Navigation – Plan du site
Lire

Jean-Michel Beaudoin, De l’épreuve autobiographique Contribution des histoires de vie à la problématique des genres de texte et de l’herméneutique de l’action

Peter Lang, 2010
Claude Dubar

Texte intégral

1L’ouvrage rend compte de 22 récits de vie écrits par des étudiants genevois en sciences de l’éducation, dans le cadre de leur cursus, entre 1998 et 2006. Mais il contribue aussi, comme l’indique son sous-titre, à rendre plus opératoire la théorie – issue de Bakhtine – des genres de texte et l’approche herméneutique de l’action, rattachée notamment à Ricœur. Il est donc à la fois inductif – partant du corpus pour en tirer des enseignements – et déductif – partant de l’exposé de ces problématiques pour les appliquer aux histoires de vie racontées par les étudiants dont les âges varient entre 25 et 54 ans.

2Disons-le d’emblée : l’ouvrage s’adresse à des lecteurs ayant des connaissances de base en sciences du langage (sémantique, narratologie, pragmatique), une certaine familiarité avec la philosophie contemporaine (herméneutique, phénoménologie, philosophie analytique) et un intérêt – sociologique ou psychologique – pour les récits de vie. Autant dire qu’il vise à une interdisciplinarité maîtrisée, notamment entre sciences du langage et sciences sociales, éclairées par une épistémologie rigoureuse. C’est un projet ambitieux d’autant plus qu’il s’enracine également dans la pratique des « récits de vie en formation » qui s’est fortement répandue dans les sciences de l’éducation un peu partout dans le monde francophone depuis une trentaine d’années.

3L’auteur a choisi de débuter par une très utile mise au point terminologique (distinguant « récit de vie » et « histoire de vie », « autobiographie » et « biographie ») qui met en lumière le glissement effectué par de nombreux auteurs francophones confondant le récit de vie, écrit ou oral, effectué par celui qui raconte « sa propre vie » (autobiographie) avec l’histoire de vie reconstituée par un autre (chercheur ou autre) sur la base de multiples documents personnels (y compris des entretiens) collectés sur « la vie d’un autre » (biographie). Ainsi le célèbre Polish Peasant de Thomas et Znaniecki (1919-1920) considéré souvent comme la première publication sociologique à base de « récits de vie » contient en fait surtout des « histoires de vie » réécrites par les auteurs sur la base de documents personnels (life-records) et non d’autobiographies (à l’exception de celle de Vladek) écrites par les immigrants ou retranscrites à partir de leurs paroles (life stories). On le voit : une certaine familiarité avec ces méthodes de recherche comme avec la littérature qui y est consacrée n’est pas inutile pour « entrer » dans cet ouvrage aussi pointu que rigoureux.

4On peut résumer, de manière abrupte, tout un pan de ce livre par cette formule mise en exergue de l’introduction : « une vie est créée ou construite par l’acte de l’autobiographie ». C’est la mise en récit, grâce au recours à une intrigue, qui permet de faire d’une vie (life history) un texte écrit ou un récit oral, une autobiographie, un récit de sa vie (life story). D’où les questions qui servent de fils rouges à l’ensemble de l’ouvrage : comment une vie se met-elle en mots ? Comment fonctionne la mise en intrigue ? Et d’abord : qu’est-ce qui fait d’un texte un récit ? Ces questions sont d’abord posées à la lumière des développements les plus récents de l’analyse de discours – notamment du « modèle genevois des types de discours » (Adam, Bronckart…) – de la sémantique de l’action – notamment des travaux de Rastier – et de la narratologie – notamment de l’œuvre de Genette. Le tout est irrigué par la question herméneutique de la mise en intrigue de l’action dans le récit et de l’articulation des temporalités développée par Ricœur.

5La théorie des genres de textes et celle des types de discours permettent à l’auteur d’avancer l’hypothèse de l’existence de quatre types de séquences dans un texte selon le degré d’implication du narrateur et selon le degré d’autonomie de ce qui est dit par rapport à la situation de référence. Les séquences de récit narratif sont à la fois peu impliquées et fortement référencées ; les séquences de discours interactif sont très impliquées et peu référencées ; les séquences de récit interactif sont impliquées et référencées ; les séquences de « discours théorique » ne sont ni impliquées ni référencées. Ce détour permet à l’auteur de mieux cerner le genre autobiographique et le type de récit qui le constitue. Il lui permet aussi de développer la thèse de la dépendance de ces genres et de ces types à l’égard du contexte, défini à la fois comme conditions matérielles de production et comme modèles culturels intériorisés.

6L’approche et la théorisation de Paul Ricœur permettent ensuite à l’auteur de recenser, en s’appuyant sur son corpus, les principaux procédés de la mise en intrigue d’un ensemble d’expériences vécues. Il s’agit d’abord d’une narrativisation de l’action qui suppose une notion de valeur, une évaluation, un jugement moral. Les énoncés relevant de l’intrigue ne sont pas « neutres » : ils engagent une « valorisation d’objet », une comparaison entre ce qui est narré et ce qui est visé, ce que Rastier appelle une « égogenèse » et Ricœur un « mythe de soi ». Ici réside l’opération narrative de base : transformer de simples événements en épreuves qui sont autant d’étapes dans la quête de soi. L’intrigue transforme les séquences purement narratives en séquences argumentatives impliquant une position énonciative et évaluative du narrateur : l’autobiographie évalue des actions comme contributrices ou non à la construction d’une personne responsable.

7La mise en intrigue est aussi une dramatisation. C’est la sélection et la distribution des épreuves, et notamment des « moments décisifs », qui permettent de mettre en scène le passage d’un espace « proximal » – le monde de l’enfance par exemple – à un espace « distal », à la fois spécifique, lointain et étrange – le monde du travail ou celui du mariage par exemple – pour satisfaire au genre du récit et au type autobiographique du récit de soi. L’intrigue ainsi dramatisée est un « travail du négatif », celui consistant à affronter ces épreuves à travers lesquelles un sujet tente d’acquérir un statut, une qualification, un Objet valorisé par un Destinateur, régulateur du parcours biographique. Pour se faire, le sujet doit mettre en scène ce drame qui consiste à quitter un espace proche et sûr pour un autre lointain et incertain (exotopie). C’est le récit de la formation (Bildung) du passage à l’âge adulte.

8Enfin, et c’est peut-être là le plus important, la mise en intrigue est une production temporelle spécifique, cohérente, repérable : une histoire avec ordre, clôture et vitesse. Elle implique une articulation entre des temporalités différentes. Car le temps (biographique) de l’action narrée n’est pas le temps (discursif) de la narration. La mise en intrigue discrétise et structure le temps biographique selon les besoins de l’action représentée (la mimesis I de Ricœur). C’est sa visée référentielle. Mais elle crée aussi une architecture temporelle, celle de l’œuvre racontée selon les nécessités de la dramatisation. C’est la mimesis II de Ricœur). Celle-ci implique une périodisation, un rythme et des vitesses du récit. Enfin, elle doit tenir compte du temps de la réception, de l’écoute ou de la lecture, du destinataire qui doit être convaincu par l’argumentaire (c’est la mimesis III de Ricœur) Ainsi, c’est bien à une articulation des temporalités biographique, narrative et dialogique que le narrateur/auteur doit se livrer s’il veut à la fois rendre compte de ce qu’il a fait (référence), construire un récit comme il faut (narration) et persuader celui à qui il est destiné (argumentaire). L’autobiographie est un mixage de temporalités hétérogènes.

9Disons-le tout net : c’est ce dernier aspect qui apparaît comme le plus original et le plus abouti du livre. En effet, dans le dernier chapitre intitulé « Autobiographie et formes de mimesis », l’auteur parvient, à partir de son corpus et en calculant les vitesses relatives de chaque texte (nombre de signes sur nombre d’années racontées) à développer un modèle de l’« économie cinétique » des récits rendant compte des principaux dispositifs de mise en intrigue à partir du repérage des procédés narratifs. Ainsi, l’auteur démontre, sur son corpus, la différenciation entre mouvements lents et mouvements rapides selon ce que la mise en intrigue privilégie. Il oppose le procédé du « tableau » (primat des scènes synchroniques de type romanesque) qui provoque un effet d’immobilisation du temps (« brillance temporelle ») à celui du « summary » (primat des épisodes diachroniques à syllepses multiples, de type cinématographique) qui provoque un effet d’accélération du temps (« emportement temporel »). Grâce au recours à de larges extraits de textes autobiographiques d’étudiants, il peut (enfin !) rendre opératoire les concepts inventoriés précédemment. Grâce à des interprétations fines et argumentées, on comprend comment Florence, Maude ou Pilar s’y prennent pour mettre en intrigue leur sortie du paradis de l’enfance, leur combat avec leur père pour exercer la profession qu’elles souhaitent, ou leur itinéraire de formation pour parvenir enfin aux études supérieures. C’est un apport tout à fait remarquable.

10Il n’en demeure pas moins que les matériaux empiriques sont insuffisants dans l’ouvrage pour pouvoir mettre en œuvre une analyse empirique comparative. Les étudiants concernés racontent-ils tous la même histoire (du passage réussi à l’âge adulte) ? Rencontrent-ils tous le même type d’épreuves ? Argumentent-ils le même discours, à destination de leurs enseignants (et camarades) ? Si oui, ce qui reste à démontrer, cela signifie que le contexte de production (des volontaires pour une unité optionnelle de sciences de l’éducation impliquant un texte autobiographique) pèse effectivement très lourd sur les récits racontés et les discours sous-jacents. Car opposer les genres « récit » aux genres « discours » ne suffit pas : encore faut-il détecter la trace des discours dans les récits et modéliser les types d’argumentaires (les « mondes et les rapports au monde ») qui apparaissent dans chaque récit, « lorsque la consécution se transforme en conséquence » (Barthes). L’absence d’analyse différentielle des mondes lexicaux et/ou des champs sémantiques internes au corpus rend difficile non seulement de répondre aux questions précédentes mais aussi de mieux comprendre la pertinence de la distinction entre « recours aux tableaux » (régime lent) et « recours aux summaries » (régime rapide). S’agit-il de types d’intrigue différents ? La publication de tout ou partie de ces récits permettraient certainement de répondre. Pourquoi pas une future publication ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Beaudoin, De l’épreuve autobiographique Contribution des histoires de vie à la problématique des genres de texte et de l’herméneutique de l’action, Peter Lang, 2010

Référence électronique

Claude Dubar, « Jean-Michel Beaudoin, De l’épreuve autobiographique Contribution des histoires de vie à la problématique des genres de texte et de l’herméneutique de l’action », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1278

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Laboratoire Printemps – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 Bd Vauban, 78 280 Guyancourt. claude.dubar@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page