Navigation – Plan du site
Autour de Hartmut Rosa

Une course fatale vers l’abîme ?

Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Rosa H., 2010. Accélération. Une critique sociale du temps, trad. D. Renault, Paris, La Découverte, coll. « Théorie Critique ».

Texte intégral

  • 1  La bibliographie, essentiellement germanophone et anglophone, est abondante. Le spécialiste frança (...)

1Cet ouvrage, traduit de l’allemand – il est paru initialement en 2005 - est appelé à marquer le paysage des recherches sur le temps. C’est un livre ambitieux, puisqu’il vise à établir « une sociologie du temps digne de ce nom » (p. 15), alors que, selon l’auteur, la masse des études de sociologie du temps souffre de « l’absence de lien systématique et solide avec la théorie sociologique » (p. 14). Disons-le tout net, il se révèle pour l’essentiel à la hauteur de cette ambition : impressionnant de rigueur et d’érudition1, bien écrit et traduit, il parvient à intégrer au sein d’une théorie de l’accélération fort séduisante les grands apports des auteurs classiques de la discipline – au premier rang desquels Marx, Weber, Durkheim et Simmel – ainsi que de multiples travaux théoriques et empiriques plus récents sur le temps. Héritier de l’École de Francfort – c’est un élève d’Axel Honneth - l’auteur appuie son argumentation sur un grand nombre d’enquêtes. Et pourtant, il laisse un goût d’inachevé : la radicalité du diagnostic ne confine-t-elle pas parfois à l’unilatéralité ? Les forces sociales susceptibles d’empêcher la course vers l’abîme qu’il nous décrit sont-elles si faibles que la catastrophe finale paraît quasiment inéluctable, sauf, seule piste suggérée par l’auteur dans ses dernières lignes, d’espérer en la seule relance d’une « théorie sociale contemporaine créative » afin, comme y invitait P. Bourdieu, « de s’opposer aux tendances immanentes de l’ordre social » (p. 373) ?

2Dans une longue introduction, H. Rosa entend développer son hypothèse centrale : « la modernisation n’est pas seulement un processus multidimensionnel dans le temps, mais […] elle désigne aussi et avant tout une transformation structurellement et culturellement très significative des structures et des horizons temporels et […] le concept d’accélération sociale est le plus adéquat pour comprendre la voie que prend cette transformation » (p. 16-17). En effet, « les structures et horizons temporels sont un, sinon le point de jonction entre les perspectives du système et les perspectives des acteurs », ils aident à comprendre le mystère classique en sociologie de la mise en adéquation de la logique de l’action et de celle du système : « les horizons et les structures temporels sont constitutifs de l’orientation de l’action et du rapport du sujet à lui-même ; en même temps ils échappent à la maîtrise individuelle dans la mesure où le temps, indépendamment de sa construction sociale, se manifeste vis-à-vis des acteurs comme une « donnée naturelle ». Comme la solide facticité du temps et sa nature sociale non moins réelle sont indissociablement liées, les structures temporelles constituent le lieu central de la coordination et de l’intégration des projets individuels de vie et des exigences « systémiques » (p. 17-18).

3L’idée d’une accélération du temps est loin d’être nouvelle, puisqu’elle accompagne la naissance de la modernité. H. Rosa va donc s’inscrire, tout au long de son livre, dans les débats entre « modernité » et/ou « post-modernité » ou « modernité avancée » (selon la formule de Simmel, qui a la préférence de l’auteur). Ce que nous vivons depuis une vingtaine d’années est-il une rupture radicale avec la modernité, ou plutôt – position qui est celle de l’auteur – une radicalisation de cette dernière provoquant une série d’effets paradoxaux, notamment d’accélération d’une part, de pétrification d’autre part ? « L’accélération sociale présente de manière constitutive dans la modernité franchit dans la « modernité tardive » un point critique au-delà duquel il est impossible de maintenir l’ambition de préserver la synchronisation et l’intégration sociale » (p. 35). Se produit alors un renversement dans lequel le temps lui-même, biographique et historique, subit une transformation qualitative : les modèles et perspectives temporels sont désormais redéfinis en permanence en fonction des situations et du contexte, ce qui produit des formes historiques inédites d’identité – « identité situative » - et de politique – « politique situative ». De fait, le projet de la modernité, celui d’une autonomie individuelle et collective, est abandonné.

4Le livre apporte une distinction analytique fondamentale entre trois dimensions de l’accélération : l’accélération technique, l’accélération des changements sociaux, l’accélération du rythme de vie. H. Rosa rappelle cette évidence trop souvent oubliée : l’accélération technique ne détermine pas nécessairement une accélération sur les deux autres plans ; au contraire, les gains temporels permis par l’accélération des processus techniques – notamment dans les transports ou les communications – peuvent libérer des ressources temporelles. Si ce n’est pas le cas, c’est que la croissance des activités est plus rapide que celle de l’accélération technique.

Fondements conceptuels

5La première partie de l’ouvrage pose les fondements conceptuels de la théorie proposée. Avant de s’appuyer sur les fondateurs de la sociologie pour construire son analyse de l’accélération, l’auteur rappelle que la modernité est, depuis la Renaissance, décrite comme une accélération dont on peut repérer les deux dernières grandes vagues : 1890/1910, puis depuis 1989. L’expérience de l’accélération et du manque de temps est inscrite dans cette modernité ; elle est plus un préalable qu’une conséquence de l’accélération technique. Le processus de modernisation peut s’interpréter de quatre grands points de vue, chacun d’entre eux ayant été privilégié par un auteur classique. Pour Marx, ce sont les transformations de la relation de la société avec la nature, dans le sens d’une instrumentalisation ou d’une domestication. Pour Weber, c’est le processus de rationalisation. Pour Durkheim, la différenciation sociale. Et pour Simmel, l’individualisation. Chacun de ces auteurs fait bien référence à l’expérience de l’accélération sociale, mais sans mettre la transformation de structures temporelles au cœur de son édifice théorique. Or le temps ne peut être réduit à une cinquième perspective qu’il suffirait d’ajouter. « Il est une dimension centrale et constitutive de ces phénomènes et l’accélération se révèle comme un aspect et un élément de chacune des quatre évolutions qui leur sont liées : elle semble même être le principe qui les relie et les anime en même temps, au sens où elle apparaît à la fois comme la cause et la conséquence de ces autres tendances de la modernité » (p. 82).

6H. Rosa précise ensuite sa définition de chacune des trois formes d’accélération. L’accélération technique est celle de processus orientés vers un but : transports, communications, fabrication, services, distribution, consommation. L’accélération du changement social est celle durythme auquel se transforment les formes de la pratique et les orientations de l’action, les formes de lien social et les modèles relationnels. Elle se traduit par la compression du présent, l’accélération du vieillissement social et culturel, le « non-simultané du simultané » : ce qui a encore cours dans un espace donné n’a plus cours ailleurs, et pas encore autre part. Cette seconde forme d’accélération se traduit par « l’augmentation du rythme d’obsolescence des expériences et des attentes orientant l’action, et comme un raccourcissement des périodes susceptibles d’être définies comme appartenant au présent, pour les différentes sphères des fonctions, des valeurs et des actions » (p. 101). L’accélération du rythme de vie enfin, est définieobjectivement par laugmentation, le raccourcissement ou la densification du nombre d’épisodes d’action ou d’expérience par unité de temps. Elle se traduit subjectivement par une recrudescence du sentiment d’urgence, de pression temporelle, d’une accélération contrainte engendrant du « stress », ainsi que la peur de « ne pas pouvoir suivre ». L’auteur précise ici que le sentiment de manquer de temps est une conséquence du manque de ressources temporelles, mais il ne dit rien du rythme « absolu » de vie. Il précise également que « tout » ne va pas plus vite, pour des raisons de limites naturelles, d’existence d’« îlots de décélération » que forment certaines sectes par exemple, de dysfonctionnements comme les embouteillages, ou encore de décélérations intentionnelles individuelles ou collectives. Mais toutes ces forces d’inertie ne représentent que des phénomènes résiduels et réactifs.

« Une phénoménologie de l’accélération sociale »

7La seconde partie du livre développe « une phénoménologie de l’accélération sociale » sur les trois plans que l’auteur a distingués.

8L’accélération technique provoque une accélération du régime spatio-temporel : les données spatiales deviennent moins importantes que les données temporelles dans la coordination et la synchronisation des chaînes globales d’action, et « le temps commence à perdre son caractère unilinéaire et sa fonction d’orientation parce que la relation entre les séquences et les chronologies semble se dissiper peu à peu » (p. 131). Internet, les outils de communication asynchrones, le mélange des genres historiques dans la postmodernité culturelle ou encore le recul du rôle de l’âge biologique dans l’ordonnancement des séquences biographiques illustrent cette tendance. Cette accélération technique fluidifie nos relations à l’espace, aux êtres humains et aux choses, et cause donc des déstabilisations identitaires majeures.

9Concernant l’accélération du changement social, H. Rosa reprend la métaphore des « pentes qui s’éboulent », imposant de courir aussi vite que possible pour rester à la même place. La compression du présent est une « diminution générale de la durée pendant laquelle règne une sécurité des attentes concernant la stabilité des conditions de l’action » (p. 143). « Tandis que la vitesse du changement, au début de la modernité, était intergénérationnelle, en passant par une synchronisation approximative avec la succession des générations dans la modernité classique, elle a augmenté jusqu’à atteindre un rythme tendanciellement intragénérationnel dans la modernité tardive » (p. 139). Les relations entre générations sont donc très perturbées, avec une « fracture » intergénérationnelle qui va en s’accentuant : jeunes et vieux vivent dans des sous-mondes isolés, ils vont « jusqu’à se nourrir différemment et parler une langue différente ». « Les expériences, les pratiques et les savoirs de la génération des parents deviennent pour les jeunes de plus en plus anachroniques et dépourvus de sens, voire incompréhensibles – et vice versa » (p. 145-146). D’ailleurs « sur le plan de la transmission culturelle, tout le monde s’accorde à reconnaître que, de nos jours, les enfants et les jeunes acquièrent de plus en plus les connaissances essentielles auprès de leurs pairs, et de moins en moins de leurs aînés ou de gens âgés ». On y reviendra, cette formulation semble discutable, si l’on accepte de considérer que la langue maternelle fait partie des « connaissances essentielles », ou encore si l’on prend en compte l’allongement du temps passé dans le système scolaire.

10Enfin, l’accélération du rythme de vie est définie comme une « multiplication des épisodes d’action et/ou d’expériences vécues par unité de temps en raison d’une pénurie des ressources temporelles » (p. 153). Elle peut s’évaluer objectivement – avec les budgets-temps notamment, qui font par exemple état de la diminution du temps consacré au sommeil ou aux soins personnels –, et chacun la ressent subjectivement au travers des catégories communes de « stress » et d’« urgence ». L’accélération du rythme de vie passe par trois stratégies : l’accélération de l’action elle-même, la réduction des pauses et des temps morts, et la réalisation simultanée de plusieurs tâches (multitasking). Le rythme d’augmentation des biens et informations disponibles étant supérieur à l’accélération de leur usage, se produit une raréfaction des ressources temporelles. Ce phénomène est accentué par le temps nécessaire pour opérer des choix de manière rationnelle et informée, pour coordonner et synchroniser les activités. Les processus de décision deviennent plus complexes. Chacun peut mesurer combien les performances accrues des outils de communication ont pu élever les attentes sociales en la matière : un délai de réponse de plusieurs jours à un email devient difficile à admettre. Finalement ce sont les activités considérées comme importantes et dignes d’efforts qui semblent disparaître ou être sans cesse remises à plus tard. Il semble qu’il n’y ait jamais le temps pour les choses importantes à long terme. Les objectifs non liés à des deadlines sont peu à peu perdus de vue.

Les causes de l’accélération

11La troisième partie du livre est consacrée aux causes de l’accélération. Reprenant, dans un ordre différent, l’examen de ses trois registres, H. Rosa souligne qu’il s’agit d’un processus « autoalimenté » et « circulaire ». Ainsi, quand les ressources temporelles diminuent, cherche-t-on à densifier les épisodes d’action, soit en accélérant par de nouvelles techniques, soit en raccourcissant les pauses, soit par le multitasking. L’accélération technique provoque des changements qui sont aussi qualitatifs dans le registre de l’accélération du changement social. Les horizons d’expérience et d’attente doivent être constamment révisés, il est de plus en plus difficile d’assimiler culturellement des changements toujours plus rapides, de les intégrer dans une histoire qu’on charge de sens par des modèles narratifs. L’accélération du changement social est donc, à son tour, un puissant moteur de l’accélération du rythme de vie.

12Mais cette « spirale de l’accélération » renvoie elle-même à « trois moteurs sociaux externes », distincts et extrêmement puissants.

13Le moteur économique, celui de la gestion capitaliste : il se traduit par la recherche d’une augmentation de la productivité (de la production par unité de temps) et d’une avance technologique sur les concurrents, et par la nécessité d’accélérer la reproduction du capital. Pour autant, H. Rosa juge que « bien plus que les antagonismes de classes et les contradictions sociales qui en résultent, ce sont les contraintes et les promesses de l’accélération et de la croissance inhérentes à l’économie capitaliste qui marquent, de manière de plus en plus accentuée, les formes de la vie et de la société dans la modernité » (p. 210).

14Le moteur culturel, avec le rôle fondateur de l’éthique protestante, transposé désormais dans le registre immanent de la compétition sociale, entretient la peur de se tenir sur « les pentes qui s’éboulent » et l’espoir de la richesse et d’une vie plus profitable en vivant plus vite.

15Le moteur sociostructurel enfin : chaque domaine (et sous-domaine) de la vie sociale de chacun d’entre nous apparaît comme concurrent et perturbant pour les autres. S’il n’est pas chargé de tâches à réaliser il passera au deuxième plan. Chacun des sous-systèmes du système est donc contraint « de l’extérieur » à une augmentation du rythme des opérations. La différenciation fonctionnelle de la société a entraîné une dé-différenciation temporelle et spatiale : la planification rigide du temps est remplacée par des arrangements temporels flexibles et des oscillations micro-temporelles entre les exigences des différentes sphères fonctionnelles. C’est ce que H. Rosa baptise la « temporalisation du temps » : les séquences consacrées à chaque domaine d’activité sont déterminées dans le temps lui-même, et non plus fixées comme blocs de temps fixés en fonction des tâches. En témoignent la fragmentation des pratiques temporelles et les tendances au multitasking.

16Les institutions (l’État, l’armée), après avoir été de puissants facteurs de l’accélération sociale, sont devenues un frein à cette dernière : l’espace démocratique est remis en question parce qu’il exigerait trop de temps, notamment du temps de délibération, pour faire face à la complexification des questions ; au plan militaire l’enjeu n’est plus la destruction d’un ennemi devenu insaisissable, mais la neutralisation de son infrastructure.

Les conséquences de l’accélération

17La quatrième et dernière partie du livre s’attache à décrire les conséquences de l’accélération. Depuis les années 1970, nous serions dans un moment critique où se produirait un renversement du rapport des sociétés à elles-mêmes, tant sur un plan individuel que collectif. Ce renversement s’impose à grande échelle depuis 1989, avec la conjugaison de révolutions politique, numérique et économique. La vitesse et l’absence de résistance au déplacement des informations, de l’argent, des marchandises, des hommes, des idées et des maladies ont atteint une nouvelle dimension. « La nouveauté de l’époque actuelle consiste en ce que le rythme du changement social a dépassé un seuil critique – celui de la vitesse de succession des générations – et contraint par conséquent à adopter un modèle de perception et d’assimilation du temps que l’on pourrait désigner comme une temporalisation du temps lui-même, et par conséquent comme une détemporalisation de la vie, de l’histoire, de la société » (p. 269).

18Au plan des formes de l’identité, H. Rosa décrit la montée d’une « identité situative ». Il observe une « fluidification des structures du soi stables d’antan, au bénéfice d’un rapport à soi ouvert, expérimental, fragmenté et avant tout transitoire » (p. 276-277). Les composantes de l’identité « sont désormais presque librement combinables et révisables à loisir. Les familles, les métiers, les obédiences religieuses, les préférences politiques et les réseaux amicaux ne sont plus des points fixes de la vie […] mais ils peuvent à tout instant être révisés du fait du propre choix du sujet, ou par une décision prise par d’autres que lui-même » (p. 284). La fixation dans l’une des dimensions perd son pouvoir prédéterminant sur les possibilités de choix dans d’autres dimensions. L’identité devient transitoire. « Toutes les positions et décisions (fondatrices de l’identité) cessent de se rapporter à l’être pour se rapporter au temps » (p. 285) : « Savoir qui l’on est à qui l’on a affaire à un moment donné […] La cohérence et la continuité du soi deviennent ainsi dépendantes du contexte, construites de manière flexible, et sa stabilité ne repose plus sur des identifications substantielles » (p. 291). L’auteur précise tout de même qu’« une telle description ne désigne naturellement que la forme extrême de ce processus à partir duquel on ne peut même plus parler d’identité ». Il pense cependant qu’on peut toujours parler d’identité, puisque si cette dernière est « le sens de ce que l’on est qui procure une capacité d’orientation et d’action, ce sens se transforme sans que se perde le sentiment de l’identité qui guide l’action et la décision dans tous les contextes pratiques » (p. 293). Même si cette « identité situative » ne décrit pas la réalité sociale de la majorité des êtres humains, elle décrit un modèle de rapport à soi qui correspond à l’évolution structurellement et culturellement dominante de la société contemporaine, et qui peut se traduire par la montée de symptômes dépressifs associés à une incapacité à agir.

19Au plan des formes de la politique, l’auteur identifie également l’émergence d’une « politique situative ». Les temps modernes ont assisté à une temporalisation des utopies typiques, c’est-à-dire que les conceptions d’une société alternative ne sont plus restées dans un espace imaginaire u-topique, mais ont été projetées dans le futur. Aujourd’hui, la crise du temps de la politique se manifeste nettement par la désynchronisation entre ce temps de la politique et les structures temporelles des autres sphères sociales. La politique est contestée dans son rôle, qui était de dicter le rythme des évènements sociaux. Elle perd ses ressources temporelles pour trois raisons : faute de pouvoir freiner l’accélération des autres domaines, elle s’efforce de la suivre ; des domaines toujours plus nombreux font l’objet de confrontations politiques et d’appel à la réglementation, donc le temps manque au fur et à mesure que le nombre de domaines où il faut décider augmente ; enfin le besoin de planification croît au rythme où se réduit la portée prospective du planifiable, le politique se contente de parer aux urgences des échéances, les solutions provisoires remplacent les grands projets sur le mode du bricolage. En plus de la pression à l’accélération externe, il y a une incapacité croissante de la politique à l’accélération interne : la portée temporelle des effets des décisions politiques augmente (irréversibilité des effets des techniques de l’atome ou du génie génétique) ; le temps nécessaire à la prise de décision rationnelle s’accroît car on a de moins en moins de certitudes sur la stabilité des conditions dans lesquelles on la prend ; et surtout il devient de plus en plus difficile de parvenir à un consensus, car le consensus sur les valeurs est moins prévisible. Finalement, le temps de la politique est révolu. La politique n’agit plus, elle réagit.

20Avant de conclure sur la portée critique de sa théorisation et sur les scénarii que l’on peut anticiper à partir d’elle, H. Rosa revient sur le paradoxe d’une accélération accompagnée d’une « pétrification structurelle ». Reprenant à Paul Virilio l’expression d’« immobilité fulgurante », où « rien ne reste ce qu’il est sans que quelque chose d’essentiel se transforme » (p. 344), l’auteur montre qu’au plan culturel comme au plan structurel, accélération et immobilisation vont désormais de pair. Sur le plan culturel, les transformations rapides dissimulent une absence d’évolution ; sur le plan structurel, les risques d’incidents et d’accidents majeurs se précisent : la différenciation fonctionnelle s’accompagne d’une perte de gouvernance, la rationalisation d’une perte de sens, la maîtrise de la nature de sa destruction, l’individualisation d’une perte d’autonomie. H. Rosa récuse la valorisation par la philosophie post-moderne d’une telle perte d’emprise théorique et pratique des individus et des sociétés. Mais sa théorie critique permet-elle d’imaginer un autre avenir que cette perte de tout contrôle de l’humanité sur son devenir ?

21H. Rosa inscrit explicitement son travail dans le prolongement des théories critiques de l’École de Francfort. Selon lui, la première théorie critique visait « les conditions de production », la seconde « la compréhension mutuelle », la troisième « la reconnaissance » : la prise en compte des structures temporelles permettrait de prolonger cette dernière théorie critique en portant au jour les sources des « pathologies de l’accélération » et les nouvelles formes d’aliénation qu’elles expriment, comme la multiplication des relations superficielles et inauthentiques aux êtres et au monde. Elle éclairerait également les raisons de la désynchronisation des sous-systèmes sociaux, dont les menaces de catastrophes écologiques sont l’un des symptômes les plus graves.

Une course effrénée à l’abîme

22L’auteur évoque finalement quatre scénarios possibles, dont le premier, celui d’une course effrénée à l’abîme est, selon lui, de loin le plus vraisemblable. Il le voit comme la catastrophe finale de l’écosystème, ou un effondrement total des hiérarchies sociales et axiologiques modernes. Il en cite quelques variantes, comme des catastrophes nucléaires ou climatiques, de nouvelles maladies se propageant à une vitesse fulgurante, de nouvelles formes d’effondrement politique, l’éruption d’une violence incontrôlable. Les trois autres scénarios lui paraissent bien moins vraisemblables : l’élaboration d’une nouvelle forme de contrôle et de stabilisation institutionnelle du processus d’accélération (le projet de la modernité serait alors conciliable avec de nouveaux dispositifs plus dynamiques) ; l’imposition d’une exigence organisatrice aux forces accélératrices en voie d’autonomisation, sorte de « freinage d’urgence », mais qui signifierait l’abandon du processus de modernisation, une sortie de l’histoire radicale et révolutionnaire, une révolution contre le progrès ; enfin l’abandon définitif du projet de la modernité, avec la naissance de formes authentiquement post-modernes de la subjectivité et de la politique, formes traduisant le renoncement à toute ambition d’autonomie et de gouvernance.

  • 2 Voir à ce sujet les réflexions de Carmen Leccardi à propos de la portée du mouvement de critique de (...)

23L’insatisfaction du lecteur provient d’abord de cette impression d’enchaînement et de déchaînement implacable des forces de l’accélération, qui conduisent l’espèce humaine à sa perte. Certes, H. Rosa relève l’existence de quelques tendances et acteurs qui s’y opposent, mais elles sont de l’ordre de la lutte du pot de terre contre le pot de fer. Le lecteur s’interroge également devant des développements qui radicalisent des tendances à l’œuvre. Même si l’auteur prend soin de préciser de temps à autre qu’elles ne concernent pas la majorité de la planète ni de la population, qu’il s’agit de « formes extrêmes » indiquant la direction de l’évolution, on reste sceptique devant certaines formulations. Ainsi en est-il des passages sur l’incapacité croissante des générations anciennes à transmettre quoi que ce soit aux nouvelles compte tenu de la vitesse des transformations sociales, ou encore sur l’affirmation d’une « identité situative » des sujets. Comment soutenir en même temps que « savoir qui l’on est dépend de à qui l’on a affaire à un moment donné », que « la cohérence et la continuité du soi deviennent dépendantes du contexte », mais que demeure « le sentiment de l’identité qui guide l’action et la décision dans tous les contextes pratiques » ? Au-delà de la résistance empirique à la fluidification sociale d’une série de dispositifs temporels issus de la modernité, comme la séquence « scolarisation-vie active-retraite », la stabilité de l’emploi d’une part importante de la population active, le crédit à la consommation (qui aurait même tendance à s’allonger pour ce qui est du crédit à l’accession à la propriété du logement) on pourrait évoquer la transmission de la langue maternelle comme modalité de la continuité culturelle intergénérationnelle. Plus au fond, H. Rosa est-il suffisamment attentif à la multiplicité des temps, à l’existence de multiples temps dominés et aux temps des dominés, dans leurs potentialités à refonder une ou des alternatives au mode dominant de l’accélération ? S’il est clair qu’une course de vitesse est engagée entre les forces des marchés et celles qui se construisent pour un développement durable et solidaire de la planète2, une reconquête du temps libre, ou encore le maintien des solidarités entre générations, ces dernières sont-elles battues d’avance ? C’est sans doute en articulant mieux les contradictions sociales (notamment de classes) avec la logique de l’accélération – plutôt que de les opposer et de minorer les premières, comme le fait H. Rosa - que l’on pourrait avancer dans cette voie.

Haut de page

Notes

1  La bibliographie, essentiellement germanophone et anglophone, est abondante. Le spécialiste français regrettera sans doute l’absence de quelques auteurs comme Maurice Halbwachs, William Grossin ou Philippe Zarifian.

2 Voir à ce sujet les réflexions de Carmen Leccardi à propos de la portée du mouvement de critique de la mondialisation néo-libérale. « Nouvelles perspectives temporelles dans la « société de l’accélération », Revue des Sciences de Gestion, 49, 2005, pp. 23-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Une course fatale vers l’abîme ? », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://temporalites.revues.org/1501

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Directeur de recherche au CNRS
Laboratoire d’économie et de sociologie du travail
Universités de la Méditerranée et de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page