Navigation – Plan du site

La crise dans les parcours biographiques : un régime temporel spécifique ?

Crisis in a life path: a specific temporality ?
Olivier Mazade

Résumés

Le terme de crise, couramment employé, rarement défini, est souvent associé à toutes les situations sociales et biographiques qui engendrent de la souffrance. L’extension de ce concept nuit à sa signification. Dans les analyses de parcours biographiques, la crise est attachée à la transition, au passage et à la bifurcation, mais son sens n’est pas stabilisé. À partir d’un exemple de crise biographique consécutive à un événement, la perte d’emploi, nous abordons la crise du point de vue de sa délimitation (la crise comme une séquence délimitée d’un processus global, à savoir la transition professionnelle), de son étendue (les sphères de vie concernées) et de son contenu (aspects subjectifs). La crise est envisagée sous l’angle d’une temporalité spécifique, celle de l’engagement et de la mobilisation subjective. Elle est définie de ce point de vue comme un « moratoire d’engagement », situé entre deux phases d’engagement.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de crise est souvent mobilisée en sociologie. Elle désigne des dysfonctionnements institutionnels (crise de la famille, de l’école, etc.), le déclin ou la perte de légitimité de certaines représentations ou catégories sociales : ainsi, « l’idée de société » (Dubet, 1994), la « catégorie du chômage » (Demazière, 1992) seraient en crise. Les travaux sur les événements biographiques (chômage, maladie, divorce, veuvage), les passages statutaires (retraite) recourent souvent à ce concept. Les expressions « crises identitaires » (Dubar, 2000), « crises existentielles » (Erikson, 1972) sont répandues.

2Marcel Gauchet souligne que « le terme pose problème car son usage inflationniste l’a dévalué. Son rendement intellectuel s’est amenuisé avec sa fortune. Il n’y a pas un domaine où il ne soit invoqué » (Gauchet, 2009). La crise serait devenue permanente et générale. L’origine du concept vient de la médecine : il désignait une mutation subite dans les maladies qui débouchait sur la santé ou la mort. Le transfert du médical au social et la projection de la notion dans le domaine historique date du début du XIXsiècle lorsque la société a commencé à être pensée en termes d’organisme. La crise indique alors les mutations d’une société et désigne des phases de désorganisation sociale, d’affaiblissement des règles et d’exacerbation des conflits. Plus tard, Emile Durkheim, avec la distinction du normal et du pathologique, œuvre à établir les règles qui « permettent de distinguer scientifiquement la santé de la maladie dans les divers ordres des phénomènes sociaux » (Durkheim, 1893, p. 49).

3Gauchet propose de « remettre le mot sur le métier, de le redéfinir, de travailler à en faire un authentique concept », car le concept de crise semble pâtir d’un trop-plein de significations, tantôt associé aux dérèglements institutionnels, aux déclins des représentations sociales, aux déséquilibres sociaux, aux ruptures biographiques, tantôt mobilisé pour désigner toutes les situations qui produisent de la souffrance, de l’anxiété, du stress.

4Cet article examine les différents emplois de la notion de crise dans l’analyse des parcours biographiques. Nous montrerons dans un premier temps qu’il existe deux conceptions de la crise. La première s’inspire de près ou de loin du modèle du « cycle de vie », pour lequel la crise est inhérente au passage d’une étape à l’autre du parcours biographique et représente un moment de « déséquilibre ». La deuxième, inspirée de l’interactionnisme, fait de la crise une phase consécutive à l’irruption d’événements biographiques qui brisent les routines institutionnalisées. Cependant, il existe un certain flou dans l’utilisation de ce concept qui recouvre des situations et des positionnements variables dans les parcours, et dont la délimitation et le contenu sont imprécis. Dans un troisième temps, à travers l’exemple d’un événement intense – la perte d’emploi suite à une brutale fermeture d’entreprise – nous ferons de la crise biographique une séquence délimitée et marquée par un régime temporel spécifique dont les principales caractéristiques sont la déstructuration des temps de vie et l’incapacité momentanée à s’inscrire dans un calendrier d’actes. La crise sera alors conçue comme un « moratoire d’engagement », c'est-à-dire une période située entre deux phases d’investissement de soi et de mobilisation subjective.

1. La crise : expérience centrale de la condition moderne ?

5Jürgen Habermas souligne que « la sociologie est la science des crises par excellence » (Habermas, 1987, t. 1, p. 20) car elle est l’une des rares sciences sociales à maintenir un rapport étroit entre la « société globale » (ibid.) et les problèmes qui se posent dans des domaines particuliers (famille, école, personnalité, etc.). Les définitions de la crise sont cependant variées. Claude Dubar la définit comme une « rupture d’équilibre entre diverses composantes », un ensemble de « perturbations de relations relativement stabilisées entre des éléments structurants de l’activité d’identification » (Dubar, 2000, p. 10). Les crises sont en ce sens identitaires parce qu’elles concernent les définitions de soi et d’autrui, les modalités d’identification et de projection vers l’avenir. Pour Bernard Lahire, la crise est « le fruit de l’écart entre ce que le monde social nous permet objectivement d’exprimer et ce qu’il a mis en nous au cours des socialisations passées » (Lahire, 2001, p. 143). La crise est celle du « lien de complicité ou de connivence ontologique entre le passé fait corps et la situation nouvelle » (ibid.). Lahire constate de « multiples occasions de désajustement et de crises polymorphes qui font le quotidien des acteurs » (Lahire, 1998, p. 103).

6La crise apparaît comme une expérience centrale de la condition moderne : le produit du changement, de la différenciation sociale et de l’individualisation. Produit du changement, parce que nos sociétés vouées à la transformation permanente produisent de nombreux déséquilibres, sources de changements non voulus et subis. Produit de la différenciation sociale, parce que celle-ci entraîne une diversification des groupes sociaux, des rôles et des valeurs, multiplie les situations de désajustement et raréfie les liens de « connivence ontologique » entre les individus et leur environnement. Les individus vivent à la croisée de divers liens sociaux, ils sont en rapport avec de multiples sphères, ils appartiennent à différents cercles sociaux, leurs parcours sont de moins en moins linéaires et de plus en plus marqués par des événements. Enfin, produit de l’individualisation, parce que « l’immédiateté de la crise » provient du fait que « les problèmes des systèmes se transfèrent sur les individus » (Beck, 2000, p. 161) : « les crises sociales ont l’apparence de crises individuelles » (ibid.) parce que l’individualisation place les personnes en situation de responsable de leur destin : dès lors, « vivre sa vie, équivaut à résoudre sur le plan biographique les contradictions du système » (p. 293)1.

7Il ressort de ces travaux l’idée d’une crise permanente, devenue « quotidienne » qui « se multiplie dans toutes les existences », concerne tous les domaines, est liée à tout changement. Comme le souligne Gauchet, « si tout est toujours en crise, plus rien ne l’est ». La crise est une catégorie temporelle puisqu’elle fait partie intégrante d’un cycle dont elle représente la phase de déséquilibre, de perturbation et de dysfonctionnement. En ce sens, elle induit la croyance en l’existence de phases d’ordre social harmonieux qui la précèdent et lui succèdent : mais si la crise est permanente, si elle est une expérience quotidienne, les frontières entre le pathologique et le normal sont bouleversées. En ce sens, c’est toute la modernité qui apparaît comme « un processus interminable de crise » (Martuccelli, 2002, p. 345). Cette notion est pensée comme une catégorie historique et temporelle mais paradoxalement, elle est utilisée pour décrire un état permanent, ce qui traduit une tendance permanente de la sociologie soit à valoriser un passé harmonieux, soit à participer à la définition d’un futur « émancipateur » (Nisbet, 1984).

2. La crise dans les parcours sociaux

8Les recherches sur les parcours de vie intègrent depuis longtemps la notion de crise dans leur analyse, notamment lorsqu’il s’agit d’examiner les effets des passages et des transitions, des événements biographiques et des ruptures. Les travaux sur les « rites et rituels » (Ségalen, 1998) n’ont pas proposé une théorie de la crise, mais ils ont souligné l’enjeu collectif et individuel de tout passage dont le risque est un affaiblissement des groupes et des repères dans les parcours de vie. « Le passage est un acte grave qui ne saurait s’accomplir sans précautions spéciales » dit Arnold Van Gennep (1981, p. 263). Les rites ont précisément pour fonction « d’amoindrir les effets nuisibles » provoqués par le passage et d’éviter que « les changements ne troublent la vie sociale et individuelle » (ibid.). Hughes souligne que les rites permettent une « institutionnalisation des ruptures » et ainsi de « surmonter les crises » (Hughes, 1996). L’une des fonctions du rite, par la dramatisation de ce rendez-vous entre le collectif et l’individuel, de cette connexion entre la société et l’individu, est d’atténuer la déstabilisation du corps social et des parcours biographiques. Le rite est un rappel de la permanence de la société au moment où l’individu passe d’un état à un autre. En même temps, il régénère les groupes et la société, contribue à la mise en ordre des frontières sociales (Bourdieu, 1982) mais également des trajectoires et du temps. Cependant, quelle que soit sa force, qui permet d’amoindrir les effets du passage, il laisse échapper une part de flottement provisoire, de sensation de rupture.

9La notion de crise est très présente dans les recherches sur les âges et les générations, qui ont été influencées par les « modèles développementalistes » du cycle de vie (Attias-Donfut, 1988) pour lesquels la crise fait partie intégrante de l’enchaînement des étapes du parcours. Le modèle du cycle de vie doit beaucoup aux recherches d’Erikson : « la crise étant au point de départ de la vie […], chaque stade aboutit à une crise » qui est « un moment crucial dans le développement » (Erikson, 1972, p. 100). Vincent Caradec montre par exemple que « les travaux sur le vieillissement font un large usage des notions de "crise" » (2004, p. 20). Pour les modèles du cycle de vie, la crise est un moment de « déséquilibre » entre deux phases, elle est synonyme de transition.

10La plupart des travaux sur les parcours biographiques opèrent une distinction entre les moments de passage prévisibles et les situations provoquées par la survenue d’événements imprévisibles. La crise arriverait à la suite de telles situations. Anthony Giddens montre qu’une rupture pour les individus peut être une « routine » pour la société car les rites et diverses institutions ont pour fonction d’atténuer le tranchant du changement. Mais il existe des « situations critiques », de « crise », consécutives à un « événement radicalement perturbant et de nature imprévisible qui menace ou détruit des routines institutionnalisées » (Giddens, 1987, p. 109), qui crée une « insécurité ontologique » et un « haut degré d’angoisse ». Anselm Strauss différencie les « changements de statuts organisés » qui sont « prévus ou envisagés » et les « moments critiques » qui se produisent « en dépit des anticipations normalisées » (Strauss, 1992, p. 99).

11La crise ne se restreint pas à la conséquence d’événements imprévus. L’imprévisibilité d’une situation serait une condition nécessaire mais pas suffisante pour provoquer une crise dans un parcours biographique. C’est la conception défendue par des recherches récentes qui proposent de préciser les contours de cette notion (Grossetti, 2006 ; Bidard, 2006 ; Bessin et al., 2010). Il faut prendre en compte les réponses collectives et les traitements institutionnels, même dans le cas d’événements imprévisibles. La crise correspond à une situation particulière dans les parcours, marquée par deux caractéristiques : « la plus ou moins grande prévisibilité du moment » de sa survenue et « celle des issues possibles » (Grossetti, p. 16). Par exemple, le chômage est un événement imprévisible mais il existe des institutions qui le prennent en charge. Ce genre d’événements survient de manière imprévisible mais bénéficie d’un traitement aménagé, « on dispose d’avance d’un certain nombre de réponses possibles » (ibid., p. 17). Il ne s’agirait pas d’une situation de crise, qui se distinguerait du « carrefour » (prévisibilité et issues définies), de la transition (moment prévu et issues non définies) et du « risque anticipé » (moment imprévisible et issues définies). Les passages institutionnalisés du cycle de vie correspondraient à la transition tandis que la bifurcation serait synonyme de crise.

12Une caractéristique importante de la crise biographique est la « contagion », le « recouvrement de contextes » (ibid.), lorsque les effets d’un événement dans un domaine (professionnel par exemple) se diffusent dans les autres sphères de vie (famille, loisirs, santé, relations amicales). La bifurcation occasionne une crise en raison de « l’importance du changement » qui « provient de ce que cette crise traverse diverses sphères de la vie » (Bidart, 2006, p. 32). Un parcours biographique est un ensemble de trajectoires (professionnelle, familiale, etc.) en interrelation, relativement maîtrisé en « régime normal », c'est-à-dire comportant une certaine prévisibilité qui assure un relatif contrôle de leur synchronisation et permet un agencement négocié dans la sphère intime. Dans ce cas, un événement quelconque dans l’une d’entre elles n’engendre de conséquences que sur ladite trajectoire (par exemple une dispute familiale qui entraîne une modification des rôles conjugaux mais qui n’a aucune influence sur le parcours professionnel des conjoints). Ce sont « des variations mineures internes » (Abbott, 1991). Ce qui spécifie une crise, c’est précisément la situation où l’événement biographique propage ses effets à l’ensemble des trajectoires. La crise devient l’incapacité à assurer le contrôle de son parcours de vie, à maîtriser la contagion à tous les domaines et les irréversibilités qui s’y développent (cette fois la mésentente conjugale produit des effets sur le travail, la santé, la sphère amicale, etc.).

13L’avantage de ces travaux sur les bifurcations est de restreindre la signification de la notion de crise, ainsi limitée à des conditions particulières dans les parcours. La crise ne serait pas un terme réflexe pour qualifier toutes les situations d’anxiété et de souffrance. Ces travaux montrent que les rites ne sont pas les seules formes d’institutionnalisation des passages et que les réponses collectives ont une importance dans leur traitement. Les sociétés ont élaboré des dispositifs en vue de fournir des réponses aux événements qui sont imprévisibles à l’échelle des parcours sociaux. Toutefois, quelques interrogations subsistent. Outre le fait que le chômage ne soit pas considéré comme une crise, ce qui peut sembler choquant au regard de ses effets sociaux, aucun exemple ne vient étayer cette situation d’imprévisibilité et d’absence d’issues. Même les accidents, classés dans la même catégorie que le chômage, ne sont pas une crise de ce point de vue. Les relations entre ce qui semble être les conditions de la crise (imprévisibilité et absence de réponses) et le contenu (ce qu’est une crise) ne sont pas précisées. Si le contenu est défini par l’incapacité de l’acteur à organiser l’interférence des temporalités de ses domaines de vie, est-on sûr que cette incapacité dérive nécessairement de l’imprévisibilité et de l’absence de réponses collectives ? « La crise traverse diverses sphères de vie… » (Bidart, 2006, p. 32) : préexiste-t-elle à l’interférence des domaines de vie ou est-elle définie justement par cette interférence ? La contagion peut être consécutive à un passage prévu et anticipé. Ainsi, Abbott fait-il remarquer que « les transitions peuvent être parfois définies comme des turning points du fait du flux d’événements qu’elles ont produit » (Abbott, p. 199) : il évoque les cas du mariage et du premier emploi qui, pourtant prévisibles, peuvent provoquer un « flux d’événements » qui se propagent à l’ensemble du parcours de vie. Enfin, cette démarche présente la crise comme le résultat de conditions objectives, indépendamment du sens que les personnes leur attribuent. La crise est le produit d’un concours de circonstances objectives (un événement imprévisible, une absence de réponses collectives). La signification de l’événement, que celui-ci soit prévisible ou non, qu’il reçoive une réponse ou non, dépend de la totalité du parcours (Voegtli, 2004). Si les recherches sur le passage à la retraite, moment très prévisible, mobilisent le terme de crise, même lorsqu’elle est bien vécue, c’est parce qu’elle est envisagée comme une période marquée par des « effets perturbateurs » (Caradec, ibid.) que l’on ne peut comprendre qu’en la replaçant dans le parcours. Le chômage fait l’objet d’un traitement institutionnel mais il n’est pas certain que celui-ci réduise l’incertitude au point de faire du chômage un « risque anticipé ».

3. La crise : une rupture de temporalités d’engagement

14Pour donner un sens précis à la crise dans les parcours biographiques, il convient d’abord de rendre compte de ses délimitations, car elle n’est ni un état permanent ni un moment ponctuel : comment débute-t-elle ? Se termine-t-elle ? Peut-on établir une distinction entre le point initial et le point ultime ? Deuxièmement, il faut définir son contenu : que signifie être en situation de crise dans son parcours biographique ? Peut-on définir un régime temporel et relationnel, au-delà des sentiments de malaise et d’anxiété, spécifique au vécu de crise ? Troisièmement, il faut préciser son étendue, sa surface : quels sont les domaines de vie, les trajectoires affectés et engagés dans la crise, associés à son achèvement ?

15À cette fin, nous allons prendre l’exemple d’une crise biographique provoquée par une perte d’emploi brutale à la suite d’une fermeture d’entreprise.

L’enquête

Notre enquête a porté sur les anciens salariés de Metaleurop Nord (fonderie de plomb et de zinc basée dans le Pas-de-Calais, fermée en janvier 2003, entraînant le licenciement de 830 salariés). Notre première enquête (2003) a consisté à réaliser des observations non participantes au sein de la cellule de reclassement (ateliers de recherche d’emploi, réunions de pilotage) et dans les réunions organisées par les salariés (lutte collective, dispositif de « soutien moral » et de « suivi plan social »). En juin 2004, un questionnaire a été adressé à plus de 700 personnes. 260 réponses ont été obtenues. À partir de la fin de l’année 2007 jusqu’au milieu de l’année 2008, 43 entretiens biographiques ont été réalisés avec des anciens salariés reclassés dans un nouvel emploi, dont la moitié avait répondu au questionnaire de 2004. Notre participation aux diverses réunions de l’association a duré jusqu’en 2009.

16De prime abord, le terme de crise nous est apparu ambigu. Au passage du licenciement à la reprise d’un emploi, via les divers dispositifs d’accompagnement, le terme avait tendance à se diluer dans diverses circonstances. Toutes les situations vécues pouvaient entrer dans cette catégorie. On pourrait envisager tout ce temps de chômage comme une crise dont le terme serait éventuellement le retour à l’emploi, puisque le chômage est une rupture du lien organique qui lie un individu à une société et qu’il entraîne des perturbations identitaires. Nombre de travaux ont montré la contagion des effets du chômage aux régulations familiales, aux engagements associatifs, à la participation politique (Lazarsfeld et al., 1981 ; Schnapper, 1994) : une perte d’emploi est un événement biographique qui affecte toutes les sphères de vie. Dans une société où le travail est central et représente le « milieu de réalisation de toutes les vies » (Clot, 1999, p. 70), c’est-à-dire de toutes les trajectoires, le chômage entraîne une dilution des repères existentiels. De même, le terme de crise pourrait être mobilisé à chaque moment de la période qui se situe entre la perte de travail et le retour à l’emploi. Ainsi, le choc biographique immédiat créé par l’annonce de fermeture et le licenciement, le conflit social qui s’ensuit, les épreuves de la détermination d’un projet dans la cellule de reclassement, la recherche d’emploi et les pressions des conseillers/consultants, l’affrontement aux régulations du marché du travail (test de recrutement), les éventuels refus, l’insertion parfois difficile dans le nouveau milieu de travail (période d’essai, mises à l’épreuve), etc., toutes ces expériences pourraient être qualifiées de crise dans la mesure où elles sont facteurs d’anxiété. Dans ce cas, c’est l’ensemble de la transition professionnelle qui est synonyme de crise. Cependant, on voit bien que ces expériences sont diverses, que les contextes et les acteurs sont différents. Deux postures sont possibles : inventorier les diverses crises ou restreindre l’utilisation du terme. Dans le premier cas, on parlera de crise d’identification, de crise d’adaptation, de crise de contrôle de sa biographie, etc. Mais, à nouveau, la crise devient un état permanent. Nous avons opté pour la deuxième posture en insérant la notion dans une série de phases et un processus - la transition professionnelle - dont elle ne représente qu’une séquence et non la totalité. Il devient alors nécessaire de décrire les états antécédents et consécutifs à la crise, de définir ses seuils et de la doter d’un contenu, permettant ainsi de distinguer la notion de crise de celle d’épreuve.

17Précisons que l’exemple de transition professionnelle développé ici est marqué par une série de caractéristiques (l’âge, l’ancienneté, le type de sortie d’emploi, le secteur d’activité) : il s’agit d’une perte d’emploi brutale pour des salariés de l’industrie à la longue ancienneté professionnelle (vingt ans en moyenne), dans un bassin d’emploi frappé par la désindustrialisation (Mazade, 2010). Quatre phases ont été définies (schéma ci-dessous) : temps de l’événement, moratoire (notre définition de la crise), phase de négociation, phase de recherche d’emploi.

18Un événement biographique impose par lui-même une temporalité qui comprend le choc et son effet de sidération, le partage quasi instantané dans les relations individuelles et les réseaux sociaux, et sa clôture. L’événement, pour l’observateur comme pour celui qui le vit, provoque une « rupture d’intelligibilité » (Bensa, Fassin, 2002), c'est-à-dire une incapacité à se rendre compte de la portée du fait survenu et un déni de réalité. Le temps de l’événement comprend le choc de la fermeture, le partage dans la mobilisation et la clôture par l’acceptation de la compensation. À l’annonce de la fermeture, cet ancien salarié se dit « hypnotisé » :

« La fermeture, j’ai été hypnotisé… On se disait que c’était trop énorme, trop énorme. Nous, on produit, je ne vois pas pourquoi on va fermer, dans les bureaux peut être. S’il n’y a plus de production, qu’est-ce qu’ils vont vendre, rien ? Donc on se disait, ils peuvent pas fermer. Beaucoup de désespoir. Ça a été dur. C’est un truc qui fait vraiment mal, se retrouver comme ça. J’étais comme un boxeur groggy, pour moi, je disais, bon, ça va se remettre. » (Benoît, dessinateur à Metaleurop pendant 21 ans)

19Cette réalité « trop énorme » dépasse les capacités de compréhension et bouleverse les repères individuels et collectifs. Pour un temps, les salariés ne réalisent pas ce qui leur arrive. Cette incompréhension et le déficit de sens rendent la fermeture inconcevable.

20Un tel impact s’explique-t-il par son caractère imprévisible ? La notion d’imprévisibilité pose ici un certain nombre de problèmes. Globalement, les salariés ne s’attendaient pas à la fermeture. Mais cela ne s’explique pas par la probabilité objective de survenue de l’événement, plutôt forte de ce point de vue. L’imprévisibilité est « construite » par les acteurs2. Il est plus juste de parler de « déni de prévisibilité ». En effet, les signes avant-coureurs ne manquaient pas (vente d’actifs, pertes financières, restructurations successives, fermeture d’ateliers, etc.) mais les salariés n’en font pas un événement prévisible, posé comme une occurrence future, parce qu’il s’agit pour eux d’un danger. Il faut d’abord que l’événement soit perceptible, qu’il atteigne un certain degré de prévisibilité, pour qu’il prenne ensuite la forme d’un danger, d’une menace. Or, face à la menace, les faits sont susceptibles de « détournements interprétatifs » (Beck, 1986, p. 136) : les salariés s’accrochent aux signes positifs (un frémissement des cours, un projet de restructuration, l’arrivée d’un nouveau directeur) car la fermeture est inacceptable pour eux, avant comme immédiatement après. Ces détournements interprétatifs consistent à trier, à catégoriser les signes qui vont dans le sens de l’atténuation de la menace ; à construire de bonnes raisons qui visent à rendre imprévisible le fait redouté (« ils peuvent pas fermer » déclare ce salarié plus haut). Les salariés vont « jusqu’à l’extrême pour ne pas voir la réalité en face… Ils veulent toujours croire en l’avenir de leur monde » (Linhart, 2002, p. 77). C’est précisément parce qu’il s’agit d’un danger pour la vie des personnes que ce genre d’événement fait l’objet de détournements interprétatifs : « plus le danger est grand, plus il est probable qu’on le nie, qu’on le banalise » (Beck, p. 136). La fermeture est prévisible mais elle n’est pas une hypothèse, une éventualité replacée parmi d’autres qui permettrait d’envisager un autre parcours. Elle est perçue et impensée, pressentie et niée. Elle est une réalité « trop énorme » face à laquelle on sait intuitivement que les forces mentales et morales sont trop faibles. Bon nombre d’événements à l’impact potentiellement important, comme la séparation conjugale, la maladie, le chômage ont pour point commun d’être une menace, dont on nie la prévisibilité. Il conviendrait par conséquent d’élargir la temporalité de l’événement, en prenant en compte ce qui se passe avant (perception de sa survenue, travail individuel et collectif de dénégation, etc.). Reste à savoir si le « déni de prévisibilité » est neutre pour la suite du parcours (éventuels effets dans l’instant, reconstruction de l’histoire après l’événement) car il ne permet pas plus d’anticipation qu’une totale imprévisibilité. Mais un événement est toujours « partagé » (Leclerc-Olive, 1997). Il ne se limite pas au fait brut de son apparition, l’événement est défini comme tel parce qu’il fait sens pour un ensemble d’individus, quelle que soit la géométrie de cet ensemble. C’est toujours collectivement qu’il est déchiffré, dramatisé et traduit.

21Les réactions, comme en l’occurrence une mobilisation collective, contribuent à construire l’événement. À tel point que l’on peut se demander qui fait l’événement. Ces deux moments de l’annonce de la fermeture et de la mobilisation sont inséparables dans la mesure où l’action collective s’enclenche de façon immédiate pour une majorité de salariés3 : elle est un prolongement spontané de l’annonce. L’action collective s’organise dans les échanges, les discussions, la densification des relations : elle devient ensuite manifeste, médiatique et spectaculaire (manifestations, saccage du siège du groupe, blocage des autoroutes, menaces écologiques, etc.). Le conflit est un moment fusionnel de dépassement des divisions professionnelles (maintenance/production), hiérarchiques (ouvriers/cadres) et générationnelles4. Toutes les mesures proposées par l’État ou parfois la direction (indemnités, cellule de reclassement, transfert sur un autre site) sont dans un premier temps refusées ou jugées insuffisantes. Les refus s’expliquent précisément par le fait qu’il n’y a pas de réparations possibles, que l’irréparable est commis, que rien d’équivalent ne peut remplacer la perte. La compensation est refusée. La réparation ne peut qu’être une restauration en l’état. Les actions collectives et spectaculaires, par la dramatisation et la théâtralisation, font l’événement. De ce point de vue, la contagion est organisée puisque l’événement biographique devient social et politique.

22Le temps de l’événement est clos quand les salariés licenciés acceptent les compensations (structure d’accompagnement, primes de licenciement), qui marquent la fin de l’espoir de l’intervention d’un « autrui puissant » capable de rétablir la situation initiale. Les sentiments d’injustice, de colère, de préjudice et les ressentiments se traduisent par des demandes « sans limite » d’indemnisation (Malsan, 2007) mais aussi de formations, d’accompagnement, de temps, d’aides à l’emploi. L’acceptation des compensations ne tombe pas du ciel, elle est le produit d’un intense travail collectif dans les réunions et les discussions où sont mis en balance deux mondes hétérogènes : l’ancien dont on n’arrive pas à se défaire et pour le retour duquel un espoir, même minuscule, existe, et le nouveau, c'est-à-dire la structure d’accompagnement qui marque définitivement le passage à l’étape suivante et à la perspective d’autres actions à entreprendre. L’acceptation du second et par conséquent l’acceptation de la fin du premier sont progressives et reposent sur la production d’arguments, de convictions qui s’éprouvent dans les réunions et dans la sphère intime. Le temps de l’événement est donc le laps de temps où l’événement est successivement perçu, dénié, subi, dramatisé, retraduit puis clos. La clôture ne signifie certainement pas que le deuil est fait, loin de là, mais qu’on passe à la phase suivante.

23Une nouvelle phase s’ouvre avec l’acceptation du principe et du contenu des compensations : le moratoire, où le collectif n’a plus lieu d’être. La prime de licenciement est obtenue, la structure d’accompagnement se met en place. À travers les propos des personnes, on constate que c’est un moment difficile parce qu’il représente la fin de quelque chose et le début de rien, le terme d’une série d’actions sans qu’une autre soit possible dans l’immédiat :

« J’ai tenu pendant un mois, après, arrêt des manifs, alors là… j’étais pas dans la merde. J’ai eu le sentiment d’être au milieu de nulle part, j’étais incapable de reprendre un boulot ailleurs, j’étais perdu, ah si si, honnêtement j’étais perdu. » (Bernard, agent de maîtrise fusion plomb à Metaleurop pendant 23 ans)

« Le moment où j’ai réalisé que tout était terminé, je me suis retrouvé seul chez moi, et là j’ai commencé à déprimer, plus de manifs, les 15 000 euros, quand tout ça a été fini, et qu’il fallait commencer à chercher du travail. Plus de réunions à l’usine, rester chez soi… Au début, je ne l’ai pas trop mal vécu, j’étais pris dans le feu des manifestations, on avait l’espoir que ça tournerait, les manifs, il y aura une solution, on va trouver quelque chose. » (Jean-Marie, ouvrier raffinage zinc pendant 29 ans)

« Les deux premiers mois, ça a été, parce qu’on était ensemble, on occupait l’usine, on se voyait tous, on se parlait. C’est après, quand on a quitté l’usine, que c’était le plus dur. Tant qu’il y avait les rencontres, les manifs tout ça, on n’était pas seuls. Ça faisait du bien. Par contre, après, que c’était fini, qu’il a fallu quitter le site. Et là je dois dire, ça a été dur, ah ouais ! Pendant un mois, j’étais dans la déprime, je n’avais envie de rien. Je n’avais aucun goût, je ne voulais rien. Heureusement que je ne suis pas porté sur la boisson, parce que j’aurais pu mal finir, parce que c’était très dur, on s’est retrouvés tout seuls. » (Jacques, ouvrier fusion plomb à Metaleurop pendant 22 ans)

24« J’étais perdu » ; « au milieu de nulle part » ; « c’était très dur » : ces individus ne « veulent rien », se « sentent incapables » d’engager une action, de « reprendre un boulot ». Ils sont dans le creux de la vague quand s’amorce l’individualisation des cheminements, quand la cellule de reclassement démarre ses activités ; un creux dû à l’arrêt de l’engagement intense dans la mobilisation. Malgré la présence familiale et la stabilité géographique, ils ressentent un isolement (« je me suis retrouvé seul chez moi » ; « on s’est retrouvés tout seuls ») et se trouvent, parmi les autres et jusque dans la sphère intime, en décalage de rythme de vie. Les sentiments d’impuissance à entreprendre, combinés au déphasage des occupations et des rythmes, perturbent les régulations familiales et engendrent des phénomènes de contagion à l’ensemble des sphères de vie5. Contagion qui concerne également le personnel de la cellule de reclassement car celle-ci déploie ses activités d’accompagnement.

25Depuis les travaux de Paul Lazarsfeld et de son équipe (1981), les situations de décalage occupationnel et de perte de repères, les sentiments d’apathie et d’isolement sont souvent liés à la prolongation de l’état de chômage, l’absence durable d’emploi finissant par saper tout engagement, toute initiative, sans que le dessein d’une action apparaisse. Il s’agit d’un état permanent auquel le terme de crise ne convient pas. Pour ces parcours de salariés fraîchement licenciés, la situation de « dépression temporelle » (Grossin, 1996, p. 135), le sentiment d’apathie ne s’expliquent pas tant par la condition de chômeur, même si le décalage occupationnel est le produit de l’absence d’emploi, que par la fin d’une série d’actions (collectives) et la perspective d’un réengagement dans une autre série d’actions (« quand tout ça a été fini, et qu’il fallait commencer à chercher du travail »). Les sentiments d’anxiété, de malaise, d’incapacité à entreprendre sont le produit d’un effet de seuil. D’abord une phase d’engagement de soi intense dans la mobilisation, où il s’agit de faire plus de la même chose, c'est-à-dire plus de travail pour sauver l’usine, plus de relations et de coopérations pour travailler mieux, plus d’engagement, plus de présence sur les lieux, etc., autrement dit une intensification des processus antérieurs. Puis l’arrêt assez net de cette phase d’engagement, marqué par l’acceptation des compensations et le démarrage de la structure d’accompagnement. Ces sentiments ne sont présents que dans la séquence qui s’intercale entre les actions collectives et les actions individuelles sur le marché du travail. Ils expriment une pause dans l’engagement ; c’est ce que nous désignons par « phase de crise », que nous définissons comme un moratoire d’engagement dans une trajectoire centrale du parcours biographique.

26L’expression de moratoire apparaît quelquefois dans l’analyse des parcours biographiques. Strauss l’utilise à propos du deuil. Il reprend la définition d’Erikson : « période de délai accordée à quelqu’un qui n’est pas encore prêt à faire face à une obligation » (Erikson, 1972, p. 162). Le moratoire est parfois défini comme une « suspension du temps de déroulement d’un processus » (De Coninck, Godard, 1989, p. 37). La notion de moratoire fait partie de la boîte à outils de l’analyse des parcours biographiques. À certains moments du parcours biographique, on trouve bien une suspension de la mobilisation de soi. Le moratoire est l’intervalle nécessaire entre deux registres d’action, ici le passage du collectif raffermi par la mobilisation à l’individuel des cheminements d’emploi. Il prend une signification intense par le fait que ces deux registres sont profondément hétérogènes. Les séquences se sont enchaînées vite, le passage au traitement individualisé est rapide6.

27La mise en place de l’antenne emploi correspond à l’instauration progressive d’une nouvelle temporalité. La durée du dispositif d’accompagnement et des indemnisations, l’aménagement du parcours de retour à l’emploi (série d’ateliers d’élaboration du projet de reclassement et d’apprentissage de la recherche d’emploi, rendez-vous avec le consultant, etc.) définissent une temporalité7. Les responsables de l’antenne emploi sont soumis à une contrainte de durée et ont intérêt à reclasser vite, afin d’afficher les meilleurs résultats possibles en termes de reclassement et de « solutions identifiées » à l’issue de leur mission. Pour eux, un moratoire, au sens d’un « délai accordé » à des personnes qui ne sont pas prêtes à reprendre un travail, est une perte de temps.

28Dans les propos des individus interrogés, nous l’avons vu, cette phase est difficile : « c’est le plus mauvais moment » dit l’un d’eux parce que lui et ses collègues se sentent perdus, « au milieu de nulle part », sans « aucun goût », condamnés à agir autrement, à se confronter à la réalité du marché du travail. Dans la cellule de reclassement, le contenu du moratoire s’exprime de façons diverses : les expressions telles que « souffler », « se reconstruire », « profiter des droits » traduisent les difficultés à se remobiliser, le temps de la « décompression », les diverses formes de compensation à vivre avant tout réengagement, etc. Ils ressentent en même temps la nécessité de la pause et de la remobilisation à venir, prennent le temps de « souffler » tout en sachant que cela ne peut durer.

29La sortie de la phase de moratoire s’opère progressivement. La temporalité « prescrite » par la structure d’accompagnement devient le « temps de référence » (Demazière, 2006). Les demandeurs d'emploi finissent par être contraints à agir : que cette action soit la recherche d’emploi, la formation, les tactiques de dissimulation d’une absence de recherche, la fraude, la négociation d’une dispense de recherche, peu importe ici. L’essentiel est que la confrontation au temps de référence oblige à entreprendre, elle engage les personnes dans une perspective temporelle et un objectif.

30C’est le début des épreuves. La phase de négociation débute quand s’amorce un réengagement dans l’action, et donc une négociation avec la réalité, c'est-à-dire lorsque les individus entrevoient les possibilités qui s’offrent à eux. Ces possibilités ne se limitent pas au projet professionnel mais peuvent concerner également la négociation d’une attente en vue d’une mesure d’âge ou d’une dispense de recherche. L’ouverture des possibles est progressive : au départ, les anciens salariés voient peu de solutions, avant que des arbitrages émergent. Cette phase est marquée par une épreuve d’évaluation : les compétences, les attitudes, le projet font l’objet d’évaluations. La phase de recherche d’emploi représente la période d’entrée effective sur le marché du travail. L’épreuve qui domine est celle de la justification : les demandeurs d'emploi doivent rendre des comptes sur leurs démarches de recherche, justifier leurs éventuels échecs, refus, changements de stratégie, etc. Ils doivent également justifier toute demande d’aide, de prolongation des délais…

31L’épreuve, comme la crise, produit de l’anxiété, voire de la souffrance dans certaines circonstances. Mais à la différence de la crise, l’épreuve suppose un acteur engagé face à d’autres acteurs en vue d’un résultat. L’une des premières négociations à mener concerne le calendrier de la mobilisation dans la recherche d’emploi et le moment de l’acceptation d’une offre d’emploi (résistance au déclassement). Dans la relation aux consultants, les épreuves d’évaluation puis de justification sont explicites, c'est-à-dire qu’elles reposent sur des dispositifs (ateliers) et des injonctions verbales, et implicites dans toutes les interactions avec les demandeurs d'emploi.

4. La crise : délimitation, étendue et contenu

32La crise est une phase d’un parcours qui, en tant que séquence, doit être délimitée : comment débute-t-elle ? Comment se termine-t-elle ? C’est le problème de l’analyse de parcours quand celle-ci tente d’objectiver des séquences. Dans les travaux qui mobilisent le terme de crise, le positionnement de cette phase est variable. La crise précède parfois la rupture ou la bifurcation : elle désigne alors la période critique qui mène au point de retournement, le processus qui aboutit à la rupture. La crise connaît donc son point ultime. La phase qui suit est celle de la révélation des tensions, des contraintes, des alternatives et des tentatives de résolution (du latent au manifeste). Parfois la crise est située après le point de rupture, elle tend alors à être conçue, nous l’avons vu, comme le produit d’un événement imprévisible sans issues prédéfinies. Dans ce cas, on a identifié le point initial. Les deux positionnements ne sont pas incompatibles mais la question de leur délimitation est partiellement résolue8.

33Le problème du bornage d’une séquence trouve sans doute une partie de sa solution dans l’examen de l’articulation entre l’instant et la durée. Abbott, au sujet des turning points, parle du repérage de deux points dans le temps, le second confirmant bien la réorientation et les irréversibilités initiées par le premier, mais « ils doivent bien avoir un commencement ? », « Comment délimiter les turning points ? » se demande-t-il (2010, p. 200). Le commencement peut être instantané, mais il peut également s’étaler dans le temps, donc relever d’une durée. On aboutit ainsi à une durée englobée dans une autre. Abbott semble défendre une conception structurelle des temporalités : les durées ne prennent sens que si elles sont replacées dans une temporalité plus large. Dans ces conditions, les termes importent moins (phase, séquence, moment, tournant, etc.) que l’identification du processus général qui donne un sens aux temporalités qui le composent. Le point de retournement, le commencement et la fin d’une crise peuvent être des instants à l’échelle du parcours, mais ils relèvent d’une durée dès lors qu’on ajuste la focale et qu’on les perçoit comme des processus.

34Poser la question de la délimitation de la crise, c’est également en définir les issues possibles. Nous avons envisagé la sortie de crise par le réengagement de soi dans la confrontation à la temporalité prescrite et donc par un changement de régime temporel. La crise est inscrite dans un cycle en forme en U (engagement/moratoire/engagement). Mais elle peut prendre une forme descendante par paliers qui mène à un état final d’écroulement. Dans nos enquêtes, nous avons relevé des cas de suicide et de décès qui s’expliquent par la désaffiliation causée par la perte de l’emploi9.

35La contagion d’un événement biographique à l’ensemble des trajectoires définit l’étendue de la crise. Mais qu’est-ce qui se propage exactement ? Partons de l’exemple de cette personne :

« J’ai été déboussolé, on n’efface pas 17 ans comme ça. Et après c’est les déboires, heureusement que ma femme était là, on aurait des mauvaises idées, l’alcool, pour oublier et tout. On ne vit plus comme on vivait. Avec ma femme, ça allait mal à un moment, ça n’apporte rien de bon, il y a un moment, on ne peut plus se voir, j’étais là trop souvent et ça va pas. Même les enfants, mon fils m’a dit quelque chose, ça m’a foutu un coup : “va travailler, tu nous embêtes”. Heureusement qu’elle était là, c’est grâce à elle que je m’en suis sorti. Je passais mon temps dehors, ici, pour un rien, on dit des choses qu’on ne pense pas. Ça ramène ça dans un couple, les problèmes familiaux. » (Gontran, 17 ans d’ancienneté, ouvrier pontonnier à Metaleurop)

36Cet exemple illustre le phénomène de contagion aux autres sphères de vie, qui revêt deux dimensions. La première est celle d’un déphasage, d’un décalage d’occupation et de rythme de vie (« j’étais là trop souvent et ça va pas »). Il s’ensuit des difficultés pour assurer une relative maîtrise des diverses temporalités. La crise est bien ici un déséquilibre entre les temps de vie, un moment d’affaiblissement du contrôle du parcours biographique, de débordement par les événements, comme nous l’avons vu plus haut. La deuxième dimension est représentée par la souffrance qui diffuse ses effets aux « autrui intimes » et éprouve leur capacité de résistance. La famille est un rempart contre les effets destructeurs de la négation professionnelle, elle les subit et les canalise en même temps. Mais ses résistances ont des limites, et une fois la digue détruite, le risque d’une désaffiliation totale s’élève. On voit la tension entre la contagion (« à un moment, on ne peut plus se voir ») et le besoin de soutien pour contenir l’irréversible (« je ne pourrais pas faire sans elle »).

37Nous avons défini la crise comme une rupture dans une temporalité d’engagement. Howard Becker fait de l’engagement le grand organisateur du parcours biographique (Becker, 1960), le principe de cohérence de toute une série de trajectoires (familiale, professionnelle, etc.). Un engagement dans une sphère de vie solidarise, par une série de « paris adjacents » (ibid.) dans les autres sphères, toutes les trajectoires et renforce l’engagement dans la première. La suspension involontaire d’un engagement partiel entraîne donc une désorganisation de l’ensemble du parcours, une mise en cause de tous les « paris adjacents ». Mais l’engagement n’est pas seulement ce qui lie les trajectoires. Il suppose un investissement personnel, une mobilisation subjective qui, une fois rompue, ne peut se réorienter de manière spontanée. Concevoir l’action dans son déroulement temporel et séquentiel permet de prendre en compte son rythme (alternance entre pause et engagement, retrait temporaire et mobilisation personnelle, suspension et investissement, accélération et ralentissement) : « agir puis s’arrêter, attendre et se reposer, pour recommencer ensuite à agir, mais autrement. Et toujours de nouveaux seuils à franchir » dit Van Gennep (p. 272), qui utilise la métaphore physicienne du « point mort » pour souligner que « c’est une nécessité que deux mouvements de sens contraire soient séparés par un point mort » (p. 260). Le « point mort » dans une trajectoire, c’est le moratoire d’engagement, la fin de quelque chose et le début de rien évoqué plus haut. Le réengagement génère un ensemble d’actions, réinscrit la personne dans un processus et une temporalité. L’action est « une seconde naissance », un « événement » qui inaugure « un commencement » dit Hannah Arendt (1961, p. 235). S’engager, c’est agir, mettre en mouvement, déclencher des processus dont le résultat demeure incertain et imprévisible (l’épreuve), c’est toujours rompre avec un processus en cours. L’engagement fait le temps parce qu’il nécessite une mobilisation subjective et implique un calendrier d’actes, de gestes et de paroles en vue d’une fin. La crise est conçue comme une phase d’un parcours dans lequel l’engagement doit être réorienté, changer de registre ou d’intensité.

38Peut-on parler de petites et de grandes crises ? L’acception commune fait de la crise un moment paroxystique, le point culminant d’un processus. De fait, c’est de cette façon que nous avons repéré le moment de crise dans les parcours biographiques, comme le paroxysme de l’anxiété et de la vulnérabilité. Toutefois, si l’on retient l’idée que la crise est inhérente à toute transition, dans la mesure où elle comporte une réorientation des engagements, il est possible de parler de petite crise, la difficulté du passage pouvant être vécue de façon moins intense qu’une exacerbation de l’angoisse et de la vulnérabilité. De ce point de vue, nous pouvons soutenir l’idée que les crises sont à la fois diffuses et limitées. Elles deviennent plus fréquentes au fur et à mesure que les situations de passage augmentent : des événements comme la perte d’emploi, le changement de profession, les restructurations, le divorce, etc., sont davantage répandus. Les passages sollicitent le travail de l’acteur, et donc son engagement. L’engagement dans l’action est la ressource requise.

Conclusion

39L’usage inflationniste du terme de crise a entraîné une diminution de son « rendement intellectuel » (Gauchet). Conçue en principe pour décrire le moment d’un cycle, la crise est devenue un état à la fois durable et général, souvent associé à toutes les situations qui produisent de la souffrance. Nous avons défini la crise comme un moratoire d’engagement dans une trajectoire structurante du parcours biographique, caractérisé par un régime temporel spécifique (isolement relatif, déphasage des rythmes de vie, décalage occupationnel, incapacité à engendrer un calendrier d’actes, « dépression temporelle ») que nous avons voulu distinguer du régime temporel de l’épreuve (confrontation à une temporalité de référence, négociation d’un calendrier, engagement dans une série d’actions).

40Cette conception de la crise est solidaire d’une position plus générale sur l’analyse des parcours de vie et des séquences qui les composent, notamment les transitions et les passages. Il s’agit de donner à l’analyse des parcours un contenu qui permette d’aller plus loin que la reconstitution d’une suite d’états et le recueil de la signification qu’ils revêtent pour les personnes. Le « séquençage » nécessite l’objectivation des moments qui les composent (crise, épreuve, etc.), des délimitations qui marquent leur passage et des modalités d’enchaînement séquentiel. L’architecture globale des parcours repose sur l’articulation entre différents niveaux de séquences (parcours, transitions, moments, seuils) et leur inscription dans un processus qui les englobe. L’identification du processus général apparaît comme un préalable à la définition des différentes phases.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A., 2001. « Turning point », in Time matters. On theory and method, Chicago, University of Chicago Press. Trad. « À propos du concept de turning point », in Bessin M., Bidard C., Grossetti M. (dir.), 2010. Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 187-211.

Arendt H., 1961. Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, Coll. Agora/Pocket.

Attias-Donfut C., 1988. Sociologie des générations : l'empreinte du temps, Paris, PUF.

Beck U., 1986. La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

Becker H., 1960. « Notes on the concept of commitment », American Journal of Sociology, 65, p. 312-321. Trad. 2006. « Sur le concept d’engagement », SociologieS, http://sociologies.revues.org/index642.html

Bensa A., Fassin E., 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, p. 5-20.

Bessin M., Bidard C., Grossetti M. (dir.), 2010. Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Bidart C., 2006. « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers Internationaux de Sociologie, 120, p. 29-57.

Bourdieu P., 1982. « Les rites comme actes d'institution », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 43, 1, p. 58-63.

Clot Y., 1998. La fonction psychologique du travail, Paris, Armand Colin.

Caradec V., 2004. Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, PUF.

De Coninck F., Godard F., 1989. « L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation. Les formes temporelles de la causalité », Revue Française de Sociologie, XXXI-1.

Demazière D., 2006. « Le chômage comme épreuve temporelle », in Thoemmes J., de Terssac G. (dir.), Les temporalités sociales : repères méthodologiques, p. 121-132, Toulouse, Octarès, coll. Le travail en débats.

Demazière D., 1992. Le chômage en crise ? La négociation des identités des chômeurs de longue durée, Presses Universitaires de Lille.

Dubar C., 2000. La crise des identités, Paris, PUF.

Dubet F., 1994. Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

Durkheim É., 1893. Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, coll. Quadrige.

Erikson E., 1972. Adolescence et crise. La quête de l’identité, Paris, Flammarion.

Fajardie F., 2003. Metaleurop. Paroles ouvrières, Paris, Mille et une nuits.

Gauchet M., 2009. « Conférence introductive : qu'est-ce qu'une crise ? », Rendez-vous d'Archimède, cycle La crise, Université de Lille 1.

Giddens A., 1987. La constitution de la société, Paris, PUF.

Grossin W., 1996.Pour une science des temps : introduction à l'écologie temporelle, Toulouse, Octarès.

Grossetti M., 2006. « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers Internationaux de Sociologie, 120, p. 5-28.

Habermas J., 1987. Théorie de l’agir communicationnel, tome I, Fayard.

Lahire B., 2001. « De la théorie de l’habitus à une sociologie psychologique », in Le travail sociologique de Pierre Bourdieu : dettes et critiques, Lahire B. (sous la dir.), Paris, La Découverte, p. 121-152.

Lahire B. 1998. L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.

Lazarsfeld P., Jahoda M., Zeisel H., 1981. Les chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit.

Leclerc-Olive M., 1997. Le dire de l’événement biographique, Lille, Septentrion.

Linhart D., Rist B., Durand E., 2002. Perte d’emploi, perte de soi, Paris, ERES.

Malsan S., 2007. « Licenciements collectifs : le prix d’une dette symbolique », Revue du Mauss, 29, p. 180-206.

Martuccelli D., 2002. Grammaire de l’individu, Paris, Gallimard, Coll. folio/essais.

Martuccelli D., 2006. Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Colin.

Mazade O., 2010. La reconversion des hommes et des territoires. Le cas Metaleurop, Paris, L’Harmattan.

Memmi D., 2003. « Faire consentir : la parole comme mode de gouvernement et de domination », in Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin p. 445-460.

Nisbet R., 1984. La tradition sociologique, Paris, PUF.

Schnapper D., 1994. L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard.

Ségalen M., 1998. Rites et rituels contemporains, Paris, Nathan, Coll. 128.

Strauss A., 1992. Miroirs et masques, Paris, Métaillié.

Van Gennep A., [1909] 1981. Les rites de passage, Paris, Picard.

Voegtli M., 2004. « Du Jeu dans le Je : ruptures biographiques et travail de mise en cohérence », Lien social et Politiques, 51, p. 145-158.

Haut de page

Notes

1  L’exemple typique est celui du chômage de masse, produit d’un dysfonctionnement systémique, désormais vécu comme un destin personnel.

2  Dans certaines circonstances, on peut même dire que l’imprévisibilité se trouve au centre d’enjeux de pouvoirs entre les syndicats, les salariés et la direction.

3  Environ les deux tiers des salariés se sont mobilisés dans les manifestations.

4  Les témoignages recueillis par l’écrivain Frédéric Fajardie dans son livre Metaleurop. Paroles ouvrières reviennent souvent sur cet aspect : « C’est drôle, mais c’est dans la lutte qu’on a tous fait vraiment connaissance. Ça aussi, c’est triste. C’est du gâchis : on a du boulot, on bosse dans la même boutique et on ne se connaît pas vraiment. Ça ferme, et là on apprend à se connaître, à aller les uns vers les autres » (2003).

5  Dix-huit mois après la fermeture (en juin 2004), 20 % des personnes interrogées déclarent avoir connu des « difficultés familiales (28 % des ouvriers), 46 % des « difficultés psychologiques ». 23 % ont eu un problème de santé. 44 % ont cessé leur activité associative mais 20 % en ont de nouvelles, principalement au sein de l’association des anciens salariés (enquête 2004, n = 260).

6  Les responsables de la structure d’accompagnement ressentent forcément ce moment où les demandeurs d'emploi se « sentent incapables de reprendre un boulot ailleurs » (refus d’offres, absence aux convocations, attentisme) : ils l’interprètent en termes de deuil et présentent le dépassement du deuil comme un préalable à l’engagement dans la recherche d’emploi.

7  La durée de l’indemnisation et la durée de l’accompagnement ne coïncident pas, ce qui rend cette temporalité composite.

8  Si l’on adopte la position selon laquelle rares sont les événements totalement imprévisibles, la séquence devient : processus critique/événement/processus résolutif.

9  Entre 2003 et 2009, 23 personnes sont décédées, dont 4 suicides dans les deux années qui ont suivi.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/1472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Mazade, « La crise dans les parcours biographiques : un régime temporel spécifique ? », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 05 juillet 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1472 ; DOI : 10.4000/temporalites.1472

Haut de page

Auteur

Olivier Mazade

CLERSE (UMR-CNRS 8019)
Faculté des sciences économiques et sociales
Bâtiment SH2
Université de Lille 1
59 655 Villeneuve d’Ascq
olivier.mazade@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page