Navigation – Plan du site
Autour de Hartmut Rosa

De l’accélération à la frénésie paralysante ?

Christopher Pollmann
Référence(s) :

Rosa H., Scheuerman W. (dir), 2009. High-Speed Society : Social Acceleration, Power and Modernity, University Park, Pennsylvania State University Press.

Texte intégral

1L’accélération est au cœur de la dynamique capitaliste depuis ses débuts. Mais ce n’est qu’avec sa dernière poussée, la poussée informatique, qu’elle suscite une exploration systématique. Il est vrai que le passage à la vitesse de la lumière, pour de nombreux processus et applications, constitue l’accélération ultime et donc sans doute la plus décisive.

  • 1 Lire Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, et notre rec (...)
  • 2  p. 41 à 56. Ce chapitre fait référence à G. Simmel, [1920] 1999. Philosophie de l'argent, Paris, P (...)

2Le présent ouvrage, critique sans verser dans l’approche populiste courante en la matière, est dirigé par deux des plus grands connaisseurs contemporains du sujet1. Rosa est professeur de sociologie à l’Université de Jena en Allemagne, et Scheuerman professeur de sciences politiques à l’Université de l’Indiana aux États-Unis. Après une introduction substantielle, ils reproduisent cinq prises de position fondatrices sur le sujet. Ainsi, le penseur futuriste Filippo Tommaso Marinetti espère-t-il voir le jour où le Danube coulera en ligne droite à 300 km/h (p. 58). Georg Simmel, avec son habituelle profondeur scientifique, étudiait l’impact de l’accroissement monétaire sur le « tempo de la vie »2. Et le juriste Carl Schmitt lance un réquisitoire nostalgique contre le « législateur motorisé ».

3Ensuite, dix études actuelles (dont quatre inédites) jettent les bases d’une compréhension de l’accélération et en explorent les conséquences politiques. Paul Virilio, principal initiateur d’une analyse novatrice et corrosive de la vitesse, y figure à la fois comme auteur et comme objet d’étude. Son article ne représente cependant que la dimension militaire, certes importante, de sa réflexion. Sur ce terrain, plusieurs autres contributions montrent que l’assimilation faite par Virilio entre vitesse et avantage, voire victoire est trop simple.

La force de l’abstraction

4L’apport original de Virilio ressort surtout de l’étude que lui consacre le sociologue Stefan Breuer. Nous y rencontrons la distinction fondamentale introduite par Virilio entre espace-temps et espace-vitesse. L’espace-temps est caractérisé par les vitesses de la nature, puis par des temporalités et des structures spatiales culturellement variables (p. 216 sq., 220 sq.), tandis que dans l’espace-vitesse les vitesses sont celles des moteurs, des machines, voire de la lumière, l’espace et le temps devenant abstraits (p. 233 sq.). L’historien Reinhart Koselleck parle à cet égard d’une « dénaturalisation du temps » (p. 116 sq.).

  • 3 Voir également Alain Bihr, « Capitalisme et rapport au temps. Essai sur la chronophobie du capital (...)

5Alors que Virilio fait se succéder l’espace-temps et l’espace-vitesse dans l’histoire et impute le règne de la vitesse au fait contingent de la guerre et à d’autres facteurs extra-économiques (p. 237), Breuer dresse un tableau plus complexe. Il rappelle la pensée d’Alfred Sohn-Rethel qui avait expliqué l’essor du capitalisme, entre autres, par « le projet mathématique [...] ancré dans le concept d’une société abstraite » (p. 231). Et il montre que l’analyse de Marx est toujours pertinente en articulant, de manière dialectique, les liens contradictoires entre les rapports de production perçus comme statiques (l’espace-temps) et les contraintes temporelles liées à la substitution progressive de la force de travail par des machines (l’espace-vitesse, p. 239 sq.)3. Pour rendre compte des causes de l’accélération, Rosa et Scheuerman invoquent également la sécularisation : depuis la perte d’un temps éternel, rassurant pour un être humain au temps de vie limité, « l’accélération peut servir d’équivalent fonctionnel d’éternité » (p. 9 et 90 à 92).

Mécanismes de rétroaction et réactions de défense

6Pour comprendre les ressorts de l’accélération, Rosa et Scheuerman en distinguent trois types : l’accélération technique, celle de la vie individuelle et celle du changement social (p. 5, 82 à 87). Or, elles sont reliées entre elles par une « spirale d’accélération » (p. 87 à 93). Par exemple, l’invention d’Internet augmente les possibilités et les options et, dans un contexte de concurrence et de rivalités, pousse les individus à agir, à travailler plus. L’accroissement des tâches à accomplir et la complexification des structures sociales étant, dans cet exemple et ailleurs, généralement supérieurs au gain temporel permis par l’accélération technique, la vie individuelle s’écoule plus vite, le changement social s’accélère et il s’ensuit un manque de temps. Du coup, on a besoin de nouvelles techniques pour en « gagner », et ainsi de suite. Vu le rôle de la concurrence dans cette spirale, les contributions qui  posent la question « que faire ? » face aux excès d’accélération auraient pu envisager de réduire cette concurrence.

7L’accélération de la vie individuelle et collective signifie à la fois une « compression du présent » (voir l’article 9, du philosophe Hermann Lübbe) et l’invalidation croissante des expériences et des attentes sociales et donc une « nouvelle imprévisibilité de l’avenir » (Koselleck, p. 125 sq.). Pourtant, la complexité grandissante de la vie occidentale oblige chacun à prévoir toujours plus longtemps à l’avance (Lübbe, p. 176 sq.).

8Comme l’accélération implique l’obsolescence accélérée de l’ancien, les individus se défendent par un « conservatisme structurel » (Lübbe, p. 174) et les sociétés par le souci de la conservation. Ainsi, « complétant son dynamisme, la mise en musée de notre civilisation s’est progressivement développée. [...] Vus dans cette perspective, les musées ne sont rien d’autres que des chambres mortuaires pour des reliques de civilisation » (Lübbe, p. 161). D’autres réactions, plus pathologiques, relèvent d’une « immobilité fulgurante » (d’après Virilio) : dépression de l’individu surchargé, accidents technologiques majeurs... La crise écologique peut également être reformulée en termes temporels : les rythmes de la Terre sont mis à mal par l’épuisement des énergies fossiles et hypothéqués par les déchets nucléaires et les manipulations génétiques, tous ces procédés dépassant sa capacité de régénération (p. 12).

9La valeur de cet ouvrage fondamental pour la compréhension de notre temps n’est guère amoindrie par quelques coquilles.

Haut de page

Bibliographie

C. Pollmann, “Accumulation, accélération et individualisme juridique. Droit, société et politique dans l’emballement du monde”, Mélanges Michel Miaille : Le droit figure du politique, Univ. de Montpellier I, 2008, vol. I, p. 369 à 442, accessible sur Hal SHS.

Haut de page

Notes

1 Lire Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, et notre recension dans Sciences humaines n° 220, nov. 2010, p. 62 ; et W. Scheuerman, 2004, Liberal Democracy and the Social Acceleration of Time, Baltimore, John Hopkins University Press .

2  p. 41 à 56. Ce chapitre fait référence à G. Simmel, [1920] 1999. Philosophie de l'argent, Paris, PUF, p. 643-662.

3 Voir également Alain Bihr, « Capitalisme et rapport au temps. Essai sur la chronophobie du capital », ¿ Interrogations ? 1, déc. 2005, p. 110 à 124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christopher Pollmann, « De l’accélération à la frénésie paralysante ? », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1564

Haut de page

Auteur

Christopher Pollmann

Professeur à l'Université Paul Verlaine – Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page