Navigation – Plan du site

Le temps et l’utopie dans l’œuvre de Jacques Brossard

Time and Utopia in the Work of Jacques Brossard
Amy J. Ransom

Résumés

Le cas de Jacques Brossard (1933-2010) est unique parmi les nombreux intellectuels québécois qui se servirent du discours de l’utopie durant la Révolution tranquille et dans les mouvements pour la souveraineté qui la suivirent. Le juriste fut l’auteur de plusieurs études juridico-politiques qui visèrent à démêler le statut du Québec par rapport au Canada en ce qui concerne l’immigration, le territoire et la constitution ; il fut aussi le créateur d’une vaste utopie littéraire, la trilogie en cinq volumes L’oiseau de feu (1989-1997). Après avoir démontré comment la fiction et les études juridico-politiques de Brossard reflètent le contexte sociohistorique de leur création, nous examinons le traitement complexe du temps dans le roman épique et dans les nouvelles de cet auteur. Le traitement non-linéaire du temps dans la théorie marxiste de l’utopie d’Ernst Bloch (1885-1977) nous aide à comprendre comment l’inter-connexion des divers sédiments temporels et l’effacement des frontières entre le passé, le présent et le futur chez Brossard représentent en effet un traitement utopique du temps.

Haut de page

Texte intégral

Nous savons maintenant que le temps n’existe pas : tout est simultané. Et la 2000e page rejoint la première — ou presque.
Jacques Brossard, L’oiseau de feu (1989, p. 8)

Le départ vers le commencement, le point du départ que l’on appelle origine et fondement du monde, se trouve justement dans ce hic et nunc qui n’est pas encore sorti de soi-même, qui n’a donc encore jamais quitté sa place.
Ernst Bloch, Le Principe Espérance ([1959] 1976, p. 370)

1. Introduction

1Selon Ernst Bloch (1885-1977), le Novum — cette autre chose que vise le principe utopie, ce signe annonciateur de la nouvelle société — se présente aux moments de grands changements. Pour l’individu, c’est dans l’adolescence que nous nous ouvrons le plus aux possibles qui se présentent (Bloch [1959] 1976, p. 146). Au niveau de la collectivité, des périodes de bouleversement et d’invention, comme la Renaissance florentine ou le Romantisme allemand, nourrissent le principe-espérance, permettant aux génies d’entre-apercevoir non seulement le présent mais l’avenir : « La fonction et le contenu de l’espoir sont constamment vécus et dans toutes les sociétés ascendantes, ils ont été mis en œuvre et développé » (Bloch [1959] 1976, p. 10). C’est un moment pareil de grand changement, d’ébullition et d’épanouissement que nous identifions dans le développement de la société québécoise lors de sa « Révolution tranquille », une période de la modernisation, de la sécularisation et de la technocratisation de l’État du Québec qui commence en 1960. En effet, on voit à l’œuvre un discours utopique dans les appels au changement avant et pendant cette époque et ce discours continuerait de nourrir l’espoir de la souveraineté de cet État à travers les années 1970 et après. Parmi les voix qui réclamèrent la réalisation du rêve utopique d’un Québec indépendant, il y a un cas unique : celui de Jacques Brossard.

2Jacques Brossard (1933-2010) se distingue des autres intellectuels québécois qui firent appel au discours utopique en ce qu’il pratiquait plus d’une forme d’utopisme. Dans l’essai séminal « The Three Faces of Utopianism » (1967), Lyman Tower Sargent identifia ces trois faces de l’utopie :

  1. l’utopie littéraire ;

  2. la pensée utopique en philosophie et en théorie politique ;

  3. l’établissement d’une communauté à base de principes utopiques.

3Sargent élabora sa théorie à un moment sociohistorique où l’utopisme était arrivé à un nadir dans la pensée et dans la littérature occidentales, un moment où deux guerres mondiales, le totalitarisme nazi et stalinien et des romans anti-utopiques comme 1984 (1949) de George Orwell semblèrent tous avoir prouvé l’impossibilité de l’utopie. Pourtant, la pulsion vers l’utopie allait bientôt renaître des cendres et prendre l’essor dans grand nombre de mouvements qui visèrent la libération humaine : les mouvements indépendantistes des colonies du Tiers-monde, la revendication des droits des Noirs, des Latins, des femmes et des gays aux États-Unis, les événements de mai 1968 en France et ainsi de suite. Le Québec témoigne d’une pareille prise de conscience utopique. Dans cette province canadienne à majorité francophone, les intellectuels souverainistes de toutes sortes, depuis le social-démocrate Fernand Dumont qui voyait la possibilité d’une indépendance négociée au sein du système existant jusqu’à l’anarcho-marxiste Pierre Vallières qui ne voyait de solution que dans la révolution violente, se servirent du discours de l’utopie.

4Il s’agit précisément de cette image du phœnix renaissant dont s’est servi Brossard dans la création de son utopie littéraire, la « trilogie en cinq volumes » (Trudel 1992, p. 13), L’oiseau de feu (1989-1997), qui est lui-même un discours sur l’utopie dans ses aspects métafictionnels (Grégoire, 1994, p. 20). Comme nous le verrons, dans toute son œuvre littéraire, Brossard explore les limites du topos,de l’espace utopique, et expérimente avec le chronos en transgressant les frontières du temps. Mais la littérature, aussi au sérieux qu’il la prît, n’était qu’un hobby pour cet érudit fécond. Juriste de profession, il prépara des études importantes, commanditées pour la plupart par l’Assemblée législative du Québec, pour sonder les possibilités légales et politiques de la souveraineté ; ces travaux culminèrent avec le monumental Accession à la souveraineté et le cas du Québec (1976).

5Notre but dans l’essai qui suit est d’examiner l’œuvre de cet utopiste québécois, un homme de son temps, et d’en relever sa conception du temps. D’abord, nous entreprendrons une analyse des aspects utopiques de l’œuvre littéraire et juridico-politique de Jacques Brossard qui le situe dans le contexte sociopolitique de sa conception. Cette période au Québec, les années entre 1950 et 1980, est marquée par la modernisation de la société québécoise et par le développement du nationalisme souverainiste contemporain. Nous montrerons comment les cinq volumes de l’utopie littéraire de Brossard, L’oiseau de feu (1989-1997), exploitent les rhétoriques contemporaines de la survivance et de l’utopie que l’on trouve dans le nationalisme souverainiste de l’époque. L’auteur agrémente ce discours avec celui de la décolonisation dans son œuvre juridico-politique, comme l’exposera notre analyse de L’accession à la souveraineté et le cas du Québec (1976). Ensuite, nous examinerons le traitement du temps dans un cycle de nouvelles, « L’aller-retour » (1978), et dans le Bildungsroman science-fictionnel, L’oiseau de feu. Cet examen révélera que la conception circulaire du temps, la création de plusieurs sédiments temporels, ainsi que la relativisation et l’abolition du temps que nous observons chez l’utopiste québécois reflètent des notions du temps que l’on trouve dans la théorie d’Ernst Bloch aussi bien que dans la physique post-einsteinienne. Enfin, nous conclurons sur une discussion du rapport de l’œuvre de Brossard au projet utopique d’un Québec souverain et du destin de son œuvre dans le contexte actuel.

2. Jacques Brossard et son temps

6Ce soi-disant « Québécois de la crise » (Brossard 1974, quatrième de couverture) est sans aucun doute un homme de son temps. Pour lui comme pour le Parti Québécois, l’année 1976 représente une date charnière. En même temps que la province élut son premier gouvernement souverainiste, Brossard publia son premier roman, Le sang du souvenir (1976) et l’œuvre majeure de son corpus juridico-politique, L’accession à la souveraineté et le cas du Québec (1976). Ces efforts lui permirent d’obtenir le Prix littéraire Ludger-Duvernay « pour l’ensemble de son œuvre scientifique et littéraire » (« Jacques », 2006). L’année avant, durant des vacances à Antibes, il formula le canevas de son autre œuvre majeure, ce qui deviendra L’oiseau de feu plus d’une décennie plus tard (Filion 1999, p. 190-191). Bien que l’auteur nie (Pomerleau et Sernine 1990, p. 20) toute connexion entre son utopie littéraire et ses études de la possibilité de ce que quelques uns concevaient comme leur utopie réelle, un Québec souverain, il est clair que la fiction de Brossard ne pouvait qu’être marquée par le contexte politique et historique de sa conception et de son évolution.

2.1 Le contexte et la création : l’utopie littéraire L’oiseau de feu

7Jacques Brossard naquit dans un Québec dominé par l’idéologie clérico-traditionnaliste, dirigé par une élite petite-bourgeoise et qui, malgré les réalités de l’urbanisation et de l’industrialisation de l’époque, se concevait encore comme un pays agricole (Monière, 1977). Il grandit sous le régime de Maurice Duplessis, premier ministre de la province entre 1936-1939 et 1944-1959, une époque surnommée « la Grande Noirceur » par les générations suivantes à cause de son conservatisme clerico-nationaliste et de son autoritarisme. Âgé d’une dizaine d’années de moins que les futurs chefs du Canada et du Québec, Pierre Elliott Trudeau (1919-2000) et René Lévesque (1922-1987), Brossard fit son droit durant une époque sensible à la pensée néo-nationaliste de l’avenir, développée à l’Université de Montréal (Linteau et alii, 1989, p. 355). Pourtant, la résolution des jeunes intellectuels du Québec durant toute cette décennie des années 1950 fut freinée par la force de la machine duplessiste. On voit le reflet de cette frustration, du vouloir agir empêché par un système rigide et vieillot, dans la description de la société ankylosée de la ville murée de Manokhsor où grandit le héros de L’oiseau de feu dont le premier tome, 1-Les années d’apprentissage (1989),offre au lecteur une dystopie classique du type de 1984 d’Orwell. Sa description des Périphériens, les citoyens de cette ville néo-médiévale, reflète l’attitude de la génération de Brossard envers le Québec de Duplessis :

Il y a ce qu’il faut accepter […]. Il y a, par contre, ce qu’on pourrait abolir, modifier, corriger, renverser, remplacer : [...] les dirigeants qui nous dominent, les jongleurs qui chantent leurs louanges et nous distraient, les professeurs qui nous bernent, nous bourrent de légendes et taisent la vérité, les prêtres, les bons prêtres qui nous offrent de si beaux spectacles sans rien expliquer, — bref, tous ceux qui encouragent notre ignorance, notre inertie, notre médiocrité et notre abêtissement docile de Périphériens. (Brossard 1989, p. 300-301)

8Ce portrait d’un peuple fictif fait écho aux descriptions du peuple canadien-français d’avant la Révolution tranquille dans le discours intellectuel de l’époque (Johnson 1994, p. 23-33 ; Dumont 1971, p. 25 ; Rioux 1971, p. 41-100). Fernand Dumont s’adresse à la fin des années 1950 aux « aliénés que nous sommes » (p. 55) ; André d’Allemagne compose Le colonialisme au Québec en 1966 ; une décennie plus tard, René Lévesque décrit le Québec de cette époque comme étant « une société sous-développée, sous-instruite, coloniale, manquant de richesse et de fierté, mais paradoxalement bien nourrie et confortable, endormie par ses élites et ses rois nègres » (Lévesque 1978, p. 32). Selon ces jeunes intellectuels, ce qu’il fallait pour sortir de ce huis clos, c’était un fort État francophone pour protéger les droits et diriger les intérêts des Québécois en voie de devenir. Dans son désir croissant de non pas simplement se libérer, mais de libérer son peuple aussi, Adakhan Demuthsen, le héros de l’utopie littéraire de Brossard, ressemble aux hommes de cette génération.

9Dans le premier livre du deuxième tome de L’oiseau de feu, 2A-Le recyclage d’Adakhan (1990), le protagoniste quitte la dystopie manokhsorienne pour accéder à « la Centrale », une société avancée qui existe en dessous de Manokhsor et qui ressemble d’abord à une utopie. Elle maîtrise une technologie qui permet l’élimination de toute maladie physique (Brossard, 1990, p. 107), le rallongement de la vie humaine (Brossard, 1990, p. 112), et l’épanouissement des Centraliens qui ont une grande quantité de temps libre avec toutes sortes de diversions pour le remplir. Son système politique reflète des valeurs démocratiques et égalitaires (Brossard, 1990, p. 197) et sa structure sociale se base sur un modèle communautaire qui dépasse celui de la famille patriarcale, la base de la société périphérienne aussi bien que de la société traditionnaliste canadienne-française.

10Adakhan y devient le protégé de Syrius « le Vieux » dont le discours utopique frappe par son évidence (voir Ransom, Science 81-99 ; 124-38) et dont Le grand projet (1993) du tome « 2B » est d’envoyer deux équipes d’explorateurs pour coloniser « l’autre côté de la terre » et une autre planète qu’il appelle « Ashmev » :

il faudrait tenter de reconstruire là-bas […] une cité nouvelle qui ne fût pas divisée, celle-là entre des ghettos de surface pour Périphériens conditionnés et asservis et une Centrale souterraine et secrète pour « privilégiés », d’ailleurs tout aussi conditionnés pour la plupart. (Brossard 1993, p. 30)

11Le discours de Syrius reflète celui des contemporains de Brossard dans les années 1960 et 1970, le contexte de la conception du roman en 1975. On dépeignait le projet indépendantiste comme étant celui d’une utopie — tant pour le promouvoir que pour le critiquer, comme le fait William Johnson à l’époque de la publication de L’oiseau de feu dans les années 1990 (Johnson, 1994). Par exemple, dans des discours et des écrits qui datent d’entre 1958 et 1971, Fernand Dumont ne cesse de parler du « nouveau discours culturel » (Dumont, 1971, p. 92), de la « société nouvelle » qui se fabrique au Québec (Dumont, 1971, p. 79), le qualifiant de « l’utopie de l’avenir » (Dumont, 1971, p. 40). Étant donné la tradition révolutionnaire de l’utopie, elle servait d’autant mieux pour les radicaux nationalistes. Pierre Vallières, membre du Front de libération du Québec (FLQ), un organisme terroriste, parle de la création de l’utopie quand les Canadiens Français se seront libérés de leur condition de Nègres blancs d’Amérique (1969). Les partisans de la contre-culture partagèrent l’esprit du temps, comme en témoigne la couverture du premier numéro de la revue Mainmise (1970) qui réclame l’ « UTOPIE » (Robert, 1997, p. 150).

12Pourtant, le roman de Brossard a du mal à présenter une utopie pure ; bientôt il paraît des failles dans la façade bienveillante. MO, le « maître ordinateur » qui gouverne l’organisation et la vie quotidienne de la Centrale, incorpore la raison instrumentale et l’utilitarisme : « MR3 prétend qu’ici, “tout a un sens et une raison d’être” » (Brossard 1990, p. 143). Comme dans maintes autres utopies littéraires, ce serait par excès de rationalisme, un rationalisme considéré comme inhumain, que le système perd son équilibre et penche de nouveau vers la dystopie. À travers les trois livres du deuxième tome de la trilogie, Brossard révèle à Adakhan (et aux lecteurs de ses aventures) les vraies horreurs de la vie centralienne où les forces de l’utopie, dirigées par Syrius le Vieux (JH3-VH9), doivent lutter constamment contre les forces de la dystopie menées par son adversaire Lokhfer (LC4-FR5). Ce dernier incarne en même temps Satan, Adolph Hitler et Big Brother ; son ascendance — avec la stagnation fatale à l’utopie classique — garantit la victoire de la dystopie sur la planète que partagent Manokhsor et la Centrale à la fin du livre 2C-Le sauve-qui-peut (1995). Ce n’est que sur une autre planète, dans le troisième tome, Les années d’errance (1997), qu’Adakhan va pouvoir tenter d’établir la société nouvelle.

13Dans sa problématisation de l’utopie technologique, L’oiseau de feu partage les anxiétés à propos du changement rapide que subit la société québécoise depuis 1960, résultant de l’idéologie du « rattrapage » (Rioux, 1971, p. 173). En effet, la société insulaire de la Centrale ressemble beaucoup à l’État interventionniste tant voulu par les citélibristes que par les néo-nationalistes. La technocratie que réclama Fernand Dumont (Dumont, 1971, p. 148-149) et qu’instaura Jean Lesage après avoir été élu premier ministre de la province en 1960 fut cause d’anxiété, surtout à cause de la rapidité des changements effectués durant cette « Révolution tranquille », comme le témoigne Hélène Colas-Charpentier dans son étude de plusieurs dystopies littéraires de l’époque (Colas-Charpentier 1993).

2.2 L’œuvre juridico-politique de Brossard dans le contexte utopique

14La construction de l’univers fictionnel de L’oiseau de feu coïncide avec la fin de l’œuvre juridico-politique de Brossard. Bien qu’il ait déjà publié un premier « roman » et des nouvelles que nous allons évoquer ci-après, il ne formula le projet de son « utopie ambivalente » qu’après avoir terminé le magistral Accession à la souveraineté et le cas du Québec (1976). Cet ouvrage fut le dernier d’une série d’études juridico-politiques entreprises dans le contexte de l’ébullition sociale de la Révolution tranquille et du nationalisme des décennies suivantes. Avant même de penser à la souveraineté, les dirigeants du Québec revendiquèrent une réforme constitutionnelle ; ces enquêtes furent menées dans le contexte des discussions entre les provinces et le gouvernement fédéral à propos du projet du rapatriement de la Constitution canadienne du Royaume Uni. Dès 1963, l’Assemblée législative du Québec commissionna donc des études qui avaient pour but de décerner les « compétences » de l’ « État fédéral et les États provinciaux » (Brossard, 1967, p. 7-15). La tâche fut déléguée à l’Institut de recherches en droit public à l’Université de Montréal, dont fit partie Brossard (Brossard 1967, p. 8). Ce dernier publia d’abord Les pouvoirs extérieurs du Québec (1967 ; en collaboration), L’immigration (1967) et puis Les droits et pouvoirs du Canada et du Québec (1967). Après avoir abordé les aspects techniques des pouvoirs du Québec par rapport aux relations internationales et par rapport au contrôle de l’immigration, il entreprit une étude intitulée La cour suprême et la Constitution (1968) et deux ans plus tard il tenta d’établir de façon concrète les frontières du Territoire québécois (1970 ; en collaboration). Une étude détaillée de ces documents excédant les limites de cet article, nous nous limiterons à un seul exemple qui montre bien l’aspect utopique de ces travaux. L’immigration, une étude « objective » des pouvoirs provinciaux, révèle son parti pris dès l’emblée avec la citation en exergue du célèbre rapport du Lord Durham : « The French Canadians […] are and ever must be isolated in the midst of an Anglo-Saxon world » (Lucas 1912, p. 290-291 cité dans Brossard 1967, p. 15). Ce rapport, rédigé à la suite de la Rébellion des Patriotes de 1837-1838 et qui prépare l’Acte d’Union de 1840, est reconnu dans le discours nationaliste québécois comme un appel à l’assimilation du Canadien Français à la culture anglo-saxonne et une condamnation de son histoire et de sa culture à la non-existence. Brossard ouvre donc son étude « juridique et théorique » des compétences fédérales et provinciales par rapport à l’immigration sous l’égide de la dystopie de la « domination britannique » du Canada (Brossard, 1967, p. 15). Il la situe donc dans le contexte des injustices historiques contre le Canada Français et de la revendication de réparer ces torts que représente le mouvement utopique pour la souveraineté.

  • 1  L’Assemblée trouva « prématurée » une telle étude qui, à l’encontre des autres dont il s’agit ici, (...)

15L’accession à la souveraineté et le cas du Québec (1976), une étude de quelques 800 pages, représente le point culminant de toutes ses recherches et, en contraste avec les autres travaux commandités, Brossard en assuma seul la responsabilité1. Il y examine le droit international traitant du droit à l’autodétermination. Il établit d’abord que les Franco-Québécois constituent et une « nation » et un « peuple » selon les définitions promulguées par les Nations Unies. Il énumère alors des précédents, cherchant des exemples dans le monde colonial pour des accessions légales à la souveraineté qui pourraient servir de modèles tant justificatifs que pratiques pour le Québec. Son travail se situe dans le contexte de la décolonisation des anciens empires européens, tant dans ses exemples (la Jamaïque, le Bangladesh, le Sénégal, etc.) que dans son langage : « Le droit à l’autodétermination est un aspect du droit de libre disposition des peuples […]. C’est conformément à ce “droit” que s’est poursuivi jusqu’à 1945 la série d’accessions à l’indépendance dont nous avons parlé plus haut et que s’est déroulée la récente vague de décolonisation du Tiers-monde » (Brossard, 1976a, p. 77).

16Bien que les études commanditées par l’Assemblée nationale ne cherchent pas ostensiblement à préparer la voie à la souveraineté, elles cherchent quand même à soutenir des efforts pour créer des liens fédératifs plus parfaits au sein de la réforme constitutionnelle et le rapatriement de la constitution canadienne. Ce n’est que dans L’accession à la souveraineté que Brossard exprime ouvertement le but utopique de son œuvre : la souveraineté du Québec. Il constate qu’au moment de la rédaction il a cessé « de croire aux formes actuelles du fédéralisme canadien […] précisément parce que [il] croi[t] à l’avenir d’un fédéralisme authentique » (Brossard 1976a, p. 15), une fédération de partenaires égaux dans le système de la souveraineté-association de René Lévesque. On y voit la trace du contexte de sa production dans son usage des rhétoriques de la décolonisation et de l’utopie, omniprésentes dans le discours souverainiste de l’époque. Vingt ans plus tard, avant le deuxième Référendum pour la souveraineté et durant la parution des derniers volumes de L’oiseau de feu, Brossard publie Souveraineté : 5 réponses politiques aux inquiets (1995). Il resta ferme dans sa conviction que la souveraineté représentait la meilleure forme d’organisation sociale pour le Québec.

3. Jacques Brossard et le temps

17Nous avons établi l’importance de son temps, autrement dit l’influence du contexte sociohistorique sur l’utopiste Brossard. Nous nous penchons maintenant sur la question du temps dans sa conception de l’utopie. Le traitement du temps dans la théorie de l’utopiste marxiste Ernst Bloch permet d’éclairer celui de l’utopiste québécois. Selon Bloch, « [l]es barrières dressées entre l’avenir et le passé s’effondrent ainsi d’elles-mêmes, de l’avenir non devenu devient visible dans le passé tandis que du passé vengé et recueilli comme un héritage, du passé médiatisé et mené à bien devient visible dans l’avenir » (Bloch [1959] 1976, p. 16). Autrement dit, le passé, le présent et l’avenir existent tous à la fois en tant que possibles ; les grains de l’avenir se trouvent dans le passé aussi bien que nous construisons le passé, c’est-à-dire l’histoire et la mémoire, après-coup, depuis le présent.

  • 2  Georg Friedrich Bernhard Riemann développa au milieu du XIXe siècle une géométrie non-euclidienne (...)

18Bloch incorpore dans sa théorie utopique une conception du temps informée par les apports les plus récents des sciences de la physique et de la cosmologie à la compréhension de la nature de l’espace et du temps, du hic et nunc. Wayne Hudson nous informe que le vaste corpus de Bloch comprend des écrits qui traitent de la mécanique quantique, du concept du multiversum, et qu’il cherchait à élaborer une conception marxiste de la matière (Hudson, 1982, p. 2 ; 15 ; 71). Surtout, Bloch s’intéressait au temps parce que le processus utopique de désaliénation de l’homme de la matière, et de l’établissement de son identité avec elle, nécessitait des pans de temps. Il cherchait donc à développer une théorie du temps selon les idées de Riemann2 qui permettrait la coexistence des temps multidimensionnels qui différaient de façon qualitative (Hudson 1982, p. 146 ; d’après Bloch 1963, p. 129-138). Nous trouvons l’illustration littéraire de cette coexistence de différentes couches temporelles dans un cycle de nouvelles publiées par Jacques Brossard dans Écrits du Canada français en 1978.

3.1 La circularité du temps dans les nouvelles de Brossard

19Le titre du cycle — « L’aller-retour » — révèle la circularité temporelle de la pensée brossardienne en ce qu’elle se réfère certes à la notion du voyage dans l’espace, mais aussi au cycle de la vie humaine comme un voyage à travers le temps : l’aller du Bildungsroman de l’individu et le retour du vieillissement et la mort. Dans chacun de ces textes, « L’aller-retour », « La Grande Roue », « Le parc » et « La cloison de verre », un narrateur à la première personne observe la vie des personnages et la raconte à une compagne. Chaque texte débute au matin et trace les activités d’une journée du personnage central sous observation, qu’il s’agisse d’une promenade à la campagne, d’une visite au parc d’attractions, d’une promenade dans un parc ou d’une journée solitaire chez lui et dans le voisinage de sa maison. Dans chacun de ces textes le protagoniste rencontre une femme et forme, ou tente de former, avec elle un couple. Jusqu’à ce point, ces textes suivent le trajet d’un simple texte réaliste, mais nous observons que bientôt le temps s’accélère et que les vingt-quatre heures observées se transforment, sous l’effet d’une espèce de réalisme magique, en une année avec ses quatre saisons, et encore cette année s’accélère de nouveau et devient tout le cycle de la vie du protagoniste. Les quatre nouvelles du cycle suivent un trajet similaire et ces textes-ci renvoient encore à d’autres textes et à d’autres situations narrées ailleurs dans l’œuvre de Brossard. On retrouve, par exemple, l’élément central de la nouvelle « Le parc » dans un des chapitres du roman surréaliste Le sang du souvenir (1976). Un incident — un jeune homme, enfermé dans un parc pour la nuit, se fait attaquer par un vieillard qui lui ressemble de façon inquiétante — met en scène l’idée qu’on puisse se rencontrer dans une autre époque de sa vie ; cette mise en contact de plusieurs lignes temporelles — également présente dans l’uchronie « La Tentative » où un père voyageur-temporel écrit l’histoire de leurs origines à ses enfants (Brossard, [1971] 1974) — problématise toute conception du temps comme uni et linéaire.

20Nous retenons le texte éponyme du cycle, « L’aller-retour », comme exemple illustratif du phénomène de la coexistence de plusieurs niveaux du temps à la fois, surtout parce que celui-ci ajoute encore une dimension temporelle, celle du développement de la société québécoise dont il fut question ci-avant. Au premier palier temporel, nous rejoignons le narrateur à la première personne et sa compagne au moment où « le soleil vient de se lever », et nous les accompagnons dans les chaleurs de l’après-midi, aux froideurs du soir, jusqu’au moment de se coucher parce qu’il fait nuit (Brossard, 1978a, p. 26 ; 31). Ceux-ci passent leur journée à observer depuis les hauteurs d’un chalet à la montagne les mouvements d’un autre couple qui paraît dans une vallée lointaine. Ce couple observateur remarque, en même temps que le passage de la journée, le trajet des quatre saisons. D’abord, ils ressentent « le charme printanier » de la scène rurale qu’ils observent (Brossard, 1978a, p. 26). Ensuite, « [i]l fait de plus en plus chaud […] [c]omme en plein été » ; plus tard ils remarquent des camions qui passent « pleins de feuilles mortes à moitié pourries » (Brossard, 1978a, p. 29 ; 30). Enfin, l’hiver se signale : par le feu de bûche qu’ils font et par la présence de la neige. Quand, le lendemain matin, le narrateur observe que « [l]a neige aura fondu pendant la nuit », c’est le retour du printemps avec le soleil levant (Brossard 1978a, p. 31). Le cycle est complet.

21À ces deux paliers temporels (la journée et l’année du couple observateur), s’ajoutent deux autres temps du petit monde dans la vallée qu’ils regardent : le trajet de la vie du couple observé qui se déroule en parallèle avec le développement de la société depuis l’époque rurale et agricole jusqu’à l’urbanisation et la modernisation. Au début de l’histoire, ce sont « deux enfants qui s’avancent » et qui se promènent vers l’ouest et qui entrent dans « une école de rang », ce qui signale (avec une description de la vallée cultivée à l’orée de la forêt) que les observés existent d’abord dans un espace-temps rural-passé (Brossard, 1978a, p. 26). Le trajet occidental figure le mouvement de la colonisation des Canadiens Français depuis les bords de l’Atlantique et du Saint-Laurent vers la région québécoise actuelle de l’Estrie. Il y a une forte accélération du temps parce que quand les enfants la quittent, « ils ont vieilli de deux ou trois ans » (Brossard, 1978a, p. 26). Ils reprennent leur promenade, et maintenant « [l]es jeunes gens accélèrent les pas » et entrent dans une église ; il s’agit ostensiblement d’un mariage, car en sortant ils « se serrent la main et s’embrassent » devant un groupe de gens « sur le parvis de l’église » (Brossard, 1978a, p. 27). Bientôt, les mariés entrent dans « une auberge déguisée en maison victorienne » où on entend que le couple conjugue son mariage selon le fait que « [d]ans l’une des chambres, on a fermé les rideaux » (Brossard, 1978a, p. 27). Tandis que l’école signalait le système seigneurial des rangs, cette maison indique l’avènement de l’époque du régime britannique avec la référence à la reine impériale par excellence. L’extinction de la passion avec les années qui se découlent se révèle dans le fait qu’en sortant de l’auberge, « [i]ls ne se tiennent plus par la main » (Brossard, 1978a, p. 28). De surcroît, on remarque encore le passage du temps par le décor dans lequel le couple reprend sa promenade, cette fois vers l’est et vers la ville, vers les « buildings » de verre de la capitale (Brossard, 1978a, p. 28). Encore une fois, l’accélération du temps apparaît dans le fait que, selon le narrateur, « [l]a route nous paraît plus large que dans la matinée, plus régulière, plus noire » (Brossard, 1978a, p. 29). Cette fois, quand le couple reprend sa route, il va vers l’est et « [p]lus nombreux que dans la matinée, les voitures les dépassent » (Brossard, 1978a, p. 29). L’urbanisation et l’industrialisation de la société québécoise paraissent dans les développements de l’infrastructure routière. Enfin, on note l’âge avancé de l’homme dont les « tempes sont grises, son front dégarni » (Brossard, 1978a, p. 30) ; il prend une branche pour en fabriquer une canne (Brossard, 1978a, p. 30). Enfin, ils sont trop loin pour que le narrateur — pour qui ne s’est déroulé que l’espace d’une journée, rappelons-nous — ne puisse les voir.

22Ce n’est pourtant pas la fin du texte ; il reste encore un pas à faire, à boucler la boucle et compléter le cycle de la vie. Alors, après leur nuit passée dans le chalet, le narrateur et son amie se lèvent et qu’observent-ils ? « [À] l’orée du parc, nous verrons s’avancer deux enfants » (Brossard, 1978a, p. 32). Le temps reprend son cycle et tout va recommencer : la journée du couple observateur aussi bien que la vie du couple observé redevenu enfant. Pour renforcer cette structure circulaire, les trois textes suivants tracent un pareil trajet temporel à dimensions multiples. Ce qui permet surtout la possibilité de la mise-en-scène des différentes couches de temps qualitativement différents, c’est le choix narratif distinct de faire raconter des observations. Le couple observateur est aussi ou encore plus important que le couple observé dans la trame du récit. Il nous semble qu’ici Brossard — tout comme Bloch — révèle sa connaissance des problèmes posés pour toute notion traditionnelle du temps linéaire depuis la théorie de la relativité restreinte d’Einstein. N’importe quelle discussion scientifique ou philosophique du temps se doit de raconter l’expérience mentale selon laquelle, pour une personne qui part dans une fusée et qui s’approche à la vitesse de la lumière et pour une personne qui reste sur terre pour observer la même fusée, le temps semble passer sur des échelles différentes (Kaku, 1994, p. 82-83). Cette relativisation du temps, le brouillage des frontières entre le passé et le présent, réapparaît de façon encore explicite dans L’oiseau de feu, dans lequel Brossard écrit : « le temps n’est qu’une illusion prolongée parmi d’autres » (Brossard, 1993, p. 9).

3.2 La relativisation et l’abolition du temps dans L’oiseau de feu

23Cette conception cyclique du temps paraît également dans l’utopie épique de Brossard, L’oiseau de feu, dont l’éditeur fictif (car le roman n’est qu’une grande mystification et fait partie aussi du genre de la « littérature trouvée ») écrit dans son introduction: « Nous savons maintenant que le temps n’existe pas : tout est simultané. Et la 2000e page rejoint la première — ou presque » (Brossard, 1989, p. 8). Il est certain que pour entrer dans une pleine appréciation du « monument aux marges » de Brossard (Ransom, 2008), il faut lire tout le roman car, en effet, le début ne se comprend pas complètement sans la fin. Dans le troisième volume, Les années d’errance, Brossard transforme son utopie en uchronie ou, plus précisément, en une histoire secrète, car en relatant l’histoire d’Adakhan et des deux autres survivantes du naufrage de leur fusée il recrée la plus ancienne des utopies selon Frank et Fritzie Manuel, celle de la Genèse biblique (Manuel et Manuel, 1979, p. 33). Dans la version du juriste québécois, cependant, Adakhan (Adam) échange son paradis librement pour la connaissance et l’action. Son destin, avec Selvah (Ève), Laïtha (Lilith) et leurs enfants Sed (Seth), Abhul (Abel) et Kahn (Caïn), est de peupler cette nouvelle terre et c’est ici que l’utopie devient uchronie : l’allégorie biblique fait de ces personnages les ancêtres de toute l’humanité. Cette saga de la science-fiction québécoise devient donc ce que l’auteur décrit dans son avant-propos comme une « chronique inédite d’un large pan de notre histoire commune » (Brossard, 1989, p. 10).

24Le traitement du temps dans L’oiseau de feu est incroyablement complexe à plusieurs niveaux. En tant que roman science-fictionnel, il pose d’abord le problème de situer dans le temps (futur, on suppose) une intrigue qui se déroule sur deux planètes. Il y a également tout un métadiscours provoqué par l’adaptation utopique au temps par la société avancée de la Centrale. Les personnages à chaque endroit du roman (Manokhsor, la Centrale et Ashmev) vivent à des rythmes temporels distincts et Brossard doit donc inventer un système d’équivalents assez compliqué. Les « Notes du Traducteur » nous expliquent qu’une année de Manokhsor équivaut à 690 de nos jours et donc un an « P » (pour Périphérien) = 1,9 ans de la terre du lecteur (année-T) (Brossard, 1989, p. 298 ; 1993, p. 12). Grâce aux avancées technologiques et surtout à la création d’une drogue contre le vieillissement (l’aghératol), une année dans la Centrale équivaut à sept années périphériennes ; la lenteur de leur vieillissement permet donc au Centraliens de vivre un rapport utopique avec le temps inconnu tant des Périphériens que de nous autres lecteurs. Parce que « 79 ans-C = 553 ans-P (1 033 ans-T) » (Brossard 1993, p. 153), Brossard nous fait comprendre que la vie d’un Centralien est l’équivalent de mille de nos ans.

  • 3  Notons encore le rôle du contexte de la création utopique : le squelette de l’Australopithèque sur (...)

25L’oiseau de feu fait aussi partie des grandes mystifications littéraires car Brossard se pose comme le « troisième traducteur » des notes et des journaux du héros Adakhan Demuthsen (avec des notes dans d’autres mains, des fiches d’ordinateur, voire des plaques en ardoise) qui ont été trouvés « en 1975 » dans le désert Afar3, selon leur « Éditeur » qui, lui, prépare le texte pour son ami, un certain Jussar de Borsacq (remarquons l’anagramme du nom du véritable auteur), linguiste travaillant à la fin du XXXe siècle ! Brossard doit sa propre intervention à une autre « découverte », celle-ci en 1933 dans la maison ancestrale du côté maternel sur l’Île de Man. On y trouva « une dizaine de cahiers noirs » écrits par un « Jan Altman », l’ami de son bisaïeul Richard Greetham, en 1875. Altman, en tant que « deuxième traducteur » a dû traduire en langue mannoise le texte de Borsacq des mémoires d’Adakhan qu’il a obtenu lors d’un voyage dans le temps (Brossard, 1989, p. 3-4, 9). Enfin, en 1974 on présente les cahiers d’Altman à Brossard qui les traduit en français lors d’un séjour à Antibes afin de révéler leur contenu historique au lectorat francophone (Brossard 1989, p. 10). Dans les diverses matières paratextuelles au début du premier tome et à la fin du dernier (avant-propos, préface de l’éditeur [fictif], annexe, épilogue, notes des traducteurs, postface de l’éditeur [fictif], après-propos et finale [du vrai éditeur, Pierre Filion des éditions Leméac]) et à la fin de chaque volume, Brossard inscrit des dates de conception et de rédaction. Toutes ces rédactions et traductions traversent une période de temps qui s’étend depuis notre XIXe siècle jusqu’aux événements cataclysmiques qui représentent la fin de notre civilisation au XXXe siècle, et puis qui reprennent après la construction de la Centrale pour mettre en scène sa destruction vers le cinquième millénaire pour enfin retourner au moment préhistorique de la Genèse biblique. Le tableau A ne représente qu’un sommaire de toutes les dates mentionnées, soit en fin de volume, soit après chaque paratexte.

Tableau A

Dates

Auteur/traducteur

Document

1 252-P

376-C

3 950 A.C.

Adakhan Demuthsen et al.

Un étui en « héon » trouvé dans le désert Afar en 1975 qui contient les manuscrits, notes, ardoises originaux

2900s

Jussar de Borsacq, premier traducteur

Traduit le contenu de l’étui dans une langue inconnue ; auteur de la « Note du premier traducteur »

2 975

L’éditeur (un ami de Borsacq)

Prépare le manuscrit de Borsacq pour l’édition ; auteur de la « Préface de l’éditeur »

1875

Jan Altman,deuxième traducteur

Traduit le livre de Borsacq en mannois

1975-1985

1989-1997

Jacques Brossard, troisième traducteur

« Traduit » en français les cahiers d’Altman et les publie en 5 livres

1990

Pierre Filion, quatrième traducteur

Prépare la « traduction » de Brossard pour l’édition ; auteur de la « Finale »

26Il est donc possible d’établir une chronologie approximative (mais là encore des contradictions et des erreurs y interviennent) qui rendra possible l’idée que tous les événements racontés se sont passés sur une seule planète, notre Terre, si on décide que la fusée d’Adakhan n’a pas voyagé dans l’espace, mais dans le temps : « Ne serait-ce pas plutôt pour nous retrouver dans le passé ? Nous retrouver sur notre Terre — mais une Terre rajeunie : celle d’avant l’histoire ? » (Brossard, 1995a, p. 284-285). Une telle chronologie placera l’atterrissage d’Adakhan et de son équipe sur la Terre dans une ère préhistorique, ce qui soutient la proposition uchronique selon laquelle ce seront les ancêtres de toute l’humanité. À la toute fin du roman, dans le troisième post-scriptum à sa postface datée de 2975 et 2983-2985 (Brossard, 1997, p. 581), les propos de l’éditeur suggèrent que la guerre éclate, celle qui va déclencher le cataclysme qui aura pour conséquence la fondation de la Centrale : « un millier de scientifiques seraient en voie (secrète) de se réfugier quelque part dans le désert de Gobi » (Brossard, 1997, p. 580-581). Avec ces indices temporels semés à travers les cinq volumes, Brossard permet au lecteur perspicace d’extrapoler qu’Adakhan naquit vers 3952 de notre ère sur notre Terre et que ce fut vers 4004 qu’il quitta le monde de Manokhsor/la Centrale en fusée pour y retourner dans la préhistoire (de nous tous, lecteurs et personnages).

  • 4  Il reste aussi des contradictions ou des erreurs durant la rédaction. Par exemple, il y a égalemen (...)

27Mais cela n’est pas si simple, parce que les indices chronologiques se donnent non pas seulement dans notre système de datation chronologique d’avant et après l’an zéro, la naissance approximative de Jésus-Christ, mais aussi dans le système de la Centrale, pour laquelle l’an zéro est celle que les Centraliens appellent « la Grande Catastrophe de 2793 ». Il en résulte la création de couches temporelles successives, de sédiments historiques qui remontent à la préhistoire, aux origines de l’espèce Homo sapiens jusqu’à la fin de la civilisation que nous connaissons, dans un futur lointain. Les Centraliens appellent en effet notre époque, car il y a des références explicites aux XXe et XXIe siècles, celle de « la deuxième préhistoire » (Brossard, 1993, p. 140 ; 1995, p. 346). Ces événements ne se déroulent pourtant pas de façon chronologique et des erreurs (voulues ou fortuites) et des contradictions introduites par les mystifications brouillent les pistes et servent à miner toute confiance en l’établissement d’une telle chronologie4. En effet, les spéculations d’Adakhan sur le trajet de la fusée révèlent tant son désir d’utopie que le brouillage complet des temps qu’il subit : « revenir dans le futur et trouver le paradis ou l’enfer, sinon le même purgatoire qu’aujourd’hui » (Brossard, 1993, p. 92). Le hic et le nunc, l’ici et le maintenant, se confondent dans la relativisation de l’espace-temps, aussi bien que les temps habituels du passé, du présent et de l’avenir se confondent dans la possibilité de retourner à l’avenir.

28On n’est pas loin ici de la pensée d’Ernst Bloch selon laquelle les traces de l’avenir utopique existent déjà dans le passé, que le Vor-Schein (le pré-apparaître) du futur peut se percevoir dans l’art et de la culture populaire du passé et du présent (Bloch [1959] 1976, p. 124 ; 176-177). En effet, sous l’influence de la drogue « mnémone » Adakhan expérimente une espèce d’illumination anticipatoire quand il voit des « souvenirs du passé et de l’avenir » (Brossard, 1995, p. 98 ; c’est Brossard qui souligne). Dans sa déconstruction des notions courantes du temps historique et linéaire, dans sa relativisation du temps lui-même (un an pour un Centralien n’est pas la même chose que pour un Périphérien, par exemple), l’œuvre fictionnelle de Brossard ressemble à la théorie du temps de Bloch tout comme elle reflète le contexte dans laquelle elle s’est développée. Comme Bloch toujours, Brossard semble être au courant de tous les développements dans les conceptions scientifiques du temps et de l’espace, de la matière et de la réalité promulguées par les chercheurs en physique et en cosmologie depuis Einstein et la découverte de la mécanique quantique qui, selon Victor J. Stenger, « seems to be telling us that the universe has no intrinsic arrow of time [semble nous dire que l’univers n’a aucune flèche temporelle intrinsèque] » (Stenger, 2000, p. 103 ; c’est nous qui traduisons).

29Le trope science-fictionnel du voyage spatial permet aux personnages de L’oiseau de feu de parler de « l’ultime réalité au-delà des Kwakh » (des quarks) (Brossard, 1993, p. 95) ; de considérer les moyens possibles de la propulsion au-delà de la vitesse de la lumière (Brossard, 1993, p. 57 sq ; 1995, p. 361 ; 1997, p. 25) y compris de spéculer sur « les bonds dans l’espace-temps » (Brossard 1993, p. 97) et ainsi de suite.Ailleurs, Adakhan fait référence à l’origine de l’univers de façon conforme aux connaissances de l’époque de Brossard, en remarquant que « [n]ous voyons le passé (différents passés) mas “pas encore la grandEx” : en fait, nous ne voyons que le passé cosmique, personne ne peut voir le présent, seulement le conjecturer — comme l’avenir. “Le temps est un jeu (un mouvement) dans l’espace — tant au niveau des étoiles que de nos cellules” » (Brossard, 1990, p. 379). En effet, à cause des grandes distances et du temps qu’il faut pour que la lumière arrive jusqu’à la Terre, c’est de la lumière déjà vieille de millions d’années qu’observent les astronomes actuels ; pourtant, nous ne sommes pas encore arrivés à remonter aussi loin pour voir le « Big Bang ». Encore une fois, on voit la remise en cause du temps lui-même quand Adakhan le compare à « un jeu […] dans l’espace ».

4. Conclusion : Le temps et l’utopie, Bloch et Brossard

30La définition classique de l’utopie littéraire prétend que ce genre décrit une société parfaite, figée dans le temps depuis le moment de sa fondation qui a eu lieu dans un passé souvent lointain. Cette utopie-là abolit la progression linéaire du temps, mais elle se repose néanmoins sur l’idée de la linéarité temporelle, « la flèche du temps » qui vise un but ; une fois le but achevé, le temps s’arrête. Le temps blochien et brossardien est tout à fait autre dans sa relativité, dans sa circularité, dans sa simultanéité, et dans son brouillage des frontières entre le passé, le présent et le futur. Ces utopistes arrivent presqu’au concept du temps « sans temps », « a tenseless view of time » concept partagé par un secteur important de la science actuelle (Stengler, 2000 ; Lockwood, 2005).

31En conséquence, leur conceptualisation de l’utopie doit forcément différer de celle de l’utopie classique ; en effet l’œuvre de Bloch annonce une nouvelle forme d’utopie, l’utopie « ouverte » qui, selon Bülent Somay (1984) et Darko Suvin (1982), se développe dans la littérature des années 1970 et dont on trouve l’exemple paradigmatique dans Les dépossédés (1974) d’Ursula K. Le Guin. Nous avons déjà vu que le projet de Brossard remet en question l’idée de l’utopie classique statique en ce qu’elle révèle que l’utopie de la Centrale devient dystopie parce qu’elle s’ankylose. Bloch avait déjà exprimé son regret que « le concept d’utopie ait été [...] indûment tronqué, c’est-à-dire limité aux romans politiques » (Bloch [1959] 1976, p. 24-25), c’est-à-dire, l’utopie littéraire classique. Selon lui l’utopie est un phénomène infiniment plus grand que cela, elle est « un phénomène gigantesque », voire une pulsion inhérente à la nature humaine (Bloch [1959] 1976, p. 13-15). Bloch accepterait facilement la notion de Sargent des trois visages de l’utopie, évoquée dans notre introduction ; il féliciterait Brossard d’avoir cherché à pratiquer l’utopie sous toutes ses formes : littéraire, théorique et pratique. De plus, pour Bloch — la marche vers l’utopie, vers cette « existence meilleure souhaitée, anticipée » (Bloch [1959] 1976, p. 22) — est un processus éternel, comme nous le voyons dans l’intertitre d’une section du Principe Espérance : « L’utopie : elle n’est pas un état permanent ; donc quand même ; “carpe diem”, mais authentiquement, dans un présent authentique » (Bloch [1959] 1976, p. 376).

32Malheureusement, l’utopie littéraire de Jacques Brossard reste relativement peu connue aujourd’hui. Son premier tome au moins, L’apprentissage d’Adakhan, est devenu un texte incontournable de la science-fiction et du fantastique québécois (Lord, 1993) et on a récemment rebaptisé le Grand Prix de la Science-fiction et du Fantastique québécois en son honneur (« Grand » 2010). Pourtant le dernier volume de la saga reste presque ignoré (Ransom, 2008). Avec la publication des Années d’errance (1997) après la défaite du second Referendum en 1995, il sembla que les deux projets d’utopie, l’un fictionnel, l’autre réel, ne menèrent nulle part. Mais cette admission défaitiste représenterait une négation des changements radicaux dans la société québécoise depuis la conception de L’oiseau de feu en 1976. En ce qui concerne ses études juridico-politiques, malgré la réédition de L’accession à la souveraineté (Brossard et Turp, 1995), elles restent pour la plupart oubliées ; l’étude de Michel Seymour, « Les intellectuels québécois et la question nationale », représente plutôt l’exception qui confirme la règle (Seymour, 1998).

33Bien que les espoirs utopiques pour un Québec souverain semblent s’être effondrés pour de bon dans notre ère dite « post-nationale », de nombreux indicateurs révèlent que le Québécois actuel profite des processus de désaliénation qui résultèrent de cette longue période de prise de conscience pendant la Révolution tranquille, les campagnes souverainistes, et les troubles constitutionnels des années 1980 et 1990 que Brossard mit en scène dans son œuvre tant littéraire que juridico-politique. Lorsque les études de la loi internationale et de la constitution canadienne ne menèrent pas à l’indépendance politique du Québec, d’autres actions législatives, telles que la Loi 101 qui a assuré la croissance du français au Québec au lieu de la disparition prévue par Lord Durham un siècle et demi auparavant, opérèrent de grands changements pour améliorer, c’est-à-dire, rendre plus parfait, la société francophone. En outre des démarches culturelles, comme la réorganisation de l’industrie musicale (Grenier et Morrison, 1995) et le développement d’un cinéma « national » au Québec (Marshall, 2001), affirmèrent la présence culturelle du français en Amérique du Nord. Nous constatons donc que malgré la victoire du « non » en 1995, les Franco-Québécois ont réalisé en grande partie les buts utopiques envisagés par les divers mouvements nationalistes et dans les ouvrages de Jacques Brossard. Le Québec actuel représente une société francophone vibrante et dynamique qui, au lieu de remâcher de vieilles rancunes, a son regard pointé vers l’avenir. Si elle ne réalisa pas certaines aspirations politiques dans son passé, la société québécoise présente offre au monde une littérature et une culture populaire « transculturelles » mais qui sont profondément enracinées et, surtout, francophones.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bloch, E., [1959] 1982. Le Principe Espérance. Tome 2. Trad. Françoise Wuilmart. Paris, Gallimard.

Bloch, E., [1959] 1976. Le Principe Espérance. Tome 1. Trad. Françoise Wuilmart. Paris, Gallimard.

Bloch, E., [1963] 1970. Tübinger Einleitung in die Philosophie, Frankfurt, Suhrkamp.

Brossard J., 1967. L’immigration. Les droits et pouvoirs du Canada et du Québec, Montréal, PU Montréal.

Brossard J., 1968. La cour suprême et la Constitution, Montréal, PU Montréal.

Brossard J., [1971] 1974. « La tentative », Le métamorfaux, Montréal, Hurtubise HMH.

Brossard J., 1976a. L’accession à la souveraineté et le cas du Québec, Montréal, PU Montréal.

Brossard J., 1976b. Le sang du souvenir, Montréal, La Presse.

Brossard J., 1978a. « L’aller-retour »,Écrits du Canada français 41, p. 25-32.

Brossard J., 1978b. « La cloison de verre »,Écrits du Canada français 41, p. 55-65.

Brossard J., 1978c. « La grande roue », Écrits du Canada français 41, p. 33-42.

Brossard J., 1978d. « Le parc », Écrits du Canada français 41, p. 43-54.

Brossard J., 1989. L'oiseau de feu : 1 Les années d’apprentissage, Montréal, Leméac.

Brossard J., 1990. L'oiseau de feu : 2.A Le recyclage d’Adakhan, Montréal, Leméac.

Brossard J., 1993. L'oiseau feu : 2.B Le grand projet, Montréal, Leméac.

Brossard J., 1995a. L'oiseau de feu : 2.C Le sauve-qui-peut, Montréal, Leméac.

Brossard J., 1995b. Souveraineté : 5 réponses aux inquiets. Montréal, Leméac.

Brossard J., 1997. L'oiseau de feu : 3 Les années d’errance. Montréal, Leméac.

Brossard J., Immarigeon H., La Forest G. V. et Patenaude L., 1970. Le territoire québécois, Montréal, PU Montréal.

Brossard J., Patry A. et Weiser E., 1967. Les pouvoirs extérieurs du Québec, Montréal: PU Montréal.

Brossard J., et Turp D., 1995. L’accession à la souveraineté et le cas du Québec, 2e édition, Montréal: PU Montréal.

Colas-Charpentier, H., 1993. « Four Québécois Dystopias, 1963-1972 », Science-Fiction Studies 20, p. 383-393.

d’Allemagne, A., 1966. Le colonialisme au Québec, Montréal, R-B.

Dumont F., 1971. La vigile du Québec. Octobre 1970 : l’impasse ? Montréal, Hurtubise HMH.

Filion, P., 1999. « La genèse de L’oiseau de feu de J.-E. Brossard », Possibles 23.1, p. 190-197.

Geoghegan, V., 1996. Ernst Bloch, London & NY: Routledge.

Grenier, L., et Morrison V., 1995. « Le terrain socio-musical populaire au Québec », Études littéraires 27.3, pp. 75-98.

Grégoire, C., 1994. Compte rendu de Jacques Brossard, L’Oiseau de feu-2.B: Le grand projet. Québec français 95, p. 19-20.

Hudson, W., 1982. The Marxist Philosophy of Ernst Bloch, New York: St. Martin’s.

Hurbon, L., 1974. Ernst Bloch : Utopie et espérance, Paris, Cerf.

Hurbon, « Jacques Brossard », 2006. L’île : l’infocentre des écrivains québécois. http://www.litterature.org/

Johnson, W., 1994. A Canadian Myth: Quebec, Between Canada and the Illusion of Utopia, Montréal-Toronto: Robert Davies.

Kaku, M., 1994. Hyperspace: A Scientific Odyssey Through Parallel Universes, Time Warps, and the Tenth Dimension, New York: Anchor/Doubleday.

Lévesque, R., 1978. La Passion du Québec, Paris, Stock.

Linteau, P. A., Durocher R., Robert J.-C., et Ricard F., 1989. Histoire du Québec contemporain. Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal.

Lockwood, M., 2005. The Labyrinth of Time: Introducing the Universe, Oxford: Oxford UP.

Lord, M., 1993. « Un feu roulant en perpétuelles mutations: la science-fiction québécoise », La Licorne 27, p. 155-166.

Lucas, C. P., 1912. Lord Durham’s Report on the Affairs of British North America, Vol. II: Text of the Report, Oxford: Clarendon Press.

Manuel, F. et F., 1979. Utopian Thought in the Western World, Cambridge: Cambridge University Press.

Marshall, B., 2001. Quebec National Cinema, Ithaca/Montréal: Cornell University Press/McGill-Queen’s University Press.

Monière, D., 1977. Le développement des idéologies au Québec, Montréal, Québec/Amérique.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Penrose, R., 2008. « Causality, quantum theory and cosmology », On Space and Time, Majid Shahn (dir.), Cambridge: Cambridge University Press, p. 141-195.
DOI : 10.1017/CBO9781139644259.004

Pomerleau, L. et Sernine D., 1990. « Entrevue: Jacques Brossard », Solaris 90, p. 17-20, 22-23.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Randall, L., 2005. Warped Passages: Unraveling the Mysteries of the Universe’s Hidden Dimensions, New York: Harper.
DOI : 10.1063/1.2169446

Ransom, A. J., 1988. « Critical Reception and Postmodern Violation of Generic Conventions in Jacques Brossard’s ' ‘monument aux marges’ : L’oiseau de feu », Studies in Canadian Literature 33.1, p. 229-256.

Ransom, A. J., 2009. Science Fiction from Québec: A Postcolonial Study, Jefferson: McFarland.

Rioux, M., 1971. La question du Québec, Paris, Seghers.

Robert, L., 1997. « Les revues », in Hamel R. (dir.), Panorama de la littérature québécoise contemporaine,  Montréal, Guérin, p. 141-85.

Sargent L., 1967. « The Three Faces of Utopianism », Minnesota Review 7.3, p. 222-230.

Seymour, M., 1998. « Les intellectuels québécois et la question nationale », in R. Klibansky et J. Boulad-Ayoub (dir.) La pensée philosophique d’expression française, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 629-68.

Somay, B., 1984. « Towards and Open-ended Utopia », Science-Fiction Studies 11 (1984), p. 25-38.

Stenger, V. J., 2000. Timeless Reality: Symmetry, Simplicity, and Multiple Universes, New York: Prometheus Books.

Suvin, D., 1982. « The SF Novel as Epic Narration », Positions and Presuppositions in Science Fiction, Kent: Kent State UP, p. 74-85.

Trudel, J-L., 1992. Compte rendu de L'oiseau de feu: 1. Les années d’apprentissage, and 2.A Le recyclage d’Adakhan, par Jacques Brossard, New York Review of Science Fiction 43, p. 13-14.

Vallières, P., 1969. Nègres blancs d’Amérique, Montréal, Parti pris.

Haut de page

Notes

1  L’Assemblée trouva « prématurée » une telle étude qui, à l’encontre des autres dont il s’agit ici, ne fut donc pas commanditée (Brossard, 1976a, p. 9-11) ; Brossard eut pourtant le soutien du Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal, une institution à tendances nationalistes marquées.

2  Georg Friedrich Bernhard Riemann développa au milieu du XIXe siècle une géométrie non-euclidienne (Randall, 2005, p. 106) ; Einstein s’est servi d’une géométrie pseudo-Riemannienne pour calculer sa théorie de la relativité restreinte (Penrose, 2008, p. 142). Les théories les plus actuelles de la nature du temps et de l’espace tiennent compte de l’importance de Riemann dans la mesure où ses calculs permettaient la conception de la courbature de l’espace.

3  Notons encore le rôle du contexte de la création utopique : le squelette de l’Australopithèque surnommé « Lucy » est retrouvé dans le désert Afar d’Éthiopie en 1974. La présence ailleurs dans le texte de squelettes indicateurs suggère que Brossard fait référence à cette autre découverte monumentale par rapport aux origines de l’humanité.

4  Il reste aussi des contradictions ou des erreurs durant la rédaction. Par exemple, il y a également les dates de la postface de l’éditeur qui semblent correspondre avec la Grande Catastrophe de 2793 mais qui coïncident avec la rédaction du roman par Brossard auquel il ajoute un millénaire. Les premières mentions datent ce cataclysme fondateur en « 2944 » pour correspondre, évidemment, avec notre Deuxième Guerre Mondiale (Brossard, 1995, p. 144).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amy J. Ransom, « Le temps et l’utopie dans l’œuvre de Jacques Brossard », Temporalités [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 29 août 2014. URL : http://temporalites.revues.org/1394

Haut de page

Auteur

Amy J. Ransom

320 Pearce
Department of Foreign Languages, Literatures & Cultures
Central Michigan University
Mount Pleasant, MI 48 859
USA
ranso1aj@cmich.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page