Navigation – Plan du site
Lire

Paul Jorion, Vers la crise du capitalisme américain

La Découverte, 2007
Claude Dubar
Référence(s) :

Paul Jorion, Vers la crise du capitalisme américain, La Découverte, 2007

Texte intégral

1Paul Jorion est un anthropologue qui s’est donné comme objet de recherche le capitalisme financier américain et sa crise. Le fait n’est pas courant : passer au cours de sa carrière de chercheur de l’étude des paludiers français et de l’apprentissage de leur métier (cf. Delbos et Jorion, La transmission des savoirs, Ed. de la MSH, 1984) à l’analyse du système financier américain suppose à la fois une grande curiosité intellectuelle et une grande flexibilité mentale. L’ouvrage dont il est ici question, paru un peu plus d’un an avant la crise déclenchée en septembre-octobre 2008 témoigne de ces qualités en plus d’une autre, plutôt rare, la capacité à rendre compréhensible des processus complexes souvent présentés de manière obscure.

2Je m’attacherai plus particulièrement à ce qui constitue un des pôles essentiels des analyses de Jorion : le système de croyances ayant régi le capitalisme financier américain (depuis l’ère Reagan) et son lien avec les temporalités régissant cette activité, celle du marché et celle du rêve américain. Jorion distingue en effet deux croyances de base de ce système dont les deux piliers sont la Bourse et l’immobilier : d’une part, la croyance dans le « marché efficace » c'est-à-dire dans le fait que les recettes financières dépendent d’une valeur objective des actions et donc que le temps du marché boursier reflète le temps de l’économie « réelle » ; d’autre part, la croyance générale à la hausse qui fait que, pour un ensemble d’acheteurs possibles « les prix de l’immobilier sont en hausse constante » et donc qu’ils ne peuvent que s’enrichir en achetant quand les prix sont bas et en vendant, ensuite, quand ils sont hauts. Cette croyance est indissociable du rêve américain de l’enrichissement possible, dans l’avenir, tout en vivant, dans le présent, au-dessus de ses moyens. Beaucoup d’Américains, durant cette période, ont cru qu’un « coup » en Bourse ou l’accès à la propriété dans l’immobilier leur étaient possible.

3C’est en quelque sorte l’union de ces deux croyances et le choc de ces deux temporalités qui a précipité la crise du capitalisme financier aux États-Unis, entraînant ceux des autres pays dans sa chute. Le surendettement des ménages, la titrisation des prêts hypothécaires jointe à l’invention de nouveaux produits financiers (les subprimes), facilitant l’accès au crédit, y compris de ceux qui n’étaient pas solvables, ont fini par inverser les rapports entre le long terme et le court terme : dès lors que le nombre d’acheteurs s’est mis à diminuer, la courbe des taux d’intérêts s’est aplatie, les banques ont vu leurs marges s’effondrer parfois jusqu’à la faillite. En investissant toujours plus dans l’immobilier (par suite de la croyance générale à la hausse, avatar du rêve américain), les Américains ont ainsi provoqué une flambée boursière auto alimentée (par suite de la croyance au marché efficace), une bulle gigantesque qui a fini par exploser et précipiter le krach boursier et l’effondrement du marché immobilier.

4Parallèlement, la dette publique et le déficit de la balance commerciale sont devenus colossaux aux États-Unis : la Chine et d’autres pays asiatiques (Japon, Corée du Sud, Taïwan.) se sont mis à acheter des bons du Trésor américain amplifiant la chute du dollar et la désindustrialisation américaine. Comme l’écrit Jorion : « il y a une corrélation significative entre l’évolution de la dette américaine liée aux prêts hypothécaires et l’aggravation du déficit américain de la balance des paiements ». C’est ce déficit colossal (60 % du PNB américain en 2006) qui a contribué à exporter la crise du système financier américain et par mondialiser la crise. C’est le recours massif aux États pour sauver les banques de la faillite et tenter de freiner l’effondrement boursier qui a fini par provoquer l’affaiblissement (sinon l’effondrement ?) des deux croyances de base au principe du système financier américain : la croyance en l’efficacité inconditionnelle du marché boursier (court terme) et la croyance générale à la hausse de l’immobilier (long terme).

5L’ouvrage comporte bien d’autres analyses que je me contenterai d’évoquer : le rôle des inégalités dans ce processus (10 % des plus riches possèdent 70 % des richesses aux États-Unis et 50 % des plus pauvres, 2,6 %). En effet, le maintien dans le temps de ce système financier suppose qu’il y ait toujours assez de « croyants » qui achètent des logements à crédit et des actions en Bourses (ce qui exclut la moitié des ménages américains trop pauvres). Lorsqu’il n’y a plus assez d’acheteurs et que la pente de la courbe des taux d’intérêts n’est plus croissante, les vendeurs ne trouvent plus d’acheteurs, le crédit se raréfie et le marché immobilier s’effondre. C’est ce qui a provoqué l’expulsion de plusieurs millions de ménages américains insolvables et la faillite de plusieurs établissements financiers. Les croyances précédentes ne sont pas socialement neutres : elles concernent spécialement les membres des couches moyennes ou les nouveaux migrants rêvant de sortir de la zone de pauvreté pour devenir riches. L’élection de Barak Obama montre que ce rêve américain est loin d’être anéanti.

6L’ouvrage contient aussi une véritable théorie des relations entre les conduites individuelles et les structures sociales autour de la notion de « prise de conscience » que l’auteur trouve aussi bien chez Marx que chez Nietzsche et Freud. Il l’expose à partir de la formulation de Rodney Needham dans Structures and sentiment (Londres, Tavistock, 1961). Il aurait pu aussi mobiliser le théorème de Thomas reformulé par Merton : « quand les hommes considèrent certaines situations comme réelles, elles sont réelles dans leurs conséquences ». Jorion parle de « cercle causal » pour désigner le fait que des croyances suscitent des conduites individuelles qui génèrent des structures collectives contraignant les conduites. Jorion le formule ainsi : « quand l’accumulation de tentatives individuelles infructueuses débouche, grâce à une prise de conscience, sur une solution structurée, celle-ci devient une règle qui s’impose aux conduites individuelles ». Ainsi le collectif coordonné devient du social intériorisé. Mais il y faut 1/le temps des expériences (malheureuses) 2/celui de la prise de conscience (collective) et 3/celui de la régulation collective. Ainsi, le temps des sentiments (individuels) d’ordre microsocial s’articule avec le temps des structures (macrosociales) via celui, décisif et intermédiaire, de la prise de conscience. Il s’agit d’un cercle qui articule trois niveaux d’analyse et trois temporalités : celle du court terme des sentiments et des décisions individuelles, celle du long terme des structures et des régulations sociales et celle du moyen terme et des prises de conscience de collectifs innovateurs et réflexifs. Souhaitons que ce dernier processus « méso » soit bien en marche dans les tentatives récentes de juguler la crise du capitalisme financier mondial en l’encadrant par des régulations sociales fondées sur des croyances plus réalistes (de type keynésien ou non) et plus durables que celles qui régissaient l’ancien système…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar, « Paul Jorion, Vers la crise du capitalisme américain », Temporalités [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1159

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Laboratoire Printemps – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 Bd Vauban, 78280 Guyancourt. claude.dubar@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page