Navigation – Plan du site
Lire

Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti (dir.), Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement

La Découverte, « Recherches », 2010
Claude Dubar

Texte intégral

1Ce livre de 400 pages contient 24 textes – dont une introduction générale très utile – répartis en cinq ensembles traitant successivement 1. des sciences sociales face à l’événement 2. de la morphologie des bifurcations 3. des ruptures et continuités 4. de la signification des bifurcations 5. des logiques collectives de l’incertitude. Plutôt que de passer en revue tous les textes assez hétérogènes de ce véritable traité et plutôt que de choisir un nombre limité de textes à prétention plus théorique ou épistémologique, je vais tenter de faire dialoguer les textes entre eux autour des angles d’attaques choisies par les coordinateurs. J’insisterai sur les convergences manifestes ou latentes entre les disciplines convoquées (sociologie, histoire, économie, sciences politiques, philosophie) et tenterai de repérer certaines divergences irréductibles ou surmontables. Les questions transversales seront : Qu’est-ce qu’un événement et quelle est sa place dans les sciences sociales ? Comment traite-t-on empiriquement des ruptures et contingences ? Quelles significations leur accorder ? Quels sont les modèles sous-jacents de bifurcation dans les biographies ? En quoi concernent-ils directement la pluralité des temporalités ? En quoi assiste-t-on à un retour ou à une conversion des sciences sociales à l’événementiel et à la contingence ?

2Je commencerais par la dernière question qui domine la première partie de l’ouvrage. Michel Bertrand, en historien, s’interroge sur le soi-disant « retour de l’événement » en histoire après le soi-disant triomphe de l’École des Annales (Febvre, Labrousse, Braudel…), stigmatisant l’histoire « événementielle » et l’école méthodique (Seignobos, Lavisse…) prisonnière de son empirisme. En fait, les choses sont plus compliquées. Il faut, selon l’auteur, à la fois relativiser le retour à l’événementiel de la « nouvelle histoire » (Nora, Besançon…) et le refus de l’événement par les historiens des Annales. Comme l’écrit Revel : « il n’y a pas d’énonciation historique qui ne passe par la mise en récit des événements : à la fois ce qui arrive et ce qui conditionne le changement, la rupture » (cité p. 47). L’événement pour tous les historiens a toujours deux faces : il est « ce qui arrive » et « ce qui provoque du changement, de la rupture, des bifurcations ». Un événement historique n’est donc pas ce que l’historien construit arbitrairement (conception encore partagée par certains « constructivistes ») mais ce que la durée leur permet d’argumenter : quelque chose de singulier a engendré un sens nouveau (à la fois direction et signification) et (relativement) durable. Ce qui peut se révéler faux quelque temps plus tard…

3Cette prudence dans l’affirmation d’un « retour du contingent » et cette définition « mixte » de l’événement sont partagées par toutes les disciplines convoquées dans ce livre, sous des formulations diverses. Ainsi les sociologues (Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti), s’ils s’accordent pour constater un recours croissant aux matériaux biographiques et à l’étude des ruptures biographiques et des crises identitaires dans leur discipline, reconnaissent la présence de nombreuses thèses de cette « sociologie temporelle » chez Simmel, au début du XXe siècle. Ils reconnaissent la tension permanente entre une posture « objectivante » sous-tendue par une forme ou une autre de déterminisme et une posture « subjectivante », compréhensive ou discursive, sous-tendue par une forme de « narrativisme » (cf. le tableau de la page 33). En fait, et l’œuvre de Max Weber le démontre mieux que toute autre, la sociologie est à la fois ancrée dans la visée compréhensive de l’histoire et dans l’ambition « théorisante » des sciences de la culture. Les événements de la vie privée sont pris dans des normes et contraintes de « l’institution biographique » (Passeron) ; comme les Événements historiques s’inscrivent dans des « jeux d’échelle » (Lepetit) et des « structures » qu’ils contribuent à modifier. Pour « faire l’histoire des changements, il faut d’abord savoir ce qui change » (Lévi-Strauss). L’événement est toujours à la fois singulier, unique et typique d’un changement structurel déterminé. Ainsi la science économique, dès lors qu’elle prend ses distances avec le modèle standard anhistorique et son illusion de l’équilibre, est confrontée, comme le montre Jean-Benoît Zimmermann, à la question des anticipations, porteuses d’innovations et créant des « dépendances du sentier » (cf. p. 58). Les historiens, sociologues et politistes ne peuvent qu’être d’accord lorsqu’il écrit : « les agents économiques hétérogènes, singuliers en interaction et apprenant, sont encastrées dans des structures sociales évolutives et apprenantes » (p. 62). De même, montre Michel Dobry, la science politique, dès lors qu’elle sait rompre avec « l’illusion étiologique » (réduire l’événement à ses causes) peut mettre en relation les événements avec leurs contextes possédant une ou plusieurs « logiques de situation » et distinguer ainsi plusieurs sortes d’événements en fonction des relations avec ces logiques « compréhensibles objectivement » (p. 84).

4Reste la philosophie et ses approches de l’événement. Étienne Turpin choisit la tradition stoïcienne qui fait de l’événement un destin. Il s’appuie sur l’exemple qui lui paraît emblématique – à la suite de Deleuze – de l’Annonce faite à Marie comme modèle de l’Événement Radical – distinct de la figure de l’accident –, avènement d’un « nouvel absolu », rupture qui fait de son destinataire un destin. Marie devient « mère de Dieu » à l’annonce de l’ange Gabriel. Elle change d’identité et consacrera désormais toute sa vie à son nouveau Destin. C’est une conversion, une bifurcation totale, un Événement qui fait signe (p. 91). Il est totalement contingent, aussi bien du point de vue du destinataire que de l’observateur. Mais il est absolument nécessaire du point de vue de l’Auteur, du Verbe qui ainsi se fait chair, « matière qui prend de la réalité quand elle incarne l’Événement » (Deleuze, cité p. 97). Cette approche est-elle recevable par les sciences sociales ? Il est permis d’en douter s’il s’agit d’un modèle général : les Événements historiques ne sont pas tous des « naissances » radicales faisant advenir un Monde Nouveau à travers des Personnages destinés à l’incarner (comme Robespierre, Lénine ou Mao)… Mais assurément s’il s’agit d’un type idéal, d’une forme de conversion identitaire, où un sujet passe brutalement de l’obscurité à la lumière, de la dépression à l’euphorie, du non-sens à la vérité. Cette sorte de guérison, de rebondissement, de vraie bifurcation, constitue une forme d’intrigue significative dans certaines autobiographies ou entretiens biographiques. Mais comment en rendre compte ? Et d’abord qu’est qu’une bifurcation ?

5Les réponses à cette question peuvent être synthétisées de la manière dont Grossetti distingue les formes de situations impliquées par les parcours biographiques. Les bifurcations impliquent à la fois l’imprévisibilité de la crise qui les déclenche et l’irréversibilité des issues qui en découlent. Les bifurcations biographiques, à la fois imprévisibles et irréversibles, ne sont donc ni de simples « carrefours », ni des « risques anticipés », ni des « changements d’état programmés » (cf. tableau p. 148). Il s’agit de « changements structurels », à la fois inattendus et aux conséquences durables : changement d’état, d’identité, de « monde ». Ce sont donc des événements de même type que les événements historiques définis précédemment mais pas (sauf exception ?) de l’Événement Radical de la philosophie deleuzienne. Claire Bidart applique cette problématique de Grossetti aux données d’une enquête longitudinale comportant cinq interrogations successives de jeunes (87 en 1995, 55 en 2007) de la région caennaise et confirme le lien entre « crise » et bifurcation (soit la précédant soit la suivant). Elle fait l’inventaire des multiples « ingrédients de l’action » ayant permis à ces jeunes d’affronter leurs crises et de bifurquer durablement en changeant de travail, de région, de conjoint etc. Elle dégage des « logiques dynamiques » des « façons de cheminer » et insiste sur le moment critique du « changement de système cognitif » accompagnant les vraies bifurcations durables (p. 237). Sophie Denave confirme que beaucoup de « crises biographiques » sont considérées comme « normales » et non comme des tournants de l’existence. Elle reprend à son compte la définition des « moments critiques » de Passeron (p. 171) : « produit croisé d’une décision subjective (transaction, négociation, conflit, abstention) et de l’objectivité d’une contrainte de cheminement (cursus pré-établi dans une institution). Elle fait des accidents biographiques des rencontres entre contextes singuliers et dispositions incorporées. Elle ne distingue pas accidents et bifurcations sauf pour remarquer que ces dernières résultent d’un enchaînement d’événements nés « de désajustements durables entre dispositions et positions » (p. 173). Il s’agit moins d’événements ponctuels que de processus au bout duquel un sujet décide parce qu’il est obligé de bifurquer. Catherine Négroni identifie ce processus comme une « latence » (p. 176), un moment fait d’hésitations, de flottement et d’incertitude, avant et parfois après le « turning point ». Cette phase mêle des retours sur le passé, des anticipations d’avenir, et des suspensions de décision avant le « passage à l’acte » de reconversion, dite volontaire. Là encore, les déterminations du passé (dispositions) et les opportunités du présent (contexte) se mêlent pour transformer une « crise » en « bifurcation » souvent moins imprévisible, après coup, qu’il n’y paraît…

6La sociologie du « turning point », développée par Andrew Abbott, tout comme la « sociologie événementielle », préconisée par Sewell Jr., interrogent les relations entre bifurcations et trajectoires. Le premier, sociologue, fait remarquer pertinemment qu’il ne peut y avoir de bifurcation, improbable ou non, sans trajectoire probable qu’elle vient perturber. Il propose de définir ces tournants comme « des changements courts » opérant la « réorientation d’un processus » (p. 207). Il insiste sur le fait que « turning point » est un concept narratif associé à « une conception structuraliste des trajectoires », lesquelles sont à la fois « programmées dans des institutions » et soumises à des « degrés variables de contraintes ». Les parcours de vie sont des entremêlements de trajectoires séparées par des tournants. Cette approche suppose, dans la tradition simmellienne, que l’on conçoive le social comme un changement permanent, avec des zones exceptionnelles de stabilité, et non l’inverse. Du point de vue de ce « positivisme narratif », les structures ne sont rien d’autre que « la mémoire encodée du processus passé » (p. 209). Cette position épistémologique rejoint celle de William Sewell Jr., historien et sociologue, qui défend le projet d’uns sociologie événementielle excluant deux temporalités – qu’il appelle « téléologique » et « expérimentale » – au profit d’une temporalité « événementielle » dans laquelle « les actions sont contraintes et insérées dans des structures constitutives de leurs sociétés et les événements des faits qui transforment réellement les structures » (p. 129). Cette temporalité est multiple et hétérogène : stabilités tenaces coexistent avec ruptures soudaines, continuités structurelles avec ruptures conjoncturelles, déterminations locales avec contingence globale. Il n’y a pas de vérités transhistoriques, les structures sont construites par l’action humaine et l’objectif de la sociologie, comme de l’histoire, est de parvenir à une narration cohérente et argumentée de la façon dont les événements se produisent, c’est-à-dire de « théoriser les narrations causales à travers les contextes en boucle de la découverte » (p. 142).

7Une autre convergence apparaît, entre le texte de Marc Henry Soulet et celui de Johanne Charbonneau, qui ne relève pas nécessairement d’une sociologie des « tournants biographiques », ni d’une sociologie événementielle. Le premier insiste sur le fait que « changer de vie est un problème social » (p. 273) et que les bifurcations sont fortement encadrées par des institutions même lorsqu’elles sont rationalisées dans des récits héroïques. La seconde, prenant l’exemple comparatif de l’insertion professionnelle des jeunes en France et au Québec, montre à quel point les dispositifs publics – très différents ici et là – structurent les trajectoires d’insertion et les relations temporelles entre l’école et l’emploi, la formation initiale et des types différents de formation continue, professionnelle ici, reprise d’études là-bas. Cette sociologie structurelle et comparative, partant des normes, modèles, institutions et contraintes différentes selon les pays, éclaire peut-être davantage les trajectoires et tournants biographiques qu’une sociologie événementielle qui risque toujours d’être dupe de la mise en discours héroïque des acteurs ou de la retombée dans une sociologie anecdotique sans consistance. C’est en tout cas un débat qui divise les auteurs de ce livre. Il me semble que la position de Passeron, dans Le raisonnement sociologique (1990), permet, en partie au moins, de concilier encadrement social des biographies et prise en compte des processus temporels. De même, le modèle de l’alternation de Berger et Luckman comme forme de socialisation secondaire remettant en cause les dispositions issues de la socialisation initiale – que j’avais longuement présenté dans La socialisation (1991) et qui est évoqué trois fois dans ce livre – permettrait, je pense, de concilier le processus subjectif de bifurcation avec l’inscription sociale des changements biographiques.

8Je terminerai ce compte rendu en tentant de problématiser la pluralité des temporalités à l’œuvre dans les trajectoires et les tournants biographiques. Je partirai pour cela du texte de Michèle Olive-Leclerc qui tente, à partir d’analyses de tournants d’existence – appelés des Événements biographiques – (notamment celui écrit par Anny Duperrey et longuement analysé) de distinguer radicalement deux temporalités. Une, subjective, appelée « calendrier discret » (p. 341), c'est-à-dire un temps discontinu, produit du sujet lui-même pour apprivoiser l’Événement, s’oppose à et précède la temporalité objective, continue, physique et surplombante. Alors que les souvenirs – ou les bifurcations mises en intrigue dans un récit – s’inscrivent sur un calendrier objectif, prédéfini et linéaire, extérieur et collectif, l’Événement structure un temps intime, personnel, singulier, identitaire, presqu’indicible (« il fait partie de moi, il est moi » écrit A. Duperrey). Cette différence radicale entre deux types de temporalités rejoint celle qu’avait défendue Jean Chesnaux, dans Habiter le temps, entre « temps paramètre » et « temps compagnon ». De ce point de vue, les bifurcations ont un statut ambigu : en tant que « souvenirs » datés et souvent insérés dans des récits « clôturés par des intrigues » (Ricoeur), ils relèvent d’une temporalité biographique objectivée susceptible d’un traitement positif (positiviste) des événements comme le préconisent Abbott ou Sewell Jr.. Mais en tant qu’Événements biographiques, générateurs de calendriers subjectifs, intimes, constructeurs d’identité, ils relèvent d’une sorte d’herméneutique interprétative, d’un travail sur soi aidé, partagé, sanctionné par d’ « autres significatifs » (G. H. Mead). Il ne s’agit plus ici d’articulation de temporalités objectivées (passé, présent, avenir), ni de durées hétérogènes (longue, moyenne, courte) liées à des niveaux d’analyse (macro, méso, micro), mais de prise en compte de cet Événement Radical évoqué par Deleuze, celui qui fait naître, exister, bifurquer et se (re)trouver une personne à la fois agent, acteur, sujet et auteur de sa vie. Une certaine sociologie phénoménologique rejoint ici la philosophie herméneutique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti (dir.), Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, La Découverte, « Recherches », 2010

Référence électronique

Claude Dubar, « Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti (dir.), Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1276

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Laboratoire Printemps – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 Bd Vauban, 78280 Guyancourt. claude.dubar@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page