Navigation – Plan du site

Temporalité(s) et langage dans l’analyse d’entretiens biographiques

The Temporality of Language and the Interpretation of Biographical Interviews
Gabrielle Varro

Résumés

En interrogeant les rapports entre les dyades temps et temporalité(s), langues et langages, récit et discours, cet article cherche à contribuer au travail d’analyse et d’interprétation sociologiques des entretiens biographiques par la prise en compte de la matérialité langagière. Rappelant que le langage n’est pas transparent, l’auteur insiste sur la nécessité de distinguer ce qui est la parole du sujet de ce qui constitue l’échange avec l’enquêteur. L’étude des temps des verbes employés, notamment, permet de différencier, au sein d’un entretien, la partie récit (constitutive de l’identité narrative de l’interviewé) du discours (l’interaction dans un présent partagé). Après une réflexion théorique (se référant à Benveniste et à Bakhtine, entre autres)  sur ce qu’elle entend ici par « temps » (découpage objectif, catégorisable, de l’expérience humaine) et « temporalité » (ressenti subjectif, échappant à toute figuration), l’auteur présente deux courts extraits d’entretiens où des interviewés parlent de leurs prénoms, comme un exemple de l’application de la méthode proposée. Cette analyse socio-langagière (inspirée de l’analyse du discours) opère à deux niveaux : grammatical et lexical. Si la grammaire permet de distinguer le discours du récit, la sémantique – l’histoire littéraire, philosophique, politique et lexicale des mots – vient creuser l’épaisseur référentielle des énoncés, faisant appel à toute la culture de l’analyste. Parler de la temporalité du langage revient à souligner la qualité des paroles échangées, qui, à l’instar de la musique, sont toujours passantes et déjà passées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comment et pourquoi distinguer temps et temporalité  ? Temps de la langue (et de la grammaire) et temps du discours (qui n’est qu’un repérage et une objectivation de l’insaisissable) ?

2Dans le cadre restreint de cet article, nous ne visons pas à l’exhaustivité mais tâchons de faire « œuvre utile » en adoptant le point de vue d’un/d’une chercheur-e en sciences sociales aux prises avec l’interprétation d’un entretien biographique. Il est important en effet :

  • de prendre acte du fait que le langage n’est pas transparent – que ce qu’un entretien contient n’est pas un simple reflet de la réalité mais une nouvelle construction de celle-ci – et par conséquent,

  • de pouvoir distinguer ce qui est la parole du sujet (participant de sa propre construction identitaire), de ce qui constitue son interaction avec l’enquêteur.

  • 1  « Le récit construit l'identité du personnage, qu'on peut appeler son identité narrative, en const (...)

3L’analyse des marques langagières – et notamment des temps des verbes employés – permet de faire cette différence : grâce à elle, nous pouvons distinguer le récit (constitutif de l’identité narrative1) du discours (échange entre les deux interlocuteurs).

4Après une réflexion théorique sur ce que nous entendons par temps et temporalité dans une perspective langagière, nous proposerons deux courts extraits d’entretiens portant sur la question de la « prénomination » (thème choisi en raison du fort lien que le prénom entretient avec l’identité) pour tenter, en guise d’illustration de notre thèse, d’appliquer ces distinctions à leur analyse.

Quelques repères et définitions

5D’abord, pour parler de la prise en compte de la temporalité en sociologie du langage, il y aurait une distinction à opérer entre catégorisation du temps et conceptualisation des temporalités.

  • 2  Nous nous limitons dans cet article à la langue française. En anglais, le temps verbal (objectif) (...)

6Alors que le terme « temps » lui-même serait lié en français2 à l’aspect formel de la grammaire et de la syntaxe, c’est-à-dire à la manière de catégoriser nos expériences comme ayant une réalité passée, présente et future, les « modes d’être-dans-le-temps »  élaborés par Jean Chesneaux (2004), à savoir les dimensions philosophique et subjective de ces modes d’être, pourraient être conçus et rebaptisées comme « temporalités ».

7Une des premières associations qui s’impose lorsqu’on s’efforce de penser ensemble « temps » et « langage » est d’ordre grammatical : la conjugaison – les temps – des verbes. Mais quid du « reste » ? Nous proposons ici d’employer le mot « temps » pour le découpage présent-passé-futur (la catégorisation) de l’expérience contée et le mot « temporalité(s) » pour ses ressentis ou ses qualités, qu’on pourrait d’ailleurs rapprocher des classiques valeurs modales du verbe en français. Il y aurait ainsi dans le premier terme (temps) quelque chose de l’ordre de l’objectivation, pouvant être figuré par exemple sur un agenda ou un calendrier, dans le second (temporalité) quelque chose de résolument subjectif, d’insaisissable, qui précisément échapperait à toute figuration.

  • 3  Je remercie Max Reinert, qui m’a alertée sur ce point, ainsi que Claude Dubar (qui m’a alertée sur (...)
  • 4  Le mot « discours » aussi souligne ce phénomène de mouvement constant : dis-courir signifie courir (...)
  • 5  Grâce au logiciel Alceste par exemple. Voir Reinert, 1999.

8La temporalité serait ce quelque chose qui ne peut être figuré, fixé, ou catégorisé3. Dans cette optique, temporalité impliquerait flux, écoulement, mouvement qui ne s’arrête jamais, s’opposant par là à l’espace, qui peut être délimité, cadré. Peut-être pourrait-on dire, en jouant sur les mots, que la temporalité, c’est le temps qui nous englobe en passant (dans cette expression, la forme active du verbe « en passant », souligne justement un mouvement perpétuel). On ne peut le réduire à une catégorie, on peut seulement en repérer des indices, des traces. Le discours4 est pris dans ce mouvement continu, qu’on ne peut découper que de manière arbitraire ou formelle5.

  • 6  « Dans notre culture d’aujourd’hui s’intègre toute l’épaisseur d’autres cultures. C’est en cela qu (...)

9L’opposition synchronie/diachronie, soit la différence entre faits de langue et faits de langage, est également centrale lorsqu’on s’interroge sur le rapport du langage au temps. Car si la langue est le système formel, organisé et normé, d’un code, que des linguistes étudient généralement d’un point de vue synchronique pour en décrire l’état à un moment donné, le langage, au contraire,signifie usage de ce code (de la langue) en situation d’interaction, obligeant le sociologue à adopter pour son analyse une approche diachronique – historique – à cause de son épaisseur référentielle6. La particularité qui s’attache à la temporalité du point de vue de la sociologie du langage est donc aussi la prise en compte de cette « profondeur historique » des discours.

La matérialité du langage

10Avec Pierre Achard (1992), des chercheurs en sciences humaines et sociales ont privilégié l’analyse du discours comme mode d’investigation, parce qu’elle permet de repérer dans le langage les traces de la présence ou du passage du sujet, qui est indissociablement dans le langage comme il est dans le temps. Ce sens humain du temps – qui opère « dans le seul champ du mental » (Chesneaux), je propose ici de l’appeler « temporalité ».

11Notre approche ne sera ni historique ni philosophique mais pragmatique, au sens de la pratique d’une méthodologie langagière appliquée aux données recueillies, notamment aux entretiens, pour montrer comment l’analyse du discours peut contribuer à leur interprétation. Car si la « temporalité » ne se laisse guère épingler, les marques formelles du passage du sujet et du temps sont concrètement présentes et inscrites dans la matérialité du langage ; leur assemblage entre dans la construction de la temporalité – « le ressenti » – à l’écoute ou à la lecture d’un texte. Ce sont les « petits mots » (pronoms, articles, verbes, adverbes, etc., généralement négligés par les sociologues), qui en donnent des clés.

12L’analyse socio-langagière se fera donc à deux niveaux : au niveau grammatical et au niveau lexical. Si le niveau grammatical permet de distinguer, dans l’entretien, le discours du récit, la sémantique – l’histoire littéraire, philosophique, politique et lexicale des mots – vient creuser l’épaisseur référentielle des énoncés, faisant appel à toute la culture humaniste de l’analyste.

L’épaisseur du langage

  • 7  Toute traduction est aussi une ré-interprétation. Les écrits de Bakhtine (1895-1975) ont été intro (...)

13« Le mot n’entre pas dans l’expression à partir d’un dictionnaire mais à partir de la vie », disait Mikhail Bakhtine. Il s’agirait d’examiner, non ce qu’un mot « contient » mais ce qu’il construit et ce qu’il pourrait construire. La matière langagière circule en nous, autour de nous, à travers les siècles et le choix d’un mot réactualise, parfois à notre insu (par un « dialogisme »), des sens et des valeurs « déjà-là » et qu’il s’agit de repérer. Bakhtine – réinterprété par Julia Kristeva et Tzvetan Todorov7 – a eu le mérite à l’époque moderne « non seulement d’introduire le terme ’dialogisme’, mais aussi de nous faire prendre conscience de ce qui se joue à travers lui. [Il] a bien montré que l’énoncé individuel est doublement envahi par des voix autres que celles de son sujet présent ; les mots comme leurs combinaisons portent en eux-mêmes les traces de leurs usages passés; et en même temps, la réaction à venir du destinataire imaginaire de cet énoncé est toujours déjà inscrite dans l’énoncé lui-même » (Todorov, 1985).

14La notion de dialogisme et de polyphonie débouche sur celles d’interdiscours, d’interlocution et d’intertextualité, permettant de rechercher dans cette « épaisseur référentielle », c’est-à-dire dans le temps et l’espace combinés, des éclaircissements des mots employés et donc des sens produits par un texte. « Discours clivé où le mot est toujours habité par la voix d’autrui […] C’est ainsi qu’apparurent de nouveaux outils conceptuels en littérature et en linguistique (le roman polyphonique, le carnavalesque, l’hétéroglossie...) » (Thomson & Collinot 2005).

15Le télescopage des époques, des voix, des références, des événements, dans les mots employés, dans leur agencement, est ce que l’on pourrait appeler une a-temporalité : elle est ce qui permet à l’imagination cultivée du chercheur (comme du psychanalyste) de se laisser aller aux associations et interprétations trans-temporelles qui prêtent des sens multiples aux énoncés et en font une co-construction.

16Cette co-construction de la situation d’interlocution à son tour est génératrice d’un sens local (contextuel). Ceci est primordial, parce que la tentation est toujours grande de considérer l’entretien comme un ensemble d’informations factuelles. Or dans cette approche, le discours est considéré d’abord dans son actualisation, c’est-à-dire comme produisant un sens interne au corpus (à l’entretien ou à un ensemble d’entretiens). On considère qu’on n’a pas affaire à la manifestation d’un sens pré-existant mais à des éléments signifiants qui prennent leur sens par leur usage effectif dans une situation donnée. Isoler le récit du discours permet de voir comment le narrateur élabore son histoire, et permet d’ailleurs, si on re-interroge la même personne à un autre moment, de repérer des transformations dans la trame du récit, modifications qui montrent bien qu’on est dans autre chose qu’un compte rendu factuel ou « objectif ».

17De même que dans l’analyse de contenu, la thématique est essentielle dans l’analyse de discours ; il ne s’agit pas de distinguer mécaniquement « la forme et le fond ». Il s’agit plutôt de montrer comment forme et contenu sont liés, mais en partant de l’étude des formes avant celle des thèmes (l’étude des formes permettant au contraire de découvrir des thèmes, comme nous le verrons plus loin dans l’exemple que nous présenterons). Par exemple, dans l’exploration du discours identitaire produit lors d’entretiens sur les valeurs qu’un prénom peut avoir pour son porteur (et pour le donneur), on va considérer que ce que les sujets disent n’est pas le reflet d’une réalité déjà-là (à « retrouver » ou à « découvrir ») mais que, dans chaque énoncé, il y a production (et non reproduction) de nouvelles significations qu’il faudra repérer et interpréter.

18« Toute énonciation, orale ou écrite, suppose une origine de l’énonciation (le je-ici-maintenant à l’œuvre dans le discours), supportée par une situation d’énonciation, à partir de laquelle peuvent s’effectuer des repérages énonciatifs, en particulier le repérage temporel : le passé ou le futur ne sont pas absolus mais repérés par rapport au présent discursif » (Sassier, 2007). Monique Sassier reprend l’idée d’Émile Benveniste, opposant le « présent grammatical au présent de production du discours » ; définition essentielle, qui permet de comprendre la différence entre énonciation et locution (ou narration), d’une part, entre origine de l’énonciation (discours entre je et tu) et origine du point de vue (du narrateur), d’autre part.

19Afin d’illustrer cette opposition, je vais présenter maintenant deux brefs extraits d’entretiens recueillis il y a une quinzaine d’années sur la question du prénom. Pourquoi ce choix ? Le prénom, appartenant au groupe des noms propres, diffère du nom commun en ce qu’il représente un héritage, un passé, l’histoire du sujet, son récit de vie. On prête attention au fait que le prénom appartient à un temps précis d’attribution. La représentation ou la non représentation du sens n’est donc pas une constante. Le prénom n’a pas un sens fixe dans toutes les situations : il faut distinguer par exemple la signification qu’il a pour le donneur au moment de la dation, le sens qu’il prend en usage, et le sens qu’il prend pour le porteur quand celui-ci s’interroge sur le discours de dation dont il a été l’objet.

Récit et discours à propos d’entretiens sur le prénom

20Les gens ne sont pas généralement appelés à motiver leur appellation, sauf dans des situations particulières comme la séance de psychanalyse, par exemple, ou si leur nom est mis en question (par une remarque, une boutade, un entretien). C’est à de telles occasions qu’ils sont amenés à en construire un sens. La connotation se trouve donc liée au temps de la dation (et au donneur). La dénotation, elle, appartient au temps « vécu » en tant que Pierre ou Paul, aussi longtemps que rien ne mobilise la personne à devenir énonciataire-énonciateur de son prénom.

21Il se trouve que nos deux interviewés, Karim et Marie, ont justement l’un et l’autre eu à remotiver leurs prénoms à différents moments de leur vie (situations naturelles) avant d’être amenés à le faire, comme nous allons le voir, dans la situation d’entretien.

22Dans l’étude de notre corpus (Varro, 1993, 1994), il s’agissait de montrer que l’entretien biographique peut être étudié comme un ensemble de séquences organisées temporellement, dans lequel le récit produit par l’enquêté-narrateur se distingue du discours, l’échange avec l’enquêteur-interlocuteur. Le récit est la construction d’une réalité chronologique, où des événements passés sont racontés à partir d’un présent partagé par les co-énonciateurs (enquêté/enquêteur). Pour reprendre les distinctions de Benveniste, la partie narrative (récit) est « la voix désincarnée » (le point de vue) qui raconte l’histoire – qui (re)construit la réalité chronologique grâce aux verbes au passé (autrefois l’aoriste ou passé simple, aujourd’hui le passé composé et plus-que-parfait), et qui aligne la succession d’événements jusqu’à arriver au moment présent partagé avec l’interlocuteur (« maintenant », « aujourd’hui »).

  • 8  Comme Benveniste l’explique, la langue écrite utilise classiquement l’aoriste (le passé simple) po (...)

23Le principal critère pour distinguer le récit du discours sera donc – en suivant librement Benveniste – les temps des verbes: le passé composé établit la succession des événements8, les autres temps se répartissent entre les fonctions de cadrage et d’évaluation. On peut visualiser les deux parties et suivre la narration, qui « avance », avec des accidents typiques du récit oral (« ratés », retours sur soi, etc.) vers le présent de l’énonciation: chaque fois qu’il y a un nouveau passé composé, le récit se rapproche du moment présent de l’énonciation  (maintenant), jusqu’à ce que l’origine du point de vue (les faits narrés par l’énonciateur) rejoigne l’origine de l’énonciation (le narrateur qui dit « je » au présent, à l’adresse de « tu »). La suite des énoncés correspond ainsi à la suite des événements. Le récit oral maintient les faits racontés (passés) au contact de l’univers du discours (présent) par l’emploi des temps parfaits. Bien sûr, il y a des chevauchements entre le commentaire (présence de « je » et de « tu », verbes au présent) et le récit à la première personne suscité par l’entretien ; on trouve « du discours » dans le récit, des amorces ou fragments de « récit » dans le discours, des récits dans le récit. Malgré cette complexité, on voit clairement les deux plans.

24Le repérage des temps des verbes permet ainsi de distinguer deux parties (discours, récit) dans l’entretien, qui peuvent être figurées en schématisant la manière dont ils font « avancer » la chronologie jusqu’au présent partagé. Cette visualisation permet de montrer le mouvement du langage, ou le langage en mouvement – ce que nous avons nommé sa/ses temporalité(s). Parler de la temporalité du langage revient à souligner la qualité, à l’instar de la musique, toujours passante et déjà passée, de ces paroles échangées.

Extrait de l’entretien de Karim

Extrait de l’entretien de Karim

(Fin de l’extrait de l’entretien de Karim)

Extrait de l’entretien de Marie

Extrait de l’entretien de Marie

(Fin de l’extrait de l’entretien de marie)

Analyse des extraits

  • 9  Le récit peut représenter une prise de distance de la part du narrateur (posture objective) aussi (...)

25Les identités narratives de nos interviewés s’élaborent sur les plans à la fois du récit et du discours, c’est-à-dire à la fois dans l’évocation d’un passé iconisée par son enfermement dans un temps révolu9, et dans la construction de sa signification grâce à l’échange avec l’enquêteur/trice. Karim déclare apprécier son prénom (« c’est le préféré »). Marie s’est révoltée contre le sien. Au-delà de ces positions assertées, l’analyse de discours nous permet d’aborder la relation dynamique de chaque protagoniste à son prénom, telle qu’ils la construisent en parlant.

26Certaines études ont souligné la valeur stigmatisante de certains prénoms « étrangers » en France, liée à la tradition assimilationniste et la volonté de francisation (Taboada-Leonetti, 1990, p. 73, Costa-Lascoux et alii., 1984, Lapierre, 1993). On pourrait s’attendre à ce que cette notion interpelle particulièrement Karim, porteur d’un prénom « maghrébin » en France et se demander comment il se positionne à l’égard de la catégorisation « français-étranger ». Mais, bien qu’en France il s’agisse d’un nom ethniquement classant, voire déclassant, il dit le préférer à son premier prénom (Jean). Car son identification avec « Karim » et sa distanciation avec « Jean » sont repérables dans la matérialité langagière: l’analyse distributionnelle du corpus montre que le prénom Karim est associé à un verbe d’état (être, rester Karim) ou d’actualisation (dire Karim), alors que l’autre partie de son prénom est cinq fois mise à distance par l’article défini (« le Jean de mon nom; le Jean a été rajouté; le Jean a été bien choisi; le Jean, le Jean a été très apprécié »). Nous voilà embarqués dans l’analyse des autres « marques langagières » évoquées dans notre introduction – mots « vides »  (comme les articles), mots « pleins » (comme les noms et adjectifs) – qui, parallèlement à l’étude des temps verbaux permettent de distinguer entre récit et discours, nous permettent de construire peu à peu nos interprétations des entretiens.

27Du point de vue thématique, le corpus confirme que le fait de parler de son prénom fait surgir tout le roman familial du sujet. La projection imaginaire sur le prénom en fait pour son porteur le symbole des sentiments des parents. En outre, il existe une performativité du prénom : pas plus que Karim, Marie n’évoque explicitement la notion d’une « essence commune » de son prénom, mais la « fémininité » de Marie pourrait s’y rattacher et son rire signale la possibilité que son « vrai » prénom « masculin » aurait pu la « prédestiner » à devenir un garçon manqué ; se singulariser par son prénom l’a poussée à en chercher un autre qui lui « colle mieux », puisque le prénom qui lui avait été donné la « classait » dans une catégorie (masculine) qui n’était pas la sienne.

28Karim, lui, accepte le prénom composémarqué sur ses papiers mais en disant « je reste Karim », il répond au désir de son père qui « avait envie de garder un nom des origines kabyles ». Par son choix de s’appeler ainsi dans la vie quotidienne, Karim maintient cette origine. Se singulariser par son prénom est également un de ses soucis (« c’est moins commun ») même s’il n’évoque pas explicitement le sentiment de vouloir « coller » avec lui.

29Leurs deux « romans personnels » s’élaborent sur les plans à la fois du récit et du discours mais leur pondération n’est pas la même: chez Karim, récit et discours sont dans un rapport dialectique qui finit par construire son histoire sans qu’il soit possible de la « lire » si on dissocie les deux plans. Au contraire, une fois remembré, le récit-roman de Marie se lit d’une traite et manifeste une structure cohérente par chapitres : le mauvais mariage, le nom du père, etc., un nombre limité de personnages dont la narratrice approfondit la psychologie, etc., et une thèse : d’un mariage raté naît un enfant non-désiré, signalé par l’octroi d’un prénom inapproprié.

30Envisager le prénom comme un acte de langage qui produit des effets, pas seulement sur autrui mais sur soi, revient à dire que des affirmations du type « Je m’appelle... », signifient : « c’est dit et j’en suis comptable ». Certes, ni Karim ni Marie n’emploie jamais cette forme, sans doute à cause de la mise en route de l’entretien (« parle-moi de ton prénom » 2 « mon prénom c’est »), mais nous avons vu que tous deux valident les prénoms qui leur ont été donnés, ne serait-ce qu’administrativement. Cette validation de la réception d’un prénom le rend agissant pour son porteur et on pourrait parler de la performativité de toute prénomination (Casper, 1993). En effet, que « font » les prénoms de Karim et Marie dans ces entretiens ? Le prénom Jean est validé par son porteur par le symbole qu’il représente pour son grand-père mais il est tenu à distance dans sa propre pratique : en s’affirmant Karim, il maintient face à la société française une certaine origine qui n’est pas anodine. Le prénom que Marie a rejeté a été performatif aussi, puisque, transformé, il a été le moyen par lequel elle a construit son identité de femme et élaboré un message à l’adresse de son père.

31Karim explique « le Jean de son nom » en désignant un coupable paradoxal (étrangement Jean à cause de mon grand-père kabyle) mais il attribue la partie Karim à son père, désigné comme à la fois donateur et bénéficiaire du prénom (Karim par mon père pour mon père par mon père quoi). Il est sans doute vrai que Karim accepte son double prénom, tout en accordant une préférence à « Karim », parce que, comme il dit, « c’est plus court, moins commun », mais, comme le révèle son récit, ce prénom l’inscrit de fait dans le désir de son père. à partir de là, le roman familial qu’il construit a le triple effet :

  • de le situer à la jonction des divers courants culturels familiaux, dont il figure comme une soudure (alors que Marie se décrit en rupture)

  • de mettre à distance (avec « le Jean de mon nom ») son héritage protestant

  • d’établir une identification avec le prénom Karim, constituant ainsi une affirmation identitaire kabyle.

32Les deux entretiens sur le prénom se sont donc constitués par des récits dans lesquels le thème majeur (aboutissement imprévisible?) est le désir du père, sous-jacent au prénom. Ce thème est apparu en clair chez Marie mais seule l’analyse langagière a permis de le mettre en évidence aussi dans celui de Karim : bien que dans son commentaire, il dénie la valeur symbolique du prénom, l’analyse de son récit montre que cette valeur a aussi été opérante pour lui. Ainsi, ce qui a été censuré ou nié dans sondiscoursa été révélé par sonrécit.

33Certes, le mouvement du langage – ce que nous avons appelé sa temporalité – va-et-vient entre passé et présent, entre objectivation et subjectivité, entre récit et discours (les deux plans de l’entretien) implique un écoulement inéluctable du temps chronologique. Et s’il est vrai que la temporalité (l’épaisseur référentielle) ne peut être entièrement saisie (nous échappe), elle peut être au moins suggérée grâce à ce type d’analyse.

Haut de page

Bibliographie

Achard, p. 1992. « Entre deixis et anaphore: le renvoi du contexte en situation. Les opérateurs “alors” et “maintenant” en français », pp. 583-592 in m.-a. Morel & l. Danon-Boileau, La deixis, Paris, PUF.

Bakhtine, m. [1927] 1981. Le principe dialogique, Paris, Seuil.

Benveniste, é. 1959/66. Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Casper, m.-c. 1993. « Hans, Jean et Joannes ou les langues du prénom », Langage  et Société n° 66 (décembre), p. 77-97.

Chesneaux, j. 2003. « Cinq clés pour l’appréhension du temps, avec une note conjointe sur sa figuration graphique », Temporalités n° 1.

Costa-Lascoux, j., Charlemagne, j. & Geninet, b. 1984. «  La procédure et les critères de naturalisation », Université Paris II-CNRS, Rapport au Ministère des Affaires sociales.

Esprit (mars-avril 2006), « La pensée Ricœur ».

Jenny, l. 2003. Dialogisme et polyphonie. Université de Genève, département de français moderne.

Lapierre, n. 1993. « La francisation des noms », Ethnologie française (avril-juin).

Reinert, m. 1999. « Quelques interrogations à propos de l’“objet” d’une analyse de discours de type statistique et de la réponse “Alceste” », Langage et société n° 90 (décembre), p. 57-70.

Ricœur , p. [1990] 1996. Soi-même comme un autre, Paris, Points Seuil.

Sassier, m. 2007. « Les figures du temps », Temporalités n° 6/7, p. 117-133.

Sériot, p. 2007. « Généraliser l’unique : genres, types et sphères chez Bakhtine », Texto ! vol. XII, n° 3 (juillet) : http://www.revue-texto.net/

Taboada-Leonetti, i. 1990. « Stratégies identitaires et minorités: le point de vue du sociologue », in c. Camilleri, et alii. (dir.), Stratégies identitaires, Paris, PUF.

Thomson, c. & Collinot a.. 2005. Mikhail Bakhtine et la pensée dialogique. Actes du colloque de Cerisy 1995, The University of Western Ontario, Mestengo Press.

Todorov, t. 1985. « Bilinguisme, dialogisme et schizophrénie », Du bilinguisme, Paris Denoël, p. 11-38.

Varro, g. 1993. « L’élaboration du roman personnel à travers le récit sur le prénom », in Bres J. (dir.), Le récit oral, Université de Montpellier, Praxiling, p. 357-370.

Varro, g. 1994. « Analyse de contenu et analyse de discours: à propos du prénom », Sociétés Contemporaines n° 18-19 (juin-sept.), p. 121-144.

Voloshinov, v. 2008. Marxisme et philosophie du langage, in p. Sériot&i. Ageeva (trad. et éd.), Limoges, Éd. Lambert-Lucas.

Haut de page

Notes

1  « Le récit construit l'identité du personnage, qu'on peut appeler son identité narrative, en construisant celle de l'histoire racontée. C'est l'identité de l'histoire qui fait l'identité du personnage » (Ricœur, 1990, p. 175).

2  Nous nous limitons dans cet article à la langue française. En anglais, le temps verbal (objectif) est désigné par un mot spécifique, tense, ce qui évite la confusion engendrée en français par le fait que le même mot sert à désigner le temps verbal et le temps chronologique, confusion que l’on peut tenter de réduire en distinguant par exemple temps et temporalité.

3  Je remercie Max Reinert, qui m’a alertée sur ce point, ainsi que Claude Dubar (qui m’a alertée sur tous les autres !), Dimitri Derat, François Leimdorfer, Monique Sassier, Barbara Rist et Beate Collet pour leur aide dans l’élaboration de cet article.

4  Le mot « discours » aussi souligne ce phénomène de mouvement constant : dis-courir signifie courir d’ici, de là… sans jamais s’arrêter. Les dictionnaires l’expliquent. Le discoureur ne peut qu’indiquer, désigner, repérer les traces, les marques qui ont été posées à un moment donné (déjà par définition passé); c’est la deixis.

5  Grâce au logiciel Alceste par exemple. Voir Reinert, 1999.

6  « Dans notre culture d’aujourd’hui s’intègre toute l’épaisseur d’autres cultures. C’est en cela que la langue peut être révélatrice de la culture » (Benveniste [1968] 1974, vol. 2 : 23).

7  Toute traduction est aussi une ré-interprétation. Les écrits de Bakhtine (1895-1975) ont été introduits en France par J. Kristeva (Critique n° 239, 1967), par T. Todorov (Le principe dialogique, les écrits du cercle Bakhtine, Seuil 1981) et par des traductions (La poétique de Dostoïevski, Seuil 1970, M. Bakhtine/V.N Volochinov, le marxisme et la philosophie du langage, Minuit 1977, trad. par M. Yaguello). Dans la nouvelle traduction de P. Sériot (2007), ces interprétations (traductions) sont contestées (cf. aussi Volochinov 2008). « Larecontextualisation du texte dans son monde russo-allemand a pour principe de ne jamais utiliser le mot "discours" (sauf dans l'expression consacrée "discours direct/discours indirect") ni le mot "énonciation" » (Sériot, communication personnelle). Cependant, même si notre vision antérieure de Bakhtine était erronée, ses effets pour l’analyse du discours « à la française » ont été importants (ajoutons qu’il n’est pas rare qu’une invention importante soit le fruit d’une première erreur ou d’un hasard).

8  Comme Benveniste l’explique, la langue écrite utilise classiquement l’aoriste (le passé simple) pour cette fonction, forme devenue rare à l’oral et même parfois de nos jours à l’écrit.

9  Le récit peut représenter une prise de distance de la part du narrateur (posture objective) aussi bien qu’une adhésion inconditionnelle (posture subjective) par rapport à ce passé raconté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Extrait de l’entretien de Karim
Légende (Fin de l’extrait de l’entretien de Karim)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Extrait de l’entretien de Marie
Légende (Fin de l’extrait de l’entretien de marie)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Varro, « Temporalité(s) et langage dans l’analyse d’entretiens biographiques », Temporalités [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/123 ; DOI : 10.4000/temporalites.123

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Laboratoire «Professions-Institutions-Temporalités» (Printemps) — Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page