Navigation – Plan du site

Dire le temps, dire le changement

Analyse socio-discursive de mises en mots de la temporalité dans une organisation en mouvement
Talk about time, talk about change. A socio-discursive analysis on how temporality is put into words in an organization on the move
Marie Carcassonne et Laurence Servel

Résumés

Comment parle-t-on aujourd’hui de son temps de travail dans les organisations en mouvement ? La mise en mots de ce temps permet-elle de donner du sens à son activité, comme l’entend Schütz, en envisageant la rétrospection et la prospection du point de vue d’une temporalité chronologique ? À la lumière des apports des théories narratives ayant insisté sur cette temporalité chronologique, mais aussi des apports des théories phénoménologiques ayant insisté sur la temporalité affective, nous analysons des extraits d’entretiens où des acteurs de l’entreprise contemporaine évoquent leur temps de travail sur un mode très affectif, avec une difficulté à se projeter dans l’avenir ou à relire le passé. Si les unités discursives renvoyant à une temporalité narrative affective ne sont pas répertoriables a priori, nous proposons cependant en conclusion une synthèse des différents aspects repérés dans les extraits. La façon de dire le thème des changements permanents qui touchent aujourd’hui l’entreprise nous interpelle finalement en ce qu’elle n’apparaît pas propre à une catégorie spécifique de personnel mais se repère à de multiples niveaux de responsabilités dans l’organisation. Le contexte de changement permanent de l’univers productif français influencerait ainsi les mises en récit, lesquelles sont de moins en moins marquées par des scansions clairement repérables mais soumises à une temporalité plus cyclique, vécue et dite sur un mode affectif, au sens phénoménologique du terme.

Haut de page

Texte intégral

« si on m’interdisait de travailler avant 9 heures et après 18 heures je suis MORT/°°°/ je suis mort/c’est-à-dire que mon système ne fonctionne pas \ °°° » Conseiller dans une Délégation d’un OPCA

Introduction

1Jusqu’à une période récente, il était relativement aisé pour l’acteur et donc pour le chercheur de repérer des trajectoires de vie au travail (Dubar, 1991), articulées en particulier autour de « nœuds temporels » (Fraisse, 1967 ; Servel 1998a, 2000) ; aujourd’hui le changement permanent (Alter, 2009) semblerait plus souvent conduire les acteurs à se dire comme « pris » dans un présent mouvant. Structurer le cours des événements de la vie au travail, envisager rétrospectivement ou prospectivement son activité apparaissent comme des activités « difficiles à dire » (Gardin, 1988). Dès lors, comment le chercheur peut-il saisir ce difficile à dire ?

2Nous allons répondre à cette question en construisant un parcours théorique et méthodologique avant de l’illustrer à partir d’extraits d’entretiens.

  • 1  Sur l’articulation entre philosophie et sociologie du temps, cf. Dubar 2008.
  • 2  Pour un aperçu des différents courants en analyse du discours, cf. le n° 9 de la revue Marges Ling (...)
  • 3  Nous avons déjà proposé un tel croisement disciplinaire (sociologie des organisations et analyse d (...)

3Nous partirons de certains apports philosophiques1, à partir desquels nous proposerons une analyse « socio-discursive », croisant un regard relevant d’une sociologie des organisations et un autre regard relevant d’une analyse de discours2. Cette analyse socio-discursive considère que les discours sont des objets sociaux rendant compte des changements sociaux et, parfois même, y contribuant (Boutet, 2008 ; Gardin, 1988 ; Keller, 2007). Nous allons dans ce cadre pointer plusieurs caractéristiques (qui seront ici d’ordre narrative, énonciative et interactionnelle)3 dans le discours des acteurs interviewés, en tant qu’elles produisent des effets de sens en termes de positions d’acteurs. Ces positions ne sont pas réductibles aux contenus explicites des discours mais se dégagent du lien entre façon de dire les thèmes discours relatifs au temps et au changement et contenus de ces thèmes.

4Les apports philosophiques que nous convoquerons en premier lieu concernent deux courants d’origine différente que nous proposons d’articuler : l’analyse de Schütz va d’abord nous conduire à examiner la façon dont le discours peut donner sens à l’expérience temporelle à partir de la notion de temporalité narrative ; la notion phénoménologique de « temporalité affective » sera ensuite reliée aux réflexions de Schütz, la temporalité narrative pouvant s’envisager dans ses dimensions chronologiques et surtout « affectives ». Nous présenterons ainsi en quoi le changement permanent ébranle ce que Schütz appelle des « ressources typifiantes », lesquelles sont pour lui des données stables qui permettent de se repérer et d’attribuer un sens à son action.

5Puis, après avoir distingué les notions de temporalités narratives chronologiques et affectives, nous indiquerons comment nous les repérons concrètement dans les discours, en pointant un certain nombre d’aspects discursifs.

6Dans une dernière partie, nous illustrerons cette analyse socio-discursive à partir de trois extraits d’entretiens, après avoir présenté le terrain d’enquête et indiqué ses liens avec les temps du marché. Nous nous appuierons sur des entretiens recueillis lors d’une enquête réalisée dans un OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) en 2007. Cette enquête portait au départ sur l’autonomie dans le travail et les formes de coopération suite à l’introduction d’un nouveau logiciel de gestion : douze entretiens avaient été recueillis en vue de cerner précisément ce vécu du changement, à partir d’une approche relevant d’une sociologie des organisations. Un thème majeur émergeait de ces entretiens alors même qu’il n’était pas un des objets d’investigation initialement prévus : tous les interviewés évoquaient le fait qu’ils se sentaient « dominés » par un temps impossible à organiser ou à maîtriser. Les nombreux passages évoquant ce thème du temps montraient à quel point il préoccupait les interviewés.

  • 4  Nous rejoignons de ce point de vue en partie les objectifs de Varro (2008) qui propose une « analy (...)

7C’est ce fait remarquable qui nous a ensuite amenées à remobiliser ces entretiens pour analyser la façon dont les salariés mettaient en mots la temporalité. C’est à partir de là que nous avons élaboré une approche socio-discursive de la temporalité, approche que nous présentons donc ici comme un champ théorique et méthodologique en construction : cette approche questionne certains liens interdisciplinaires et ne constitue donc pas un champ établi dont les frontières seraient déjà tracées4.

1. Des « ressources typifiantes » mises à mal par un contexte de changement

8En contexte de changement permanent, les « formes sociales » (Simmel, 1917), les « genres » de discours (Bakhtine, 1984), ou encore les genres d’activité (Clot, 1999) semblent perdre leur caractère récurrent et stable. Cette disparition des repères encadrant les activités créerait pour les acteurs des difficultés à se situer sur un axe temporel. Schütz nous permet de penser ces difficultés de manière originale en liant les notions de temps, d’action et de discours. En rapprochant la perspective de Schütz avec ce qui se passe aujourd’hui dans l’organisation, nous proposons l’hypothèse suivante : les acteurs ne pourraient plus, dans un contexte de changement, considérer leurs actions à partir de ressources typifiantes et donc ne pourraient plus les situer sur un axe temporel distinguant clairement un « avant » et un « après ». Ils se retrouveraient de ce fait plongés dans un temps qu’ils ne parviendraient plus à organiser discursivement : le futur comme le passé ne seraient plus lisibles, les expériences se succéderaient sans qu’aucun fil conducteur (si ce n’est celui du changement permanent) ne puisse être trouvé par l’acteur, que ce soit par anticipation ou par rétrospection.

1.1- Un contexte de dyschronie et de changement permanent

9L’idée de multiplicité des temps sociaux est désormais classique en sociologie. L’école française de sociologie (Hubert, Durkheim, Halbwachs), en montrant qu’il n’y a pas de temps naturel mais une construction culturelle du temps (propre à des communautés particulières) a introduit la question de la diversité des temps sociaux. Gurvitch a, à sa manière, insisté sur la pluralité des temps sociaux entre sociétés et à l’intérieur d’une même société, en développant l’idée de « paliers en profondeur ». Ces paliers représentent une sorte d’axe vertical sur lequel prennent place des temps « macro-sociaux » et « micro-sociaux » (propres aux communautés ou aux groupements particuliers…). Affirmer la multiplicité des temps sociaux conduit finalement l’auteur à pointer l’existence de discordances entre ceux-ci : la hiérarchisation, voire l’harmonisation de ces temps constitue un véritable problème de société.

10Dans la période contemporaine, il n’est pas rare de rencontrer des actualisations de la perspective amorcée par Gurvitch : le temps, en sociologie, est fréquemment, analysé comme un ensemble de concordances ou de décalages qui constituent autant d’enjeux. Les travaux portant sur le temps des villes (Boulin,2002) ou des femmes (Méda, 2001) s’inscrivent par exemple dans cette perspective, laquelle est également développée dans l’univers du travail. Il s’agit en fait de comprendre de nouvelles formes de régulation, d’interpréter notamment les crises et les conflits par la concurrence à laquelle se livrent des groupes sociaux pour imposer leur(s) rapport(s) au temps. C’est dans cette perspective que les changements en cours dans les années 90 à la RATP ont pu être analysés : cette entreprise publique en modernisation a en effet été le théâtre de décalages entre temps vécus par les collectifs de travail et représentations du changement imposées par les directions (Servel, 1998b, 1999). Plus récemment, Alter utilise le terme de « dyschronie » pour pointer le fait que les différents éléments ou acteurs d’un système n’évoluent pas au même rythme ni selon les mêmes logiques d’apprentissage, ce qui crée des conflits de temporalités. Cette dyschronie est placée dans un contexte de « mouvement permanent », lequel est « un flux de transformations qui ne sont pas au même état de développement et qui ne se développent pas selon les mêmes logiques » (Alter, 2003, p. 489). Ce mouvement permanent, devenu habituel, n’a cependant pas « le caractère prévisible (et rassurant) de ce qui se répète de manière routinière » mais plutôt celui d’une « aventure mal contrôlée » (Alter 2003, p. 495).

1.2. La notion de « ressource typifiante » chez Schütz

11Schütz (1971) a décrit comment les activités (discursives ou non) s’appuient sur des « ressources typifiantes », en soulignant leur « historicité », leur caractère « collectif et intersubjectif » et surtout leur dimension temporelle : « L’expérience porte aussi en elle des anticipations d’événements plus éloignés dans le temps avec lesquelles l’expérience présente est censée être en relation. Dans la pensée courante, ces anticipations et ces attentes ont fondamentalement les mêmes structures typiques qui ont été bonnes jusqu’alors pour nos expériences passées et qui sont incorporées dans notre réserve de connaissances disponibles » (1987, p. 206). Il propose une distinction qui permet de poser d’emblée la question de la signification de l’action, laquelle compte plus pour lui que la forme concrète que prend l’action en tant qu’acte effectif.

12Pour Schütz, il n’y a de ce fait pas une grande différence entre la prévision et la rétrospection puisque dans les deux cas, l’événement est considéré comme s’étant produit :

  • sur le mode effectif dans le passé pour le cas de la rétrospection où l’action répond alors à des motifs en parce que,

  • sur le mode quasi-existant dans un passé anticipé (au futur antérieur) dans le cas de la prévision ; la prévision étant de ce point de vue une rétrospection anticipée, qui « dépend de notre réserve de connaissances à disposition avant l’événement, et pour cette raison laisse ouvert ce qui va irrévocablement être rempli par l’occurrence de l’événement anticipé lui-même » (ibid, p. 216). Dans ce cas, l’action obéit alors à des motifs en vue de.

13Les apports de Schütz conduisent donc non seulement à penser le lien entre activité et discours, mais surtout à prendre en compte la dimension temporelle de ce lien.

2- Temporalités narratives

14Le point de vue de Schütz sur la dimension temporelle de l’activité peut en effet être rapproché de certaines analyses du récit (par exemple Ricoeur, Adam, Labov) qui le présentent comme un processus donnant sens à l’expérience temporelle, car il permet d’ordonner et surtout de configurer les événements vécus. Si la temporalité narrative se caractérise en effet par la (re)configuration des événements dans un cadre temporel, temporalité que l’on propose d’appeler temporalité narrative « chronologique », elle se caractérise aussi par une dimension affective, en d’autres termes une temporalité narrative « affective ».

2.1. Temporalité narrative chronologique

  • 5  Pour une explicitation de ces trois moments de la mimésis, voir Carcassonne, 1998, 2006.

15La temporalité narrative chronologique est ici comprise en tant que structuration temporelle des événements vécus, dans et par le récit, lequel permet de donner une forme discursive au temps. Ricoeur articule temps et récit en mettant en évidence trois moments5 de la mimesis, laquelle renvoie au processus actif d’imiter ou de représenter. Entre la préfiguration (mimesis I) et la refiguration (lors de la réception, mimesis III), Ricoeur propose de décrire la mimesis II en tant que configuration textuelle, moment de la « mise en intrigue » proprement dite. Cette configuration se caractérise tout autant par sa dimension « épisodique », qui tire le temps narratif du côté de la représentation linéaire, que par sa dimension « configurante », qui donne sens à l’expérience temporelle : « L’arrangement configurant transforme la succession des événements en une totalité signifiante qui (…) fait que l’histoire se laisse suivre » (Ricoeur, 1983, p. 130). Adam insiste lui aussi sur l’importance de cette dimension configurationnelle pour comprendre comment le sens émerge du récit : « suivre le déroulement d'une histoire (ordre chronologique), c'est déjà réfléchir sur les événements en vue de les embrasser en un tout signifiant (ordre configurationnel) par un acte de jugement réflexif » (1984, p. 17). Labov a lui aussi présenté le récit dans sa configuration générale (en tant que réponse à une suite de questions) et donné une définition du « récit minimal » : « méthode de récapitulation de l’expérience passée consistant à faire correspondre à une suite d’événements (supposés) réels une suite identique de propositions verbales » (1978, p. 463). Selon Labov, « deux propositions temporellement ordonnées » (1978, p. 464) sont des conditions nécessaires pour produire un récit, mais insuffisantes : d’autres dimensions sont en effet indispensables, en particulier « l’évaluation » qui permet de rendre un récit « intéressant ». Nous la présentons ci-dessous comme un des éléments participant à la temporalité narrative affective.

2.2. Temporalité narrative affective

  • 6  Pour un tour d’horizon concernant la notion de temporalité affective, cf. ALTER-Revue de phénoméno (...)

16En tant que médiation entre temps vécu et temps raconté, le récit selon nous n'est pas seulement mise en intrigue ou mise en configuration mais aussi et en même temps « mise en affectivité » des événements racontés. La tradition phénoménologique (Heidegger, Husserl, Merleau-Ponty) a développé la notion de temporalité affective en la décrivant comme des atmosphères et des affects permettant d’éprouver le temps et par là même d’en prendre conscience. Dans cette perspective, la temporalité narrative affective6 renvoie à la façon dont chacun d'entre nous éprouve la temporalité chronologique, avec son propre rapport à la durée et à l'espace.Cette approche s’intéresse au temps vécu et vise une description directe de l'expérience en interrogeant le lien entre temporalité et constitution de soi : le temps est donné au sujet dans une synthèse qui l'affecte et cette synthèse est une condition de l'émergence du moi. C'est par l'affection, en tant qu'événement qui a lieu, que le temps atteint la conscience. Ainsi, les « existentiaux » mis en évidence par Heidegger (1927) sont avant tout des manières d'être au monde : ils renvoient à des « dispositions affectives » (par exemple la tristesse, la colère, l'espoir…). Merleau-Ponty (1945) s'accorde avec Husserl (1904-1905) pour décrirele « flux temporel » comme une dimension de notre être et non comme un objet de savoir : la relation du sujet incarné au monde n'est pas de l'ordre de la mise à distance réflexive mais relève de l'immersion.

17Ces conceptions philosophiques qui sont à la source de la notion de temporalité affective n'interrogent toutefois pas directement et concrètement les discours. La mise en mots de la temporalité narrative affective, et surtout l’intrication des temporalités narratives chronologiques et affectives vont être ici notre objet d’analyse.

3 - Mise en affectivité du temps dans et par le discours

18Les unités lexicales, dans leurs liens aux affects, ont été abordées par un certain nombre de linguistes, dans des perspectives cherchant :

  • soit à les répertorier (Kerbrat-Orecchioni, Greimas et Fontanille), en soulignant parfois la difficulté qu’il y a à établir un répertoire d’unités isolées,

  • soit à mettre en évidence les causes de cette difficulté. Ces recherches soulignents alors notamment les effets de sens engendrés par la « mise en affinité » (François, 1994 ; Carcassonne, 1996)de ces unités locales (de natures diverses) au sein des séquences discursives dans lesquelles elles apparaissent, qu’il s’agisse de récit ou d’un autre genre de discours (argumentation, description…), discours pouvant être écrits (Giry-Schneider) commeoraux (Labov, Vion, Bres).

3. 1- Difficultés du répertoire des unités lexicales affectives

19Kerbrat-Orecchioni (1980) montre que les « termes affectifs » peuvent concerner tout autant des noms, des verbes ou des adjectifs. Ils énoncent « une réaction émotionnelle du sujet parlant en face de cet objet. Dans la mesure où ils impliquent un engagement affectif de l'énonciateur, où ils manifestent sa présence au sein de l'énoncé, ils sont énonciatifs »(1980, p. 84). Ils sont à l’opposé de ce qu’on entend par terme « objectif » ou « neutre ».

20Greimas et Fontanille mettent l'accent sur le caractère souvent temporel de ces termes affectifs (ou « passions ») : « La "rancune" est un "ressentiment durable", la "patience" est une "capacité à endurer", l’"espoir" le fait "d'attendre quelque chose avec patience" ; un coléreux est dit "prompt à se mettre en colère" » (1991, p. 78).

  • 7  Pour une revue plus complète des différents aspects sémantiques des affects ou des émotions, voir (...)

21Grossman et Tutin (2005) précisent cependant que la notion « d’affect » est utile pour regrouper les noms ou les adjectifs de « sentiment », d’« émotion », « psychologique », « subjectif », même si les critères sémantiques permettant de reconnaître ces noms et adjectifs d’affects sont loin de faire l’unanimité7.

3. 2- Effets de sens produits par la mise en affinité des unités lexicales affectives

22Giry-Schneider (2005) utilise l’expression d’« interprétation affective » pour souligner que l’aspect affectif d’un terme ne se dégage pas à partir de ce seul terme mais aussi et surtout grâce aux autres termes présents dans l’entourage textuel.

23Labov (1978) s’inscrit dans cette perspective (sans l’expliciter) lorsqu’il montre comment différents procédés « évaluatifs », disséminés dans un récit oral, permettent de donner au récit une certaine « épaisseur » et un intérêt. Ces procédés enrichissent le « récit minimal » constitué par deux ou trois propositions temporellement ordonnées et peuvent correspondre tout autant au fait de juger une action, de rapporter ses sentiments, de mentionner un fait sortant de l’ordinaire, ou, à un niveau plus spécifiquement linguistique, d’utiliser :

  • des intensificateurs (adverbes comme tout, vraiment ou des répétitions),

  • des comparateurs qui permettent de mettre en relation des aspects réels avec des aspects irréels,

  • des corrélateurs qui établissent des relations entre différents aspects du réel,

  • ou encore des explicatifs qui expliquent le réel (repérables à partir de termes tels que alors que, parce que).

24Vion (2001) est dans une posture méthodologique proche quand il montre l’émergence des affects dans le discours à partir de l’association de différents types de procédés : il constate de ce point de vue que « les choix lexicaux, l'orientation de la relation prédicative, l'existence de présupposés, la présence de déictiques, la participation des énoncés à des activités discursives témoignent, à leur manière, de la présence d'un sujet structurant le langage dans la plus parfaite subjectivité. (…) Les variations de mise en scène, l'instabilité énonciative du discours, expriment (…) des modifications de position du sujet par rapport à une parole plurielle et constituent des marqueurs destinés à rendre compte du dynamisme discursif et de la gestion interactive des affects »(2001, p. 199).

25L’instabilité énonciative comme facteur d’émergence des affects a également été particulièrement bien montrée par Bres (1989) à partir de récits de grévistes : les événements et les personnages évoqués dans le récit apparaissent parfois être en même temps ceux de la scène interlocutive et mettent alors en évidence des tensions argumentatives.

26Lorsque les plans énonciatifs (Benveniste, 1966) « récit » (du passé) et « discours » (hic et nunc) ne sont plus étanches, cela aboutit à un phénomène frappant « d’invasion » de l’affectif sur la scène énonciative, qu’il s’agisse de parler du temps passé, présent ou à venir (Carcassonne, 2004).

3.3- Temporalité narrative affective et entretiens de recherche

27Pour montrer comment fonctionne en discours la mise en affectivité du temps au cours d’entretiens de recherche, nous allons reprendre les apports précédents centrés sur des unités lexicales affectives en les intégrant dans des commentaires tenant compte de la temporalité affective de l’ensemble des entretiens vus comme des récits. Dans tout entretien, quelles que soient les questions sur lesquelles l’enquêteur met l’accent, une forme de récit de vie global se co-construit entre l’interviewé et l’interviewer au cours de l’échange (Carcassonne, 2006, 2007, 2008).

28Ce macro-récit émerge pour une part des contenus se dessinant en creux entre les différentes périodes évoquées par l’informateur au cours de l’entretien : le mode de recueil de l’entretien implique en effet la production de « séquences autobiographiques » (Chanfrault-Duchet, 1988, p. 249) ou de « fragments » apparemment disparates. Le récit global, en tant que « récit des récits » (Kaufmann, 2004, p. 157), relève ainsi d’un travail de l’interviewé comme de l’enquêteur, aux niveaux de la production comme de l’interprétation.

29Ce macro-récit émerge pour une autre part de la somme de récits en tant que « micro-genres » évoquant des épisodes ponctuels : les extraits analysés ici peuvent être de ce point de vue appelés « micro-récits », lesquels sont rarement centrés dans un entretien de recherche sur la seule structure événementielle et chronologique, mais souvent intriqués à d’autres genres (explicatif, interprétatif, etc.). Par exemple, quand un interviewé rapporte des habitudes (et donc des événements itératifs), les événements ne sont pas strictement organisés temporellement : l’interviewé « raconte » tout autant qu’il « explique » une situation actuelle (Carcassonne, Salazar-Orvig, Bensalah, 2001) en mettant en tension des événements, sans nécessairement les organiser temporellement et en mélangeant de ce fait des marques énonciatives (temps verbaux, adverbes) relevant des plans énonciatifs « récit » (discours renvoyant au passé) et « discours » (discours renvoyant à la situation d’énonciation hic et nunc).

30Pour l’enquête ici présentée, nous tiendrons donc compte méthodologiquement de l'ensemble de l’entretien vu comme un macro-récit ; pour dégager concrètement des temporalités narratives affectives, nous observerons dans trois micro-récits les affinités entre des unités non seulement lexicales, mais aussi énonciatives, grammaticales et thématiques.

4. La temporalité narrative affective dite par les salariés d’un OPCA, organisation en mouvement

31Le cas d’un OPCA va permettre ici d’illustrer comment, dans un contexte de changement permanent, où les genres d’activité et leurs ressources typifiantes ne sont plus identifiables, le discours sur l’expérience vécue au travail est dominé par une temporalité narrative affective, tandis que la temporalité narrative chronologique passe au second plan. Cette dernière devient difficile à dire, empêchant de ce fait les acteurs de donner un sens à leur activité.

32Un OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) est un organisme créé par les partenaires sociaux et agréé par l’État. Il collecte les fonds versés par les entreprises et prend en charge le financement et la gestion des actions de formation. En contrepartie, il développe des services de proximité au bénéfice des entreprises adhérentes et des salariés : conseil, information, aide à l’élaboration des projets de formation. Au moment de l’enquête, réalisée en 2007, l’OPCA étudié compte 80 salariés au service de sept branches industrielles des secteurs de la mode. Outre le siège social qui regroupe les services fonctionnels, cet OPCA est organisé en dix délégations régionales.

33Le temps d’un marché particulier, celui de la mode, rejaillit fortement mais de manière indirecte sur les acteurs de l’OPCA qui doivent prendre en compte les caractéristiques de ce marché pour proposer et développer leurs propres actions. Leur travail de diagnostic et d’accompagnement sur l’emploi et les compétences doit être mené avec souplesse et surtout réactivité pour être en prise avec les besoins des entreprises adhérentes. Ces entreprises apparaissent, pour reprendre une expression volontiers utilisée au sein de l’OPCA (y compris dans des écrits internes) comme « manquant de maturité vis-à-vis de la formation ». En d’autres termes, le développement d’actions de formation n’est ni une priorité ni même une préoccupation pour la grande majorité des entreprises du secteur. En effet, le secteur industriel de la mode est extrêmement turbulent et concurrentiel, les entreprises partenaires sont en grande majorité des TPE et PME peu stables avec une faible visibilité stratégique : les fusions, absorptions, rachats, sont courants. De plus, de nombreux salariés de ces entreprises (qu’ils soient acheteurs, stylistes, modélistes, comptables, secrétaires…) ont une activité souvent organisée en « ligne produit », calquée sur les saisons, elles-mêmes rythmées par différentes collections qui s’apparentent à autant d’échéances temporelles. Celles-ci obligent à déclencher régulièrement des processus complexes de coopération entre différents professionnels, eux-mêmes très mobiles (le turnover est très élevé dans ce secteur). Cette imprévisibilité de l’avenir et cette organisation du travail contraignent fortement la mise en place d’actions de formation ou de projets transversaux proposés par cet OPCA.

34À cette contrainte externe liée aux destinataires des missions de l’OPCA, s’ajoutent en interne plusieurs contraintes impliquant elles aussi le changement permanent. De nombreux projets sont en cours au sein de cet organisme : refonte des procédures informatiques, utilisation de nouveaux logiciels, nouveaux modes de gestion (dont le lancement en interne d’un projet de GPEC – Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences), développement d’un intranet, réflexion sur l’amélioration des pratiques (interventions de consultants), mise en place de groupes de travail participatifs pour les conseillers dans les délégations.

35Parmi la douzaine d’entretiens recueillis, les trois extraits suivants sont choisis en tant que micro-récits exemplaires de la manière dont la temporalité narrative affective des salariés est mise en mots ; cette temporalité traverse par ailleurs l’ensemble des entretiens vus comme des macro-récits.

36Le fait de s'intéresser aux affects à partir de la mise en mots n'empêche pas que l'on soit d'accord avec Cosnier pour dire que des trois modes (verbal, vocal et kinésique) par lesquels peut se faire l'expression affective, le mode verbal n’est pas « le meilleur vecteur des affects » (1994 : 84). Dans les extraits qui vont être commentés, enregistrés mais non filmés, nous avons tenu compte a minima des aspects intonatifs lors des transcriptions et rapporté certains gestes, notés lors des interviews parce que remarquables (cf. conventions de transcription en annexe).

Extrait 1- Un temps impossible à planifier (Assistante gestionnaire, femme, 30 ans)

1

I

Comment vous organisez-vous au jour le jour ?

2

A

je me fais un planning mais il y a des imprévus qui viennent se greffer là-dessus \

3

là aujourd’hui on est un peu dans le tout dans le rien \

4

on ne sait plus trop par où commencer\

5

donc on est en même temps sur la fin 2006 et du début 2007 \ ((mouvement du bras droit vers la droite))

6

on voudrait terminer 2006 tout en débutant 2007 \ ((mouvement du bras droit vers la gauche puis la droite))

7

on essaie de jongler car 2006 on aimerait bien ne plus en entendre parler et passer à autre chose/

8

maintenant au niveau des statistiques à rendre \ ben il faut les rendre \

9

et puis il faut aussi encore travailler sur un exercice 2006 pour le clôturer/

10

et repartir sur de bonnes bases sur 2007 \

37Ici l’interviewée utilise le pronom « je » lorsqu’il s’agit de parler du temps qu’elle organise elle-même (l. 2 : je me fais un planning) et le pronom « on » générique (l. 3 : on est un peu dans le tout dans le rien\) lorsqu’il s’agit de décrire les conditions temporelles du travail telles qu’elles s’actualisent ensuite effectivement ; le « on » renvoie alors à un collectif indéfini qui subit l’imposition d’un nouveau logiciel de comptabilité rendant difficile l’organisation du travail.

38La question porte sur l’organisation « au jour le jour » (l. 1), ce qui explique en partie que la réponse soit scandée par des déictiques spatiaux (« là », l. 3) et temporels (« aujourd’hui », l. 3, « maintenant », l. 8). Ce dernier déictique fonctionne tout autant comme scanseur du discours que comme scanseur du temps auquel il est fait référence : l’interviewée ne généralise pas sa description au-delà du moment présent, ne se projette pas dans le passé ni dans le futur.

39Cet ancrage dans le temps présent n’exclut pas l’évocation de souhaits : « on voudrait » (l.6), « on aimerait » (l. 7), présentés comme des possibles non réalisables. La cause empêchant la réalisation de ces souhaits n’est pas nommée mais évoquée « en creux », par le renvoi à un processus obligatoire, plus subi de façon résignée que maîtrisé (« il faut », l. 8, 9). Finalement, le temps impossible à planifier est ici présenté sur le mode de la résignation : c’est-à-dire que ce récit se caractérise de façon plus frappante par sa temporalité narrative affective que par sa temporalité narrative chronologique.

Extrait 2- Un espace-temps du travail très éprouvant (Responsable de délégation, femme, 50 ans)

1

I

Comment ça se passe pour faire les tableaux des dossiers accords pilote ?

2

R

ça c’est moi qui le fais en dehors de mon temps de travail \

3

oui parce que la durée du travail \ c’est 8 heures \ mais c’est pas-

4

dans les faits c’est pas 8 heures/

5

ni pour les collègues \

6

il y a une personne ici ((tend le bras vers la gauche)) qui est matinale qui est là à 6 heures du matin au bureau jusqu’à 11 heures le soir sans discontinuer \

7

MOI-MEME ((se touche la poitrine)) je suis là à 9 heures/

8

c’est 9 heures-20 heures/

9

la pause d’une heure une heure et demie à la maison \

10

21 heures-21 heures 30 \ je reprends le travail sur le portable à la maison jusqu’à minuit une heure du matin \

11

c’est pas se vanter ce sont les faits !

12

c’est quasiment TOUS les jours comme ça pour s’en sortir !

13

donc l’accord pilote- ben voilà les tableaux c’est à la maison parce qu’on est plus tranquille \

14

les autres personnes ici également elles font pas 8 heures par jour !

15

elles font plus ! elles font bien plus !

16

et elles sont capables de rester jusqu’à de rester jusqu’à 22 heures le soir \

17

ou :::: si quelqu’un n’est pas bien et a des problèmes il y a vraiment une entraide entre elles \

18

elles sont vraiment au bout \°°°

19

vous n’arrivez pas au bon moment \ ((ouvre les bras, secoue la tête de droite à gauche))

  • 8  Nous pensons ici au héros absurde tel que l’a décrit Camus dans sa relecture du Mythe de Sisyphe ( (...)
  • 9  Bakhtine (1984) a mis en évidence des liaisons spécifiques dans divers types de romans, entre le g (...)
  • 10  Selon Vion (2001), l’effacement énonciatif caractérise les énoncés impersonnels semblant directeme (...)
  • 11  Ce phénomène a été noté par Gardin ([1988], 2006, pp. 341-2) dans des réponses écrites de cadres à (...)

40Dans cet extrait, le contenu comme la façon de dire ce contenu montrent l’image d’un « héros absurde » (Camus, 1942)8 pris dans un dépassement de soi permanent et quotidien. On note tout d’abord un bouleversement du « chronotope » (Bakhtine, 1984)9 en tant qu’espace-temps spécifique, à savoir, ici, une façon de dire le lien entre un lieu, une temporalité et l’activité du travail. En effet, il n’y a plus de frontières claires relatives au temps ou à l’espace du travail : si la norme de la durée du travail (« 8 heures ») est rappelée explicitement plusieurs fois (l. 3, 4, 14),l’interviewée souligne que cette norme n’est jamais respectée tant la charge de travail est importante, qu’il s’agisse d’elle-même (l. 7 à 10) ou des autres (l. 5, 6, 14, 15, 16). Un « on » générique est utilisé pour évoquer le fait que la maison est un lieu de travail privilégié pour certaines activités sans doute plus complexes (l. 13). Les agents ou acteurs responsables de ces dérives par rapport à la norme ne sont cependant pas explicitement nommés : c’est un dispositif de gestion qui est mis en avant dans le discours, grâce aux « marqueurs de structurations de la conversation » (Auchlin, 1981) : (« donc l’accord pilote- ben voilà \ les tableaux c’est à la maison parce qu’on est plus tranquille \ », l. 13). Cette façon de dire par « effacement énonciatif » (Vion, 2001)10 aboutit à présenter le monde de l’entreprise comme un processus sans agent responsable11. Par un balancement énonciatif allant du particulier au générique, l’individuel – actualisé en « je » (« ça c’est moi » l. 2, « MOI-MEME ((se touche la poitrine))  je »l. 7, « je reprends » l. 10) ou en « il » (l. 6) – est proposé comme un exemple de ce que vit le collectif (l. 4, 11 à 13) ou l’ensemble des collègues (l. 14 à 18). Un autre procédé participant à la mise en affectivité des événements racontés réside dans les nombreux procédés évaluatifs (au sens de Labov) scandant le discours. Ces procédés correspondent à :

  • des explicatifs (« parce que » l. 3, « si », l. 17),

  • des intensificateurs avec les termes (« plus »l. 13, 15 ; « bien plus »l. 15,« quasiment » l. 12,« TOUS » l. 12, « vraiment », l. 17, l. 18).

  • des évaluations « par le fait » avec le rappel factuel des horaires (l. 6, 9, 10, 16),

  • une affinité entre divers aspects de la communication non verbale montrant une forme d’indignation : exclamations (l. 11, 12, 14), intonations montantes (l. 4, 7, 8, 16, 17) et descendantes (l. 2, 3, 5, 6, 9, 10, 13, 18, 19), accentuations (l. 7, 12, 19), pause rare (une seule en 18, gestuelle « d’engagement » (Goffman, 1973) dans l’interaction (l. 6, 7, 19) ;

  • un comparateur très fort l. 11 avec l’expression « c’est pas se vanter », laquelle estassociée à une commentaire métalinguistique(« ce sont les faits ») des énoncés précédents décrivant justement dans une évaluation par le fait (au sens de Labov) les écarts par rapport à la norme horaire. Ces deux derniers procédés, en effectuant une forme de synthèse généralisante, renforcent et cristallisent l’ensemble des évaluations précédentes.

41Ce micro-récit générique d’une journée de travail est donc non seulement rythmé par une comparaison entre une norme horaire et la réalité temporelle du travail mais surtout traversé par de nombreux procédés évaluatifs. Il se clôt (l. 19) par une expression affective traduisant la difficulté à vivre ce temps : l’énonciateur sort alors du micro-récit (temps raconté) pour s’adresser directement au chercheur (déictique personnel « vous ») sur la scène énonciative.

42Finalement, l’absence d’espace-temps du travail, en tant que chronotope bien délimité, est présentée comme très éprouvante et comme constituant un véritable « souci » au sens de Heidegger, c’est-à-dire une préoccupation inhérente à la conscience du temps.

Extrait 3- Un temps destructeur (Conseiller dans une Délégation, homme, 40 ans)

1

I

Rencontrez-vous des difficultés dans votre travail ?

2

C

(...) ce que je veux dire aussi c’est que-

3

une des raisons pour lesquelles j’arrive à fonctionner DE TEMPS EN TEMPS de manière efficace- \

4

je concentre des périodes de saisies dans les moments calmes\

5

et souvent c’est avant neuf heures le matin et après 18 heures le soir \

6

donc il y a moins de monde qui utilise le logiciel/

7

il y a moins de monde qui téléphone/

8

il y a moins de monde présent dans le bureau/

9

et ça pas tout le monde peut le faire/

10

je dirais même que ça n’est pas un mode de fonctionnement NORMAL/

11

et j’avoue que quand je dois travailler normalement entre 9 heures et midi et 14 heures et 17 heures \

12

il est parfois difficile d’avancer si on m’interdisait de travailler avant 9 heures et après 18 heures/

13

je suis MORT/°°°

14

je suis mort/c’est-à-dire que mon système ne fonctionne pas \ °°°

15

je suis mort/°°°

16

donc si j’avais pas les clefs du bureau des trucs tout bête hein/((croise les bras, regarde par terre))

43Ici, on retrouve un thème ébauché dans l’extrait 2, selon lequel il n’est possible de vraiment travailler qu’en dehors de son temps de travail officiel. L’interviewé n’arrive même plus à donner du sens à ce temps de travail officiel, lequel n’est pas vu comme un moment de coordination efficace mais comme une perte de temps. L’interviewé ne parvient pas à généraliser ni même à rendre compte de son activité entre 9 heures et 18 heures, si ce n’est en termes négatifs (cf. l.11, 12, 14).

44Les adjectifs affectifs positifs (« de temps de temps de manière efficace » l. 3, « moments calmes » l. 4) sont utilisés pour l’évocation de la situation officieuse. La comparaison avec le temps officiel permet de mettre en avant les avantages de ce temps officieux (« moins de monde qui téléphone moins de monde dans le bureau », l. 7 et 8). La triple évaluation de cet énoncé (avec un corrélateur par la comparaison entre deux situations, l’intensificateur « moins de » et la répétition de cet intensificateur) est ensuite renforcée par l’expression fortement évaluative et répétée trois fois (« je suis mort »), conjuguée au présent et non au conditionnel comme le voudrait la norme syntaxique. Cet écart par rapport à la norme syntaxique conduit à un véritable surgissement de l’affect sur la scène énonciative. L’expression « je suis mort » est en effet un procédé affectif très fort (« comparateur ») renforcée par le procédé évaluatif de l’accentuation intonative en 13. Ce comparateur est lui-même corrélé l. 16 à un autre comparateur (« si j’avais pas les clefs du bureau »), à un terme affectif (« c’est tout bête hein/») et associé à une attitude corporelle de retrait (l. 16), mais aussi à un certain nombre de pauses (l. 13, 14, 15) ralentissant le débit vocal : l’ensemble de ces aspects renforcent le sens dramatique porté par l’expression « je suis mort ».

45Cette mise en mots renvoie finalement à une situation destructrice du temps officiel du travail, situation négative si forte que l’interviewé utilise un discours très affectif pour en parler, se mettant lui-même « en scène » et montrant au chercheur une certaine image de lui, dans une forme de « jeu des faces » (Goffman, 1973).

46Comme dans les deux autres extraits, ce récit entièrement énoncé au présent narratif est donc à nouveau dominé de façon frappante par une temporalité narrative affective, la temporalité narrative chronologique passant au second plan.

Conclusion

47Les trois interviewés se présentent donc dans leurs récits comme étant pris dans un temps qu’ils ne peuvent plus organiser. Loin de manifester une capacité à pouvoir jouer avec différents régimes de temporalité qui leur permettrait éventuellement de les maîtriser (Dubar, 2004, p. 128), ils mettent en mots un temps « qui les affecte » comme dominant le temps « qu’ils organisent ». Ce temps qui les affecte renvoie à un présent en perpétuel mouvement qui rend difficile la rétrospection et la projection et donc la possibilité de donner du sens à son activité. En creux, cette façon de dire le temps dessine donc un sentiment d’absurde et d’enfermement dans une situation vidée de son sens. Sans être propre à une catégorie spécifique de personnel, cette façon de dire semble pouvoir se repérer à différents niveaux de responsabilités dans l’organisation, comme ici auprès d’un assistant gestionnaire, d’un conseiller et d’un responsable de délégation.

48Si les unités renvoyant à une temporalité narrative affective ne sont pas répertoriables a priori, la synthèse des différents aspects repérés dans les récits analysés reste néanmoins possible. Trois aspects principaux peuvent être retenus de l’analyse des extraits présentés :
1 - Une absence de structuration précise au niveau de l’avant/après qui se manifeste par un faible contraste sur le plan des marques temporelles, le temps dominant étant celui du présent narratif ; de façon simultanée, une absence de lieu spécifique (bureau/maison) réservé à l’activité de travail. C’est ainsi un discours très ancré dans la situation d’énonciation présente qui domine, comme en témoignent les nombreux déictiques spatiaux, temporels et personnels.
Ces aspects discursifs renvoient finalement à une transformation du « chronotope du travail »
qui n’est plus clairement lié dans le discours à un temps et à un lieu donné.
2 - Des tournures impersonnelles (par exemple « il faut ») ou le pronom « on » associés à un collectif subissant les procédures imposées par la hiérarchie ou les changements décidés sans concertation (et non à un collectif agissant).
3 - La forte présence de termes affectifs ou évaluatifs qui montrent une absence de mise à distance de l’émotivité quand il s’agit d’évoquer les temps de travail et du travail, les affects du temps raconté pouvant surgir sur la scène énonciative en étant adressés au chercheur dans le
hic et nunc de l’entretien.

49L’analyse socio-discursive proposée ici, qui demanderait à être confirmée sur un corpus plus important, dessine ainsi selon nous certains axes de recherche permettant de saisir comment se disent et se vivent les changements permanents dans les organisations.

50Sans chercher à généraliser au-delà des extraits mentionnés, les difficultés qu’ont ici les acteurs à raconter le quotidien de leur travail dans l’organisation (comme leur histoire professionnelle) renforcent l’idée qu’exister dans l’entreprise (Servel & Hanique, 2008) ne va pas nécessairement de soi. En mettant en mots ce temps qui les affecte, ils présentent en effet aussi leur activité sur le mode de la résignation, du souci, voire de la souffrance.

Haut de page

Bibliographie

Adam J.M., 1984. Le récit, Paris, P.U. F.

Alter N., 2009. Donner et prendre. La coopération en entreprise. Paris : La Découverte.

Alter N., 2003. « Mouvement et dyschronies dans les organisations », L’année sociologique, 53, n° 2, p. 489-514.

Auchlin A., 1981. « Mais heu, pis bon, ben alors voilà, quoi !, marqueurs de structuration de la conversation et complétude », Cahiers de linguistique française 2, p. 141-160.

Bakhtine M., 1984. « Les genres de discours » in Bakhtine M., Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, p. 265-308.

Boulin J.Y., 2002. La ville à mille temps. Paris, Ed. de l’Aube.

Boutet J., 2008. La vie verbale au travail, des manufactures aux centres d’appel. Toulouse, Octarès Éditions.

Benveniste E., 1966. Essai de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Bres J., 1989. « La narrativisation de la scène interlocutive : de ce que l'on fait (parfois) en racontant quelque chose », Cahiers de praxématique n° 13, p. 19-41.

Camus A., 1942. Le Mythe de Sisyphe, Paris, Gallimard.

Carcassonne M., 2008. « Entretiens de recherche en psychopathologie : une approche par les mouvements de genres », Langage & Société, n° 123 (1° trimestre 2008) – Co-construire l’entretien, situations cliniques et de recherche, p. 87-103.

Carcassonne M., 2007. « Entretiens, émotions et récit de soi », Vox Poetica, Passion et narration, http://www.vox-poetica.org/t/pas/index.html

Carcassonne M., 2006. « Présentation de soi dans l’entretien clinique : narration, explication, interprétation » in Grossen M., Salazar-Orvig A. (dir.), L’entretien clinique en question : analyse des interactions verbales d’un genre communicatif hétérogène, Belin (coll. Belin Sup), chap. 10, p. 213-231.

Carcassonne M., 2004. « De la dimension temporelle des affects vécus à celle des affects racontés : quelles médiations ? » in R. Delamotte-Legrand G. (Ed.), Les médiations langagières, vol. 1, Des faits de langue aux discours, Actes du colloque international La médiation : marquages en langue et en discours (p. 403-411).Dyalang CNRS, Publications de l’Université de Rouen.

Carcassonne, M., 1998. « Les notions de médiation et de mimèsis chez Paul Ricoeur : présentation et commentaires », Hermès n° 22, Paris, Presses du CNRS, p. 53-56.

Carcassonne M., 1996. « Parler de soi quand on est dépendant : analyse interactive et énonciative », Langage et Société, n° 76, juin 1996, p. 5-41.

Carcassonne M., Salazar-Orvig A., Bensalah A., 2001. « Des récits dans des entretiens de recherche : entre narration et interprétation », Revue québécoise de linguistique, vol. 29, n° 1, p. 97-122.

Carcassonne M., Servel L., 2009a. «Formation à la conduite routière : approche socio-langagière des leçons de conduite », Bulletin suisse de linguistique appliquée. Pratiques langagières et formations professionnelles, n° 90.

Carcassonne M., Servel L., 2009b. « Dispositif d’enquête et production d’acteurs sociaux : apports d’une analyse socio-langagière », Activités, vol 6, n° 2, p. 47-60. http://www.activites.org/v6n2/v6n2.pdf

Carcassonne M., Servel L., 2005. « Rôle représenté et rôle joué : l’activité des techniciens conseils » in Filliettaz L. & Bronckart J.-P. (Eds.), L’analyse des actions et des discours en situations de travail. Concepts, méthodes, application, Louvain-La-Neuve, Peeters, p. 79-98.

Chanfrault-Duchet M.F., 1988.  « Le prologue du récit de vie oral » in J. Cosnier, C., N. Gelas, C. Kerbrat-Orecchioni (dir.), Échanges sur la conversation, Paris, Éd. du CNRS, p. 237-250.

Clot Y., 1999. La fonction psychologique du travail, Paris, P.U.F.

Cosnier J., 1994. Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz.

Dubar C., 1991. La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelle. Paris, Armand Colin.

Dubar C., 2004. « Régimes de temporalités et mutations des temps sociaux », Temporalités n° 0, p. 118-129, http://temporalites.revues.org/index661.html

Dubar C., 2008. « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités 8, mis en ligne le 09 juillet 2009, Consulté le 09 août 2009. http://temporalites.revues.org/index137.html

Durkheim E., 1912. Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, P.U.F.

Fraisse P., 1967. Psychologie du temps, 2e éd., Paris, P.U.F.

François F., 1994. Morale et mise en mots, Paris, L'Harmattan.

Galatini D., Sini B., 2000. « Les structures sémantiques du lexique français des émotions » in PlantinC., Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 75-87.

Gardin B., [1988] 2006. « Les enjeux sociaux du langage et les groupes d’expression directe » in Gardin B., 2006, Paroles d'ouvrières et d'ouvriers, Textes édités et présentés par N. Gardin et J. Boutet, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, p. 321-354.

Gardin B., 1988. « Le dire difficile et le devoir dire », D.R.L.A.V., n° 39, p. 1-20.

Goffman E., 1973. La présentation de soi. T1 La mise en scène de la vie quotidienne. T2 Les relations en public. Paris, Minuit.

Guillaume G., [1951] 1964. « La représentation du temps dans la langue française », Langage et science du langage, Nizet, Presses de l'Université de Laval, p. 84-107.

Giry-Schneider J., 2005. « Les adjectifs intensifs : syntaxe et sémantique », Cahiers de lexicologie, 86, 2005-1, p. 163-178.

Greimas A. J., Fontanille J., 1991. Sémiotique des passions, Paris, Seuil.

Grossman F., Tutin A., 2005. « Présentation », Lidil, 32, Sémantique des noms et adjectifs d'émotion, p. 1-20.

Gurvitch G., 1950. La vocation actuelle de la sociologie, Paris, P.U.F.

Halbwachs M., 1950. La mémoire collective, Paris, P.U.F.

Hanique F., Servel L., (dir.), 2008. Exister en entreprise, Paris, L’Harmattan.

Heidegger H., [1927] 1964. L'être et le temps, Paris, Gallimard.

Husserl E., [1904-1905] 1983. Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, Paris, P.U.F.

Hubert H., 1909. « Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie » in Hubert H., Mauss M., Mélange d’histoire des religions, Paris, Alcan, p. 189-229.

Keller R., 2007. « L’analyse de discours du point de vue d’une sociologie de la connaissance. Une perspective nouvelle pour les recherches qualitatives », Recherches qualitatives – Hors série n° 3 – Actes du colloque bilan et prospectives de la recherche qualitative, p. 287- 306. http://www.recherche-qualitative.qc.ca/hors_serie_v3/Keller-FINAL2.pdf

Kerbrat-Orecchioni C., 1980. L'énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin.

Kaufmann J.C., 2004. L’invention de soi, une théorie de l’identité. Paris, A. Colin.

Labov W. 1978. « La transformation du vécu à travers la syntaxe narrative » in W. Labov, Le parler ordinaire, Paris, Éditions de Minuit, p. 289-335.

Meda D., 2001. Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion.

Merleau-Ponty M., 1945. Phénoménologie de la perception, Gallimard.

Ricoeur P., 1983. Temps et récit. Paris, Le Seuil.

Schütz A., [1971] (1987). Le chercheur et le quotidien, phénoménologie des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck.

Servel L., 2000. « Les temps de la modernisation : l'expérience réformatrice de la RATP » in J. Barreau, A. Compeyron, C. Havard, J. Y. Ménard, L. Servel (dir.), Une irrésistible modernisation des entreprises de service public ? Rennes, PUR, 2000, p. 65 à 79.

Servel L., 1999. « La vie en miettes : rythmes de travail dans une entreprise de transport » in Les professions et leur temps de travail, Cahiers lillois d'économie et de sociologie, n° 34, deuxième semestre 1999, p. 53-74.

Servel L., 1998a. Pour un autre usage du temps : l’expérience modernisatrice de la RATP, Thèse de Doctorat en Sociologie, Institut d’Études Politiques de Paris, sous la dir. de R. Sainsaulieu.

Servel L., 1998b. « Temps du changement et changement de temporalités : la modernisation de la RATP » in Martin D., Gerristen D. (dir.), Effets et méfaits de la modernisation dans la crise, Paris, Desclée de Brouwer, p. 111-131.

Simmel G., 1917. Sociologie et épistémologie, Paris, P.U.F.

Varro G., 2008. « Temporalité(s) et langage dans l’analyse d’entretiens biographiques », Temporalités 8, mis en ligne le 09 juillet 2009, Consulté le 09 juillet 2009. URL : http://temporalites.revues.org/index123.html

Vion R., 2001. « Modalités, modalisations et activités langagières », Marges Linguistiques, n° 2, novembre 2001, Approches interactives des faits de langue, p. 209-231.

Haut de page

Annexe

Annexe : conventions de transcription

\ : intonation descendante

/ : intonation montante

< > : entre chevrons : aspects vocaux ; ex. < voix murmurée >

! : intonation exclamative

- : coupure de mot ou de phrase

:: : allongements syllabiques

°° : pauses de durées variables (une seconde par point)

MAJ : segments accentués

((croise les bras)) : italique et entre double parenthèses : description de gestes ou d’actions non verbales

Haut de page

Notes

1  Sur l’articulation entre philosophie et sociologie du temps, cf. Dubar 2008.

2  Pour un aperçu des différents courants en analyse du discours, cf. le n° 9 de la revue Marges Linguistiques.  http://www.marges-linguistiques.com

3  Nous avons déjà proposé un tel croisement disciplinaire (sociologie des organisations et analyse du discours) concernant des discours au travail (et non comme ici sur le travail), (Carcassonne & Servel, 2009a, 2009b, 2005) en insistant alors moins sur les aspects narratifs.

4  Nous rejoignons de ce point de vue en partie les objectifs de Varro (2008) qui propose une « analyse socio-langagière (inspirée de l’analyse de discours) » pour appréhender la temporalité dans des entretiens biographiques.

5  Pour une explicitation de ces trois moments de la mimésis, voir Carcassonne, 1998, 2006.

6  Pour un tour d’horizon concernant la notion de temporalité affective, cf. ALTER-Revue de phénoménologie n°3, Temporalité et affection, 1994, 493 p.

7  Pour une revue plus complète des différents aspects sémantiques des affects ou des émotions, voir aussi Galatini et Sini, 2000.

8  Nous pensons ici au héros absurde tel que l’a décrit Camus dans sa relecture du Mythe de Sisyphe (1942), héros condamné à rouler un rocher en haut d’une colline, lequel retombe sans cesse. Camus nous interpelle sur ce moment où, arrivé en haut de la colline, Sisyphe regarde son caillou dévaler la pente. Que se passe-t-il pendant cette pause ? Une respiration, un moment de conscience où Sisyphe « connaît l’étendue de sa misérable condition », une situation de prolétaire des Dieux où il s’affirme cependant en même temps comme un homme du fait même de cette prise conscience.

9  Bakhtine (1984) a mis en évidence des liaisons spécifiques dans divers types de romans, entre le genre et le thème par l'intermédiaire de relations variées entre le héros, l'espace et le temps : il a nommé ces liaisons « chronotopes ».

10  Selon Vion (2001), l’effacement énonciatif caractérise les énoncés impersonnels semblant directement représenter le monde sans présenter de marques d’un sujet énonciateur ». Vion distingue à partir de là deux cas de figure : les énoncés qui donnent l’illusion d’être purement descriptifs et ceux qui pourraient être mis en relation avec un énonciateur abstrait, complexe, une sorte de halo polyphonique constitué d’un ensemble de voix représentatives du « bon sens », de « savoirs supposés partagés » (textes de loi, proverbes, etc..).

11  Ce phénomène a été noté par Gardin ([1988], 2006, pp. 341-2) dans des réponses écrites de cadres à des demandes d’ouvriers (dans les années 70).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Carcassonne et Laurence Servel, « Dire le temps, dire le changement », Temporalités [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1122 ; DOI : 10.4000/temporalites.1122

Haut de page

Auteurs

Marie Carcassonne

IRISSO - Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales - UMR 7170/CNRS. marie.carcassonne@dauphine.fr

Laurence Servel

Université Paris-Dauphine- Place du Maréchal de Lattre de Tassigny- 75 775 Paris cedex. laurence.servel@dauphine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page