Navigation – Plan du site

La grève comme drame social

Lecture ethnologique d'un conflit dans les transports urbains
Strike as a social drama, an anthropological analysis of an urban transportation conflict
Ghislaine Gallenga

Résumés

Cet article propose une lecture ethnologique de la grève dont la Régie des Transports de Marseille (RTM) a été le théâtre en 1995-96, en l’associant à la grille d’analyse du drame social selon l’acception de Victor Turner. L’analyse de la grève s’inscrit dans le cadre d’une lecture diachronique des processus de « modernisation » des entreprises de service public. La méthode ethnographique retenue pour la recherche est celle de l’immersion avec occupation d’un poste de travail - chauffeur de bus dans un dépôt d’un quartier dit sensible de Marseille lors de l’éclatement de la grève. À travers une analyse ethnographique détaillée des phases successives de ce drame social - rupture, crise, ajustement, réintégration - l’article souligne les effets de rupture que celui-ci a engendrés ainsi que la visibilité majeure de certains symboles hérités de la communitas. Ceux-ci marquent la phase de crise à l’intérieur du drame social de la grève. La grève de décembre 1995 - janvier 1996 s’est transformée en un marqueur identitaire et est devenue, à l’instar de « la Grande guerre », dans l’évocation de maints traminots, « la Grande grève ».

Haut de page

Texte intégral

1Polysémique et complexe, la crise est un concept qui revêt une pluralité d’acceptions selon la personne ou l’entité qui l’expérimente : un individu, un groupe, une organisation, une société, un État (Stern, 2005). Ainsi, selon les événements qu’elle qualifie – krach boursier, guerre, conflits interethnique, crise sanitaire, conflits interpersonnels… – et selon l’allégeance scientifique des chercheurs qui l’analysent, elle renvoie à un arsenal conceptuel spécifique. Un conflit social, une grève dans le travail, peuvent être considérés comme une crise. Cessation collective et concertée du travail, la grève correspond à un moment emblématique des crises sociales. Elle se caractérise par une rupture temporelle du travail et des rythmes quotidiens. Chaque grève est dotée d’une temporalité propre qui répond, d’une part, à une dimension particularisable – mobilisation d’actions diverses et unicité du quotidien – et, d’autre part, à une dimension généralisable – structure et phases normatives.

2Dans cette temporalité propre à chaque grève, il est possible d’établir une distinction entre plusieurs éléments temporels constitutifs. Le temps de la grève peut être appréhendé comme un temps quotidien, c’est-à-dire comme la façon dont les grévistes occupent ce « temps de non-travail au travail ». Il peut s’agir, par exemple, de montrer comment les syndicalistes peuvent et doivent se transformer en animateurs pour entretenir la mobilisation des grévistes ou de décrire ce à quoi s’adonnent les acteurs en temps de grève. Or, ce temps de grève peut être également étudié de façon holistique. En d’autres termes, cela revient à analyser la temporalité de la grève en tant que telle, la manière dont elle se structure et se séquence.

3En tant qu’anthropologue, je définis le terme de crise selon l’acception de drame social développé par Victor Turner en 1974 dans son ouvrage Dramas, fields and metaphors. En effet, la notion de drame social y apparait précise et riche, et inclut une temporalité : une introduction, un développement, une clôture. Cela permet, en outre, de répondre aux questions habituellement soulevées quand on traite de la crise en général et de déterminer plus spécifiquement à partir de quand et jusqu’à quand on se situe dans la crise. J’opterai ici pour l’analyse de la temporalité que je qualifie de « temps suspendu » dans le travail, à savoir celle du temps de la grève entendu dans la perspective holiste d’un conflit social. Cet article propose ainsi une lecture ethnologique de la grève dont la Régie des Transports de Marseille (RTM) a été le théâtre en 1995-96, en l’associant à la grille d’analyse du drame social selon l’acception de Victor Turner. Ce modèle qui s’est révélé pertinent pour interpréter les actions qui ont caractérisé la grève dans les transports urbains constitue le fil rouge de mon analyse. Celle-ci s’inscrit dans le champ de l’ethnologie de l’entreprise et plus précisément dans le cadre d’une lecture diachronique des processus de « modernisation » des entreprises de service public. La méthode ethnographique retenue est celle de l’immersion avec occupation d’un poste de travail : chauffeur de bus dans un dépôt d’un quartier dit sensible de Marseille lors de l’éclatement de la grève (Gallenga, 2005). Je traiterai du contexte tant sur le plan national que local du conflit social de 1995, puis j’aborderai le modèle de Turner concernant les phases des drames sociaux, avant de développer la façon dont la grève à la RTM s’est déroulée et structurée.

1. Les contextes national et local du conflit social de 1995

4En se replaçant dans le contexte des années 80, il est possible d’associer Marseille à un lieu d’expérimentation de la gestion des transports en commun, secteur dont les enjeux relèvent du cadre national. La stratégie de « modernisation » adoptée à la RTM s’est appuyée sur une politique d’entreprise axée systématiquement sur l’abaissement des coûts de production. La Régie a ainsi découvert les contraintes d’une logique marchande à laquelle elle n’avait que rarement été confrontée. Cet aspect financier a placé les cadres dans un univers de concurrence interne à l’entreprise, à l’image de celle qui existe dans le secteur privé. Le droit syndical est de plus en plus attaqué dans cette période de recrudescence des conseils de discipline. Les agissements patronaux ont généré une fragmentation du front syndical, source d’une léthargie revendicative au sein de la RTM.

5La concrétisation de cette approche a eu un impact profond sur les modes de pensée traditionnels dans l’entreprise et a débouché sur une mutation complète de celle-ci. En effet, le slogan de la modernisation de tout service public – « l’usager devient un client » – est repris et martelé comme un credo, la direction de la RTM allant même jusqu’à inverser la pyramide hiérarchique de l’organigramme et à positionner le client à son sommet et le directeur général à sa base. En 1992, la direction dénonce les accords d’entreprise et entérine douze mois plus tard, grâce à la fracture du front syndical, le « chantier 3 » qui stipule clairement que les nouveaux embauchés travailleront plus d’heures par semaine que leurs collègues moyennant un salaire inférieur. C’est la naissance du double statut, élément central de la grève de 1995-96.

6En novembre 1995, les agents de la RTM se joignent aux grèves et aux manifestations interprofessionnelles des fonctionnaires qui protestent à travers la France contre le plan Juppé de réforme de la Sécurité Sociale. Il n’est pas possible alors de prévoir la tournure beaucoup plus spécifique et radicale que va prendre leur mouvement. La forte détermination manifestée par les traminots marseillais attirera l’attention nationale sur les enjeux de cette grève, qui sera perçue comme un test de la possibilité de réformer le service public en France.

7La grève de décembre 1995, qui a tant mis la RTM à l’épreuve, s’est inscrite dans un contexte national bouleversé. Jamais une grève de la fonction publique aussi importante, immobilisant le pays entier, n’a obtenu une telle adhésion, voire autant de sympathie de la part de l’opinion. Pour tenter de comprendre ce mouvement et le soutien de la population, il faut se rappeler que la politique d’austérité économique du gouvernement pour accéder à la monnaie unique européenne était au cœur des conflits d’intérêts entre les gouvernants et les Français.

« Ce soulèvement populaire a répondu à la crainte croissante de voir la politique d’insertion de l’économie française dans l’économie européenne et mondiale se traduire par un chômage croissant, une extension de la précarité, un recul de la protection sociale et même une baisse des salaires »

8analyse le sociologue Alain Touraine (1996, p. 14). Si les fonctionnaires ne sont plus protégés par leur employeur – l’État – alors tout le monde doit se sentir menacé. Or cette menace est d’autant plus inacceptable que les entreprises récoltent des bénéfices en même temps que le chômage augmente. « La société paraît payer la prospérité de l’économie et ne plus en bénéficier », explique Didier Lapeyronnie (1996, p. 146). Ce contexte immédiat du conflit de 1995 prenait racine dans une déstructuration beaucoup plus profonde de la société française. Les Trente glorieuses semblent bien loin et, comme le rappelle Michel Wieviorka(1996, p. 260):

« Le conflit de classe s’est déstructuré, et les luttes ouvrières, si légitimes qu’elles soient, ne peuvent plus prétendre incarner un principe universel. À la place de l’ancien conflit de classe, à côté de ses débris plus ou moins catégoriels ou corporatistes, ou de ses expressions désormais institutionnalisées, s’élargit la béance de ce que l’on désigne en France par deux expressions plus complémentaires que concurrentes : l’exclusion, la fracture sociale. »

9Cette peur de l’exclusion et de la fracture sociale a formé un terreau fertile pour la grève de 1995. Le conflit à Marseille s’est achevé début janvier et les traminots ont obtenu satisfaction par l'abrogation du double statut. Cette grève de 33 jours, exceptionnellement longue, soutenue par l’ensemble des syndicats et bénéficiant d’un taux très élevé de grévistes, occupe une place spécifique dans l’histoire de la RTM.

10Après avoir esquissé certains éléments de contexte, je vais maintenant présenter la notion de social drama.

2. Victor Turner et la notion de social drama

11Avant de procéder à une application concrète de cette notion au cas de la RTM, il est utile de situer brièvement sa genèse. Les origines d’une lecture processuelle des dynamiques sociales, une lecture qui se concentre précisément autour de l’outil conceptuel de social drama, remontent aux travaux de terrain de Victor Turner dans les années cinquante chez les Ndembu de Zambie. Par ce biais, Victor Turner se démarque du courant principal de l’anthropologie anglaise, qui à l’époque avait tendance à proposer une vision anhistorique des phénomènes sociaux au sein des sociétés tribales africaines. Il se concentre sur la rigidité du « temps structurel » et sur la répétitivité des « cycles » (domestiques, lignagers, etc.). L’expérience de terrain chez les Ndembu a donc mené cet anthropologue anglais à adopter une posture interprétative dynamique. L’une des caractéristiques de la vie villageoise chez les Ndembu résidait en effet dans une forte propension aux conflits, qui se manifestaient dans des épisodes publics où la tension faisait irruption. Pour en rendre compte, Victor Turner les considère comme des « drames sociaux ».

« Social dramas took place in what Kurt Lewin might have called "aharmonic" phases of the ongoing social process. When the interest and attitudes of groups and individuals stood in obvious opposition, social dramas did seem to me to constitute isolable and minutely describable units of social process. Not every social drama reached a clear resolution, but enough did so to make it possible to state what I then called the “processional form” of the drama » (Turner, 1974, p. 33)

12L’analyse processuelle a animé quelques monographies célèbres de cet auteur, notamment Schism and Continuity (1957) et The Drums of Affliction (1968). Là où maints anthropologues n’ont vu que fixité et répétition cyclique, Victor Turner décèle une alternance entre des « processus lents » – dont certains sont tellement lents qu’ils peuvent paraître immobiles ou stationnaires – et des « processus rapides », marqués par un caractère singulier et contingent. De ces processus rapides les drames sociaux constituent un cas de figure important.

  • 1  Il l’a montré par exemple en relation aux sagas islandaises, au Moyen Âge anglais, à la Révolution (...)

13Dans d’autres travaux, Victor Turner a exploré les implications comparatives du concept de drame social et s’est efforcé de montrer que la structure processuelle qu’il avait isolé chez les Ndembu constituait une charpente bien répandue dans d’autres sociétés. Le concept de drame social se prêtait ainsi, à son avis, à l’analyse de phénomènes se plaçant à des échelles et à des niveaux de complexité extrêmement variés1.

14Le fait de se concentrer sur l’analyse des drames sociaux, Victor Turner l’a bien montré, représente une posture stratégique sur le plan heuristique. Le conflit, qui leur est inhérent, met à nu des aspects fondamentaux de la vie sociale qui restent souvent dans l’ombre dans la vie quotidienne, lors du déroulement de processus plus lents et plus « harmoniques ». La rupture engendrée par les drames sociaux oblige ainsi les acteurs à faire des choix, à prendre position, à trancher entre des loyautés multiples et parfois contradictoires. Les drames sociaux sont aussi des moments où des métaphores profondes font surface et deviennent plus visibles pour l’analyste de la vie sociale.

15Pour faciliter la tâche comparative, Victor Turner a dressé un profil diachronique des drames sociaux, en isolant quatre phases principales à l’intérieur des processus anharmoniques (ou dysharmoniques) qui se manifestent dans des situations de conflit (Turner, 1974, 37-42).

16La première phase est celle de la rupture (breach). La rupture manifeste et publique des relations sociales régulières, régies par le respect de normes, entre des individus ou des groupes qui s’inscrivent dans le même système (ou champ) social : un village, une usine, un parti politique, un département universitaire, etc. Cette rupture passe par le non-respect intentionnel, chargé d’une valeur symbolique, d’une ou plusieurs des normes qui organisent l’interaction entre les parties.

17La deuxième phase coïncide avec la crise (crisis). Une fois la brèche ouverte, elle s’élargit, en suivant la géométrie des clivages existant dans le champ social où se situent les parties antagonistes. On assiste ainsi à une montée de la crise. Dans cette phase de danger et de suspens, les masques tombent, la vraie nature des relations sociales apparaît. La crise représente une marge, elle est dotée d’un caractère liminal. Ce n’est pas, pourtant, la liminalité des rituels, dont les frontières sont bien tracées. Dans ce cas, la liminalité fait irruption dans des espaces qui lui sont normalement étrangers.

18La troisième phase est celle du réajustement (redressive action). Pour limiter et résoudre la crise, des membres représentatifs des parties en lutte mettent en œuvre des mécanismes de réajustement. Même dans ce cas, on peut assister à une escalade. Dans la phase de réajustement, les techniques pragmatiques et l’action symbolique atteignent leur expression la plus complète. C’est le moment où les parties impliquées accèdent à la conscience la plus claire des enjeux de la confrontation. Cette phase est également dotée de caractéristiques liminales. Si l’action de réajustement échoue, on peut constater une régression vers la crise. À ce point, l’utilisation de la force est possible, ainsi que l’établissement d’une conflictualité endémique.

19La dernière phase mène à la réintégration (reintegration) du système social perturbé ou à la reconnaissance d’une scission irréparable entre les parties en lutte.

20Dans l’ensemble, ce modèle s’est révélé pertinent pour interpréter les événements qui ont caractérisé la grève de 1995-96. Il ne s’agit pas ici d’appliquer ce schème de façon mécanique en ignorant les variations d’échelle et les sédimentations historiques qui influencent les événements marseillais. En termes généraux, on peut affirmer que le déroulement typique d’une grève – de chaque grève, probablement – est susceptible d’être lu avec les outils interprétatifs du drame social. Il est facile d’y isoler des phases de rupture, de crise, de réajustement et de réintégration. Cependant, il ne faut pas oublier que la gestion des conflits dans le monde du travail a fait l’objet d’une routinisation qui tend à gommer les composantes les plus dramatiques. En outre, la multiplicité des échelles auxquelles se déroule souvent le conflit – des acteurs locaux aux instances syndicales et politiques nationales – contribue également à une certaine érosion des manifestations plus ouvertes de la confrontation.

3. La lecture d’un conflit social

Première phase : la rupture

21Comme le dit Turner, la première phase, celle de la rupture, passe par le manquement à une ou plusieurs des normes qui organisent l’interaction entre les parties. Fin novembre 1995, la mobilisation s’amplifie en France avec le ralliement d’autres services publics et la CGT de la Régie des transports marseillais (RTM) invite l’ensemble des syndicats à une rencontre pour élaborer une plateforme revendicative commune. Cette rencontre se termine par un appel unitaire à la grève pour le 7 décembre. On se dirige vers une grève professionnelle sur une plate-forme revendicative locale, qui oublie les enjeux liés au plan Juppé. Les syndicats dénoncent un retard des salaires et émettent des inquiétudes sur les conditions de travail et l’emploi.

22Le conflit débute donc le 7 décembre à la RTM. Les syndicats des traminots marseillais s’engouffrent, avec beaucoup de retard, dans la brèche provoquée par la mobilisation nationale contre le plan Juppé. Les premiers jours, la grève n’est pas suivie de façon unanime. En effet, le métro, objet constant de discussions et de dissensions en période de conflit, ne comptait qu’un nombre restreint de grévistes engagés dans l’arrêt général du travail. L’adhésion est beaucoup plus importante dans le réseau de surface. Avec 90 % en moyenne de grévistes dans les dépôts, aucun bus ne circule dès le premier jour de la grève. L’une des difficultés de la communication syndicale dans la RTM réside dans l’éclatement des personnels sur le terrain. Les quatre dépôts de bus, les deux dépôts de métro, les zones d’atelier et le pôle administratif représentent autant d’entités indépendantes sujettes à des discordances en matière de communication. Cet éclatement des personnels génère souvent un décalage dans les discours tenus par les diverses sections syndicales.

23La traditionnelle fête de Noël qui tous les ans, dans la première quinzaine de décembre, se déroule au Palais des Sports de Marseille, va servir de liant aux revendications de la corporation dans les différents secteurs de l’entreprise. En 1995, elle a lieu le 9 décembre, c’est-à-dire le troisième jour de grève. Cette fête de fin d’année est l’un des rares moments où toute la « population » RTM se trouve réunie. Tout est axé sur cette grève qui a débuté trois jours auparavant. Il n’est question que du conflit qui démarre, et paradoxalement, les uns et les autres prennent conscience du fait que ce conflit s’adosse à la toile de fond du plan Juppé. En fait, on découvre qu’il ne sert que de « pied dans la porte » aux problèmes internes de la RTM. Cette journée va ainsi permettre d’harmoniser le discours ambiant et de structurer solidement les bases psychologiques d’un conflit qui n’en est qu’à ses balbutiements.

24Alors, pour la première fois depuis très longtemps, une intersyndicale est créée à l’instigation de la CGT. Les traminots parlent, discutent, tentent de rallier ceux qui les premiers jours de grève n’ont pas répondu présent à l’arrêt de travail. Cette journée aura permis de lisser le sens des revendications, de gommer certaines incompréhensions et surtout d’enrichir l’esprit revendicatif général face à un mécontentement croissant. Comme cela a été mentionné plus haut, la première phase de rupture n’est pas sanctionnée par un geste éclatant et symbolique mais induite par les événements nationaux, elle s’installe progressivement.

Deuxième phase : la crise

25Dans le sens de Turner, la deuxième phase correspond à la montée de la crise, à l’apparition de la vraie nature des relations sociales. En outre, elle est marquée par un caractère liminal, sorte d’entre-deux. Les manifestations interprofessionnelles qui se déroulent un peu partout en France ouvrent une brèche vers une mobilisation plus spécifique.

26Au cours des premiers jours de grève, une situation de crise s’installe progressivement. Deux états d’esprit s’opposent : d’un côté, une dignité récupérée, la conscience de la force du nombre et d’une cohésion retrouvée ; de l’autre, l’état d’esprit de la direction, la volonté de poursuivre le chemin entamé sans céder aux pressions des travailleurs. Le clivage entre les deux parties s’accentue nettement tout en mettant en scène des positions irréconciliables. En d’autres termes, le conflit s’installe et est destiné à durer… Tous ensemble, le mot d’ordre des travailleurs de la fonction publique pour inviter ceux du privé à se joindre à la mobilisation, se charge de connotations symboliques locales. Tous ensemble avec les autres travailleurs en lutte, d’abord. Puis, les syndicats de la RTM sont tous ensemble et dépassent les fractures des années précédentes. Tous ensemble, enfin, entre les différents secteurs de l’entreprise, les anciens et les jeunes, les travailleurs au statut traditionnel et ceux au nouveau statut.

27Pendant la grève, le dépôt devient le pivot de la vie des grévistes, comme en atteste la description suivante d’une journée type dans un dépôt. La télévision reste allumée en permanence dans la cantine et sert de fond musical. Au petit matin, ceux qui ne dorment pas au dépôt arrivent seuls ou par petits groupes après s’être arrêtés devant le feu que quelques collègues alimentent sans cesse. Puis ils se dirigent vers la cantine transformée en véritable quartier général où chacun vient se sustenter d’un café matinal, s’enquérir des dernières nouvelles et, pour certains, des événements de la veille. La cantine ressemble à un cercle de quartier. On y trouve des joueurs de dés, de cartes et de dominos ; d’autres grévistes, attablés ou au comptoir, discutent. L’ambiance y est bon enfant et d’apparence festive. La matinée avance lentement. Soudain, le premier flash info de M6 résonne. Des cris s’élèvent dans la salle : « Taisez vous ! Taisez vous ! Et monte le son ! Ils parlent de nous ? » Quelques instants, l’espace de quelques minutes d’information, tous les regards sont dirigés vers ce téléviseur. Un silence relatif baigne la cantine et rompt le brouhaha ambiant. Une fois le spot d’information passé, chacun y va de son commentaire. Jusqu’aux prochaines nouvelles, la vie bat à nouveau son plein dans la cantine. Aux environs de sept heures du matin, les grévistes sont déjà en nombre sur le site. Ils se regroupent autour du feu, la circulation devant le dépôt devient de plus en plus dense. C’est le moment que choisissent les traminots pour distribuer des tracts aux automobilistes. Ils tirent parti des embouteillages matinaux pour converser avec les automobilistes et savent que leur grève ne fait qu’accroître les problèmes de circulation en ville.

28Aux environs de 8 h 30, les hommes ont presque fini leur casse-croûte, les braises du barbecue sont encore chaudes. On attend l’assemblée générale qui aura lieu vers 9 heures Chaque jour, on fait le point sur l’évolution des négociations. Tour à tour, les représentants syndicaux s’expriment et exposent la marche à suivre sur les événements du jour, qu’il s’agisse de distribution de tracts à certains endroits bien précis de la ville, d’une manifestation aux Mobiles sur la Canebière ou devant la Mairie sur le Vieux Port, au Palais de Justice, ou encore au siège de la direction, sans oublier les interventions dans le métro. En d’autres termes, l’assemblée générale – l’AG comme disent les grévistes – correspond à une réunion journalière où chacun se tient au courant de ce qui se passe dans l’entreprise et où sont proposées des actions pour prolonger la lutte et entretenir l’esprit combatif des grévistes. Les AG ne se déroulent pas toujours de manière linéaire et uniforme, comme peuvent le déplorer les syndicats. Une fois l’AG terminée, le plan d’action de la journée est tracé et tous s’y conforment. La vie dans le dépôt continue. Un pourcentage élevé de grévistes se relaie sur place pour garder le piquet de grève en permanence. En l’absence de négociation à la Mairie en présence des autorités de tutelle, d’action coup de poing et/ou de manifestation, le temps passe et la journée s’étire. Comme ils le font souvent le matin, des syndicalistes du port autonome viennent en soirée alimenter le feu des grévistes en palettes. Ils viennent régulièrement aux nouvelles de ce conflit et l’emplacement stratégique du brasier sert de lieu de rencontre.

29Certains jours, quand la météo de décembre relativement clémente le permet, les boules de pétanque sortent des coffres des voitures et donnent l’occasion de parties enflammées. La journée s’étire en longueur. La nuit de décembre arrivant assez tôt, les choix sont limités – rester autour du feu ou bien aller à la cantine – et le piquant du froid de l’hiver ne fait qu’augmenter cette restriction. La nuit, la cantine reprend son rôle de quartier général et ne ferme jamais. Transformée en espace ludique, mais aussi en un lieu de discussion et de convivialité, elle prolonge tard dans la nuit, parfois jusqu’au matin, la vie de ce conflit qui reste en éveil permanent à l’instar du feu de palettes. Les grévistes présents 24 heures sur 24 dorment dans de simples sacs de couchages à même le sol d’un bureau réquisitionné comme dortoir. Pendant ce temps et dans un flot incessant, les relèves des piquets de grève se succèdent toute la nuit et jusqu’au petit matin en fonction des contraintes personnelles et familiales de chacun.

30Un ensemble d’éléments, hérités des symboles de la communitas, marque la phase de crise à l’intérieur du drame social de la grève. Le feu à l’entrée du dépôt est sans doute un symbole central. Il marque la rupture par rapport à la vie ordinaire et cristallise la nouvelle sociabilité qui s’est installée dans le dépôt. Les grévistes associent ce feu à la flamme olympique. Il signale une suspension par rapport au temps ordinaire. Sa flamme symbolise la transition vers une situation liminale au sein de laquelle une communitas existentielle se substitue aux relations figées dans les rôles de la vie ordinaire. La liminalité, avec ses notes d’exceptionnel et d’inédit, s’installe au cœur d’un contexte marqué par des relations de travail ordonnées et répétitives.

31De nombreuses photos témoignent de cette atmosphère festive dans laquelle les relations humaines deviennent plus intenses et directes. Ces images fixent souvent des moments de convivialité à l’intérieur des dépôts : les grévistes se serrent devant l’objectif, parfois avec un verre à la main ; leurs postures et leurs expressions dénotent une forte camaraderie ; des saucisses déposées sur les grillades, des rangées de pichets de vin, des instruments de musique forment les éléments du décor. Cette sociabilité festive aura un pendant significatif lors des manifestations de rue qui prendront souvent l’allure de fêtes urbaines, comme une « sardinade » sur le Vieux Port. Les échanges profonds de la communitas véhiculent une appartenance commune, au-delà des distinctions sociales habituelles. Cette tension colore les manifestations de solidarité de la part d’autres catégories de travailleurs ou des usagers ainsi que les relations entre les grévistes. C’est la dignité retrouvée : dignité d’hommes, dignité de métier.

32Les grévistes affirment haut et fort ne pas vouloir être traités comme des esclaves. Certains symboles employés dans les discours prennent corps fin décembre, au cours d’une manifestation. Tels des galériens, les grévistes tirent dans les rues de la ville, jusqu’à la mairie, un bus sur lequel ils ont écrit en caractères gigantesques « négociation en panne ». Le durcissement du conflit a poussé les grévistes à s’engager davantage sur le terrain. Les entraves à l’activité sont alors jugées « nécessaires » pour paralyser la machine RTM. Les dépôts de bus sont facilement « maîtrisés », autobus placés en travers des entrées des dépôts, portails cadenassés, grévistes disposés en masse et en force devant les entrées pour bloquer les issues.

33Le ton de la confrontation avec l’ensemble des non-grévistes est dur, surtout envers les travailleurs de l’exploitation qui n’ont pas suivi l’action de leurs collègues alors qu’ils partagent tous leurs problèmes. On assiste dans ce cas à une polarisation des symboles, ce qui exprime le rejet total et l’exécration. Si pour les grévistes la mobilisation devient une occasion de récupérer leur dignité, l’honneur que la politique de la direction avait mis en cause, les non-grévistes sont associés à la honte. Si l’expérience existentielle de la grève est marquée par une dimension de vie festive et d’entente communautaire, les symboles associés aux non-grévistes sont ceux de la mort et de la guerre. Les non-grévistes sont la cible privilégiée de textes et dessins satiriques, parfois violents. Dans un cas un doigt immense pointe vers le public : « Toi !! N’as-tu pas honte non-gréviste ? ? ». Sur un autre dessin figure une tête de mort, et on lit « Wanted non grévistes. Que la honte vous étouffe à jamais ».

Troisième phase : réajustement

34La troisième phase vise selon Turner à mettre en œuvre des mécanismes de réajustement pour résoudre la crise. Les parties impliquées sont pleinement conscientes des enjeux de la confrontation. Le conflit est bien installé, la confrontation s’est radicalisée. La demande de vraies négociations de la part des grévistes n’a pas infléchi l’attitude de la direction. Les grévistes, déterminés à durcir le conflit, s’adressent désormais explicitement à la Mairie. Les mots d’ordre « ça passe ou ça casse » définissent cette étape. Pendant ce temps, la grève est en train de s’estomper dans le reste du pays.

35La désignation d’un médiateur de la part du maire de Marseille, qui est aussi ministre en exercice, marque la transition vers la phase de réajustement. Un pas décisif est franchi vers les « vraies » négociations que réclament les grévistes. Ces négociations se déploient lentement et le conflit connaît une montée de la tension de part et d’autre avec la mise en œuvre d’une multiplicité de moyens pour résoudre la crise. La confrontation devient de plus en plus explicite et culmine avec un épilogue dramatique où la dimension symbolique du conflit atteint l’expression la plus intense. Les actions menées par des hommes cagoulés se multiplient dans le métro. En effet, alors que les agents de conduite sont en majorité en grève, la direction se sert des cadres et des maîtrises pour faire fonctionner le métro. Des commandos de grévistes encagoulés envahissent à plusieurs reprises les terminus des deux lignes de métro, bloquant ainsi le trafic. La cagoule devient un symbole de cette radicalisation de la grève. Les hommes encagoulés sont stigmatisés par les observateurs hostiles au mouvement. Le recours à la force s’intensifie aussi de l’autre côté. Le 26 décembre, pendant que les organisations syndicales sont une nouvelle fois reçues à la Mairie, les forces de l’ordre investissent la station de métro de La Rose dans l’intention de faire circuler les rames du métro. Cette action marque une nouvelle étape dans l’escalade de violence étant donné que le Maire avait auparavant déclaré qu’il n’avait pas l’intention de faire intervenir les policiers pour dégager les dépôts.

36Début janvier, la tension atteint son paroxysme. Une série d’événements se déroule sur les trois terrains de confrontation (la négociation, la force, l’action judiciaire) à un rythme de plus en plus intense. Une trentaine de grévistes sont convoqués début janvier devant le tribunal de grande instance. Ils seront jugés pour entrave à la liberté de travail et convoqués devant le conseil de discipline pour « faute lourde ». Le tribunal ordonne « l’évacuation immédiate des locaux des dépôts de la RTM par toute personne s’y maintenant dans des conditions contraires à l’exécution normale de son contrat de travail ». Plusieurs voies sont alors ouvertes. La négociation représente une issue praticable, souhaitée par les syndicats, dans le sillage de la proposition de la Région de débloquer les moyens financiers nécessaires pour harmoniser les deux statuts. En prévision de l'action des forces de l'ordre et afin d'empêcher la sortie des autobus, les grévistes déplacent les autobus dans chaque dépôt puis les mettent en panne. Mais ils le font le dégoût aux lèvres, furieux d'avoir à « saboter » leur outil de travail. D’interminables discussions ont lieu sur la façon de rendre les bus inutilisables sans les abîmer.

37Finalement, les forces de l’ordre investissent trois dépôts et les évacuent. Le dernier dépôt, celui d’Arenc, sera évacué le lendemain soir à la nuit tombante. Le métro roule presque normalement. Le service d’autobus reprend timidement. Cependant, trois bus du dépôt Saint-Pierre sont pris d’assaut par des grévistes aux alentours du dépôt. Les grévistes demandent aux passagers de descendre. C’est dans ce climat de tension et de surveillance renforcée qu’a lieu l’intervention policière au dépôt d’Arenc. Depuis le matin, les grévistes attendent nerveusement. Les piquets restent devant le portail autour de pneus qu’ils font brûler. La nuit est presque tombée quand, vers 17 heures, les gardes mobiles arrivent soudain et descendent en grappes des camions dans une rue transversale. Ils prennent alors position sur deux rangées en face de la ceinture de pneus en flamme derrière laquelle se retranchent les grévistes. Alors qu’ils avancent tout en frappant de leur matraque la face de leur bouclier, un bruit sec et retentissant s’élève. Les cohortes de gardes mobiles, casqués et bardés de protections en tous genres, progressent telle une légion romaine disciplinée et organisée. Ici pas de discours, pas de voix enflammées pour haranguer les troupes mais un simple coup de sifflet net et strident qui engage la machine froide et impassible de la progression des gardes mobiles. La scène offre un contraste saisissant entre, d’une part, la mécanique parfaitement huilée, véritable ballet d’opérations techniques effectué dans un silence assourdissant par les gardes mobiles et, d’autre part, le bouillonnement, les gesticulations et vociférations des grévistes en proie à la plus intense agitation. Soudain, saisis d’effroi, les traminots se figent. L’heure est grave, le temps semble suspendre son vol, à nouveau scandé par le martellement lancinant des matraques des gardes sur leur bouclier. Observateurs et grévistes retiennent leur souffle. Chacun est intimement convaincu que tout peut basculer dans la violence en un seul instant. Les grévistes attendent, les yeux hagards, la rage aux lèvres, le cri et le poing vengeurs. Ils savent que leur heure est proche mais ils restent là, fixant cette armée muette et bruyante à la fois, et crient : « Tous ensemble, tous ensemble, CRS nous sommes des travailleurs ! » Emplis d’un fort sentiment d’injustice, ils entonnent alors à l’unisson, le poing levé, une Marseillaise pleine de rage et d’ardeur. Les gardes mobiles de la seconde ligne pénètrent un par un dans le dépôt, couverts par leurs collègues de première ligne qui maintiennent la pression du face-à-face et matent la rébellion sans aucune effusion de sang. Les traminots les plus âgés, acculés, déposent les armes et tombent à genoux, le bras levé, le poing tendu, tout en laissant silencieusement couler leurs larmes. Simultanément, une petite entrée latérale permet aux gardes mobiles d’investir le dépôt en contournant la barrière des bus aux pneus dégonflés que les grévistes avaient disposés de manière inextricable. Entre-temps, les pompiers éteignent les pneus enflammés. Ils étouffent ainsi un symbole puissant de la grève, la flamme olympique ne brûlera plus… L’assaut est levé et les gardes mobiles investissent les lieux, signe de leur éclatante victoire.

38Quand les grévistes dispersés par la force reviennent au petit matin, ils s’empressent de rallumer un brasero. Attroupés auprès du brasier, ils discutent de la suite des événements. Rage, amertume et colère alimentent les conversations. Loin d’avoir apaisé les esprits, les événements de la veille ont démultiplié l’obstination et l’engagement des grévistes. Ils décident d’aller voir les non-grévistes sur le site du métro. S’ensuivent des affrontements verbaux, des jets d’œufs et de farine. Le bureau du site est assiégé. Le responsable, inquiet, envoie les forces de l’ordre à la rescousse. Les CRS arrivent et s’installent face aux grévistes. Un œuf reçu par un inspecteur en service déclenchera l’assaut. Le commissaire donne à ses hommes l’ordre de charger. Lors de la débandade qui suit, un gréviste est renversé par un coup de matraque et les CRS s’acharnent sur lui alors qu’il est à terre. Une pluie de coups qui l’atteignent à la tête le laisse inerte au sol. Le sang coulé devient un symbole de cette phase d’accélération extrême de la tension.

39Colère et détermination, telles sont les réactions des grévistes. Le « tout ou rien » qui était devenu le leitmotiv de ce conflit trouve dans l’affaire du traminot blessé un sens sublimé pour des grévistes désormais « en guerre ».

40Les jours suivants, la presse se déchaîne. C’est dans cette ambiance extrêmement tendue que démarrent des nouvelles négociations. Une délégation syndicale est reçue par le médiateur. La réunion se prolonge dans l’après-midi et tard dans la nuit. Cette rencontre décisive se conclut par un accord qui reprend la plupart des revendications des grévistes. Il prévoit l’abolition du double statut, une augmentation des salaires, une revalorisation des qualifications, l’absence de sanctions pour faits de grève, l’étalement du paiement des 33 jours de grève.

Quatrième phase : réintégration

41La quatrième phase amène soit à la réintégration du système social perturbé, soit à une scission irréparable entre les parties en lutte. La phase précédente de réajustement du conflit se termine ainsi par la victoire des grévistes. Victoire qu'ils fêtent le 2 mars lors d'une grande soirée intitulée Tous ensemble à la fête. Le carton d'invitation reprend l'image forte du bus « négociation en panne », mais dont le pare brise est orné cette fois de « 9 janvier 96, 34 jours de lutte, VICTOIRE ! ».

42La grève de décembre 1995 - janvier 1996 est devenue, pour maints traminots, « la grande grève ». Elle s’est transformée en un marqueur identitaire qui connote force et dignité recouvrées. Le souvenir de ce moment refondateur est entretenu par plusieurs moyens. C’est le cas des pin’s, qui sont à la mode en 1996. Chaque dépôt fait fabriquer son pin's pour commémorer l'issue victorieuse de la grève. Certaines expressions visibles sur les pin's (« J'y étais ») et la définition chronologique précise de la grève (« décembre », « 95-96 ») signalent la participation à ce moment fondateur d'une solidarité retrouvée entre les traminots. Les images choisies déclinent certains symboles communs qui avaient marqué la lutte, avec des inflexions propres à chaque dépôt. Parmi les symboles forts de la grève, le mot d'ordre « Tous ensemble » revient sur plusieurs pin's. Dans le même registre se situe l'union symbolisée par des mains serrées. La flamme qui marquait le temps suspendu de la liminalité, ou le sapin rappelant le moment de communion lors des fêtes de fin d'année, sont également représentés. D'autres symboles renvoient aux moments plus violents de la lutte - parmi eux les grilles des dépôts en arrière plan, les tenailles qui brisent les chaînes de « l'esclavage » ou les cagoules qui symbolisent les entraves.

43Dans les mois qui suivent le conflit RTM, les pin’s ont été détournés de leur vocation première, ils se transforment en signes de reconnaissance entre les grévistes. La couleur syndicale et l’origine des dépôts représentent le porteur de l’objet. La palette, qui symbolise le feu permanent de la grève, figure sur un porte-clefs avec le nom du dépôt et l’année du conflit, par exemple « Arenc 95 ». Ces minuscules objets exhibés de façon ostentatoire correspondent à autant de médailles du combattant dont on ne se sépare jamais. Tout gréviste prolonge son militantisme hors de son contexte de travail et transporte avec lui les revendications de sa corporation. Très longtemps après la grève, ces pin’s seront portés et serviront d’expression silencieuse mais efficace de reconnaissance des individus dans l’entreprise.

44Dans la période qui suit la grève, la qualité de gréviste s’éternise tout comme la fracture avec les non-grévistes. La phase de réintégration à l’intérieur d’un drame social permet d’observer les changements induits par le conflit. Après la grève, le paysage de l’entreprise n’est plus le même. De profondes modifications sont intervenues aussi bien sur le plan des rapports de force que des symboles. Les rapports de force ont changé en faveur du personnel d’exploitation, qui a été le protagoniste et le vainqueur du conflit. De même, les syndicats plus revendicatifs ont repris les dessus de la scène. Le paysage a changé aussi sur le plan symbolique.

45À travers l’analyse ethnographique détaillée des phases successives de ce drame social, j’ai souligné les effets de rupture qu’il a engendrés ainsi que la visibilité majeure de certains symboles hérités de la communitas. Ceux-ci marquent la phase de crise à l’intérieur du drame social de la grève. Un symbole central, le feu qu’entretiennent les grévistes à l’entrée du dépôt, marque la rupture par rapport à la vie ordinaire tout en cristallisant une nouvelle sociabilité. Ce foyer signale une suspension par rapport au temps ordinaire. Sa flamme symbolise la transition vers une situation liminale au sein de laquelle une communitas existentielle se substitue aux relations figées dans des rôles qui caractérisent la structure de la vie ordinaire. À travers la sociabilité festive qui marque une part importante du temps de grève, tout comme dans les manifestations de rue, un sentiment de dignité retrouvée se diffuse. Comme de nombreux traminots le disent, la grève de décembre 1995 - janvier 1996 s’est transformée en un marqueur identitaire et est devenue « la Grande grève » à l’instar de « la Grande guerre ».

Haut de page

Bibliographie

Gallenga G., 2005. « Une ethnologue dans la grève », Ethnologie française, XXXV, 4, 723-732.

Stern E. K., 2003. Crisis decision making : A Cognitive Institutional Approach, Swedish National Defence College, Elanders Gottab Stockholm

Touraine A., Dubet F., Lapeyronnie D., Khosrokhavar F., Wieviorka M., 1996. Le grand refus. Réflexions sur la grève de décembre 1995, Paris, Fayard

Turner V., 1974. Dramas, fields and metaphors. Symbolic action in human society, New-York, Cornel University Press

Turner V., 1971. “An Anthropological Approach to the Icelandic Saga” in Beidelman T. (dir.) The Translation of Culture : Essays on E. E. Evans-Pritchard, London, Tavistock

Turner V., 1968. The Drums of Affliction, Oxford, Clarenton Press

Turner V., 1957. Schism and Continuity in a African Society, Manchester, Manchester University Press

Haut de page

Notes

1  Il l’a montré par exemple en relation aux sagas islandaises, au Moyen Âge anglais, à la Révolution mexicaine de 1810 (Turner 1971, 1974). Cette approche s’imbriquait par ailleurs avec les résultats de sa célèbre exploration comparative des dimensions de la « structure » et de la « communitas ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Gallenga, « La grève comme drame social », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1545 ; DOI : 10.4000/temporalites.1545

Haut de page

Auteur

Ghislaine Gallenga

Maître de Conférences en Anthropologie
Université de Provence
Institut d'ethnologie européenne méditerranéenne et comparative
CNRS UMR 6591
gallenga@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page