Navigation – Plan du site
Lire

Louise Fines, Recherche qualitative et cyber-espace-temps, 2011

Crimes en col blanc et autres problématiques contemporaines, Montréal, Presses de l’université du Québec, 2011.
Natalia Leclerc
Référence(s) :

Louise Fines, 2011. Recherche qualitative et cyber-espace-temps. Crimes en col blanc et autres problématiques contemporaines, Montréal, Presses de l’université du Québec, 2011, 132 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage de Louise Fines s’intéresse au recours aux médias en temps réel pour analyser les processus sociaux contemporains, et en particulier les crimes « en col blanc ». Il prend pour illustration l’affaire Enron, scandale financier qui a secoué les États-Unis en 2001. Son intérêt majeur est la présentation d’une méthodologie, celle du jeu, et le rappel des grands principes de recherche. Le lecteur peut toutefois rester sur sa faim : le discours fournit des grandes orientations, de nombreuses indications bibliographiques qui montrent une recherche exhaustive en amont de la rédaction de l’ouvrage, mais offre souvent trop peu de matière. En outre, les principes exposés ne sont pas toujours présentés de manière à apparaître comme novateurs tandis qu’on n’apprend pas de données concrètes sur l’affaire utilisée comme paradigme. Le cadre est posé, mais on souhaiterait qu’il soit rempli et que les nombreuses questions soulevées trouvent une réponse plus nette dans l’ouvrage lui-même. La matière est passionnante, mais on souhaiterait qu’elle soit traitée de manière plus tonique et moins répétitive. L’ouvrage semble souvent rester à l’orée de son propre discours.

2Louise Fines apporte un éclairage sur l’analyse des données médiatiques tout en interrogeant constamment sa légitimité. Pour l’auteur, en effet, « les médias sont porteurs d’informations sociologiques aptes à permettre l’étude des processus sociaux si diversifiés soient-ils » (p. 2). Elle s’intéresse à un média en cours d’expansion : le cyber-espace-temps, autrement dit les données médiatiques numériques, qui posent le paradoxe de laisser croire « que l’auditoire qui est à l’affût des moindres détails de la vie internationale et locale va vraiment être en position de savoir ce qui se passe dans l’immédiat » (p. 6). Une fois le problème posé, et plusieurs fois clairement rappelé dans l’introduction, on attend des éléments de réponse pour une appréhension raisonnée de ces données dans le contexte de la révolution du traitement et de la réception de l’information que constitue l’expansion des outils numériques.

3Le chapitre I, intitulé « Les médias et l’immédiat, ou l’illusion du contemporain », aborde les paradoxes de la notion d’immédiateté, et en particulier de l’immédiat médiatique. Le temps médiatique est en effet à la croisée de très nombreuses temporalités différentes, qu’il doit intégrer, tandis que les médias sont eux-mêmes inscrits dans la temporalité : il s’agit pour eux de « situer les actions […] à l’intérieur d’un continuum historique oscillant entre l’immédiat et l’infini » (p. 12). Ainsi, Louise Fines introduit une notion qu’elle explicitera plus loin, celle de jeu, au sens mécanique du terme. Elle énonce aussi des caractéristiques du temps médiatique, parmi lesquelles on relève l’existence d’une intertextualité de l’immédiat médiatique puisque chacun, racontant l’histoire, la modifie ; ou encore celle d’un jeu entre le passé et le futur : le très contemporain aussi s’inscrit dans une histoire, ce qui est une dimension couramment mise en valeur de la notion de temps présent. C’est à ce genre d’endroit que le lecteur souhaiterait un approfondissement théorique, un étayage, une illustration par des exemples pertinents, et non seulement évoqués comme celui de l’affaire Hicks.

4Le second grand paradoxe de l’immédiateté médiatique est celui du pouvoir. Louise Fines mentionne la problématique des marchands d’information, d’une part, et celle des journalistes d’investigation d’autre part, qui se font une conception policière du métier. Cette dernière, prégnante depuis le Watergate, est en outre une condition de la démocratie, question brûlante qui mériterait une problématisation approfondie. Autres figures importantes dans les enjeux de pouvoir : le dénonciateur ou sonneur de cloche (whistleblower), et le collaborateur. Les deux sont en situation délicate : protégé par des lois, le dénonciateur peut être mise au ban, tandis que le collaborateur est hors morale par sa volonté individualiste de s’enrichir par le malheur des autres. Ce cas illustre les nombreux problèmes que soulève l’immédiat médiatique : celui-ci peut causer le mal ou y remédier, permettre l’observation participante (par la webservation par exemple) ou susciter un sentiment d’impuissance, comme les événements du 11 septembre l’illustrent douloureusement. Quoi qu’il en soit, le lecteur est interpelé et sommé d’« établir son propre code moral » (Katz, 1987). La conclusion de ce chapitre pose l’immédiat médiatique comme un « bougé-immobile », un « mouvement dans le cadre », en référence à la métaphore du jeu qui sera ultérieurement développée.

5Le chapitre II, « Étudier un processus social à partir de données médiatiques (et autres documents) ; aspects conceptuels et théoriques », poursuit la présentation des problématiques liées à l’exploitation des données médiatiques. Ces dernières présentent en effet des limites, et avant tout posent le problème de leur nature : est-ce que ce sont de simples points de repères ou de vagues indications ? L’un ou l’autre, selon la situation – sans que la situation en question soit décrite de façon précise. Ce qui est certain en revanche, c’est que ces données ne sont pas les faits. Dans le cas des crimes en col blanc, on remarque en outre de la part des médias un phénomène d’opacification voire d’occultation : la disproportion de traitement est nette avec d’autres événements. Louise Fines trouve d’autant plus fécond le recours aux médias pour traiter des processus sociaux : selon elle, ils donnent accès à des données pertinentes voire secrètes, ils permettent de suivre l’évolution du procès et de repérer l’argumentation officielle.

6Le chapitre III, « Stratégies méthodologiques et conceptuelles retenues pour étudier la négociation de plaidoyer dans l’affaire Enron », aborde les avantages dont bénéficient les infracteurs en col blanc : droit de regard sur les choix des procédures, possibilité de limiter l’intervention du pénal, d’agir sur le temps judiciaire, notamment. La situation présente alors une inversion des pôles puisque les lois qui régissent les activités économiques des sociétés commerciales sont souvent établies par ceux-là même dont il s’agit d’encadrer les conduites (p. 40).

7Face à cette configuration, les médias présentent des mécanismes particuliers : ils font la course au dévoilement des informations sur les élites, tandis qu’ils contraignent ces dernières à multiplier les explications et justifications, et donc à les alimenter sans cesse. En outre, les données médiatiques ont la faculté de faire changer un événement d’échelle, le faisant passer du privé au public, du local au mondial. À ce titre, il est difficile de sous-estimer le rôle des médias dans le processus de négociation.

8Ainsi, ce chapitre présente aussi le jeu comme paradigme du protocole de recherche. Pour l’auteur, qui s’inspire de Ost et de van de Kerchove, le jeu entendu au sens mécanique du terme est donc un modèle réflexif et critique, une « dialectique sans synthèse » (p. 45). La méthodologie décrite est intéressante et même indispensable : ce qui est appelé « stratégie ludique » consiste à collecter des documents variés, à mettre en tension des points de vue différents, à dépasser les idiosyncrasies, et à multiplier les niveaux d’analyse. Les auteurs du paradigme rappellent que, conformément au modèle mécanique, le jeu peut atteindre ses limites par excès (et alors « tout se disloque ») ou par défaut (et « tout se bloque »). Louise Fines expose donc les méthodes de triangulation des données, des méthodes, ou encore des temporalités, mais là aussi, la présentation est assez vague et aplatit le raisonnement. L’auteur aborde ensuite la dimension systémique des processus criminels et la collusion des infracteurs présumés en col blanc et des politiciens, et grâce au cas Enron, met en lumière le paradoxe clémence-sévérité dont bénéficient ces infracteurs présumés. Outre ces éléments nouveaux, ce chapitre répète de nombreux arguments précédemment proposés.

9Les chapitres IV et V, eux, intitulés « Récapitulatif des principales stratégies méthodologiques susceptibles d’être fécondes pour étudier les processus sociaux sur la base de données médiatiques et de documents divers ; le CET et la trajectoire du processus », et « L’arène médiatique (le CET), une arène de négociation apte à permettre l’étude de processus sociaux complexes ; un jeu entre les outsiders et les informations réticulaires » n’apportent pas d’information nouvelle.

10Ainsi, l’ensemble de l’ouvrage se révèle assez répétitif, tant sur le plan de la composition et de l’argumentation que de l’écriture ; on ne dénombre plus les occurrences des termes « fécondité » et « fécond ». La grande quantité de déterminants indéfinis du type « certains », ou de marqueurs temporels aussi vagues que « souvent », « dans bien des cas » frustre un lecteur avide de précisions. Pourtant, l’ouvrage aiguise sans cesse la curiosité, abordant des problématiques complexes et fascinantes. Le lecteur est invité à se référer aux nombreux ouvrages de la très riche bibliographie : comme chaque argument évoqué est renvoyé à son auteur, il est extrêmement commode de compléter la lecture de l’ouvrage de Louise Fines par celle de ses sources. Certes, l’ouvrage se présente donc plutôt comme un guide de lecture que comme un ouvrage autosuffisant, mais il donne au lecteur les moyens de poursuivre la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia Leclerc, « Louise Fines, Recherche qualitative et cyber-espace-temps, 2011 », Temporalités [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 04 juillet 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1567

Haut de page

Auteur

Natalia Leclerc

Université de Bretagne Occidentale
3 rue des archives
CS 93 837 29 238 BREST CEDEX
natalialeclerc@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page