Navigation – Plan du site

Temps de crises et crise des temps

Time crisis in a time of crises
Claude Dubar

Texte intégral

  • 1  Habiter le temps, Bayard, 1996

1Dans un article publié dans le journal Le Monde en 1996, on peut lire sous la plume de notre regretté ami Jean Chesneaux : « Nos temps de crise sont frappés d'une crise des temps. Nous sommes obsédés du temps de notre vie quotidienne, dans les combinaisons financières de nos “plans” de toute espèce, dans notre imaginaire aussi et les commémorations historiques font partie de ces obsessions » (15 août 1996, « Commémorations : l'art d'être-dans-le-temps »). L'article anticipait une des thèses majeures de son livre1 : le temps « paramètre », englobant, de la domination, bloque l'émergence et l'appropriation du temps « compagnon » de la vie personnelle et fraternelle. La crise du premier transforme celle du second en temps de crise.

  • 2  Relire les analyses prémonitoires de Paul Jorion, 2007. La crise du capitalisme américain, Paris, (...)
  • 3  Voir le compte-rendu du livre de Rosa Accélération du temps et le débat sur l'ouvrage dans ce numé (...)

2C'est peu dire que nous sommes dans un temps de crise : l'allusion de l'auteur aux combinaisons financières était prémonitoire : nous vivons encore dans ce qu'on appelle la « crise des subprimes » ou, plus globalement, la « crise du capitalisme financier » qui éclata en septembre 2008 mais qui couvait depuis longtemps2. Il n'est pas moins évident que nous sommes dans une crise des temps. Chesneaux l'écrit : le temps de notre vie quotidienne est devenu obsessionnel, nous avons la sensation permanente de manquer de temps, de vivre dans l'urgence, de devoir faire de plus en plus de choses en de moins en moins de temps. Le temps – il faudrait préciser lequel – s'accélère3. Nous courons après sans parvenir à le maîtriser dans la vie quotidienne. Nous redoutons ses effets biographiques : vieillissement, retraite, dépendance, maladie mortelle. Quant au « temps historique », il nous envahit notamment sous la forme de ces commémorations de plus en plus nombreuses, diverses, déconnectées les unes des autres, privées de signification. Y a-t-il encore un sens à cette histoire muée en rituels de mémoire ?

3L'appel à communications de la journée d'études du 17 septembre 2010 qui a fourni les articles de ce dossier le précisait clairement : les relations entre la notion hautement polysémique de « crise » et celle extrêmement problématique de « temps » (au pluriel) peuvent être abordées sous des angles multiples, à partir de disciplines diverses des « sciences humaines et sociales » et sous des points de vue très différents. Quatre angles d'attaque étaient proposés qui constituent les quatre parties de ce dossier :

  1. la « crise de l'avenir » définie comme difficulté à inscrire nos existences individuelles dans un projet collectif, notamment politique et se manifestant par une dictature de l'urgence ;

  2. la « crise du temps vécu » définie comme perturbations du rapport au temps dans la vie quotidienne et prenant la forme du « présentisme » ;

  3. les « crises biographiques » comme les tournants de l'existence, accidents, bifurcations, ruptures qui inaugurent un temps nouveau marqué par l'incertitude ;

  4. les « crises historiques » qu'elles soient économiques, politiques ou globales qui constituent des moments de basculement, de changement brutal, de transformation collective.

Présentisme, crise du futur et crises du politique

  • 4  Les introductions de chaque session sont consultables sur le blog de la Revue : http://temporalite (...)
  • 5  Je tiens à remercier Jens Thoemmes, Gabrielle Varro, Paul Bouffartigue, Thomas Loué et Denis-Const (...)

4Le champ concerné était donc immense et c'est peut-être une des raisons paradoxales pour lesquelles nous avons eu moins de propositions que pour les autres numéros récents. Huit communications furent finalement retenues et sont ici publiées. Elles ont été retravaillées par les auteurs en lien avec leur rapporteur du colloque, dont les présentations orales4 ont nourri les débats et alimenté cette introduction5. Grâce à elles, la journée d'études a pu éviter la succession de communications juxtaposées et ce numéro la simple addition de textes sans relation entre eux.

  • 6  Elias Canetti, 1966. « L'organisation du temps est l'attribut le plus éminent de la domination » M (...)
  • 7  L'expression est d'Alban Bensa, 1997. « Images et usages du temps », Terrain 29. Voir aussi André (...)

5Qu'est-ce qui relie les mots de « crise » et de « temps » ? À la fois une conception plurielle du temps et une signification commune à toutes sortes de crise. Le temps qui connaît des crises n'est pas le temps physique fait de la répétition d'instants identiques et prévisibles. C'est un temps humain et vécu qui comporte des « phases », des « moments », des « rythmes » qui sont à la fois imprévus et hétérogènes. Contrairement à celle de la physique newtonienne, déterministe, linéaire et réversible, la temporalité qui connaît des crises est qualitative, historique, biographique, existentielle. Elle doit elle-même s'écrire au pluriel : à la fois cadre social et contraignant (le temps-paramètre de Chesneaux) lié à la domination6, elle est aussi produite par des actions coordonnées et signifiantes (le temps-compagnon de Chesneaux) liées à l'intersubjectivité et éclatées dans une myriade de temporalités locales7. Ce temps humain n'est ni l'instant, ni l'éternité mais l'Histoire, à la fois collective et personnelle. Il est la trame des existences individuelles, des événements collectifs et des actions qui le constituent.

6Qu'est ce qui inscrit les crises dans ce temps pluriel ? Le fait que les temporalités multiples ne sont plus intégrées dans une totalité religieuse ou politique unifiée. Avec l'avènement de la modernité, le temps s'est fragmenté et des moments critiques introduisent des ruptures, des perturbations, des changements permanents. La belle formule définissant une crise comme « la fin de quelque chose et le début de rien » (voir l'article d'Olivier Mazade) indique bien son statut : l'union de la rupture et de l'incertitude. Il ne s'agit pas d'une oscillation programmée ou d'une ruse de l'Histoire pour assurer la reproduction de la domination (comme dans les modèles déterministes) mais de la perturbation de trajectoires, de processus, de la rupture d'une continuité débouchant sur l'incertitude. Entrer en crise, c'est être confronté à cette rupture et à cette incertitude.

  • 8 Nous nous sommes servi, pour ce début d'introduction, de la stimulante présentation de Paul Zawadsk (...)
  • 9  François Hartog, 2003. Régimes d'historicité, Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.
  • 10  Marcel Gauchet, 2000. « Quand les droits de l'homme deviennent une politique » Le Débat 110.
  • 11  Alban Bensa, 2006. La fin de l'exotisme, Toulouse, Anacharsis, 2006.
  • 12  Michel Aglietta, 2008. La crise. Pourquoi nous en sommes arrivés là, Paris, Michalon.
  • 13  Claude Dubar, 2010. La crise des identités. L'interprétation d'une mutation, P.U.F, 4e édition rev (...)
  • 14  Le terme est utilisé par Hartog et par Gauchet
  • 15  Zawadski, op.cit. p. 32
  • 16  Voir Roger Sue reprenant à son compte le jugement de Marcuse: « cette focalisation sur le présent (...)
  • 17  Zawadski, ibid, p. 23

7Qu'est ce que la crise que nous vivons aujourd'hui d'un point de vue temporel ? Les textes abondent8 en réponse à cette question émanant d'historiens9, de philosophes10, d'anthropologues11, d'économistes12 ou de sociologues13. Le terme qui revient le plus souvent est celui de « présentisme »14 pour désigner la réduction du temps au seul présent, le rétrécissement de l'univers symbolique, l'illusion de l'immédiat, la tyrannie de l'éphémère. L'expression qui lui est associée est celle de « crise du futur » c’est-à-dire de l'impuissance à élaborer de vrais projets collectifs, des perspectives mobilisatrices à long terme et donc aussi de l'incapacité à agir dans la durée, du fait de la dictature de l'urgence, du présent, du court terme. Le dernier chaînon associé au « présentisme » et à la « crise du futur » est celui de la « crise du politique » au sens le plus large de ce terme : le vivre-ensemble, la délibération collective, le fonctionnement démocratique, la gouvernance. L'individualisation du social débouche sur l'individualisme dès lors que sont atteints les ressorts de la sociabilité, les « significations collectives partagées c’est-à-dire la mise en sens politique, morale, philosophique »15. La crise du politique se manifeste par l'impératif de l'urgence et se traduit par la crise du futur. Contrairement aux thèses postmodernes16, celle de la « crise du futur » fait le constat d'un « rétrécissement de l'univers symbolique de l'homme tombé dans le formatage d'un temps réduit à l'actualité » 17, d'un temps éclaté, fragmenté, vide de sens.

  • 18  Ibid., p. 37
  • 19  Ibid., p. 38
  • 20  Ehrenberg, 1998. La fatigue d'être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

8Comment cette crise du temps se manifeste-t-elle au niveau des pratiques individuelles et du vécu subjectif ? D'abord par un sentiment généralisé de « manquer de temps ». L'individu de la crise est un homme pressé, celui qui n'a jamais assez de temps pour tout faire. C'est aussi celui qui, répondant « je n'ai pas le temps », dit en fait : « vous ne m'intéressez pas »18. Car lui seul compte, il n'a le temps que pour ses urgences. Il est victime d'un « aplatissement temporel » alliant « l'illusion de l'immédiat » et « la tyrannie de l'éphémère »19. Il souffre de toutes les pathologies du vide intérieur qui se manifeste par des épisodes dépressifs20. La crise du temps personnel engendre un temps de crises récurrentes, depuis celles du « workaholic » s'épuisant dans des tâches toujours plus urgentes et stressantes jusqu’à celles du chômeur ou du retraité « débordé » qui n'a jamais autant couru que depuis qu'il ne « travaille » plus.

  • 21  Zawadski, op.cit. p. 61

9Certes ces crises ne sont pas séparables des exigences du système « objectif, standardisé et contraignant » qui régit le monde de l'économie mondialisée. La pression du temps-paramètre provoque ces perturbations du temps-compagnon (Chesneaux). L'impératif de Benjamin Franklin, Time is money, n'a jamais été aussi vrai et le « travailler plus pour gagner plus » n'en est qu'une variante récente. Doit-on parler comme les philosophes critiques de l'école de Francfort (Adorno, Horkheimer, Habermas etc.) de l'hégémonie de la raison « instrumentale, calculatrice et optimisante » liée à « l'attitude technicienne » ? Selon eux « l'expansion du temps objectif » menace de plus en plus le monde de l'intersubjectivité et de la reconnaissance réciproque en quoi consiste l'idéal démocratique. La crise actuelle du temps serait donc une « crise politique et morale »21, conséquence de l'hégémonie du temps objectif colonisant les « mondes vécus » des individus.

  • 22  Marc Ferro, 2004. Les individus face aux crises du XXe siècle, Paris, Odile Jacob.

10Valider cette thèse des philosophes de Francfort suppose de disposer d'études empiriques suffisamment nombreuses et convergentes portant sur les transformations des biographies individuelles sous l'effet des crises historiques22. Il est particulièrement difficile de mettre en relation les temporalités biographiques individuelles avec les temporalités historiques et surtout de généraliser à partir de cas particuliers. Et pourtant c'est la condition pour éclaircir les relations entre « temps contraint » et « temps libre », temps pour autrui et temps pour soi. C'est d'ailleurs un des points forts de ce numéro : la plupart des articles tente de mettre en tension différentes temporalités et différents types de crises. Entre la crise « macro » du système (Carmen Leccardi) et le blocage « micro » de l'action subjective (Natalia Leclerc), la perturbation des parcours biographiques est au cœur des rapports entre « crise » et « temps » dans plusieurs articles. Le modèle standard des trois temps préformés de l'enfance (formation), de l'âge adulte (travail) et du « troisième âge » (retraite) est en voie de bouleversement. Les licenciements engendrant des périodes de chômage déstabilisent les parcours professionnels à l'âge adulte de plus en plus marqués par des temps de formation et de non-travail (Olivier Mazade), Les maladies chroniques comme le cancer bouleversent les calendriers et déstabilisent les anticipations (Pourtau et Amiel). C'est sans doute dans l'analyse de ces nouveaux parcours temporels que les sciences sociales ont fait le plus avancer une théorie des crises qui permette de relier « crises historiques » (économiques, politiques, scientifiques et techniques…) et crises existentielles (maladies, chômage, divorces, exclusions…) perturbant ou bloquant les capacités d'action. C'est à une véritable théorie processuelle des crises que les articles de ce numéro contribuent en confrontant ainsi les niveaux et les temporalités.

Paradigme temporel et théorie processuelle des crises

11Il est remarquable de constater que les articles réunis dans ce numéro s'organisent, explicitement ou non, autour d'un paradigme commun qui peut aussi être considéré comme une théorie processuelle des crises, qu'elles soient économiques (crise de 1929 et conséquences sur les salariés d'une entreprise), politiques (crise des politiques de l'urgence dans le domaine de la délinquance juvénile), biographiques (crise provoquée par un licenciement collectif ou par l'irruption du cancer ou de la dépendance), sociales (la longue grève des transports marseillais), psychiques (la crise de folie du joueur), ou globales (la crise de la gouvernance et du futur). Dans tous les cas, on rencontre les mêmes thèses ou postulats de base qu'on peut résumer par quatre formules :

  1. La crise est une phase dans un parcours c’est-à-dire dans un processus.

  2. La crise est une transition entre deux états, à la suite d'une rupture.

  3. La crise est un régime temporel spécifique, un temps suspendu.

  4. La crise est un blocage provisoire des capacités d'action ou d'accord.

  • 23  La théorie des cycles de Kondratiev postule des retournements périodiques de conjoncture économiqu (...)
  • 24  Pour une excellente synthèse de cette métathéorie générale des crises financières, « Les crises du (...)
  • 25  La question des anticipations, c'est-à-dire des projets d'avenir impliquant des investissements, e (...)
  • 26  Outre la référence précédente, on trouve une mise en perspective stimulante dans Robert Benichi, 2 (...)

12Il est intéressant de constater que ce paradigme peut assez facilement s'accorder avec la théorie – à plusieurs variantes – des crises financières et économiques du capitalisme telle qu'elle a été formulée par ses penseurs les plus éminents depuis un siècle et demi : Marx et sa théorie de la baisse tendancielle du taux de profit (1867), Kondratiev et sa théorie des cycles économiques (1926)23, Keynes et sa théorie générale de l'emploi, de la monnaie et des prix (1936) ou Schumpeter et sa théorie de la destruction créatrice (1942), entre autres24. Dans tous les cas, les crises sont définies et analysées comme des moments qui suivent une rupture (krach boursier) provoquée par des déséquilibres croissants entre les composantes du système (consommation/production ; crédit/monnaie ; offre/demande) et provoquant des perturbations profondes (faillites, chômage, misères). Il s'agit d'un moment complexe dans un processus qui commence par une innovation provoquant une demande accrue, une « accélération financière » suivie par un excès de crédit, une explosion du prix des actifs (bulle) et un effondrement boursier (krach) plongeant les acteurs dans une crise générale. Cette crise de confiance ne se résout que par l'intervention de l'État pour rétablir la relance économique permettant le recommencement d'un cycle. À l’origine de ce nouveau cycle, la plupart de ces théoriciens invoque une innovation à la fois technique, commerciale et sociale, une « révolution des forces productives » (Marx), un « renversement de conjoncture » (Kondratiev), une « relance des dépenses publiques » (Keynes) ou une « grappe d'innovations » (Schumpeter) ou la conquête de nouveaux marchés (Braudel). La crise est donc bien à la fois destruction (du régime antérieur d'accumulation) et création (d'un nouveau régime), panne d'anticipations25 (crise du futur) et passage entre deux phases de ce que Fernand Braudel appelle « la dynamique du capitalisme » (1967)26.

13Il est nécessaire de préciser que le mot crise (en grec, crisis vient de couper, trancher) s'est d'abord appliqué au vocabulaire médical avant celui de l'économie. La crise est un moment dans l'évolution clinique d'une maladie grave : celui d'une aggravation, d'une poussée de fièvre, de douleur, de dérèglement. C'est une phase d'incertitude qui peut évoluer soit vers la mort, soit vers la guérison, soit vers la chronicité d'un état pathologique. C'est le temps de l'incertitude, ce « moment où rien ne va plus » que le joueur de roulette connaît bien lorsque roule la bille autour du plateau : un temps suspendu entre un avant dépassé (et dépensé) et un après incertain mais prometteur (et angoissant). La crise clinique, personnelle, psychique est-elle susceptible de la même théorisation, du même paradigme que la crise collective, mondiale, historique du capitalisme ?

  • 27  Voir l’introduction du livre collectif Une histoire à soi, 2004, Paris, Éditions de la MSH
  • 28  On voit que le schéma religieux vie-mort-résurrection est un cas particulier, optimiste, de ce sch (...)

14Oui, à condition de lier étroitement crise et temps, définition de la crise et conception processuelle de la temporalité de l'action. Car, comme le rappelle régulièrement Alban Bensa27,« l'action crée le temps » et considérer l'action individuelle ou collective comme un processus permet de penser les crises comme des phases de l'action, de la vie personnelle ou de l'histoire collective, faisant alterner des phases de suspension du temps (« rien ne va plus »), et des phases de changement de régime temporel (« temps de crise »). Ce temps de crise est un temps de rupture avec le passé et d'incertitude sur un avenir bloqué, en panne d'anticipation, condition de l'action volontaire28. De ce point de vue, toute crise est crise de ce temps de l'action, de la vie, de l'innovation, de la confiance. Si l'action crée ce temps, la crise suspend ce temps pour en introduire un autre, temps de souffrance, d'impuissance et d'enfermement dans le présent. Temps de l'urgence, de la gestion, du présentisme…

15On retrouve ainsi le sens de ce diagnostic sur le temps de crise que nous vivons et que l'on a appelé « présentisme ». Loin de constituer, comme l'affirment les penseurs postmodernes, une libération à l'égard des « leçons du passé » et des « dictatures du futur », le présentisme constitue bien plutôt un blocage des anticipations d'avenir et un affaiblissement des capacités d'action. C'est vrai de l'individu confronté à une maladie mortelle (cancer), du groupe affrontant un licenciement collectif (Metaleurop) ou se lançant dans une grève dite illimitée (Transports marseillais), de la famille confrontée à un drame (dépendance), d'une collectivité confrontée à une aggravation de la délinquance (création des centres éducatifs fermés) ou à une restructuration totale (crise de 1929 chez Saint Frères). La crise est bien, dans tous ces cas, une « phase problématique » de ce temps vital, humain, individuel et collectif, biographique et historique, articulant du passé reconstruit, de l'avenir anticipé et du présent agissant.

16Mais on ne peut se contenter de cette interprétation globale et abstraite de la crise comme phase d'un processus temporel et passage entre états différents et hétérogènes. Il faut pousser l'analyse plus loin et distinguer des niveaux, des points de vue et des types d'action concernés. Ce numéro permet de mettre en relation divers niveaux (et méthodes) d'interprétation et divers ordres de phénomènes depuis le plus micropsychologique (le vécu du joueur ou du cancéreux) jusqu'au plus macropolitique (la crise de gouvernance et les mesures d'urgence) en passant par divers phénomènes à la fois collectifs et individuels (licenciement collectif, grève illimitée, restructuration d'entreprise, famille face à la dépendance).

Les crises existentielles : le joueur et le cancéreux

17Au niveau le plus micropsychique, les cas du joueur analysé par Nathalie Leclerc et celui du cancer présenté par Lionel Pourtau et Philippe Amiel sont à mettre en relation dans leur extrême différence. De méthode d'abord : alors que le joueur est analysé comme « personnage » à travers deux romans de Dostoïevski et Zweig, le « cancéreux » est présenté à partir de statistiques et d'entretiens concernant les malades hospitalisés. De types de cas ensuite : alors que le joueur recherche volontairement la crise liée à l'instant où « rien ne va plus », le cancéreux est victime d'une maladie involontaire, devenant stigmate pour autrui. Le joueur choisit de s'engager tout entier dans un univers (celui du casino) qui encourage cette sorte de crise flamboyante alors que le cancéreux se retrouve dans un monde médical (celui de l'hôpital) qui tente de le guérir d'une maladie mortelle.

18Peut-on dire néanmoins qu'au-delà de ces multiples différences, la « crise » du joueur et celle vécue par le cancéreux sont comparables, relevant d'un même paradigme ? Oui et non. Non si on considère que les processus existentiels ou biographiques dans lesquels s'inscrivent ces phases de rupture sont les mêmes. La carrière du joueur, à travers la création littéraire, n'est pas la même que celle du cancéreux au regard de l'épidémiologie ou de la sociologie médicale. La temporalité biographique n'est pas l'entrée pertinente pour comprendre ces deux cas. Oui, par contre, si on se focalise sur la temporalité de l'action, celle de l'instant vécu comme « décrochage de la réalité », « prise de risque » et, finalement « coup de folie ». C'est l'épreuve de cette « limite entre la vie et la mort » qui réunit le joueur et le cancéreux. C'est l'expérience de l'opposition temporelle entre « instant » et « éternité », entre « vie suspendue » et « mort possible » qui réunit ces deux figures chez qui la capacité d'action orientée a cédé la place à la « causalité du destin ». Tout est possible (« trajectoire ascendante, descendante ou invalidante ») mais rien ne dépend plus du joueur ou du cancéreux. L'instant où tout bascule est aussi l'instant où l'incertitude atteint son paroxysme, menaçant alors le sujet de folie.

Les crises et l'action collective : licenciements, restructurations et grèves

19À un niveau intermédiaire, celui de l'entreprise, les crises prennent la forme de ruptures dans le cours du temps de la production et de réactions individuelles et collectives dans le temps des mouvements sociaux et des actions collectives. La rupture la plus forte est sans doute celle du licenciement collectif présenté et analysé par Olivier Mazade à partir du cas de Metaleurop dans le Pas de Calais (fermé en 2003). Celle provoquée par des restructurations et un changement de mode de gestion dans les établissements Saint Frères à partir des années 1930 est reliée par Mélanie Roussel à la « grande crise » de 1929 et au « basculement » qui l'a suivi. Ghislaine Gallenga, quant à elle, analyse la rupture inaugurée par la « grande grève » de 33 jours à la régie des transports marseillais (1995-1996) comme un social drama à partir du modèle de Turner.

  • 29 Grâce à de nombreuses enquêtes analysant ce que deviennent les salariés victimes de fermetures d'e (...)

20Il s'agit dans les trois cas de crise, d'une rupture mais aussi d'un passage. Après coup, les chercheurs constatent que « rien n'est plus comme avant ». Les travailleurs licenciés changent de monde29 au terme d'une phase douloureuse d'incertitude constituant un « moment critique ». Les salariés de Saint Frères, dans les années 30, passent d'un régime paternaliste à un mode rationalisé de gestion du personnel après une période éprouvante de dégraissage et de perte d'avantages acquis. Les grévistes des Transports marseillais retrouvent leur dignité au terme d'un conflit social dur qui constitue une crise de confiance à l'égard de la direction, un clivage parmi les salariés et une remise en question des fonctionnements passés.

21Les crises dont il est question résultent de désajustements, de déséquilibres, de décalages entre des temporalités hétérogènes ; celle du marché et de sa logique de court terme (rentabilité), celle de l'organisation et de sa logique de compromis, négociation entre direction et salarié (relations sociales), celle des parcours individuels, des trajectoires biographiques des personnels de plus long terme (parcours individuels). La crise dramatise ces écarts à partir de ruptures diverses : décision de fermeture (Metaleurop), restructurations (Saint Frères), nouveau statut du personnel (Transports Marseillais). Mais les réactions collectives ne sont pas les mêmes : blocage de l'action et traumatisme (Metaleurop), division du groupe ouvrier (Saint Frères), mobilisation collective et grève dure (Marseille). Quand la crise éclate, rien n'est joué : l'incertitude temporelle est liée aux capacités d'action et de coordination des personnes concernées.

  • 30  Voir Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, 2009. Bifurcations, Paris, La Découverte. Lir (...)

22C'est ainsi que les temps de crise sont éminemment des temps où s'invente le futur, où s'écrit l'histoire. Qu'il s'agisse de révolutions (1789, 1848, 1917, etc.), de dictatures (1799, 1852, 1933, etc.), de guerres (1870, 1914-18, 1939-45…) ou de mutations (1815, 1919, 1945…), les retombées des grandes crises (1788, 1845, 1929…) de l'histoire récente ont été des moments de gestation de quelque chose de nouveau. De la même façon, les crises biographiques (adolescence, milieu de vie, retraite…) sont l'occasion de changements et de bifurcations30 qui peuvent déboucher sur des transformations effectives. Mais il ne faudrait surtout pas tomber dans le déterminisme historique : le changement après crise n'est programmé nulle part de même que le moment de rupture n'est écrit dans aucun texte. L'incertitude est commune au temps et à la crise.

Retour sur le temps actuel de crise : crise du politique ou du rapport au monde ?

  • 31  La question de la « crise de gouvernementalité » a été longuement traitée par Michel Foucault dans (...)

23Les articles de Carmen Leccardi et d'Eloïse Girault qui ouvrent ce numéro tentent, chacun à leur façon, de caractériser le temps de crise que nous vivons en ce début de troisième millénaire. La question du « politique », de ce que l'on appelle aussi « gouvernance »31 est au cœur des analyses et des argumentaires. Crise du projet, c’est-à-dire incapacité à construire des politiques organisées autour d'objectifs à long terme et de mobilisations collectives pour les réaliser (Leccardi) et politiques de l'urgence, c’est-à-dire soumission au court terme de la logique des marchés et de la pression des opinions publiques (Girault), sont les deux faces d'une même crise globale associée à l'accélération du temps de la décision et à l'hégémonie du temps du marché et de sa logique d'optimisation immédiate (grâce à Internet) des échanges monétaires.

  • 32  Dans un texte court mais très dense publié par la revue Partage, n° 208, janvier-février 2010, p. (...)

24À travers ces deux articles, on perçoit le même problème : comment penser à la fois la dépendance des mesures politiques (lutte contre la délinquance ou politique à l'égard des jeunes) à l'égard de résultats immédiats, à court terme (Centres éducatifs fermés, aides à l'insertion) et l'impuissance à définir et mettre en œuvre des projets de long terme fondés sur l'adhésion et la mobilisation des citoyens. Doit-on invoquer « l'accélération du temps » comme processus englobant, systémique, anonyme, catastrophique (voir les comptes-rendus des ouvrages d’Hartmut Rosa), « l'hégémonie des décideurs financiers », c’est-à-dire le pouvoir du capital financier et des dirigeants politiques des grandes puissances (Aglietta) ou encore les « résistances à la gouvernementalité libérale » (Foucault) ? Ne s'agit-il pas de symptômes d'une crise encore plus globale, touchant le rapport de l'humanité au monde, et marquant « l'achèvement du règne exclusif de l'économie » et « l'émergence d'un nouveau rapport des humains avec la nature » (thèses de Michel Serres32) ? On touche ici du doigt une difficulté essentielle des sciences sociales : construire une analyse temporelle (elles sont toutes des sciences historiques) qui parvienne à articuler la perspective systémique de l'interdépendance des niveaux d'analyse avec le point de vue actionaliste ou interactionniste des rapports sociaux et symboliques entre acteurs individuels et collectifs. De ce point de vue, la mise en évidence de la pluralité et de l'hétérogénéité des temps de l'action publique par Eloïse Girault (temps des politiques, de l'administration et des professionnels) est tout à fait éclairant : l'urgence est inséparable de la domination d'un acteur sur les autres dans un contexte d'alignement d'un sous-système (l'action publique) sur un autre (les affaires privées).

25Il n'en reste pas moins que la question de l'articulation temporelle des niveaux et des rapports sociaux entre les acteurs reste posée : c'est le problème majeur des sciences sociales. Au bout du compte, les articles de ce dossier donnent un bon aperçu des apports des sciences sociales à l'intelligibilité des rapports entre crise et temps. Leur diversité est un signe de la complexité de la question et leur convergence le signal que l'approche temporelle est bien la voie royale de ces disciplines et que la notion de crise est bien devenue un objet majeur des recherches actuelles de toutes les disciplines.

Haut de page

Notes

1  Habiter le temps, Bayard, 1996

2  Relire les analyses prémonitoires de Paul Jorion, 2007. La crise du capitalisme américain, Paris, La Découverte.

3  Voir le compte-rendu du livre de Rosa Accélération du temps et le débat sur l'ouvrage dans ce numéro.

4  Les introductions de chaque session sont consultables sur le blog de la Revue : http://temporalites.hypotheses.org/

5  Je tiens à remercier Jens Thoemmes, Gabrielle Varro, Paul Bouffartigue, Thomas Loué et Denis-Constant Martin dont les propos lors du colloque ont contribué à alimenter cette introduction.

6  Elias Canetti, 1966. « L'organisation du temps est l'attribut le plus éminent de la domination » Masse et puissance, Traduction de Robert Rovini, Paris, Gallimard, p. 422

7  L'expression est d'Alban Bensa, 1997. « Images et usages du temps », Terrain 29. Voir aussi André Green, 2000. Le temps éclaté, Paris, Minuit.

8 Nous nous sommes servi, pour ce début d'introduction, de la stimulante présentation de Paul Zawadski de l'ouvrage issu d'un séminaire de DEA de Sciences politiques de Paris I intitulé Malaise dans la temporalité, Presses de la Sorbonne, 2002.

9  François Hartog, 2003. Régimes d'historicité, Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.

10  Marcel Gauchet, 2000. « Quand les droits de l'homme deviennent une politique » Le Débat 110.

11  Alban Bensa, 2006. La fin de l'exotisme, Toulouse, Anacharsis, 2006.

12  Michel Aglietta, 2008. La crise. Pourquoi nous en sommes arrivés là, Paris, Michalon.

13  Claude Dubar, 2010. La crise des identités. L'interprétation d'une mutation, P.U.F, 4e édition revue

14  Le terme est utilisé par Hartog et par Gauchet

15  Zawadski, op.cit. p. 32

16  Voir Roger Sue reprenant à son compte le jugement de Marcuse: « cette focalisation sur le présent est un bon signe, le signe d'une société qui sort peu à peu de son passé et prend conscience de son retard sur son présent » 1995, Temps et ordre social, Paris, PUF, 2ème édition, p. 300

17  Zawadski, ibid, p. 23

18  Ibid., p. 37

19  Ibid., p. 38

20  Ehrenberg, 1998. La fatigue d'être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

21  Zawadski, op.cit. p. 61

22  Marc Ferro, 2004. Les individus face aux crises du XXe siècle, Paris, Odile Jacob.

23  La théorie des cycles de Kondratiev postule des retournements périodiques de conjoncture économique appelés crises et faisant alterner des phases (A) d'expansion forte, d'augmentations d'investissements, profits et salaires avec des phases (B) de dépression, récession ou faible croissance. Une lecture déterministe a longtemps prévalu (une crise tous les 50 ans...), elle a cédé la place à des interprétations stratégiques liées à la théorie des jeux.

24  Pour une excellente synthèse de cette métathéorie générale des crises financières, « Les crises du capitalisme », avril 2009. Hors-série d'Alternatives économiques, n° 38.

25  La question des anticipations, c'est-à-dire des projets d'avenir impliquant des investissements, est centrale dans l'analyse des crises du capitalisme qui sont bien des « crises du futur » par suite du manque de confiance des acteurs.

26  Outre la référence précédente, on trouve une mise en perspective stimulante dans Robert Benichi, 2008. Histoire de la mondialisation, Paris, Vuibert, 3e édition. Voir également Daniel Cohen, 2009. La prospérité du vice, Paris, Albin Michel.

27  Voir l’introduction du livre collectif Une histoire à soi, 2004, Paris, Éditions de la MSH

28  On voit que le schéma religieux vie-mort-résurrection est un cas particulier, optimiste, de ce schème général.

29 Grâce à de nombreuses enquêtes analysant ce que deviennent les salariés victimes de fermetures d'entreprise depuis plus de trente ans en France, on peut saisir les processus identitaires à l'œuvre ainsi que les inégalités selon l'âge, le sexe, le niveau d'études et la position antérieure. Cf. C. Dubar « Reconversions industrielles et transformation des identités professionnelles » Encyclopédie des Ressources Humaines, Vuibert, 2003 p. 672-714.

30  Voir Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, 2009. Bifurcations, Paris, La Découverte. Lire aussi l'ouvrage précurseur d'Erik Erickson, 1982. Adolescence et crise, la quête de l'identité, Flammarion.

31  La question de la « crise de gouvernementalité » a été longuement traitée par Michel Foucault dans Naissance de la biopolitique, Gallimard-Seuil 2004. C'est, selon lui, en prétendant remplacer la gouvernance du pastorat (Réforme début XVIe) puis du despotisme (Révolution fin XVIIIe) que le néo-libéralisme a provoqué la crise actuelle en tentant d'imposer une autorégulation de la société par le marché en misant sur le désir de richesses et de libertés...

32  Dans un texte court mais très dense publié par la revue Partage, n° 208, janvier-février 2010, p. 1-2, Michel Serres défend la thèse d'une crise globale en cours comparable à celle qui a accompagné, au néolithique, l'invention de l'écriture  et, à la Renaissance, celle de l'imprimerie. Il évalue « la profondeur et l'étendue de la crise qui ne touche pas seulement les marchés financiers, le travail et l'industrie, mais l'ensemble de la société, l'humanité entière car il s'agit du rapport des humains avec le monde ». Il pense que « l'antique rapport économique au monde approche de son terme » et que le rapport entre infinitude de la nature et la finitude des humains s'inverse ». Il affirme : « un hominescent se lève à la hauteur du Monde » inaugurant un nouveau rapport à la nature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar, « Temps de crises et crise des temps », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 21 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1563

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Laboratoire Professions Institutions Temporalités - UMR 8085
47, Bd Vauban
78047 Guyancourt cedex
claude.dubar@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page