Navigation – Plan du site

Le Jeu des temporalités dans les utopies et uchronies de Rétif de la Bretonne

The play of temporalities in Rétif de la Bretonne’s utopia and uchronia
Daniel Aranda

Résumés

Rétif de la Bretonne (XVIIIe siècle) met en scène dans ses fictions des sociétés utopiques ou uchroniques. Dans de tels romans, nouvelles ou pièces de théâtre l'importance du temps est à la fois patente et compromettante. Ses cités idéales peuvent expérimenter une temporalité archaïque, mais le plus souvent le temps transformateur moderne conditionne leur apparition et organise leur existence. Selon les cas la communauté utopique fait du temps un moyen de socialisation de l'individu ou suit la loi du chef qui trouve les moyens d'échapper à la consomption. Rétif associe individualisation et configuration temporelle pour rendre attractifs ses récits utopiques, menacés de monotonie et d'insignifiance. La diégèse s'articule avec les instances narratives et communicationnelles pour relier l'utopie/uchronie au présent, qui est celui de la Révolution française, et la rendre plus familière et crédible. Rétif fait d'un paradoxe conceptuel – soumettre l'idéal au temps – un moyen de création littéraire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Rétif, l'utopie et l'uchronie, les temporalités

1Écrivain français de la seconde moitié du XVIIIe siècle, « le siècle des utopies » (Lequenne, 1993, p. 34), Rétif de la Bretonne fournit de nombreux exemples de textes utopiques ou uchroniques. Ils sont soit théoriques – L'Andrographe (Rétif, 1782), Le Thesmographe (id., 1789a) – soit narratifs. Dans ce dernier cas l'auteur produit des fictions dans lesquelles sont mises en scène des communautés qui vivent une existence heureuse parce qu'elles suivent des lois qui s'opposent dans une large mesure aux règlements et aux mœurs de la société contemporaine. Leur nombre justifie qu'on les passe en revue.

2Les dernières pages du roman épistolaire Le Paysan perverti (id. [1775] 1978) rapportent les débuts de la communauté rurale du Bourg d'Oudun, en Bourgogne. La nouvelle « Les vingt épouses des vingt associés » incluse dans Les Contemporaines (id. [1780-1781] 1884) décrit la création et le fonctionnement d'une communauté vivant en plein Paris comme un « ordre de maçonnerie » (ibid., p. 239). Victorin est le héros du roman La Découverte australe (id., 1781) : il institue, en France d'abord puis aux antipodes, trois sociétés communistes qui sont une approximation toujours plus parfaite de la société idéale, celle du pays des Mégapatagons, que découvrira son petit-fils Hermantin. En 1788 Rétif publie dans les 233e, 235e et 237e « nuits » du recueil des Nuits de Paris (id. [1788] 1987) un texte intitulé « L'An 1888 » : « M. Du Hameauneuf » rapporte au héros la « vision bien réelle » (ibid., p. 255) qu'il a eue d'une journée dans le Paris de 1888, où il apprend les heureux bouleversements que le monde a connus. En 1789 Rétif publie la pièce de théâtre L'An 2000 (id., 1789b). L'intrigue rapporte un incident qui trouble, en cette année 2000 que commence à vivre le royaume de France, la cérémonie des mariages célébrée par une société idéale. Le roman Les Posthumes (id., 1802) – publié en 1802 mais dont la mise au point s'échelonne de 1787 à 1796 – nous propose entre autre l' « histoire future du duc Multipliandre » (ibid., II, p. 122). Ce personnage a découvert le secret de l'immortalité et procédera dans un avenir qui s'étale sur plusieurs milliers d'années à l'élaboration eugénique d'une humanité parfaite. Le même roman contient l'épisode de Dulis, bâtard de Louis XV, qui peuple un canton de sa seule progéniture : « tous vivent sous la loi du communisme, dans le vaste enclos qui leur est préparé » (ibid., p. 311). Enfin L'Enclos et les oiseaux est un roman rédigé en 1796 mais que Rétif n'a pu imprimer et dont le manuscrit est perdu. Nous avons une idée assez précise de l'histoire à travers deux résumés qu'en a faits l'auteur : comme dans l'histoire de Multipliandre les deux protagonistes (père et fils) réalisent un projet de régénération du genre humain, et Rétif nous y explique « par quels moyens l'on y est heureux » (id. [1800] 1987, p. 146).

3Ce relevé de la production rétivienne en matière d'utopies et d'uchronies appelle plusieurs remarques, qui détermineront l'objectif de notre étude.

4D'abord les dimensions de l'espace et du temps qui établissent la distinction entre utopie et uchronie se caractérisent par leur solidarité. En effet toutes deux assurent une même fonction diacritique. De même que le territoire des Mégapatagons (La Découverte australe) est situé aux antipodes exacts de la France, de même la société idéale que nous découvrons dans L'An 2000 est séparée de la société contemporaine de Rétif par plus de deux siècles. Mais ces deux marqueurs de séparation peuvent se cumuler ou disparaître simultanément. La communauté que Multipliandre (Les Posthumes) décide d'installer dans « les Nouvelles Hébrides, récemment découvertes par les capitaines Bougainville et Cook » (id., 1802, II, p. 143) poursuivra son existence pendant « 4000 ans » (ibid., p. 145). En revanche Victorin (La Découverte australe) met en place sa petite société idéale ici et maintenant, dans la France contemporaine du narrateur, sur la hauteur alpine du « Mont-Inaccessible » (id., 1782b, I, p. 66). L'essentiel est de marquer une frontière entre la société en place et la société idéale, dont les écarts spatiaux ou temporels ne sont que les représentations les plus usuelles. Le motif récurrent chez Rétif de l' « enclos » (qu'on pense au titre de son dernier roman) signale également la démarcation entre la perfection de ce qui pourrait exister – ce qui est dans l'enclos – et l'imperfection de ce qui existe, et qui se trouve au-delà de cet enclos. Dans « Les Vingt épouses des vingt associés » (id., 1780-1781) la différence de nature entre les deux sociétés ressort d'autant mieux qu'elles coexistent dans un même cadre spatio-temporel, le Paris des années 1770-1780.

5Mais si le temps a une fonction diacritique pour configurer la communauté idéale, il a aussi chez Rétif une fonction opérative. Lors du colloque « Rétif de la Bretonne et l'utopie » de septembre 1992 (Coward et al., 1992), un consensus s'est formé auprès des spécialistes de Rétif pour constater qu'avec cet auteur le temps acquiert une dimension positive, celle qui permet de concevoir et améliorer, de manière à passer d'une société imparfaite à une société parfaite. La non-historicité des utopies canoniques des XVIe et XVIIe siècles cède désormais la place à des utopies en prise avec le temps, notamment parce qu'elles en ont besoin pour se mettre en place : « l'utopie devient écriture du travail et des possibles du temps » (Goulemot & Masseau, 1992, p. 149). À ce titre la liste chronologique des utopies-uchronies rétiviennes que nous venons d'établir ne laisse aucun doute. Toutes prennent en compte la dimension temporelle, et celle-ci acquiert une importance croissante, ne serait-ce que parce que ces sociétés finissent par se situer dans le futur. L'An 2000 est peut-être « la première uchronie moderne » (Loty, 1992, p. 78). Et non seulement l'utopie devient uchronie, celle-ci étant comprise comme « un déplacement dans le temps et une localisation temporelle dans le futur » (Hugues, 1999, p. 102) mais dans la fiction le temps qui sépare le présent du futur devient simultanément le temps qui reste pour parvenir à la perfection sociale ou raciale de la communauté.

6Nous considérerons ce jeu des temporalités dans les utopies et uchronies de Rétif de la Bretonne. Notre étude portera sur les textes que nous venons d'énumérer et qui se présentent comme des fictions, narratives ou encore théâtrales (avec L'An 2000). En effet ils exploitent les ressources temporelles bien plus que les textes théoriques. Trois complexes de temporalités retiendront notre attention. Le premier porte sur les modalités de gestion du temps, archaïque ou moderne, par ces communautés idéales. Le deuxième porte sur les rapports temporels entre la durée de vie de la société utopique/uchronique et celle des individus qui la composent : les postulats fictionnels posés par Rétif dans ces textes font que le rapport usuel, qui veut que l'existence temporelle d'un membre de la société soit incluse dans celle de cette société, n'est plus le seul possible. Le troisième et dernier complexe porte sur les relations entre les diverses instances de ces textes de fiction. Il n'est pas indifférent par exemple que le temps historique de la Révolution française, qui aura voulu créer un changement radical de société, traverse le temps de l'invention littéraire par Rétif de sociétés idéales. Quelles conjonctions ou disjonctions affectent les temps de la diégèse, de la narration, de la communication de ces utopies ?

1. Temporalités utopiques et uchroniques

1.1. Le temps neutralisé

7Un examen complet des productions de Rétif montre que la relation de ses sociétés idéales au temps n'est pas uniforme. Certaines de ses communautés relèvent du modèle traditionnel issu des utopies des XVIe et XVIIe siècles. Le temps y existe bien, mais n'est nullement affecté d'un indice de transformation potentielle. L'arrivée d'êtres humains en Mégapatagonie (La Découverte australe) n'y fait pas événement. L'explication n'est pas à chercher dans l'infériorité de la race humaine : les Mégapatagons notent l'ingéniosité des ailes factices qui permettent à Hermantin et ses compagnons de voyage de se déplacer dans les airs, ce dont eux-mêmes sont incapables. Mais il ne leur vient pas à l'esprit d'adopter cette technique, d'améliorer leurs modes de déplacement, d'engager un processus temporel de perfectionnement.

8Ce refus du temps transformateur signale ce que peuvent avoir de conservatrices les utopies canoniques que Rétif reconduit ici. Certes elles constituent une critique du modèle politique et social en place. Mais si les sociétaires de la communauté parisienne ont pour « objectif de ramener l'âge d'or sur terre » (Rétif [1780-1781] 1884, p. 239) c'est que pour eux le temps est forcément corrupteur. Jean Servier a indiqué dans l'introduction de son étude historique (Servier [1967] 1991, p. VIII-IX) ce que l'utopie pouvait avoir de réactionnaire, ce que condense la remarque suivante : « L'utopie, dans ses origines (Campanella, More, et toutes les utopies du XVIIe siècle), est le rêve, le fantasme d'une société échappant à l'Histoire et au drame de la déperdition que représente l'Histoire » (Goulemot, 1992, p. 44). C'est pourquoi une analyse ethnologique de la manière dont ces utopies/uchronies neutralisent les propriétés effervescentes du temps serait à conduire de manière systématique, car l'homologie avec le statisme organisé des communautés archaïques est flagrante. Nous ébaucherons une esquisse de cette approche à travers l'exemple de la société uchronique décrite par Rétif de la Bretonne dans L'An 2000, ou la Régénération.

9Dans cette communauté idéale en effet, le temps est définitivement apprivoisé sous la forme cyclique de la cérémonie commémorative qui célèbre l'événement fondateur : « un bon roi, Louis XVI, qui régnait il y a 211 ans, assembla les seconds États généraux ; Unipour leur présenta son livre ; ils l'adoptèrent, et depuis ce moment, le genre humain est heureux » (Rétif, 1789b, p. 520). Comme dans les sociétés archaïques, la nation française de l'an 2000 aligne le temps humain sur le temps astronomique pour que le second imprègne le premier de son inaltérable circularité. C'est le 21 juin, jour du solstice d'été, qu'est célébré « l'anniversaire de la révolution complète » (ibid., p. 517).

10Comme dans les sociétés archaïques encore, la représentation physique accomplie par la cérémonie rituelle de la nation assemblée est indissociable de la représentation linguistique assurée par le mythe. Un travail de mémoire est accompli par les coryphées, véritables « griots » qui rappellent à tous l'horreur de la société d'ancien régime et la splendeur de celle qui l'a suivie. Un centenaire est sollicité lors de la cérémonie pour témoigner :

J'ai vu, il y a cent ans, un vieillard qui en avait 114 : il se resouvenait de 1800, comme s'il y eût encore été. Il racontait, aux assemblées patriotiques, ce qui était arrivé dans sa première jeunesse. Il avait 3 ans en 1789, et il se ressouvenait que sa mère l'avait porté au Palais royal (ibid., p. 531-532).

11Comme le note Mircea Eliade, la cérémonie sous sa forme originelle est bien plus qu'une commémoration : « Ce qui s'est passé ab origine est susceptible de se répéter par la force des rites » (Eliade [1963] 1993, p. 26). Elle est une résurrection du moment fondateur, une opération magique par laquelle le temps présent fusionne avec le temps originaire pour échapper au monde des phénomènes corruptibles, dont la valeur est nulle, et accéder à l'atemporalité des archétypes. Tout ce qui s'accomplit lors de cette journée est affecté d'une valeur sacrée et, convenablement conduit, se révélera, au sens fort, de bon augure. C'est pourquoi dans L'An 2000 ce même jour est choisi pour la cérémonie des mariages, celle où les garçons les plus méritants choisissent les jeunes filles qu'ils veulent pour épouses. L'incertitude des appariements, les risques de rivalités sont neutralisés d'avance par le rayonnement qui émane de ce moment hors du temps.

1.2. Le temps des commencements

12L'intrusion du temps transformateur dans les utopies/uchronies classiques s'accomplit chez Rétif par l'invention de leurs commencements. Comme dans les utopies classiques, l'existence de ces sociétés ne connaît toujours pas de terme, mais elle dispose désormais d'un temps de mise en place. La non-historicité de principe de telles communautés, qui fait qu'on nous les présentait habituellement comme étant toujours déjà constituées, entre en collision avec l'historicité ponctuelle d'une élaboration. Rétif de la Bretonne évoque dans la majorité de ses textes les circonstances qui ont déterminé tels personnages à fonder telle société. La communauté agricole du bourg d'Oudun (Le Paysan perverti) est créée pour empêcher les jeunes ruraux de s'installer en ville et de s'y corrompre comme Edmond, le héros du roman ; Germinot crée une association collectiviste pour pouvoir épouser Pétronille, les parents de la jeune fille n'agréant le mariage que si le jeune homme trouve les moyens de maintenir leur fille hors du besoin s'il venait à mourir ; la petite communauté du Mont-Inaccessible (La Découverte australe) est créée par Victorin pour y vivre avec sa bien-aimée Christine, maintenue d'abord captive et hors d'atteinte des recherches de son père… Un rapport de cause à effet est établi entre la société en place et la nouvelle, qui redouble le rapport de succession chronologique et lui donne sens : c'est parce que la première société est injuste qu'il faut non pas la transformer, mais en créer une seconde en parallèle, qui ne présentera pas les imperfections de la première.

13Ces commencements sont parfois décrits avec de nombreux détails pratiques, notamment dans « Les vingt épouses des vingt associés » et La Découverte australe. L'influence du Robinson Crusoe (Defoe, 1719) s'y reconnaît sans peine, et vient du fait que « la robinsonnade entrée en utopie, c'est la possibilité offerte d'écrire le temps et la durée » (Goulemot & Masseau, 1992, p. 141). Avec Rétif en effet la communauté d'utopie n'est plus qu'exceptionnellement rencontrée toute faite par un voyageur égaré aux confins du monde connu ; elle est bien plus souvent forgée de toutes pièces, de préférence dans l'espace de tel canton de la France contemporaine.

1.3. Les utopies/uchronies historiques

14Rétif de la Bretonne met en place des utopies/uchronies que l'on peut qualifier d'historiques en ce sens que le temps transformateur affecte non seulement les débuts mais bien la totalité d'existence de la communauté idéale. Ce temps est presque systématiquement affecté d'un signe positif, celui de l'amélioration permanente. Temps et progrès vont de pair, selon une formule qui ne sera guère remise en cause qu'au XXe siècle. En somme ce changement qui marquait le seul commencement de l'utopie devient la règle qui commande l'ensemble de sa séquence temporelle. Dans La Découverte australe Victorin fonde une première version de la société idéale sur le Mont-Inaccessible, puis une meilleure version sur l'Île Christine, une troisième version encore sur l'Île Victorique, et la rencontre avec la société des Mégapatagons l'engage à améliorer toujours son organisation sociopolitique.

15Cette dimension historique prend un relief particulier à partir du moment où Rétif modifie les objectifs de la société idéale. Dans Les Posthumes comme dans L'Enclos et les oiseaux il s'agit moins de mettre en place une meilleure organisation sociale que de fonder une société génétiquement régénérée. Rétif exploite donc le thème de la sélection eugénique qui hante les concepteurs de sociétés idéales : Platon et sa République, Rabelais et son abbaye de Thélème, Campanella et sa Cité du Soleil. Mais son approche n'est pas raciale au sens moderne du terme : d'abord parce que selon les circonstances l'auteur favorise la discrimination comme le brassage ; ensuite parce que la « race » n'est qu'un des éléments de sa réflexion eugénique, qui comprend aussi la question de la barrière des espèces et celle de la création d'une nouvelle humanité à partir d'un seul spécimen mâle, d'un code génétique singulier au sein d'une même race. Multipliandre crée en effet une nouvelle humanité constituée de ses seuls descendants, de même que le but du personnage de l'Immortel « est de repeupler la terre, sur laquelle le genre humain va en dépérissant, de sa race seule, fortifiée, ramenée aux premiers âges de vigueur qui ont existé. » (Rétif [1800] 1987, p. 145). La succession des générations qu'impliquent ces projets eugéniques sollicite du coup l'histoire longue. Plusieurs siècles sont nécessaires à Multipliandre pour réaliser le croisement de la race humaine, dont les membres sont désormais issus de sa seule personne, avec la race des « anges » qui est apparue sur Terre : « Ce ne sera qu'au bout de 2500 ans que tous ces mélanges seront achevés, et tellement parfaits, qu'il ne se trouvera plus aucun Ange pur, ni aucun Homme pur, dans les deux sexes » (id., 1802, II, p. 174).

16Dès lors que notre auteur intègre la dimension historique dans ses cités idéales, il ne peut échapper sans mauvaise foi à la question des limites temporelles de leur existence. Rétif se plaît à décrire les commencements de telles communautés, mais comment celles-ci pourraient-elles avoir un début sans avoir de fin ? Ou symétriquement comment quelque chose de parfait pourrait-il se corrompre et s'éteindre ? En découplant perfection et intemporalité Rétif se place devant un dilemme. Quand ses récits ne s'achèvent pas par la longue et laborieuse accession de l'utopie ou de l'uchronie à la stabilité idéale, l'écrivain postule, nous l'avons noté, une mutation permanente de leur organisation, ce qui intellectuellement n'est guère plus satisfaisant. Le roman Les Posthumes décrit prospectivement une société uchronique qui a pris les dimensions de l'humanité entière et qui se régénère par une succession de refondations effectuées par le patriarche Multipliandre. Ces régénérations ont beau combiner la circularité de la temporalité archaïque et la linéarité de la temporalité moderne, il faut bien leur trouver une fin : Rétif ne voit d'autre solution que de laisser de côté l'humanité dont il établissait jusqu'ici la chronique et de se focaliser sur la dissolution dans l'astre solaire, au bout de « trois millions d'années » d'existence (ibid., p. 943), de son géniteur Multipliandre… Cette parade narrative nous introduit dans un deuxième complexe temporel, celui des rapports entre la société utopique/uchronique et les sociétaires qui la composent.

2. Rapports temporels entre sociétés et sociétaires utopiques

2.1. Le temps comme vecteur de socialisation de l'individu

17Si Rabelais ou Fourier ont imaginé des utopies qui privilégient la liberté individuelle au détriment des contraintes collectives, l'immense majorité des utopies conçoivent cependant des cités où le collectif l'emporte sur l'individuel. Les cités idéales de Rétif sont de ce nombre, et notre auteur utilise le temps pour asseoir cette suprématie du général sur le particulier. La durée de vie de l'une et l'autre catégories justifie à elle seule la prépondérance du social. Une société perdure à une échelle temporelle qui est sans commune mesure avec celle de la durée biologique d'un individu, à plus forte raison une communauté utopique dont la perfection garantit une sorte d'existence indéfinie et qui même, dans certaines fictions proposées, semble exister de tout temps et une fois pour toutes. Mais Rétif s'engage bien plus avant dans la réglementation chronologique de ses cités idéales.

18En utopie/uchronie rétivienne les ordres d'ancien régime ont disparu, de même que les classes sociales, mais la société est constituée en sept classes d'âge. L'An 2000 décrit avec minutie cette structure sociale :

Tous les avantages sont également répartis sur les différents âges : la faible enfance a les tendres soins ; l'adolescence bondit librement, mais elle apprend les éléments des sciences ; la jeunesse travaille, mais elle est encouragée par des prix d'espérance et d'amour ; la virilité est chargée de tous les travaux, mais elle acquiert de l'honneur, et elle jouit librement des plaisirs du mariage ; la maturité a les affaires, mais elle entre dans le gouvernement ; la vieillesse commande ; la caducité, honorée, se repose (id., 1789b, p. 519).

19On comprend pourquoi cette gérontocratie règle sur un mode chronométrique la vie de ses concitoyens, même celle qui nous semble la plus personnelle. Ainsi pour la question des mariages, configurés selon les principes suivants : « On doit marier toutes les filles de 18 à 19 ans » (ibid., p. 522) ; « Tous les garçons de 21 à 30 ans doivent être unis » (ibid.) ; « Les mariages ne se font que tous les cinq ans » (ibid., p. 524) ; « On ne peut choisir que dans les filles les plus jeunes ; un jour au-dessus de l'âge du jeune homme rend le choix nul » (ibid., p. 525). Le temps, indéfiniment segmentable et composable, soumettant les êtres à sa marche avec une parfaite équité, est un merveilleux outil de régulation pour l'imagination totalitaire d'un Rétif, dont l'uchronie L'An 2000 est à bien des égards une chronocratie.

2.2. L'individu se libère du temps

20Rétif de la Bretonne est passionné par la question du temps. En témoignent son autobiographie Monsieur Nicolas (id., [1794-1797] 1989) mais aussi des formes de manipulation du temps. Son projet des Revies : Histoires refaites sous une autre hypothèse (id., 1802) en est un exemple. Rétif imagine une seconde vie humaine articulée sur la première mais qui serait bien meilleure puisque l'individu profiterait maintenant de l'expérience acquise dans la précédente. Dès lors « revivre serait sa véritable vie » (ibid, II, p. 315). Rétif conçoit également des personnages dont la durée de vie s'affranchit des lois de la biologie. Celui que par néologisme il appelle « le Multipliandre longève » (ibid., p. 172) dérobe à Cagliostro le secret de fabrication d'une mixture qui permet de rajeunir celui qui en consomme. Plus tard, « pour jouir d'une existence heureuse, Multipliandre résolut de retenir sa vie corporelle toujours au même point. » (ibid., p. 196). Notre héros échappe désormais à la consomption : « Vous savez que je vivrai tant que je voudrai », explique-t-il à son ami Fonthlète (ibid., p. 390). De même le héros de L'Enclos et les Oiseaux s'appelle « l'Immortel ». Son père, le duc de Nevers, a trouvé dans un mémoire la recette de la vie éternelle, et ne pouvant en profiter lui-même (il est trop âgé) il engendre un fils à qui il administre la potion « à l'instant de la puberté » (id. [1800] 1987, p. 146).

21Dans ces intrigues romanesques Multipliandre comme l'Immortel seront les créateurs biologiques d'une humanité régénérée, ce en quoi nous rentrons à nouveau dans le domaine de l'utopie et de l'uchronie. Ce n'est plus l'organisation sociale mais l'organisation génétique de la société qui est bouleversée. Rétif réhabilite l'individu dans la collectivité idéale en imaginant un chef qui non seulement gouverne la société mais en renouvelle la composition biologique génération après génération. Aux traditionnelles utopies anonymes, décrivant leurs adhérents en masse, succède la collectivité d'où émerge un héros d'exception qui renverse les rapports usuels. Ce n'est plus l'individu qui doit tout à la collectivité idéale dans laquelle il se fond, mais la collectivité qui doit tout à cet individu qui s'en détache.

22Les conséquences temporelles de cette invention sont considérables. Jusqu'ici la configuration traditionnelle voulait que la société dominât temporellement chacun de ses membres. Sa pérennité mettait irrémédiablement sous tutelle les infimes durées de vie individuelles, et justifiait d'autant la prégnance du collectif. Avec des dynastes immortels se met en place une autre configuration, si ce n'est deux. D'une part l'individu est à l'origine temporelle de la nouvelle humanité, il en marque le commencement, l'instant zéro ; et d'autre part il accompagne cette humanité dans son parcours temporel. Au lieu de disparaître à ses débuts, il continue à la guider à travers les embûches qui la menacent : « Comme il vivait toujours, il gouvernera tout », est-il dit de Multipliandre (id., 1802, II, p. 170). Eu égard à des utopies désormais en prise avec le temps, cette immortalité du chef sera comprise comme une résurgence, à la fin du XVIIIe siècle, de la fixité atemporelle des cités idéales des XVIe et XVIIe siècles. Supprimez du modèle utopique cette pérennité qui lui semble consubstantielle, et elle ressurgira à travers la longévité indéfinie de l'individu qui en est le promoteur.

23Mais Les Posthumes vont encore plus loin dans ce renversement des rapports temporels entre société et sociétaires. Au fil des millénaires Multipliandre n'engendre pas une, mais plusieurs humanités qui finissent par dépérir l'une après l'autre, et dont certaines résultent d'un croisement avec la race ailée des « Anges » qui apparaissent à la faveur de la mise sur orbite d'une nouvelle lune. Alors qu'usuellement la société voit se succéder les générations de ses membres, Rétif invente une uchronie dans laquelle c'est le personnage-individu, le duc Multipliandre, qui voit apparaître et disparaître les races qu'il engendre. On ne peut guère pousser davantage, sous l'angle du temps, le principe utopique de l' « anti-monde ».

2.3. Chronique et histoire, individu et collectivité

24Nous examinons divers textes de Rétif qui rapportent une histoire au sens narratologique du terme, soit sous forme de récits (romans et nouvelles) soit sous forme de représentation (pièce de théâtre). Les structures mentales ou le conditionnement culturel du lecteur font qu'il s'attache plus facilement à une histoire qu'à une chronique. Or, parce qu'elle présente une vie de bonheur général sans incidents, l'utopie classique se prête mieux au genre de la chronique, qui rapporte des événements (fêtes, mariages, naissances…) qui ne sont pas organisés en intrigue, dont on relève simplement la succession chronologique, qu'au genre de l'histoire, qui implique une mise en intrigue des événements qu'elle rapporte, avec une exposition, des péripéties, un dénouement… Parallèlement le lecteur pour les mêmes raisons s'identifiera ou du moins rentrera en empathie plus facilement avec des personnages individualisés comme lui, qu'avec des personnages dont le nombre ou le type d'existence uniforme en font des collectivités anonymes, ce qui est le lot habituel du modèle utopique. Pour rendre ses fictions attractives, Rétif met en œuvre plusieurs solutions à ce double problème.

25La première d'entre elles, nous venons de le voir, consiste à aligner la durée de vie d'un individu sur celle de la société utopique, de manière que le développement de la population qu'il engendre serve de toile de fond aux aléas de son existence individuelle : ses pratiques eugéniques et les difficultés qu'il doit surmonter pour les faire réussir ; la mort volontaire de ses épouses, dégoûtées de la vie après plusieurs cycles de rajeunissements ; ses explorations et ses découvertes ; sa propre mort ou presque-mort… Nous sommes dans la chronique d'un individu exceptionnel, c'est-à-dire dans la biographie d'un immortel.

26Une autre formule consiste à rapporter l'existence d'un peuple comme on rendrait compte de celle d'un individu au destin romanesque. Dans les pages des Posthumes où les humanités fondées par Multipliandre passent au premier plan, l'auteur les confronte à des obstacles qui animent le récit. Encore faut-il que ces empêchements soient le plus souvent extérieurs à elles, car dans le cas contraire on aboutirait à la contradiction d'une humanité parfaite où régnerait la discorde. C'est pourquoi la race de Multipliandre est préférablement confrontée à l'échelle du temps géologique à des catastrophes météorologiques ou à la menace d'une espèce nouvelle destinée à la supplanter.

27Une troisième solution consiste à procéder à une coupe synchronique dans le monotone défilé des générations. Rétif rapporte dans « Les Vingt épouses des vingt associés » les premières années de la communauté collectiviste créée dans Paris. Parce que le nombre d'années considéré est faible, une seule génération est décrite ; parce que ce sont les commencements, cette société est soumise à de petits événements qui animent son existence ; parce qu'elle n'est encore constituée que d'un nombre restreint de sociétaires, il est possible de les individualiser et de souligner leur diversité. Rétif donne ainsi dans le texte de sa nouvelle un étonnant tableau numéroté de 20 entrées sur deux colonnes, où sont décrits les caractères des quarante membres de l'association, dans un registre d'écriture qui combine la sécheresse de la fiche signalétique et l'agrément d'un portrait physique et psychologique. De même l'histoire du Paysan perverti s'achève une fois que la communauté du bourg d'Oudun est installée et commence à fonctionner : « Depuis l'établissement de notre communauté, Dieu a répandu ses bénédictions sur nous » (id. [1775] 1978, II, p. 302) ; dans Les Posthumes Rétif termine l'épisode de Dulis, bâtard de Louis XV, lorsque la « population Dulis » (id., 1802, p. 308) a prospéré au point de devoir fonder « la belle ville de Dulisbourg » (ibid., p. 315) au centre de l'enclos. Le spectacle des seuls débuts (et non pas de la fin) s'interprétera chez Rétif en termes de force performative, d'optimisme, mais aussi de prise de conscience des contraintes propres à tout chantier politique ou social.

28Il suffit d'animer cette tranche de vie sociale par un enjeu et la chronique se transforme en histoire. Tel est le cas de la « comédie héroïque » L'an 2000 qui représente quelques heures dans la vie d'une société collectiviste idéale, suivant en cela les préceptes aristotéliciens de l'unité de temps au théâtre. Rétif porte son attention sur un petit nombre de jeunes gens qui doivent se marier ce jour-là, et imagine une rivalité amoureuse qui trouble pendant quelques dizaines de minutes l'existence sereine de l'uchronie. L'articulation entre « individu et communauté », pour reprendre le titre de l'essai de Pierre Hartmann (2009) se fait sous la forme d'une opposition : l'énergumène Hardion se rebelle contre les règles matrimoniales que met en œuvre la cérémonie des mariages. L'habileté de Rétif dramaturge consiste à faire se télescoper deux temps courts, celui de la révolte individuelle, ponctuelle et éruptive, et celui collectif de la célébration.

3. Diégèse, récit, narration, communication

29Jusqu'ici nous sommes restés dans le domaine des données représentées par Rétif de la Bretonne : personnages, associations, incidents…, ce qu'on appelle la diégèse dans un récit ou une pièce de théâtre. Mais ce niveau diégétique n'existe pas seul. Le lecteur ou le spectateur qui s'extraient de l'immersion mentale à laquelle les soumet le dispositif littéraire observent que d'autres instances interviennent, qui s'inscrivent également dans le temps ou établissent un certain régime temporel, et à ce titre intéressent notre réflexion. Ainsi pour la durée du récit (ou de la performance théâtrale) ; ainsi pour le moment de la narration de cette histoire ou de cette chronique par un ou des personnages de fiction ; ainsi enfin pour le temps historique de la communication par Rétif au lecteur de ses textes littéraires. Présentons quelques configurations significatives entre les temporalités de ces instances.

3.1. Diégèse et récit ou représentation

30Il existe un rapport entre la durée des événements fictionnels et la durée du récit ou de la pièce de théâtre. Le cycle de refondations du genre humain qu'entreprend Multipliandre sur plusieurs centaines de milliers d'années sera parcouru par le lecteur en quelques dizaines de pages, sur le mode d'un récit fortement sommaire. Rétif ajoute un effet de perspective à ce rapport de contraction : chaque nouvelle fondation est évoquée en un nombre de pages (et donc en un temps de lecture) plus limité. Il s'agit de prévenir toute lassitude du lecteur, mais aussi de rendre sensible l'éloignement toujours plus prononcé dans le temps de ces fondations successives, de la même façon qu'un objet apparaît plus petit au fur et à mesure qu'il s'éloigne du sujet. L'effet est presque poétique : la distance temporelle entre le présent du récit et le défilé toujours plus lointain des humanités uchroniques crée une « profondeur », qui suscite un sentiment de vertige mais aussi de confiance envers la pérennité de l'être humain.

31Le procédé est inverse dans la comédie héroïque en trois actes L'An 2000. On sait qu'au théâtre pour chaque scène le temps de la diégèse est le même que celui de la représentation scénique de cette diégèse. Mais l'intervalle entre les actes (et parfois entre les scènes) peut correspondre à un laps de temps diégétique plus ou moins important, non représenté, qui crée une distorsion entre la durée de la représentation et la durée de l'histoire rapportée. Rétif quant à lui crée une équation presque totale entre la durée de l'histoire et la durée de la performance scénique. À la continuité entre les scènes s'ajoute la continuité entre les actes II et III (l'arrivée du roi est annoncée dans la dernière scène de l'acte II comme dans la première de l'acte III). Pour ce qui est de l'articulation entre les actes I et II, une ellipse mineure est créée, l'intervalle temporel du déjeuner collectif qui sépare les deux étapes de la cérémonie. Le résultat de ce lissage temporel est une fluidité dans le déroulement de la vie uchronique que l'on élargit intuitivement à tous les aspects de cette vie idéale. La continuité du flux temporel mime la régularité, la prévisibilité de l'existence des uchroniens, que la révolte du jeune Hardion va ébranler pendant quelques instants.

3.2. Diégèse et narration

32Le temps de l'accomplissement des faits rapportés doit être également croisé avec le moment où ces faits sont rapportés par le narrateur de l'histoire ou de la chronique. Rétif lie ces deux temporalités, fait en sorte qu'à un moment au moins les deux temps soient les mêmes. Dans Les Posthumes un épisode relate l'engendrement par Dulis, bâtard de Louis XV, d'une population qui va occuper seule un canton de la Champagne crayeuse. Le récit commence et se poursuit aux temps du passé, ce qui indique que le temps de la diégèse est antérieur au temps de la narration. Mais au fur et à mesure que le récit avance, les deux temps se rapprochent et finissent par se confondre, ce qui se traduit par l'apparition du présent de l'Indicatif : « On commença par y faire venir de l'eau des Vosges, par un superbe aqueduc. C'est là qu'est aujourd'hui la belle ville de Dulisbourg, comme chacun sait, qui est le chef-lieu de la Philosophie » (Rétif, 1802, II, p. 315).

33Deux points d'intersection sont créés dans la nouvelle « Les vingt épouses des vingt associés ». Le récit évoque d'abord au présent une curieuse confédération : « Dans une rue qui joint celle de Saint-Martin demeurent plusieurs particuliers » (id. [1780-1781] 1884, p. 192). Puis le récit remonte aux origines de l'association, ce qui justifie l'emploi du passé simple : « Le premier d'entre eux qui eut cette idée »… (ibid.). Au fur et à mesure que progresse le récit de ces événements, le temps de la diégèse se rapproche de celui de la narration, et finit par fusionner à nouveau avec lui, ce qui se traduit par le retour du temps présent : « Ce fut ainsi que Germinot parvint à assurer le bonheur de celle qu'il adorait : ses heureux parents en sont témoins »… (ibid., p. 232). L'objectif de ces zones d'intersection entre les deux instances est de manifester une forme de proximité, et donc de faisabilité, de l'utopie ou de l'uchronie.

3.3. Diégèse et communication

34L'instance communicative, du point de vue du temps, correspond aux divers moments du processus de transaction entre l'auteur et le lecteur. Ici nous sommes non plus dans la fiction mais dans la réalité. Il y a plusieurs moments car nous sommes dans un cas de communication différée : un laps de temps plus ou moins long s'écoule entre la production ou l'émission du message et sa réception. La production elle-même recouvre plusieurs moments qui peuvent se dissocier l'un de l'autre, ce qui est parfois le cas avec Rétif : les temps de la rédaction du texte, de son impression, de sa publication. Quelques relations entre le temps de la communication et celui de la diégèse doivent être relevées.

3.3.1. Télescopages

35Pour ce qui est de la réception, les uchronies rétiviennes sont censées être découvertes par des lecteurs contemporains de Rétif : l'étrangeté et la perfection des mondes décrits dans « L'an 1888 » et L'An 2000 procèdent de la comparaison que fait le lecteur entre le présent qu'il partage avec l'auteur et l' « anticipation » (id., [1788] 1987, p. 258) que cet auteur lui propose. D'où la modification de la perception de la cité idéale lorsque c'est un lecteur de 1888 qui lit « L'an 1888 » ou un lecteur de 2000 qui lit (ou voit jouer) L'An 2000. L'éventail des possibles dans lequel pouvait prendre place la construction rétivienne est remplacé par une référence réelle, le temps de la réception, qui permet de la juger. Si l'uchronie ne s'en trouve pas forcément dévaluée, sa perception s'en trouve modifiée. Elle apparaît comme marquée, datée, l'élan vitaliste vers le futur que proposait Rétif se transformant pour le lecteur en un effort de compréhension des conditions qui ont pu engendrer une telle projection.

36Rétif déclenche également deux télescopages temporels dans « l'histoire future du duc Multipliandre » (id., 1802, II, p. 122). Parfois ce récit prospectif est raconté au futur : « Au bout de mille ans, Multipliandre se verra un puissant empire sorti de ses reins » (ibid., p. 145) ; mais parfois aussi il est rapporté au passé (premier télescopage) pour que le futur évoqué soit donné comme accompli comme dans un récit rétrospectif, et acquière ainsi un supplément de crédibilité : « La nouvelle Lune chaude ranima la petite Lune » (ibid., p. 149). Le second télescopage, interne à l'énoncé cette fois, réside dans le fait que dans plusieurs phrases Rétif propose simultanément le passé et le futur pour rapporter les événements : « Le bonheur avait (aura) fait son asile de ce petit coin de l'univers » (ibid. p. 133) ; « ce fut ce qui fondit (fondra) toute la glace des pôles » (ibid. p. 147)… La collision du passé et du futur pour représenter un même fait veut sans doute combiner l'achèvement du passé et l'effervescence de l'avenir. Mais le résultat tangible est que l'uchronie ne semble plus pouvoir être située en fonction du point de repère usuel, le moment où s'exprime le narrateur. Cette particularité entraîne une sorte d'extraction hors du temps des événements rapportés. N'est-ce pas la définition étymologique de l'uchronie ?

3.3.2. Uchronie et Révolution

37Hasard ou nécessité, la période de production par Rétif d'utopies ou d'uchronies inclut le moment historique de la Révolution française. A priori, tout semble opposer ce bouleversement historique et les histoires utopiques ou uchroniques : opposition entre la réalité et la fiction, entre les événements et l'absence d'événements, entre la violence et la paix… Et si l'on a observé que « le jacobinisme est aussi une tentative collective de mise en œuvre d'une société idéale » (Goulemot, 1992, p. 47-48), les résultats de cette tentative montrent à quel point les deux instances semblent incompatibles. Les points communs existants sont d'ordre général. L'attention portée par Rétif à la mise en place de la cité heureuse, l'inscription de celle-ci dans un temps transformateur, la constitution d'uchronies, relèvent d'une même conviction que la société est injuste et qu'il faut la transformer, d'un même acte de foi aussi à l'égard du futur, c'est-à-dire à l'égard de la perfectibilité humaine. Les rapports entre Rétif et la Révolution française sont complexes. La question a fait l'objet d'un colloque (Coward et al., 1989) dont nous retiendrons deux points. Le premier est que Rétif « a toujours reconnu que la Révolution lui a apporté un bien essentiel : sa liberté d'écrivain » (Testud, 1989, p. 149). La liberté de la presse, au sens de liberté d'imprimer (livres ou journaux) est en effet proclamée par la « Déclaration des droits de l'homme et du citoyen » d'août 1789. Le second est que malgré cette liberté neuve et ce nouveau contexte politique, Rétif reste attaché à ce qu'il appelle « l'ancienne littérature » (Rétif, [1790-1794] 1978, p. 242), c'est-à-dire une production émancipée de la sollicitation des événements contemporains, ce que suppose le principe du genre uchronique.

38Rétif de la Bretonne évoque pourtant la Révolution dans L'An 2000 et dans Les Posthumes. Dans ce dernier roman il l'utilise pour donner du crédit aux constructions fictionnelles qu'il lui associe. Au prix d'un anachronisme Rétif situe la création d'un « enclos » eugénique par Multipliandre pendant les bouleversements révolutionnaires : « Il sera fort considéré, malgré la Révolution, parce que son mérite ne consistera pas dans sa naissance, mais dans les dons précieux qu'il avait reçus de la nature. Il achètera donc un terrain, tant de moines supprimés que de particuliers, qu'il en indemnisera… » (id., 1802, II, p. 124). Il est impossible que Multipliandre en soit encore à ces années révolutionnaires puisqu'il a déjà procédé à la sixième régénération de sa maîtresse Rosaliète. Mais cette référence historique suscite un effet de réel dont profite la société utopique que Rétif va décrire.

39Auparavant Multipliandre, qui vient d'avoir une vision pendant son sommeil, donne un « récit prédictif des principaux événements de la Révolution » (ibid., p. 2). Son intérêt tient au fait que les conditions et le régime fictionnels de ce récit sont les mêmes que pour la « vision » de « L'An 1888 » ou encore le récit prospectif des humanités régénérées dans ces mêmes Posthumes. Rétif falsifie les dates de rédaction de cet épisode pour « faire croire au caractère prophétique de quelques passages racontant les événements de 89 » (Testud, 1977, p. 518). Il aligne donc le temps de la rédaction de cette prédiction sur le temps de sa narration par Multipliandre : « Nous sommes en 1787 » (Rétif, 1802, p. 205). Cette pseudo-prophétie, circonstanciée à souhait, dont le lecteur contemporain vérifie la pertinence, donne par contagion un supplément de crédibilité aux sociétés eugéniques dont Multipliandre rapporte la réalisation dans un avenir beaucoup plus éloigné, mais selon le même procédé.

40L'An 2000 donne une place de choix à la Révolution de 1789 car elle est à l'origine historique de la société heureuse que la pièce nous présente. Rédigé et publié en 1789, le texte de Rétif fait que les deux années s'éclairent l'une l'autre. Pour un lecteur de 1789 les événements confus, inachevés et souvent violents qu'il vit au jour le jour dans la réalité deviennent dans la diégèse de l'année 2000 la référence structurante : « Bénis soient Louis XVI, les États Généraux de 1789, et ceux de 1790 ! », s'exclame le coryphée (id., 1789b, p. 520). Dans la diégèse la Révolution est un événement lointain, révolu, mais qui continue à rayonner sur l'uchronie présente qui en est l'émanation. La Révolution en cours, ramenée au passé dans la fiction, prend sens grâce à l'uchronie. Comme souvenir commémoré, elle est purifiée des éléments inquiétants ou indésirables qui en polluaient l'intelligibilité. Et symétriquement l'année 2000 de la diégèse uchronique devient intelligible et désirable car elle est le fruit de cette Révolution qui est le quotidien du lecteur. Rétif crée un jeu de miroirs entre passé, présent et futur qui se résume en un pari sur le temps, immédiat ou lointain : il faut croire en la révolution en cours qui peut aboutir à l'uchronie de sa pièce ; il faut croire en cette uchronie qui est le résultat possible de la révolution en cours. Ainsi L'An 2000 constitue une entorse ambiguë à la fidélité rétivienne vis-à-vis de « l'ancienne littérature ». Si la pièce relève du théâtre militant et de circonstance comme c'est la mode pendant tout l'épisode révolutionnaire, l'actualité y est mise en perspective temporellement et idéologiquement par le biais d'une fiction uchronique.

Conclusion : Productivité d'un paradoxe

41Le foisonnement des époques et des régimes temporels dans les utopies et les uchronies de Rétif de la Bretonne peut s'appréhender comme un fatras. Utilisant la liberté que lui accorde l'imagination fictionnelle, le polygraphe compile sans discernement la foule des possibilités qui lui viennent à l'esprit, par imitation ou invention. De ce point de vue ses cités idéales prêtent le flanc à une interprétation psychologique. Il serait certainement pertinent d'étudier les notions de filiation, d'origine, de fantasme dans les constructions utopiques de Rétif, comme Gisèle Berkman l'a fait pour le texte autobiographique Monsieur Nicolas (Berkman, 2006). Pour notre part nous avons voulu voir dans ce foisonnement la possibilité d'un jeu, c'est-à-dire d'une interdépendance entre tous les paramètres temporels mis en œuvre, qui nous semblent plus volontaires que subis, plus dépendants de contraintes historiques que d'une psyché.

42Les sociétés bienheureuses de Rétif de la Bretonne se caractérisent, on l'a dit plusieurs fois, par la rencontre du « vieux modèle idéologico-narratif de l'utopie » (Hartmann, 2009, p. 197) et de la prise en compte toujours plus grande, en cette fin de XVIIIe siècle, de la dimension temporelle. Désormais dans l'utopie « le temps est un capital qui rapporte, il n'a plus besoin d'être aboli » (Goulemot & Masseau, 1992, p. 143). À l'exception de l'île des Mégapatagons (La Découverte australe), même ses sociétés statiques ou réactionnaires connaissent un commencement qui relève du temps historique et non des origines fabuleuses du mythe. Plusieurs innovations thématiques ou techniques interviennent dans ces textes : la perfection eugénique concurrence l'idéal sociopolitique ; le chef charismatique prend le dessus sur la collectivité anonyme ; l'uchronie détrône l'utopie ; l'histoire prend le pas sur la chronique. Toutes sont en phase avec ce concept de temps transformateur et bienfaiteur, quand elles n'en sont pas directement la conséquence.

43« La Terre sera un séjour enchanté », prédit Multipliandre dans les Posthumes (Rétif, 1802, II, p. 146). Rétif de la Bretonne est peut-être le meilleur représentant français pour la création de sociétés idéales qui ne sont plus intemporelles, en ce sens qu’elles doivent être mises en place et qu’elles évoluent dans leur population et leur organisation. Le transformisme – on a même pu parler, par un anachronisme volontaire, d’ « évolutionnisme » (Loty, 1986, p. 31) – affecte ces sociétés harmonieuses, ce qui signifie que l’harmonie ne peut être trouvée tout de suite et qu’elle peut se corrompre. Ces instillations idéalistes ou mécanistes du temps sembleront rudimentaires, compte tenu des théories de l'Histoire qui depuis deux siècles font (ou ont fait) flores, toutes plus ingénieuses les unes que les autres. Cependant les mésaventures du matérialisme historique ou les manifestations improbables de la dialectique hégélienne invitent à l'indulgence.

44À notre connaissance Rétif n'utilise jamais les mots d' « utopie » ou d' « utopique », peut-être parce qu'il est conscient que les paramètres temporels qui configurent ses sociétés rendent le terme en partie inapproprié. Il aboutit à un résultat étrange, en ce sens qu'il reprend à son compte les stéréotypes littéraires de l'utopie – le motif du renversement, la critique politique ou sociale, la présentation d'un modèle radical, une société paisible et heureuse – mais il en infléchit le sens et peut-être la nature. Cette production littéraire est fondée sur une aporie. Rétif (avec d'autres) renouvelle le thème utopique et l'amène à un état d’apogée à la fois brillant et précaire. Désormais le temps permet d’animer ces cités idéales, de les intégrer dans une histoire où elles ont un commencement et parfois une fin, où elles sont un enjeu. Cependant ces variables temporelles menacent le concept d’utopie, auquel elles nous semblent intrinsèquement réfractaires. En effet prendre en compte le facteur temps dans la considération d’un objet idéal, même le plus extravagant ou le plus parfait, c’est admettre l'intervention d’un travail, d’une médiation, d’une approximation. C’est relativiser l’idéalité de l’objet en question et par là même le principe de l’utopique ou de l’uchronique. Le refus d’une immaculée conception de la cité idéale entraîne implicitement le renoncement à une absolue idéalité de cette cité. À notre sens Rétif n'a jamais dépassé cette contradiction qui est constitutive de son horizon idéologique, mais il l'a mise en forme littérairement par le biais d'étonnantes constructions fictionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Berkman G., 2006. Filiation, origine, fantasme. Les voies de l'individuation dans Monsieur Nicolas ou le cœur humain dévoilé de Rétif de la Bretonne, Paris, Honoré Champion.

Coward D. et al., 1989. « Vivre la Révolution : Rétif de la Bretonne », Actes du colloque de Tours, juin 1989, Études rétiviennes 11.

Coward D. et al., 1992. « Rétif de la Bretonne et l'utopie », Actes du colloque d'Auxerre, septembre 1992, Études rétiviennes 17.

Defoe D., 1719. The Life and strange surprizing adventures of Robinson Crusoe, Londres, Taylor.

Eliade M., [1963] 1993. Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais.

Goulemot J.-M., Masseau D., 1992. « Discours réglementaires et constructions utopiques chez Rétif », Études rétiviennes 17, p. 131-151.

Goulemot J.-M., 1992. Intervention lors du « débat » qui suit la communication « Rétif, Mercier, Sade et Casanova, quatre utopistes à la veille de la Révolution », Études rétiviennes 17, p. 44-49.

Hartmann P., 2009. Rétif de la Bretonne. Individu et Communauté, Paris, Desjonquères.

Hugues M., 1999. L'Utopie, Paris, Nathan Université

Lequenne M., 1992. « Rétif, Mercier, Sade et Casanova, quatre utopistes à la veille de la Révolution », Études rétiviennes 17, p. 33-39.

Loty L., 1992. « L'An deux-mille (1789) : une utopie révolutionnaire », Études rétiviennes 17, p. 77-98.

Loty L., 1986. « La Découverte australe (1781) : une utopie révolutionnaire et eugéniste », Études rétiviennes 4/5, p. 27-35.

Rétif de la Bretonne N.-E., 1802. Les Posthumes, 2 vol., Paris, Duchêne.

Rétif de la Bretonne N.-E., [1800] 1987. Résumé autographe de L'Enclos et les Oiseaux, in Courbin J.-C., 1987. « Un important autographe de Rétif : le résumé de L'Enclos et les Oiseaux », Études rétiviennes 6, p. 145-149.

Rétif de la Bretonne N.-E., [1794-1797] 1989. Monsieur Nicolas ou le cœur humain dévoilé, 2 vol., Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Rétif de la Bretonne N.-E., [1790-1794] 1978. Les Nuits révolutionnaires, Librairie Générale Française, coll. Le Livre de poche.

Rétif de la Bretonne N.-E., 1789a. Le Thesmographe, La Haye, Gosse & Changuion.

Rétif de la Bretonne N.-E., 1789b. L'An 2000, La Haye, Gosse & Changuion.

Rétif de la Bretonne N.-E, [1788] 1987. Les Nuits de Paris, Paris, Gallimard, coll. Folio.

Rétif de la Bretonne N.-E, 1782a. L'Andrographe, La Haye, Gosse & Pinet.

Rétif de la Bretonne N.-E, 1782b (1781). La Découverte australe, 2 vol., Leipzig, éd. non mentionné.

Rétif de la Bretonne N.-E, [1780-1781] 1884. Les Contemporaines mêlées, Paris, Charpentier & Cie.

Rétif de la Bretonne N.-E, [1775] 1978. Le Paysan perverti, 2 vol., Paris, Union Générale d'Éditions, coll. 10/18.

Servier J., [1967] 1991. Histoire de l'utopie, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais.

Testud P., 1977. Rétif de la Bretonne et la création littéraire, Genève, Droz.

Testud P., 1989. « Un écrivain sous la Révolution », Études rétiviennes 11, p. 149-162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Aranda, « Le Jeu des temporalités dans les utopies et uchronies de Rétif de la Bretonne », Temporalités [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1333 ; DOI : 10.4000/temporalites.1333

Haut de page

Auteur

Daniel Aranda

Laboratoire de psychologie Éducation Cognition Développement (LabÉCD)
Chemin la Censive du Tertre BP 81 227
44 312 Nantes Cedex 3
daniel.aranda@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page