Navigation – Plan du site
Varia

Les ressorts de la fidélité des pratiquants dans une fédération sportive

À propos de quelques événements entrant dans la fabrication des carrières des véliplanchistes de la Ligue de Bretagne de Voile
The works of the development of practitioners’loyalty in a sporting federation. On the events behind the making of a windsurfer’s career at the Brittany League of Sailing
Claude Lafabrègue

Résumés

Cette étude s’interroge sur les conditions sociales à même de favoriser la fidélité des pratiquants envers une fédération sportive. Prenant acte de la rationalisation sportive qui est en marche dans de nombreuses fédérations nationales, le travail de recherche recourt à un modèle explicatif combinant deux formes temporelles de la causalité. L’une, structurelle, stipule que la fidélité se fabrique de l’intérieur, à partir des cadres organisationnels mis en place par l’institution fédérale ; l’autre, processuelle, considère qu’elle survient en cours de carrière. L’articulation de ces deux plans d’analyse est mise à profit pour examiner en quoi la fidélité des pratiquants est redevable des événements qui affectent, durant leur parcours, la valeur proprement sportive que leur octroie l’institution fédérale.

Haut de page

Texte intégral

1Ce papier livre une réflexion sur les conditions sociales susceptibles de favoriser la fidélité des pratiquants envers leur fédération sportive. Pour ce faire, il part d’un point de vue biographique, lequel désigne le procédé auquel ont recours les travaux de sciences sociales qui s’appuient sur « tout matériau qui doit son organisation au temps de la vie d’un individu ou, aussi bien, au temps de l’enchaînement des générations dans une lignée » (Passeron, 2006, p. 303). Défini ainsi, le champ des études biographiques trouve son unité dans une certaine mise en ordre des matériaux empiriques, qui place au premier plan la dimension temporelle des événements survenant au cours d’une existence ou d’une lignée.

2Procéder à une étude de ce genre consiste donc à « dessiner la logique d’enchaînement des pratiques et des événements au cours de l’existence » (de Coninck, Godard, 1990, p. 26), ce qui revient à construire, selon une logique intellectuelle prédéfinie, une chaîne diachronique d’actions circonstanciées susceptible d’éclairer le devenir d’un groupe ou d’une série d’individus. Dans le cas présent, il s’agit de rendre intelligibles les parcours, plus ou moins brefs, qu’effectuent les véliplanchistes en découvrant peu à peu le genre d’activités que la Fédération Française de Voile (FFV) organise à leur intention. Comment expliquer qu’à un moment donné de ce cheminement certains conservent leur fidélité à la FFV alors que d’autres mettent fin à leur activité fédérale ? Afin de rendre raison de cette divergence, les parcours des véliplanchistes fédéraux ont été examinés à la lumière de la théorie interactionniste des carrières. Un de ses principaux postulats considère qu’en dépit des contraintes s’exerçant sur les hommes du fait de leur condition d’origine ou de leurs expériences antérieures, tout dans la vie sociale n’est pas joué d’avance. L’avenir reste à construire, ne serait-ce que pour contribuer par son activité à perpétuer les structures sociales forgées dans le passé ou à les altérer. Si le devenir déploie ses potentialités dans un halo d’incertitude, il n’est donc pas logique de faire de la position de pratiquant un état immédiat et/ou un état stable. Il paraît plus judicieux de l’envisager comme le résultat provisoire, toujours sujet à de possibles transformations, d’un processus social dont les effets opèrent par séquences.

3Ces prémisses théoriques s’inspirant de l’interactionnisme symbolique se prolongent dans un modèle explicatif combinant deux des trois formes temporelles de la causalité que les auteurs précités ont distinguées en prenant en compte la façon dont sont assemblés les événements successifs qui font une vie. D’un côté, la fidélité et l’abandon sont envisagés comme une réponse, s’inscrivant dans un processus de redéfinition de la position de pratiquant, aux évènements qui surviennent à l’intérieur de l’institution fédérale, dans le temps court des interactions sociales. D’un autre côté, la fidélité comme l’abandon sont utilisés comme les témoins, au sens d’indicateurs, des réactions que les pratiquants ont à l’égard de la façon dont la FFV tente de structurer leur activité nautique en les aiguillant vers un itinéraire canonique, définissant les modalités de pratique légitimes, les positions et les niveaux successifs qu’ils sont invités à occuper chemin faisant. Les évènements se produisant dans le temps court des interactions de face à face sont donc raccordés à une temporalité bien plus étendue : celle durant laquelle se mettent en place de vastes chaînes de coordination assurant la conception et la mise en œuvre de l’itinéraire fédéral, dont l’efficace se situe en amont et/ou en surplomb des relations qu’établissent au jour le jour les acteurs, lesquels sont souvent amenés à considérer ces structures comme des "données" inévitables avec laquelle il leur faut se débrouiller.

4C’est, à peu de chose près, cette grille de lecture que l’on trouve dans les travaux utilisant les registres des fédérations sportives pour étudier les parcours de leurs licenciés. Faute de données adéquates, ces travaux passent sous silence l’effet de capitalisation familiale et ses prolongements en termes de prédispositions à percevoir, juger et agird’une certaine façon, sur lesquels a tant insisté la sociologie s’inspirant de Bourdieu (1979, 1980) et de ses rénovateurs (Lahire, 1999). Conduite dans cette perspective, l’analyse sociologique s’attache à examiner le mode d’articulation entre des dispositions originelles, constituées dans un état du monde historiquement et culturellement borné, et un contexte socio-historique qui se prête plus ou moins bien à leur actualisation. Aussi, les destinées sportives sont-elles interprétées comme des effets de consonance ou de dissonance de l’habitus avec l’état du champ dans lequel les agents sociaux opèrent (Schotté, 2002 ; Erard, 2007). Les développements qui suivent ne feront pas exception aux omissions signalées plus haut : eux aussi négligent ces déterminants, même s’il fait peu de doute que les ressources économiques (Michon, Ohl, 1987 ; Insee, 1989) et relationnelles (Charrier, 2003) que le groupe familial est capable de mobiliser pèsent sur la possibilité d’entamer une carrière de véliplanchiste de club.

5Cet article prend pour point de départ ce qu’une enquête par entretiens (Chevalier, 1998) a révélé des motifs d’abandon des pratiquants de l’équitation de club, les défections étant imputées par l’auteur à une organisation subordonnant à tout moment l’apprentissage d’une technique à la préparation à la compétition sportive. Malheureusement, l’étude démographique qui accompagne ce travail pionnier ne décrit pas l’activité des pratiquants, empêchant du même coup de rapporter les flux de sortie aux positions que ceux-ci occupent au sein de l’organisation montée par la fédération (Chevalier, 1996). Cette lacune a été comblée par une publication récente (de Bruyn, Le Mancq, 2008) qui présente, toutefois, l’inconvénient de ne saisir le type de pratique que sous une forme dichotomique (en compétition/hors compétition). Notre intention est d’aller au-delà de cette description sommaire en proposant une représentation simplifiée de l’itinéraire établi par la FFV, lequel comprend plusieurs paliers institutionnels correspondant à des niveaux de compétence sportive.

6Avant d’en arriver là, une première partie passe en revue les visées commandant la stratégie organisatrice de la FFV et la structure à l’intérieur desquelles se fabriquent les carrières des pratiquants. Une seconde expose la problématique de la fidélité des licenciés en prenant le point de vue de l’institution qui cherche à la susciter. Après avoir précisé les hypothèses et la méthode employée pour mettre ces dernières à l’épreuve, il ne restait plus qu’à tester la capacité de cette trame théorique à rendre intelligibles les flux démographiques qui affectent les adeptes du windsurf, licenciés à la FFV, en ce vingtième siècle finissant.

1. Un projet fédéral de longue date : massifier pour mieux « sportifier »

7Dans le cadre de la théorie interactionniste des occupations, élaborée entre autres par Hughes (1955) et Becker (1963), le déroulement des carrières est redevable d’un entrelacs d’interactions symboliques dépendant elles-mêmes de facteurs structurels. Parmi ces structures figure la manière dont ces occupations sont organisées en filières et en niveaux par les groupements associatifs qui les administrent. En décidant de leur nombre et de leur articulation, ceux-ci entendent baliser le cheminement qu’ils souhaitent voir effectuer par leurs ressortissants en même temps qu’ils tentent d’en matérialiser le but, signalant ainsi ce qui donne droit à une reconnaissance officielle de leur part. La fédération nationale de voile n’a pas fait autre chose depuis qu’elle a commencé au début des années 1960 à définir les positions que les amateurs de voile légère sont susceptibles d’occuper en participant aux épreuves sportives qu’elle a mises en place à leur intention. L’organisation interne qu’elle a bâtie est destinée à orienter le devenir de ses pratiquants de façon à ce que les parcours qu’ils effectuent en son sein viennent conforter sa vocation sportive. Encore faut-il préciser que tous les exercices physiques organisés sous l’égide d’une fédération ou par ses composantes ne sont pas sportifs par essence. En effet, le sport désigne ici une activité motrice toute spéciale : il s’agit de celle qui se trouve codifiée par une institution ayant une envergure internationale sous la forme de compétitions systématiques (championnats, coupes, critériums) aboutissant à l’attribution d’un titre de champion, et suscitant, du fait du prestige qu’elles ont acquis, la reconnaissance officielle des Etats, la convoitise des entreprises de communication de masse et l’intérêt des firmes multinationales (Parlebas, 1999).

1.1 Une fédération sportive contrainte à s’ouvrir au plus grand nombre

8En France, la sportification du yachting à voile s’affirme dans le dernier tiers du XIXe siècle quand les premières sociétés nautiques coordonnent leur action au sein d’organismes fédérateurs. Ce processus se prolonge dans la première moitié du XXe siècle, jusqu’à ce que la Fédération Française de Yachting à Voile (FFYV) en prenne les commandes en 1946. Poursuivant la mission de ses prédécesseurs, elle conserve à l’entraînement à la régate et à l’organisation administrative des épreuves sportives sa priorité. Jusque-là, le yachting est encore un privilège réservé aux familles fortunées, la nécessité d’acquérir sur ses propres deniers un bateau, fort coûteux, pour en avoir l’usage limitant fortement la diffusion de sa pratique. Cela ne sera plus le cas après la guerre. D’importants changements favorisent un fort essor de l’activité en voile légère entre 1950 et 1980. Sa pratique se massifie et se propage dans des couches sociales moins nanties1, à l’initiative de groupes qui se situent initialement en marge de l’autorité exercée par la fédération nationale de voile. Il s’agit de grandes associations de plein air, telles le Centre National des Glénans, le Touring Club de France et l’Union Nautique Française, ainsi que de multiples associations qui se créent dans leur sillage. Néanmoins, l’engouement du public pour cette activité nautique a des répercussions directes sur ses effectifs. Le nombre de ses ressortissants croît très fortement en l’espace de deux décennies : si l’on s’en tient aux licences sportives, il est multiplié par deux entre 1951 et 1956, date à laquelle il frôle la barre des 7 000 licenciés. Il dépasse ensuite les 16 000 unités au début des années 1960. Puis, ce nombre passe le cap des 30 000 au milieu des années 1960, et enfin celui des 60 000 en 1970. D’autres indicateurs viennent corroborer le calendrier de cette envolée : le nombre de voiliers au départ d’une régate fédérale passe ainsi de 20 000 à 140 000 entre 1955 et 1966 (Barrault, 2002) ; de la même façon, les inscriptions dans les écoles de voile affiliées à la fédération passent de 1 074 en 1962 à 20 229 en 19662.

9Le désir de ses dirigeants d’exercer un contrôle étroit sur toutes les activités relevant de la navigation à voile va les pousser à amorcer dès la fin des années 1950 un changement de cap qui conduit la fédération à se transformer en ce que l’on pourrait appeler une organisation de masse, par analogie avec l’idéal-type du parti de masse (Duverger, 1951) dont elle partage certains traits. Le changement de son nom en 1974, à l’issue duquel est abandonné le terme yachting, étroitement associé à la période bourgeoise de la voile pendant laquelle la rareté de sa pratique faisait l’essentiel de sa valeur, s’inscrit dans ce revirement. Dorénavant, le souci principal des dirigeants sera de développer la puissance de leur fédération, au sens de capacité effective à capter des ressources dont l’accumulation est nécessaire à sa perpétuation et, plus encore, au renforcement de sa position dans la lutte visant à nouer des relations d’échanges avantageuses avec ceux qui en sont les principaux pourvoyeurs. Un des moyens retenus pour affirmer cette puissance sera de rallier à elle le plus grand nombre possible de pratiquants.

1.2 La massification de la pratique de la voile au service de l’élitisme sportif

10Toutefois, la croissance des effectifs fédéraux ne présente d’intérêt majeur aux yeux de la plupart des dirigeants de la FFYV qu’à la condition qu’elle vienne conforter la place centrale qu’ils accordent au sport (Jallat, 2001). Ainsi, la coalition dirigeante cherche, de concert avec les autorités gouvernementales, à orienter le boom démographique des années 1950 à 1970 de façon à ce qu’il fournisse à la voile sportive un nombre croissant de recrues. Au début des années 1960 s’enclenche donc une entreprise de rationalisation de l’organisation des activités nautiques promues par la fédération, qui est subordonnée à leur sportification. Sur le plan conceptuel, il convient de l’assimiler à une activité « qui s’oriente exclusivement d’après les moyens qu’on se représente subjectivementcomme adéquats à des fins saisies subjectivement de manière univoque » (Weber, 1959, p. 303). Mue par la recherche d’une efficacité spéciale, cette ardeur rationalisatrice s’accomplit sous les auspices d’une double conviction : la croyance selon laquelle pour être une puissance sportive de premier plan une fédération nationale, doit pouvoir s’appuyer sur un très grand « réservoir » de compétiteurs, celle qui veut que l’élite sportive s’extraie de la base en vertu d’une sélection progressive des talents qui s’opère via la nécessité de s’adapter à une concurrence de plus en plus sévère.

11Conformément à cette croyance, des mesures sont méthodiquement prises dans les années 1960 et 1970 afin d’élargir la base de la voile sportive : création de championnats pour les adolescents puis les enfants, décentralisation de l’organisation de l’activité sportive dans les régions de façon à multiplier les niveaux de compétition, interconnexion des épreuves officielles dans un classement national des coureurs, formation de moniteurs appelés à dispenser une instruction sportive de masse, etc. Concomitamment, un traitement spécifique commence à être réservé aux meilleurs régatiers dès le début des années 1960 et aboutit à la création d’un statut de coureur en préparation olympique en 1974 et à l’implantation l’année suivante d’unités d’entraînement dans quelques lycées, les sections sport-études.

1.3 L’organisation sportive de la planche à voile

12Bien que la planche à voile se soit implantée en Europe vers 1973, la fédération nationale ne sera en mesure de lui appliquer cette mise en ordre sportive qu’à la toute fin des années 1970 en raison du temps qu’il aura fallu pour que ses dirigeants s’avisent de son succès grandissant. C’est en 1979 qu’elle parvient à imposer ses vues aux organisateurs concurrents, notamment aux associations nationales de propriétaires de planches. Profitant du contrôle accru qu’elle a acquis sur l’organisation des compétitions dans cette spécialité, elle reconduit, à quelques concessions près, le schéma structurant qu’elle a conçu pour le dériveur.

13L’extension de l’activité sportive passe, dès le début des années 1980, par la mise en place d’une organisation permanente reposant sur une base élargie. Les clubs s’ouvrent ainsi aux jeunes gens en âge d’être scolarisés. Cela aboutit à la multiplication de catégories d’âge et de sexe, auxquelles sont réservées des épreuves ou, à défaut, des classements séparés. Le maillage sportif est considérablement resserré. Des écoles de sports nouvellement créées au sein des clubs proposent dorénavant de préparer, toute l’année durant, ces jeunes gens à la régate à partir de bases nautiques abritant un certain nombre d’équipements mis à la disposition de l’ensemble des adhérents (vestiaires, douches, espaces d’accueil, de réunion et de rangement, etc.), et fonctionnant en permanence grâce à leur dotation en matériel collectif (planches, voiles, accastillage, combinaisons néoprène, etc.) et à la présence d’un encadrement qualifié exerçant son activité dans les limites d’un plan d’eau surveillé. Parallèlement, la coopération interclubs aboutit au sein d’un même espace local à la réunion d’une série d’épreuves dans un championnat commun. Finalement, c’est dans la seconde moitié des années 1980 que les compétitions en planche à voile se structurent en paliers hiérarchiques reliés entre eux par le jeu des qualifications qui s’opèrent en cours de saison.

14Du niveau local jusqu’à l’échelle départementale, les clubs ont surtout pour fonction d’assurer le recrutement d’un grand nombre de participants et de procéder à leur initiation sportive au sein de championnats entre lesquels ils sont distribués sur proposition de leur entraîneur et après avis d’une commission sportive. Aux niveaux supérieurs, la détection et la préparation des coureurs jugés prometteurs prennent une importance grandissante. Le championnat de ligue constitue la première épreuve sélective à l’issue de laquelle les coureurs ont la possibilité d’accéder, via des interligues, au championnat de France si leur classement répond aux critères de qualification prédéfinis. Peu à peu, une large gamme d’unités d’entraînement spécialisées est créée à différentes échelles (équipes, centres d’entraînement) afin de faciliter l’émergence d’une élite sportive qui est peu à peu séparée de son « vivier ». C’est donc dans cette organisation que les instances fédérales souhaitent, dans les années 1990, faire entrer les adhérents des clubs disposant d’une licence annuelle.

2. La fidélité envers la fédération, une condition de sa puissance démographique ?

15Une fédération sportive qui entend fonder sa puissance sur son assise démographique et sur l’excellence de son élite sportive, censée se nourrir d’une abondante réserve de compétiteurs, doit résoudre de concert plusieurs problèmes en termes de flux de population : attirer vers elle chaque année de nombreuses recrues, obtenir de ses ressortissants qu’ils s’orientent vers une pratique sportive puis faire en sorte qu’ils accèdent en nombre suffisant aux divers paliers de la hiérarchie sportive, les garder le plus longtemps possible.

16C’est sur ce dernier point que se concentrera l’essentiel de la discussion dans cet article. On en donnera une formulation démographique, lui préférant la notion de fidélité à celle de loyauté introduite par Hirschman (1970) pour caractériser l’une des réactions manifestées par les individus à l’endroit d’une organisation qui ne leur donne plus satisfaction. La fidélité3 désignera ici le comportement de celui qui reconduit son adhésion volontaire et reste ainsi une année de plus sous l’autorité administrative de l’institution. À l’inverse, on parlera d’abandon pour qualifier le fait de se soustraire à une telle autorité en ne renouvelant pas son acte d’adhésion d’une année sur l’autre, cette défection témoignant d’une profonde insatisfaction ou, du moins, d’une préférence plus marquée pour une activité substitutive.

17S’assurer de la fidélité de ses ressortissants n’est pas chose aisée pour une fédération sportive sachant que le pouvoir de coercition que détient sa direction administrative n’est pas à ce point développé qu’il lui permette de contrôler ses frontières. Ceux qui les franchissent le font de leur plein gré. Aussi n’a-t-elle pas les moyens que possèdent les organisations qui régulent les entrées et/ou les sorties des personnes en les assortissant d’un certain nombre de clauses fixées d’avance pour, d’une part, attirer vers elle des recrues relativement conformes à ses vues, et, d’autre part, retenir ses ressortissants dans son périmètre de juridiction.

18Puisqu’elle doit compter avec le propre vouloir de ses ressortissants, une fédération sportive a l’obligation de trouver d’autres stratagèmes pour parvenir à de telles fins. Reprenant les analyses de Becker et Strauss (2006), on arguera que pour obtenir d’eux à la fois fidélité et mobilité, elle doit leur offrir des perspectives de carrière satisfaisantes ou, du moins, leur promettre qu’ils y trouveront une satisfaction. Il faut donc que sa direction se donne les moyens d’orienter l’activité que déploient les pratiquants à l’intérieur de la structure fédérale de façon à ce que celle-ci serve les buts qu’elle-même vise. Ce dispositif de contrôle existe : il repose sur un itinéraire canonique de pratique (voir la première partie), c’est-à-dire une suite typique de positions hiérarchisées conduisant à l’excellence sportive (Chevalier 1998), et sur les multiples incitations à le parcourir que l’encadrement est tenu d’adresser à ceux qui fréquentent les clubs. La fidélité des ressortissants d’une fédération sportive dépendrait donc, entre autres, des chances de mobilité ascendante qu’ils aperçoivent à l’intérieur de la structure fédérale et des avantages qu’ils imaginent être associés aux positions supérieures à la leur (Becker et Strauss, 2006). Bref, comme l’ont laissé entendre plusieurs auteurs, parfois dans des termes opposés (Brohm, 1975 ; Ehrenberg, 1991), l’attachement que les pratiquants témoignent envers une fédération sportive en lui étant fidèles reposerait sur la séduction qu’exerce sur eux la notion de performance et sur la valeur conférée au mérite individuel qui en découle. Cependant, une telle inclination pour la compétition sportive ne peut se réduire au produit d’une série de dispositions initiales, à moins de considérer que les déterminations au principe de cet attrait se mettent en place préalablement à tout contact avec l’institution fédérale et en dehors d’elle. En effet, quelqu’un qui adhère à un club ne lui est encore lié que par un simple acte administratif. Avant de devenir un membre initié de l’institution fédérale, il lui faudra s’inscrire dans de multiples relations de socialisation dont l’issue est malgré tout incertaine (Hughes, 1955 ; Becker, 1963 ; Coulon, 1987). Le modèle de la carrière rend compte de cette incertitude en soulignant que le devenir des ressortissants d’une institution se construit graduellement, au fur et à mesure que ceux-ci découvrent les étapes par lesquelles celle-ci les invite à passer et les motifs qu’elle leur présente afin de donner du sens à leur activité. À l’issue de chacune de ces séquences, seuls ceux qui se sont, un tant soit peu, convertis à la réalité institutionnelle de l’activité motrice prolongeraient leur participation (Chevalier, 1998).

19Quelle est la nature des événements qui favorisent cette conversion ? Suivant la piste tracée par quelques auteurs (Faure, Suaud, 1999 ; Poupart, 1999 ; Baethge cité par Iellatchitch, 2000), on avancera que les actes officiels sanctionnant l’acquisition d’un niveau de compétence spécialisée (attribution d’un titre ou d’un rang sportif, classement à un niveau de compétition, etc.), seraient à même d’être interprétés par leurs destinataires comme un signal de la reconnaissance de leur mérite, ce qui aurait pour effet d’éveiller, sinon d’accroître encore davantage, leur motivation sportive en générant un puissant désir de succès individuel, celui-ci se résumant à gravir les échelons de la hiérarchie sportive.

3. L’effet de la valeur sportive sur la fidélité des licenciés : hypothèses et méthode.

20L’étude des événements biographiques susceptibles de favoriser la fidélité des pratiquants à l’égard d’une fédération sportive s’inspire de l’option méthodologique webérienne (Weber, 1959), préconisant de développer un point de vue exclusif sur le réel afin d’en proposer une représentation ordonnée4. Ce point de vue consiste ici à rapporter la fidélité des pratiquants à la valeur spécifique, proprement sportive, que l’institution fédérale attribue à ceux-ci. Faute de pouvoir différencier les clubs au regard de leurs moyens ou de leur politique, on postulera que les hypothèses qui suivent valent pour l’ensemble de la fédération.

  • H1 : Compte tenu des préférences institutionnelles marquées à l’endroit de la compétition sportive, il y a de fortes chances que les sportifs soient plus fidèles que les autres pratiquants.

  • H2 : Sachant que l’entrée en club constitue une rupture initiatique qui bouscule généralement les représentations qu’ont les novices de leur activité, il est probable que la fidélité des pratiquants se renforce à mesure que se prolonge leur mise en conformité avec la réalité institutionnelle de la pratique construite autour de la préparation à la compétition sportive.

  • H3 : Partant du principe que la compétence auto-attribuée et l’aspiration au succès s’élèvent quand des indicateurs objectivant sa performance accordent à un compétiteur une plus grande valeur sportive, il est alors probable que sa fidélité s’accentue avec le niveau de compétition.

  • H4 : Sur la base des mêmes prémisses que H3, on peut penser que les compétiteurs qui ont vu récemment s’élever leurs performances sportives soient statistiquement plus fidèles que ceux qui ont connu dans un passé récent une stagnation ou une baisse de leurs performances.

21L’échantillon sur lequel ont été testées ces hypothèses réunit les véliplanchistes5 des clubs bretons affiliés à la FFV, détenant une licence donnant accès à la compétition sportive, sachant qu’à l’époque c’était la seule licence à disposer d’une validité annuelle. En conséquence, les pratiquants désirant utiliser les services d’un club fédéré une année durant devaient en faire l’acquisition, même s’il n’entrait pas dans leurs plans de participer à des compétitions sportives. Pendant la période étudiée (1996-2001), la Ligue de Bretagne de Voile (LBV) faisait partie des deux plus importantes ligues régionales6 et ses dirigeants menaient depuis le début des années 1980 une action vigoureuse en faveur de la massification sportive dans leur région sur la base des principes doctrinaux évoqués auparavant. Durant l’année 2000, 118 de ses clubs devaient avoir une activité en planche à voile. Quelques grands clubs épaulés par le pôle national d’entraînement basé à Brest fournissaient une fraction significative de l’élite nationale7. Le cas des non-compétiteurs est particulier, sachant qu’il renvoie à une position floue recouvrant des réalités qui varient au gré des initiatives locales (cours collectifs, courses, balades en groupe, pratique autonome sur du matériel collectif). Malheureusement, il n’a pas été possible de trouver des sources d’informations permettant d’instaurer de telles distinctions, qui auraient permis d’affiner la connaissance des parcours fédéraux.

22Deux sources ont été utilisées pour mener cette enquête : la base fédérale de données sur les licences annuelles et les classements sportifs de fin d’année établis à l’issue des championnats ou des coupes. En effet, l’examen critique du processus de fabrication des données stockées sur le fichier central de la FFV et des usages auxquels il donne lieu a montré qu’il était difficile de les utiliser telles quelles pour étudier le déroulement des carrières fédérales compte tenu d’une pertinence jugée trop faible (Lafabrègue, 2005).

23Un premier volet de ce travail a consisté à comparer entre elles les informations apportées par les deux sources mentionnées plus haut. Ces informations concernent deux critères censés décrire certains aspects de l’activité nautique de chaque licencié : le support de navigation et la modalité de pratique. Sur chacune des six années prises en compte (1996-2001), le nombre de licenciés annuels de la LBV enregistrés en tant que véliplanchistes sur la base centrale de données oscille entre un peu moins de 1700 et un peu plus de 1800 individus. Cette mise en regard a fait apparaître un décalage substantiel ne plaidant pas en faveur de la base fédérale. Si les écarts relatifs au support de navigation sont minimes, en revanche, ceux affectant la modalité de pratique sont considérables : quand on a 100 licenciés de la LBV identifiés sur la base fédérale en tant que véliplanchistes, il y en a, selon les années, entre 32 et 41 pour lesquels les modalités de pratique qui leur sont attribuées sont démenties par les classements sportifs de fin d’année. Pour être en mesure de calculer un taux d’écart global entre les deux sources, il aurait fallu que la masse de documents rassemblés englobe l’ensemble des supports de navigation, ce qui n’a pas été fait compte tenu de la disproportion des moyens disponibles au regard de l’ampleur de la tâche à accomplir. Même en supposant que cet effort de documentation ait abouti, nous n’aurions, de toute façon, pas pu lever le doute sur l’activité de ceux que la base de données annonce comme pratiquant la planche à voile en dehors de toute compétition puisqu’il n’existe aucun autre document fédéral permettant d’en dresser la liste.

24Le second volet de cette investigation a cherché à doter ces écarts d’un sens en reconstituant le processus de fabrication des données stockées sur la base fédérale. La réalisation d’entretiens auprès de 21 clubs bretons et la collecte des fiches d’inscription remises à leurs adhérents ont montré combien était grande la marge d’interprétation laissée aux personnels locaux des clubs quand ils doivent remplir chaque année les fiches informatiques des licenciés et les libertés qu’ils prennent avec les consignes officielles émanant du siège fédéral. Pour résumer, les enjeux financiers (le montant des subventions publiques) et politiques (le nombre de droits de vote lors des assemblées générales électives) liés au renseignement des fiches ouvertes dans ce registre national des licences ont beaucoup plus à voir avec la quantité de fiches accumulées qu’avec l’exactitude des renseignements qui y sont portés. À cet égard, seuls importent aux yeux des personnels des clubs les informations d’état civil (nom, prénom, adresse, date de naissance), le numéro de licence et le code permettant d’identifier l’association. En outre, l’organisation interne du travail n’est pas favorable à une adéquation entre les renseignements inscrits dans les champs relatifs aux supports de navigation et à la modalité de pratique et l’activité effective qu’exercent les licenciés au cours de l’année. En effet, il arrive que l’information les concernant qui est enregistrée sur le fichier central provienne d’une autre source qu’eux-mêmes, soit que le codage est réalisé sur la base d’une convention faisant correspondre telle catégorie de la fiche d’inscription (débutants, âges de l’enfance, école de sport) à telle autre retenue dans la base de données, soit qu’il dépend des informations plus ou moins précises dont les moniteurs postés à l’accueil disposent au sujet de leur pratique habituelle ou de leurs dispositions à s’engager dans telle ou telle modalité de pratique. En outre, faute de temps et parce que la qualité des données stockées sur ce fichier a peu de répercussions sur la gestion de leur club, ils ne prennent guère le soin de mettre à jour les informations qui y ont été consignées les années précédentes si bien que les changements intervenus dans l’activité effective des licenciés peuvent passer inaperçus.

25Au vu de ces résultats, il a été décidé de caractériser l’activité nautique des licenciés en combinant les deux sources d’information. Toutefois, le poids qui leur a été accordé a été clairement hiérarchisé, sachant que le fait qu’un licencié apparaisse dans le classement d’une épreuve sportive atteste de sa présence au départ de la compétition. En définitive, la répartition des licenciés de la LBV entre les modalités des deux variables centrales, à savoir le support de navigation (planche à voile/autre support) et le mode de pratique (en compétition/hors compétition) s’est appuyée en priorité sur les classements sportifs de fin d’année puis, à défaut, sur la base de données de la FFV. Les conditions qui ont présidé à cette répartition pour chacune des six années prises en compte dans l’étude sont exposées dans l’encart n° 1.

Les règles de répartition des licenciés entre les catégories descriptives

Les véliplanchistes : répondre à l’une des deux conditions suivantes.

- Être classé comme tel sur la base fédérale des données ;

- Figurer sur les classements sportifs de fin d’année en planche à voile.

Les compétiteurs :

- Figurer sur les classements sportifs de fin d’année en planche à voile ;

Les non-compétiteurs : répondre à l’une des deux conditions suivantes.

- Etre classé comme tel sur la base fédérale et ne pas figurer sur les classements sportifs ;

- Figurer sur la base fédérale parmi les compétiteurs et ne pas apparaître sur les classements sportifs.

26L’enquête a consisté à reconstituer les parcours effectués par les planchistes de la LBV de l’an 2000. Composé de 1814 personnes, cet échantillon (E1) a été réduit aux pratiquants ayant pris leur première licence à partir de 1996 afin d’être en mesure de tester les hypothèses car les données antérieures à cette date n’ont pas été réunies. Les 1210 personnes restant après ce filtrage forment un échantillon (E2) un peu plus féminisé (21 % au lieu de 19 %) et clairement rajeuni (âge moyen de 19,1 ans au lieu de 21,3 ans). En revanche, la part revenant aux compétiteurs est presque inchangée (environ 40 %). Afin de pouvoir tester les hypothèses énoncées plus haut, il a fallu construire des indicateurs pour donner un contenu opérationnel aux variables désignées dans ces propositions hypothétiques. L’encart n° 2 en fournit la liste.

Les variables et les indicateurs utilisés pour tester les hypothèses

Hypothèse 1. La position institutionnelle comprend deux modalités : les sportifs appelés aussi compétiteurs, dont on a repéré la présence sur les classements sportifs de fin d’année, et les non-compétiteurs désignés ainsi parce qu’ils sont absents de ces mêmes classements.

Hypothèse 2. La durée de mise en conformité des planchistes avec la réalité institutionnelle a été approchée par la portion du parcours fédéral qui a été accomplie en compétition. Il a fallu calculer pour chaque planchiste son ancienneté, repérée au nombre d’années d’adhésion cumulé à la fin de l’an 2000, et le temps passé en compétition à cette même date, mesuré au nombre d’années durant lesquelles il a figuré sur les classements sportifs. À partir de ces deux valeurs on a distingué, pour une même ancienneté, ceux qui ont effectué la totalité de leur parcours en compétition, ceux qui s’en sont abstenus durant une année, puis deux, ensuite trois… pour arriver à ceux dont la totalité du parcours s’est déroulée en dehors de toute compétition sportive.

Hypothèse 3. Les paliers institutionnels pris en compte, appelés aussi niveaux de compétition, sont au nombre de trois. Pour chacun d’eux, on a retenu le niveau maximum atteint dans l’année : le championnat départemental pour le niveau de base, le championnat de Bretagne pour le niveau intermédiaire, la qualification au championnat de France représentant le palier le plus élevé.

Hypothèse 4. La mobilité sportive (m) des pratiquants a été calculée sur les trois dernières années en prenant en compte la variation observée entre le palier occupé lors de l’année de départ de la période, soit 1998 ou 1999, et celui atteint durant l’année 2000. On a donné un indice à chaque palier et position (Niveau national : 1, Niveau régional : 2, Niveau départemental : 3, Hors compétition : 4) puis enlevé à l’indice de l’année de départ (iD) celui de l’année d’arrivée (iA).

- Exemple : P1 fait de la compétition au niveau départemental en 1998 et atteint le niveau national en 2000 tandis que P2 ne fait plus de compétition en 2000 après avoir évolué au niveau régional en 1998.

- Résultats : pour P1, m = 3-1 = +2 alors que pour P2, m = 2-4 = -2.

4. L’impact de l’activité sportive sur la carrière fédérale : quelques résultats

27L’analyse qui suit s’efforce d’établir dans quelle mesure les événements biographiques évoqués précédemment pourraient fidéliser les pratiquants et contribuer à la fabrication de leurs carrières : il s’agit de l’accès à une position de compétiteur, du temps passé en compétition, du niveau sportif et des changements de position et de niveau des pratiquants.

4. 1 L’effet de la position occupée sur la fidélité des pratiquants

28La position institutionnelle occupée à un moment donné exerce un effet significatif sur la fidélité des pratiquants. L’accès à une position de sportif se traduit par un attachement bien plus marqué à l’égard de l’institution, comme l’atteste la forte disparité des taux d’abandon observable sur le tableau 1. Le fait d’introduire l’âge et l’ancienneté ne change pas grand-chose puisque, à attribut équivalent, les défections des sportifs sont presque toujours plus rares (significativité au seuil de 5 %) que celles des licenciés qui ne font pas de compétition.

Taux d’abandon des véliplanchistes de la LBV en l’an 2000 en fonction de leur position institutionnelle et de leur sexe (E1).

Position institutionnelle

Compétiteurs

Non-compétiteurs

Sexe féminin

24 %

57 %

Sexe masculin

32 %

50 %

Écarts significatifs au seuil de 1 %

29La participation sportive des licenciés étant très inégale selon leurs attributs, la fidélité que les filles et les garçons, les adolescents et les adultes, les novices et les plus anciens témoignent à la fédération est susceptible de s’en ressentir. En effet, la pratique sportive est très liée au sexe et à l’âge : elle est davantage le fait des garçons (41 % contre 33 % chez les filles) et des populations juvéniles (59 % entre 12 et 18 ans, 21 % entre 19 et 24 ans)8. Des facteurs biographiques sont également actifs. C’est le cas de l’ancienneté dont l’effet est fortement dépendant de l’âge. Effectivement, le taux de pratique sportive croît concomitamment à l’ancienneté, beaucoup plus vite dans les catégories "jeunes" (moins de 19 ans), les plus exposées au prosélytisme sportif, et atteint un niveau très supérieur à ce que l’on constate chez les jeunes majeurs et les adultes.

4. 2 L’effet du temps passé en compétition sur le devenir des pratiquants

30Dans le modèle interactionniste de la carrière, les dispositions à l’égard d’un type d’activité sociale se constituent graduellement, au fur et à mesure que les novices entrent plus étroitement en relation avec les membres socialisés dans l’institution et s’initient de cette manière à ses "allant de soi". Cette socialisation n’en suit pas moins un rythme séquentiel, chaque étape de la carrière supposant, pour être franchie, une transformation des perspectives selon lesquelles les sujets appréhendent l’activité qu’il leur est proposé de poursuivre. Aussi, leur cheminement dans l’institution est-il jalonné de menues conversions, consolidant une identité plus ou moins conforme aux vues de l’institution, ou bien de résistances contribuant à la défaire ou à l’orienter dans une autre direction, la voie empruntée au seuil de ces étapes étant fonction de la manière dont chacun réagit aux événements qui surviennent alors dans son existence. Dans cette théorie, les perspectives ancrées dans le passé s’inscrivent donc dans une dynamique : elles sont à la fois la résultante d’un processus en cours et apparaissent, en puissance, comme un facteur déterminant du devenir.

31Dans le cas qui nous intéresse, l’expérience accumulée laisse une trace objectivable dans un parcours fédéral, caractérisé par un alignement ou un écart plus ou moins grand par rapport à la priorité de l’institution en matière d’activité motrice, à savoir le sport. C’est justement cet aspect du réel dont il importe de saisir empiriquement l’impact sur la suite de la carrière, sachant que la durée de cette mise en conformité ou de cette mise à distance est bien plus pertinente pour expliquer le devenir immédiat des pratiquants que la durée de fréquentation de la fédération, considérée indifféremment des pratiques qui y ont été exercées, que des consœurs ont utilisée en démographie (Chevalier, 1996 ; De Bruyn, Le Mancq, 2008).

32Il y a en effet de fortes chances pour que l’ancienneté au sein de la fédération n’ait pas en soi d’effet discriminant sur le devenir immédiat des pratiquants. Ainsi, le fait de maintenir constant ce paramètre rend visibles les fortes variations auxquelles est sujette la fidélité des pratiquants selon le temps que ceux-ci ont passé en compétition. Le graphique ci-dessous fait apparaître un renforcement tendanciel de la fidélité, observable dans la décroissance du taux d’abandon, à mesure que s’accroît la portion du parcours qui a été passée en compétition. Si, à l’inverse, on neutralise la durée de séjour en compétition, on voit que l’ancienneté n’a pas d’effet protecteur flagrant sur la fréquence de l’abandon. Au contraire, dans certains cas, un surcroît d'ancienneté irait plutôt de pair avec des défections plus fréquentes.

Taux d'abandon selon l'ancienneté et le temps passé en compétition fin 2000 (E2)

Temps de séjour en compétition

Ancienneté fin 2000

0 an

1 an

2 ans

3 ans

4 ans

1 an

65 %

45 %

-

-

-

2 ans

48 %**

27 %**

35 %

-

-

3 ans

49 %*

38 %

45 %

27 %

-

4 ou 5 ans

52 %*

38 %

56 %**

38 %*

24 %

Écart significatif par rapport à l’ancienneté minimum à : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %.

33Interprétés dans une perspective dynamique, ces résultats montrent que :

  • a) la période de découverte de la réalité institutionnelle de l’activité nautique est une épreuve d’autant plus rude que les novices n’ont pas été placés en situation de compétition sportive ;

  • b) une fois passé ce cap, les pratiquants qui ne font pas allégeance à l’activité sportive font encore fréquemment défection, même si désormais ils le font dans une moindre proportion ;

  • c) plus les pratiquants se détachent de l’activité centrale de l’institution et s’éloignent donc des centres d’intérêt des acteurs les plus impliqués dans l’organisation et la production des performances sportives, plus leur fidélité à l’égard de la fédération s’émousse, faute sans doute de trouver dans l’organisation fédérale des voies valorisant une activité de substitution.

4.3 Les rapports dynamiques entre passé, présent et anticipations de l’avenir

34La fidélité des pratiquants envers leur fédération dépend tout autant de la valeur sportive qui leur est officiellement reconnue à un moment donné : ainsi, le taux d’abandon décroît fortement quand s’élève le palier institutionnel auquel leurs performances leur donnent droit d’accéder (hypothèse H4). En fait, les écarts constatés opposent les compétiteurs de niveau local à ceux d’un niveau supérieur, ce qui pourrait signifier que l’engagement sportif, au sens de Becker (2006), commence à se manifester dès l’accès au niveau régional.

Taux d’abandon en fonction du palier institutionnel atteint en 2000 (E1)

Palier institutionnel atteint en 2000

Taux d’abandon

Compétitions locales

36 %

Compétitions régionales

22 %

Compétitions nationales

20 %

* Ecart de fréquence significatif au seuil de 1 % entre le niveau local et les deux autres niveaux.

35Pour ceux dont le sentiment de compétence s’est nettement affirmé du fait de leur élévation au-dessus du niveau commun, il deviendrait pénible de renoncer à briguer dans un avenir proche des récompenses institutionnelles au moins égales à celles obtenues jusque-là, en raison du temps d’entraînement qu’il a fallu accumuler pour acquérir une valeur sportive relativement élevée, dont rien n’assure qu’elle peut être rapidement transférée dans un autre sport.

36Seulement, un tel constat est très insuffisant si l’on veut montrer combien la priorité que l’institution fédérale accorde à la performance sportive concourt à dessiner les carrières des pratiquants, suscitant une fidélité durable chez les uns, une rapide défection chez les autres (hypothèse H3). Il a donc fallu élargir la période d’observation afin de prendre en compte les changements de position et de niveau que ceux-ci connaissent au cours de leur cheminement.

37Présentées de cette façon, les données ont permis d’examiner les rapports de parenté qu’entretient l’action présente avec les habitudes d’agir contractées dans le passé : s’agit-il d’une simple logique linéaire ou bien d’une logique réversible ? Ce problème a été soulevé par des auteurs dont les orientations théoriques soulignent le caractère dynamique de la socialisation. Inscrite dans les concepts d’ajustement biographique (Strauss, 1992), de transaction subjective (Dubar, 1991) ou encore d’alternation (Berger, Luckman, 1986), cette conception les pousse à prétendre que la manière dont l’expérience accumulée pèse sur le devenir des hommes correspond à un effet conditionnel, toujours suspendu à l’interprétation que ceux-ci font de l’articulation entre passé et présent. Le présent peut donc avoir un effet rétrospectif sur le passé, l’occurrence d’événements perturbateurs étant susceptible de bouleverser le sens qu’une personne affecte à sa propre biographie.

38Les résultats présentés dans le tableau ci-dessous sembleraient conforter cette thèse. On voit que ceux qui prolongent les orientations sportives qu’ils ont prises par le passé sont plus fréquemment fidèles que ceux dont les orientations actuelles en matière d’activité motrice sont en dissonance avec la pratique sportive dont ils ont eu naguère l’expérience. Le fait d’avoir endossé la position de compétiteur, même plusieurs années durant, ne constituerait un gage de fidélité que si cette expérience sportive était régulièrement confirmée.

Écart des fréquences entre les deux positions, statistiquement significatif à : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %.

39Ce résultat pose la question du mode d’articulation entre histoire passée et destinée anticipée. Si le temps d’une vie peut être borné par des continuités assurant un déroulement sans à-coups de l’histoire personnelle, il peut tout autant être scandé par des discontinuités comportant des infléchissements biographiques en vertu desquels la manière d’articuler les différents horizons temporels (passé/présent/futur) dans une histoire qui fait sens pour le sujet se trouve modifiée. D’une façon générale, les carrières qui se déroulent dans une fédération sportive sont jalonnées par des intersections où se joue le devenir institutionnel des pratiquants. Cette imprévisibilité relative de leurs cheminements peut être ramenée à la notion de bifurcation, dont la configuration varie en fonction du degré d’incertitude qui affecte le moment de sa survenue et ses issues possibles (Grossetti, 2006). Certaines de ces intersections correspondent à des carrefours : elles sont prévisibles car elles surviennent dans des intervalles de temps limités et programmés, au cours desquels les pratiquants sont invités à manifester formellement, en décidant de renouveler ou non leur licence, leur inclination à l’égard des activités proposées par la fédération via ses clubs. D’autres surgissent de manière impromptue (blessure, contre-performance, surcroît d’habileté, etc.) et constituent des moments critiques mettant à l’épreuve les perspectives qui donnaient un sens à leur activité : les choix concrétisés lors des périodes d’inscription administrative antérieures peuvent alors être mis en cause ou amplement fortifiés, les raisons qui les motivaient, fortement révisées, et leurs anticipations bouleversées. L’éventualité d’orienter son parcours dans une direction que l’on n’envisageait pas de prendre, il y a peu, se dessine dans ces moments imprévus.

40Selon Bidard (2006), à chacune de ces intersections, les sujets dressent un bilan subjectif de leurs capacités et des opportunités offertes par diverses organisations afin de déterminer si cela vaut encore la peine de continuer dans la même voie. On peut alors supposer que les pratiquants, à l’approche de ces intersections, jugent l’intérêt de la situation présente au regard des chances, qu’ils estiment avoir, d’obtenir dans un proche avenir une marque honorable. La théorie du looking-glass self deCharles Cooley (Queiroz et Ziolkowski, 1997) permet d’envisager cette question de l’auto-évaluation dans un cadre interactionniste : elle pose que l’image de soi se forge en prenant appui sur le jugement porté par autrui ou, du moins, sur la manière dont on l’imagine. Par la suite, la sociologie s’est intéressée à ceux dont l’avis compte pour le sujet. Ils prendront le nom d’autruis significatifs (Mead, 1963) ou de groupe de référence (Merton, 1965). Or, le jugement d’autrui s’exprime aussi de manière impersonnelle dans les classements hiérarchiques que produit l’institution : il s’objective dans un rang, un score, un palier, etc. Compte tenu de la rationalisation sportive croissante dont fait l’objet leur activité motrice (Loirand, 2003), il ne serait pas étonnant que les pratiquants soient de plus en plus incités à fonder la mesure de leur propre valeur sur les bases comptables instituées par les autorités fédérales, dès lors qu’ils s’engagent plus intensément dans la voie de la compétition sportive. En conséquence de quoi, la prévisibilité de la bonification ou de la dépréciation de leur valeur comptable prendrait une place grandissante dans les anticipations qu’ils font à propos de leur devenir au sein de l’institution fédérale. Cette prévision, les pratiquants pourraient bien la faire en tenant compte de l’écart séparant leurs performances actuelles des gratifications institutionnelles qu’ils ont engrangées dans un passé récent.

41Les variations du taux d’abandon en fonction de la mobilité sportive observée durant les trois dernières années s’accordent avec cette interprétation (voir tableau 6). Chez ceux qui n’étaient pas sportifs au début de cet intervalle, une pente nulle est associée à un taux d’abandon nettement plus élevé (47 %) qu’une pente ascendante, signalant le passage à la pratique sportive (28 %) les années suivantes. Cet écart reçoit une signification claire dans la théorie interactionniste de la carrière : il renvoie à la conversion des seconds à la réalité institutionnelle de l’activité nautique et au refus des autres de renoncer à leurs idéalisations initiales. En l’absence d’activités alternatives pérennes, ces derniers sont bloqués à une position tenue pour mineure par les moniteurs, la direction administrative et les pratiquants confirmés. Dans de telles circonstances, l’abandon est sans doute la solution la plus simple pour manifester sa frustration de ne pouvoir se projeter dans un avenir plaisant au sein de la fédération.

Taux d'abandon en 2000 selon la position institutionnelle occupée au point de départ du cheminement et la mobilité sportive observée sur les trois dernières années (E2)

Position institutionnelle

Hors compétition

En compétition

En compétition locale

Mobilité à court terme

Taux

Nombre total

Taux

Nombre total

Taux

Nombre total

Toute pente déclinante

-

-

64 % **

74

74 % ***

54

Pente -2 ou -3

-

-

-

17

-

-

Pente -1

-

-

72 % ***

57

74 % ***

54

Pente constante

47 %

298

35 %

141

34 %

135

Pente +1

29 % **

129

-

29

-

23

Pente +2 ou +3

-

26

11 % **

37

11 % **

37

Toute pente ascendante

28 % **

155

17 % *

66

15 % *

60

Écart statistiquement significatif par rapport à la pente constante à un seuil de : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %.

42Chez ceux qui étaient sportifs en début d’intervalle, les variations sont loin d’être négligeables : les écarts séparant une pente constante (35 %) d’une pente déclinante (64 %) ou d’une pente ascendante (17 %) sont suffisamment forts pour être statistiquement significatifs. D’un point de vue théorique, ces écarts indiquent l’existence d’une satisfaction très inégale des participants au regard de l’évolution, elle-même contrastée, de leur valeur sportive, c’est-à-dire au vu du gain ou de la perte de mérite qui leur est attribué par l’institution sur la base de son propre étalon de mesure. La très grande fidélité à l’égard de l’institution dont font preuve ceux qui ont vécu cette mobilité ascendante serait donc la conséquence de la consolidation de leur conversion sportive qui s’est opérée au cours même de leur ascension, les perspectives qu’ils développent sur leur activité se rapprochant de plus en plus du point de vue défendu par l’institution. Inversement, ceux qui ont connu une rétrogradation sont très certainement conduits à modifier les perspectives qu’ils s’étaient constituées antérieurement, leur avenir probable ne paraissant plus pouvoir s’inscrire dans le prolongement du passé. D’un point de vue subjectif, ce cheminement pourrait recouvrir un sentiment d’échec pour ceux qui ont vu leurs espoirs de réussite déçus, un rejet de la part de ceux que la compétition sportive n’a pas réussi à intéresser pour elle-même ou bien une impression d’impasse chez ceux qui, au sortir du circuit sportif, ne trouvent dans l’organisation établie aucune opportunité pour s’y réaliser.

Conclusion

43Contrairement à la plupart des études consacrées aux carrières, qui s’attachent à en reconstituer les principales étapes et à repérer pour chacune d’elles les facteurs déterminants, l’objectif de cet article était d’examiner un certain nombre d’événements vécus par les pratiquants en cours de cheminement afin d’établir s’ils sont à même de contribuer à susciter de la fidélité envers une fédération sportive. Suivant la méthode préconisée par Weber, on s’est efforcé de rapporter systématiquement cette fidélité à un seul ordre de phénomènes, à savoir la priorité que l’institution fédérale accorde à la compétition sportive et la valeur qu’elle attribue aux performances qui s’accomplissent dans ce cadre. La conclusion est que cet angle de vue fournit une bonne approximation des résultats empiriques. Effectivement, dans une organisation conçue pour transformer les pratiquants en coureurs aptes à produire des performances sportives honorables, la probabilité que ceux-ci se montrent fidèles à leur fédération grandit sensiblement quand ils accèdent à une position de compétiteur, et ce d’autant plus qu’ils l’occupent durablement et de façon continue, qu’ils atteignent un palier institutionnel plus élevé et qu’ils ont connu récemment une mobilité sportive ascendante.

44Il reste à examiner les conséquences de cette politique. Certes, le fait de privilégier une définition sportive de la planche à voile présente un avers symbolique avantageux pour l’institution quand la conjoncture lui est favorable, en raison du prestige qu’elle gagne à être représentée par des coureurs qui remportent de multiples médailles et des titres de champions. Il présente toutefois un revers démographique qui, pour être peu visible, n’en comporte pas moins un lourd inconvénient. En effet, si la politique menée en faveur d’une massification sportive a une certaine efficacité puisque près de la moitié des planchistes en activité dans les clubs de la LBV en 2000 ont fait l’expérience de la compétition au moins une fois durant tout leur parcours fédéral, elle se solde par des abandons précoces fréquents, surtout chez ceux qui se sont tenus à l’écart des circuits de compétitions, les coureurs néophytes n’étant, pour autant, pas épargnés par ces défections même si elles n’atteignent pas le même degré. On regrettera, bien entendu, de ne pas savoir ce que deviennent les véliplanchistes après avoir quitté la FFV : ont-ils changé d’activité en rejoignant une autre fédération sportive ou bien continué la planche à voile sous une autre forme ? D’après des dirigeants de clubs bretons, il semblerait qu’une partie des adolescents désertant les clubs fédérés soit attirée par le caractère acrobatique du fun-board, auquel se consacrent des sportifs professionnels en se produisant lors de compétitions sportives ou d’exhibitions, dont les médias spécialisés rendent compte en abondance. Il est ensuite aisé pour eux d’acquérir une planche, ne serait-ce que sur le marché de l’occasion, puis de rejoindre les sites de mise à l’eau vers où convergent habituellement les propriétaires de planche naviguant en toute autonomie9. D’une manière symétrique, les planchistes qui ont effectué la totalité de leur parcours fédéral en compétition ne sont qu’une minorité parmi ceux qui ont le plus d’ancienneté (27 % chez ceux qui pratiquent depuis quatre ans à la FFV fin 2000 et 25 % pour ceux qui le font depuis cinq ans). Telle qu’elle ressort de l’analyse statistique, la vérité serait de dire que les compétitions sportives constituent un point de passage par lequel transitent, pendant une fraction plus ou moins brève de leur parcours, une bonne partie des planchistes fédéraux plutôt qu’un lieu contribuant à fixer la grande masse des pratiquants au sein de la fédération.

45Pour finir, il reste à souligner que le monocausalisme méthodologique qui préside à ce travail se justifie uniquement par le dessein d’établir si un facteur déterminé constitue une cause précise d’un aspect du réel ; en aucun cas l’effort consenti en ce sens n’exclut l’existence d’autres sources d’intelligibilité. Cet article ne prétend donc pas montrer que la séduction exercée par la performance serait l’élément exclusif de fidélisation des pratiquants, il soutient seulement que la place centrale que l’institution fédérale accorde à la définition, à la production et à la légitimation d’une valeur spécifiquement sportive est un des facteurs déterminant cette fidélité. Cela dit, elle n’en épuise pas le sens. On pourrait affiner la connaissance de ce rapport en prenant en compte le degré d’alignement des clubs sur la politique fédérale, tout comme il serait envisageable d’aborder ce problème sous de multiples autres points de vue (expériences préalables des primo-entrants, ressources des familles, cycle de vie, etc.) sachant que, pour paraphraser Weber (1959), les facteurs causatifs ayant provoqué l’occurrence d’une catégorie déterminée de faits sont, potentiellement, en nombre infini.

Haut de page

Bibliographie

Augustin JP., 1995. « Socoa et le Yatch-club basque : berceau des écoles de voile (1935-1965) » in Arnaud P., Terret T. (dir.), Éducation et politiques sportives XIX e - XXsiècles, Paris, Éditions du CTHS, p. 235-242.

Augustin JP., 2005. « Le nautisme en Aquitaine : de la diversité du littoral à la diversité de pratiques » in Bernard N. (dir.), Le nautisme. Acteurs, pratiques et territoires, Rennes, P.U.R, p. 151-165.

Barrault JM, 2002. Des bateaux et des hommes, Paris, Robert Laffont.

Becker H., [1970] 2006. « Sur le concept d’engagement » inBecker B., Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg, p. 345-360.

Becker H., 1963. Outsiders, Paris, Anne-Marie Métailler.

BECKER H., STRAUSS A., [1970] 2006. « Carrières, personnalité et socialisation adulte » in BECKER B., Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg, p. 325-343.

Berger P., Luckmann T., 1986. La construction sociale de la réalité, Paris, Masson/Armand Colin.

Beunard B., 1996. « La plaisance et les régates à Marseille au XIXe siècle. Histoire locale d’une pratique sportive » in Terret T. (dir.), Histoire des sports, Paris, L’Harmattan, p. 219-235.

Bidart C., 2006. « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers internationaux de sociologie 120, p. 29-57.

Bourdieu P., 1980. « Comment peut-on être sportif ? », Questions de sociologie, Paris, Minuit, p. 173-195.

Bourdieu P., 1979. La distinction. Critique sociale du jugement,Paris, Minuit.

Chevalier V., 1996. « Une population de pratiquants sportifs et leurs parcours : les cavaliers titulaires d’une licence », Population 3, p. 573-608.

Chevalier V., 1998. « Pratiques culturelles et carrières d’amateurs : le cas des parcours des cavaliers dans les clubs d’équitation », Sociétés contemporaines 29, p. 27-41.

Coulon A., 1997. Le métier d’étudiant, Paris, PUF.

De Bruyn F., Le Mancq F., 2008. « Les apports de la démographie dans la connaissance des populations sportives. Regards croisés sur les licenciés de la FFN et de la FFE », STAPS 80, p. 53-72.

De Coninck F., Godard F., 1990. « L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation. Les formes temporelles de la causalité », Revue Française de Sociologie 31, p. 23-51.

De Queiroz JM., Ziolkowski M., 1997. L’interactionnisme symbolique, Rennes, P.U.R.

Dubar C., 1991. La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Duverger M., 1951. Les partis politiques, Paris, Armand Colin.

Erard C., 2007. « Micheline Ostermeyer : l’exception normale d’une "dissonance culturelle" », STAPS 76, p. 67-78.

Faure JM., Suaud C., 1999. Le football professionnel à la française, Paris, PUF.

Grossetti M., 2006. « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers internationaux de sociologie 120, p. 5-28.

Hirschman A., 1970. Exit, Voice, and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations, and States,Cambridge,Massachusetts, Harvard University Press.

Hughes E.C., 1955. « The Making of a Physician », Human Organization 3, p. 21-25.

Insee, 1989. « Les pratiques de loisir. Enquête 1987-1988 », INSEE Résultats n° 1- Consommation - modes de vie.

Iellatchitch A., 2000. « Significations de la formation continue et nouvelles formes de carrières », communication présentée au 11e Congrès de l’Association Francophone de gestion des Ressources Humaines, Internationalisation de la gestion des ressources humaines ? Paris, 16 et 17 novembre 2000.

Jallat D., 2001. L’espace de pratique de la voile légère en France : histoire, styles et représentations, thèse de 3ème cycle en STAPS, Université de Paris Sud Orsay.

Lacombe, Ph., 2003. « Sport et société. Ou… de la démocratisation de la voile en France (1945-1970) », Les carnets des STAPS 4, p. 3-23.

Lahire B., 2001. L’homme pluriel, Paris, Nathan.

Lafabrègue C., 2005. « Qui construit les données du sociologue ? Les problèmes posés par l’analyse secondaire des fichiers des licences fédérales », Bulletin de Méthodologie Sociologique 86, p. 55-81.

Leroux, Y., 1997. « Genèse et processus de différenciation de la voile sportive », Lendemains 88, p. 15-26.

Loirand G., 2003. « Les paradoxes de la « professionnalisation » des associations sportives » in Prouteau L. (dir.), Les associations entre bénévolat et logique d’entreprise, Rennes, PUR, p. 25-48.

Mead G.H., 1963. L’esprit, le soi et la société, Paris, P.U.F.

Merton R.K., 1965. Eléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon.

Michon B., Ohl F., 1987. « Le prix de la consommation sportive », Esprit, numéro spécial ″Le nouvel âge du sport″, p. 297-311.

Parlebas P., 1999. Sport, jeux et société, Paris, Insep.

Passeron JC., 2006. Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel.

Poupart J., 1999. « Vouloir faire carrière dans le hockey professionnel : l’exemple des joueurs juniors québécois dans les années soixante-dix », Sociologie et sociétés 31, p. 163-179.

Schotte M., 2002. « Réussite sportive et idéologie du don. Les déterminants sociaux de la « domination » des coureurs marocains dans l’athlétisme français (1980-2000) », STAPS 57, p. 21-37.

Strauss A., 1992. La trame de la négociation. Textes réunis et présentés par Isabelle Baszanger, Paris, L’Harmattan.

Vaillau D., 1996. « La société des régates rochelaises », in Arnaud P. (dir.), Sport, éducation et art. XIXe-XXe siècles. Jeux et sports dans l’histoire, Paris, Éditions du CTHS, p. 298-308.

Weber M., 1959. Essai sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  L’histoire sociale du nautisme est abordée entre autres par Augustin (1995, 2005), Beunard (1996), Jallat (2001), Lacombe (2003), Leroux (1997) et Vaillau (1996).

2  La plupart des informations qui ont servi à ce rappel historique sont tirées des documents produits par la fédération et entreposés aux archives nationales à Fontainebleau (versement 19880066). Ces documents y ont été versés après un tri sévère effectué par la fédération elle-même à partir de critères dont le public n’est pas informé. Ils se rapportent à des événements qui concernent les groupements associatifs en charge de la voile au plan national entre 1921 et 1985. Les documents ayant eu une importance centrale pour la rédaction de ce travail sont les articles 2 et 3, notamment les Rapports d’activité des commissions couvrant les périodesde1945 à 1963, de 1966 à 1970 et de 1971 à 1975.

3  Il s’agit de la fidélité observée au regard de l’exercice suivant. Est fidèle celui qui reste dans l’institution en fin d’exercice. Si l’on devait respecter à la lettre les conventions de la démographie, on devrait parler de survie et de survivants mais, dans le cas présent, cette terminologie est d’un emploi malaisé et paraît peu approprié.

4  Dans son essai sur « L’objectivité de la connaissance », Max Weber insiste sur le caractère nécessairement sélectif du regard que le chercheur en sciences sociales porte sur la réalité  : « Il n’existe absolument pas d’analyse scientifique « objective » de la vie culturelle ou (…) des « manifestations sociales » , qui serait indépendante de points de vue spéciaux et unilatéraux, grâce auxquels ces manifestations se laissent explicitement ou implicitement, consciemment ou inconsciemment sélectionner pour devenir l’objet de la recherche ou analyser et organiser en vue de l’exposé ». (Weber, 1992, 148).

5  La part revenant à la planche à voile varie entre 16 % et 12 % des activités fédérales sur la période étudiée.

6  Entre 1996 et 2001, la LBV réunit en moyenne 18 % des licences annuelles distribuées par la FFV.

7  Sur la base du recensement établi par la LBV pour les besoins de ses palmarès, on peut estimer que les véliplanchistes des clubs bretons glanent 28 % des médailles attribuées dans les différentes épreuves des championnats de France en 1996, 21 % en 1998, 19 % en 1999 et 17 % en 2000.

8  Passées au test du khi-deux, toutes ces distributions sont statistiquement significatives au seuil de 1%.

9  Un cabinet d’études estimait à 15 % en Bretagne la proportion de planchistes auto-organisés ayant découvert cette activité dans un club. Pour ceux-ci, la pratique autonome était souvent vécue comme une suite logique de l’enseignement dispensé en club. Pôle Atlantique, 1998. Étude sur la pratique individuelle des sports nautiques en Bretagne, Concarneau, Pôle Atlantique.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1458/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Écart des fréquences entre les deux positions, statistiquement significatif à : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1458/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Lafabrègue, « Les ressorts de la fidélité des pratiquants dans une fédération sportive », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1458 ; DOI : 10.4000/temporalites.1458

Haut de page

Auteur

Claude Lafabrègue

Maître de conférences
Université de Caen Basse Normandie
claude.lafabregue@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page