Navigation – Plan du site

Remodelage des temps et des espaces de travail chez les travailleurs indépendants de l’informatique : l’affrontement des effets de marchés et des préférences personnelles

Software freelancers remodel their working time and space: the clash between market effects and personal preference
Diane-Gabrielle Tremblay et Émilie Genin

Résumés

Cette recherche s’intéresse à la perméabilité spatiale et temporelle des frontières entre le travail et le hors travail chez les travailleurs indépendants de l’informatique. Cette perméabilité participe d’une certaine recomposition des lieux et des temps de travail, permise par les TIC, mais sans doute en partie impulsée par la pression du marché, ou la concurrence entre travailleurs, dans ce secteur de travail. Les travailleurs indépendants de l’informatique constituent un groupe de travailleurs qui combine une utilisation intense des technologies et une relative autonomie dans le travail. Après un état des lieux de la perméabilité spatiale et temporelle du travail chez ces travailleurs, nous pouvons distinguer deux groupes, un premier groupe pour lequel les frontières sont très perméables (comportement intégrateur) et un second pour lequel les frontières sont imperméables (comportement séparateur). Nous constatons aussi que les divers clients de ces contractuels ont une forte incidence sur l’organisation de leur temps de travail, mais aussi de leur espace de travail. Il semble donc bien y avoir un effet de marché, tout au moins en partie, même si les travailleurs autonomes de l’informatique ont tenté de se donner une certaine maîtrise temporelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Un faisceau de facteurs concourt aujourd’hui à remettre en cause l’organisation traditionnelle des temps et des lieux de travail, parmi lesquels on trouve l’évolution des technologies de l’information et de la communication (TIC) et les demandes des travailleurs. Les travailleurs autonomes de l’informatique forment une catégorie professionnelle particulièrement représentative de ces évolutions. En effet, en tant que travailleurs autonomes, leurs temps et lieux de travail de travail sont très variés et emprunts d’imbrications. En outre, de par leur domaine d’expertise, ils sont souvent à la pointe des évolutions en matière de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Étudier les pratiques et les comportements des travailleurs autonomes de l’informatique quant à leurs temps et lieux de travail présente donc ce double intérêt.

2Par ailleurs, si les divers clients de ces contractuels peuvent avoir une incidence sur l’organisation de leur temps de travail et de leur espace de travail, il n’y a pas que cet effet de marché qui joue. Les nouvelles technologies permettent aussi d’assurer une grande disponibilité des travailleurs, en divers lieux et temps, offrant en quelque sorte la possibilité de travailler en tous lieux et en tout temps. Les TIC et le marché (la demande des clients) sont donc des facteurs qui influent fortement sur les temporalités des travailleurs de l’informatique. En outre, les travailleurs indépendants eux-mêmes ont leurs propres aspirations en matière de temps de travail, comme les autres travailleurs (Tremblay, 2009 et 2008), et mettent parfois des limites à ces imbrications entre travail et hors travail. Avant de passer aux résultats de la recherche, voyons quelques éléments sur les interactions entre travail et hors travail.

1. Les interactions entre travail et hors travail

3Les travaux de Katz et Kahn (1978) sur les rôles sociaux ont servi de base à la majeure partie des recherches traitant des interactions entre les différents domaines de la vie. Campbell-Clark (2000) analyse les interactions entre les différents domaines de la vie, en particulier le travail et la famille. Selon cette auteure, ces domaines de la vie sont associés à différentes règles, valeurs et comportements.

4Une frontière se définit comme la ligne de démarcation entre deux domaines (Campbell-Clark, 2000), marquant le point où les comportements relatifs à un domaine commencent et s’achèvent. Cette définition de la frontière est très proche de celle proposée par Ashforth et al. (2000). Selon ces auteurs, une transition de rôles représente le mouvement psychologique entre deux rôles, caractérisé par le désengagement d’un rôle (sortie du rôle) et l’engagement dans l’autre rôle (entrée dans le rôle). La transition de rôle correspond au passage de la frontière entre deux rôles. Quotidiennement, nous sommes tous conduits à passer d’un rôle à l’autre. Ainsi, Ashforth et al. (2000) définissent une frontière de rôle comme le périmètre qui délimite un rôle. Ces auteurs postulent qu’une frontière est construite différemment suivant les individus : elle est idiosyncrasique.

5Pour Campbell Clark (2000), les frontières entre les différents domaines de la vie peuvent être plus ou moins perméables et plus ou moins flexibles selon les individus. En ce sens, elle définit la perméabilité comme le degré auquel des éléments d’un domaine pénètrent l’autre domaine. Selon Pleck (1977), la perméabilité entre le travail et la famille correspond au degré auquel les demandes liées à l’exercice du rôle familial s’introduisent dans le travail, et vice et versa. Ces définitions s’inscrivent dans la théorie des rôles sociaux (Katz et Khan, 1978) ; il s’agit donc d’une perméabilité inter-rôles sociaux. Selon Campbell-Clark (2000), les frontières entre le travail et la famille se caractérisent par leur perméabilité ; elle distingue trois formes de frontières : spatiales, temporelles et psychologiques.

6Une frontière spatiale, comme le mur d’un bureau ou d’une maison, définit l’espace les comportements relatifs à un domaine ont lieu d’être tenus. Une frontière temporelle, telle les horaires de travail, détermine quand ces comportements doivent être tenus. Une frontière psychologique est un ensemble de règles créées par les individus pour déterminer les émotions, les attitudes et les comportements appropriés à chaque domaine.

7De cela découlent trois types de perméabilité :

  • La perméabilité spatiale, par exemple le fait d’avoir un bureau dédié à son activité professionnelle à domicile, en plus du bureau dans l’entreprise ;

  • La perméabilité temporelle, par exemple le fait de travailler en dehors des horaires « normaux » (le soir, en fin de semaine, etc.) ;

  • La perméabilité psychologique : c’est alors une forme de débordement (spillover).

8Le modèle du spillover ou débordement implique que la satisfaction ou l’insatisfaction ressentie dans un domaine déborde sur l’autre domaine ; les individus portent leurs attitudes, leurs émotions, de la sphère professionnelle à la sphère personnelle et réciproquement (Caligiuri et Cascio, 1998 ; Champoux, 1980). Plusieurs recherches concluent à l’existence d’un débordement négatif du travail sur la famille (Demerouti et al, 2005 ; Hetty van Emmerik, Jawahar, 2006). Mais le spillover peut également être positif (théorie de l’enrichissement, Kirchmeyer, 1992 ; Rothard, 2001 ; Greenhaus et Powel, 2006). L’idée d’enrichissement mutuel entre travail et hors travail est ancrée dans le modèle de l’expansion (Marks, 1977).

9Il peut exister des liens entre ces différentes formes de perméabilité, puisque le fait de travailler à domicile (perméabilité spatiale) peut permettre une plus grande perméabilité temporelle par des horaires diversifiés, en dehors des horaires normaux, et cela peut avoir une incidence sur le sentiment de débordement du travail sur le temps personnel (perméabilité psychologique). Toutefois, les trois ne se recoupent pas toujours et il est utile de les distinguer, d’autant plus qu’il n’est pas toujours possible de les analyser simultanément.

10Finalement, Campbell Clark (2000) postule que les individus se déplacent d’un domaine de la vie à l’autre en fonction de la perméabilité des frontières. Les résultats de Kasper et al. (2005) sur l’observation de managers tendent à conforter cette théorie.

11L’idée d’une perméabilité des frontières entre travail et hors travail renvoie aux concepts d’intégration et de segmentation des domaines de la vie. La segmentation correspond à la séparation volontaire entre le travail et la famille, de façon à ce qu’un domaine n’affecte pas l’autre. Initialement, le modèle de la segmentation découle de la séparation spatiale et temporelle entre chaque domaine (Edwards, Rothbard, 2000). Cependant, le concept a évolué avec les modes de vie. Aujourd’hui la majorité des auteurs considère la segmentation comme un processus actif visant à maintenir une frontière imperméable entre le travail et le hors travail (Edwards, Rothbard, 2000 ; Tietze, Musson, 2002 ; Rothbard, Philips, Dumas, 2005). L’intégration, à l’inverse de la segmentation, est une stratégie qui vise à intégrer, à faire se chevaucher les rôles et les temps du travail et du hors travail (Tietze, Musson, 2002 ; Rothbard, Philips, Dumas, 2005). Ce sont différents types de personnes qui préfèrent l’une ou l’autre de ces stratégies.

12L’intégration et la segmentation se situent sur un même continuum (Campbell-Clark, 2000 ; Ashforth et al ; 2000 ; Rothbard, et al, 2005), mais les cas parfaits d’intégration ou de segmentation sont pratiquement inexistants ; il s’agit d’idéaux-types. Un individu peut donc être plus ou moins intégrateur ou plus ou moins séparateur. Rothbard et al. (2005) précisent qu’il convient de distinguer la segmentation ou l’intégration effective, du désir de segmentation ou d’intégration exprimé par l’individu.

13Ashforth et al. (2000) associent le modèle de la segmentation à des frontières inter-rôles inflexibles et imperméables et le modèle de l’intégration à des frontières flexibles et perméables. Finalement, une forte perméabilité devrait être le reflet d’un mécanisme d’intégration alors qu’une faible perméabilité devrait être révélatrice d’un mécanisme de segmentation.

14Les résultats de plusieurs recherches convergent sur le fait que les frontières entre le travail et la famille sont asymétriquement perméables (Pleck, 1977 ; Duxbury, Higgins, 1991 ;Eagle et al, 1997 ; Kasper et al, 2005). Les frontières de la vie professionnelle sont relativement imperméables alors que celles de la vie personnelle sont beaucoup plus perméables à l’emploi, on constate donc une asymétrie dans les degrés de perméabilité d’un domaine sur l’autre. Ces résultats invitent donc à prendre en considération deux types de perméabilité :

  • La perméabilité du travail sur le hors travail,

  • La perméabilité du hors travail sur le travail.

15De nombreux travaux se sont intéressés au spillover entre le travail et le hors travail (Caligiuri et Cascio, 1998 ; Champoux, 1980 ; Edwards, Rothbard, 2000 ; Rothbard, 2001 ; Demerouti et al, 2005 ; Hetty van Emmerik, Jawahar, 2006 ; Kirchmeyer, 1992 ; Greenhaus, Powel, 2006). Cependant, peu d’études ont été conduites sur la perméabilité spatiale et temporelle entre les différents domaines de la vie.

16Dans cette recherche, nous nous intéressons donc à la perméabilité spatiale et temporelle des frontières entre le travail et le hors travail chez les travailleurs autonomes de l’informatique. Cette perméabilité peut être l’expression des recompositions des lieux et des temps de travail, permises par les TIC. Nous nous intéressons essentiellement à la perméabilité du travail sur le hors travail car c’est la forme dominante de perméabilité entre activités professionnelles et personnelles.

17Les travailleurs autonomes de l’informatique apparaissent comme une population d’étude très intéressante dans la mesure où ces derniers combinent une utilisation intense des nouvelles technologies et une certaine autonomie dans l’organisation de leurs lieux et temps de travail.

2. Méthodologie de l’enquête

  • 1  www.aqiii.org

18Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’une vaste enquête menée en collaboration avec l’AQIII (Association Québécoise des Informaticiennes et Informaticiens Indépendants1) sur les travailleurs autonomes de l’informatique. La collecte des données a été effectuée par voie électronique durant le printemps 2007. Un courriel a été adressé aux 700 membres de l’association professionnelle, contenant un lien hypertexte leur permettant d’accéder à un questionnaire en ligne. Seule une partie des résultats de l’enquête est présentée dans la présente recherche.

19Le nombre de participants (n = 196) représente 28 % de la population des membres de l’AQIII. Sur un total de 196, 116 participants ont rempli le questionnaire dans son intégralité, soit un taux de rétention de 59 %.

20Une très large majorité des répondants sont des hommes (82 %). Cependant, le pourcentage de femmes ayant répondu à l’enquête est plus important que le pourcentage de femmes membres de l’AQIII (18 % contre 11 %). La population est relativement jeune, 71 % des répondants ont moins de 44 ans et 53 % ont entre 35 et 44 ans. 80 % des répondants vivent en couple et 55 % vivent en couple avec des enfants à charge. Par ailleurs, 83 % des répondants travaillent seuls, ils n’ont ni employés, ni sous-traitants. L’ancienneté moyenne en tant que travailleur autonome est de sept ans et demi alors que le nombre d’années d’expériences en informatique est en moyenne de 17 ; ceci signifie qu’une large majorité des répondants ont acquis une expérience solide dans le domaine de l’informatique avant de se mettre à leur compte.

21Le questionnaire portait en premier lieu sur des données sociodémographiques générales telles l’âge et le genre. Il était demandé aux répondants de préciser leur situation familiale. Les modalités de réponse proposées cherchaient à englober le plus de situations possibles. En outre, les répondants devaient préciser le nombre d’enfants à charge vivant avec eux et l’âge du plus jeune. La pertinence de ces questions pour évaluer le poids des responsabilités familiales a été largement prouvée (St-Onge et al. 2002). Par ailleurs, il était demandé aux informaticiens de préciser leur revenu annuel et le taux horaire pratiqué. Il était également demandé aux répondants de décrire brièvement leur clientèle type et les modes de rémunération (pourcentage de contrats payés à l’heure ou au forfait).

22Le revenu annuel moyen des répondants s’élève à 89 000 $CA par an. Dans 92 % des cas, les répondants sont payés à l’heure par leurs clients. Enfin, la clientèle de nos répondants est constituée à plus de 72 % de grandes entreprises et à près de 28 % de PME (les autres types de clients : travailleurs autonomes ou particuliers étant extrêmement rares).

  • 2  Fréquence du travail à domicile, en fin de semaine, pendant les congés ; fréquence des communicati (...)

23Le questionnaire comportait une série d’éléments portant sur la fréquence et les modalités du travail à domicile. Les répondants devaient également indiquer la répartition habituelle de leurs lieux de travail (en heures par semaine) ainsi qu’une répartition idéale de ces lieux de travail. Les questions sur les interférences entre le temps personnel et le temps professionnel ont été développées et validées dans Genin (2007)2.

24Enfin, un espace était réservé aux commentaires personnels des répondants afin d’obtenir des informations plus qualitatives sur notre problématique. L’utilisation de ces données a été particulièrement intéressante pour expliquer pourquoi le télétravail était parfois refusé à nos répondants.

3. Résultats

3.1. Les lieux et temps de travail des travailleurs autonomes de l’informatique

25Les résultats de cette recherche nous renseignent tout d’abord sur la répartition habituelle des lieux de travail des travailleurs autonomes de l’informatique. En moyenne, ils travaillent 32 heures et 18 minutes dans les locaux des entreprises ou organisations clientes ; 4 heures et 30 minutes depuis leur domicile et une heure et 42 minutes dans un local loué aux fins du travail. Cette dernière information doit être lue comme une moyenne.

Tableau 1. Répartition moyenne habituelle des lieux de travail

Heures à domicile = 4 h 30

Heures chez le client = 32 h 18

Heures dans un local loué aux fins du travail = 1 h 42

Total = 38 h 30

26Les écarts types sont très importants, ce qui signifie que quelques informaticiens travaillent à temps plein dans un local loué, alors que beaucoup d’autres ne louent pas de local aux fins du travail. En moyenne, le total des heures est de 38 h 30, ce qui peut paraître peu élevé en regard des travailleurs de l’informatique en entreprise, ou encore d’autres travailleurs indépendants, mais les travailleurs interrogés ont une bonne expérience et gagnent suffisamment pour se permettre de limiter leurs heures. En outre, il est possible que certains répondants n’aient déclaré que les heures de travail « facturées » à des clients et qu’ils n’aient pas tenu compte du temps de travail relatif à leurs autres activités telles le réseautage, la comptabilité, etc.

Tableau 2. Demande de travail à domicile

Lorsque la nature du travail le permettait, avez-vous déjà demandé à vos clients de travailler depuis votre domicile ?

Fréquence

%

Non

27

25

Oui

80

75

Total

107

100,0

27Le travail à domicile est une pratique fréquente chez ces travailleurs autonomes ; près de 75 % des répondants y ont déjà eu recours. Toutefois, il ne s’agit pas de la forme dominante de l’activité, il s’agit donc de télétravail occasionnel.

28Le travail à domicile s’effectue pendant la journée mais aussi très souvent le soir après le travail. En effet, seuls 8 % des répondants déclarent ne jamais travailler à domicile le soir après le travail alors que plus de 50 % d’entre eux déclarent le faire au moins une fois par semaine.

Tableau 3. L’importance du travail à domicile

Je travaille à mon domicile le soir après le travail :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

8

7,8

7,8

Moins de cinq fois par an

9

8,7

16,5

Une fois tous les deux ou trois mois

10

9,7

26,2

Une à deux fois par mois

23

22,3

48,5

Une à deux fois par semaine

42

40,8

89,3

Tous les jours ou presque

11

10,7

100,0

Total

103

100,0

29Il semble que la réorganisation du travail en soirée au domicile soit la manifestation la plus saillante de la redéfinition des lieux et des temps de travail permise par les TIC. Si le travail à domicile est très courant chez les informaticiens enquêtés, les communications de nature professionnelle le soir après le travail sont plus rares. Environ 20 % des répondants appellent ou sont appelés pour des raisons professionnelles le soir après le travail.

Tableau 4. Communications le soir

Je suis appelé(e) ou je téléphone pour des raisons professionnelles le soir après le travail :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

18

17,5

17,5

Moins de cinq fois par an

33

32,0

49,5

Une fois tous les deux ou trois mois

21

20,4

69,9

Une à deux fois par mois

18

17,5

87,4

Une à deux fois par semaine

12

11,7

99,0

Tous les jours ou presque

1

1,0

100,0

Total

103

100,0

30La différence entre la fréquence du travail à domicile le soir après le travail et la fréquence des communications professionnelles nous permet de formuler l’hypothèse selon laquelle la perméabilité entre le travail et le hors travail prend davantage la forme d’activités de production/réflexion, plutôt que de communications téléphoniques. Le courrier électronique permettant de désynchroniser les communications, il est possible qu’il se substitue dans de nombreux cas aux communications téléphoniques

Tableau 5. Travail à domicile en fin de semaine

Je travaille à mon domicile en fin de semaine :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

12

11,7

11,7

Moins de cinq fois par an

30

29,1

40,8

Une fois tous les deux ou trois mois

16

15,5

56,3

Une fois par mois

25

24,3

80,6

Une fin de semaine sur deux

17

16,5

97,1

Toutes les fins de semaines ou presque

3

2,9

100,0

Total

103

100,0

31Le travail en fin de semaine est moins répandu que le travail le soir. Toutefois, 44 % des répondants y ont recours une fois par mois ou plus. Lorsqu’ils travaillent depuis leur domicile, les informaticiens privilégient donc les jours de la semaine plutôt que la fin de semaine.

32De même, le nombre de communications de nature professionnelle pendant les fins de semaine est plus limité que pendant la semaine. Pour 67 % des répondants ces communications sont très rares ou inexistantes.

Tableau 6. Communications en fin de semaine

Je suis appelé(e) ou je téléphone pour des raisons professionnelles en fin de semaine :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

33

32,0

32,0

Moins de cinq fois par an

36

35,0

67,0

Une fois tous les deux ou trois mois

18

17,5

84,5

Une fois par mois

13

12,6

97,1

Une fin de semaine sur deux

2

1,9

99,0

Toutes les fins de semaines ou presque

1

1,0

100,0

Total

103

100,0

Tableau 7. Travail pendant les congés

En moyenne, je travaille pendant mes congés :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

43

41,7

41,7

Moins d’une fois par an

22

21,4

63,1

Une à deux fois par an

29

28,2

91,3

Trois à cinq fois par an

4

3,9

95,1

Six à dix fois par an

2

1,9

97,1

Plusieurs fois pendant mes congés

3

2,9

100,0

Total

103

100,0

33La tendance au respect des congés hebdomadaires et annuels habituels se confirme lorsque l’on examine les résultats relatifs au travail pendant les congés. Celui-ci est généralement évité : 95 % des répondants y ont recours seulement moins de six fois par an.

34Il en va de même pour les communications professionnelles pendant les congés : 95 % des répondants y ont recours moins de six fois par an. Ces travailleurs autonomes semblent donc attachés au respect de leurs périodes de congés annuels, ce qui traduit une certaine autonomie par rapport aux organisations clientes.

Tableau 8. Téléphones pendant les congés

Je téléphone à mes clients ou je suis appelé(e) pour des raisons professionnelles pendant mes congés :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

41

39,8

39,8

Moins d’une fois par an

33

32,0

71,8

Une à deux fois par an

23

22,3

94,2

Trois à cinq fois par an

2

1,9

96,1

Six à dix fois par an

4

3,9

100,0

Total

103

100,0

35Le travail à domicile ou les communications professionnelles sont beaucoup moins fréquentes pendant les fins de semaines ou les congés. L’ensemble de ces données nous permet de conclure que les temps et lieux de travail se recomposent essentiellement au niveau de la journée de travail mais beaucoup moins au niveau de la semaine (travail en fin de semaine) ou au niveau de l’année (travail pendant les congés). En d’autres termes, on assiste à une réorganisation des lieux de travail qui s’opère essentiellement, semble-il, au niveau de la journée de travail. Les travailleurs autonomes semblent respecter certains rythmes traditionnels de travail (pas de travail en fin de semaine ou pendant les congés). Toutefois, on peut s’interroger sur les tendances à venir ; la recomposition du travail en soirée peut-elle constituer la porte ouverte à d’autres recompositions du travail dans des horaires atypiques ? Ou traduit-elle, au contraire, un espace de liberté que les travailleurs réussissent à préserver en dépit des logiques de marché (peu de travail les fins de semaines et pendant les congés) ?

Tableau 9. Déplacements professionnels

J’effectue des déplacements professionnels qui m’obligent à dormir à l’hôtel :

Fréquence

Pourcentage valide

Pourcentage cumulatif

Jamais

38

36,9

36,9

Moins d’une fois par an

27

26,2

63,1

Une à deux fois par an

17

16,5

79,6

Trois à cinq fois par an

13

12,6

92,2

Six à dix fois par an

6

5,8

98,1

Plusieurs fois par mois

2

1,9

100,0

Total

103

100,0

36La population d’informaticiens enquêtés apparaît relativement peu mobile, les déplacements professionnels sont peu nombreux. Seul un quart des répondants effectuent des déplacements professionnels les obligeant à dormir à l’hôtel plus de trois fois par an.

37Finalement, toutes les frontières ne sont pas également perméables. Les frontières temporelles de la fin de semaine et surtout celles des congés semblent beaucoup moins perméables que les frontières temporelles de la journée de travail. Ainsi, les rythmes et les fréquences des interférences entre le travail et le hors travail ne sont pas uniformes. Les frontières entre travail et hors travail sont plus perméables pendant la semaine. Il semble donc que l’utilisation de TIC n’ait pas conduit à un mélange des genres inconditionnel et erratique entre les lieux et les temps personnels et professionnels.

3.3. Les profils de répondants

  • 3  La procédure k-mean permet de classer des individus en fonction de variables quantitatives.

38En effectuant des analyses typologiques (procédure k-mean)3, deux groupes de répondants se dégagent au regard des interférences entre le travail et le hors travail.

39Un premier groupe (n = 47) se compose d’individus qui mélangent fortement le travail et le hors travail (travail le soir à la maison, pendant la fin de semaine, les congés, etc., voir annexe). Il s’agit de comportement de types intégrateurs.

40Un deuxième groupe (n = 56) rassemble les individus ayant des comportements plutôt séparateurs, c’est-à-dire pour lesquels les interférences entre le travail et le hors travail sont relativement faibles.

41Ainsi, les analyses statistiques permettent d’identifier deux types de comportements très différents face au travail à domicile. La réorganisation des espaces et des temps de travail permise par les TIC est donc à mettre en perspective avec le désir d’intégration ou de segmentation des individus.

42En outre, le travail à domicile apparaît plutôt comme un choix. En effet, plus de 52 % des répondants déclarent travailler à domicile pour passer moins de temps chez leur client ; et la même proportion déclare préférer réaliser certaines tâches à domicile.

43Enfin, seuls 34 % des répondants déclarent préférer rester plus tard chez leur client plutôt que de travailler à domicile.

44Le travail autonome laisse donc une certaine marge de liberté aux informaticiens pour décider de leurs temps et lieux de travail. Cependant cette marge de liberté est souvent limitée par les exigences des organisations clientes. En effet, il ressort de nos résultats une forte demande de la part de ces informaticiens pour le travail à domicile, mais cette demande reste largement insatisfaite, en raison des exigences des clients.

3.4. Une forte demande pour le télétravail

45Lorsque les informaticiens sont interrogés sur leurs préférences en matière de lieu de travail, il ressort que la plupart souhaiteraient avoir la possibilité de travailler davantage à la maison. En moyenne, la répartition idéale des lieux de travail serait selon eux la suivante :
- heures à domicile = 17 h 36
- heures chez le client = 17 h 24
- heures dans un local loué aux fins du travail = 2 h 42
Total = 37 h 42

46Les écarts constatés entre la répartition effective et la répartition idéale sont très importants, notamment la répartition entre le travail effectué dans les organisations clientes et le télétravail :
- heures à domicile = + 13 h 06
- heures chez le client = - 14 h 54
- heures dans un local loué aux fins du travail = + une heure
Total = - 48 minutes

47Il ressort donc de ces résultats une très forte demande pour le travail à domicile. Les répondants souhaiteraient en moyenne pouvoir travailler 17 h 36 par semaine à la maison, soit 13 heures de plus que ce qu’ils font actuellement. Cette tendance est confirmée par la question « avec l’accord des entreprises pour lesquelles je travaille, je souhaiterais avoir la possibilité de travailler à domicile occasionnellement », à laquelle plus de 60 % des individus répondent par l’affirmative.

48Toutefois, il s’agit d’une demande pour un travail à domicile occasionnel seulement. En effet, seul 42 % des répondants souhaiteraient avoir la possibilité de travailler à domicile en permanence.

49Si dans le cas des travailleurs autonomes de l’informatique la réorganisation des temps et lieux de travail apparaît largement volontaire, l’autonomie supposée des travailleurs autonomes rencontre une limite importante dans le fait que ces derniers ne peuvent pas toujours décider de leur lieu de travail. En effet, pour près de 46 % des répondants, le client impose le lieu de travail, 11 % décident seuls et pour 42 %, le lieu de travail fait l’objet d’une entente négociée.

50La demande de télétravail en permanence s’explique essentiellement par un effet revenu. Plus de 55 % des personnes qui accepteraient plus de contrats si elles avaient la possibilité de travailler à domicile, souhaiteraient effectivement avoir la possibilité de télétravailler en permanence, contre 27 % de celles qui n’accepteraient pas davantage de contrats.

51La demande pour un télétravail permanent trouve donc sa source dans la volonté d’améliorer son revenu. En effet, le fait de travailler à domicile en permanence permettrait à certains répondants d’accepter plus de contrats et par là même d’augmenter leur chiffre d’affaires. C’est sans doute pour cette raison que la demande de télétravail en permanence est la plus forte chez les personnes ayant les revenus les plus faibles.

3.4.1. Pourquoi le télétravail est-il parfois refusé ?

52Seuls 16 % des répondants se sont déjà vus refuser le travail à domicile par un client ou donneur d’ordre. La principale raison pour laquelle des clients refusent le travail à domicile est la sécurité des données ; vient ensuite la question de la visibilité du travailleur autonome. Il semblerait que certains clients préfèrent voir les informaticiens travailler dans leurs locaux. En effet, la relation de confiance entre les travailleurs autonomes et leurs clients ou donneurs d’ordres est une condition nécessaire à l’acceptation du travail à domicile. Certains répondants regrettent que leurs clients ne leur fassent pas davantage confiance. Voici quelques exemples de commentaires des répondants à ce propos :

« L'argument de la "contrainte technologique" ne tient pas debout. C'est la peur de nous payer à faire autre chose que notre travail ! »

« Insécurisant pour le client qui a peur que le pigiste ne fasse pas ses heures »

« C'est positif mais on doit le faire discrètement, cela n'est pas très accepté par les permanents ».

53Cette question est d’autant plus intéressante que certains répondants voient dans le fait que leur client accepte le travail à domicile un signe de reconnaissance de leur part, une marque de confiance :

« Démontre que je suis une personne responsable et respectée par le client »

« Je crois que c'est positif, car mes clients s'attendent à des résultats et non à une présence dans leurs locaux. »

« Marque de confiance entre le client et le fournisseur ».

54En conclusion, il semble que les travailleurs autonomes qui bénéficient des avantages du travail à domicile (efficacité, flexibilité), se soient employés à développer une relation de confiance avec leurs clients et donneurs d’ordres.

3.4.2. Qui préfère travailler à domicile ?

55Près de 75 % des personnes enquêtées répondent par l’affirmative à la question « Lorsque la nature du travail le permettait, avez-vous déjà demandé à vos clients de travailler depuis votre domicile ? ». Qui sont-ils ?

56Ce sont d’abord des personnes motivées par la flexibilité offerte par le travail autonome. En effet, dans les motivations à devenir travailleur autonome, ces personnes accordent significativement plus d’importance que la moyenne à la flexibilité dans le travail et les horaires. Ils sont 48 % à juger cette motivation à devenir travailleur autonome très importante, contre moins de 15 % des individus qui n’ont jamais demandé à travailler à domicile.

57De manière générale, les personnes qui demandent à travailler depuis leur domicile sont davantage motivées par la possibilité de maîtriser leur emploi du temps. Sur l’échelle mesurant le désir d’avoir plus de flexibilité dans son travail et ses horaires (en cinq points), leur score moyen est de 4.1, contre 2.89 pour les personnes n’ayant jamais demandé à travailler à domicile. Cette différence est statistiquement significative.

Tableau 10. Motivations pour la demande de travail à domicile

« Avez-vous déjà demandé à vos clients de travailler depuis votre domicile ? »

Score moyen du « Désir d’avoir plus de flexibilité dans son travail et dans son horaire »

N

Écart type

Non

2,8889

27

1,52753

Oui

4,0909

77

1,18301

Total

3,7788

104

1,37916

58Concernant les avantages du travail autonome, les personnes qui demandent à travailler à domicile accordent une plus grande importance à tout ce qui trait à l’autonomie et à l’indépendance dans le travail (indépendance et liberté, flexibilité dans les horaires de travail, être plus productif, possibilité de travailler à la maison, autonomie quant à la façon d’exécuter le travail). Le score moyen relativement à cet avantage du travail autonome est de 4.5, contre 3.8 pour ceux qui n’ont jamais demandé à travailler depuis leur domicile. Cette différence est statistiquement significative.

Conclusion

59Cette enquête est intéressante puisqu’elle nous a permis de montrer que les effets de marché (demandes des clients) se traduisent par des réorganisations des temps et des espaces de travail. Si les TIC ouvrent la voie à ces réaménagements, les travailleurs de l’informatique mettent toutefois des limites à leur disponibilité et aux demandes du marché qui leur sont faites par les clients ou employeurs, selon le cas. Ainsi, les réorganisations respectent certains critères ou préférences personnelles traditionnellement attachés aux temps et aux lieux de travail (pas de travail en fin de semaine ou pendant les congés) et les travailleurs s’imposent certaines limites à cet égard, préférant sacrifier des soirées que des fins de semaine ou congés. Ceci étant, l’évolution de ces tendances représente un enjeu particulièrement important pour ces travailleurs autonomes. En effet, on peut s’interroger sur les impacts de la crise économique sur les effets de marché et la moindre possibilité de « protéger » certains temps personnels.

60Nous avons aussi noté l’importance du désir d’intégration ou du désir de segmentation dans les comportements des informaticiens face à la perméabilité des frontières spatio-temporelles du travail. Nous pouvons dire que les stratégies de segmentation ou d’intégration mises en œuvre par les travailleurs limitent ou renforcent l’impact des demandes du marché sur la perméabilité des frontières.

61On observe par ailleurs une forte demande pour le télétravail, mais les possibilités offertes par les TIC sur ce plan semblent clairement limitées par les exigences ou les craintes des clients, donc par le marché. Par ailleurs, on constate que les tâches réalisées en télétravail, pour ceux qui le peuvent, semblent sensiblement différentes du travail effectué dans les locaux des organisations clientes (moins de communications directes, plus propice à la réflexion).

62On peut donc conclure globalement que la perméabilité des frontières dépend non seulement des stratégies privilégiées par les travailleurs autonomes mais aussi des limites imposées par leurs clients, tout en affirmant que ces demandes des clients ou du marché ne dominent pas entièrement, puisque les travailleurs de l’informatique y mettent certaines limites.

63En conclusion, le potentiel offert par le télétravail est parfois sous-utilisé en raison du manque d’autonomie en pratique des travailleurs autonomes que nous avons étudiés. Les demandes des clients et du marché peuvent limiter cette autonomie, même si nous observons que les travailleurs conservent certaines marges de manœuvre, notamment en matière de temps de travail et de perméabilité des temps.

Haut de page

Bibliographie

Ashfoth, B.E., Kreiner, G.E., Fugate M., 2000. « All in a day’s work : boundaries and micro role transitions », Academy of Management Review, 25 (3), p. 472-491.

Caligiuri, P., Cascio, W., 1998. « Can We Send Her There ? Maximizing the Success of Western Women on Global Assignments », Journal of World Business, 33 (4), p. 394-416.

Campbell Clark S., 2000. « Work/Family border theory : A new theory of work/family balance », Human Relations, 53 (6), p. 747-770.

Champoux, J., 1980. « The world of nonwork : some implications for job re-design efforts», Personnel Psychology, 33, p. 61-75.

Demerouti E., Bakker, A.B., Schaufeli, W.B., 2005. « Spillover and crossover of exhaustion and life satisfaction among dual-earner parents », Journal of Vocational Behavior, 58 (1), p. 266-289.

Duxbury L.E., Higgins, C.A., 1991. « Gender differences in work-family conflict », Journal of Applied Psychology, 76 (1), p. 60-74.

Eagle B.W., Miles E.W., Icenogle M.L., 1997. « Interrole Conflicts and Permeability of Work and Family Domains : Are There Gender Differences ?», Journal of Vocational Behaviour, 50, p. 168-184.

Edwards J.-R., Rothard, N.P., 2000. « Mechanisms linking Work and Family : Clarifying the Relationship between Work and Family Constructs », Academy of Management Review, 25 (1), p. 178-199.

Genin E., 2007. La porosité des temps chez les cadres. Proposition d’un modèle d’interaction entre temps personnel et temps professionnel. Thèse de doctorat ès sciences de gestion, écoles de Hautes Études Commerciales, Paris, France.

Greenhaus J.H, Powel G.N., 2006. « When Work and Family are Allies : a Theory of Work-Family Enrichment»,Academy of Management Review, 31 (1), p. 72-92.

Hetty van Emmerik I.J., Jawahar I.M., 2006. « The independent relationships of objective workload with couples’ mood »,Human Relations, 59 (10), p. 1371-1392.

Katz, D. & Kahn R.L., 1978.The Social Psychology of Organizations, 2d Ed, New York : Wiley.

Kasper H., Meyer M., Schmidt A., 2005. « Managers dealing with work-family conflict : an explorative analysis », Journal of Managerial Psychology, 20 (5), p. 440-461.

Kirchmeyer C., 1992. « Perceptions of Nonwork-to-Work Spillover : Challenging the Common View of Conflict-Ridden Domain Relationships », Basic and Applied Social Psychology, 13 (2), p. 231-249.

Marks S. R., 1977. « Multiple roles and role strain : some notes on human energy, time and commitment»,American Sociologist Review, 42, p. 921-936.

Pleck J.H., 1977. « The work-family role system»,Social Problems, 24, p. 417-427.

Rothbard N.P., 2001. « Enriching or Depleting ? The Dynamics of Engagement in Work and Family Roles »,Administrative Sciences Quarterly, 46, p. 655-684.

Rothbard N.P., Philips, K.W., Dumas, T.L., 2005. « Managing Multiple Role : Work-Family Policies and Individual’s desire for Segmentation »,Organization Sciences, 16 (3), p. 243-258.

St-Onge S., Renaud, S., Guérin, G., Caussignac, E., 2002. « Vérification d’un modèle structurel à l’égard du conflit travail/famille », Relations Industrielles/Industrial Relations, 57 (3), p. 491-513.

Tietze S., Musson G., 2002. « When Work Meets Home, Temporal flexibility as lived experience »,Time & Society, 11 (2/3), p. 315-334.

Tremblay D-G, Elmustapha N., 2009. « Mesures de soutien à l’articulation emploi-famille dans les entreprises : la présence d’enfants ou le sexe comme variable déterminante ? » in Barrère-Maurisson, Marie-Agnès et Tremblay Diane-Gabrielle, 2009. Concilier travail et famille. Le rôle des acteurs. Québec-France. Québec, Presses de l’université du Québec. 456 p. p. 269-293.

Tremblay D-G., 2008. Pour une articulation des temps sociaux tout au long de la vie ; l’aménagement et la réduction du temps de travail. Montréal, Éditions Saint-Martin et Descarries éditeur. 470 p.

Haut de page

Notes

1  www.aqiii.org

2  Fréquence du travail à domicile, en fin de semaine, pendant les congés ; fréquence des communications professionnelles le soir après le travail, en fin de semaine, pendant les congés et fréquence des déplacements professionnels.

3  La procédure k-mean permet de classer des individus en fonction de variables quantitatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay et Émilie Genin, « Remodelage des temps et des espaces de travail chez les travailleurs indépendants de l’informatique : l’affrontement des effets de marchés et des préférences personnelles », Temporalités [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1111 ; DOI : 10.4000/temporalites.1111

Haut de page

Auteurs

Diane-Gabrielle Tremblay

Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir et ARUC sur la gestion des âges et des temps sociaux. Téluq-UQAM, 100 Sherbrooke ouest, Montréal, Québec, H2X 3P2. dgtrembl@teluq.uqam.ca

Émilie Genin

Post-doctorante à la Chaire de recherche sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir au moment de cette recherche. Maintenant professeure invitée à l’École de Relations Industrielles de l’Université de Montréal. Université de Montréal - C.P. 6128, succursale Centre-ville, Montréal (Québec) H3C 3J7 emilie.genin@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page