Navigation – Plan du site
Lire

Florence Haegel et Marie-Claire Lavabre, Destins ordinaires. Identité singulière et mémoire partagée

Presses de Sciences Po 2010
Claude Dubar

Texte intégral

1Cet ouvrage aborde, d’une manière originale et pleine d’enseignements, des questions théoriques communes à toutes les sciences sociales, celles de la « mutation des identifications collectives », de la « montée de l’individualisation » et des « rapports du psychique et du social » (p. 14). Il le fait à partir de « cas » analysés minutieusement : celui de Janine, veuve habitant la cité des 4 000 à La Courneuve, 53 ans, auxiliaire de puériculture et celui d’une famille (les Lefèvre-Dumont) issue de deux lignées de maréchaux-ferrants dans deux villages voisins de la Somme. L’intérêt de l’ouvrage est triple : des réflexions de méthode éclairantes, des résultats intéressants et des élaborations théoriques concernant le couple identité-mémoire particulièrement suggestives mais discutables.

2Concernant la méthode des « cas », les références mobilisées par cet ouvrage, de l’histoire à la psychanalyse en passant par la sociologie, sont convergentes. D’abord le parti pris de départ : à l’inverse de l’anecdote ou de la monographie, l’étude de « cas », pour être intéressante, doit être « construite à partir d’une question de nature théorique »  et aborder le singulier « dans sa relation au collectif » (p. 85). De ce fait, « construire un cas, c’est choisir d’organiser une histoire selon une certaine logique » (p. 133). Dans cette perspective, le « cas » permet de « voir de plus près » des phénomènes collectifs, mettre à jour la « complexité des déterminations sociales » et « l’indétermination telle que les acteurs peuvent en avoir l’intuition ou la représentation » (p. 82). Il permet surtout de mettre en œuvre des « jeux d’échelles qui ne sont pas continues » et donc d’articuler des niveaux discontinus des phénomènes concernés. Les « cas » permettent donc de saisir la complexité des trajectoires individuelles, la multiplicité des déterminations, et les formes d’indétermination des dynamiques sociales. Ils peuvent aussi, à certaines conditions, favoriser la mise en évidence des « formes de structuration labile et de combinaison instable des identifications » (p. 132).

3Le cas de Janine répond bien à ces exigences. Elle se définit comme étant « de gauche » (« papa était de gauche et mon mari aussi »). Mais alors que le père, un homme du Nord, était SFIO, contre-maître-électricien et autoritaire (« c’était lui le maître »), le mari ajusteur, devenu mécanicien d’entretien puis chômeur, était communiste « bon père de famille, bon mari, courageux, ne buvant pas ». Depuis sa mort, Janine trouve que le quartier où elle vit a beaucoup changé : « la vie est moche » car « la peur désormais règne ». Elle en rend responsable « le mélange des races ». Selon elle, les nouveaux venus sont « trop différents » et, de ce fait, « pas faits pour vivre ensemble ». Chômage, incivilités, délinquance, drogue, « tout a mal tourné ». Mais cela ne la conduit pas à voter pour le FN car Janine répète « je suis de la gauche » et « je crois que je vais encore voter à gauche ». Quelle gauche ? Pour elle c’est « ma gauche à moi, le PS et le PC… prendre le meilleur de chacun » (p. 36-37). Mais elle est déstabilisée : la chute du mur de Berlin a ébranlé ses repères d’autant plus qu’elle a découvert qu’un de ses fils, émigré à Berlin, est homosexuel…

4Le cas des Lefèvre-Dumont est aussi plein d’enseignements, différents du précédent. Il s’agit de deux lignées de maréchaux-ferrants qui « s’unissent dans les années cinquante au moment où, avec la mécanisation, s’amorce le déclin des forges et du métier » (p. 45). Les Lefebvre sont politisés et racontent tous la même histoire familiale, « épopée du fer et du cheval ». Se référant à l’ancêtre forgeron, Georges, socialiste, maire de Cerny, le roman familial exalte « travail, courage, effort et ténacité » et, par-dessus tout, l’indépendance (« j’aimais pas qu’on me dirige »). Marié à une institutrice, cet aïeul fut « le premier à avoir voiture et téléphone à Cerny ». L’alliance d’un fort « esprit de famille » et d’un attachement aux « vertus rurales » distingue les Lefèvre des Dumont où semble n’exister « nulle volonté de donner sens à l’histoire de la lignée » (p. 47). On évoque simplement « la fin nostalgique et amère de la forge », on ne fait jamais référence à la politique et on parle de l’aïeul Antoine qui a créé la forge comme d’un homme « très intelligent » mais solitaire et pas impliqué dans les affaires de Mermieux (à 4 km de Cerny). Les deux familles ont réalisé une ascension sociale puisque les deux petites-filles des deux ancêtres, Martine et Claudine, sont toute deux enseignantes de physique et chimie en lycée. Mais, alors que chez les Lefèvre, l’évolution a été progressive, sur trois générations (la mère Annie est employée au Crédit Agricole et son frère Michel ingénieur, la fille Claudine milite au PS), chez les Dumont, on a connu un déclassement (le père a été ouvrier après l’arrêt de la forge) avant une progression fulgurante de la seule Martine qui, par suite d’un énorme investissement scolaire (« on m’a forcée » ; « apprendre, toujours apprendre pour réussir » ; « il n’y avait que l’école qui comptait »), est devenue normalienne et agrégée…

5La méthode d’analyse des deux cas présentés repose sur la comparaison à la fois « interne » (entre les Dumont et les Lefèvre) et « externe » (entre les deux « cas »). Celle qui compare la lignée des Dumont à celle des Lefèvre aboutit à lier la mémoire familiale, en tant que mémoire collective au sens d’Halbwachs, avec un système d’appartenance et d’opposition sociales (conscience ou non d’appartenir à un village, un métier, une lignée) et une catégorisation du monde social et politique (la « haine des gros » transmise de génération en génération chez les Lefèvre, la volonté d’ascension individuelle chez les Dumont). Les auteurs avancent ici une thèse que nous discuterons : les Lefèvre ont une mémoire collective et une identité sociale, les Dumont n’en ont pas ; les premiers sont politisés, les seconds pas du tout. La comparaison entre le « cas » Janine et le cas « Lefèvre-Dumont » permet aux auteurs d’avancer plusieurs propositions concernant le mode de structuration des identités sociales et politiques et les transformations des identifications liées aux mutations récentes de la société française, en lien avec la politisation.

6En effet, la conclusion la plus intéressante mais aussi la plus problématique de ce livre est sans doute celle qui repère un lien fort entre « la réussite sociale et l’intérêt pour la politique » et qui le rattache à la construction d’une « mémoire familiale, sociale et politique » (P. 121). Concernant les Lefèvre, les auteurs relient deux expressions récurrentes des propos des membres de la famille : « être avancé en politique » (comme le grand-père Georges et ses héritiers, jusqu’à Claudine) et « avancer socialement et économiquement » (ce qu’a fait la famille sur trois générations). En cela, ils s’opposent aux Dumont qui n’évoquent jamais la politique, ont des souvenirs individuels mais « pas de mémoire collective » et donc, faute de réflexivité et de mise en cohérence (comme les Lefèvre autour du quatuor « métier, village, famille, haine des gros »), pas d’identité. Concernant Janine, les choses sont moins claires mais elle semble gardienne d’une mémoire familiale et militante (socialiste et communiste) et d’une identité déchirée entre sa fidélité à cette mémoire et son rejet des « nouveaux venus ». Ses repères sont déstabilisés (« chute du mur de Berlin » « fils homosexuel »…) et la cité n’est plus un cadre de structuration de son identité de militante associative (l’association des résidents a été dissoute). On retrouve ici toutes les marques de la crise identitaire, conséquence des mutations (désindustrialisation de la banlieue rouge, fin du communisme à l’Est, permissivité sexuelle…) et de l’individualisation des croyances symboliques.           

7Peut-on défendre, sans plus d’analyses critiques des notions d’identité et de mémoire, la thèse selon laquelle certains auraient une mémoire collective et une identité singulière et d’autres pas ? Autant l’idée de rendre opératoire la notion d’identité, de la dégager des ambiguïtés de son usage (voir le débat récent sur l’identité nationale en France), de la lier à des formes de mémoire (mais aussi de discours) semble nécessaire et bien argumenté dans l’ouvrage, autant la coupure entre des « cas » où il y aurait de la mémoire collective, de la politisation et de l’identité réflexive et d’autres où il n’y en aurait pas me paraît dangereuse sur le plan scientifique : un jugement de valeur ne se cacherait-il pas sous l’apparent jugement de réalité ? L’identité collective et militante serait-elle la seule « vraie » identité associée à une « mémoire collective » ? Personnellement, j’ai préféré substituer à la notion d’identité (trop polysémique et trop peu opératoire) celle de formes identitaires et faire de chaque « cas » (étudié à travers des entretiens biographiques) une combinaison (à dominante) de ces formes d’identification, soit communautaires soit sociétaires, soit « pour autrui » soit « pour soi » (cf. La crise des identités). Dans ce cadre, chacun bricole des définitions de soi (et donc des « identités pour soi »), à partir des catégorisations des autres, ou à partir de sa réflexivité singulière. Repérer les formes identitaires et suivre leur mélange et enchevêtrement dans les discours (entretiens, archives, questionnaires, observations) évite de séparer ceux qui en ont (de l’identité) de ceux qui n’en ont pas. Reste à s’interroger sur ce processus d’individualisation et ses relations avec la dynamique des temporalités à l’œuvre au cours de ces mutations sociales si bien repérées et analysées dans ce livre, à partir de matériaux d’une grande richesse et pertinence. Le livre y incite de manière tout à fait réussie…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Haegel et Marie-Claire Lavabre, Destins ordinaires. Identité singulière et mémoire partagée, Presses de Sciences Po 2010

Référence électronique

Claude Dubar, « Florence Haegel et Marie-Claire Lavabre, Destins ordinaires. Identité singulière et mémoire partagée », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1277

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Laboratoire Printemps – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 Bd Vauban, 78 280 Guyancourt. claude.dubar@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page