis à publication dans le Journal of Community and Applied Social Psychology au moment où nous rédigeons ces lignes.Étant donné l’intérêt qu’il présente pour notre propos, les auteurs nous ont autorisé à l’utiliser mais sans mentionner les résultats chiffrés qu’il contient. On trouvera une brève présentation des objectifs de leur enquête sur le site de l’Université de Lausanne, à la page suivante : http://www.unil.ch/itb/page17247.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Ramos, « Aperçu de la recherche sur le temps et les temporalités en psychologie sociale », Temporalités [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 02 juin 2009, consulté le 25 juin 2016. URL : http://temporalites.revues.org/105

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Ramos

Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques (IRSA) — Université Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page