Navigation – Plan du site

De l’immigré à l’émigré ?

L’entretien biographique en contexte(s) migratoire(s)
From immigrant to emigrant ? Biographical interviews in migratory context(s)
Piero-D. Galloro, Tamara Pascutto et Alexia Serré

Résumés

Si aucun domaine de recherche n’échappe a priori à l’impératif de contextualisation des parcours de vie étudiés, cette question revêt en sociologie des migrations un caractère exemplaire. Est-il possible d’apprécier pleinement un parcours de migration à partir d’une enquête de terrain menée dans un unique espace, selon le principe du hic et nunc ? Parce qu’il y va de leur objet d’étude lui-même, les études migratoires sont confrontées à l’ancrage territorial (de facto pluriel) des trajectoires individuelles qu’elles s’emploient à restituer et aux temporalités dans lesquelles elles s’inscrivent. Leur mise en récit, qui ne peut être réalisée simultanément ici et là-bas, situe d’emblée enquêteur et enquêté dans un contexte de production du discours dont les effets méritent d’être interrogés. Ce questionnement soulève directement celui de l’influence du contexte – défini ici par le territoire dans lequel se déroule l’enquête, mais également par les temporalités dans lesquelles s’inscrivent chercheurs et témoins – sur la mise en récit des parcours de vie.

Cet article s’inscrit dans une démarche qui consiste à appréhender la relation enquêteur/enquêté à partir du dispositif d’enquête qui l’encadre, et des processus de subjectivation qui en émanent, afin de mieux considérer les contextes d’énonciation des biographies et leurs effets sur les contextualisations des parcours de vie.

Haut de page

Texte intégral

1Si aucun domaine de recherche n’échappe a priori à l’impératif de contextualisation des parcours de vie étudiés, cette question revêt, en sociologie des migrations, un caractère exemplaire. Est-il possible d’apprécier pleinement un parcours de migration à partir d’une enquête de terrain menée dans un unique espace, selon le principe du hic et nunc ? Parce qu’il y va de leur objet d’étude lui-même, les études migratoires sont confrontées à l’ancrage territorial (de facto pluriel) des trajectoires individuelles qu’elles s’emploient à restituer et aux temporalités dans lesquelles elles s’inscrivent. Leur mise en récit, qui ne peut être réalisée simultanément ici et là-bas, situe d’emblée enquêteur et enquêté dans un contexte de production du discours dont les effets méritent d’être interrogés. Ce questionnement soulève directement celui de l’influence du contexte – défini ici par le territoire dans lequel se déroule l’enquête, mais également par les temporalités dans lesquelles s’inscrivent chercheurs et témoins – sur la mise en récit de parcours de vie, eux-mêmes objets de contextualisations variables et historicisées.

2Notre expérience de plusieurs recherches de terrain consacrées aux populations migrantes1 nous a fait prendre conscience de l’importance d’intégrer à nos préoccupations des éléments relatifs aux espaces d’origine et d’accueil en considérant l’inscription pluri-territoriale des parcours des individus. Soucieux de considérer avec autant d’attention les contextes sociétaux propres aux territoires d’émigration et d’immigration, nous avions intégré dans nos outils de recueil de données des questions relatives aux pays de départ des migrants, mais sans pour autant estimer indispensable l’organisation de missions sur place. L’analyse produite ne fut, de ce point de vue, que partiellement satisfaisante, car ces dimensions restaient sur de nombreux aspects abstraites. Compte tenu de ces constats, la recherche intitulée Les mineurs de charbon maghrébins du Bassin Houiller de LorraineBHL (dont nous utilisons le matériau ici), a pris le soin de prévoir des phases d’enquête de chaque côté de la Méditerranée : nous avons interviewé d’anciens mineurs marocains et algériens en Lorraine, d’autres dans les villages d’origine, au Maroc et en Algérie.

3En l'absence de données sur le sujet, l'enquête avait pour but de recueillir et d'analyser les parcours de vie de ces travailleurs dans une perspective sociohistorique, en tenant compte non seulement des éléments objectifs jalonnant les trajectoires (temporalité des migrations, type de recrutement, état civil, etc.), mais aussi des perceptions des enquêtés sur leur vécu. Au total, 38 mineurs ont été interrogés en entretiens semi-directifs. Nous pouvons distinguer trois types de trajectoires migratoires : les anciens mineurs résident de façon permanente en France tout en effectuant des séjours ponctuels dans le pays d'origine ; ceux qui alternent des séjours réguliers de part et d'autre de la Méditerranée ;  ceux enfin qui, après un séjour plus ou moins long en France2, sont retournés vivre dans leur pays d'origine3.

4Les enquêtes dans les pays d'origine avaient pour but d'appréhender des trajectoires individuelles différentes de celles recueillies en France. En revanche, nous n'avions pas prévu que ces changements de contextes géographiques, et plus généralement spatiaux, créeraient un autre rapport enquêteur/enquêté et soulèveraient des questionnements inattendus, nous imposant à terme de réétudier l’intégralité des entretiens précédemment réalisés en France.

5En effet, la reconstruction d’un parcours biographique ne peut aucunement être confondue avec la trajectoire objective de celui qui, répondant à la sollicitation du chercheur, se raconte. En ce sens, le moment de l’énonciation est bien celui de la genèse du parcours de vie constitué en objet d’analyse. Cet article s'inscrit dans une démarche qui consiste à appréhender la relation enquêteur/enquêté à partir du dispositif d’enquête dans lequel elle s'inscrit. Cette approche vise à mieux considérer les contextes d’énonciation des biographies afin de ne pas ignorer leurs effets sur la manière dont seront, au final, exploités les parcours de vie recueillis.

6Comme nous le verrons dans notre première partie, le rôle de l'enquêteur ne peut être négligé, puisque ce dernier est un acteur essentiel du dispositif de recueil de données. Mais au-delà de ce constat, il s'agit d'observer l'ensemble des paramètres qui agissent sur l'énonciation du parcours biographique : notre seconde partie propose de partir du dispositif d'enquête (observé dans sa globalité, donc tenant compte du contexte dans lequel il s’insère) afin de ne pas circonscrire le regard à la seule relation enquêteur/enquêté. Comme notre troisième partie le développera, c'est à travers cette posture que les effets de contexte s'apprécient pleinement : dans le cadre de cette recherche, les trajectoires étudiées se sont déroulées dans deux espaces qui méritaient tous deux d'être investis comme terrains d'enquête.

1. Des sociologues et des migrants

1.1. Problématiser les migrations : quel héritage ?

7Les chercheurs investis dans le domaine des études migratoires peuvent aujourd’hui compter sur nombre de productions scientifiques antérieures, représentant autant de connaissances théoriques et empiriques potentiellement mobilisables afin d’orienter et/ou d’alimenter leurs propres travaux. Pourtant, il convient de rappeler que, pour ce qui est du contexte français, la question de l’immigration ne s’est que tardivement imposée comme problématique sociologique à part entière (Réa, Tripier, 2003 ; Tripier, 2004). Alors qu’aux États-Unis, les travaux de l’école de Chicago ont, dès le début du XXe siècle, placé les migrants au centre des préoccupations de la discipline, en France, l’exploration des questions liées à l’immigration est longtemps restée partielle. Dans l’hexagone, les études se sont d’abord essentiellement limitées à des approches démographiques ou n’apparaissaient que comme une sous-thématique des recherches sociologiques consacrées au monde du travail. Il faudra attendre les travaux de Gérard Noiriel pour distinguer les études des immigrés de celles des ouvriers (Noiriel, 1984). Ce sont les recherches d’Abdelmalek Sayad qui poseront, dans les années 1970 en France, les fondements d’une sociologie de l’immigration en insistant sur l’impératif de penser ces questions au-delà du seul contexte national du pays d’accueil, et en préconisant d’étudier l’individu dans sa double dimension d’émigré-immigré, dont la trajectoire biographique ne peut être saisie indépendamment du contexte d’origine (Sayad, 1977 ; 1991). Toutefois, même les études les plus récentes privilégient, pour une majorité d’entre elles, les problématiques liées à l’installation, à la présence et à la place des immigrés dans la population et dans la société française (Réa, Tripier, 2003). Les migrants et même leurs héritiers (quand bien même ces derniers sont nés sur place et possèdent la nationalité du pays) resteront essentiellement perçus à travers une grille de lecture pensée en termes de « problèmes sociaux » allant de l’intégration aux discriminations en passant par la question des banlieues, suivant les aléas des actualités et préoccupations politiques et sociales propres à chaque période4. Si les questions des causes, des conditions des émigrations et des rapports avec les pays d’origine apparaissent effectivement dans les préoccupations de recherche, elles sont le plus souvent traitées sous l’angle du développement des pays des Sud ou adoptent des focales liées à la mondialisation5.

8Ces problématisations autour des questions d’immigration s’insèrent dans un ensemble plus vaste qui représente l’héritage théorique et empirique alimentant la base des connaissances fondamentales dont se nourrissent les travaux actuels en sociologie. Dès lors, nous pouvons supposer que les sociologies de l'immigration partagent un ensemble de catégories et de concepts qui contribuent à définir les paradigmes prédominants de leur champ d’étude. Souvent nommée au singulier, et constituée en domaine particulier de la discipline, la sociologie de l’immigration mérite d’être appréhendée en tant qu’univers scientifique générateur de présupposés théoriques et de modes d'engagements méthodologiques susceptibles d’influencer, dans le cadre d’une recherche précise, le rapport des chercheurs à leur objet6.

9Porteur de représentations qui, même lorsqu'elles sont scientifiquement définies, agissent sur la réalité qu'il observe, le chercheur n’est jamais neutre. Avant même le temps du face à face, l'enquêté est d'ores et déjà objet de catégorisations diverses, inhérentes au premier travail de construction de l'objet d’étude : ce n'est pas un individu dans la totalité de ce qui le définit qui intéresse le chercheur, c'est déjà un enquêté, un migrant, un travailleur, etc. Dans le cadre de la recherche présentée ici et portant sur les anciens mineurs de charbon maghrébins du BHL, les enquêtés étaient appréhendés comme appartenant à la catégorie immigrés (ou ayant appartenu à cette catégorie dans le cas de ceux retournés définitivement dans leur pays d’origine), c'est-à-dire, selon la définition usuelle, comme « personnes nées étrangères à l’étranger et venues s’installer en France7 ». Certains des Algériens rencontrés ne manquèrent pourtant pas de rappeler qu’ils n'étaient aucunement immigrés au moment de leur venue en métropole avant 1962, qu’ils étaient français, et qu’ils n’étaient de ce fait pas à considérer en tant qu’immigrés au moment d’aborder cette période de leur biographie.

Enquêteur : Pourquoi avez-vous décidé de venir en France ?

Enquêté : C'est-à-dire, à l'époque on était des Français, on faisait notre service militaire comme des Français, la carte d'identité c'était français, on n'a pas besoin de passeport pour aller en France (...) On va en France, alors voilà, on a immigré… à l'époque, c'était pas l'immigration (...) Alors voilà, je suis pas un immigré ! Mais maintenant je suis un issu de l'immigration !
(Ancien mineur rencontré en Algérie)

10C’est sans doute à travers ce genre d’ambiguïtésapparues au cours de l’entretienqu’émergent,en partie, les enjeux de la relation particulière qui va s’élaborer entre le sociologue et le témoin migrant. Ce dernier, face au sociologue, mobilise ses ressources mémorielles et cognitives pour rendre intelligible son parcours de vie.

1.2. Saisir le souvenir : la coproduction du récit biographique

11Le travail de Paul Ricœur (Ricœur, 2000) nous met en garde contre l’apparente évidence du processus à l’œuvre dans la reconstruction mémorielle qui génère des visions mentales. Celles-ci ne sont ni une chose, ni un concept, mais un visible qui donne à en voir un autre, une sorte de perception de second degré qui peut n’être que le résultat de l'imagination (entendue comme la faculté que possède l’esprit de former des images). Or, l’image qui se forme chez le sociologue n’est qu’un compromis entre l’expérience vécue par son interlocuteur – exprimée de manière syncopée – et son appréhension par celui qui en hérite par l’intermédiaire des différentes formes de langage.

12Les témoins tentent de résoudre malgré eux l’énigme que représente la mise en visibilité de leur expérience (qui leur paraît toujours vivace) compte tenu de son absence (parce que révolue). Le triptyque de la présence, de l’absence et de l’antériorité de ce qui a été autrefois, suppose à la fois la survivance du souvenir et sa reconnaissance comme tel (Bergson, 1939). Chercher à transmettre ses souvenirs c’est, d’une certaine façon, tenter d’assigner le résultat de ce compromis à autrui, tant la mémoire garde un caractère d’auto-désignation de son propre sujet, ne serait-ce que par l’acte de se souvenir. En ceci, l’individu qui transmet entretient un rapport réflexif à sa mémoire et la transmission n’est possible que sous forme de traces ou d’indices de ce qui a été, des souvenirs que le chercheur récupère comme autant de pièces décousues à partir desquelles il s’efforcera d’alimenter son enquête (Ginzburg, 1980). Si le témoin n’effectuait pas cet effort de chercher à transmettre ses souvenirs, il n’aurait de mémoire que pour lui-même. Et c’est précisément le travail des sociologues de rendre intelligible le parcours des migrants à travers leurs souvenirs, en les liant à leurs propres connaissances et pratiques. Une des difficultés de notre enquête émane du fait que pour les chercheurs que nous étions, il était moins évident de lier les souvenirs des enquêtés concernant les pays d’origine à des connaissances et pratiques concrètes, puisque nos représentations de ces pays se limitaient à des savoirs essentiellement théoriques.

13L’expérience du vécu des chibanis marocains et algériens, comme celle de chacun, est celle de témoins marqués par leur passé. Cette marque relève de l’affection dans le sens où les migrants sont des êtres affectés par leur parcours et ses ruptures. Lorsque les migrants du Bassin Houiller de Lorraine tentent de transmettre leur expérience de vie aux sociologues, ils cherchent avant tout à effectuer une représentation de ce qu’ils ont vécu dans leur passé, au sens du dictionnaire : ils engagent une « action de rendre quelque chose présent à quelqu’un en montrant ou en faisant savoir » (Le Robert, 2008, p. 2179) . Ils effectuent par là un va-et-vient entre leur passé et leur présent par une faculté mentale qui consiste à rendre présent un état d'esprit ou un groupe de phénomènes absents jusque-là ou appartenant au passé (Ricœur, 1949, p. 93)8. Par leurs connaissances de la grande Histoire, chercheurs et témoins se donnent comme référents des situations et des personnages historiques qui continuent à exister indépendamment des témoins qui les ont vécues ou rencontrés.

14Il en va ainsi de la figure de Mora9. Dans les récits de vie des Marocains, la question du départ (« Quand, comment et avec qui êtes-vous parti ? ») est presque systématiquement associée à la figure du recruteur Félix Mora, et ce, même lorsque les mineurs rencontrés n’ont pas personnellement vécu l’épisode. De nombreuses descriptions de cette procédure de recrutement, souvent très précises, et la récurrence des références à Mora révèlent combien le dispositif de sélection déployé, incarné par cet unique personnage emblématique, a marqué les esprits. Cet événement du parcours tel qu’il fait sens au moment de sa mise en récit dépasse de loin la temporalité objective de son déroulement (quelques semaines au plus). Tout se passe comme si la reconstruction collective du « recrutement Mora » était devenue le cadre de référence de toutes les histoires individuelles des Marocains relatant leur parcours d’émigration vers les mines françaises. La figure de Mora apparaît donc comme l’un des éléments qui contribuent à définir les cadres sociaux de la mémoire (Halbwachs, 1994) des mineurs de charbon marocains de Lorraine. Nous pouvons citer l’exemple de cet ancien mineur qui avait décidé de venir par ses propres moyens en Moselle après avoir pris connaissance de l’expérience d’un ami travaillant pour les Houillères : alors qu’il raconte les conditions de son départ, il conseille à l’enquêteur de rencontrer quelqu’un qu’il considère, selon ses termes, comme « Un vrai mineur : un Mora ». Ces références systématiques à ce recruteur nous ont incités à confronter ces témoignages avec les données d’archives disponibles. Les nouveaux éléments recueillis ont dès lors été mobilisés pour mener les entretiens ultérieurs. Cet exemple illustre la manière dont a évolué, au fil des entretiens, le processus de coproduction des récits de vie.

1.3. Quand le contexte est acteur du récit

15La relation du sociologue au migrant, en tenant compte du travail mémoriel, de son énonciation et de sa réception, ne peut éluder la question du contexte, notamment celle du territoire national dans lequel l’entretien est réalisé. Le processus de reconstruction mémorielle est d’autant plus complexe quand, lors de l’entretien, le chercheur et le migrant, ne sont pas ou ne sont plus sur le territoire où les faits dont ils parlent se sont déroulés. Ainsi, des sujets épineux – comme la guerre d'Algérie – sont absents du récit lorsque l’entretien se déroule en France. Inversement les discours des migrants interrogés en Algérie laissent transparaître la fierté de nos interlocuteurs de percevoir une pension de moudjahidin et leur parole semble suffisamment libérée pour être ponctuée de propos contre la France coloniale. Si l’on ne peut ignorer le fait que des parcours différents contribuent inévitablement à produire des représentations différentes (notamment lorsqu’il s’agit de tenir compte de la durée du séjour en France et du/des pays de résidence actuelle), il convient de souligner qu’ici, le différentiel de contenu des entretiens concerne également les anciens mineurs résidant de façon alternée en France et en Algérie. Modifiant la teneur des échanges entre l’enquêteur et l’enquêté, le contexte est semble-t-il lui aussi, plus ou moins directement, acteur du mode d’élaboration des récits de vie.

16S’agissant de Mora, les migrants interrogés en Moselle perçoivent ce recruteur comme un « négrier » venant faire son marché au Maroc, et cette figure est mobilisée dans leur discours pour critiquer les Houillères et les injustices subies.

Enquêté : Donc c’est Mora qui est venu nous chercher, lui c’était son commerce… Je sais pas si on peut dire commerce pour ces choses-là, je sais pas si on peut dire acheter ou vendre, mais lui il venait faire ça, son marché, chercher des hommes pour le travail. Il faisait passer plein de visites, il regardait tout, tout ! Il comptait les dents, il regardait chaque cicatrice.
(Ancien mineur marocain rencontré en France)

17En revanche au Maroc, le même personnage, qui incarne toujours la figure du recrutement, sera présenté comme un bienfaiteur, celui qui a donné du travail, qui a enrichi ces gens et leur région. Lors de conversations, les habitants rencontrés nous disaient même attendre « un deuxième Mora », comme un « sauveur ». Cet effet de contexte est sans doute lié à la manière dont sont perçus les émigrés marocains au Maroc. L’émigré est considéré comme celui qui a eu la chance de se rendre en France et d’en faire profiter ses proches. Du fait de cette position, et quelle que soit la trajectoire migratoire de l’enquêté, il lui est difficile de tenir un discours de dénigrement à partir du moment où il est interrogé dans le pays d’origine, qui plus est pour les entretiens ayant été menés dans des lieux ouverts où la présence d’autres Marocains était susceptible d’influencer les propos tenus.

18Saisir les éléments qui influencent le déroulement d’une mise en récit est d’une grande complexité, entre autres, parce que la pratique discursive du chercheur reste indissociable des présupposés qu’il porte (fussent-ils théoriquement et méthodologiquement construits, et scientifiquement fondés), et que celle de l’enquêté reste liée au processus mémoriel qu’il opère dans le cadre de la situation – toujours spécifique – de l’entretien en cours. Le face à face enquêteur/enquêté, et le contexte spatio-temporel dans lequel il s’inscrit constituent dès lors bien plus qu’une simple toile de fond qu’un travail de description préalable suffirait à objectiver (et qui pourrait ensuite être écartée afin de laisser place à l’analyse de contenu). En portant une attention particulière aux dispositifs d’enquête dans leur globalité, il est possible d’observer avec autant d’attention le regard et l’objet regardé, et d’avoir accès à la manière dont le parcours de vie se coproduit, certes, dans le cadre d’une interaction enquêteur-enquêté, mais également dans un contexte donné.

2. Entretiens biographiques et dispositifs de subjectivation

2.1. Le dispositif d’enquête comme dispositif de subjectivation

19Si l’on considère que la mise en récit du parcours biographique résulte d’une coproduction enquêteur-enquêté marquée par les représentations de chacun et qu’il s’agit toujours d’une responsabilité partagée, il reste à identifier où et comment cela se joue. Partant de l’idée que les contextualisations des parcours individuels auxquelles procède le chercheur lorsqu’il présente ses résultats ne dépendent pas uniquement d’un travail de construction théorique de l’objet, mais qu’elles émergent également au contact du terrain, lors du recueil de données lui-même, nous proposons ici d’aborder le récit de l’ancien mineur du BHL en portant une attention particulière aux « processus de subjectivation » (Agamben, 2007) s’opérant au sein du dispositif d’enquête qui encadre son énonciation. Cette entrée méthodologique « par le dispositif d'enquête » est envisagée comme une alternative permettant de dépasser la question de la difficile attribution de la responsabilité des orientations prises dans le récit de vie, et en partie celle de la définition des contextualisations qui mériteront d’être opérées au moment de l’analyse.

20Ce que nous nommons ici « dispositif d’enquête » peut s’appréhender à partir de la définition plus générale que propose Giorgio Agamben du dispositif, c’est-à-dire « tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (Agamben, 2007, p. 31). Ce concept occupe une place centrale chez le philosophe car, selon lui, il n’est de sujets (voire d'identités) qu'au travers des dispositifs qui les définissent comme tels, les assignent ou les supportent. Dans cette optique, les dispositifs sont toujours des dispositifs de subjectivation/désubjectivation et de ce fait, les sujets n’existent qu’à l’état temporaire et transitoire : toute entrée en relation avec un nouveau dispositif redéfinit en permanence ce qui constitue l’acteur comme sujet, un « même individu » pouvant être « le lieu de plusieurs processus de subjectivation » (Agamben, 2007, p. 32).

21Comme Agamben, nous considérons que l’analyse des pratiques sociales est indissociable de l'analyse des dispositifs de subjectivation qui les circonstancient. Il faut cependant préciser que, contrairement à cet auteur, nous ne reconnaissons pas au dispositif la capacité de gouverner à lui seul tout le processus de subjectivation/désubjectivation. Ce dernier peut être le fait des acteurs eux-mêmes, notamment lorsqu’ils remettent en cause les subjectivations antérieurement associées au dispositif. Laissant de côté la dimension strictement macrosociale, nous nous concentrons sur les seules subjectivations qui sont activées au cours de l’entretien lui-même, c’est-à-dire celles qui interviennent réellement dans l’élaboration, dans ce contexte précis, du parcours de vie. Il s’agit non seulement de tenir compte des effets que les catégories d’appréhension préconstruites en amont de la rencontre peuvent avoir sur le déroulement de l’entretien lui-même, mais plus globalement d’opérer un déplacement de posture nous permettant d’identifier l’émergence de subjectivations non anticipées.

22D’une manière générale, l’approche en termes de processus de subjectivation permet de montrer que le dispositif produit des sujets qui n’existent pas en tant que tels en dehors d’une configuration précise et possiblement mouvante dudit dispositif, les dotant par là même des identités ad hoc, ici : enquêtés, immigrés, travailleurs, voire immigrés-intégrés, etc. Une des hypothèses de cet article repose sur l’idée que le dispositif « entretien biographique avec le migrant », selon notamment le territoire dans lequel il se déroule, produit et/ou autorise l’expression de subjectivations différentes : rencontré dans le pays d’accueil, l’enquêté est avant tout subjectivé comme « immigré », « Algérien ou Marocain », « travailleur-célibataire », « présent-provisoirement »… ; dans le pays d’origine, les subjectivations qui émergent des mises en récit sont autres : l’immigré est avant tout un émigré, un « Kabyle-qui-se-distingue-de-l’Algérien », un « fils », un « frère », un « époux », un « père-de-famille », un « voisin », un « propriétaire », etc. Dans notre étude, les entretiens biographiques réalisés reposaient sur un dispositif d’enquête aux contours clairement établis, bien que modulables si besoin. Dans sa configuration minimale, celui-ci se résumait à une situation de face à face entre un enquêté d’une part et un enquêteur équipé de son guide d’entretien et d’un dictaphone d’autre part. Mais lorsque les conditions l’imposaient et/ou s’y prêtaient, d’autres personnes ou d’autres objets pouvaient être amenés à contribuer, de façon plus ou moins prégnante selon les cas, à orienter le récit du parcours biographique de l’enquêté, et se trouvaient alors attachés au dispositif d’enquête. Le détail de certaines de ces interventions (parfois inattendues) fera l’objet d’une analyse plus fine dans la suite de l’article, mais on peut d’ores et déjà situer le propos en indiquant qu’il s’agissait notamment de traducteurs (lorsque les enquêtés ne parlaient pas ou peu le français), de membres de l’entourage (faisant par exemple irruption au moment de l’entretien) mais également de documents (photos, papiers, etc.) présentés par l’enquêté pour engager, illustrer ou confirmer son récit.

2.2. Du changement de contexte aux reconfigurations du dispositif d’enquête

23Du fait des hypothèses de travail retenues et de son architecture diachronique (subdivisée en axes thématiques), le guide d’entretien peut être brièvement analysé afin d’illustrer la manière dont s’expriment, au travers d’un dispositif, certaines subjectivations associées à l’enquêté. À l’instar de la problématique générale de la recherche, ce guide fut logiquement construit autour de deux dimensions. Dans sa perspective chronologique, le questionnement avait pour centre la période de vie en France, abordant successivement « l’avant », « le pendant », et lorsque cela se justifiait, « l’après ». Dans son découpage thématique, pour ce qui est de la période d’immigration en Lorraine notamment, l’expérience du monde de la mine avait vocation à être particulièrement approfondie et les thèmes abordés se répartissaient en deux grandes catégories : le travail d’un côté, les activités hors travail de l’autre. Un outil de recueil de données conçu comme support d’expression de la mise en récit d’un parcours est donc en lui-même chargé de représentations subjectivées. Tout d’abord, l’individu est « un-enquêté » sollicité dans le cadre d’une recherche que le guide d’entretien matérialise par une liste de questions ; ensuite, il est « un-immigré », « un-immigré-maghrébin » que l’on interroge sur le mode du « ici » vs « là-bas » ; enfin, il est « un-mineur », « un-travailleur », « un-travailleur-immigré », « un-mineur-de-charbon-maghrébin ».

24Dans cette perspective, ce sont bien des contextualisations des parcours individuels qui se formalisent, puisque la recherche se construit autour d’une double focale contextuelle : une inscription dans un monde professionnel particulier – celui de la mine – et une inscription spatiale plurielle – les territoires d’origine et d’accueil. Toute recherche définit ainsi le(s) prisme(s) permettant d’identifier sa population d’enquête : elle ne s’intéresse jamais à des individus choisis au hasard, mais oriente ses choix sur la base de catégorisations préalables (basées sur des caractéristiques sociologiques et/ou sur un lien quelconque à un monde social que l’on déciderait d’étudier), qui peuvent tendre à réifier – au moins dans un premier temps – des représentations subjectivées des témoins interviewés.

25Au moins dans un premier temps, car dans le cours du travail de terrain lui-même, des subjectivations alternatives émergent, d'une part en raison de la souplesse que la technique de l’entretien semi-directif autorise (technique qui, à la différence d’un questionnaire fermé, ne dirige « qu’à moitié » et accorde de fait à l’enquêté la possibilité de proposer des subjectivations autres que celles que lui propose, de façons plus ou moins explicites, le chercheur) et parce que la configuration originelle du dispositif d’enquête peut, à des niveaux divers, être amenée à se modifier.

26Dans notre enquête, sur un même territoire, les entretiens ont été effectués dans divers lieux, principalement chez les témoins et dans des locaux d'associations marocaines et algériennes. Les différentes configurations du dispositif d’enquête ont influencé les mises en récit des parcours : au domicile de l’enquêté, ce sont des membres de la famille présents, divers objets personnels, des interactions tissées au cours d’un repas etc., qui venaient s’y attacher. En revanche, lorsque les interviews se déroulaient dans les associations, ce sont des éléments de nature tout à fait différente qui intervenaient : présence d’adhérents, discussions liées aux activités de l’association, journal de l'association mobilisé comme support de conversation, etc. Ces contextes diversifiés, les personnes traversant le dispositif en y amenant de nouveaux sujets de conversation, détournaient le guide d’entretien, apportant des réponses polyphoniques à des questions que nous comptions ou non aborder, influençant le discours de l'enquêté, écourtant parfois les entrevues ou les prolongeant autour d’un café ou d’un repas.

27En mettant l’accent sur les effets du déplacement du dispositif d’enquête de France vers les pays d’origine, nous pouvons encore mieux illustrer le différentiel existant entre les subjectivations produites dans des contextes différents : lors des entretiens réalisés en France, les Marocains originaires de la province de Ouarzazate se présentaient à nous en tant que « Berbères », vocable que nous avons intégré à notre dispositif d'enquête lors de la phase préparatoire de notre mission au Maroc. Une fois sur place, dès les premiers entretiens, les témoins rencontrés ont remis en cause cette terminologie dérivée selon eux du mot « barbare », exigeant d’être identifiés au « peuple Amazigh ». Sans un changement de contexte, nous n'aurions pas pu apprécier les enjeux de cette revendication identitaire en tension. L'utilisation en France du terme « Berbère » plutôt que « Marocain » met l'accent sur une volonté de se distinguer des « Arabes », alors que l'usage au Maroc d’« Amazigh » plutôt que de « Berbère », ajoute, dans le sens que lui attribuaient les enquêtés, une dimension de dénonciation des résurgences du rapport colonial.

28L’étude sur les mineurs maghrébins du BHL, réalisée en France et dans les pays d'origine, nous a ainsi confrontés à deux espaces distincts, « ici » et « là-bas », ces deux termes désignant tour à tour la France ou le pays d'origine, selon le lieu de l'enquête10. Que l'entretien se soit déroulé ici ou là-bas, il a toujours été demandé à l'enquêté de mettre en mots son parcours migratoire, du pays d'origine vers la France, puis son/ses retours éventuels en pays d'origine. Dans le dispositif d'entretien, l'environnement visible ou implicitement présent, les personnes, les objets, mais aussi des éléments moins tangibles, comme des représentations, interviennent eux aussi dans la production des récits de vie. En centrant l’analyse sur les missions réalisées dans le pays d’origine, nous verrons que les nouvelles configurations du dispositif ont permis l’émergence de subjectivations inattendues, conduisant à contextualiser autrement l’ensemble des parcours de vie recueillis dans le cadre de cette enquête.

3. Du contexte de mise en récit aux contextualisations du parcours de vie

3.1. Des objets attachés au dispositif d'enquête

29Pendant nos séjours en Algérie et au Maroc sont intervenus, dans les dispositifs d'entretien, des objets spécifiques, absents en France. Par leur présence, ils nous ont guidés vers des thématiques peu abordées dans la première phase de l'enquête. Il en va ainsi des papiers administratifs apportés par de nombreux enquêtés durant l'entrevue. Ces objets supports permettaient d'attacher un parcours passé (vécu par l'enquêté, saisi par l'enquêteur) à du concret : fiches d'embauche ou de salaire, bulletin de retraite, photographies, radiographies médicales, etc. Nous nous sommes interrogés sur la présence de ces objets supports lors de nombreux entretiens réalisés en pays d’origine : il semble que quelle que soit la durée de leur carrière dans l’hexagone, seules les personnes retournées définitivement en Algérie ou au Maroc ressentent le besoin de les mobiliser.

30Lorsque ces entretiens ont été réalisés, l’environnement dans lequel les faits à relater se sont déroulés était absent, ou tout au moins, à distance, non seulement dans le temps – comme pour tout récit de vie rétrospectif – mais également dans l’espace. Les papiers qui nous étaient présentés semblaient incarner – parfois à eux seuls – le lien avec ce contexte passé et géographiquement distant. Ils constituaient une trace qui reliait histoire personnelle (son propre parcours) et histoire collective (le monde de la mine), mais également passé (« j'ai travaillé à la mine en Lorraine ») et présent (« voici les traces qu'il reste de l’époque de mon travail à la mine en Lorraine »). Vraisemblablement non indispensables pour les mineurs rencontrés en Moselle, ils semblaient en revanche nécessaires à ceux retournés vivre dans leur pays d’origine, leur permettant de matérialiser le temps de l’émigration, de concrétiser à la fois le « lien à » et « la preuve de l’investissement pour » la France. Ces documents, qu’il devenait impossible d’ignorer, impliquaient systématiquement un changement dans le déroulement de l’entretien, à tel point que dans certains cas l'ensemble des propos échangés n’étaient plus centrés qu'autour d'eux, reléguant au second plan les thèmes de notre guide11: les bulletins de retraite nous amenaient sur le terrain des retraites, les radiographies médicales sur celui de la reconnaissance des maladies professionnelles, les fiches d’embauches sur celui des différents puits fréquentés, etc., et cela quand bien même certains interviewés analphabètes n’avaient qu’une vague idée de leurcontenu.

Enquêteur : (Commentant la pile de documents apportée par l’enquêté) – En 89, donc ils vous ont écrit une lettre de la Direction de l'Administration Générale et de la Réglementation… Ça c'est une lettre de la préfecture qui vous explique que y'a un problème avec la carte de séjour, que vous avez utilisé une carte de séjour déclarée perdue. (…) Et alors ça c'est une notification de la décision fixant la date de guérison d'une blessure consécutive à un accident de travail. (…). Ça c'est une lettre aussi au moment où vous avez eu un problème, un accident de travail, ils expliquent. À un moment ils disent « c'est guéri, donc on arrête de payer », et c'est ce qu'ils disent : à partir du 28 février 82 vous aurez plus l'indemnité journalière parce que vous êtes guéri (…). Celle-ci, c'est la même chose mais le 23.08.82 (…)

Enquêté : Maintenant j'ai réclamé pour l'accident parce que 2 mois 3 mois de malade, 83, 85, 86, maladie, j'étais fou, j'étais malade ici (il montre sa tête puis désigne certains documents)

Enquêteur : Ah oui y'a toutes vos ordonnances, à Ouarzazate, vous avez été soigné à Ouarzazate ?

Enquêté : J'ai resté et en 89 je suis retourné en France, je travaille à Paris…

Enquêteur : D'accord, et vous avez gardé toutes vos ordonnances…

Enquêté : J'ai travaillé à la France société Viafrance, j'ai travaillé là-bas 8 mois, avec mon domicile à Moulins… à Paris… (…) J'ai fait un contrat là… là les allocations familiales…

Enquêteur : 4 120 F…

Enquêté : Pour les enfants

Enquêteur : Donc là y'a tous les mois de juillet 89 à avril 90. Donc ça, c'est pour vos enfants, ils étaient venus avec vous en France vos enfants ?

Enquêté : Non, non…

Enquêteur : Non ils étaient ici, mais vous avez quand même eu les allocations familiales… (Continuant à feuilleter les papiers). Ça, c'est un procès-verbal qui date du 6 juin 90 où y'a tout votre état civil et où vous dites : « je prends acte qu'il n'a pas été réservé une suite favorable à ma demande de titre de séjour en France, vous m'informez de fait que je dois quitter le territoire français dans un délai d'un mois à compter de ce jour, soit au plus tard le 05.07.90. Vous me remettez en échange de ma fiche de convocation valant de titre de séjour la lettre de M. le préfet prescrivant le refus de séjour. Il est mention qu'en cas de contestation j'ai la possibilité de saisir le tribunal ». Ça, c'est quand vous avez dû revenir au Maroc…
(Ancien mineur rencontré au Maroc en avril 2007)

31La présence de ces papiers administratifs dirigeait la discussion vers des thèmes spécifiques qui s’imposaient à nous de manière imprévisible, suivant les aléas des contenus que nous y lisions : les maladies professionnelles, les allocations familiales (et à travers elles les enfants), les titres de séjour, etc. En intégrant notre dispositif d’enquête, ces objets faisaient émerger de nouvelles subjectivations de l’enquêté (soudain perçu comme « assuré-social », comme « père-de-famille », comme « Français-devenu-algérien-à-l’Indépendance-seulement » par exemple). Symétriquement, à travers ces papiers, certains enquêtés ébranlaient notre posture de chercheurs, formulant à notre égard des attentes que nous n’avions pas anticipées. En effet, dans une grande partie des entretiens, les enquêtés nous présentaient des papiers afin de nous soumettre des problèmes en pensant que nous serions en capacité de les résoudre : celui des sommes insuffisantes versées pour les retraites, et celui de la reconnaissance des maladies professionnelles. Ils nous assignaient ainsi diverses subjectivations, allant de « conseillers-potentiels », en tant que « Français-supposés-maîtriser-le-système-administratif-français » à « représentants-de-l'administration-française » ou « personnels-des-Houillères ». Éloignés malgré nous de notre posture d'enquêteurs-sociologues, il nous a fallu nous résoudre à composer avec les rôles qui nous étaient alors attribués, nous voyant par exemple accepter de vérifier la cohérence des montants des retraites allouées, ou répondre positivement aux enquêtés nous demandant de transmettre des documents à l'administration française.

Extrait de journal de bord : Tout le monde parle avec animation, on leur explique qu'on ne peut pas faire grand-chose, ils insistent pour qu'on fasse quelque chose, brouhaha général où on essaie d'expliquer pourquoi on est venu. Les autres ont le même problème, ils touchent 40 euros de retraite pour 18 mois de travail, ils voudraient avoir plus.
(Maroc, 05/04/2009)

Extrait de journal de bord : Une femme vient pour sa pension, veuve d'un mineur, elle dit que sa pension n'est pas suffisante pour nourrir ses enfants. On dit qu'on ne peut rien faire. Notre interprète nous demande de dire qu'on va transmettre le problème en France. On essaye de lui expliquer qu'on ne sait pas faire ces choses et qu'on ne veut pas donner de faux espoirs, l’interprète insiste pour qu'on prenne leur dossier.
(Maroc, 06/04/2009)

Extrait de journal de bord : Il voudrait un complément à sa retraite (qu'on fasse une demande à la caisse complémentaire). On lui explique qu'on peut se renseigner mais qu'on ne peut pas faire plus. Il voudrait au moins une carte de séjour de retraité pour pouvoir faire des allers-retours.
(Maroc, 07/04/2009)

32Se voyait alors modifié le rapport enquêteur-enquêté : l’arrivée des enquêteurs et la confusion sur leur rôle étaient perçues comme une opportunité de résoudre des problèmes concrets qu’il paraissait utile, du point de vue des enquêtés, de mettre au premier plan. Par le biais des papiers, les problèmes des retraites – récurrents chez les Marocains et Algériens retournés vivre au pays – ont réciproquement fait émerger une nouvelle subjectivation des enquêtés qui n'avait jamais fait surface au cours des entretiens réalisés en France, celle du « retraité-mécontent-qui-se-sent-floué ».

Enquêté : Les amis qui sont restés là-bas (en France) jusqu'à la retraite il va toucher plus que 1 500 euros maintenant ! Et moi-même pas 200 euros ! Y'a beaucoup de différence !
(Ancien mineur rencontré au Maroc)

Enquêteur : Vous avez des questions pour la retraite ?

Interprète : Il te dit que la somme ça vaut rien par rapport au travail !
(Ancien mineur rencontré au Maroc)

33Au fil des entretiens cette nouvelle représentation subjectivée de nos enquêtés a modifié sensiblement notre manière d’aborder les témoins rencontrés par la suite, les positions respectives de l’enquêté et de l’enquêteur se recomposant en permanence au gré des situations, des contextes qui les agissaient, et des subjectivations qui leur étaient associées.

3.2. « Ici » vs « Là-bas » : des subjectivations différenciées de « l’immigré »

34Une même dénomination catégorielle peut être porteuse de subjectivations différentes, comme c'est le cas pour le terme « immigré ». Parmi les enquêtés rencontrés, ceux alternant des périodes de plusieurs mois « ici » et « là-bas », que l’on désigne comme « immigrés » en France, sont également nommés « immigrés » dans les pays d'origine. En France, lorsque nous réalisions nos entretiens aux domiciles des enquêtés, nous avions la possibilité de découvrir les logements qui leur avaient été le plus souvent attribués par les Houillères dans de grands ensembles construits dans les années 1950. Or, ce contexte de recueil de données associait aux enquêtés des subjectivations spécifiques qui émergeaient sans avoir été véritablement anticipées : nous avions en face de nous un « immigré-ouvrier », voire, tel que nos catégorisations sociologiques le traduisaient, un « immigré-logé-dans-un-quartier-populaire-marginalisé »12.

35En revanche, dans les pays d'origine, les demeures luxueuses de certains des anciens mineurs rencontrés dénotaient par rapport aux maisons environnantes et laissaient émerger d’autres subjectivations de nos enquêtés. Les personnes interrogées dans le pays d’origine étaient également « des-immigrés », mais des immigrés « reconnus-même-si-jalousés », des immigrés « qui-ont-réussi », « qui-profitent-du-bénéfice-du-déracinement », « qui-soutiennent-financièrement-leur-famille », « qui-investissent-au-pays-et-créent-des-emplois-au-village ».

Fils d'un ancien mineur : Même ces gâteaux que vous mangez c'est grâce à la pension du mineur ! Si c'était pas un mineur peut être que vous n'auriez pas de jus !

Enquêteur : Et la maison, c'est immense !

Fils d'un ancien mineur : Y'a des familles qui se permettent pas d'acheter des bouteilles de jus…
(Fils d’un ancien mineur décédé, rencontré en Algérie)

Cousin de l’enquêté : Les gens qui ont été à l'étranger ils ont amené beaucoup de choses ici à la région… ils travaillent chez eux, les constructions, les champs… ils ont amené beaucoup, la civilisation là-bas, le matériel, des choses comme ça, la télé, des voitures… Et les autres ils travaillent chez eux.

Enquêté : (Propos en amazigh/berbère)

Interprète : Il dit que parce qu'il a ce confort, puisqu'il a assez d'argent pour vivre, il préfère donner aux gens pour les aider, mais sans dire qu'il leur donne, il dit qu'il leur donne au nom de Dieu et il soutient aussi l'amélioration de la mosquée comme ça. Il aide les gens, il a de l'argent pour donner aux travailleurs dans les champs…
(Ancien mineur rencontré au Maroc)

36Et c'est à travers ce nouveau regard que l'impact visible des migrations sur la vie au pays d'origine devient appréhendable, que l'« immigré-ouvrier » devient, en l'occurrence, un « chef-de-famille-bienfaiteur », ou son pendant, l’« immigré-qui-par-ses-pratiques-distinctives-suscite-jalousie-et-ressentiment13 ».

Enquêté : Alors les Algériens ils regardent, ils disent « Regarde moi ça ! Quand les immigrés qui vient y'a tous les prix qui montent, quand les immigrés repartent y'a tout qui descend ! ». Alors les immigrés ils ont pas gagné ni la France ni l'Algérie ! C’est vrai, ils sont malheureux. Nos enfants s'ils s'habillent bien ils vont dire « Pourquoi ils s'habillent comme ça ! Parce que c'est des immigrés ! ». Toujours les immigrés !
(Ancien mineur rencontré en Algérie)

37Le déplacement dans un nouveau contexte et la prise en compte des changements de configuration du dispositif d’entretien aident ainsi le chercheur à identifier des subjectivations de l’enquêté qui ne trouvaient pas d’espace d’expression en France. Certes, l’émergence de ces subjectivations tient en partie au fait que les enquêtes en pays d’origine nous ont permis d’appréhender des profils d’anciens mineurs dont les trajectoires diffèrent de celles étudiées en France. Néanmoins, les effets de contexte ne peuvent être ignorés. Les éléments constatés sur le terrain ne se résument pas à l’exemple du « retraité-mécontent » ou de l'« immigré-bienfaiteur-jalousé » : le « Marocain » devient un « Berbère », le « Berbère » un « Amazigh » ; la présence des champs alentours nous donne à rencontrer l'« agriculteur » et nous permet d’aborder la question des activités économiques au pays ; les tenues vestimentaires portées par les enquêtés permettent d’identifier des hâj14 et de prendre la mesure de la considération dont ils bénéficient, nous amenant à approfondir sous un regard nouveau les thématiques religieuses, autant de nouvelles facettes des individus qui tendent à remettre en cause les réifications opérées malgré nous au départ de l'enquête.

38En même temps que nos représentations, nos connaissances anthropologiques évoluent. Elles nous conduisent à ajuster en permanence la trame de nos entretiens, à revoir notre vocabulaire catégoriel. Émergent alors des thématiques nouvelles, des contextes de parcours biographiques jusqu'alors peu visibles, particulièrement en ce qui concerne la vie dans le pays d'origine (travail aux champs, place des femmes, réseaux familiaux, repas, guerre d'Algérie, histoire berbère, etc.). L'observation des demeures luxueuses nous renseigne sur le poids des transferts d'argent et des apports de l'émigration dans les pays d'origine. Ces nouvelles données nous interrogent sur les carences des entretiens réalisés en France. Elles refondent notre cadre d'analyse, imposant notamment de nouvelles contextualisations du parcours de vie, celles de la place de ces « immigrés » dans leur village d’origine, dans leur famille. À cela s’ajoutent les effets diffus de l’immersion dans les pays d’émigration. Bien que de nombreuses études traitent des liens familiaux et sociaux qui existent en Algérie ou au Maroc, ce n’est qu’une fois sur place que nous avons pu saisir, par observation directe, des relations familiales et villageoises dans toutes leurs spécificités. L’entourage vivant sous le même toit que l'enquêté (enfants, belles-filles, petits-enfants, oncles, tantes, frères, sœurs, grands-parents etc.), la participation à diverses activités de la vie quotidienne (fêtes, repas, cuisine, promenades, visites de proches, manifestation pour la défense des droits Amazigh, etc.) nous ont offert un accès concret à des réseaux familiaux et sociaux invisibles en France (où les mineurs retraités vivent souvent seuls avec leur épouse dans un appartement).

Conclusion

39En somme, au terme de cette approche, nous pouvons constater que, selon qu’elle s’exprime en pays d’immigration ou en pays d’émigration, la mise en récit de la trajectoire biographique autorise l’émergence de subjectivations variables, le parcours de l’immigré différant sensiblement de celui de l’émigré. On constate que le déplacement spatial du dispositif d’enquête engage un bouleversement des conditions de coproduction du récit biographique : le face à face dans le pays d'origine des migrants fait surgir des aspects inédits de leur vécu, complète les pièces du puzzle mémoriel, refond le cadre général d’appréhension de ces parcours de vie et conduit à interroger les cadres interprétatifs du chercheur.

40Rencontrés dans leur pays d’origine, les migrants résidant de façon alternée de part et d’autre de la Méditerranée utilisent l'environnement visible ou implicitement présent pour étayer des réponses plus difficiles à formaliser depuis le pays d'accueil. Le dispositif d’enquête s’insère dans un espace imprégné de ce que M. Bruneau nomme une iconographie spatiale, véritable support de mémoire et d'identité, qui peut intervenir comme marqueur de territorialité (Bruneau, 2006). Depuis le présent nous avons accès à plusieurs constructions du passé, invitant à réviser le travail de contextualisations de ces parcours de vie. En nous rendant dans les pays d'origine c'est en réalité tout le pan « vie au pays » que nous avons pu développer de manière concrète dans les entretiens puis dans l'analyse, découvrant l'émigré derrière l'immigré. Les catégories d’analyse sont alors modifiées, certaines s’imposant au détriment de celles mobilisées au départ (comme la catégorie retraités, à étudier désormais à l’aune du pays d’origine, celle de migrants missionnés dans le but de développer les activités économiques de leur famille au pays, celle d’immigrés de l’entre-deux dont les parcours sont ponctués de retours au pays, etc.), pendant que de nouveaux questionnements émergent (les transferts d'argent, la guerre d'Algérie, la question des femmes restées au pays, etc.). L’immersion dans les pays d'émigration nous offre une nouvelle vision de notre terrain, puisque l'observation directe des réseaux familiaux et plus largement sociaux dans lesquels évoluent les migrants dans leur pays d'origine nous permet de saisir les spécificités de l’environnement économique, social, culturel des enquêtés, autant d’éléments qui restaient abstraits lorsqu’ils n’étaient abordés qu’à partir du contexte du pays d'accueil. Ce déplacement et le regard neuf qu’il a suscité ont engendré la nécessité pour nous de revisiter les entretiens réalisés dans le pays d'accueil en nous rendant compte de leurs lacunes – en particulier concernant les données sur le parcours en pays d’origine – et du prisme du « travailleur-immigré » par lequel nous appréhendons, malgré toutes nos précautions, nos enquêtés.

Haut de page

Bibliographie

Agamben G., 2007. Qu’est-ce qu’un dispositif ? Paris, Rivages.

Bergson H., 1939. Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit, Paris, Les Presses Universitaires de France.

Blion R., Rigoni I. (dir.), 2001. D'un voyage à l'autre, Des voix de l'immigration pour un développement pluriel, Paris, Institut Panos et Karthala.

Bourdieu P., 1979. La Distinction – Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bruneau M., 2006. « Les territoires de l’identité et la mémoire collective en diaspora », L’Espace Géographique, 35 (4), p. 328-333.

Ferry V., Galloro P., Noiriel G. (dir.), 2005. 20 ans de discours sur l’intégration, Paris, L’Harmattan.

Galloro P., Serré A., Tisserant P., 2005. « Diagnostic territorial stratégique dans les domaines de l’intégration et de la lutte contre les discriminations sur le territoire de l’agglomération messine », Rapport pour le FASILD.

Guilmoto C., Sandron F., 2003. Migration et développement, Paris, La Documentation française.

Ginzburg C., 1980. « Signes, traces, pistes. Racines d'un paradigme de l'indice », Le Débat, 6, p. 3-44.

Halbwachs M., [1925] 1994. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Hall S., 2009. « Une perspective européenne sur l’hybridation : éléments de réflexion » in Ollivier B. (dir.), Les Identités collectives à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, p. 29-36.

Meintel D., 1993. « Transnationalité et transethnicité chez les jeunes issus de milieux immigrés à Montréal », Revue européenne des migrations internationales, 9 (3), p. 63-79.

Noiriel G., 1984. Longwy, Immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, Presses Universitaires de France.

Réa A., Tripier M., 2003. Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte.

Ricœur P., 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil.

Ricœur P., 1949. Philosophie de la Volonté, Paris, Aubier-Montaigne.

Sassen S., 2009. La Globalisation – Une sociologie, Paris, Gallimard.

Sayad A., 1991. L'immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck – Éditions universitaires.

Sayad A., 1977. « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 15 (1), p. 59-79.

Simon P. – Zappi S., 2003. « La lutte contre les discriminations, la fin de l’assimilation à la française », Mouvements, 27-28 (3), p. 171-176.

Tarrius A., 1995. Arabes de France dans l’économie souterraine mondiale, Paris, Éditions de l’Aube.

Tripier M., 2004. « L’immigré, analyseur de la société (note critique) », Terrains & Travaux, 7 (2), p. 173-185.

Haut de page

Notes

1  Ces études se sont déroulées de 2005 à 2009 comme par exemple celle consacrée à la transmission intergénérationnelle de la mémoire de l’émigration/immigration au sein de familles d’origine italienne, turque et portugaise de la Grande Région (Belgique-Luxembourg-France).

2  La durée de ces séjours varie de quelques mois à plusieurs dizaines d'années.

3 En plus de cet échantillon principal, ont également été rencontrés des membres de la famille de ces migrants (épouse, enfants) et des acteurs du BHL (responsables syndicaux, associatifs, personnels des houillères, imam, maire). En tout, 78 individus identifiés par la méthode du proche en proche ont été rencontrés entre 2007 et 2009. Ces données ont été complétées par un dépouillement des fonds d'archives départementales, en particulier celui des Houillères du bassin de Lorraine (HBL).

4  La question des étrangers dans la société française a essentiellement été interrogée sous l’angle de l’assimilabilité dans les années 1930 puis de l’insertion dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale avant d’être appréciée à l’aune de la notion d’intégration dans les années 1980-1990 (Ferry, Galloro, Noiriel, 2005) puis des luttes contre les discriminations dans la décennie suivante au moment où se mettaient en place les organismes et institutions de lutte comme la Halde. La tendance qui se dégage aujourd’hui est celle d’une approche en termes de rapports postcoloniaux avec la part belle à la mémoire et à la patrimonialisation. Parmi ces thématiques, voir notamment Simon, Zappi (2003) ; Galloro, Serré, Tisserant (2005).

5 Pour approfondir ces aspects en particulier nous renvoyons à une liste non exhaustive de travaux tels que Blion, Rigoni (2001) ; Guilmoto, Sandron (2003) ; Hall (2009) ; Meintel (1993) ; Sassen (2009) ; Tarrius (1995).

6  Analysant le développement de la sociologie de l’immigration en France depuis les années 1970, Maryse Tripier rappelle que « le milieu des chercheurs relativement soudé autour de la reconnaissance de son domaine est néanmoins divisé quant aux approches du phénomène. Ces divisions renvoient à des clivages anciens : sociologie critique, attachée à dévoiler les mécanismes de domination versus expertise et conseil au Prince, souvent dictés par des impératifs gestionnaires. » (Tripier, 2004, p.183).

7 Selon la définition de l’Insee qui se réfère aux décisions du Haut Conseil à l'Intégration, un immigré est « une personne née étrangère à l'étranger et résidant en France. Les personnes nées françaises à l'étranger et vivant en France ne sont donc pas comptabilisées. À l'inverse, certains immigrés ont pu devenir français, les autres restants étrangers. Les populations étrangère et immigrée ne se confondent pas totalement : un immigré n'est pas nécessairement étranger et réciproquement, certains étrangers sont nés en France (essentiellement des mineurs). La qualité d'immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s'il devient français par acquisition. C'est le pays de naissance, et non la nationalité à la naissance, qui définit l'origine géographique d'un immigré » (Sources : www.insee.fr).

8  Face à ce processus, Ricœur nous invite à mobiliser le concept de représentance (ou de lieutenance) qu’il distingue de celui de représentation : « La représentance, dirais-je aujourd’hui, exprime le mélange opaque du souvenir et de la fiction dans la reconstruction du passé (Ricœur, 1998, p. 15-16) ». Cette posture permettrait d’éviter tout enfermement dans la seule strate discursive et favoriserait la prise en compte du récit comme un gisement de savoirs et comme ressources d’intelligibilité.

9  Félix Mora était ingénieur dans le Nord-Pas-de-Calais au service Houillères. Cet ancien militaire s'est rendu dans les années 70 dans la province de Ouarzazate au Maroc afin de recruter des Marocains sous contrat pour les mines de charbon, déjà en déclin, qui ne voulaient plus embaucher de personnel sous le statut de mineur.

10 Ces termes étaient largement utilisés dans les entretiens, structurant nos questions et les réponses des enquêtés.

11 Voire prenant complètement leur place, comme ce fut le cas lors d'un entretien avec une veuve algérienne d'un ancien mineur de charbon et ses enfants : ceux-ci ne savaient rien du parcours de leur mari et père en France, mais nous ont apporté un tas de documents en guise de réponses à nos questions, nous affirmant que tout était là. Cette anecdote pose également la question de la transmission familiale de la mémoire, thème qui ne sera pas développé ici.

12  Comme le soulignait la première partie de cet article, la socialisation du chercheur implique des présupposés théoriques et des catégories qui, bien que scientifiquement construits, ne sont pas neutres en termes d'influence sur le recueil de données.

13  L’idée de pratiques distinctives renvoie ici au concept de distinction (Bourdieu, 1979).

14  Les hâj, qui ont effectué le pèlerinage à la Mecque, nous étaient souvent signalés par notre interprète avant que nous les rencontrions, en tant que personnages importants et respectés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Piero-D. Galloro, Tamara Pascutto et Alexia Serré, « De l’immigré à l’émigré ? », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1168 ; DOI : 10.4000/temporalites.1168

Haut de page

Auteurs

Piero-D. Galloro

Tamara Pascutto

Alexia Serré

Université Paul Verlaine Metz Laboratoire 2L2S-Erase, Ile du Saulcy, F-57045 Metz Cedex 1galloro@univ-metz.frtamarapascutto@wanadoo.fr
serre@univ-metz.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page