Navigation – Plan du site

De la crise sociale à la crise politique

L’entrée en scène des Nouveaux entrepreneurs politiques en Fédération de Russie
From social to political crises. New political entrepreneurs appear in the Russian Federation
Maryse Ramambason-Vauchelle

Résumés

La disparition de l’URSS peut être expliquée comme la résultante de facteurs économiques, politiques et sociaux. Cet article entend proposer une nouvelle interprétation de cet événement en montrant que la crise politique en URSS est la traduction d’une crise sociale laquelle prend la forme d’une crise de la reproduction sociale au sein de l’instance politique dominante, le PCUS. Il s’agira plus particulièrement de mettre en relief les conséquences économiques et politiques du phénomène de l’inflation des titres scolaires en URSS. Dans ce contexte particulier de crise sociale, l’étude des trajectoires individuelles d’individus qui entrent en politique à la fin des années 1980 permet de rendre compte du soubassement social des transformations politiques en URSS.

Haut de page

Texte intégral

1Le 21 décembre 1991, après une longue période de crise politique, l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) disparaît. Des causes économiques, sociales et politiques ont déjà été avancées pour expliquer sa disparition et la crise politique majeure qui s'en est suivi, notamment en Russie. Cet article propose une démonstration qui articule les facteurs sociaux et politiques et leurs effets simultanés, complémentaires et synchronisési. Plus précisément, il s’agit ici de proposer une démonstration générale et intégrative des effets conjugués et simultanés de dynamiques sociales dans l'espace économique et politique.

2La crise politique que traverse l’URSS à la fin des années 1980 ne serait-elle pas le produit de la généralisation d'une crise sociale ? Les individus qui, à la faveur de nouvelles élections législatives en 1990 en Russie, entrent en politique, ne seraient-ils pas les héritiers de cette crise sociale ? On se propose de répondre à cette double interrogation en mettant en relation un contexte, à savoir celui d'une crise sociale en URSS et sa traduction politique au sein du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS), avec les trajectoires biographiques des « Nouveaux entrepreneurs politiques » (NEPo), nouveaux entrants en politique.

3À partir de la mise en évidence des transformations de la morphologie de la société soviétique et de leurs effets économiques et politiques, il s'agira de déterminer les conditions structurelles au fondement d'une crise sociale. Une crise sociale qui, au sein du Parti, prend la forme d'une crise de la reproduction sociale laquelle s'objective dans une crise politique.

4Les dynamiques sociales n'affectent pas les différents espaces sociaux de manière analogue et selon un tempo identique. La crise sociale devient une crise politique lorsque les membres des institutions politiques de l'URSS, et notamment ceux à l'intérieur du Parti, commencent à envisager ce dernier comme un obstacle majeur à la concrétisation de leurs aspirations sociales. Dès lors, la crise au sein du PCUS peut être analysée comme une crise de la reproduction sociale des élites politiques. Comme le souligne Michel Dobry (Dobry, 1986) les conjonctures de crise politique se caractérisent par leur fluidité, autrement dit par une désectorisation de l'espace social à partir duquel peuvent émerger des mobilisations multisectorielles. L'entrée en politique des nouveaux entrepreneurs est en ce sens un des indicateurs qui permet tout à la fois de repérer et d’analyser ce type de conjoncture.

5Pour montrer comment des dynamiques sociales peuvent être au principe de la crise politique en URSS nous nous saisissons de l'hypothèse émise par Pierre Bourdieu selon laquelle « les changements qui sont survenus récemment, en Russie et ailleurs, trouvent leur principe dans les rivalités entre les détenteurs de capital politique, de première et surtout de seconde génération, et les détenteurs de capital scolaire, technocrates et surtout chercheurs et intellectuels, pour une part issus eux-mêmes de membres de la Nomenklatura politique. » (Bourdieu, 1994, p. 34)

6Une attention particulière sera portée ici aux effets sociaux de l'évolution du niveau de formation scolaire de la population soviétique sur plusieurs générations. Il s'agira de mettre en évidence en quoi le soubassement de la crise politique en Union Soviétique et notamment en Russie soviétique, est une crise sociale, qui résulte d'un décalage structural entre la production de diplômés et leur niveau d'intégration dans les appareils économiques et politiques.

7De nombreuses études ont été produites sur les difficultés économiques de l’URSS. À partir de données concernant l’évolution de la population active (Oxenstierna, 1990 ; Combes, 1980) les chercheurs mettent en évidence la situation de pénurie de main-d’œuvre (Oxenstierna, 1990 ; Lewin, 1997) à laquelle l’URSS se trouve confrontée. D’autres focalisent leur analyse sur l’évolution de la productivité (Sapir, 1980 ; Duchêne, 1989), soulignant sa baisse continue. Si ces travaux montrent bien les contraintes du système économique soviétique, ils laissent de côté les effets sociaux et politiques de ces contraintes. Dans son ouvrage Le siècle soviétique, Moshe Lewin, souligne les transformations de la société soviétique depuis l’après-guerre à partir de données économiques, démographiques et sociologiques. Toutefois, son analyse ne le conduit pas à penser la crise politique soviétique et russe comme le produit de ses transformations sociales. Si l’auteur distingue les rivalités entre les cadres du PCUS et les cadres des administrations d’État qui résultent de la transformation du parti en un appareil bureaucratique (Lewin, 1989, p. 149) nous allons plus loin en démontrant que cette lutte entre des agents de l’État est une lutte pour la reproduction des positions occupées dans l’État, autrement dit une lutte pour le contrôle des ressources de l’État que ces positions procurent. Cette lutte est selon nous animée par des individus disposant de propriétés sociales distinctes, au niveau générationnel et scolaire : parmi eux, nous trouvons ces nouveaux entrepreneurs politiques qui font l’objet de cet article.

8Comment mettre en évidence le phénomène d'une crise de la reproduction sociale au sein du PCUS ? Comment rendre compte des dynamiques sociales au fondement des transformations de l'espace politique soviétique et russe ?

9Pour répondre à ces deux questions nous avons réuni un ensemble d'indicateurs sur les membres du PCUS sur la période 1950-1990 pour rendre compte des caractéristiques sociales de cette population (le nombre d'adhérents par année décliné en termes de classe d'âge, le nombre de diplômés et de non diplômés, le type de diplôme, les grades universitaires, etc.). Parce que le PCUS n'est qu'un microcosme d'un univers plus large, toutes ces données ont été mises en relation avec l'évolution de la morphologie de la population soviétique sur la même période. La crise de la reproduction sociale qui mine le PCUS, fournit un schème d'explication des recompositions politiques ainsi qu'un cadre d'interprétation susceptible d’expliquer l'émergence de nouvelles entreprises politiques et de nouvelles formes de la représentation politique. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons entrepris l'élaboration d'une base de données biographique rassemblant l'ensemble des individus qui participent, d'une manière ou d'une autre, aux dynamiques institutionnelles sur la période 1990-1993 en Russie.

10Afin de produire une analyse susceptible de considérer les trajectoires individuelles comme le produit de dynamiques sociales, nous avons opté pour la démarche prosopographique. Celle-ci nous a semblé la plus adaptée car elle permet, d'une part, de s'intéresser aux individus pris isolément et, d'autre part, d'objectiver les propriétés sociales de ces individus en ce qu'elle offre la possibilité « de réfléchir au rassemblement des personnes ou, si l'on veut, une façon de construire des groupes » (Lacroix, 2003). La prosopographie est en ce sens cet instrument d'objectivation d'un espace social qui, dans la mise en ordre de manière systématique de données individuelles, permet de dégager les propriétés sociales de groupes composés d'individus socialement distincts mais n'en demeurent pas moins proches dans l'espace des positions sociales.

11Les premiers individus recensés dans cette base ont été « sélectionnés » à partir de la lecture de biographies (à titre d'exemple, Gorbatchev, 1995), de travaux d'historiens, d'essais publiés par des acteurs eux-mêmes (Rumjancev, 1992) et articles de presse (Argumenty i Fakty, Nezavissimaja gazeta). Tous les noms cités ont été systématiquement relevés et ont fait l'objet d'une enquête biographique. C'est à partir de leur biographie que nous avons élargi notre base en intégrant les individus cités. Lorsque ces individus étaient membres d'un parti, mouvement, association, groupe ou club, ou encore d'une institution (nouvelle ou ancienne) nous avons systématiquement consulté les fiches correspondantes, ce qui nous a de nouveau permis d'élargir notre base.

12Notre enquête a été facilitée par l'existence de nombreuses bases de données biographiques et particulièrement, la base de données Labyrinthii qui recense près de 25 000 fiches biographiques, annuellement mises à jour. Ainsi pour chacun des individus (nous avons reconstitué à ce jour les trajectoires sociales de près de 2000 individus), nous avons relevé les indicateurs suivants : l'année de naissanceiii, l'année d'entrée et de sortie du PCUS, le type d'institution scolaire fréquenté (université ou institut), les disciplines (littéraire, scientifique, juridique, etc.), le type de formation (cours du soir, cours par correspondance, cours du jour), l'année d'obtention des diplômes (des indicateurs réunis pour l'ensemble des diplômes obtenus par un individu), l’année d'obtention des grades universitaires (candidat, Docteuriv), les différents emplois occupés et leur durée (de l'obtention du diplôme scolaire jusqu'en 2005), les mandats conquis au sein du PCUS ou au sein d'assemblées parlementaires locale et/ou fédérales.

13Suite au recueil de ces données, nous avons procédé à leur mise en ordre. De manière systématique ces informations ont été enregistrées afin de constituer une base de données relationnelles. À partir de cette dernière nous avons recherché les variables qui structuraient l'espace des propriétés sociales détenues par des individus qui occupent des positions sociales distinctes. C'est donc principalement au moyen d'un travail d'analyse statistique que nous avons cherché non seulement à éprouver nos hypothèses mais également que nous avons été conduites à en échafauder de nouvellesv.

14Nous nous attacherons dans une première partie à mettre en évidence les conditions sociales d'émergence de nouveaux entrepreneurs politique au travers de la mobilisation et de la mise en relation d'indicateurs démographiques portant sur la population de l'URSS et notamment, parmi elle, la population diplômée de l'enseignement supérieur et son intégration dans le système économique soviétique. Quelles sont les conséquences de l’inflation des titres scolaires sur le système économique et politique de l’URSS ?

15Les réformes institutionnelles entreprises par Mikhaïl Gorbatchev à la fin des années 1980, permettent l'émergence de nouvelles institutions politiques : le Congrès des députés du peuple en 1989 (nouvelle assemblée parlementaire) et l'institution présidentielle en 1990 peuvent être aperçues comme une réponse à l'incapacité du Parti à intégrer dans ses plus hautes instances de direction de nouvelles générations de cadres politiques. La mise en place d'élections concurrentielles libres et la possibilité pour les candidats de mener des campagnes électorales seront ainsi l'occasion, pour les jeunes générations, issues de fractions du personnel d'État, de même que pour de nouveaux groupes sociaux (entrepreneurs économiques et membres de l'intelligentsia scientifique) de conquérir des postes et des places.

16Qui sont ces individus, d'où viennent-ils, quelle fut leur trajectoire et, dans quelle mesure, la situation sociale et économique de l'URSS a-t-elle influencé leur engagement politique ? Telles sont les questions auxquelles nous répondrons dans une seconde partie, au travers de l'analyse des trajectoires sociales de 155 « nouveaux entrepreneurs politiques ».

1. Les conditions sociales d'émergence de nouveaux entrepreneurs politique

1.1 Les effets de l'inflation des titres scolaires dans un système de formation continue

17L'hypothèsevi défendue ici est que l'évolution différenciée sur la même période de la population soviétique et de la population diplômée de l'enseignement secondaire et supérieur produit une dévaluation constante de l'ensemble des titres scolaires laquelle concourt à établir les conditions favorables à un déclassement généralisé. Mais ce phénomène prend une forme particulière en URSS en raison de l'intégration croissante et continue de générations plus anciennes dans le système d'enseignement supérieur contribuant à renforcer une concurrence entre générations au détriment des plus jeunes.

18La population diplômée du secondaire et du supérieur est multipliée par 37 entre 1950 et 1980 (992 000 à 37,6 millions) alors que la population de l'URSS n’a été mutlipliée que par 1,5 dans la même période (178,2 millions à 265 millions). Si la population de l'URSS augmente de 1 % par an en moyenne entre 1950 et 1980, la population diplômée s'accroît annuellement de 14 % en moyenne sur la même période. Cette croissance en nombre et en pourcentage des diplômés de l'URSS est donc plus rapide que celle de la population. Ces chiffres donnent toute la mesure de l'effort de formation réalisé par l'État soviétique pour satisfaire aux réquisits d'une main-d’œuvre formée susceptible de garantir son industrialisation.

19Cette forte progression du nombre de diplômés de l'enseignement supérieur en URSS ne peut se comprendre sans prendre en considération les modalités de diffusion des formations de l'enseignement supérieur, lesquelles comportent en URSS une originalitévii. En effet, entre 1950 et 1980 en moyenne 45 % des effectifs sont constitués par des étudiants inscrits en cours du soir ou par correspondance. Il résulte de cette situation un double tempo dans le déroulement des études supérieures. Chaque année universitaire voit s'associer et se croiser une cohorte d'étudiants issus directement de l'enseignement secondaire dans la droite ligne d'une scolarisation continue (55 % environ) d'une part, et une seconde cohorte déjà inscrite dans la vie professionnelle, d'autre part. Cette dernière, scolarisée dans des cours du soir ou par correspondance vient chercher dans cet effort scolaire le moyen d'élargir et de consolider ses postes et ses places.

20Il résulte de l'existence de ce double tempo un accès très large aux études supérieures que redouble la succession d'une première et d'une secondeformation. C'est ainsi qu'en 1989, 40 % des 50-59 ans sont en formation secondaire ou supérieure (tableau 1). Le succès de ce système éducatif culmine en 1989 avec 63 % des plus de 20 ans scolarisés dans le secondaire ou le supérieur. De 1959 à 1989, la part moyenne des étudiants évolue de manière sensible représentant 16 % des 20 ans et plus en 1959 et 63 % en 1989.

Tableau 1 : Répartition par classe d'âge des citoyens soviétiques poursuivant des études secondaires ou supérieures (1959-1989)

Classes d'âges

% de scolarisés en 1959

Années de naissance

% de scolarisés en 1970

Années de naissance

% de scolarisés en 1979

Années de naissance

% de scolarisés en 1989

Années de naissance

Multiplication entre 1959 et 1989

20-29 ans

22,6

1930-39

52,6

1940-49

75,3

1950-59

91,8

1960-69

4,1

30-39 ans

20,6

1920-29

33,3

1930-39

60,2

1940-49

86,0

1950-59

4,2

40-49 ans

13,1

1910-19

24,0

1920-29

35,5

1930-39

67,6

1940-49

5,2

50-59 ans

9,2

1900-09

15,7

1910-19

26,7

1920-29

39,8

1930-39

4,3

60 ans +

4,9

1890-99

8,1

1900-09

11,9

1910-19

22,9

1920-29

4,7

Moyenne

15,8

28,0

54,2

63,1

4,0

Source : Jerry F. Hough, (Table 2-4) Soviet Citizens Completing Secondary Education, or Higher by Age Group, Selected Years, 1959 – 1989, in Democratization and Revolution in the URSS. 1981 – 1991, Brooking Institution Press, 1997, p. 46. Tableau modifié par nos soins pour les besoins de l'analyse.

Exemple de lecture : En 1959 22,6 % des 20-29 ans (nés en 1930-39) sont en formation secondaire ou supérieure.

21Toutefois, et c'est là un fait significatif, cette évolution concerne toutes les classes d'âge, celle des plus jeunes comme celles des plus âgées. La part des étudiants dans l'enseignement secondaire et supérieur âgés de 50-59 ans passe ainsi de 9 % en 1959 à 40 % en 1989. Sur la période 1959-1989, l'intégration croissante des jeunes générations comme celle des plus anciennes dans les établissements d'enseignement secondaire et supérieur témoigne d'une concurrence entre générations. Les plus âgés poursuivent leur effort initial de formation de manière continue pour acquérir un capital scolaire susceptible de leur permettre d'avancer dans leur carrière.

22L'ordre de succession des générations d'étudiants évolue de manière contradictoire avec l'ordre de succession des générations. Le constat est remarquable : la population étudiante de l'enseignement secondaire et supérieur vieillit. Ce vieillissement résulte de la présence constante des individus nés entre 1930 et 1939. La part de ces générations dans l'effectif de la population étudiante ne cesse en effet de croître. En 1959, ce groupe de générations représente 22 % de la population étudiante, et 40 % en 1989. À cette date, ils font partie des étudiants les plus âgés, ceux qui ont entre 50 et 59 ans.

23Cette évolution de la démographie scolaire en URSS doit dans le même temps répondre aux impératifs d'une économie soviétique en pleine transformation. Cette dernière, entre 1950 et 1990, passe d'une économie fondée sur la production agricole à une économie fondée sur la production industrielle. Cet effort de formation, parce qu'il contribue à produire une concurrence pour la conquête de titres scolaires entre générations, concourt non seulement à accélérer la dévaluation des titres scolaires mais également à favoriser à titre égal, les individus dotés d'une expérience, autrement dit ceux issus des générations précédentes.

24L'augmentation constante du nombre de diplômés de l'enseignement supérieur conduit les agents sociaux à poursuivre des « stratégies » d'accumulation du capital scolaire dans l'allongement de leur scolarité et l'obtention de titres de plus en plus élevés. En retardant ainsi leur inscription sur le marché du travail, ils limitent par là même les effets de la dévaluation de leur diplôme et l'effectivité de leur déclassement social.

1.2 Les effets de la dévaluation des titres scolaires dans une économie de type « extensive »

25Ce phénomène de dévaluation des titres scolaires, corrélatif de leur inflation, est à ressaisir dans les modalités du processus d'industrialisation de l'économie soviétique. Une industrialisation qui se caractérise par un mode extensif de développement et a pour conséquence de faire baisser de manière continue la productivité économique alors que dans le même temps, elle mobilise un nombre croissant de main-d’œuvre. Un besoin croissant de main-d’œuvre que la mobilisation des « femmes » et des « retraités », populations jusque-là faiblement intégrées au système de production, ne suffira pas à satisfaire. Or, à partir des années 1980, on observe un ralentissement de la croissance de la population en âge de travailler, notamment en Russie soviétique ce qui a pour effet d'instaurer un désajustement tant quantitatif que qualitatif, entre les besoins de main-d’œuvre et les besoins des appareils de production économique. Ce double désajustement, en consacrant un décalage entre la structure des emplois disponibles et la structure de formation de la population en âge de travailler, contribue à intensifier une dévaluation constante de l'ensemble des rapports titres scolaires/postes.

26La faible productivité du capital et du travail en URSS conjuguée à une succession de politiques de production extensive imposeront en permanence une surembauche massive de la population. Le taux d'activité, autrement dit le rapport entre la population active et la population apte au travailviii, demeure extrêmement élevé de 1959 à 1986 (90 %). Néanmoins comme le souligne Gérard Duchêne, « les deux populations ne peuvent paradoxalement pas se recouvrir. La population apte au travail comprend notamment les étudiants mais également des inactifs divers (tels que les invalides du travail, les mères au foyer, etc.). Un développement excessif de l'activité se traduit par du suremploi » (Duchêne, 1989, p. 36). Plus d'un tiers des retraités sera en permanence mobilisé à des tâches productives et viendra s'ajouter aux effectifs des « aptes au travail ». Cette contrainte par corps de la population au service d'une économie de moins en moins productive est d'autant plus importante que le taux d'activité dépassera de manière constante le taux de 89 %. Pour autant cette mobilisation a son revers. Elle ne se fait pas dans des conditions de mise au travail qui garantiraient à chacun un poste à plein-temps ou même un usage complet et productif du temps de présence. On peut voir dans cette situation selon les cas un « effet » ou une codification de l'engagement de la Constitution soviétique qui garantissait l'emploi tout en définissant le travail comme un devoir. Le devoir n'est pas loin quand la productivité est absente, c'est ainsi que le droit peut se transformer en système de contraintes. De manière paradoxale, cette pratique de la « surembauche » masque l’existence d’un « chômage ».

27Les contraintes exercées par l'économie soviétique et notamment son besoin croissant de main-d’œuvre, ne seront contournées qu'au prix d'une mobilisation croissante de la population en âge de travailler. Si la pénurie de main-d’œuvre consacre un désajustement quantitatif entre la main-d’œuvre nécessaire et celle disponible, elle accélère en retour un désajustement qualitatif entre le niveau de formation de la main-d’œuvre disponible et celui requis par l'économie soviétique.

28L'orientation des jeunes vers des formations professionnelles courtes (PTU), lesquelles étaient avant tout destinées à compenser le manque d'actifs en intégrant plus rapidement les jeunes générations, aura pour effet de ralentir leur entrée sur le marché du travail, mais aussi et surtout d'amplifier le désajustement formation/emploi en délivrant des formations pour des secteurs d'activités qui ne recrutent plus (secteurs de l'industrie et de l'agriculture), alors que dans le même temps, les secteurs demandeurs de main-d’œuvre ne sont pas alimentés (secteurs des transports et des communications, du commerce, des services). En somme, le système scolaire soviétique continue à produire une main-d’œuvre pour le secteur primaire de l'économie au détriment du secteur tertiaire. La traduction pratique de ce phénomène est l'instabilité professionnelle des jeunes. Les jeunes de 16 à 29 ans changent environ 4 fois plus souvent d'emploi que les travailleurs âgés de 30 à 39 ans, et 10 à 11 fois plus souvent que ceux âgés de plus de 50 ans (Combes, 1980, pp. 124-125).

29Un décalage qualitatif qui s'observe également, entre le niveau de formation des diplômés produits par le système d'enseignement et le niveau de qualification requis dans les secteurs de l'économie. En raison d'une faible mécanisation du travail, les nouveaux diplômés occupent des postes pour lesquels ils sont surqualifiés. Dans ce contexte, le rendement des titres scolaires décroît de manière continue sous l'effet de ce décalage ou plus précisément sous l'effet de ce désajustement. Ce sont les individus les plus diplômés qui voient le rendement de leur titre chuter le plus fortement. L'évolution des salaires, en tant qu'indicateur du rendement social de l'investissement scolaire, montre une transformation du rapport titre scolaire/poste sur la période 1960-1985. Alors même que les salaires des emplois les plus qualifiés, et qui nécessitent les titres scolaires les plus élevés baissent, ceux des emplois exigeant le moins de qualifications (titres scolaires) ne cessent d'augmenter.

30Le tempo de la production de diplômés parce qu'il correspond de moins en moins au tempo des postes offerts par l'économie soviétique, renforçant par là même leur autonomisation et la genèse d'une crise économique, contribue ainsi à augmenter une tension structurelle entre le système d'enseignement et le système économique.

31La transformation de l'économie soviétique et l'évolution de la morphologie de la population soviétique ne sont pas sans effets sur la structuration de l'espace des positions de pouvoir. Le Parti communiste de l'Union soviétique, en sa qualité de structure politique d'encadrement de la production économique enregistre les effets du décalage dont nous venons de faire état. Le processus d'industrialisation de l'économie soviétique s'est accompagné d'un travail de sélection et de formation du personnel chargé de l'encadrement politique de cette mutation économique et sociale. Le PCUS n'échappe pas par conséquent aux transformations de la morphologie de la société soviétique telles qu'elles se donnent à voir dans le phénomène de l'inflation des titres scolaires en URSS. On observe ainsi dans l'évolution du niveau de formation des cadres dirigeants du PCUS une augmentation croissante de la part de diplômés de l'enseignement supérieur et secondaire.

1.3 Les effets de l'inflation des titres scolaires au PCUS

32Cependant, cet effort d'intégration et de formation des diplômés ne s'accompagne pas d'une redéfinition du tempo de l'avancement dans la carrière. Au contraire, il se heurte aux conséquences de l'histoire démographique de l'appareil politique et notamment au vieillissement de son personnel d'encadrement. La distribution des individus diplômés de l’enseignement supérieur dans les appareils d'encadrement du Parti ne correspond pas à la distribution des générations dans ces mêmes appareils. L'étude de l'évolution démographique du PCUS révèle que sa distribution générationnelle témoigne d'une double distorsion : une distorsion de la répartition des générations dans les appareils du PCUS et une distorsion de la représentation des générations. La faible intégration des jeunes générations de diplômés, renforcée par le ralentissement, voire la stagnation, des carrières des générations antérieures de diplômés intégrés, concourt à produire une situation de crise de la reproduction sociale au sein du PCUS.

33Le PCUS, parti institutionnel et agence de placement aux postes et places, va toutefois relever partiellement le défi que comporte pour lui cette situation de concurrence entre générations. Entre 1960 et 1990, ses effectifs vont croître de 121 %. Cette progression peut être aperçue comme l'indice d'une réponse à la situation, compte tenu du fait que l'intégration dans le PCUS est sinon une obligation, du moins une ardente nécessité, particulièrement si l'on escompte occuper rapidement un poste ou une place en rapport direct avec la formation reçue.

34L'évolution du nombre de diplômés de l'enseignement supérieur dans les effectifs des membres du PCUS comparée à l'évolution de la population diplômée de l'enseignement supérieur en URSS est un indice de la capacité du Parti à intégrer dans ses rangs ses élites scolaires. De 1960 à 1985, la croissance annuelle moyenne des diplômés du supérieur dans les effectifs du Parti sera de 17 %, alors qu'à l'échelle de l'URSS, la croissance moyenne annuelle des diplômés du supérieur atteint 24 %. En 25 ans, le nombre des diplômés du supérieur au sein du PCUS a été multiplié par 5 alors que dans le même temps les membres du PCUS ont été multiplié par 2,1. Si en 1960 le Parti réunissait dans ses rangs 40 % des diplômés du supérieur de l'URSS, 25 ans plus tard (1985) il n'en réunit plus que 29 %. En dépit d'efforts d'intégration, le Parti laisse à l'extérieur une part croissante des diplômés du supérieur (près de 7 diplômés du supérieur sur 10 en 1985 ne sont pas membres du Parti).

35Ces efforts d'intégration, même insuffisants, ne seront pas sans conséquences sur la morphologie du personnel d'encadrement du PCUS. L'évolution du nombre de diplômés de l'enseignement supérieur dans les différents échelons de l'appareil du PCUS est significative. En 1976, la quasi-totalité des postes de secrétaires de l'échelon supérieur et moyen du PCUS sont occupés par des diplômés de l'enseignement supérieur. De plus, près de la moitié (48 %) des postes de secrétaires des organisations de base du PCUS est, à cette date également, occupée par individus détenant ce niveau de titre scolaire (Lesage, 1987, p. 458). En l'espace de 30 ans (1950-1980), le PCUS voit l'ensemble de ses postes d'encadrement occupé par des diplômés de l'enseignement supérieur.

36Dans l'incapacité d'intégrer l'ensemble des diplômés produits, le PCUS est contraint, à la fois pour maintenir la légitimité sociale de son personnel d'encadrement et pour conserver son autonomie dans la production de son personnel, de mettre en place ses propres organes de formation. La création des écoles supérieures du parti en 1978ix doit satisfaire à cette double exigence : répondre à la concurrence du système scolaire dans la production de personnels d'encadrement et conserver sa capacité à contrôler les compétences requises pour occuper les postes de direction au sein même du Parti, autrement dit, assurer les conditions de sa reproduction.

37Le système de formation du PCUS, en tant que mécanisme de reproduction d'une hiérarchie administrative, politique et économique, contribue à mettre en concurrence les diplômés issus des écoles du parti avec les diplômés des institutions d'enseignement supérieur, et ce tant au sein du Parti que pour ceux qui tentent d'y entrer. La concurrence sociale à l'intérieur du PCUS est d'autant plus forte que le nombre de postes et places croît très faiblement à partir de 1975 (Oxenstierna, 1990, p. 210). La détention d'un diplôme de l'enseignement supérieur devient un viatique pour qui souhaite occuper des postes à responsabilités dans les organes du PCUS. En d'autres termes, faire carrière dans le parti suppose la détention d'un capital scolaire de plus en plus élevé.

38Aussi le PCUS se voit-il rapidement contraint, afin de gérer une population de cadres diplômésx, de redéfinir les principes d'avancement dans la carrière. Jusqu'en 1986, faire carrière consistait à monter dans les échelons locaux puis régionaux du PCUS, démarrant à des postes dans les organisations de base pour monter progressivement dans les échelons supérieurs, au niveau des villes puis au niveau des régions pour accéder ultimement au Comité central du Parti. La remise en cause de cette évolution est inscrite dans la résolution du XXVIIe congrès du PCUS (février 1986) dans laquelle est affirmée la nécessité « faite vertu », de rendre les cadres plus mobiles entre les régions. La mobilité des cadres, si elle permet au PCUS de réguler l'avancement de son personnel dans la carrière, est une réponse dictée par les effets qu'une saturation de cadres diplômés de l'enseignement supérieur dans l'ensemble de ses appareils, fait peser sur la gestion du personnel d'encadrement.

39Le phénomène de l'inflation des titres scolaires que nous avons observé au sein de la population d’URSS prend une forme encore plus aiguë au sein du PCUS. On pourrait s'attendre à ce que l'intégration des diplômés dans les appareils d'encadrement du PCUS, autrement dit la distribution des diplômés coïncide avec la distribution des générations dans ces appareils.

40La mise en perspective de la distribution des générations qui composent la population soviétique avec la distribution des générations qui composent les effectifs du PCUS laisse apercevoir en effet une double distorsion : une distorsion de la répartition des générations et une distorsion de la représentation des générations. Cette double distorsion des générations qui s'observe dans la population membre du PCUS est également présente, sous une forme moins prononcée, dans la composition de la population étudiante des institutions d'enseignement secondaire et supérieure. Le phénomène de concurrence entre générations se réalise via les appareils du système scolaire et du système politique qui assurent la reproduction sociale en URSS. Les modalités de cette concurrence entre générations au PCUS permettent de comprendre en quoi le PCUS sera le lieu d'expression et d'extension d'une crise de la reproduction sociale.

41Ce phénomène de distorsion de la représentation des générations du PCUS, qui résulte de son histoire sociale, structure la hiérarchie des postes d'encadrement selon une distribution générationnelle, comme le donne à voir le tableau 2, qui concerne plus particulièrement l'évolution de l'effectif du Bureau politique du PCUS entre 1966 et 1991.

Tableau 2 : Répartition des membres du Bureau politique par classes d'âges, de 1966 à 1991

Générations

Effectif total

N1

1966-1980

N2

1981-1985

N3

1986-1990

N4

14/07/1990-fin

(1)

(2)

(3)

(1)

(2)

(3)

(1)

(2)

(3)

(1)

(2)

(3)

Né avant 1920

53

29

23

47

55

19

23

48

58

5

24

47

57

1920-1929

33

3

21

46

51

9

23

49

56

18

24

53

59

3

26

60

63

1930-1939

29

1

21

40

49

1

21

40

49

8

26

50

54

19

24

53

55

1940-1949

8

8

24

46

48

1950-1959

0

1960-1969

0

TOTAL

123

33

29

31

30

Source : Ce tableau a été effectué à partir des données communiquées dans l'article de David Lane et Cameron Ross, « The composition of the Politburo of the CPSU : 1966 to 1991 », Coexistence, 31, 1994, p. 29-61

(1) Age moyen d’entrée – (2) Age moyen Membre Comité Central – (3) Age moyen Membre Bureau politique

42Les trois premières générations rassemblent 93 % des membres des Bureaux politiques. L'âge moyen d'intégration au Comité Central ne cessera de s'élever, passant de 47 ans pour ceux qui sont nés avant 1920 à 53 ansxi pour les générations 1930-1939.

43Ce tableau donne aussi à voir une absence stupéfiante des générations nées après 1939 si l'on excepte les membres du dernier Bureau politique du 14 juillet 1990. Ce qui s'impose à la lecture de ce tableau tient en un seul constat : l'essentiel des dirigeants du Bureau politique du PCUS et donc de l'URSS sont nés avant 1930. Le constat est sans appel, les générations qui vont animer les mouvements informels et les nouvelles entreprises politiques à partir de 1987 n'ont jamais été politiquement représentées dans les plus hautes instances du pays. Plus significatif encore, leurs parents n'ont pas non plus été représentés au Bureau politique.

44Les transformations de la morphologie sociale des cadres du PCUS permettent de mettre en évidence les soubassements de la crise politique. En ce sens, l'évolution de la structure de la distribution du capital scolaire et de la structure de la distribution générationnelle au sein du PCUS se révèlent être des indicateurs précieux et significatifs. La crise de la reproduction sociale acquiert un sens politique du fait qu'elle prend sa forme la plus aiguë au sein même des instances du PCUS.

2. Les caractéristiques sociales des Nouveaux Entrepreneurs Politiques (NEPo)

45Animées par un ensemble d'entreprises politiques concurrentielles, les élections du 26 mars 1989 au Congrès des Députés du Peuple de l'URSS et au Congrès des Députés du Peuple (CDP) de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie (RSFSR) en 1990, inscrivent -pour partie- dans ces assemblées, les caractéristiques sociales des nouveaux cadres politiques issus des groupes informelsxii.

46La notion de trajectoire, dans ce cadre, restitue l'ensemble des caractéristiques sociales des individus en l'envisageant comme successions d'événements qui sont autant d'actualisations de leur puissance sociale. Sont donc pris en compte les investissements scolaires, l'obtention de diplômes, l'intégration d'institutions (intégration et sortie du PCUS, premier emploi ou poste occupé et institutions intégrées, scientifiques et militaires, etc.), ce qui nous permet d'évaluer le niveau de conversion d'investissements le plus souvent scolaires, qu'ils soient initiaux, secondaires ou tardifs, ainsi que le tempo de cette opération à l'aide de l'écart moyen (indicateur d'une durée, voir tableau 3). Les résultats de cette évaluation sont classés en trois catégories de trajectoires : ascendantes, stagnantes et déclinantes.

47La trajectoire ascendantexiii se caractérise le plus souvent par une conversion rapide et ajustée du diplôme en poste ou place, qu'accompagne une intégration tout aussi rapide dans le PCUS ainsi que dans d'autres institutions de haut niveau, scientifiques par exemple. Le plus souvent, cette tendance se maintient et s'amplifie au point de correspondre à l'ensemble de la période considérée. La trajectoire stagnantexiv se caractérise le plus souvent par une conversion du diplôme en poste ou place qui est marquée par l'absence d'une évolution sur l'ensemble de la période considérée. La trajectoire déclinantexv se caractérise, le plus souvent, par une absence complète de conversion des diplômes obtenus en une position sociale correspondante. La sortie du PCUS est très souvent le point d'inflexion de cette existence.

48Outre cette première évaluation, un second tableau rend compte de l'évolution des trajectoires, après les élections de 1989 et 1990 afin de mesurer le niveau de conversion de l'investissement électif. L'effectif des Nouveaux Entrepreneurs Politiques (NEPo)xvi analysé ici, se compose de 155 individus qui participent aux élections de 1989 et 1990 et sont fondateurs et animateurs des nouveaux partis et mouvements politiques, qui émergent à partir de la fin des années 1980.

49Ces Nouveaux entrepreneurs politiques (NEPo) sont les enfants d'une crise de la reproduction sociale qui s'éternise et ne cesse de s'accentuer depuis l'après-guerre. Ils réunissent deux profils de contestation du régime : les uns, très minoritaires sont des rescapés d'une dissidence politique qui les a conduits à un déclassement social ; les autres sont dans une opposition politique au régime qui est consécutive à une stagnation, voire un déclassement social, qui est le cœur de la crise sociale de l'URSS. Les plus « âgés » représentent une infime fraction de leur génération dont le passé de contestation et d'opposition s'est traduit par des vies marquées par l'incertitude ou la répression. Que l'on pense par exemple à la trajectoire de Sergej Kovalev, né en 1930, investi dans les luttes pour les droits de l'homme dès 1967, qui sera contraint de quitter son laboratoire de l'université de Moscou et sera arrêté à plusieurs reprises ; ou encore celle de Lev Obužko arrêté et interné en hôpital psychiatrique de 1970 à 1987 pour avoir diffusé des samizdats. Au contraire, les plus jeunes cadres (nés après 1944) forment l'essentiel de l'effectif, et adoptent une posture d'opposition au régime à partir de la situation sociale qui leur est faite. La stagnation de leur trajectoire les relègue à des postes subalternes durant de longues périodes, comme le montre l’exemple de Mikhaïl Astafev.xvii

50Parmi ces 155 individus (tableau 3), la quasi-totalité participera à la fondation de ces nouveaux partis. Mais avant cela, près de la moitié d'entre eux sera élue. Leur succès aux élections se répartit sur les principales échéances électorales : les élections au Congrès des députés du peuple (CDP) de l'URSS en 1989 puis celles au Congrès des députés du peuple de la RSFSR en 1990 et enfin celles aux élections aux Soviets locaux de la RSFSR en 1990. Toutefois, sur la première période antérieure aux élections de 1990, beaucoup parmi les NEPo présentent une trajectoire sociale stagnante ou déclinante (69 sur 155). Une situation qui s'explique par leur adhésion « tardive » au Parti (29 ans en moyenne). Une adhésion qui ne débouche pas nécessairement sur une carrière politique via le PCUS, même lorsque ceux-ci présentent des trajectoires ascendantes.

Tableau 3 : La trajectoire sociale des NEPo par classe d'âges jusqu'en 1990

Année de Naissance

Effectif

Trajectoire ascendante

Trajectoire stagnante

Trajectoire déclinante

Nonconnu

Âge moyen d'obtention du diplôme (en année)

Âge moyen d'entrée au PCUS (en année)

Effectif Membres PCUS

Membres PCUS (%)

Écart moyen (en année)*

Avant 1923

1

0

0

1

0

24

32

1

100 %

8

1923-1934

20

7

5

7

1

23

31

15

75 %

7,4

1935-1944

28

19

5

4

0

25

28

22

79 %

3,3

1945-1954

54

24

19

9

2

24

28

34

63 %

4,4

1955-1964

38

24

8

5

1

23

26

20

53 %

2,9

1965-1974

13

7

5

1

0

21

0

0

0 %

0

Non connu

1

TOTAL

155

81

42

27

4

29

92

En %

100

52

27

17

3

59

Source : Ce tableau a été réalisé par nos soins à partir des biographies de notre effectif de NEPo.

*Cet écart moyen correspond à la différence entre l’âge moyen d’entrée au PCUS et l’âge moyen d’obtention du diplôme.

51Après 1990, les trajectoires déclinantes des Nouveaux entrepreneurs politiques (NEPo) vont pratiquement disparaître en passant de 17 % à 3 %. Si la proportion de trajectoires stagnantes reste la même, en revanche, les trajectoires ascendantes passent de 52 % à 67 %. Les NEPo sont les vrais bénéficiaires de la conjoncture. Leur ascension démarre par la conquête de nombreux mandats au CDP de l'URSS en 1989 puis à celui de la RSFSR en 1990, ainsi qu'aux Soviets de Moscou et Leningrad.

52L'examen des éléments biographiques des 155 responsables et animateurs des nouvelles entreprises politiques (tableau 4) révèle qu'une très grande partie d'entre eux (137 individus sur 155), est dotée de formations supérieures qui se distribuent sur les pôles Institut et Université (80 %). La distribution entre ces deux pôles varie selon les classes d'âges : si les plus âgés intègrent d'abord une université, les plus jeunes (générations 1955-1964 et 1965-1974) sont davantage issus des instituts. Cette évolution est une adaptation à un univers d'emplois qui n'offre plus de perspectives de placement en correspondance avec les diplômes délivrés par l'université. Cette situation est encore plus difficile quand on ne bénéficie pas du soutien direct du Parti et de la possibilité d'intégrer ses écoles supérieures.

Tableau 4 : Répartition des NEPo selon le type de la première formation

Année de naissance

Effectif

Institut

Université

École du parti

Militaire

Technique

Non connu

Avant 1923

1

1

1923-1934

20

5

12

3

1935-1944

28

7

12

3

1945-1954

54

25

18

4

1

6

1955-1964

38

17

17

2

2

1965-1974

13

8

2

1

2

Non connu

1

TOTAL

155

63

61

1

6

6

11

En %

100

41

39

1

4

4

7

Source : Ce tableau a été élaboré par nos soins à partir de l'analyse biographique de notre échantillon de NEPo.

53Dans ce contexte, l'orientation vers l'institut peut apparaître, pour certains, comme un peu plus porteuse de possibilités de placement, alors même que l'URSS est toujours plus incapable de sortir des pièges de la croissance extensive et de la baisse de la productivité du travail. Cette situation, faite à tous, est pourtant interprétée différemment selon la position occupée. C'est ainsi que les entrepreneurs politiques (NEPo) réagissent et répondent différemment à cette situation. Outre l'orientation, pour les plus jeunes, vers l'institut, la course en avant pour la conquête de diplômes toujours plus élevés a constitué une réponse pour 28 d'entre eux qui ont engagé une seconde formation supérieure (soit 18 % de l’effectif total). Cependant, seulement 4 % d'entre eux réussiront à arracher le soutien du Parti en intégrant la filière Parti/État.

54Ce phénomène exprime la concurrence entre générations dont le PCUS est un sous-espace de gestion et de contrôle de la promotion dans ses rangs et à l'extérieur. La formation continue via les cours du soir et les cours parcorrespondance en sont les moyens et fournissent 45 % des diplômés de l'URSS. Cette gestion du flux des diplômés issus de la formation continue et par correspondance, permet à ces derniers de consolider leurs postes et places. En conséquence, les jeunes générations, sans postes ni places, rencontrent une concurrence sociale redoublée avec les générations qui les ont précédées. Ainsi, l'âge moyen d'obtention de la seconde thèse baisse de 11 ans en 40 ans, alors même que l'âge moyen d'obtention de la première thèse baisse de 6 ans sur la même période. Cela signifie que la détention d'une seconde thèse devient un des éléments de la concurrence sociale. On peut apercevoir aussi une différence d'usage de cette deuxième thèse dans ce contexte de concurrence sociale exacerbée. Les Nouveaux entrepreneurs politiques (NEPo), beaucoup moins favorisés par le Parti, tant lorsqu'il s'agit de la conversion de leur diplôme en postes et places que lorsqu'il s'agit de bénéficier de la filière Parti/État, investissent davantage et plus précocement dans l'obtention du grade de Docteur, pour contrebalancer leur distance sociale et relationnelle au Parti.

55On peut donc rendre compte des caractéristiques sociales de cette population qui fournit ses cadres aux nouvelles entreprises politiques, au moyen du croisement de cette double détermination : coupure générationnelle et distribution différenciée des formations initiales. Ces déterminations structurent ainsi les carrières qu'ils embrassent en conditionnant les modalités de conversion de leur investissement scolaire initial. Les transformations de la morphologie sociale des cadres du PCUS mettent en évidence les soubassements de la crise politique, à travers l’étude de l’évolution de la structure de la distribution du capital scolaire et de la structure de la distribution générationnelle au sein du PCUS, indicateurs précieux et significatifs.

Conclusion

56Le phénomène de l'inflation des titres scolaires, dans une économie fondée sur une production extensive nécessitant une main-d’œuvre de plus en plus nombreuse mais peu qualifiée, contribue à généraliser un déclassement social subi par toute une génération. Un déclassement qui apparaît comme la conséquence de l'incapacité d'un système économique à intégrer dans le système de production, conformément à son niveau de formation, une population de diplômés de plus en plus nombreuse.

57Les effets de ce phénomène de l'inflation des titres scolaires prennent une forme particulière au sein de l'institution politique dominante en URSS, le PCUS. L'étude de l'évolution de la démographie scolaire de ses membres et plus particulièrement de son personnel d'encadrement sur une longue période (1950-1990), nous permet de dresser un constat analogue à celui que nous avons mis en évidence dans l'étude de l'évolution de la démographie scolaire à l'échelle de l'URSS : une inflation constante du nombre de diplômés de l'enseignement supérieur parmi les cadres de tous les échelons de la structure hiérarchique du PCUS, alors même qu'il exclut de ses rangs les jeunes générations de diplômés. Ce double mouvement a pour conséquence la mise en place d'une situation de concurrence entre générations et la redéfinition du tempo des carrières au sein du Parti, au profit des générations les plus âgées, mais, surtout, en défaveur des plus jeunes. L'ordre de la structure hiérarchique du PCUS, devient de 1950 à 1990, un ordre générationnel, qui cantonne les plus jeunes dans les niveaux hiérarchiques subalternes du Parti. Il apparaît ainsi que l'institution dominante de l'État soviétique, le Parti communiste de l'Union soviétique, appareil politique d'État détenteur de l'ensemble des ressources, et notamment des postes et des places (politiques, administratifs et économiques) est lui aussi en crise, c'est-à-dire dans l'incapacité de remplir son rôle de régulateur social.

58Les transformations de la morphologie de la société soviétique, et notamment l'accroissement du nombre de ses diplômés, ne sont pas sans effet sur le système économique et politique soviétique.

59Dans ce contexte très nombreux seront ceux qui, en dedans ou en dehors du PCUS, subiront déclassement social, attente déçue, stagnation et clôture de leur perspective sociale. Comme en témoignent les trajectoires individuelles des nouveaux entrepreneurs politiques, les protagonistes de la crise politique et institutionnelle qui secoue l'URSS à partir de 1987, à titre ou à un autre, qu'ils soient des officiels ou des informels, des in ou des out du PCUS, sont tous les produits d'une crise de la reproduction sociale qui se parachève dans une crise des institutions et de la division du travail politique qu'elles objectivent.

60L'émergence de nouveaux entrepreneurs politiques ne peut se comprendre sans au préalable s'interroger sur les conditions sociales de leur genèse. Les parcours biographiques donnent ainsi à voir dans leurs inflexions, des stratégies de conversions et/ou reconversions de ressources acquises dans un état antérieur du système social. Ils permettent ainsi de proposer un sens nouveau aux événements politiques en les réinscrivant dans les dynamiques sociales qui sont à leur fondement. C'est dans cette perspective qu'il faut, selon nous, comprendre le processus de libéralisation politique – via la mise en place d'élections libres et concurrentielles en 1990 et celui de libéralisation économique via la légalisation des premières entreprises privées – que connaît l'URSS au début des années 1990. En permettant à toute une génération d'entrer en politique et/ou de s'investir dans la nouvelle économie notamment, ces libéralisations sont pour cette génération l'occasion non seulement de faire valoir leurs titres scolaires mais également de contribuer à leur attribuer une nouvelle valeur dans un nouvel état du jeu politique et économique.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., 1994. Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P., 1984. Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit.

Combes S., 1980. La Main-d’œuvre industrielle en URSS : ressources et politique d'emploi, Thèse de Sciences Économiques, Université Paris 3.

Dobry M., 1986. Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presse de Sciences Po.

Duchêne G., 1989. L'économie de l'URSS, Paris, Éditions La Découverte.

Gorbatchev M., 1995. Žizn' i reformy [Vie et réformes]. Moscou : Novosti, vol. 1.

Kryštanovskaja O., White S, 2002. “Generations and the Conversion of Power in Postcommunist Russia”, Perspectives on European Politics and Society, volume III, Number 2 (16), pp. 229-244.

Lacroix B., 2003. « Six observations sur l'intérêt de la démarche prosopographique », in Mayeur J.M, Chaline J.-P. et Corbin A. (dir.), Les parlementaires de la troisième république, Publications de la Sorbonne, Paris.

Lane D & Ross C., 1997. "Russian political elites, 1991-1995 : Recruitment and renewal”, International Politics, 34, p. 169-192.

Lesage M., 1987. Le système politique de l'URSS, Paris, PUF.

Lewin M., 1989. La grande mutation soviétique, Paris, Éditions la Découverte.

Lewin M., 1997. Le siècle soviétique, Paris, Fayard.

Oxenstierna S., 1990. From Labour Shortage to Unemployment, Stockolm, Swedish Institute for Social Research.

Rumjancev O., 1992. "Our Way to Social Democracy. Reflections before and after the first and second conferences of the Social Democratic Party of Russia.", Russian Politics and Law, Vol. 31, n° 1, p. 90-106.

Sapir J. (dir.), 1997. Retour sur l’U.R.S.S. Économie, société, histoire, Paris, L’Harmattan.

Sapir J., 1980. Pays de l’Est vers la crise généralisée, Lyon, Federop.

Sapir J., 1996. Le chaos russe. Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, Paris, La Découverte.

Vichnieski A., 2000. La faucille et le rouble, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Notes

i Le cadre restreint de cet article ne nous permet pas de développer les aspects économiques, nous renvoyons le lecteur à la lecture de notre thèse, « De l'URSS à la fédération de Russie : les conditions sociales d'émergence d'un nouvel espace politique », thèse réalisée à l'EHESS sous la direction de M. Alain Blum et soutenue publiquement le 22 septembre 2009.

ii La base Labyrinth rassemble des informations issues de différentes sources : des publications officielles produites par les institutions d’État de la Fédération de Russie, des publications dans les médias, des documents officiels de partis et des organisations politiques. Cette dernière mérite une attention particulière, car son fondateur, Vladimir Pribylovskij, a lui-même été membre d’un groupe informel, avant de fonder sa société. La base Labyrinth (25 000 fiches) est le fruit du travail d’un groupe informel d’experts, qui depuis 1987 collectent des données qui ont été publiées pour la première fois en avril 1989. Ils ont ainsi voulu contribuer collectivement à « éclaircir » le nouveau paysage politique en élaborant une base de données biographiques qui permette de savoir « qui est qui». La base biographique Labyrinth est un instrument de travail politique élaboré par des chercheurs en sciences sociales, qui répond d’abord et avant tout à un besoin de repérage et d’identification des acteurs politiques. Cette entreprise de classement individuel et social accompagne depuis lors la formation du nouveau paysage politique et contribue produire à ses propres systèmes de classements. L’existence même de ce type de bases de données biographiques est en elle-même un indicateur de la nécessité dans laquelle des acteurs politiques pris dans une conjoncture de transformations du personnel politique se trouvent afin de disposer d’une représentation rationnelle et rationalisable de l’espace politique au moyen de la connaissance des biographies de leurs pairs. Le contrôle de cette production biographique, comme une stratégie de présentation de soi, est à prendre en compte.

iii « L'âge n'est pas seulement l'âge de la carte d'identité ; il est aussi un signe d'appartenance à une génération, ce qui compte beaucoup dès que les générations ne sont pas socialisées dans la même conjoncture ; il est également un indicateur de réussite différentielle et ceci est maintenant capital pour comprendre les réactions des gens appartenant à un même monde les uns vis-à-vis des autres et cette liste n'est pas exhaustive : l'âge est aussi un indicateur de turnover sur les postes ou bien un indicateur de vieillissement social, etc. » (Lacroix, 2003, p. 32).

iv Ces deux grades correspondent à deux niveaux de recherches doctorales. La première thèse octroie le grade de « Candidat » et la seconde, au grade de « Docteur ».  

v Nous renvoyons ici le lecteur aux développements que nous consacrons à la méthodologie de recherche mise en œuvre dans le cadre de notre étude doctorale dans l'Introduction générale et notamment page 28-40.

vi « L'accroissement de la population scolarisée et la dévaluation corrélative des titres  scolaires ont affecté l'ensemble d'une classe d'âge, ainsi constituée en génération sociale relativement unifiée par cette expérience commune, déterminant un décalage structural entre les aspirations statutaires – inscrites dans des positions et des titres qui, en l'état antérieur du système, offraient réellement les chances correspondantes – et les chances effectivement assurées, au moment considéré, par ces titres et ces positions. » (Bourdieu, 1984, p. 213)

vii Le réseau des établissements d'enseignement supérieur comporte trois catégories d'enseignement : les cours diurnes du type normal, pour étudiants qui peuvent se consacrer uniquement à leurs études ; les cours du soir, pour les étudiants qui travaillent pendant la journée dans des entreprises ou des établissements et étudient le soir dans les instituts ou les universités ; enfin, les cours par correspondance. Les étudiants qui suivent ce genre de cours reçoivent à domicile le matériel scolaire et les exercices à effectuer et doivent se présenter à l'institut ou à l'université au moins deux fois dans 1' année pour passer leurs examens, Généralement, ces trois catégories d ' enseignement existent simultanément dans le même établissement. Les diplômes décernés à la fin des études ont tous la même valeur, sans distinction de la catégorie d' enseignement choisie par l'étudiant (cours normaux, cours du soir ou cours par correspondance). Les établissements d'enseignement supérieur sont de trois genres: les universités, les instituts polytechniques et les instituts spécialisés.  Les universités (69 établissements en 1987) englobent toutes les branches des sciences humaines et des sciences exactes et naturelles (lettres, journalisme, histoire, philosophie, économie, droit, sciences naturelles, physique, mathématiques, biologie, chimie, géographie, géologie, etc .). Ce sont les instituts techniques (280 établissements en 1987) qui forment les cadres d'ingénieurs soviétiques de plus de 200 spécialités différentes. Ces instituts peuvent être classés conventionnellement en deux catégories : instituts polytechniques (multisectorielles) et instituts spécialisés (monosectoriel).

viii L’âge légal de la population est compris entre 16 et 55 ans pour les femmes et entre 16 et 60 ans pour les hommes

ix Au 1er Janvier 1986, 146 établissements attachés au PCUS délivrent des formations à l'attention des cadres. Idem. p. 454.

x À partir de 1980 la quasi totalité des cadres du niveau 1 et 2 sont diplômés de l'enseignement supérieur. Les cadres du niveau 3, c'est à dire les secrétaires des organisations de base plus de 57% à détenir un titre de l'enseignement supérieur.

xi Cet âge est obtenu en retirant de l'effectif Mikhaïl Gorbatchev. Celui-ci intègre, en effet le Comité Central à l'âge de 40 ans pour y rester jusqu'à la fin : ce qui infléchit la moyenne de 2 ans.

xii Á partir de 1987 en effet, naît une situation nouvelle avec l'essor de groupes « informels ». Ce premier soubassement, dont l'intrication avec la structure du PCUS est l'indice de son évolution, permettra l'émergence d'un ensemble d'entreprises politiques concurrentielles et la genèse de nouvelles institutions politiques : le Congrès des députés du peuple (CDP) et l'institution présidentielle. La richesse de l'espace des organisations qui émergent au début des années 1980, peut faire figure d'heureux miracle. Baptisées « informelles » ces organisations le sont au regard de la domination politique et institutionnelle sans partage du PCUS. L'usage du terme s'impose en même temps que s'affirme la force et la diversité des groupes qu'il désigne et le creuset qu'ils constituent. Nous éviterons la naïveté qui consisterait à considérer le qualificatif d'informel, dans un sens autre que celui qui renvoie à leur statut « juridique » : l'absence de statut. Les groupes informels ne sont pas, précisément, sans forme sociale et politique. Tour à tour stigmate ou qualification d'une identité, le large succès de ce terme pourrait incliner à penser qu'il désigne une entité homogène. Bien au contraire, leur grande diversité recouvre une toute aussi grande diversité d'objectifs et de pratiques. Dès lors, le qualificatif d'informel sera le marqueur en usage dans la presse officielle et chez les journalistes, d'un espace d'organisations et d'initiatives émergeant. À quoi il faut ajouter que la dynamique dont sont porteuses ces organisations les conduira à inventer des formes organisationnelles nouvelles et transitoires imprévues et imprévisibles pour tous, qu'ils soient acteurs ou observateurs.

xiii Exemple de trajectoire ascendante : Aleksej Emeljanov, économiste né en 1935, diplômé une première fois en économie à l'âge de 22 ans, il intègre le Parti deux ans plus tard en 1959. Il passera par toutes les étapes de la consécration, professeur d'économie politique dès 1961, il deviendra directeur de la faculté d'économie dix ans plus tard, en 1971, et poursuivra son ascension en recevant, en 1985, le prix Lomonossov de l'université de Moscou, et en devenant trois ans plus tard, en 1988, académicien de l'Union Académique des sciences agricoles. Sa trajectoire n'est aucunement marquée par l'enlisement : son intégration au PCUS vient renforcer des études d'économie qui débouchent rapidement sur un emploi correspondant. Il ne cessera de tirer tous les bénéfices d'une double inclusion, dans une profession et au PCUS.

xiv Exemples de trajectoire stagnante : Mihail Astafev, né en 1946, il fait des études de physique-mathématique. Il sera diplômé en 1970, et aussitôt deviendra assistant scientifique à l'Académie des sciences, un poste qu'il occupera durant 20 ans (1970-1990). Cette trajectoire typique marquée par l'absence d'une évolution, renvoie à la situation qui est faite à toute une génération. De même, cet autre visage du déclin social que l'on peut apercevoir dans la trajectoire de Vera Kriger, née en 1952 et qui n'intégrera jamais le PCUS ; entre 1975 et 1989, elle sera tout à tour, libraire à la librairie d'État de la bibliothèque Lénine, tutrice dans un dortoir, ouvrière sur la construction de lignes de chemin de fer, etc.

xv Exemple de trajectoire déclinante : Viktor Aksjuščic, né en 1949 et diplômé en philosophie en 1969 à l'âge de 20 ans. Il adhère au PCUS en 1971 et démissionne un an après. Il intègre l'université de Moscou (1972 à 1977) et prépare son aspiranture entre 1978 et 1979. Entre 1979 et 1987, il travaille dans les kolkhozes et les sovkhozes de Sibérie et édite un journal Chrétien (Vybor), de 1987 à 1990. Cette trajectoire marquée par le déclin, révèle une absence complète de conversion des diplômes obtenus en une position sociale correspondante. La démission du PCUS semble être le point d'inflexion de toute une existence.

xvi Nous avons construit ce groupe des Nouveaux entrepreneurs politiques (NEPo) à partir de notre base de données biographiques. Ont été rassemblés ici tous les individus qui ont participé au mouvement des groupes informels ainsi que tous ceux qui ont fondés ou ont participé à la formation d'un mouvement ou d'un parti politique.

xvii Voir note 14

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryse Ramambason-Vauchelle, « De la crise sociale à la crise politique », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 19 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1239 ; DOI : 10.4000/temporalites.1239

Haut de page

Auteur

Maryse Ramambason-Vauchelle

CERCEC/EHESS, 54 boulevard Raspail, 75 006, maryse.ramambason@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page