Navigation – Plan du site

Les trajectoires spatiales d’activité des couples

The spatial trajectories of couples’ activities
Eva Lelièvre et Nicolas Robette

Résumés

Après avoir examiné les avancées récentes de l’observation et de l’analyse des contextes des parcours individuels en démographie, nous proposons ici de traiter le premier niveau interpersonnel des biographies liées : celui des deux membres d’un couple. Pour cela nous reconstituons la trajectoire de l’espace d’activité des deux conjoints formée des lieux de résidence et de travail qui se succèdent tout au long de leur union à partir des données de l’enquête Biographies et entourage de l’Ined. Puis nous présentons une approche holiste de ces trajectoires permettant d’en dégager une typologie grâce à la mise en œuvre d’une analyse qualitative harmonique dont nous détaillons les principes. La description de ces trajectoires éclaire les arbitrages des couples qui se jouent dans les stratégies de localisation, au confluent du travail, de la famille et du logement. Néanmoins, une discussion précise des limites et des pistes futures est proposée pour dépasser cette première application.

Haut de page

Texte intégral

1Remettre en contexte les trajectoires individuelles mobilise de multiples niveaux dont aucun n’est exclusif des autres, chacun suivant un rythme et une logique d’évolution qui lui est propre. Cet effort de contextualisation ouvre de façon stimulante la réflexion à la combinaison des temporalités (individuelle, historique, intergénérationnelle), à l’étude des interactions relationnelles (considérant la succession des rôles individuels : enfant, conjoint, parent, etc. mais aussi la succession des relations interindividuelles) et à la prise en compte du contexte géographique et social dans lesquels se déroulent les parcours individuels. Au sein de cette constellation de possibilités, nous proposons ici de traiter le premier niveau du contexte interpersonnel, à travers l’espace d’activité des couples, tel qu’il évolue au fil de la trajectoire commune des conjoints.

2Le concept d’espace d’activité relève d’une part de la recherche d’un contexte relationnel en choisissant ici de s’intéresser plus particulièrement aux interactions au sein des couples ; et d’autre part, de la notion d’espace de vie qui s’est développée en démographie dans l’étude des trajectoires résidentielles, en reconnaissant la nécessité de prendre en compte l’inscription spatiale des parcours, c’est-à-dire l’ensemble de lieux qui modèle le champ d’action des individus. L’objectif consiste ici à suivre l’espace d’activité des couples sur le temps long de la trajectoire commune des conjoints. De nombreuses enquêtes collectent le lieu de résidence, le lieu de travail de l’enquêté et celui de son conjoint au moment de l’enquête. Les enquêtes biographiques qui reconstituent les trajectoires familiale, professionnelle et résidentielle des enquêtés retracent plus rarement la trajectoire professionnelle des conjoints. C’est néanmoins le cas de l’enquête Biographies et entourage de l’Ined (2001), qui recueille les carrières de l’ensemble des conjoints successifs de l’enquêté et donc nous permet de disposer de l’ensemble des lieux de résidence et des lieux d’activité des deux conjoints, un espace qui évolue au long de leur union (Lelièvre et al., 2002).

3L’inscription spatiale des individus et son évolution sont modelées par différentes formes de mobilités aux temporalités très variées, de la mobilité quotidienne à la mobilité résidentielle. Ces mobilités sont le plus souvent liées, ce qu’illustre le cas particulier de l’espace d’activité. Si l’on se concentre sur l’activité relative au travail, celle-ci est caractérisée par les navettes entre le domicile et le lieu de travail. Or ces navettes entrent en interaction avec la mobilité résidentielle. En effet, un déménagement induit un changement de distance entre résidence et lieu de travail et peut nécessiter un changement de travail pour limiter la distance et/ou la durée des navettes. À l’inverse, un changement de travail peut entraîner une stratégie de relocalisation du lieu de résidence. La localisation du lieu de résidence et les navettes domicile-travail qui en résultent affectent l’ensemble des membres du ménage. Le passage de l’individu à une unité d’analyse meso s’impose et le couple apparaît comme une unité d’analyse pertinente des stratégies impliquant navettes et mobilité résidentielle.

1. Quelques modalités d’observation des contextes et d’analyse des parcours liés

1.1 De la dynamique des lieux à la dynamique de l’entourage

4En démographie, les avancées convergentes concernant la contextualisation des trajectoires individuelles résultent de plusieurs courants distincts, issus d’une part des études de la mobilité résidentielle et de l’urbanisation (les trajectoires dans un espace en recomposition) et d’autre part des études des réseaux sociaux et de solidarité. Nous allons rapidement en examiner les tendances.

5Dans les études de migration, de nombreux auteurs ont souligné l’importance des facteurs contextuels ; la question des relations réciproques entre les mobilités et les recompositions spatiales constitue un champ de recherche fécond (Dureau et al., 2006). Néanmoins, l’analyse des trajectoires individuelles couplées à l’histoire des lieux, au-delà des défis statistiques, nécessite un corpus d’observations que l’on constitue de façon variée (Hugo, 1985 ; Schoumaker et al., 2006 ; Bonvalet et Bringé, 2009). Une première méthode consiste à collecter des données concernant les localités directement auprès des individus interrogés dans l’enquête biographique rétrospective (Axinn et al., 1997). Cette approche s’avère peu fructueuse, accumulant d’une part des témoignages parfois divergents sur les mêmes localités, et d’autre part des informations erronées. Ainsi, lors des tests de l’enquête Biographies et entourage, des questions visaient à préciser l’accessibilité des différents logements occupés par les répondants : l’analyse des réponses obtenues montrait par exemple des logements occupés en 1952 desservis par un réseau de transport express initié dans les années 1970… On peut également coupler une enquête biographique reconstituant les parcours individuels au recueil d’information dans les localités citées par les enquêtés (Dupont et Lelièvre, 1993 ; Schoumaker et al., 2006). Enfin, la reconstitution de l’évolution du peuplement et des caractéristiques des localités et du territoire à partir des sources existantes (recensements successifs, inventaires communaux, etc.) constitue une alternative lourde mais efficace (voir Dureau et al., 2006, Bonvalet et Bringé, 2009).

6Dans les études portant sur les réseaux interrelationnels, c’est l’introduction de la dimension temporelle qui est relativement récente (Lelièvre et al., 1997). L’enquête Biographies et entourage, qui a mis en pratique la reconstitution de trajectoires de réseaux, a collecté des informations concernant le parcours (familial, résidentiel et professionnel) des diverses personnes qui constituent l’entourage des enquêtés (Lelièvre et Vivier, 2001). Le détail de ces parcours est variable et ajusté à la proximité relationnelle des personnes concernées. Il est recueilli auprès d’un interlocuteur unique et permet ainsi de suivre la composition de l’entourage tout au long de la vie de l’enquêté selon des périmètres variés (Golaz et Lelièvre, 2006). D’autres enquêtes ont favorisé le recueil de trajectoires de lignées. Ainsi dans l’enquête Biographies et solidarités familiales au Québec, le contexte intergénérationnel est privilégié, les biographies liées étant celles des différentes générations (Kempeneers et Dandurand, 2009). On s’intéresse aussi aux individus et leur contexte de travail, comme dans l’enquête Familles et Employeurs qui combine le témoignage de chaque membre du couple et le contexte social du travail pour explorer plus finement les négociations au sein des couples, en particulier du point de vue de la constitution de la famille et des rôles de chacun en termes de production et de reproduction (Pailhé et Solaz, 2009).

7On constate en retraçant ces avancées un double mouvement : les collectes biographiques individuelles qui reconstituaient la dynamique des parcours ont évolué dans le sens de leur contextualisation en collectant de l’information sur l’évolution des lieux ; alors que l’observation, initialement transversale, des réseaux de sociabilité ou de l’entraide familiale (Bonvalet et Ogg, 2006) a intégré le temps selon des modalités diverses.

1.2 De l’analyse contextuelle et multiniveau à la typologie de trajectoires

8Du point de vue des méthodes d’analyse, la prise en compte du contexte dans l’étude des comportements constitue un enjeu central. Le plus souvent, on s’efforce d’éviter une opposition stérile entre individualisme et holisme méthodologiques en intégrant des éléments de contexte aux caractéristiques individuelles. C’est par exemple le cas des nouvelles voies de modélisations dites « multiniveaux » (Courgeau, 2001). Cette approche est avant tout inférentielle et stochastique : on va par exemple évaluer l’influence de caractéristiques tant individuelles que contextuelles sur l’occurrence d’un événement donné. Pourtant, dans de nombreux cas, la difficulté à définir sans équivoque les comportements ou à prendre en compte leurs interdépendances, nécessite une phase d’exploration des données, notamment afin d’identifier les principales régularités observables ; ce qui permet ensuite de formuler des hypothèses. Un corpus de méthodes descriptives, dites parfois « holistes » en ce sens que l’unité d’analyse est la trajectoire dans son ensemble (Billari, 2001) et non un événement, une transition en particulier, offre la possibilité d’explorer les données en laissant sa place au « flou » (GRAB, 2006) et en conservant une grande souplesse dans les hypothèses de départ. L’analyse séquentielle, par exemple l’Optimal Matching Analysis (Abbott et Tsay, 2000) ou certaines formes d’analyses des correspondances (Grelet, 2002) permettent ainsi la description de trajectoires individuelles hétérogènes (Robette, 2010), en y intégrant éventuellement des éléments de contexte.

9Pratiquement, dans l’application proposée ici, le défi est à la fois méthodologique et heuristique. Il s’agit tout d’abord de tirer partie du fait que l’on dispose des trajectoires liées de deux individus, les membres d’un couple. Cela doit ensuite contribuer à répondre à une question centrale de l’étude de la mobilité résidentielle, qui est de savoir en quoi les changements de la résidence commune résultent d’un arbitrage entre les navettes (domicile-travail) des deux conjoints. Pour cela, on s’appuie sur un cadre conceptuel, celui de l’espace de vie, et donc sur la répartition des lieux qui composent l’espace d’activité des couples.

2. Construire l’espace d’activité des couples

10À la croisée des lieux et des liens, au long des trajectoires individuelles, nous présentons ici une analyse qui permet d’illustrer l’enjeu et les apports de la prise en compte du contexte interindividuel dans l’étude des biographies. L’espace d’activité des couples nous procure pour cela une application particulièrement éclairante. Ainsi que nous l’avons déjà noté, cet espace s’inscrit dans des temporalités multiples car il est délimité par des lieux du quotidien et les lieux de résidence successifs. L’espace d’activité d’un individu fait en effet référence au « territoire à l’intérieur duquel il effectue ses activités » (Hooimeijer, van der Knaap, 1994). Nous nous intéressons ici à l’activité liée au travail et le type de mobilité associé : les navettes entre le domicile et le lieu de travail. Envisager l’espace d’activité permet donc de tenir compte du fait que les personnes sont impliquées dans différentes sphères. Néanmoins, c’est la trajectoire des individus qu’il nous intéresse de contextualiser, et non leur simple inscription territoriale à un moment donné. Le premier enjeu est celui de la disponibilité de données permettant d’envisager l’étude de trajectoires liées.

11Le domicile est commun aux membres du ménage et la trajectoire résidentielle résulte de décisions dont l’arbitrage dépend, entre autres, des deux conjoints (pour les individus en union). Pour prendre en compte les parcours liés de ces deux membres du ménage, nous avons donc envisagé d’étudier l’évolution de l’espace d’activité des couples à partir des informations recueillies par l’enquête Biographies et entourage sur les trajectoires professionnelle et résidentielle de l’enquêté et de l’ensemble de ses conjoints successifs. Concernant d’autres lieux du quotidien qui correspondent aux activités de loisir, de courses, d’accompagnement, etc., il ne nous est pas possible d’en tenir compte. En effet, recueillir de façon rétrospective l’intégralité des déplacements quotidiens pendant les périodes passées n’est pas envisageable. Nous allons donc travailler sur un nombre plus limité de lieux que l’on peut suivre au cours de la vie des couples grâce à une collecte rétrospective.

12Pour pouvoir envisager une dynamique commune, nous ne sommes donc en mesure de reconstituer l’espace changeant d’activité des couples qu’au moyen des trois lieux suivants : le lieu de résidence du couple et le(s) lieu (x) de travail lorsque le(s) conjoint(s) travaille (nt). Un espace qui correspond au territoire à l’intérieur duquel les deux membres d’un couple effectuent leurs activités.

L’enquête Biographies et entourage est une enquête biographique rétrospective qui a été menée par l’Ined en 2001 auprès de 2 830 personnes appartenant aux générations nées entre 1930 et 1950 résidant en Île-de-France.
Au-delà de l’individu enquêté, elle explore l’histoire de sa lignée (des grands-parents de l’enquêté à ses petits enfants), de ses conjoints et de ses proches. Chaque biographie peut ainsi être replacée dans son contexte familial et historique qui s'étend de 1900 à 2000. Ce faisant, elle ouvre des perspectives d'analyses très riches, en particulier en matière de carrières et de mobilités professionnelles, de dynamiques résidentielles et d’histoires familiales.
L’information est factuelle mais le questionnement a été conçu pour recueillir également de nombreux éléments de perception, situant ainsi l’enquête à la croisée du quantitatif et du qualitatif (Lelièvre et Vivier, 2001).

13Les données de Biographies et entourage permettent d’étudier l’espace d’activité des couples pour l’ensemble des périodes d’union collectées. Toutefois, pour que l’analyse soit fructueuse, il est nécessaire que la durée des unions soit suffisamment longue. Compte tenu de l’âge des enquêtés, entre 50 et 70 ans en 2001, les individus en couple au moment de l’enquête le sont souvent depuis un nombre relativement élevé d’années. L’ancienneté médiane des couples est ainsi de 31 ans, elle est supérieure à 25 ans dans ¾ des cas et inférieure à 10 ans dans seulement 8 % des cas. De telles durées sont difficilement envisageables avec les unions précédentes. Ceci nous a conduits à circonscrire notre échantillon aux couples en union au moment de l’enquête. Nous étudierons d’abord la situation à l’enquête, puis durant toute la vie de couple.

14Au moment de l’enquête, 78 % des Franciliens âgés de 50 à 70 ans vivent en couple : 87 % des hommes et 70 % des femmes, cela représente 2 222 couples. Au début du processus, c’est-à-dire au moment de l’union, une majorité de ces 2 222 couples sont actifs : 7 sur 10 sont bi-actifs, seul l’homme travaille dans uniquement 2 cas sur 10, les situations où seule la femme travaille ou bien les couples d’inactifs sont très rares (tableau 1). En revanche, au moment de l’enquête, une partie des enquêtés (âgés de 50 à 70 ans) et/ou de leur conjoint est à la retraite, ce qui se traduit par une proportion plus importante de couples dont les deux conjoints sont inactifs (10 %) ou dont seul l’un des conjoints travaille (51 %). Cette augmentation est d’ailleurs proportionnellement plus importante pour les femmes, car l’homme est souvent le plus âgé au sein du couple et prend sa retraite avant son épouse. Les couples bi-actifs ne sont plus alors qu’un peu moins de 4 sur 10.

Tableau 1 : Statut d’activité des couples au fil du temps

Statut d’activité

À la mise en couple (%)

Au moment de l’enquête (%)

Les deux conjoints sont inactifs

1,5

10,5

Seul l’homme travaille

21,3

32,4

Seule la femme travaille

6,5

18,3

Les deux conjoints travaillent

70,7

38,8

Total

100,0

100,0

Source : Biographies et entourage (2001)
Champ : enquêtés en couple au moment de l’enquête

15Les territoires couverts par l’espace d’activité des couples de l’enquête sont de taille variée, en fonction du nombre de lieux (donc du fait que les conjoints travaillent ou non) et de la distance entre les lieux. Ainsi, quand un seul conjoint travaille, quelle que soit la mesure de la distance adoptée, s’il s’agit de la femme, son activité se déroule significativement plus près du domicile que lorsque seul l’homme travail.

16Une régression logistique sur la proximité des lieux de résidence et de travail (même commune ou arrondissement dans Paris intra-muros) en fonction des caractéristiques des enquêtés confirme que les femmes travaillent plus souvent à proximité de leur domicile que les hommes. Mais les distances entre le domicile et les lieux de travail des deux conjoints ne dépendent pas seulement du sexe (Tableau 2). Les individus exerçant une profession indépendante travaillent très significativement plus près de leur domicile, ce qui est probablement dû au fait qu’une partie des indépendants exerce à leur domicile, alors que ceux exerçant une profession intellectuelle supérieure travaillent plus loin de leur lieu de résidence. Le fait de résider en banlieue parisienne entraîne de plus longues distances au lieu de travail que pour les individus résidant à Paris. La présence d’au moins un enfant au sein du ménage a aussi un effet positif sur la proximité entre domicile et travail, ce qui corrobore les études transversales existantes (Berger et Beaucire, 2002). En revanche, une fois contrôlés les autres facteurs, le statut d’activité du conjoint ne semble pas avoir d’influence significative.

Tableau 2 : Probabilité que lieu de résidence et lieu de travail soient situés dans la même commune au moment de l’enquête (régression logistique)

même commune

(odds-ratios)

Sexe

homme

ref

femme

1,618***

Profession

Indépendants

5,414***

Professions intellectuelles supérieures

ref

Professions intermédiaires

ns

Employés

1,985***

Ouvriers

1,385*

Lieu de résidence

Paris

ref

petite couronne

0,096***

grande couronne

0,121***

Enfant dans le ménage

aucun

ref

au moins un

1,226**

Conjoint

travaillant

ns

ne travaillant pas

ref

Effectifs

2 183

-2 Log L

2 267

Source : Biographies et entourage (2001)
Champ : enquêtés en couple au moment de l’enquête dont les deux conjoints travaillent
Lecture : ref = modalité de référence, ns = non significatif, * = significatif à un seuil de 10 %, ** = 5 %, *** = 1 %

3. Analyser des trajectoires liées

17L’espace d’activité d’un couple observé à un moment donné adopte des configurations diverses, comportant un à trois lieux selon que les conjoints travaillent ou pas et selon leur proximité. Du début de l’union jusqu’au moment de l’enquête, celui-ci évolue : les distances entre le domicile et le(s) lieu (x) de travail changent au cours du temps, de même que le nombre de lieux composant l’espace d’activité, selon les changements de statut d’activité des conjoints. Construire les trajectoires d’activité des couples implique d’observer ces différentes dimensions et leur évolution au fil du temps, c’est-à-dire conjointement : les situations à chaque moment, les transitions d’une situation à l’autre et la durée de chacune des étapes. L’utilisation d’une approche globale ou holiste de ces parcours apparaît donc nécessaire à la description de ces données complexes, par le biais de typologies de trajectoires.

3.1 Formalisation d’une trajectoire résidentielle et son contexte d’activité

18Plusieurs types de transitions peuvent être identifiés pour passer d’une configuration de l’espace d’activité du couple à une autre, prenant en compte les changements de n’importe laquelle des localisations (lieu de résidence et lieux de travail de l’enquêté et de son conjoint).

19Si le lieu de travail existe (c’est-à-dire si l’individu/son conjoint est actif), il peut :

  1. rester identique,

  2. changer de localisation,

  3. disparaître (lorsque l’individu devient inactif).

  4. sinon il peut :

  5. apparaître (passage de l’inactivité à l’activité),

  6. rester inexistant.

20Le lieu de résidence peut quant à lui rester dans la même localisation ou en changer. De plus, on souhaite introduire un indicateur de distance pour prendre en compte l’éloignement relatif entre les différents lieux au sein de l’espace d’activité du couple et de pouvoir ainsi examiner dans le temps les stratégies sexuées de rapprochement ou d’éloignement, qui influent notamment sur les migrations.

21Examinons les quelques exemples représentés schématiquement dans la figure 1. Dans la situation initiale, les deux conjoints travaillent, dans une commune différente de celle de leur lieu de résidence, l’espace d’activité du couple comprend donc trois communes distinctes. De plus, l’homme travaille plus près du domicile que la femme. Dans l’exemple 1, le couple déménage pour un lieu de résidence plus proche du lieu de travail de la femme que de celui de l’homme. Dans l’exemple 2, l’homme change de lieu d’activité pour travailler dans la même commune que le domicile. L’espace d’activité du couple comprend alors trois lieux mais seulement deux communes distinctes. Enfin dans l’exemple 3, la femme arrête de travailler : l’espace d’activité du couple n’est plus composé que de deux lieux, situés dans deux communes distinctes.

Figure 1 : Exemples de modifications de l’espace d’activité des couples

Figure 1 : Exemples de modifications de l’espace d’activité des couples

Lecture : La maison représente le lieu de résidence du couple, le triangle le lieu de travail de l’homme, et le cercle celui de la femme, les limites communales sont matérialisées en rectangles pointillés.

22En combinant l’activité ou l’inactivité de chacun des conjoints (donc le nombre de lieux) avec un indicateur de proximité des lieux (localisations dans la même commune ou non), dix configurations sont ainsi identifiées (tableau 3).

23Chaque trajectoire va être caractérisée par une succession d’états. Durant les unions, le nombre moyen de changements de résidence est de 1,7 et le nombre moyen de changements d’activité est de 1,9 pour les femmes et de 2,2 pour les hommes. Ce qui se traduit par 3,6 épisodes en moyenne durant une union. Ainsi par exemple, une trajectoire C-H-J-E voit se succéder une situation où l’homme travaille à distance du domicile alors que sa femme n’est pas active puis lorsqu’elle se met à travailler c’est à proximité de leur résidence, ensuite le territoire s’étend : les trois lieux sont éloignés les uns des autres, puis seule la femme travaille à distance. Ainsi, sans autre précision on peut y faire correspondre un profil où les exigences de la constitution de la famille influent sur la non-activité de la femme et la proximité initiale de la résidence à son travail, ces contraintes se relâchent lorsque les enfants grandissent puis l’homme plus âgé prend sa retraite en premier.

Tableau 3 : Nomenclature des configurations des espaces d’activité des couples

Tableau 3 : Nomenclature des configurations des espaces d’activité des couples

Lecture : R = lieu de résidence du couple, H = lieu de travail de l’homme, F = lieu de travail de la femme ; Par exemple, dans la configuration B, l’homme exerce un travail mais non sa femme, l’espace d’activité est donc composé de deux lieux. L’homme travaillant dans sa commune de résidence, l’espace est composé d’une seule commune distincte.
Par exemple, Harold et Claude résident dans le Xe arrondissement de Paris. Au début de leur union, Harold travaille pour les pompes funèbres à Versailles et Claude est inactive, leur espace d’activité correspond donc à la configuration C. Après quelques années, Harold vient travailler à Paris (configuration B), puis arrête finalement de travailler (configuration A).
La trajectoire de l’espace d’activité de ce couple forme la séquence de configurations C-B-A.

24À l’aide de la nomenclature des configurations proposée, les trajectoires de l’espace d’activité des couples peuvent être intégralement codées. Pour mettre en œuvre l’analyse, chaque année se voit attribuer le code qui caractérise l’espace d’activité de cette année-là, de la mise en couple jusqu’au moment de l’enquête. À partir de ce codage, le nombre moyen de changements de configuration de l’espace au cours des trajectoires des couples est de 2,55.

25À ce stade de la formalisation, un premier constat nécessite d’être fait. D’une part, la durée des unions considérées est extrêmement variable et la densité des transitions va dépendre de la longueur des trajectoires. Sachant de plus, que les processus étudiés ont des réalisations peu fréquentes (peu de transitions observées) et que les événements concernés sont très documentés au niveau individuel, on aimerait faire appel aux nombreuses autres informations dont on dispose sur ces trajectoires d’union, telles que la naissance des enfants, la qualification des emplois successifs des deux conjoints, le statut d’occupation de la résidence, etc. Or tenir compte, dans l’analyse de deux trajectoires liées, des caractéristiques dépendantes du temps, mais pas forcément de chacune des transitions, pose des problèmes statistiques que la classification proposée ici n’aborde pas. Analyser ces parcours liés, où se combine la diversité des configurations mais relativement peu de transitions, nécessite d’avoir recours à des méthodes de classification robuste pour progresser.

3.2 Mise en œuvre de la classification des trajectoires d’espaces d’activité des couples

26Pour décrire ces parcours liés complexes, diverses méthodes sont a priori disponibles. Cependant, les trajectoires étudiées ici présentent la particularité d’être de longueurs très variables (de une à 53 années). En effet, la durée des histoires des couples est extrêmement hétérogène dans notre échantillon. Si certaines méthodes, comme l’Optimal Matching Analysis (Abbott et Hrycak, 1990), sont théoriquement à même de traiter des trajectoires de durées différentes, cela reste relativement délicat à mettre en pratique et a été peu testé avec des durées aussi hétérogènes (Stovel et al., 1996). Nous avons donc choisi d’utiliser l’Analyse Harmonique Qualitative, dont la souplesse de mise en œuvre permet de l’adapter aisément à des trajectoires de longueurs aussi hétérogènes.

27L’Analyse Harmonique est une branche des mathématiques qui a connu de nombreuses applications en sciences physiques ou en biologie. Son utilisation dans les sciences sociales est plus récente et date des années 1970 (Deville, 1974, 1977). Il s’agissait alors d’introduire la durée dans l’explication des phénomènes sociaux, grâce à des données sur les histoires individuelles. Cette approche a été ensuite adaptée pour en faire une technique de statistique exploratoire des trajectoires complexes (Deville et Saporta, 1980 ; Deville, 1982) appelée Analyse Harmonique Qualitative. Elle a par exemple, été mise en œuvre à partir des données de Biographies et entourage pour explorer les trajectoires individuelles familiales (Robette et Thibault, 2006) ou géographiques (Bonvalet et al., 2009) mais aussi l’intégralité des carrières professionnelles (Robette et Thibault, 2008).

28L’Analyse Harmonique Qualitative consiste à déterminer une période d’observation, à la diviser en un nombre fini de sous-périodes puis à mesurer pour chaque individu la proportion du temps passé dans chacun des états durant chaque sous-périodei. Une Analyse Factorielle des Correspondances sur la matrice ainsi constituée permet de résumer l’information en sélectionnant les facteurs portant le plus d’inertie (Deville, 1982). On élimine de cette façon le « bruit » statistique sans éliminer d’individu. Une Classification Ascendante Hiérarchique à partir des facteurs permet enfin de dresser des typologies de parcours. La typologie ainsi construite tient compte à la fois de la succession des états, du moment auquel les transitions interviennent mais aussi des durées passées dans les différents étatsii.

29Pour étudier les trajectoires d’activité des couples, nous avons choisi de concentrer l’analyse sur ceux qui ont vécu ensemble depuis au moins 5 ans, dans la mesure où une durée plus courte serait insuffisante pour rendre compte de leur mobilité. Les couples dont l’ancienneté est inférieure à 5 ans représentent seulement 3,6 %, l’échantillon analysé est finalement composé de 2 108 couples. Les trajectoires des espaces d’activité de chaque couple sont coupées en 5 périodes d’amplitude égale à 20 % de l’ancienneté du couple. Pour chacune de ces périodes, on calcule la proportion de la durée de la période passée dans chacune des 10 configurations identifiées précédemment et décrites dans le tableau 3, ainsi 5x10 = 50 variables sont créées.

30La procédure de classification s’avère avoir privilégié le regroupement de trajectoires similaires essentiellement sur la base de la durée passée dans les différentes situations. Chaque classe est caractérisée par une configuration principale, dont la durée moyenne représente entre 59 % et 74 % (tableau 4) de la durée totale de l’union, alors que les autres configurations de l’espace d’activité ont duré moins de 18 % de la longueur totale de l’union. Les trajectoires « oscillent » autour de celle-ci. D’ailleurs, les chronogrammes (voir Figures suivantes caractérisant le parcours-type des classes) montrent que c’est au milieu de la trajectoire que les couples sont le plus souvent dans la situation principale : c’est la situation intermédiaire plus que les situations initiales ou finales qui ont déterminé la constitution des classes.

31Ceci est confirmé par le calcul d’un indicateur de l’homogénéité des classes. En examinant les variations de l’homogénéité des classes au cours du temps, on remarque que les trajectoires sont plus homogènes au milieu de l’histoire des couples (Annexe A). Les situations sont plus diverses au début des trajectoires des couples, en raison de la constitution de la famille et de la naissance des enfants qui imposent une période d’adaptation et en fin d’observation, principalement du fait des départs en retraite.

Tableau 4 : Description des classes de la typologie des trajectoires d’espace d’activité des couples

Tableau 4 : Description des classes de la typologie des trajectoires d’espace d’activité des couples

Source : Biographies et entourage (2001)
Champ : 2 108 couples (enquêté et conjoint) vivant en couple depuis au moins 5 ans au moment de l’enquête.
Lecture : R = lieu de résidence du couple, H = lieu de travail de l’homme, F = lieu de travail de la femme.
*plus l’inertie est faible, plus les trajectoires de la classe sont homogènes.

32Si pour toutes les classes la situation principale dure en moyenne plus de la moitié de la trajectoire, cette situation peut avoir été occupée plusieurs fois. Le nombre moyen d’épisodes dans la situation principale se situe selon les classes entre 1,21 et 1,41 (tableau 4), ce qui montre la fréquence des changements et retours et confirme la complexité et la diversité des trajectoires.

3.4 Description des trajectoires des espaces d’activité des couples

33Les deux premières classes opposent les couples à deux actifs ayant exercé plutôt en dehors de leur commune de résidence aux couples où les femmes ont été principalement inactives mais où les trajectoires révèlent une mobilité plus importante (tableau 4). Les troisième et quatrième classes du point de vue des effectifs, correspondent aux couples à deux actifs dont la résidence est plus proche du lieu de travail des femmes, la mobilité professionnelle au sein de ces classes est importante, en termes de changement de localisation des lieux de travail. Les deux derniers types de trajectoires, qui regroupent seulement 10 % de l’ensemble, décrivent les parcours de couples ayant principalement conduit deux carrières professionnelles dans des termes de proximité plus marqués du lieu de travail des hommes, ce sont les classes les plus homogènes (tableau 5).

Tableau 5 : Caractéristiques des trajectoires d’espace d’activité des couples

Tableau 5 : Caractéristiques des trajectoires d’espace d’activité des couples

Source : Biographies et entourage (2001) ;
Champ : 2 108 couples (enquêté et conjoint) vivant en couple depuis au moins 5 ans au moment de l’enquête.

34La classe la plus importante regroupe 40 % des couples (Figure 2). L’homme et la femme y sont tous deux actifs, dans des localités distinctes de leur lieu de résidence, pendant la majeure partie de leur trajectoire commune. Les deux conjoints font des navettes en dehors de la commune de leur logement. Ils ont les trajectoires d’espace d’activité les moins changeantes (nombre d’épisodes le plus faible : 3,23), et déménagent relativement peu, vivant déjà plus souvent que les autres en Île-de-France dès le début de leur union. Comme ils appartiennent aux générations les plus récentes, ils constituent les couples ayant eu le moins d’enfants (tableau 5) et où le passage à la retraite d’un des membres du couple est le moins fréquent – bien que présent en fin de trajectoire quand s’amplifie le profil E (femmes actives en dehors de la commune de résidence). En termes de dynamique, la présence continue de la configuration C (femmes inactives et travail du conjoint en dehors de la commune) est révélatrice de trajectoires où les femmes interrompent leur emploi à un moment où un autre de l’union. Celle des configurations G, H et I dénote d’autres dispersions du travail des deux conjoints.

Figure 2 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples de la classe 1

Figure 2 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples de la classe 1

J = 2 actifs et 3 communes distinctes
G-H-I = 2 actifs, configurations diverses
C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple
E = homme inactif, l la femme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple

35La seconde classe (30,7 %) se compose de couples dont la femme est le plus fréquemment inactive et l’homme travaille dans une commune différente de celle du domicile pendant la plus grande partie de leur union (figure 3). Les couples de cette classe sont par ailleurs les plus âgés, ils ont déménagé relativement plus souvent (plus de 2 fois durant leur union), pratiquement un tiers étant originaire de province ou de l’étranger, et ont eu plus d’enfants (tableau 5). La constante et forte proportion de plusieurs configurations tout au long du chronogramme dénote des changements des espaces d’activité affectant les trajectoires des couples selon le rapprochement versus l’éloignement du lieu de travail du mari, puis de son passage à la retraite (profil A). La présence plus modeste (10 % en moyenne) mais continue d’une configuration J (deux actifs dans des communes différentes) dénote également des périodes d’activité des femmes dans ces trajectoires. En définitive, la constitution de la famille semble ici jouer un rôle prépondérant dans les stratégies résidentielles : elle implique des changements de résidence qui peuvent se faire au détriment des navettes domicile-travail de l’homme, la femme devenant ou restant inactive. Enfin, le fait que ces couples soient les plus âgés de la typologie engendre aussi de plus nombreux passages à la retraite, parfois accompagnés d’une mobilité résidentielle. Toutes ces caractéristiques expliquent le fait que les trajectoires d’espace d’activité de cette classe soient les plus hétérogènes.

Figure 3 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples de la classe 2

Figure 3 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples de la classe 2

C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple
B = femme inactive, l’homme travaille dans la commune du lieu de résidence du couple
A = 2 inactifs
J = 2 actifs et 3 communes distinctes

36Les troisième et quatrième classes regroupent 17,5 % des trajectoires (figure 4). Ce sont celles où la mobilité est la plus importante et principalement engendrée par les changements dans l’activité des conjoints plutôt que des déménagements (tableau 5). Ces classes regroupent des couples bi-actifs : la classe 3 (12,5 % de l’ensemble) présente une configuration majeure où prime un rapprochement du travail de la femme et la classe 4 (7 % de l’ensemble) un rapprochement plus prononcé du lieu de travail des deux conjoints auprès de leur résidence. Dans ces deux classes, la diversité et la mobilité en début de période est grande avec seulement autour de 40 % de ces couples dans la configuration de référence de la classe.

37On observe donc dans ce cas, que la femme ait ou non un emploi à la mise en couple, une transition vers des navettes féminines de courte distance pendant le début de l’union. Le chronogramme dénote ici un rapprochement entre le lieu de résidence et le lieu de travail de la femme pour la classe 3 et le regroupement autour du lieu de résidence dans les trajectoires de la classe 4. Ce rapprochement peut s’opérer de manière plus ou moins graduelle, comme le montre le nombre important d’épisodes, qui traduit une plus grande variété des trajectoires de l’espace d’activité rassemblés dans ces deux classes.

Figure 4 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples des classes 3 et 4

Figure 4 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples des classes 3 et 4

B = femme inactive, l’homme travaille dans la commune du lieu de résidence du couple
C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple
F = 2 actifs, les 3 lieux dans la même commune
H = 2 actifs, la femme travaille dans la commune de résidence et l’homme au delà
J = 2 actifs et 3 communes distinctes
G-I = 2 actifs, autres configurations

38Les deux dernières classes comprennent respectivement des couples bi-actifs dans lesquels les deux conjoints travaillent dans la même commune (5 %) différente de celle de leur résidence et ceux où l’homme travaille dans la commune de résidence (4,9 %). Ce sont les classes aux effectifs les plus faibles mais elles sont aussi les plus homogènes (figure 5). La mobilité des espaces d’activité de ces couples résulte autant des changements dans leur activité que des déménagements, la classe 5 regroupe les couples des générations les plus jeunes de l’échantillon, et ceux de la classe 6 sont très largement originaires de la région Île-de-France.

Figure 5 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples des classes 5 et 6

Figure 5 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples des classes 5 et 6

B = femme inactive, l’homme travaille dans la commune du lieu de résidence du couple
C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple
F = 2 actifs, les 3 lieux dans la même commune
G =  2 actifs, la femme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple
I = 2 actifs, les 2 conjoints travaillent dans la même commune différente de leur lieu de résidence
J = 2 actifs et 3 communes distinctes

39Lorsqu’on examine certains attributs des différentes classes (tableau 5), comme l’ancienneté du couple, la localisation du lieu de résidence du couple à la mise en union, leur mobilité résidentielle, les générations et le nombre d’enfants, d’autres distinctions apparaissent. Par exemple, les couples des générations anciennes pour lesquels seul l’homme travaille (classe 2), migrants de province ou de l’étranger vers l’Île-de-France et avec un nombre d’enfants plus élevé s’opposent à ceux des classes 1 et 5, composée de couples bi-actifs originaires d’Île-de-France, qui ont rarement migré et ont en moyenne moins de deux enfants.

40Ainsi, la plupart des couples font face au cours de leur vie reproductive à des choix résidentiels qui sont en partie influencés par leur famille et leur carrière professionnelle. Que les deux conjoints travaillent ou seulement un seul, qu’ils aient des enfants ou non, le territoire défini par leur lieu de résidence et leurs lieux de travail résulte d’une adéquation entre rôles sexués, distances géographiques et stratégies familiales et professionnelles. La classification obtenue ici illustre ce phénomène en montrant la diversité des trajectoires d’espace d’activité des couples. Bien que ces premières analyses restent encore limitées, leur robustesse permet de faire émerger des typologies dans un exemple de parcours liés dont la dynamique apparaît de prime abord difficile à caractériser. Ceci, du fait des données disponibles : l’espace d’activité d’un couple et au-delà d’un ménage est en effet facile à renseigner à un moment donné mais pour retracer une trajectoire de ces inter-relations nous avons dû nous contenter d’un espace plus schématique. D’autre part, l’analyse mérite d’être affinée et poursuivie, les variables retenues ici sont des variables dites « fixes » qui n’évoluent pas et l’on aimerait qualifier ces trajectoires sans pour autant être tautologique. Ainsi, comment qualifier une carrière de cadre ? La difficulté réside en ce que les trajectoires ne peuvent être « expliquées » par leur aboutissement et que les variables explicatives doivent pouvoir être mesurées et se modifier au fil de la trajectoire. Autre enjeu, l’inclusion des autres domaines d’implication du couple en particulier pouvoir tenir compte de la constitution de la famille. Ces avancées restent à explorer, dans la mesure où l’on doit traiter d’une information abondante sur un nombre restreint d’observations.

41La prise en compte du contexte est un enjeu déterminant dans l’analyse de la construction des trajectoires individuelles en sciences sociales. Les contextes peuvent être de natures diverses (temporelle, relationnelle, géographique, sociale…) et impliquent des questionnements tant théoriques que méthodologiques. Une fois définis les éléments contextuels pertinents relativement à l’objet de recherche, se pose conjointement le problème de la disponibilité de données et de l’utilisation de méthodes adéquates. Du point de vue des données, la période récente a vu un double mouvement : une contextualisation des collectes biographiques individuelles, mais également l’introduction d’une dimension longitudinale dans l’appréhension des réseaux de sociabilité et d’entraide. Les méthodes, quant à elles, se sont développées dans deux directions : celle de l’inférence statistique, avec notamment les modèles multiniveaux, et celle d’approches plus descriptives, considérant la trajectoire dans son ensemble, comme un tout. C’est dans cette seconde direction que se place l’application empirique que nous avons proposée. Cet article tente d’envisager sous un angle nouveau la mobilité spatiale, dans ses dimensions temporelles distinctes et interdépendantes que sont la mobilité quotidienne avec les navettes domicile-travail, et la mobilité résidentielle de plus long terme. L’inscription spatiale du travail et du logement forme un espace d’activité, qui évolue au cours du temps, en fonction de stratégies non seulement individuelles mais aussi liées à un contexte relationnel plus large, celui de la famille, qui reste ici en filigrane. Les données de Biographies et entourage ont permis de reconstituer la trajectoire de l’espace d’activité des couples, de leur formation jusqu’au moment de l’enquête. La description de ces trajectoires éclaire les arbitrages des couples qui se jouent dans les stratégies de localisation, au confluent du travail, de la famille et du logement et ouvre le champ d’explorations à venir ménageant la prise en compte d’une complexité plus grande à partir d’un corpus de trajectoires observées qui reste de taille modeste.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A., Hrycak A., 1990. « Measuring ressemblance in sequence data : an optimal matching analysis of musicians’ careers », American journal of sociology, (96), p. 144-185.

Abbott A., Tsay A., 2000. « Sequence analysis and optimal matching methods in sociology : Review and prospect », Sociological methods & research, vol. 29, n° 1, p. 3-33.

Axinn W. G., Barber J. S., Ghimire D. J., 1997. “The neighbourhood history calendar : A data collection method designed for multilevel modelling”, Sociological Methodology, 27 : 355-392.

Berger M., Beaucire F., 2002. « Mobilité résidentielle et navettes : les arbitrages des ménages d’Île-de-France », in L'accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, F. Dureau etJ.P. Lévy (dir.), L’Harmattan, 141-166.

Billari F., 2001. « Sequence analysis in demographic research », Canadian Studies in Population, 28 (2), p. 439-458 (Dossier Special Issue on Longitudinal Methodology).

Bonvalet C., Bringé A., 2009. « Trajectoires et données contextuelles », communication à la séance La collecte et l’analyse de biographies liées, applications d’une perspective multiniveau longitudinale, UIESP, Marrakech.

Bonvalet C., Bringé A., Robette N., 2009. « Les trajectoires géographiques des Franciliens depuis leur départ de chez les parents », in Actes du colloque Approches quantitatives et qualitatives des mobilités : quelles complémentarités ?, à paraître

Bonvalet C., Ogg J., 2006. Les enquêtes sur l’entraide familiale en Europe. Paris, Ined. (Méthode et Savoirs ; 4).

Courgeau D., 2001. « Individus et contextes dans l’analyse des comportements selon l’approche multiniveau », in Démographie, Analyse et synthèse, vol. I : La dynamique des populations, G. Caselli, J. Vallin, G. Wunsch (éds), Ined/Puf, Paris, p. 519-536

Deville J-C., 1974. « Méthodes statistiques et numériques de l’analyse harmonique », Annales de l’insee, n° 15, p. 3-101

Deville J-C., 1977. « Analyse harmonique du calendrier de constitution des familles en France », Population, n° 1, p. 17-63

Deville J-C., 1982. « Analyse de données chronologiques qualitatives : comment analyser des calendriers ? », Annales de l’insee, n° 45, p. 45-104

Deville J-C., Saporta G., 1980. « Analyse harmonique qualitative », in Data analysis and informatics, E. Diday (éd.), Amsterdam, North Holland Publishing, p. 375-389

Dupont V., E. Lelièvre, 1993. « De la navette à la migration en ville, stratégies de mobilité dans l'Ouest de l'Inde », in Mobilité spatiale et Urbanisation. Asie, Afrique, Amérique, Dupont & Guilmoto (Eds), Cahiers des Sciences Humaines, vol.29, p.465-488, Orstom

Dureau F., C. Beauchemin, M.L. Coubès, D. Delaunay, 2006. « Les mobilités spatiales dans des contextes en évolution : analyse croisée de deux dynamiques », in États flous et trajectoires complexes : observation, modélisation, interprétation, GRAB – Lelièvre & Antoine (Eds).Méthodes et Savoirs n°5, ined/CEPED, Paris, p. 157-189.

Golaz V., Lelièvre E. 2006. « Continuités et ruptures de l’entourage au fil de la vie ». Communication présentée à la Chaire Quételet, Les systèmes d'information en démographie et en sciences sociales. nouvelles questions, nouveaux outils ? Louvain-la-neuve, à paraître en 2009.

GRAB (Groupe de Réflexion sur l'Approche Biographique), 2006. États flous et trajectoires complexes : Observation, modélisation, interprétation, Paris, INED (coll. Méthodes et savoirs), vol. 5, 301 p.

Grelet Y., 2002. « Des typologies de parcours. Méthodes et usages », Document Génération 92, n° 20, 47 p.

Hooimeijer P., Van Der Knaap B., 1994, « From flows of people to networks of behaviour », Nederlandie Geograflsche Studies, n° 173, p. 177-185.

Hugo G., 1985. "Investigation Community-level Effects on Population Movement" in Casterline (Ed.) The Collection and Analysis of Community Data, Intern. Statistical Inastitute, Voorburg, p. 157-175.

Kempeneers, M., R. Dandurand, 2009. « Dynamiques intergénérationnelles et transformation de la présence familiale autour de la petite enfance », in Quéniart, A. et R. Hurtubises (Eds.), L’intergénérationnel. Regards pluridisciplinaires, Lien social et politiques, Presses de l’EHESP.

Lelièvre E., Bonvalet C. et Bry X., 1997. « Analyse biographique des groupes, les avancées d’une recherche en cours », n° Spécial : Nouvelles approches méthodologiques en Démographie, Population, 4, p.803-830.

Lelièvre E., Vivier G., 2001. « Évaluation d’une collecte à la croisée du quantitatif et du qualitatif : l’enquête Biographies et entourage », Population, 56 (6) : p. 1043-1074.

Lelièvre E., Vivier G. Bonvalet C., 2002. « L’approche de la mobilité à partir des données de l’enquête Biographies et entourage », in L'accès à la ville. Les mobilités spatiales en question, J.P.Lévy & F.Dureau (Eds.), l’Harmattan, coll. Habitats et sociétés, Paris, p. 383-398.

Pailhé A., Solaz A. (dir.), 2009. Entre famille et travail, des arrangements de couples aux pratiques des employeurs, La Découverte, Paris.

Robette N., 2010. Explorer et décrire les parcours de vie : les typologies de trajectoires, Manuel « Les clefs pour », Ceped. À paraître.

Robette N., Thibault N., 2006. « Les itinéraires familiaux des Franciliens nés entre 1930 et 1950 : analyser et classifier des trajectoires démographiques complexes », communication au colloque L’État social à l’épreuve des parcours de vie, AISLF, Liège, 26 Septembre 2006

Robette N., Thibault N., 2008. « L’analyse exploratoire de trajectoires professionnelles : analyse harmonique qualitative ou appariement optimal ? », Population-F, 64 (3), p. 621-646.

Schoumaker B., Dabire H. B., Gnoumou-Thiombiano B., 2006. « Collecter des biographies contextuelles pour étudier les déterminants des comportements démographiques – L’expérience d’une enquête au Burkina Faso », Population-F, 61 (1-2) : 77-105.

Stovel K., Savage M., Bearman P., 1996. « Ascription into achievement : models of career systems at Lloyds Bank, 1890-1970 », American Journal of Sociology, 102 (2), p. 358-399.

Haut de page

Annexe

Indice d’entropie des classes de trajectoires d’espace d’activité des couples

Indice d’entropie des classes de trajectoires d’espace d’activité des couples

Source : Biographies et entourage (2001) ; Champ : 2 108 couples (enquêté et conjoint) vivant en couple depuis au moins 5 ans au moment de l’enquête.

Indice d’entropie de Theil :

t représente le nombre d’individus à un instant t, ptj la proportion de Nt dans l’état j, j = 1,...,q et que par convention 0*log (0) = 0, l’entropie est définie par :

L’entropie est égale à 0 lorsque tous les individus sont dans le même état, et augmente au fur et à mesure de la répartition des trajectoires entre les différents états.

Ici, le calcul confirme que pour toutes les classes, l’homogénéité est maximale en milieu d’union.

Haut de page

Notes

i  Le nombre de variables créées est égal au nombre de sous-périodes multiplié par le nombre d’états.

ii  Pour une présentation plus détaillée de la méthode, voir Robette et Thibault, 2008

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Exemples de modifications de l’espace d’activité des couples
Légende Lecture : La maison représente le lieu de résidence du couple, le triangle le lieu de travail de l’homme, et le cercle celui de la femme, les limites communales sont matérialisées en rectangles pointillés.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 3 : Nomenclature des configurations des espaces d’activité des couples
Légende Lecture : R = lieu de résidence du couple, H = lieu de travail de l’homme, F = lieu de travail de la femme ; Par exemple, dans la configuration B, l’homme exerce un travail mais non sa femme, l’espace d’activité est donc composé de deux lieux. L’homme travaillant dans sa commune de résidence, l’espace est composé d’une seule commune distincte.Par exemple, Harold et Claude résident dans le Xe arrondissement de Paris. Au début de leur union, Harold travaille pour les pompes funèbres à Versailles et Claude est inactive, leur espace d’activité correspond donc à la configuration C. Après quelques années, Harold vient travailler à Paris (configuration B), puis arrête finalement de travailler (configuration A). La trajectoire de l’espace d’activité de ce couple forme la séquence de configurations C-B-A.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 4 : Description des classes de la typologie des trajectoires d’espace d’activité des couples
Légende Source : Biographies et entourage (2001) Champ : 2 108 couples (enquêté et conjoint) vivant en couple depuis au moins 5 ans au moment de l’enquête.Lecture : R = lieu de résidence du couple, H = lieu de travail de l’homme, F = lieu de travail de la femme.*plus l’inertie est faible, plus les trajectoires de la classe sont homogènes.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Tableau 5 : Caractéristiques des trajectoires d’espace d’activité des couples
Crédits Source : Biographies et entourage (2001) ; Champ : 2 108 couples (enquêté et conjoint) vivant en couple depuis au moins 5 ans au moment de l’enquête.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-4.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 2 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples de la classe 1
Légende J = 2 actifs et 3 communes distinctesG-H-I = 2 actifs, configurations diversesC = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du coupleE = homme inactif, l la femme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du couple
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples de la classe 2
Légende C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du coupleB = femme inactive, l’homme travaille dans la commune du lieu de résidence du couple A = 2 inactifs J = 2 actifs et 3 communes distinctes
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples des classes 3 et 4
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende B = femme inactive, l’homme travaille dans la commune du lieu de résidence du couple C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du coupleF = 2 actifs, les 3 lieux dans la même communeH = 2 actifs, la femme travaille dans la commune de résidence et l’homme au delàJ = 2 actifs et 3 communes distinctesG-I = 2 actifs, autres configurations
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5 : Chronogramme des trajectoires d’espace d’activité des couples des classes 5 et 6
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende B = femme inactive, l’homme travaille dans la commune du lieu de résidence du couple C = femme inactive, l’homme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du coupleF = 2 actifs, les 3 lieux dans la même communeG =  2 actifs, la femme travaille dans une commune différente du lieu de résidence du coupleI = 2 actifs, les 2 conjoints travaillent dans la même commune différente de leur lieu de résidenceJ = 2 actifs et 3 communes distinctes
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Indice d’entropie des classes de trajectoires d’espace d’activité des couples
Crédits Source : Biographies et entourage (2001) ; Champ : 2 108 couples (enquêté et conjoint) vivant en couple depuis au moins 5 ans au moment de l’enquête.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1182/img-12.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Lelièvre et Nicolas Robette, « Les trajectoires spatiales d’activité des couples », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1182 ; DOI : 10.4000/temporalites.1182

Haut de page

Auteurs

Eva Lelièvre

Nicolas Robette

INED, 133 boulevard Davout, 75 020 PARIS, eva@ined.fr, nicolas.robette@ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page