Navigation – Plan du site
Lire

Edith Guilley, Christian J. Lalive d’Epinay (dir.), The Closing Chapters of Long Lives. Results from the 10-Year Swilsoo Study on the Oldest Old

Nova Science Publ. Inc., 2008.
Gabrielle Varro
Référence(s) :

Edith Guilley, Christian J. Lalive d’Epinay (dir.), The Closing Chapters of Long Lives. Results from the 10-Year Swilsoo Study on the Oldest Old. New York : Nova Science Publ. Inc., 2008.

Texte intégral

1Comment lire une telle étude ? De par-deçà ou de par-delà le tombeau ? Certes, le titre a bien l’air de « fermer le chapitre » de ces longues vies, de ces vies des « plus vieux des vieux »… Mais le lecteur peut trouver un certain réconfort dans la prise de conscience qu’objectivement la vieillesse n’arrête pas de reculer : nous en sommes au 4e âge, où « vivre au-delà de 80 ans constitue une nouvelle étape de la vie » (Préface). Et la perspective adoptée par les auteurs est résolument orientée vers les aspects positifs de la situation : « bien des stéréotypes concernant les plus vieux des vieux sont faux… Une longue vie ne culmine pas nécessairement dans la dépendance… [celle-ci] est un risque mais n’est pas inéluctable », etc.

2L’ouvrage exploite les résultats d’une étude longitudinale menée avec deux cohortes d’octogénaires, revus chaque année entre 1994 et 2004 (pour les 340 personnes nées entre 1910 et 1914) ou entre 1999 et 2004 (pour les 377 nées entre 1915 et 1920). Baptisée « Swilsoo » (Swiss Interdisciplinary Longitudinal Study on the Oldest Old), l’étude prend place dans ce champ nouveau de la recherche qui depuis le milieu des années 1980 érige les Oldest Old en un âge de la vie spécifique aujourd’hui étudié par démographes et sociologues.

3L’originalité de la présente étude tient au fait qu’elle est à la fois quantitative et qualitative : les 717 sujets de l’échantillon aléatoire ont été examinés sous l’angle du genre, de l’âge et de la zone géographique (urbaine/semi-rurale), ainsi que des ressources socio-économiques et culturelles, puis – notés pendant les entretiens – selon l’état de santé, les deuils, les rapports sociaux et les activités, le bien-être, les capacités cognitives, etc., et leurs trajectoires à travers les deux guerres mondiales, les années trente, les trente glorieuses. Près de 2 900 questionnaires (composés de 600 questions chacun) ont été récoltés au cours des entretiens (de 2 heures en moyenne) répétés à intervalles relativement rapprochés (tous les 12-18 mois environ). Ces octogénaires n’ont pas seulement été vus en termes de chiffres, ils ont eu la parole, ce qui n’est pas fréquent dans la littérature, et un certain nombre se sont perçus eux-mêmes comme des témoins travaillant pour le bien général.

4L’ouvrage est composé de dix chapitres expliquant, pour chaque question traitée, les méthodes appliquées, les théories sous-jacentes et les résultats obtenus, suivis d’une discussion des résultats et des références : « Les transitions entre bonne santé, fragilité et dépendance », « La dépendance ADL (Activities of Daily Living) », « Les changements liés à la santé, à l’activité, au bien-être », « La mort des proches et son impact sur la santé et les relations », « Donner et recevoir le soutien au sein de la famille », « Garder ou recouvrer la santé dans la grande vieillesse », « Le rôle des rapports sociaux », « Le fait de rester actif et le bien-être ».

5Prenant le contre-pied d’un certain nombre d’autres études sur les très-vieux, Guilley et Lalive d’Epinay concluent sur le « paradoxe du bien-être dans la grande vieillesse », qui met en lumière l’efficacité d’une « comparaison sociale (con)descendante ». Qu’est-ce ? Une méthode Coué si fréquemment appliquée par les très-vieux qu’elle en devient une véritable technique de survie : la comparaison de soi-même aux autres comparables, quand elle vous est favorable – car « je suis moins à plaindre » – joue le rôle d’un mécanisme d’ajustement permettant de conserver son sentiment de bien-être, quelle que soit par ailleurs sa fragilité réelle.

6Les données très complètes et finement analysées de cet ouvrage concernent tout un chacun ; il n’y a pas que les sociologues des âges de la vie et les experts gérontologues qui y trouveront matière à réflexion sur la grande affaire de la vie qu’est l’arrivée – de plus en plus retardée – de la mort, et les états dans lesquels on l’attendra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Varro, « Edith Guilley, Christian J. Lalive d’Epinay (dir.), The Closing Chapters of Long Lives. Results from the 10-Year Swilsoo Study on the Oldest Old », Temporalités [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1279

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Laboratoire Printemps – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 Bd Vauban, 78 280 Guyancourt. gvarro@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page