Navigation – Plan du site

Les trajectoires socio-spatiales des Franciliens depuis leur départ de chez les parents

Socio-spatial trajectories in the Paris region after leaving home
Catherine Bonvalet et Arnaud Bringé

Résumés

Si l’analyse des trajectoires résidentielles a fait l’objet de nombreuses recherches au cours de ces dernières années, l’influence de l’environnement social a été plus rarement prise en compte. Cet article a pour objectif de suivre les transformations urbaines à partir des comportements de mobilité des 2 830 Franciliens de l’enquête Biographies et Entourage de l’Ined, en tenant compte des changements de la structure sociale des communes provoquées en partie par ces mobilités individuelles.
En intégrant l’évolution sociale de ces communes dans l’analyse des parcours résidentiels, c’est-à-dire en tenant compte du contexte dans lequel ils se sont déroulés, on a pu distinguer plusieurs types de trajectoires : celles qui se sont effectuées dans des communes au marquage social similaire (trajectoires stables ou neutres, 29 %) et celles qui avaient connu des changements que ce soit une amélioration en aboutissant vers une commune au marquage social supérieur (trajectoire ascendante, 6 %) ou un recul en finissant dans une commune au marquage social inférieur (32 %). Cette étude a été complétée par une analyse harmonique qualitative, visant à faire émerger une typologie d’individus ayant eu des profils de trajectoire similaires.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nos remerciements vont à Gwendoline Taché, qui a programmé les traitements informatiques et constitué les fichiers d’analyse dans le cadre de ce projet.

Texte intégral

1Au cours des cinquante dernières années, la Région Île-de-France a connu de profonds changements urbains avec la rénovation de la capitale, la densification des banlieues et le phénomène de périurbanisation qui s’étend actuellement au-delà de ses frontières. Ces transformations s’inscrivent dans le processus d’urbanisation de la France qui a eu un démarrage tardif et une évolution longtemps modérée (Dupaquier et Oldo, 1989) avant de connaître, après-guerre, une concentration urbaine et une mobilité très intense de la population sur le territoire français, la région parisienne étant la principale destinataire de ces mouvements de population (Farnoulliet et Madinier, 1996). En effet, Paris comme l’écrit Bernard Marchand a d’abord « offert l’aspect classique d’un centre (la ville proprement dite) qui, après 1910 s’est dépeuplé lentement, d’une petite couronne qui grandit très vite entre les deux conflits mondiaux, arriva à maturité après la dernière guerre et commença à partir de la fin des années 1960 à se stabiliser et d’une grande couronne encore rurale peu dense qui s’urbanisait alors très vite » (Marchand, 1993). Depuis un quart de siècle, grâce au développement des transports de l’automobile et à la déconcentration des emplois, un nouveau mode de vie urbain à la périphérie des villes s’est peu à peu mis en place basé sur la séparation entre domicile et travail ; les ménages franciliens comme le souligne Martine Berger ont été « les acteurs essentiels de ce renversement de modèle urbain ». Après la construction des grands ensembles des années 1960, on assiste à une véritable explosion pavillonnaire avec la création de « nouveaux villages », de lotissements à la périphérie des communes rurales aux marges de l’agglomération parisienne (Berger, 2004). Ces différents mouvements de population ont entraîné des modifications de la structure sociale de l’espace avec une spécialisation croissante des aires de résidence : certaines communes se sont paupérisées avec le départ des classes moyennes, d’autres comme Paris se sont embourgeoisées avec l’arrivée des classes supérieures et des classes moyennes dans certains arrondissements (Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004). Les ménages en effectuant ou non des choix de localisation tout au long de leur parcours résidentiel ont contribué (avec d’autres acteurs comme les entreprises, les collectivités locales) à refaçonner l’espace urbain qui à son tour structure les trajectoires des individus par un mécanisme de tri et de filtrage (Grafmeyer, 1994).

2Si l’analyse des trajectoires résidentielles a fait l’objet de nombreuses recherches au cours de ces dernières années, l’influence de l’environnement social a été plus rarement prise en compte. Les travaux de Jean-Pierre Lévy qui étudient les parcours en fonction des différents types d’habitat occupés restent pionniers (Lévy, 2003, 2007). L’analyse des enquêtes logement de 1978 à 2002 lui a permis de construire 5 types d’habitat allant de l’habitat bas de gamme à l’habitat haut de gamme et de distinguer différentes trajectoires : ascendantes, descendantes et neutres. Cet article a pour objectif de suivre les transformations urbaines à partir des comportements de mobilité des Franciliens en tenant compte des changements de la structure sociale des communes provoquées en partie par ces mobilités individuelles. L’enquête Biographies et entourage1 de l’INED, réalisée en 2000, recense toutes les caractéristiques des logements habités plus d’un an par les enquêtés (localisation, statut d’occupation, taille et type de logement). Il est ainsi facile de suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et d’étudier comment la répartition des générations nées entre 1930 et 1950 dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. Les cohortes étudiées ont comme caractéristique d’avoir connu les grands changements urbains qui ont marqué la seconde moitié du XXe siècle. Âgés de 50 à 70 ans au moment de l’enquête, les enquêtés ont subi de plein fouet la crise du logement d’après-guerre, ont vécu pour certains l’exode rural, assisté ensuite aux grandes constructions des années 1960, à la rénovation urbaine et au phénomène massif de la périurbanisation. Ils ont surtout, pour la majorité d’entre eux, profité du développement du crédit avec les prêts du Crédit foncier et la création de l’épargne logement, bénéficié de « l’âge d’or de l’accession à la propriété » à l’époque où l’inflation avait pour effet d’alléger rapidement les mensualités d’emprunt. Ils ont également bénéficié de la progression du taux d’équipement automobile, du développement des infrastructures (autoroutes, RER) et de la baisse des coûts de transport. Grâce à cela ils ont pu, aidés par l’industrialisation de la production de maisons individuelles, participer au renouveau du modèle pavillonnaire. Ils ont été ainsi les « pionniers de la périurbanisation » inventant un mode de vie urbain en zone rurale, les premiers militants associatifs dans les « nouveaux villages » et dans certains cas des acteurs à part entière dans les villes nouvelles. Ils ont également été les « pionniers de la gentrification » en réinvestissant les centres villes et en transformant radicalement le paysage social de certains arrondissements des centres anciens (Bidou-Zachariasen, 2003 ; Authier, 2008). La migration vers Paris a constitué l’un des moments forts de leur trajectoire qu’elle se soit passée durant leur enfance ou à l’âge adulte. Seuls 39 % des enquêtés de la génération 1930-1950 présents sur le territoire francilien en 2000 sont Franciliens de naissance. Les autres, originaires de province (35 %) ou de l’étranger (24 %) sont arrivés plus tard (Beaufils, Bonvalet, 2005). Ils sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1930-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXe siècle qu’ils ont connu enfants et la société hypermoderne du XXIe siècle auquel ils ont contribué (Ascher, 2005).

3Après avoir étudié la diversité des trajectoires géographiques des Franciliens selon l’environnement social dans lequel elles se sont déroulées, nous proposerons une typologie des parcours tenant compte de deux trajectoires liées, l’une au niveau micro, celle de l’individu, l’autre au niveau contextuel, celle de sa commune2.

1. Les trajectoires géographiques des Franciliens : analyse des mouvements migratoires

4Les grandes mobilités intra-urbaines, en particulier l’étalement urbain qui s’est opéré depuis la fin des années 1960 en région parisienne, sont le résultat des trajectoires des Franciliens, de leurs arbitrages entre les différentes localisations possibles en fonction des opportunités et des politiques de logement et d’urbanisme. Au cours de leur vie adulte, les générations concernées ont vu la gamme de choix de logements considérablement s’élargir : à côté des nouveaux types de logements (appartements dans des grands ensembles, lotissements de maisons individuelles), s’est développée une offre composée de logements réhabilités, disponibles en location ou en copropriété3, ou de nouveaux immeubles collectifs construits à Paris et surtout en proche banlieue. Les générations ont pu en fonction de leurs ressources et de leur histoire effectuer des parcours plus divers en termes de localisation que les générations précédentes qui ont souvent dû rester dans des logements petits et anciens au centre de l’agglomération (même si un premier desserrement de la région s’est effectué entre les deux guerres avec la loi Loucheur qui favorisa la construction de pavillons autour de Paris4). Cette ouverture dans les choix de localisation se retrouve dans les trajectoires des enquêtés de Biographies et entourage.

L’enquête Biographies et entourage a été collectée par l’Institut National d’Études Démographiques de mars 2000 à septembre 2001. Elle reconstitue les histoires familiales, résidentielles et la vie active de 2 830 Franciliens nés entre 1930 et 1950, ainsi que celles de leurs parents, conjoints, frères et sœurs, mais aussi de leurs enfants et petits enfants. Cet échantillon aléatoire tiré du recensement de 1999 est représentatif de la population résidente en Île-de-France de ce groupe d’âge. L’enquête a été complétée par une centaine d’entretiens semi-directifs dont l’objectif était d’analyser les choix en matière de logement et de localisation au cours de la vie adulte afin de dégager les logiques qui sous-tendent ces trajectoires.

5En effet, si l’on considère uniquement les parcours géographiques des enquêtés depuis leur premier logement indépendant (c’est-à-dire en dehors du domicile familial, mais possiblement chez l’employeur) de façon à pouvoir étudier finement les arbitrages de localisation qu’ils ont effectués au cours de leur vie en fonction des événements familiaux et professionnels, on constate une grande diversité de trajectoires. En retenant 6 localisations : Paris, Proche banlieue, Grande Banlieue, Province, Étranger-Dom-Tom, on obtient 457 mobilités géographiques possibles. Pour 2 822 enquêtés ayant décohabité, qui sont ceux retenus dans la suite de l’article : 28 % des Franciliens âgés de 50 à 70 ans ont commencé leur parcours logement en habitant Paris, 25 % la Petite Banlieue. Les premières installations résidentielles sont en fait un peu plus nombreuses en Province qu’en Grande Banlieue (19 % contre 17 %), les premières localisations à l’étranger ne représentant que 11 % de l’ensemble des enquêtés. Certains sont restés longtemps dans cette première zone géographique, d’autres au contraire ont changé.

Tableau 1 : Localisation géographique du premier logement indépendant

Localisation du premier logement indépendant

Effectifs

Distribution

Paris

796

28

Petite Banlieue

718

25

Grande Banlieue

478

17

Province

532

19

Étranger et DOM-TOM

298

11

Total des trajectoires

2 822

100 %

Source : Biographies et entourage (2001).

6Les changements de localisation apparaissent clairement dans le graphique 1 qui représente la répartition des localisations par âge. Comme point de départ, nous avons retenu 23 ans, les enquêtés ayant décohabité en moyenne à cet âge-là, et 50 ans comme point d’arrivée, âge où tous les enquêtés sont présents dans l’enquête. Ainsi à 23 ans, un peu plus de 20 % des enquêtés habitaient la capitale. Cette proportion diffère du tableau 1 car un certain nombre d’enquêtés n’ont pas encore décohabité et peuvent ainsi résider en province et arriver à Paris dans leur premier logement indépendant plus tard. Jusqu’à l’âge de 28 ans, on constate d’ailleurs un léger accroissement de la proportion d’enquêtés vivant dans la capitale. Au-delà, cette proportion reste globalement stable sur la période, mais les individus ont effectué sur la période des migrations importantes mal prises en compte sur ce graphique.

Graphique 1 : Évolution de la localisation géographique de la population entre 23 et 50 ans

Graphique 1 : Évolution de la localisation géographique de la population entre 23 et 50 ans

Source : Biographies et entourage (2001).

7Il en va différemment si l’on considère uniquement l’évolution de la localisation à l’intérieur de la région Île-de-France : les changements de la répartition spatiale de la population apparaissent clairement sous l’effet de deux mouvements concomitants avec, d’une part une modification de poids relatif puisqu’une partie des provinciaux et étrangers s’installent directement en banlieue, et d’autre part un mouvement centrifuge où Paris, au fil des années, perd une partie de cette génération. Si à 25 ans, 32 % des enquêtés installés en Région Île-de-France se trouvent dans la capitale, ils ne sont plus guère que 20 % à 50 ans. La proche couronne garde un poids à peu près stable au cours du cycle de vie des enquêtés : 39 % à 25 ans, 37 % à 50 ans. La grande couronne est la seule zone géographique dont le poids dans la répartition spatiale augmente au cours du cycle de vie : de 29 % des effectifs à 25 ans à 43 % à 50 ans.

8Ces évolutions sont liées, comme nous l’avons vu en introduction, aux changements urbains de l’Île-de-France. Au milieu des années 1960, c’est-à-dire lorsque les enquêtés âgés de 25 ans en moyenne se sont installés, Paris poursuit la tendance de dépopulation qui débute en 1921 et qui s’accélère fortement après 1954. Les communes de la proche couronne, quant à elles, connaissent une forte croissance avec la construction des grands ensembles. Ceci explique les écarts de chiffres avec l’enquête Peuplement et dépeuplement de Paris menée en 1986 sur les générations 1926-1935 (Bonvalet, Maison, 1996). À 25 ans, soit au milieu des années 1950, quand Paris était encore une zone de population dense, 42 % des personnes interrogées de cette enquête déjà présentes sur le territoire francilien se trouvaient dans la capitale. Ce chiffre n’est que de 32 % dans l’enquête Biographies et entourage traduisant le début de cette baisse de la population.

9La décennie suivante, cette politique est remise en cause. Les constructions de maisons individuelles (qui avaient été limitées au début de la Cinquième République pour des raisons financières et des contraintes liées à l’urgence du problème de logement) reprennent au début des années 1970. L’agglomération parisienne s’étend avec la périurbanisation liée au développement des liaisons ferroviaires et à l’accession à la propriété encouragée par les pouvoirs publics. Dans cette génération, on retrouve bien ces pionniers de l’accession à la propriété en périurbain dont la manière de vivre, tout en n’étant plus celle du monde rural, ne peut être totalement assimilée au mode de vie urbain.

10Si l’on considère l’ensemble des enquêtés mais en ne retenant que les trois derniers changements d’aires géographiques (graphique 2), les mobilités intra-urbaines en Île-de-France se caractérisent depuis plusieurs années par plusieurs mouvements contradictoires. Le premier mouvement, le plus important, est centrifuge : 910 enquêtés soit 32 % de l’ensemble des enquêtés, se sont éloignés du centre de l’agglomération au cours de leur dernière étape, 587 (21 %) pour s’installer en Grande Couronne – parmi eux, 201 Parisiens (7 %) qui sont partis directement en grande couronne – et 386 qui ont quitté la petite couronne pour la périphérie. Par ailleurs, 323 Parisiens (11 %) ont quitté la capitale pour s’implanter en petite couronne.

11Le deuxième mouvement géographique correspond à l’enracinement dans la même zone géographique : 857 enquêtés (27 %) sont restés stables d’un point de vue spatial : 327 (12 %) en petite couronne, 324 (11 %) en grande couronne, 198 (7 %) à Paris.

12Quant au retour au centre de l’agglomération, il concerne 302 enquêtés, soit 11 % de l’ensemble de Franciliens âgés de 50 à 70 ans : 119 enquêtés (4 %) ont quitté la grande banlieue pour habiter la petite banlieue et 183 individus (6 %) ont effectué un retour en centre-ville, c’est-à-dire à Paris. Si on ajoute les 124 ménages franciliens qui après une étape résidentielle en province ou à l’étranger s’installent directement à Paris, on obtient 10 % de retour à Paris.

13Toutes les autres trajectoires (559 enquêtés, soit 27 %) comportent des allers et retours entre la Région Île-de-France et la province ou l’étranger. Ces quelques chiffres résument bien les mobilités que les générations nées entre 1930 et 1950 ont connues au cours des quarante dernières années. Ils confirment le mouvement centrifuge avec notamment le processus de périurbanisation, mais révèlent également un phénomène de stabilité à l’intérieur d’une même zone géographique. Quant au retour au centre, il reste très minoritaire avec 6 % de retour à Paris5.

14Ces premiers résultats, s’ils confirment l’importance des mouvements centrifuges qui se sont opérés dans la région Île-de-France, comportent des limites car ils ne tiennent pas compte de la diversité sociale à l’intérieur de chaque zone géographique (Paris, petite banlieue, grande banlieue). Or comme l’a décrit Martine Berger dans son livre sur les périurbains de Paris (2004), on a assisté depuis les années 1970 à une spécialisation sociale des communes. Il nous a semblé alors pertinent d’approfondir l’analyse en travaillant non plus au niveau des grandes zones géographiques, mais au niveau communal.

2. Des mobilités urbaines qui refaçonnent l’espace social. Des contextes qui structurent les trajectoires.

15La polarisation sociale croissante de la région Île-de-France a été telle qu’il est devenu nécessaire d’intégrer cette dimension dans l’analyse des trajectoires de façon à mieux cerner les stratégies mises en œuvre par les ménages. Car d’après Odile Benoît-Guilbot, « la mobilité résidentielle serait le moyen d’accéder non pas à un logement plus confortable, mais à un quartier plus acceptable » (1982, p. 142). Il est certain que la position résidentielle semble de plus en plus occuper une place très importante dans la mesure où elle tend à refléter la position sociale des ménages ou celle qu’ils souhaitent tenir. Aussi « à défaut d’une position sociale durablement assurée dans la sphère du travail, on s’achète une position résidentielle qui semble d’autant plus affirmée que les voisins sont supposés être des pairs » (Berger, 2004, p. 98). Reste la question de l’étude de la position résidentielle souvent présentée comme la combinaison de plusieurs éléments du statut résidentiel (statut d’occupation, localisation, type de logement). Dans cet article, nous ne retiendrons qu’un seul aspect de la position résidentielle à savoir la localisation dans la région parisienne à travers la commune que nous tenterons de qualifier d’un point de vue social, non seulement au moment de l’enquête mais depuis 1962 de façon à bien prendre en compte les processus de spécialisation sociale de l’ensemble de la région parisienne.

16De nombreuses études ont montré qu’à côté de la périurbanisation, dynamique urbaine qui semble se poursuivre pour la Région Île-de-France, ont émergé d’autres formes d’évolution, notamment les processus de gentrification visibles dans les grandes villes « au point qu’aujourd’hui la gentrification est reconnue comme un élément saillant de la transformation des centres urbains » (Smith, 1999)6. Au départ, le terme gentrification a été utilisé par Ruth Glass en 19637 pour décrire le processus d’arrivée des classes moyennes dans des quartiers dévalorisés à Londres au lieu d’investir les banlieues et les périphéries selon le modèle dominant d’urbanisation. Si l’ensemble des travaux reconnaissent, d’après Catherine Bidou, que la gentrification est essentiellement le fait des villes anglo-saxonnes, estimant que les villes européennes et latines ont toujours abrité des quartiers bourgeois en centre-ville, les recherches en France, aussi bien qualitatives (Chalvon-Demersay, 1984; Bidou, 1984; Authier, 1993), que quantitatives (Chenu, Tabard, 1993 ; Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004) ont mis en évidence que les grandes villes connaissaient des transformations sociales se référant plutôt au phénomène d’embourgeoisement (Preteceille, 2007)8.

17À l’origine, le mot embourgeoisement décrivait les changements survenus à la suite de la désindustrialisation des quartiers, par lesquels les nouveaux arrivants issus des classes moyennes remplaçaient les habitants issus des classes laborieuses. Pourtant, ces changements sont allés au-delà de simples mouvements de population. Ils s’accompagnèrent de transformations radicales des quartiers tant du point de vue social qu’architectural. L’embourgeoisement était donc considéré comme un concept théorique important pour expliquer la mobilité sociale comme « un processus impliquant un changement de la population de telle manière que les nouveaux arrivants sont d’un niveau socio-économique supérieur aux anciens habitants qui va de pair avec un changement » (Clark, 2005, p. 258).

18Plus récemment, la gentrification a pris un autre sens et évoque en particulier les relations tissées entre les personnes et les lieux habités. Ce processus d’embourgeoisement ou de gentrification a fait l’objet de beaucoup de débats et récemment d’évaluations critiques (Bidou, 1984 ; Ley 1996 ; Butler 1997 ; Ascher, 1998 ; Hamnet, 2003 ; Authier 2004; Preteceille, 2007).

19Dans leur livre Sociologie de Paris, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot décrivent bien ce processus qui a transformé la capitale. En 1962, les cadres supérieurs et professions libérales représentaient 4 % de la population active en France et 9,6 % à Paris. Ces chiffres qui s’élevaient en 1999 respectivement à 12 % et 35,3 %, illustrent bien la surreprésentation des cadres à Paris. Mais comme le précisent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, ce phénomène d’embourgeoisement n’est pas le fait des beaux quartiers où les cadres étaient déjà très présents en 1962, mais est lié à leur arrivée dans les quartiers autrefois populaires du centre et de l’est de Paris.

20Un indicateur permet de prendre bien la mesure de ce processus : le rapport du pourcentage de cadres supérieurs sur le pourcentage d’ouvriers par arrondissement. Ce ratio traduit l’intensité de la présence de ménages de cadres dans la commune par rapport à la part de ménages ouvriers. Si pour l’ensemble des arrondissements ce ratio passe de 0,4 à 3,4 de 1962 à 1999 (soit environ 3 fois plus de cadres que d’ouvriers dans la capitale), on observe de grandes différences entre arrondissements : de 0,13 à 2,7 pour le 11e arrondissement et de 0,42 à 5,68 pour le 14e arrondissement. C’est le 5e arrondissement qui se gentrifie le plus : il était de 0,16 en 1962, fléchit en 1968 avec 0,8 pour atteindre 11,5 en 1999.

21Mais Paris n’est pas la seule commune à se gentrifier, la capitale entraîne dans son sillage la petite et la grande couronne : en effet, un certain nombre de cadres notamment de cadres moyens vont s’installer dans des communes proches de la capitale comme Montrouge (Bonvalet, Ogg, 2009), Montreuil (Authier et alii, 2004), où les prix des logements sont restés abordables par rapport à ceux de Paris intra muros. Cette installation des cadres en banlieue est liée à l’attrait de la maison individuelle qui ne se dément pas contrairement à ce que l’on aurait pu penser, renforçant ainsi la polarisation sociale des communes de la région Île-de-France. En effet, Martine Berger souligne que « la diffusion des cadres supérieurs et moyens – voire des employés – dans les différentes communes périurbaines s’accompagne d’une extension aux communes rurales de processus de ségrégation résidentielles entre classes aisées et couches modestes jusque-là spécifiques aux communes des tissus urbains » (Berger, 2004, p. 72). Ces phénomènes expliquent l’évolution du ratio cadres/ouvriers. Il passe de 1962 à 1999 de 0,20 à 0,96 en petite couronne et de 0,18 à 0,90 en grande couronne. Même si on est loin d’atteindre le ratio de Paris (3,4), le processus de gentrification touche bien certaines communes de la banlieue et de la grande banlieue. En effet, l’arrivée des cadres en banlieue a largement contribué « à remettre en cause la division sociale de l’espace qui prévalait jusqu’alors dans la région parisienne » (Berger, 2004, p. 96). Les processus de polarisation ont entraîné de la part des ménages des stratégies d’évitement entre groupes socioprofessionnels, les lotissements se spécialisant en lotissements ouvriers, employés, cadres supérieurs et moyens.

Graphique 3 : Évolution du rapport cadre/ouvrier dans les communes entre 1962 et 1999

Graphique 3 : Évolution du rapport cadre/ouvrier dans les communes entre 1962 et 1999

Source : Biographies et entourage (2001).

22C’est pourquoi à l’intérieur même des grandes zones géographiques analysées précédemment les enquêtés ont pu effectuer différentes trajectoires allant d’un arrondissement de Paris à une commune moins valorisée limitrophe, notamment au moment de l’accession à la propriété, ou d’une commune de banlieue à un lotissement de standing près des entreprises à main-d’œuvre très qualifiée, en particulier dans le secteur sud-ouest de la région parisienne qui a constitué une direction privilégiée du desserrement.

23Ce ratio retenu dans la suite de notre étude, variable communale donc contextuelle, est défini comme la proportion de cadres sur la proportion d’ouvriers dans la commune. Les données correspondantes ont été extraites des recensements Insee9 1962 à 1999, puis une interpolation linéaire annuelle a été effectuée entre deux recensements successifs10, afin de pouvoir caractériser les changements de catégorisation sociale des communes chaque année, ceci que l’enquêté ait migré ou non. Ainsi, chaque année, 4 classes de communes ont été déduites de ce ratio : les 20 % de communes pour lesquelles le ratio est le moins élevé (correspondant aux communes populaires), puis les 30 % suivantes ayant un ratio un peu plus élevé (communes moyennement populaires), viennent ensuite les 30 % suivantes (communes moyennement aisées), et enfin les 20 % de communes ayant le ratio le plus élevé (communes aisées).

24Deux modes de calcul pour ces classes de commune sont possibles dans cette étude :

  • Soit ne prendre en compte que les déménagements de l’individu dans le recalcul de ce ratio. À chaque fois qu’un enquêté effectue un déplacement, la commune d’arrivée se situe-t-elle dans la même classe sociale que la commune de départ ? Si ce n’est pas le cas, il y a transition d’un état vers un autre état. Si c’est le cas, il se déplace dans un espace de même structure sociale.

  • Soit considérer que chaque année, la commune où il réside peut changer de positionnement relatif par rapport à l’ensemble des communes. Si tel n’est pas le cas, l’individu reste dans un environnement social figé. Si tel est le cas, son environnement social se détériore (passage de la commune dans une classe inférieure par rapport à l’année précédente), ou s’améliore (passage dans une classe supérieure). L’individu connaît alors une pression à la paupérisation ou à l’embourgeoisement de son espace résidentiel. Il va pouvoir agir en conséquence : soit rester dans cet espace, soit se déplacer vers un espace plus en adéquation avec ses aspirations sociales, ou contraint par des événements d’ordre familial ou professionnel (naissance d’un enfant, divorce, chômage).

25À partir de ce ratio décrivant l’évolution sociale des communes, il a été possible de cerner le sens des mobilités résidentielles en distinguant plusieurs types de trajectoires selon leur caractère ascendant, descendant ou neutre. Pour cette description, seuls les enquêtés ayant intégralement fait leur parcours en Île-de-France, soit 1 608 individus (57 % des enquêtés) ont été retenus, en raison du manque de données sur les communes situées en province ou à l’étranger.

26Une trajectoire sera considérée comme stable si les différents contextes de résidence de l’individu au cours de la période considérée (25-50 ans) appartiennent à une classe similaire de commune. Une trajectoire sera ascendante (vs descendante), si la séquence de l’individu n’est composée que d’éléments de même classe et de classes supérieures (vs inférieures). Les trajectoires complexes regroupent les trajectoires composées de plus de deux changements de classe opposés, au cours de la période d’observation.

27Dans une première analyse, les changements de classe sont uniquement le résultat des mobilités individuelles. On remarquera le poids important des trajectoires stables, dû précisément à notre mode de calcul, et le poids important des trajectoires descendantes.

Tableau 2 : Types de trajectoires sans prise en compte de l’évolution sociale des communes entre deux déménagements

Secteur géographique à l’enquête

Ascendante

Descendante

Ascendante puis Descendante

Descendante puis Ascendante

Stable

Complexe

Total

Paris intra-muros

8,7

1,8

0,0

8,3

79,1

2,1

100 %

Petite Couronne

5,6

36,6

5,7

6,4

41,6

4,1

100 %

Grande Couronne

10,3

35,7

6,5

8,5

34,3

4,7

100 %

Île-de-France

7,7

30,9

4,6

7,0

45,6

4,2

100 %

Source : Biographies et entourage (2001).

28Les personnes résidant à Paris intra-muros au moment de l’enquête sont celles qui ont majoritairement suivi une trajectoire stable. Leurs changements de commune lors de déménagements se sont effectués très majoritairement dans des communes de niveau social identique, puisque les trajectoires stables représentent près de 80 % des enquêtés de ce groupe. Environ un tiers des individus résidant actuellement en petite et grande couronnes ont connu une trajectoire descendante lors de leurs déménagements. Les trajectoires ascendantes représentent une proportion double des trajectoires en grande couronne plutôt qu’en petite couronne. Ceci pourrait résulter du départ de cadres habitant la petite couronne vers des zones périurbaines afin d’acquérir un type d’habitat spécifique (maison individuelle) dans un environnement social préservé11 (exemple du département des Yvelines). Enfin, la part des trajectoires plus complexes ne change pas significativement entre ces deux groupes.

29Dans une deuxième analyse, tous les changements de classes annuels de communes ont été pris en compte, que l’individu déménage ou non. La part des trajectoires stables se réduit fortement suite à ce changement de définition, au profit de trajectoires plus complexes. La part des trajectoires descendantes se maintient à un niveau élevé.

Tableau 3 : Types de trajectoires en tenant compte de l’évolution sociale des communes

Secteur géographique à l’enquête

Ascendante

Descendante

Ascendante puis descendante

Descendante puis ascendante

Stable

Complexe

Total

Paris intra-muros

6,1

1,3

0,0

13,4

76,4

2,8

100 %

Petite Couronne

4,7

43,7

4,9

12,8

23,0

10,9

100 %

Grande Couronne

6,0

34,3

7,1

17,4

16,1

19,1

100 %

Île-de-France

5,5

32,4

5,1

14,9

28,9

13,2

100 %

Source : Biographies et entourage (2001).

30On notera aussi dans ce cadre d’analyse le type de trajectoire stable très fortement majoritaire pour les enquêtés actuellement localisés sur Paris intra-muros, et la part encore très importante de trajectoires descendantes pour les enquêtés résidant en petite couronne. Les trajectoires complexes, alliées aux trajectoires fluctuantes (Ascendante-Descendante et Descendante-Ascendante), représentent près de 45 % des trajectoires des enquêtés résidant en grande couronne.

31Pour certains types de trajectoires, des régressions logistiques ont été ensuite effectuées afin de déterminer les variables pouvant par exemple expliquer le fait de connaître une trajectoire stable (vs le fait de ne pas avoir une trajectoire stable). Les trois régressions effectuées portent sur les variables suivantes : effectuer une trajectoire stable (oui/non), effectuer une trajectoire ascendante (oui/non), effectuer une trajectoire descendante (oui/non).

32Les variables explicatives prises en compte sont les suivantes : la génération de l’individu (4 modalités : 1930-1934, 1935-1939, 1940-1944, 1945-1950*12), l’origine (Paris, Île-de-France, Province*, Étranger), la dernière PCS exercée (agriculteurs + artisans commerçants, cadres, professions intermédiaires, employés, ouvriers*, inactifs, non déclarés), le statut d’occupation (HLM, propriétaire*, locataire hors HLM, autres statuts), a divorcé sur la période (oui, non*), le diplôme (aucun, inférieur au bac, bac*, supérieur au bac, grandes écoles), le nombre d’enfants (0, 1 à 2*, plus de 2 enfants), le statut matrimonial à l’enquête (célibataire, marié*, remarié, séparé ou divorcé, veuf). Cette sélection de variables s’appuie sur les résultats de travaux antérieurs. Ainsi, concernant la génération d’appartenance et les PCS, Jean-Pierre Lévy a montré que le contexte résidentiel dans lequel les enquêtés ont effectué leur parcours-logement a été moins favorable pour les générations nées après-guerre que pour celles nées avant et durant la seconde guerre mondiale, y compris pour celles appartenant aux classes supérieures (Lévy, 2007). L’origine géographique structure fortement les trajectoires, les Parisiens et Franciliens d’origine étant plus enclins à la stabilité géographique que les migrants (Bonvalet, Maison, 1996). Enfin les analyses réalisées à partir de l’enquête Peuplement et dépeuplement de l’INED ont permis de mettre en évidence le rôle du statut d’occupation dans les trajectoires géographiques (effet stabilisateur pour le logement social, mouvement centrifuge pour l’accession à la propriété) (Bonvalet, 1998).

33Effectuer tout son parcours résidentiel dans des communes appartenant à la même classe résulte de plusieurs situations. Il peut s’agir d’artisans ou de commerçants le plus souvent ancrés dans leur commune où se situe leur entreprise ou leur commerce, ou alors de cadres ayant déménagé à chaque fois dans des communes aisées ou encore d’employés se dirigeant systématiquement dans des localisations populaires. Par ailleurs l’absence d’enfant dans le ménage diminue la probabilité de migrer (Courgeau, 1990) et favorise donc la stabilité des trajectoires. Les trajectoires descendantes concernent, quant à elles, davantage les enquêtés propriétaires peu diplômés qui, pour acquérir leur logement, ont dû quitter les communes aisées comme Paris et certaines communes de proche banlieue et s’installer dans des communes populaires de la Petite Couronne ou Grande Couronne. Ce phénomène s’est accentué pour les générations nées après 1935 et surtout après guerre. Les enquêtés non diplômés habitant un logement social ont également suivi plus fréquemment une trajectoire descendante ayant souvent été obligés d’accepter un logement HLM dans des communes populaires.

34Le nombre de trajectoires ascendantes étant faible (5 %), il est difficile de faire apparaître des facteurs explicatifs. Seul le fait d’être originaire d’Île-de-France est significatif : peut-être les Franciliens ont-ils plus profité que les migrants, de par leur connaissance des lieux, des opportunités pour rester dans des communes ou arrondissements qui se gentrifiaient – loi de 1948 (Loiseau, Bonvalet), achat de logements anciens (Bonvalet, Ogg, 2009).

Tableau 4 : Régressions logistiques dichotomiques : Probabilité d’avoir une trajectoire stable, ascendante ou descendante. Résultat sous la forme d’odds ratios

Variable

Modalité

Effectif

Trajectoire stable

Trajectoire ascendante

Trajectoire descendante

1930-1934 (réf.)

151

1

1

1

Génération

1935-1939

301

0,605**

0,376**

n.s.

1940-1944

391

0,631**

n.s.

n.s.

1945-1950

750

0,674*

n.s.

n.s.

Paris intra-muros

360

n.s.

n.s.

n.s.

Origine

Île-de-France

418

n.s.

1,893**

n.s.

Province (réf.)

546

1

1

1

Étranger

269

n.s.

n.s.

n.s.

Artisan commerçant

80

2,433***

n.s.

n.s.

Cadre supérieur

324

3,360***

n.s.

0,433***

Dernière PCS

Prof. intermédiaire

464

1,540*

n.s.

0,678**

Employé

359

2,042**

n.s.

n.s.

Ouvrier (réf.)

162

1

1

1

Inactif

204

2,147**

n.s.

0,663**

Autre statut

61

n.s.

3,108**

0,326***

Statut

HLM

156

n.s.

0,283*

2,050***

d’occupation

Loc. non HLM (réf.)

322

1

1

1

Propriétaire

1 054

0,478***

n.s.

1,419**

A divorcé

Oui

320

n.s.

n.s.

n.s.

Non (réf.)

1 273

réf.

réf.

réf.

Inférieur au bac

1 009

0,389***

n.s.

1,675**

Diplôme

Bac (réf.)

132

1

1

1

Supérieur au bac

370

n.s.

n.s.

n.s.

Grandes écoles

82

n.s.

n.s.

n.s.

0

154

1,669**

n.s.

0,498**

Nombre

1 ou 2 (réf.)

1 006

1

1

1

d’enfants

3 et +

433

n.s.

n.s.

n.s.

Célibataire

117

n.s.

n.s.

n.s.

État

Marié (réf.)

1 039

1

1

1

matrimonial

Remarié

116

n.s.

n.s.

n.s.

Séparé/divorcé

223

n.s.

n.s.

n.s.

Veuf

98

n.s.

n.s.

n.s.

Effectif

461

87

508

Source : Biographies et entourage (2001)

* p < 0.10 ; ** p < 0.05 ; *** p < 0.01
n.s. : non significatif
Lecture : Pour la génération 1935-39, on dispose d’un odd ratio significatif à 95 % de 0,605, donc une probabilité d’avoir connu une trajectoire stable inférieure à celle de la génération 1930-1934, toutes autres choses égales par ailleurs.

3. Un essai de typologie des trajectoires sociospatiales

35Cependant, le problème auquel on se heurte est que, lorsque l’on souhaite caractériser les trajectoires sociospatiales individuelles à la fois par la succession des étapes observées, la durée de chacune des étapes et la période à laquelle s’opère chaque transition d’une étape à une autre, le nombre de trajectoires possibles devient rapidement très élevé, et les trajectoires sont fortement hétérogènes, traduction de parcours individuels apparemment fortement différents. On a donc utilisé une autre méthode statistique, l’analyse harmonique qualitative, permettant de saisir l’ensemble des trajectoires, d’en faire une classification pour ensuite les regrouper et les analyser en fonction des critères retenus.

36Les travaux de Degenne, Lebeaux, et Mounier (1995) comme ceux de Barbary et Pinzon-Sarmiento (1998), notamment, utilisent dans ce cadre l’analyse harmonique qualitative amorcée par G. Saporta (1981) et J.C. Deville (1982). L’objectif est alors de classer l’ensemble des trajectoires sociospatiales de la population enquêtée selon leur degré de similarité afin d’en réaliser une typologie. Cela est rendu possible par les techniques d’analyse factorielle et de classification, mais nécessite au préalable de coder les trajectoires individuelles de manière adaptée. Son principe consiste à découper la période d’observation (ici 25-50 ans) en sous-périodes et de mesurer, pour chacun des individus et chacune des sous-périodes, la proportion du temps passé dans chacun des états (commune populaire, moyennement populaire, moyennement aisée, aisée, province, étranger, non déclaré), ce que O. Barbary définit comme une densité de présence des individus. Les variables ainsi créées sont alors soumises à une analyse factorielle des correspondances, puis à une classification ascendante hiérarchique. Il est à noter que nous avons conservé les passages en province, à l’étranger et la plupart des résidences inconnues dans cette analyse, afin de pouvoir travailler sur un ensemble de 2 779 individus13.

37Les résultats de l’analyse harmonique orientent vers une partition en 6 classes : on obtient une typologie composée de trajectoires. Les 2 grandes caractéristiques des trajectoires intégrées par l’analyse harmonique, la durée et les transitions entre classes de communes, se retrouvent dans les principaux facteurs différenciant ces classes. Les résultats de cette analyse se trouvent en annexe I, présentés sous la forme de chronogrammes, qui illustrent la proportion de temps passé à chaque âge dans chaque classe, par l’ensemble des individus de la classe.

38Pour déterminer les modalités des variables nominales caractéristiques de chaque classe (et donc faisant l’objet d’une sous-représentation ou d’une surreprésentation dans la classe par rapport à l’ensemble de la population), des valeurs tests ont été calculées systématiquement14.

39Les 6 classes retenues à la suite de cette analyse sont les suivantes :

  • une classe composée de trajectoires relativement stables dans des communes aisées (800 individus, soit 29 % de l’échantillon). Les personnes diplômées (bac ou supérieur, grandes écoles), plutôt âgées (génération 1930-1934), originaires d’Île-de-France, avec pas ou peu d’enfants sont surreprésentées dans cette classe.

  • une classe caractérisée par une transition vers des communes plutôt aisées (742 individus, soit 27 % de l’échantillon). Les personnes peu diplômées, originaires de Paris ou d’Île-de-France, avec 2 enfants sont surreprésentées dans cette classe.

  • une classe caractérisée par une transition vers des communes moyennement populaires (584 individus, soit 21 % de l’échantillon). Les enquêtés peu diplômés, plutôt jeunes (génération 1945-1950), originaires d’Île-de-France, avec 2 enfants sont surreprésentés dans cette classe.

  • une classe caractérisée par une transition vers des communes populaires (185 individus, soit 7 % de l’échantillon). Les personnes pas ou peu diplômées, plutôt jeunes (génération 1945-1950), originaires de l’étranger ou d’Île-de-France, avec 2 enfants sont surreprésentées dans cette classe.

  • une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers la province (253 individus, soit 9 % de l’échantillon). Les personnes diplômées (supérieur au bac ou grandes écoles), plutôt jeunes (génération 1945-1950), originaires de province, sans enfants ou avec beaucoup d’enfants (plus de 3) sont surreprésentées dans cette classe.

  • une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers l’étranger (215 individus, soit 8 % de l’échantillon). Les personnes non diplômées ou au contraire très diplômées, plutôt âgées (génération 1930-1934), originaires de l’étranger, avec 3 ou 4 enfants sont surreprésentées dans cette classe.

40Pour trois de ces classes, il nous a semblé intéressant de compléter cette analyse par des régressions logistiques afin de déterminer les variables pouvant expliquer l’appartenance des individus aux classes de trajectoire suivantes : stabilité dans une classe de communes aisée, transition vers une commune aisée, transition vers une commune populaire.

Tableau 5 : Régressions logistiques dichotomiques : Probabilité d’appartenance à certaines classes suite à l’analyse harmonique qualitative. Résultats sous la forme d’odds ratios

Variable

Modalité

Classe stabilité aisée

Classe transition vers commune aisée

Classe transition vers commune populaire

Génération

1930-1939 (réf.)

1

1

1

1940-1944

0,713***

n.s.

4,708***

1945-1950

0,479***

n.s.

6,353***

Paris intra muros

n.s.

1,494***

n.s.

Origine

Île-de-France

n.s.

1,285**

1,672**

Province (réf.)

1

1

1

Étranger

0,578***

n.s.

1,903***

Artisan commerçant

1,737**

n.s.

n.s.

Cadre supérieur

2,083***

n.s.

0,360**

Dernière PCS

Profs int.

1,480**

n.s.

n.s.

Employé

1,525**

n.s.

n.s.

Ouvrier (réf.)

1

1

1

Inactif

1,661***

0,656***

n.s.

Autre statut

1,617**

0,513**

0,137*

Statut d’occupation actuel

HLM

0,610**

n.s.

n.s.

d’occupation

Locataire (réf.)

1

1

1

Propriétaire

n.s.

n.s.

2,123***

A divorcé

Oui

n.s.

n.s.

n.s.

Non (réf.)

1

1

1

Aucun

0,421***

n.s.

3,575***

Inférieur au bac

0,414***

1,387*

3,374***

Diplôme

Bac (réf.)

1

1

1

Supérieur au bac

n.s.

n.s.

n.s.

0

n.s.

n.s.

n.s.

Nombre

1 ou 2 (réf.)

1

1

1

d’enfants

3 et +

0,746***

0,756***

n.s.

Célibataire

n.s.

n.s.

n.s.

Marié (réf.)

1

1

1

État matrimonial

Remarié

0,520**

n.s.

n.s.

Séparé/divorcé

0,630*

n.s.

n.s.

veuf

n.s.

n.s.

n.s.

Source : Biographies et entourage (2001).

* p < 0.10 ; ** p < 0.05 ; *** p < 0.01

n.s. : Non significatif
Lecture : Pour la 1re régression, on dispose d’un odd ratio de 0,578 pour les étrangers, donc une probabilité d’avoir connu une trajectoire stable dans une commune aisée significativement inférieure aux enquêtés originaires de province, toutes autres choses égales par ailleurs.

41Les trajectoires stables dans une commune aisée correspondent beaucoup plus souvent au parcours résidentiel des cadres, professions intermédiaires, employés et inactifs, qu’à celui des ouvriers, toutes autres choses égales par ailleurs. Par rapport aux provinciaux, les Parisiens, et dans une moindre mesure les Franciliens de naissance ont plus fréquemment suivi une trajectoire ascendante vers une commune plutôt aisée, alors que les inactifs par rapport aux ouvriers, et les personnes de 3 enfants ou plus par rapport à ceux qui ont 1 ou 2 enfants ont significativement moins de chances de connaître ce type de trajectoire. Enfin, être d’une plus jeune génération, ne pas avoir de diplôme, être d’origine étrangère ou d’Île-de-France, être propriétaire seront des facteurs de risque importants pour faire une trajectoire de type « transition vers une commune populaire ». Inversement, être cadre supérieur sera un facteur diminuant la probabilité d’être dans cette classe, toutes autres choses égales par ailleurs.

42Les résultats de ces analyses permettent de suivre conjointement deux phénomènes qui interagissent l’un avec l’autre. D’un côté, les choix que les ménages ont effectués en matière de localisation ont contribué à transformer l’espace urbain dans le sens d’une plus grande polarisation sociale. De l’autre, la spécialisation sociale des espaces a été renforcée par le tri urbain qui s’est opéré au cours des années, par le jeu des partants et des arrivants. Les cadres ont cherché à rester dans des communes aisées (d’où la majorité de trajectoires stables) que ce soit à Paris pour ceux qui privilégiaient avant tout la centralité et l’accessibilité ou dans les communes aisées de l’ouest parisien pour ceux qui restaient attachés aux valeurs familiales et à l’environnement moins urbain. Ces derniers ont pu acquérir un logement dans des quartiers qui se valorisaient quitte à en restreindre la taille ou sont restés locataires, l’essentiel étant de faire correspondre leur position résidentielle à leur position sociale. Pour certains, cette position ne peut être qu’à Paris comme l’explique cet enquêté professeur d’université dont la trajectoire est stable : « on avait tous les deux une idée bien arrêtée, qui était absolument de vivre à Paris. Notre idée de base, ma femme et moi, c’était effectivement de ne pas quitter Paris, voilà. Je crois qu’on est restés des parisiens invétérés. Moi je ne me suis jamais vu vivre ailleurs qu’à Paris, bon. Il me semble que si je devais quitter Paris, je mourrais ». D’autres cadres n’ont pu demeurer à Paris en raison de l’augmentation des prix des logements et ont choisi de s’installer en banlieue préférant l’espace et la nature pour élever leurs enfants. C’est le cas d’une interviewée mariée à un cadre supérieur qui ira habiter la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines dans un lotissement. Quelques années plus tard, le couple déménagera à nouveau « On avait besoin de plus recevoir professionnellement et il nous fallait quelque chose qui soit “mieux” ». Grâce à l’augmentation de leurs revenus, ils réussiront à acheter une maison à Versailles, terminant ainsi sur une trajectoire ascendante. La loi de l’offre et de la demande à travers l’augmentation des prix a conduit nombre de couples appartenant aux classes moins favorisées à s’éloigner de plus en plus du centre de l’agglomération pour acheter une maison : « On a pris ce qu’on pouvait mettre. On a fait le sacrifice du trajet, mais bon on a fait un choix quoi ? on savait au départ qu’il y avait un problème de transport »,explique cette femme habitant à Beaumont sur Oise, dans le nord de la région parisienne, après avoir vécu jeune mariée à Gennevilliers. Ainsi le choix de devenir propriétaire s’est-il traduit par une trajectoire descendante de type « transition vers une commune populaire ».

Conclusion 

43Les trajectoires géographiques des générations 1930-1950 au cours de la deuxième moitié du XXe siècle témoignent des grands moments de l’urbanisation francilienne avec notamment le phénomène de la périurbanisation. Trois grandes tendances se dégagent : un mouvement centrifuge qui éloigne les Franciliens du centre de l’agglomération, une certaine stabilité dans la zone géographique où l’on s’est implanté en Île-de-France, dénotant un attachement à Paris et un enracinement en banlieue, et dans une bien moindre proportion un certain retour au centre de l’agglomération.

44À l’intérieur de chaque zone géographique et a fortiori à l’intérieur de la région Île-de-France, les enquêtés ont effectué des choix de localisation en fonction de l’évolution de leur position dans l’échelle sociale au cours de leur vie : ils ont cherché à faire correspondre leur position résidentielle à leur position sociale en allant habiter ou en restant dans des communes regroupant leurs pairs. Certains ont initié des mouvements urbains comme les pionniers de la périurbanisation ou encore les pionniers de la gentrification. Dans ce cas, ces mobilités ont été permises par les acteurs locaux et nationaux qui ont alors adapté l’offre de logements et d’infrastructures (transports, écoles…). Dans d’autres cas, les mobilités ont été le résultat d’une politique de déconcentration urbaine de l’agglomération comme la construction des villes nouvelles. En effectuant des choix de localisation, les ménages ont contribué à faire évoluer ou à accentuer le marquage social des communes. Ce phénomène que les collectivités locales et les politiques urbaines ont accompagné, voire favorisé par la construction de lotissements ou immeubles destinés à une population spécifique, a renforcé la sélection des nouveaux arrivants et s’est traduit par une spécialisation croissante des aires de résidence au cours de la période 1960-2000. Certaines communes possédant des ressources propres (bon réseau de transports, écoles recherchées…) ont pu ainsi attirer de nouveaux ménages et renouveler leur peuplement (arrondissements centraux de Paris, communes rurales situées dans le périurbain) ; d’autres, moins valorisées, ont vu partir leurs habitants de classes moyennes et arriver ou se maintenir des ménages fragilisés. En intégrant l’évolution sociale de ces communes dans l’analyse des parcours résidentiels, c’est-à-dire en tenant compte du contexte dans lequel ils se sont déroulés, on a pu distinguer les trajectoires qui se sont effectuées dans des communes au marquage social similaire (trajectoires stables ou neutres) et celles qui avaient connu des changements que ce soit une amélioration en aboutissant vers une commune au marquage social supérieur (trajectoire ascendante) ou un recul en finissant avec une commune au marquage social inférieur. Si ces résultats ont permis d’approfondir l’étude des mouvements résidentiels en tenant compte du rôle de la localisation et de son contexte social, d’autres éléments mériteraient d’être intégrés dans l’analyse, c’est le cas du statut sociorésidentiel de l’habitat. En effet, à l’intérieur de chaque commune, existent diverses ségrégations liées à la qualité de l’habitat. Certains ménages ont pu réaliser des parcours ascendants non pas en changeant de localisation mais en changeant de classe d’habitat (par exemple en quittant un immeuble HLM pour devenir propriétaire d’un pavillon dans un quartier situé dans la même commune). D’autres analyses, notamment l’introduction de variables individuelles évoluant au cours du temps, devraient permettre de mieux rendre compte de modifications de l’effet d’un changement de statut d’occupation (par exemple, passage de la location à la propriété) sur la trajectoire sociospatiale (départ de Paris vers une commune de banlieue moins valorisée) ou encore de l’effet d’une séparation, d’un divorce sur la trajectoire sociospatiale. En effet, les trajectoires sociospatiales ne dépendent pas uniquement de l’évolution professionnelle de l’enquêté ou de son conjoint. D’autres événements interviennent, notamment les événements familiaux (naissance des enfants, divorce, veuvage), et les choix en matière de modes de vie (maison individuelle en périurbain, valeurs urbaines favorisant l’insertion en centre-ville). Les arbitrages en matière d’habitat sont d’autant plus difficiles dans un marché du logement de plus en plus tendu et spécialisé, les trajectoires qui en résultent sont diverses et complexes si l’on veut prendre en compte tous les éléments qui composent leur statut (localisation, statut d’occupation, type de logement). En rendre compte reste une entreprise complexe, comme en témoigne cette première tentative.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 1998. « La fin des quartiers ? », in N. Haumont (dir.), L’Urbain dans tous ses états : faire, vivre, dire la ville, l’Harmattan.

Ascher F. 2005. La société hypermoderne, éditions de l’Aube.

Authier J.-Y., 1993. La vie des lieux, Presses Universitaires de Lyon.

Authier J.-Y. et alii (dir.), 2004. La Construction sociale des rapports résidentiels. Expériences, configurations, contextes, Puca-GRS.

Authier J.-Y., 2008. « Les citadins et leur quartier. Enquêtes auprès d’habitants de quartiers anciens centraux en France », L’Année sociologique, vol. 58, n° 1 (« La ville, catégorie de l’action »).

Barbary O., Pinzon-Sarmiento L.M., 1998. « L’analyse harmonique qualitative et son application à la typologie des trajectoires individuelles », Maths. Inf. Sci. Hum n° 144.

Berger M., 2004. Les périurbains de Paris. de la ville dense à la ville éclatée, Paris, Éditions CNRS.

Beaufils, S, Bonvalet C., 2006. « Les trajectoires géographiques des Franciliens de 50 à 70 ans », Paris, IAURIF, note rapide.

Beaufils S., Bonvalet C., 2005. « Origines des Franciliens âgés de 50 à 70 ans », Paris, IAURIF, note rapide.

Benoit-Guilbot O. (dir.), 1982. « Système social et mobilité résidentielle : le cas d’un village péri-urbain dans la région parisienne », Changer de région, de métier, changer de quartier. Recherches en Région parisienne, Presses de l’Université de Nanterre.

Bessy-Pietri P., 2000. « Les formes récentes de la croissance urbaines », Économie et Statistique, n° 336.

Bidou C. 1984. Les Aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Puf.

Bidou-Zachariasen C., 2003. Retours en ville, des processus de "gentrification" urbaine aux politiques de "revitalisation" des centres, Descartes.

Bonvalet C., Bringé A., Riandey B., 1988. « Cycle de vie et changements urbains en Région Parisienne, Histoire résidentielle d’une génération ». Rapport CNAF-DREIF-Ministère de l'Équipement.

Bonvalet C., Maison D., 1996. « Lieux d'ancrage et lieux de passage : itinéraires résidentiels en région parisienne », Réseau socioéconomie de l'habitat, La ville : agrégation et ségrégation sociales, Paris, L'Harmattan.

Bonvalet C., 1998. « Accession a la propriété et trajectoires individuelles », in Y. Grafmeyer, F. Dansereau (dir.), Trajectoires familiales et espace de vie en milieu urbain, Lyon, PUL.

Bonvalet C., Carpenter J., White P., 1995. « The Residential Mobility of Ethnic Minorities : a longitudinal analysis », Urban Studies, volume 32, n° 1.

Bonvalet C., Maison D., 1996. « Lieux d'ancrage et lieux de passage : itinéraires résidentiels en région parisienne » in Réseau socioéconomie de l'habitat. La ville : agrégation et ségrégation sociales, Paris, L'Harmattan.

Bonvalet C., 2006. « Les trajectoires résidentielles des Franciliens de 50 à 70 ans ». Paris IAURIF, note rapide.

Bonvalet C., Ogg J., 2009. Les baby-boomers, une génération mobile, Paris, Ined, Éditions de l’Aube.

Burgel, G., 1993. La ville aujourd’hui, Paris, Hachette, collection Pluriel.

Burgel, G., 1999. Paris avenir de la France, essai sur le nouveau rôle de la capitale française vis-à-vis de la province et du monde, Paris Édition de l’Aube.

Butler T., 1997, Gentrification and the Middle Classes, Aldershot, Ashgate.

Chalvon-Demersay S., 1984. Le Triangle du 16e : des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme.

Chenu M., Tabard N., 1993. « Les transformations socioprofessionnelles du territoire français, 1982-1990 », Population, 6, 1993.

Clark E., 2005. « The Order and Simplicity of Gentrification : a Political Challenge », in R. Atkinson, G. Bridge, Gentrification in a Global Context : the New Urban Colonialism, Londres, Routledge.

Coloos B., Taffin C., 1998. « Mobilité résidentielle et statut d’occupation »,inSegaud M., Bonvalet C., Brun J. (dir.), Le logement et l’Habitat, l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Degenne A., Lebeaux M.O, Mounier L., 1995. « Construction d’une typologie de trajectoires à partir de l’enquête de suivi des jeunes des niveaux V, Vbis et VI », communication aux journées du Cereq.

Deville J.C, 1982. « Analyse des données chronologiques qualitatives, comment analyser les calendriers », Annales de l’Insee n° 45

Dubois-Taine G., Chalas Y., 1998. La ville émergente. Paris, Éditions de l'Aube.

Dupaquier J., Oddo B., 1989. « 1789-1989 : deux siècles d’urbanisation », INSEE Première, n° 44.

Fanouillet J.C., Madinier C., 1996. « L’extension des villes de 1936 à 1990 », INSEE Première, n° 451.

Grafmeyer Y., 1994. Sociologie urbaine, Nathan, 127 p.

Hamnett C., 2003. « Gentrification and the Middle Class Remaking of Inner London, 1961-2001 », Urban Studies, 40 (12), p. 2401-2426.

Julien P., 1998. « L’urbanisation se poursuit dans les années 90 », INSEE Première, n° 603.

Lebart L., Morineau A., Piron M., 2000. Statistique exploratoire multidimensionnelle, Dunod.

Ley D., 1996, The New Middle Class and the Remaking of the Central City, Oxford University Press.

Lévy J.-P., 2007. « Les 50 ans et plus dans la hiérarchie sociale du parc immobilier français (1978-2002) : un rôle prépondérant", in C. Bonvalet et alii, Vieillissement de la population et Logement. Les stratégies résidentielles et patrimoniales, la Documentation française.

Lévy J.-P., 2003. « Peuplement et trajectoires dans l’espace résidentiel : le cas de la Seine-Saint-Denis », Population, vol. 58, n° 3.

Loiseau M., Bonvalet C., 2005. « L’impact de loi de 1948 sur les trajectoires résidentielles en Île-de-France » , Population, (3).

Marchand B., 1993. Paris, histoire d’une ville. XIXe – XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 2004. Sociologie de Paris, La Découverte, coll. Repères, 7.

Pourcher G., 1964. Le peuplement de Paris. Origine régionale. Composition sociale. Attitudes et motivations, Paris, INED, Cahier Travaux et Documents, n° 43.

Preteceille E., 2007. « Is Gentrification a Useful Paradigm to Analyse Social Changes in the Paris Metropolis ? », Environment and Planning A, vol. 3, n° 1.

Saporta, 1981, « Méthodes exploratoires d’analyse de données temporelles », Paris, Cahiers du bureau universitaire de recherche opérationnelle, n° 37-38, Université P. et M. Curie.

Smith N., 1999. « The reassertion of Economics : 1990s. Gentrification in the Lower East Side », International Journal of Urban and Regional Research, 23, p. 638-653.

Haut de page

Annexe

ANNEXE 1 Les chronogrammes issus de l’analyse harmonique qualitative

Classe 1 : une classe caractérisée par une transition vers des communes plutôt aisées

Classe 1 : une classe caractérisée par une transition vers des communes plutôt aisées

Classe 2 : une classe caractérisée par une transition vers des communes moyennement populaires

Classe 2 : une classe caractérisée par une transition vers des communes moyennement populaires

Classe 3 : une classe caractérisée par une transition vers des communes populaires

Classe 3 : une classe caractérisée par une transition vers des communes populaires

Classe 4 : une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers la province

Classe 4 : une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers la province

Classe 5 : une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers l’étranger

Classe 5 : une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers l’étranger

Classe 6 : une classe composée de trajectoires relativement stables dans des communes aisées

Classe 6 : une classe composée de trajectoires relativement stables dans des communes aisées
Haut de page

Notes

1  Cette enquête retrace l'histoire familiale, professionnelle et résidentielle de personnes âgées de 50 à 70 ans et de leur entourage, interrogés sur la Région Île-de-France.

2  Dans cette optique, les choix résidentiels seront étudiés essentiellement à partir du statut social de la commune de départ et de la commune d’arrivée.

3  La copropriété était peu développée, elle n’apparut comme le souligne B. Marchand que timidement à la fin des années 1920. A Paris le statut d’occupation le plus répandu était la location car les immeubles appartenaient aux grands propriétaires ou aux sociétés immobilières.

4  Plus de 50 000 logements furent construits autour de Paris avec la loi Loucheur de 1928, près de 130 000 dans toute la France (Marchand, 1993).

5  Ce chiffre confirme les résultats de Martine Berger

6  Cité par Catherine Bidou-Zachariasen, 2003.

7  R. Glass, “Introduction to London : Aspects of Change”, London, Center  for Urban Studies, 1963.

8 E. Preteceille, 2007, « Is gentrification a useful paradigm to analyse social changes in the Paris metropolis? », Environment and Planning A, vol. 3 , n° 1, p. 10-31.

9  Nous remercions A. Kych (CNRS – CMH) pour sa disponibilité et sa rapidité de transmission des données

10  Nous avons pris les caractéristiques de la commune en 1999 pour les (rares) déplacements entre 1999 et 2001. De même, nous avons conservé le ratio de la commune en 1962 pour les années antérieures.

11  Op. cit. M. Berger, 2004.

12  L’astérisque indique la modalité de référence dans le modèle.

13  Nous avons supprimé les individus qui n’ont jamais décohabité de chez leurs parents, ceux arrivés en région parisienne après 50 ans, et ceux ayant un nombre de réponses « non déclaré » trop important.

14  On pourra se reporter à l’ouvrage de L. Lebart, A. Morineau et M. Piron (2000) pour une description de l’utilisation de ces valeurs tests.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Évolution de la localisation géographique de la population entre 23 et 50 ans
Crédits Source : Biographies et entourage (2001).
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-1.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Graphique 2
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-2.png
Fichier image/png, 106k
Titre Graphique 3 : Évolution du rapport cadre/ouvrier dans les communes entre 1962 et 1999
Légende Source : Biographies et entourage (2001).
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Classe 1 : une classe caractérisée par une transition vers des communes plutôt aisées
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Classe 2 : une classe caractérisée par une transition vers des communes moyennement populaires
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Classe 3 : une classe caractérisée par une transition vers des communes populaires
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Classe 4 : une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers la province
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Classe 5 : une classe caractérisée par une arrivée de ou une transition vers l’étranger
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Classe 6 : une classe composée de trajectoires relativement stables dans des communes aisées
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1205/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Bonvalet et Arnaud Bringé, « Les trajectoires socio-spatiales des Franciliens depuis leur départ de chez les parents », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 11 juillet 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1205 ; DOI : 10.4000/temporalites.1205

Haut de page

Auteurs

Catherine Bonvalet

Arnaud Bringé

INED, 133 Boulevard Davout, 75020 PARIS bonvalet@ined.fr, bringe@ined.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page