Navigation – Plan du site

À Jean : l'hommage de Jean-Marc Ramos1

Jean-Marc Ramos

Texte intégral

  • 1  Intervention à la journée hommage à Jean Chesneaux qui s’est tenue à Paris, le samedi 10 novembre (...)

1Madame, Messieurs,

2Je voudrais, à mon tour, rendre hommage à Jean Chesneaux en rappelant brièvement, par ce témoignage, ce qu’il a apporté à la recherche sur le temps en sciences humaines et sociales. Il nous a laissé une œuvre importante dont je voudrais souligner la portée en présentant quelques-unes de ces idées-forces.

3Jean se disait « temporaliste ». Il affectionnait particulièrement ce terme, un néologisme que nous avions forgé dans les années 80. Nous l’avions choisi avec William Grossin pour qualifier les membres d’un réseau qui s’était constitué autour d’une publication très spécialisée ; il s’agissait du bulletin des Temporalistes qui a cessé de paraître en 2002. Jean était l’un des membres les plus éminents de ce réseau. Mais il était loin de se satisfaire de ce statut car dans la pratique, quand il fallait préparer les numéros et définir de nouveaux projets éditoriaux, c’était l’un des plus actifs d’entre-nous. Son implication dans la diffusion des connaissances, il la montrera à nouveau lors du lancement de la revue Temporalités, une nouvelle publication scientifique qui est désormais bien installée dans son champ. Il en fut l’un des membres fondateurs avec Claude Dubar et plusieurs autres temporalistes.

4Toute l’œuvre de Jean Chesneaux est traversée par le souci du temps. C’est ce qui ressort à la lecture de ses nombreuses publications. On peut néanmoins dégager trois moments importants, trois temps forts dans l’évolution de sa pensée sur la question. Tout commence dans les années 70 par un essai sur le temps historique. Il sera suivi dans les années 90 par un ouvrage très personnel sur l’art d’habiter le temps. Quant aux derniers textes, comme ceux qui paraîtront dans la revue Temporalités, ils conduiront notre ami à s’interroger sur les fondements transculturels de la conscience du temps.

5Pour commencer, voici ce qu’il écrivait dans les années 70 : « Si le passé compte, c’est par ce qu’il signifie pour nous. Il est le produit de notre mémoire collective ». Ce passage qui aurait pu être écrit par le sociologue Maurice Halbwachs, est extrait d’un livre sur le travail de l’historien. Il s’agit d’un essai dont le titre, Du passé faisons table rase ? (Maspéro, 1976), est plus une question posée qu’une exhortation à l’oubli ; ce titre se termine en effet par un point d’interrogation. Dans ce livre qui fut très commenté dès sa sortie, Jean mettait en cause une conception trop académique du savoir historique où l’historien fait parfois figure d’ « utile antiquaire », selon l’expression de Marc Bloch. Marc Bloch recommandait en effet à l’historien de « dérouler la bobine [du temps] à rebours », car il voyait, dans l’expérience quotidiennement vécue, un outil d’analyse historique d’une valeur irremplaçable. Dans ce sens, contraire à la chronologie, la connaissance du présent est une condition nécessaire pour comprendre le passé. Mais pour Jean qui ne concevait pas, surtout à cette époque, la connaissance sans l’action, le rapport entre présent et passé devait être inversé. En effet l’engagement ne commande plus seulement de comprendre le passé à partir du présent, il conduit à agir sur le présent en connaissance du passé. Dès lors le rapport au passé constitue un mode opératoire du changement social. Car c’est du passé que viennent les modèles d’action. Conçu sous cet angle, le projet de l’historien pourrait s’apparenter à celui du sociologue. Toutefois, on ne peut reprocher à Jean Chesneaux d’avoir sociologisé le temps historique car ses nouveaux centres d’intérêt allaient progressivement l’éloigner de sa discipline initiale.

6Dorénavant, c’est principalement au contact de la philosophie, de l’anthropologie et de la sociologie que Jean Chesneaux va développer sa propre conception de la temporalité. Celle-ci n’est pas sans rapport avec ses activités civiques, son expérience militante et ses voyages. Ses travaux se concentrent alors sur « l’art d’habiter le temps ». Cette formule « habiter le temps », il la doit à Jean-Marie Djibaou. Elle lui a servi de titre pour un ouvrage important, paru dans les années 90, qui comptait beaucoup pour lui. Il en parlait comme « l’aboutissement d’un long cheminement personnel » (Habiter le temps – présent, passé, avenir. Pour un dialogue politique. Paris, Bayard, 1996). Jean s’intéresse désormais au temps vécu, à l’épaisseur humaine du temps, qu’il étudie dans les contextes culturels les plus divers à partir des observations qu’il a faîtes lui-même sur le terrain. Pour cela, il utilise une méthode familière aux temporalistes. Dans chacun des milieux observés, il effectue un travail de particularisation des temporalités en termes de ressources et de contraintes afin de mieux saisir l’articulation entre les temps personnels et les temps sociaux. C’est ainsi qu’il observe une « capacité hébergeante » chez un paysan mélanésien qui se trouve exilé à Port Moresby , une ville de Papouasie-Nouvelle-Guinée où règnent le désordre et l’insécurité. Que faut-il entendre par « capacité hébergeante » ? Le concept est intéressant car il pourrait s’appliquer aux objectifs de l’écologie temporelle, un courant de recherche qui est très en vogue dans les pays anglo-saxons. Pour faire bref, disons que cette capacité témoigne d’une disposition à réaliser l’articulation entre les diverses temporalités, même dans des conditions très contraignantes. Dans le cas d’une société brutalement exposée à la modernité, l’art d’habiter le temps consisterait à préserver les rythmes naturels et le temps coutumier d’une manipulation excessive des temps extérieurs. Voilà un argument qui ressemble fort à un appel qui ne déplairait pas aux partisans de l’écologie temporelle.

7Au cours des dernières années, Jean Chesneaux va donner un caractère plus formel et une orientation plus universaliste à ses travaux. Notre ami s’intéresse désormais à « l’architectonique mentale du temps » dont il recherche les fondements dans la linguistique, en comparant une grande diversité de langues. Son hypothèse va à l’encontre du relativisme culturel des post-modernes qui voudrait que la notion de temps soit une création de la pensée occidentale. Jean postule en effet que « la tripartition du champ temporel », c’est-à-dire la représentation du temps sous la forme du passé, du présent et du futur, est un fait de culture largement répandu. Pour conforter son hypothèse, il a passé en revue le vocabulaire temporel d’une vingtaine de langues issues de cultures étrangères les unes aux autres. Les résultats de cette enquête sont consignés dans l’un de ces derniers textes, paru en 2005 dans la revue Temporalités. Ils montrent que ce qui tend à être universel dans la conscience du temps, c’est le timescape c’est-à-dire le panoramisme de la représentation temporelle qui autorise une projection du Moi dans le passé, le présent et l’avenir ainsi qu’une vision du monde dans ces trois dimensions.

8Enfin, je voudrais conclure cet hommage en exprimant un point de vue très personnel à la fois sur l’intellectuel et sur l’homme que j’ai eu la chance de côtoyer pendant plusieurs années. Dès les premiers contacts, j’ai été frappé par la générosité et la complicité intellectuelle de notre ami. Jean aimait donner. À plusieurs reprises, il m’avait offert des livres. Mais contrairement au rituel, il ne s’agissait pas des siens. Il aimait plutôt offrir ceux des autres. Par ces dons, il cherchait en fait à satisfaire ce qu’il savait de vos intérêts intellectuels du moment. C’est ainsi qu’il m’offrit la réédition, chez L’Harmattan, en 1998, d’un livre capital pour la recherche temporaliste. Il s’agissait de La genèse de l’idée de temps de Jean-Marie Guyau (Alcan, 1889). Gageons qu’une telle générosité fondée sur l’empathie est une qualité qu’il est bien rare de rencontrer en dehors du « grand réseau de l’amitié ».

Haut de page

Notes

1  Intervention à la journée hommage à Jean Chesneaux qui s’est tenue à Paris, le samedi 10 novembre 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Ramos, « À Jean : l'hommage de Jean-Marc Ramos », Temporalités [En ligne], 6/7 | 2007, mis en ligne le 09 juin 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/157 ; DOI : 10.4000/temporalites.157

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Ramos

Université de Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page