Navigation – Plan du site

Les démographes et le temps

Demographers and Time
Olivia Samuel

Résumés

Cet article présente la façon dont les démographes ont pris en compte la question du temps dans leurs travaux depuis l’après seconde guerre. Le temps, dimension centrale de la démographie, est à la fois un élément constitutif des instruments de mesure des phénomènes démographiques et  un objet d’étude en soi. Les modalités de la prise en compte du temps ont considérablement évolué depuis les années 1950. L’approche synchronique, la plus fréquente alors, va être complétée par l’approche longitudinale, puis biographique et enfin multi-niveaux. A chacune de ces étapes, la question du temps (individuel ou collectif), de sa mesure et de sa signification, fait l’objet d’une réflexion qui rappellera la complexité de son appréhension. Après avoir mis en lumière ces étapes, l’article examine différents travaux démographiques qui ont pris le temps et les temporalités sociales comme objet d’étude, notamment au travers du repérage de l’âge, de l’appartenance générationnelle ou encore des marqueurs de transitions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le modèle de la transition démographique constitue le cadre descriptif de l’évolution des populati (...)

1La démographie est particulièrement riche en termes, concepts, indicateurs, renvoyant au champ temporel : calendrier, analyse biographique, taux par âge, projection, génération, rétrospectif, panel, transition, accroissement, longitudinal, intervalle entre naissances, mouvement de la population, effets d’âge et effets de génération, cycle de vie, cohorte, remplacement des générations, ancienneté, durée, etc. Cette foison illustre bien la centralité du temps dans cette discipline, temps long et historique, comme dans le modèle de la transition démographique1, précis et centrée sur l’événement, ou encore plus complexe et couvrant la trajectoire d’une vie. Tout cet arsenal conceptuel et méthodologique s’est construit au fur et à mesure du développement de la discipline. Au cœur de cet ensemble, la distinction entre l’approche transversale (conjoncturelle), et l’approche longitudinale (générationnelle). La première se centre sur les variations démographiques observées année après année, alors que la seconde suit les changements démographiques des groupes d’individus nés à des périodes successives. La mesure la plus précise possible des phénomènes démographiques, d’abord dans une perspective transversale puis longitudinale, sera une préoccupation constante des chercheurs de la discipline. Pour analyser au mieux ces phénomènes – fécondité, mortalité, nuptialité et migration, qui constituent le noyau dur de la démographie –, il a fallu définir très précisément les temporalités qui permettaient de les saisir et les décrire.

2La diversité des échelles temporelles auxquelles ont recours les démographes témoigne donc de leurs efforts pour que le temps devienne une unité de mesure et une catégorie d’analyse de tous les domaines d’observation qui sont les leurs. Cette réflexion sur le temps s’est structurée peu à peu, à la fois par la nécessité d’améliorer la compréhension des phénomènes sociaux et démographiques, et par l’innovation méthodologique permettant de répondre à cette nécessité. Ces allers-retours entre questionnement théorique et perfectionnement technique a été très dynamique au cours des quarante dernières années comme on le verra dans une première partie avec l’examen des progrès successifs et cumulatifs dans la conception de méthodes, d’outils et de concepts développés pour observer, mesurer et interpréter la dynamique des populations. On s’interrogera ensuite sur le traitement des questions temporelles considérées « pour elles-mêmes » et pas uniquement dans une optique de mesure, autrement dit, sur ce qu’ont à dire les démographes du temps, quand ils s’intéressent aux biographies individuelles, à des ensembles plus larges comme celui des générations, ou encore à la construction des catégories temporelles comme l’âge.

3En repartant des principales étapes de la prise en compte des temporalités démographiques, l’article s’attache à montrer comment la question du temps est centrale pour comprendre l’évolution de la discipline et l’enrichissement de ses objets d’études.

1. Retour sur la discipline

1.1 Le règne de l’approche transversale

  • 2  Pour l’histoire de la discipline, voir notamment Dupâquier, 1985, Vilquin 2006a et 2006b.
  • 3  Soulignons néanmoins que ce n’est pas toujours le cas, par exemple la fécondité est mesurée selon (...)
  • 4  On peut en trouver de très nombreux exemples dans Halbwachs et Sauvy, 2005.
  • 5  Une cohorte fictive est un groupe fictif d’individus qui connaîtrait, à tous les âges de la vie, u (...)
  • 6  En 1961, le manuel de démographie de R. Pressat proposera une version améliorée du diagramme de Le (...)

4Jusqu’aux années 1940, l’analyse démographique est dominée par une approche de type transversal2, c'est-à-dire centrée sur l’étude de phénomènes observés pendant un intervalle de temps déterminé comme l’année. Sources (recensement, état civil) et outils (taux, tables du moment, pyramide des âges) privilégient l’optique conjoncturelle. Par ailleurs, chaque phénomène démographique (nuptialité, fécondité, mortalité, migration) est analysé indépendamment des autres3, et n’est pas considéré comme le résultat d’une succession d’événements préalables soumis à des conditions historiques particulières, au contraire, seules les conditions historiques « du moment » sont prises en compte. Les événements démographiques sont traduits et mesurés au travers d’effectifs, de taux par âge ou d’indices synthétiques et présentés sous forme de tableau ventilés par années ou périodes données4. Les évolutions démographiques observées sont donc liées à une conjoncture qui affecte, à un moment donné, un ensemble disparate d’individus nés à des périodes différentes, près d’un siècle pouvant séparer les plus jeunes des plus vieux. Cet ensemble hétérogène appelé « cohorte fictive »5 est parfois interprété à tort comme reflétant l’histoire d’un groupe générationnel réel. Toutefois les dimensions longitudinales, c’est-à-dire l’étude des comportements démographiques des générations ne sont pas absentes des réflexions. Par exemple, à la fin du XIXe siècle quelques travaux s’intéressent à la mortalité en fonction de l’année de naissance des individus (analyse par génération dite longitudinale), analyse que les données recueillies et publiées permettent parfois de faire. De même, le diagramme de Lexis (1880), facilite la mise en relation de l’optique longitudinale et transversale. Ce diagramme combine plusieurs points de vue temporels pour situer les événements démographiques : le temps individuel (l’âge) et le temps historique (les années) qui peut servir à une lecture conjoncturelle ou générationnelle des événements. Toutefois son usage ne se généralise pas6, faute bien souvent de données appropriées.

  • 7  Source : Vandeschrick Christophe, date. « Diagrammes de Lexis et cohortes : la taille ou le poids (...)

Diagramme de Lexis – Analyses transversale et longitudinale7

1.2 L’approche longitudinale s’impose

  • 8  Notamment Ryder, 1956 et Ryder, 1965.
  • 9  Voir par exemple Henry, 1959, Henry, 1966, Pressat, 1961, Chasteland et Pressat, 1962.
  • 10  Voir par exemple Pressat, 1981.

5Il faut attendre l’après Seconde Guerre mondiale et une influence anglo-saxonne8 relayée par des démographes français comme L. Henry et R. Pressat9, pour que l’analyse longitudinale s’impose aux côtés de l’analyse par période10. Ce changement de perspective s’avère indispensable pour comprendre les phénomènes démographiques et leurs évolutions sans la lunette déformante des aléas conjoncturels. Il s’agit, notamment, du problème de la variation de l’intensité de fécondité ou de la nuptialité à la suite d’une crise démographique. L’analyse transversale, en construisant des cohortes fictives, produit une série d’indices qui indiqueront une forte hausse de la fécondité ou de la nuptialité. Cette hausse conjoncturelle n’est en réalité qu’un effet de récupération des mariages ou des naissances ajournés pendant la période de crise. Aussi cette augmentation n’aura-t-elle que peu d’incidence, voire aucune, sur le nombre final d’enfants des générations concernées. De la même façon, un rajeunissement marqué du calendrier de la fécondité va conjoncturellement se traduire par une hausse des naissances, sans pour autant que la fécondité finale de ces générations plus précoces soit affectée.

  • 11  Pour une présentation complète voir Wunsch, 2001.
  • 12  S’il s’agit d’une même année de naissance, le groupe sera désigné par le terme de génération, pour (...)
  • 13  Un phénomène perturbateur est celui « dont les manifestations contrarient celles d’un autre phénom (...)
  • 14  Rappelons toutefois que dans son article de 1959, L. Henry souligne que d’un point de vue théoriqu (...)
  • 15  Le calendrier correspond à la distribution selon l’âge (ou l’ancienneté) d’un phénomène, l’intensi (...)

6Cette approche par les générations qui deviendra « classique »11 étudie la survenue d’un événement (et d’un seul) au cours du temps, au sein d’un groupe initialement défini par un temps commun, une même année de naissance par exemple. Elle s’intéresse donc à l’histoire collective d’un groupe dont le point commun est d’avoir vécu un même événement à un même moment12. L’approche longitudinale pose deux préalables pour l’analyse démographique - préalables contraints par les données et les outils disponibles : 1. les phénomènes démographiques (naissances, décès, mariages…) sont considérés comme indépendants les uns des autres (neutralisation des phénomènes dits « perturbateurs »)13 et chaque phénomène est étudié à l’ « état pur » ; 2. les groupes humains, et plus spécifiquement les cohortes étudiées, sont considérés a priori comme homogènes, autrement dit, on considère qu’ils ont des comportements semblables au regard des phénomènes étudiés et que leurs caractéristiques ne changent pas au cours du temps14. Nous verrons plus loin en quoi ces limites contraignantes de l’approche longitudinale donneront un élan à l’innovation théorique et méthodologique et à une prise en considération du temps biographique dans l’analyse. Néanmoins cette approche opère un progrès incontestable pour la compréhension des phénomènes démographiques grâce à la prise en compte du temps long des générations, permettant, par exemple, de distinguer les effets de changement de calendrier (le recul ou l’avancement de l’âge à la maternité) des effets de changement d’intensité (le nombre total d’enfants)15, et d’inscrire les histoires démographiques des groupes dans leur contexte historique. Par exemple, concernant la mortalité, des études ont montré qu’une guerre ou une épidémie vécue dans l’enfance a un effet immédiat avec une surmortalité due à la crise (effet conjoncturel), mais à plus long terme, les générations touchées par ces événements présenteront des risques de mortalité à tous les âges relativement bas, probablement lié à un effet de sélection (effet générationnel). Seule l’histoire complète de la génération permettra de mettre en évidence ce lien entre évènements subis dans l’enfance et comportement démographique à l’âge adulte. Pour autant, l’approche transversale reste essentielle pour connaître la dynamique démographique sachant qu’il faut attendre l’extinction d’une génération, soit plus de cent ans pour connaître son espérance de vie ou encore cinquante ans pour connaître sa fécondité définitive. Les besoins en matière de connaissances démographiques exigent une production de données régulière et actualisée incompatibles avec les seuls indicateurs longitudinaux.  

  • 16  Pour une présentation détaillée voir Wilmoth, 2001.

7L’introduction de l’analyse longitudinale a également conduit au développement de travaux mettant en relation les différentes perspectives temporelles, dans le but de repérer les effets d’âge, de période et de génération dans l’explication des phénomènes démographiques. Les analyses « APC » (âge, période, cohorte) consistent à démêler les effets de ces trois composantes du temps, chacune pouvant avoir un effet propre ou combiné16. Ainsi dans l’étude de la mortalité il s’agira de mesurer la part respective du vieillissement biologique (effet d’âge), du contexte sanitaire (effet de période) et des expériences spécifiques vécues tout au long de la vie (effet de génération) (Wilmoth et alii, 1989). La mise en œuvre de ces modèles d’analyse est particulièrement complexe, ce qui explique peut-être que leur usage ne soit pas plus développé.

  • 17  En réalité, même dans l’analyse longitudinale, les cohortes sont partiellement artificielles puisq (...)

8L’analyse démographique (les outils, les indicateurs et les méthodes de la démographie) au travers de l’analyse des générations fictives de l’approche transversale ou des générations réelles de l’approche longitudinale17 s’appuie sur une double échelle de temporalité : celle du groupe (cohorte, temps collectif) et celle de l’individu (l’âge biologique, temps individuel), mais un individu « non individualisé », c’est-à-dire dont l’histoire personnelle n’est pas prise en compte. Les caractéristiques individuelles comme le lieu de résidence, la situation professionnelle ou encore le niveau d’études sont connues à un moment fixe et ne peuvent être utilisées que pour constituer des groupes figés dans ces caractères. L’expérience de cette limite imposée par ce type d’analyse impulsera un changement de perspective.

1.3 Un renouveau de l’analyse démographique : l’approche biographique

9Le perfectionnement des méthodes statistiques et mathématiques, la diversification des modes de recueil des données grâce aux enquêtes rétrospectives, les résultats empiriques de ces dernières, les limites analytiques imposées par les hypothèses d’indépendance et d’homogénéité, ont permis et conduit, dans les années 1980, à un « changement de paradigme en démographie » (Courgeau et Lelièvre, 1996).

10Sous l’impulsion en particulier des travaux de D. Courgeau et E. Lelièvre, on assiste à la prise en compte des événements individuels non plus indépendamment les uns des autres mais, au contraire, dans leur interaction. Autrement dit, l’événement démographique n’est plus la seule unité d’analyse. Ce nouveau projet théorique et méthodologique oblige à changer d’optique en considérant tout ou partie de la biographie individuelle comme unité d’analyse et comme processus complexe (Courgeau et Lelièvre, 1988). Un événement biographique doit pouvoir être mis en relation avec les expériences individuelles passées et la situation au moment de sa survenue. Cette nouvelle orientation permet de mieux situer les événements dans leurs temporalités et leur espace propres.

11La perspective biographique relie plus directement le temps et l’individu. L’échelle d’analyse devient microdémographique et construit une vision individualiste des comportements démographiques (Courgeau, 2004). Cette temporalité individuelle est multidimensionnelle au sens où sont pris en compte les différents champs de la biographie (familial, professionnel, résidentiel, relationnel, santé, etc.) ; son observation impose une mesure fine du temps individuel, année par année, et longue, depuis la naissance jusqu’à l’enquête.

  • 18  Nous ne développons pas ici la question du recueil des informations, mais c’est une étape décisive (...)
  • 19  L’interaction renvoie à des événements dont l’un et l’autre peuvent se produire, par exemple se ma (...)

12Pour changer de point du vue, il faut aussi changer les outils, d’où le développement des enquêtes biographiques en France à partir de l’ « Enquête 3B - Biographie familiale, professionnelle et migratoire » réalisée par l’Ined en 1981. L’objectif de ces enquêtes sera alors de « reconstruire l’intégralité des trajectoires individuelles tout en saisissant avec la plus grande précision les particularités de chaque situation » (Courgeau, 2006)18. Ces biographies individuelles doivent permettre désormais d’étudier la survenue au cours du temps de plusieurs événements en interaction ou en concurrence19, tout en prenant en compte de nombreuses caractéristiques individuelles non fixes, c’est-à-dire qui peuvent varier tout au long de la trajectoire de vie. De façon schématique, on peut dire qu’il s’agit de tenir compte des changements des caractéristiques individuelles au cours du temps (l’âge bien sûr, mais également le nombre d’enfants, des migrations éventuelles, les situations au regard de l’emploi…) pour analyser un phénomène donné. La dimension temporelle de l’âge est centrale ; celle des différentes durées (intervalle entre deux événements) également. L’introduction de la dimension temporelle dans l’analyse des biographies suppose la construction de modèles sophistiqués (Courgeau et Lelièvre, 1989). Par exemple, ceux-ci mesurent le risque de connaître un événement donné, une séparation conjugale ou un veuvage, pour toutes les personnes étant en union. Ce risque est estimé année par année en fonction des caractéristiques de chaque individu qui peuvent varier d’une année à l’autre. C’est bien l’ambition de l’analyse biographique que de considérer l’individu d’un point de vue dynamique et aussi, le cas échéant, de tenir compte de l’interaction entre événements au cours du temps. L’approche ainsi construite est probabiliste et rompt avec les présupposés déterministes contenus dans les analyses classiques.

1.4  L’individu et son contexte

  • 20  Pour une description précise de l’ensemble de ces approches transversales, longitudinales, biograp (...)

13L’étape suivante, dans les années 1990, a été la mise en œuvre de l’analyse biographique multi-niveaux ou contextuelle. Il s’agissait de sortir d’un individualisme méthodologique induit par l’approche biographique, qui lui-même avait succédé au holisme méthodologique dominant dans l’analyse transversale comme dans l’analyse longitudinale classiques (Courgeau, 2004)20. Ce perfectionnement supplémentaire de l’analyse biographique permet d’imbriquer plusieurs niveaux d’observation et d’analyse et plusieurs échelles temporelles. Les approches multi-niveaux ou contextuelles prennent en compte le temps, l’individu et son environnement (familial, social, territorial, économique, sanitaire). On ajoute donc ici une dimension contextuelle qui peut aussi avoir sa propre échelle temporelle. Ainsi à l’échelle d’une ville, on peut mettre en relation les différentes phases de construction et de rénovation urbaine avec la mobilité résidentielle des individus (Dureau et alii, 2006). Disposer de données biographiques individuelles et contextualisées suppose en toute rigueur la possibilité de collecter des informations rétrospectives relatives à la fois à la biographie des enquêtés et à chacun des espaces de vie dans lesquels ils ont résidé, et donc pas seulement en rapport avec le contexte local à l’enquête. Par exemple, dans une enquête sur les migrations il s’agit au minimum de requalifier le type de commune dans lesquelles les personnes ont vécu : une localité classée comme urbaine en 2008 a pu être rurale quand l’enquêté y vivait, dans son enfance, quarante ans plus tôt. Les données contextuelles nécessaires à l’analyse des liens entre contextes de vie et comportements individuels peuvent être très nombreuses et exiger des informations variées et précises sur les infrastructures scolaires et de santé, le marché de l’emploi, les conflits politiques, le logement, etc., au cours d’une période relativement longue. Rares sont les protocoles d’enquête qui incluent une observation fine et longitudinale des contextes locaux permettant ainsi de disposer d’une profondeur temporelle historique et contextuelle en lien réel avec les parcours individuels. Une telle démarche a été mise en œuvre dans une enquête réalisée en 2002 au Burkina Faso qui avait pour objectif d’évaluer le rôle éventuel des facteurs contextuels sur la migration, la fécondité, la nuptialité, la scolarisation et l’emploi (Schoumaker et alii, 2006). Pour répondre à ce questionnement, la connaissance des contextes locaux dans lesquels se réalisent les parcours de vie s’impose et conduit à retracer et à articuler les trajectoires individuelles et les dynamiques historiques des espaces territoriaux.

14Ce type d’approche s’applique aussi à l’analyse des trajectoires individuelles au sein d’un réseau, notamment familial. La biographie individuelle est alors reconstituée en relation avec des éléments de trajectoires des individus qui forment l’entourage de l’enquêté tout au long de sa vie. Il s’agit de « suivre, dans une dynamique longitudinale, un groupe dont la trajectoire est façonnée par les parcours interactifs de chacun de ses membres » (Lelièvre et Vivier, 2001). Les parcours individuels, les événements, les étapes et les transitions qui les jalonnent sont mis en relation avec d’autres trajectoires, dont les temporalités peuvent différer, par exemple ceux d’aînés ou de cadets générationnels. Dans ce cas, il s’agit de s’appuyer sur la mise en contexte biographique dans une logique longitudinale pour explorer l’hypothèse de l’influence de l’entourage proche sur les trajectoires individuelles et notamment sur les stratégies sociales et résidentielles.

2. Le temps comme objet d’étude

15Après avoir examiné les avancées successives qui ont contribué à renouveler la conception des dimensions temporelles des trajectoires et des phénomènes démographiques, demandons-nous de quelle manière les démographes se sont intéressés au temps en tant qu’objet d’étude spécifique. Si une telle démarche existe bien, il est certain que la frontière avec d’autres disciplines, la sociologie en particulier, a souvent été est franchie pour la construction d’objets communs. Tel est le cas avec l’articulation des temps sociaux, familiaux et professionnels, lorsqu’il s’agit, par exemple, d’explorer les relations entre fécondité et travail. Les matériaux et les méthodes d’analyse peuvent différer, mais les questionnements sont partagés. Il en est de même pour ce qui à trait à l’agencement des trajectoires biographiques, l’ordonnancement des événements et leurs intervalles, qu’il s’agisse des étapes dans la constitution des familles, des parcours professionnels et migratoires, ou encore de l’imbrication des différents pans de la trajectoire. L’analyse des calendriers, notamment familiaux et professionnels, est un autre axe d’intérêt qui dépasse largement la seule démographie.

16Au-delà de ces réflexions communes à d’autres disciplines sur la question des temps sociaux, la démographie a développé une réflexion propre sur des objets relevant précisément du champ temporel. Cela a donné lieu à des travaux sur l’amélioration de la collecte et de la mesure des données temporelles, ou encore à la constitution d’un corpus conceptuel ou lexical spécifiquement disciplinaire.

2.1 Qu’est-ce qu’une génération en démographie ?

17Le sens donné à la notion de génération, le plus courant avant la Seconde Guerre mondiale, est celui de renouvellement de la population et donc de succession de générations « familiales », de parents à enfants.  Progressivement au cours des années 1950 et 1960, avec l’adoption de l’analyse longitudinale, le terme de génération (ou de cohorte), devient un concept démographique avec un sens bien précis : une génération est un ensemble de personnes nées la même année (ou groupes d’années). Le terme ainsi construit saisit le partage d’une histoire commune par l’ensemble des individus d’une même cohorte, c’est-à-dire le fait d’avoir vécu les mêmes événements aux mêmes âges. Cette notion est intrinsèquement liée à l’approche longitudinale. Grâce aux travaux de N. Ryder, démographe nord-américain, exposés notamment dans un article de la revue Population publié en 1956, « la notion de génération [sort] du langage ordinaire, voire antique (action d’engendrer, succession des générations) pour lui donner un fondement méthodologique clairement identifié » (Rollet et Samuel, 2006). Il s’agit bien d’une conception particulière de l’appartenance à un groupe, appartenance qui, par son inscription dans une temporalité historique spécifique, va donner sens à des comportements sociaux et démographiques eux-mêmes spécifiques.

  • 21  Les auteurs ont procédé a un dépouillement de la revue depuis 1946 et jusqu’en 2001 à partir des t (...)
  • 22  Voir par exemple le concept de « contexte générationnel » dans Bozon, 1993.

18L’étude de l’usage du terme de « génération » à partir du dépouillement de la revue Population montre qu’une même définition sera ensuite massivement adoptée par les démographes (Rollet et Samuel, 2006)21. A partir des années 1970, très peu d’articles s’attachent à une réflexion conceptuelle autour de la notion de génération et, à peu d’exceptions près22, « l’outil génération fonctionne[ra] de façon presque autonome » (Rollet et Samuel, 2006). L’usage de la notion est désormais très codifiée (génération = année de naissance commune) et seuls se différencient les travaux selon leur capacité à incarner la génération par une contextualisation historique de la structure sociale.

19Soulignons néanmoins qu’au cours de cette période, quelques articles de la revue mobilisent un sens plus ancien de la notion de génération - ils l’emploient au sens de génération familiale et généalogique - mais cet usage ancien est réservé à des travaux consacrés aux relations intergénérationnelles.

  • 23  On peut notamment se référer aux textes suivants : Godard, 1991, Terrail, 1995, Baudelot et Establ (...)

20Remarquons enfin que le concept de génération a, au bout du compte, connu peu de débats théoriques chez les démographes, à la différence des sociologues23. On décèle en démographie une approche très unifiée de ce concept, souvent dans une optique instrumentale, adoptée une fois pour toute au point d’affirmer que « la génération est un cadre naturel d’analyse et de prévision pour les démographes » (Keyfitz, 1995, p.1642).

2.2 Mesurer l’âge et le temps

  • 24  Trois définitions traditionnelles de l’âge sont retenues : l’âge exact, l’âge en années révolues e (...)
  • 25  Voir par exemple : Chaire Quetelet, 1976. Beaucoup de travaux ont également été consacrés à l’élab (...)

21L’âge est l’une des variables descriptives centrale de l’analyse démographique mais également un objet d’étude. Dans un premier temps, l’âge, entendu comme l’intervalle qui sépare la naissance d’un moment t, a été construit de façon très rigoureuse pour assurer la précision de la mesure24. Dans la pratique, le recueil de l’âge, et plus généralement de tout événement daté, s’est révélé particulièrement complexe lors d’enquêtes menées auprès de populations peu familières avec l’état civil et peu scolarisées, situation fréquente jusqu’aux années 1970 dans les pays en développement. De ce fait, la question de la représentation culturelle du temps et des âges a fait l’objet de réflexions spécifiques. Il s’agissait d’améliorer le repérage et le recueil de l’âge, variable indispensable pour toute mesure démographique. L’enquête rétrospective, déjà largement en usage dans les années 1970 parce que plus légère à organiser que l’observation suivie d’une population, butait sur ces problèmes de datation. Les événements démographiques étaient collectés de façon rétrospective (histoire génésique exhaustive le plus souvent) avec de fréquentes erreurs d’omission et de datations. Au cours de cette période, manuels et articles ont traité de ces problèmes et apporté des solutions pratiques25 en élaborant par exemple des calendriers historiques (ou agricoles, saisonniers…) permettant de situer les événements individuels et familiaux par rapport aux événements collectifs mieux fixés dans le temps (une guerre, la construction d’une école, une épidémie, une élection politique…). Un autre outil, la grille biographique, appelée en son temps « fiche ageven » pour « âge à l’événement », a été également conçue pour améliorer le recueil de l’information, en particulier par des démographes travaillant en Afrique (Ferry, 1977 ; Antoine et alii., 1987). La fiche ageven se présentait sous forme d’un grand tableau avec en ligne un calendrier annuel (année civile) et individuel (âge) et en colonne les événements démographiques, matrimoniaux, résidentiels. Cette grille permettait d’améliorer l’effort de mémorisation demandé aux enquêtes et la cohérence des données recueillies.

22  Ces préoccupations méthodologiques ne visaient pas une prise en compte d’un temps « indigène », à la manière des anthropologues, mais à améliorer la qualité des données recueillies de façon à les faire coïncider au mieux aux exigences de l’analyse démographique, par exemple pour le calcul d’indices de fécondité ou de mortalité. Les événements et leur datation devaient nécessairement se caler sur les critères de mesure du tempsoccidental (calendrier solaire, âge biologique), aussi, la réflexion sur le temps individuel et biographique a t-elle été développée à des fins principalement méthodologiques à ce moment-là.

  • 26  Pour une présentation d’exemples d’enquêtes biographiques réalisées dans les années 1980 et 1990 s (...)
  • 27  On peut trouver un certain nombre d’exemples dans GRAB, 1999.

23Avec la mise en œuvre d’enquêtes rétrospectives, et plus particulièrement pour celles disposant de grilles biographiques, la question des unités et des échelles temporelles a fini par être posée. Une réflexion nécessaire s’est engagée sur les moyens de recueillir des informations précises et exhaustives. Mesurer un temps écoulé depuis un événement origine - traduit en âge, durée ou ancienneté - exige d’identifier la référence temporelle la plus appropriée à l’observation, tout en étant pertinente pour mesurer et analyser un phénomène donné. L’enregistrement biographique se réalise dans la plupart des cas sur l’unité de temps la plus fine possible, généralement l’année, voire le semestre26. Il a pourtant fallu admettre que la temporalité jugée utile pour le chercheur n’est pas nécessairement celle de l’enquêté, et qu’il n’existe pas une seule temporalité pour toutes les séquences biographiques ou tous les champs biographiques. Conscients de cette imposition temporelle, les concepteurs d’enquêtes ont adapté les questionnaires et protocoles de collecte27 sans pour autant pouvoir toujours apporter de réponse complètement satisfaisante à ces questions. L’une des formules pour améliorer la qualité des informations recueillies a été d’établir des grilles biographiques pouvant être remplies indifféremment à partir de n’importe quelle dimension biographique (familiale, professionnelle, résidentielle etc.). En considérant que les événements les mieux datés, par exemple les naissances, peuvent être les jalons chronologiques pour situer dans le temps les autres événements, chaque enquêté peut reconstituer « à sa façon » sa biographie, tout en restant dans le cadre de l’enquête démographique, à savoir avec un degré minimal de précision temporelle.

  • 28  Ce type de questions figure dans l’enquête « Biographie et Entourage » (Ined, 2001) et dans l’enqu (...)

24La question de la prise en compte d’une temporalité subjective, révélée par ces méthodes mais surtout par les enquêtes menées par entretien, a alors émergé comme complément pertinent de  l’objectivation des trajectoires individuelles. Jusque-là, le questionnaire composé de questions fermées, cas le plus fréquent dans les enquêtes démographiques, ne laissait délibérément aucune place à un travail réflexif de l’enquêté vis-à-vis de sa propre histoire. La grille biographique, quelle que soit la méthode utilisée pour son remplissage, contraint l’enquêté à fixer dans un temps précis une série d’événements ou de situations. Ceux-ci ne sont pas hiérarchisés, tous sont mis au même plan. Pourtant tous n’ont pas la même signification ni la même importance dans le déroulement biographique. L’introduction de questions plus libres sur la perception a posteriori de la trajectoire personnelle pallie en partie cette faiblesse. Cette démarche offre la possibilité d’exprimer des expériences subjectives, et l’individu peut se réapproprier en partie le découpage temporel imposé par le questionnaire en donnant une lecture non standardisée de son histoire. Par exemple, demander à l’enquêté ce qui a personnellement compté dans son histoire personnelle, quelle que soit la nature de l’événement (personnel, familial, politique, etc.)28 permet, d’une part, d’identifier des repères temporels significatifs du point de vue de l’individu et, d’autre part, de les mettre en relation avec les autres événements ou épisodes biographiques (ou contextuels). Autre exemple, celui du découpage de la trajectoire personnelle non pas au rythme des événements objectifs identifiés, mais de façon libre et indéterminée a priori. Pour y parvenir, on demande à l’enquêté de périodiser les différents moments de son existence et de les qualifier en périodes « bonnes » ou « mauvaises ». Libre à lui de choisir des intervalles de temps très variables et d’interpréter sa trajectoire indépendamment de la structure temporelle qui organise le recueil des données factuelles.

25En démographie, la réflexion sur les temporalités s’articule dans un va et vient entre problématisation du temps et mise en œuvre d’outils opérationnels pour sa mesure. Des progrès incontestables ont été réalisés, mais à chaque avancée de nouvelles questions se posent, comme par exemple l’articulation entre l’événement instantané et le processus. On discerne parfois difficilement ce qui, dans un processus de vie, provoque un événement, ou, inversement comment l’événement réoriente le processus ordinaire.

2.3 Le temps entre événement et processus

26Avec le perfectionnement des outils de collecte et d’analyse, un travail s’impose sur le sens donné à la multitude des informations recueillies, notamment les données temporelles. On peut s’interroger en particulier sur la temporalité des événements saisis de façon instantanée (une date précise pour chaque événement). Est-ce compatible avec l’idée que la biographie doit être considérée comme un processus complexe ? Bâtir l’analyse à partir d’événements aisément repérables et considérer qu’ils révèlent un changement d’état, une transition d’une situation à l’autre, n’est-ce pas leur attribuer une importance démesurée ? L’événement (naissance, union, maladie, migration) n’est en réalité qu’un épisode qui a surtout l’avantage d’être visible, datable, repérable mais qui doit être replacé dans un processus temporel plus long, au risque sinon d’ignorer les conditions qui ont rendu son apparition possible.

  • 29  Néanmoins la plupart des contributions de l’ouvrage dépassent le simple constat de l’inadéquation (...)

27Aussi, de nouveaux enjeux théoriques et méthodologiques sur les aspects temporels des parcours de vie sont-ils actuellement l’objet d’une réflexion approfondie. Le signe de l’actualité de cet investissement est donné par la publication d’un ouvrage issu du Groupe de réflexion sur l’analyse biographique (Antoine et Lelièvre, 2006) sur un aspect encore peu traité, celui des périodes, des transitions, des états sans marqueurs visibles ou directement identifiables, et donc difficiles à appréhender et mesurer. Les auteurs de l’étude en donnent de multiples exemples. Arrêtons-nous sur l’un d’entre eux, celui de la naissance. L’événement marqueur du passage de l’état de non-parent à parent, c’est la naissance du premier enfant. Pourtant, ce passage, loin d’être instantané, est un processus qui englobe toute la période de la grossesse jusqu’au jour de la naissance de l’enfant. Mais comment délimiter le seuil d’entrée dans cette période ? Allons plus loin. Cette grossesse est elle-même dans bien des cas la résultante d’une décision, d’un choix et plus en amont encore d’un projet parental. Ce passage entre deux états peut donc être soit réduit à son expression la plus apparente, la naissance de l’enfant, soit être conçu comme un processus temporel long et complexe, jalonné de plusieurs étapes - projet, décision, conception, naissance - et « d’états intermédiaires qui constituent un véritable seuil de transition du projet parental à sa réalisation » (Antoine et Lelièvre, 2006, p.26). Ces intermédiaires temporels que les auteurs nomment « temps flou » ou « états flous » méritent d’être saisis et prise en compte dans l’analyse. Même si la réflexion n’aboutit pas toujours à des solutions pratiques de mise en œuvre29, limite inhérente au délai entre conceptualisation et mise en place d’outils opérationnels, elle a le mérite de poser la question de la pertinence des temporalités habituellement mobilisées et de la construction souvent trop standardisé des temporalités et des événements dans les enquêtes statistiques.

Conclusion

28Outils, perspectives d’analyse, objets d’études, la démographie se fonde et s’appuie sur la dimension temporelle des phénomènes qu’elle étudie. Loin d’être établis une fois pour toute, l’appréhension et les usages du temps en démographie sont questionnés et un renouveau méthodologique et épistémologique s’est imposé avec l’analyse biographique et muti-niveaux. À la réserve près que l’appropriation technique de ces méthodes n’est pas encore pleinement partagée. Chaque avancée n’a pas supplanté les concepts et outils préexistants, au contraire, c’est à un processus cumulatif que nous assistons. Approches transversale, longitudinale, biographique et multi-niveaux coexistent aujourd’hui. Mais chaque avancée permet de mettre en évidence les limites des acquis antérieurs, comme dans tout progrès scientifique. La question du temps est donc aujourd’hui perçue comme beaucoup plus complexe qu’elle ne l’était naguère. Certes l’approche longitudinale, puis biographique, ont permis de prendre sérieusement en compte le temps, qui reste au principe de la mesure des faits démographiques, mais elles ont aussi eu pour résultat de révéler toutes les difficultés liées à son appréhension et à son interprétation.  

Haut de page

Bibliographie

Antoine P., Bry X., Diouf P. D., 1987. « La fiche « Ageven » : outil pour la collecte des données rétrospectives », Techniques d’enquête, 13 (2), p.173-181.

Antoine P., Lelièvre E., 2006. États flous et trajectoires complexes. Observation, modélisation, interprétation, coll. Méthodes et savoirs, Paris, Ined/Ceped.

Beaudelot C., Establet R., 2000. Avoir 30 ans en 1968 et en 1998, Paris, Seuil.

Bozon M., 1993. « L’entrée en sexualité adulte : le premier rapport et ses suites. Du calendrier aux attitudes », Population, 5, p.1317-1352.

Caselli G., Vallin J., 2001. « Du repérage des événements dans le temps au diagramme de Lexis et au calcul des taux », in Caselli G., Vallin J., Wunsch G., Démographie : analyse et synthèse. Vol. I. Dynamique des populations, Paris, Ined, p.91-112.

Chaire Quetelet 1976 (1977). L’observation démographique dans les pays à statistiques déficientes, Liège, Ordina Éditions.

Chasteland J.-C., Pressat R., 1962. « La nuptialité des générations françaises depuis un siècle », Population, n°2, p.215-240.

Courgeau D., 2002. « Évolution ou révolutions dans la pensée démographique ? », Mathématiques et sciences humaines, n°160, p.49-73.

Courgeau D., 2004. Du groupe à l’individu. Synthèse multiniveau, Paris, Ined.

Courgeau D., 2006. « Préface », in Antoine Ph., Lelièvre E., 2006. États flous et trajectoires complexes. Observation, modélisation, interprétation, coll. Méthodes et savoirs, Paris, Ined/Ceped.

Courgeau D., Lelièvre E., 1988. Analyse démographique des biographies, Paris, Ined.

Courgeau D., Lelièvre E., 1996. « Changement de paradigme en démographie », Population, n°3, p.645-654.

Dupâquier J., Dupâquier M., 1985. Histoire de la démographie, coll. Pour l’histoire, Paris, Perrin.

Dureau F., Beauchemin C., Coubès M.-L., Delaunay D., 2006. « Les mobilités spatiales dans des contextes en évolution : analyse croisée des deux dynamiques », in Antoine Ph., Lelièvre E., 2006. États flous et trajectoires complexes. Observation, modélisation, interprétation, coll. Méthodes et savoirs, Paris, Ined/Ceped, p.157-194.

Économie et Statistique, 2006. « Histoire de vie » (numéro spécial), n° 393-394.

G.R.A.B. - Groupe de réflexion sur l’approche biographique, 1999. Biographies d’enquêtes. Bilan de 14 collectes biographiques, coll. Méthodes et savoirs, n° 3, Paris, Ined.

Ferry B., 1977. « Le fichier événement. Une nouvelle méthode d’observation rétrospective », in Chaire Quetelet 1976, 1977. L’observation démographique dans les pays à statistiques déficientes, Liège, Ordina Éditions, p.137-150.

Godard F., 1991. « Sur quelques voies ouvertes par une sociologie des générations », Annales de Vaucresson, n° 30-31, p.9-24.

Halbwachs M., Sauvy A., 2005. Le point de vue du nombre. 1936, Paris, Ined.

Henry L., 1959. « D’un problème fondamental d’analyse démographique », Population, 13 (1), p.9-32.

Henry L., 1966. « Analyse et mesure des phénomènes démographiques par cohorte », Population, 20 (3), p.465-482.

Keyfitz N., 1995. « Le remplacement des générations dans une période de transition », Population, n°6, p.1639-1657.

Lelièvre E., Vivier G., 2001. « Évaluation d’une collecte à la croisée du quantitatif et du qualitatif. L’enquête Biographie et entourage », Population, 56 (6), p.1043-1074.

Pressat R., 1961. L'analyse démographique : méthodes, résultats, applications, Paris, PUF/INED.

Pressat R., 1979. Dictionnaire de démographie, Paris, PUF.

Pressat R., 1981. « L’analyse par cohorte : origine et champ d’application », Population, 20 (3), p.634-640.

Ryder N., 1956. « La mesure des variations de la fécondité au cours du temps », Population, n°1, p.29-49.

Ryder N., 1965. « The cohort as a concept in study of social change », American sociological review, n°4, p.843-861.

Schoumaker B., Dabire H. B., Gnoumou-Thiombiano B., 2006. « Collecter des biographies contextuelles pour étudier les déterminants des comportements démographiques. L’expérience d’une enquête au Burkina Faso », Population, n°1-2, p.77-106.

Rollet C., Samuel O., 2006. « Naissance et usage de la notion de « génération » en démographie : le cas de la revue Population », Bulletin du Laboratoire Printemps, n° 2.

Terrail J.-P., 1995. La dynamique des générations, Paris, L’Harmattan.

Ville I., Guérin-Pace F., 2005. « Interroger les identités : l’élaboration d’une enquête en France », Population, 60 (3), p.277-306.

Vandeschrick Christophe, sd. « Diagrammes de Lexis et cohortes : la taille ou le poids en remplacement du temps », http://www.sped.ucl.ac.be/DT/dt18.pdf, p. 5, (consulté le 25 mars 2008).

Vilquin E., 2006a. « Histoire de la pensée démographique jusqu’en 1940 », in Caselli G., Vallin J., Wunsch G., 2006. Démographie : analyse et synthèse. Vol. VII. Histoire des idées et politiques de population, Paris, Ined, p.11-53.

Vilquin E., 2006b. « Les origines de la science démographique », in Caselli G., Vallin J., Wunsch G., 2006. Démographie : analyse et synthèse. Vol. VIII. Observation. Méthodes auxiliaires. Enseignement. Recherche, Paris, Ined, p.507-526.

Wilmoth J. R., 2001. « Les modèles âge-période-cohorte en démographie », in Caselli G., Vallin J., Wunsch G., 2001. Démographie : analyse et synthèse. I. Dynamique des populations, Paris, Ined, p.379-397.

Wilmoth J. R., Vallin J., Caselli G., 1989. « Quand certaines générations ont une mortalité différente de celle que l’on pourrait attendre », Population, 44 (2), p.335-376.

Wunsch G., L’observation démographique longitudinale, in Caselli G., Vallin J., Wunsch G., 2001. Démographie : analyse et synthèse. I. Dynamique des populations, Paris, Ined, p.149-163.

Haut de page

Notes

1  Le modèle de la transition démographique constitue le cadre descriptif de l’évolution des populations. Il représente le passage d’un régime démographique traditionnel où la natalité et la mortalité sont élevées et s’équilibrent à peu près, à un régime moderne où la natalité et la mortalité sont faibles et s’équilibrent à nouveau. La phase transitionnelle est marquée par une baisse durable de la mortalité, suivie, plus ou moins rapidement par une baisse durable de la natalité.

2  Pour l’histoire de la discipline, voir notamment Dupâquier, 1985, Vilquin 2006a et 2006b.

3  Soulignons néanmoins que ce n’est pas toujours le cas, par exemple la fécondité est mesurée selon l’ancienneté du mariage, et on distingue la fécondité légitime de la fécondité hors mariage.

4  On peut en trouver de très nombreux exemples dans Halbwachs et Sauvy, 2005.

5  Une cohorte fictive est un groupe fictif d’individus qui connaîtrait, à tous les âges de la vie, une succession de risques (par exemple celui d’avoir un enfant, de se marier ou de décéder), dont chacun a été observé dans une génération particulière à une période donnée.  

6  En 1961, le manuel de démographie de R. Pressat proposera une version améliorée du diagramme de Lexis, son usage va alors se développer chez les démographes français (Caselli et Vallin, 2001).

7  Source : Vandeschrick Christophe, date. « Diagrammes de Lexis et cohortes : la taille ou le poids en remplacement du temps », consulté le 25 mars 2008 sur http://www.sped.ucl.ac.be/DT/dt18.pdf, p. 5.

8  Notamment Ryder, 1956 et Ryder, 1965.

9  Voir par exemple Henry, 1959, Henry, 1966, Pressat, 1961, Chasteland et Pressat, 1962.

10  Voir par exemple Pressat, 1981.

11  Pour une présentation complète voir Wunsch, 2001.

12  S’il s’agit d’une même année de naissance, le groupe sera désigné par le terme de génération, pour les autres cas on parlera de cohorte.

13  Un phénomène perturbateur est celui « dont les manifestations contrarient celles d’un autre phénomène, objet principal d’étude » (Pressat, 1979). Par exemple, la migration perturbe la manifestation de la mortalité en empêchant l’observation de certains décès du fait de l’émigration.

14  Rappelons toutefois que dans son article de 1959, L. Henry souligne que d’un point de vue théorique ces hypothèses ne sont pas vérifiées, et qu’il reste à tester si elles sont néanmoins acceptables à l’usage.

15  Le calendrier correspond à la distribution selon l’âge (ou l’ancienneté) d’un phénomène, l’intensité correspond à sa fréquence.

16  Pour une présentation détaillée voir Wilmoth, 2001.

17  En réalité, même dans l’analyse longitudinale, les cohortes sont partiellement artificielles puisque « leur histoire réelle est remplacée par une histoire fictive, celle de la même cohorte en l’absence d’événements perturbateurs » (Henry, 1959, p.11).

18  Nous ne développons pas ici la question du recueil des informations, mais c’est une étape décisive pour mener à bien ce changement d’orientation théorique. Un travail important a été mené par les démographes pour rendre le plus efficace et le fiable possible l’enregistrement des données temporelles (déclaration des événements en fonction les uns des autres, des dates, de l’âge, de façon à repérer les dépendances).

19  L’interaction renvoie à des événements dont l’un et l’autre peuvent se produire, par exemple se marier et migrer ; la concurrence renvoie à des événements dont l’un ou l’autre peut se produire, par exemple pour un célibataire, se marier ou se pacser.

20  Pour une description précise de l’ensemble de ces approches transversales, longitudinales, biographiques et multi-niveaux, de leurs apports et limites, voir Courgeau, 2002.

21  Les auteurs ont procédé a un dépouillement de la revue depuis 1946 et jusqu’en 2001 à partir des titres et mots-clés des articles comportant les termes génération, cohorte, promotion. Cette publication est un bon support pour étudier les débats, objets d’études, orientations méthodologiques de la communauté des démographes français au cours de ces cinquante dernières années.

22  Voir par exemple le concept de « contexte générationnel » dans Bozon, 1993.

23  On peut notamment se référer aux textes suivants : Godard, 1991, Terrail, 1995, Baudelot et Establet, 2000.

24  Trois définitions traditionnelles de l’âge sont retenues : l’âge exact, l’âge en années révolues et l’âge atteint dans l’année. Leur utilisation respective dépend des données collectées, des outils mobilisés et des indices calculés.

25  Voir par exemple : Chaire Quetelet, 1976. Beaucoup de travaux ont également été consacrés à l’élaboration d’instruments et de modèles permettant d’analyser les données incomplètes et défectueuses une fois recueillies, donc en aval de la collecte d’information.

26  Pour une présentation d’exemples d’enquêtes biographiques réalisées dans les années 1980 et 1990 sur tous les continents, voir GRAB, 1999.

27  On peut trouver un certain nombre d’exemples dans GRAB, 1999.

28  Ce type de questions figure dans l’enquête « Biographie et Entourage » (Ined, 2001) et dans l’enquête « Histoire de vie – Construction des identités » (Ined, 2003).

29  Néanmoins la plupart des contributions de l’ouvrage dépassent le simple constat de l’inadéquation des catégories d’observation ou du traitement du temps pour proposer des outils (notamment pour le recueil de l’information) et des méthodes d’analyse permettant de prendre en compte la temporalité des trajectoires.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Diagramme de Lexis – Analyses transversale et longitudinale7
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Samuel, « Les démographes et le temps », Temporalités [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/113 ; DOI : 10.4000/temporalites.113

Haut de page

Auteur

Olivia Samuel

Laboratoire «Professions-Institutions-Temporalités» (Printemps) — Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page