Navigation – Plan du site

Cycle de conférences Condorcet : la mesure du temps

Image 1.jpgLes Conférences Condorcet qui accompagnent depuis 2010 la réalisation du projet de Campus Condorcet ont repris. Le programme 2011-2012 est construit cette année autour de deux cycles thématiques, « La mesure du temps » et « La construction du territoire du Nord-Est parisien ». 

Le programme, qui peut être téléchargé sur le site du campus, comporte :

Les calendriers mésoaméricains

Danièle Dehouve (anthropologue et ethno-historienne, directeur de recherche au LESC)
Lundi 21 novembre 2011, 19 h au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers

La Mésoamérique, aire culturelle qui comprend la partie méridionale du Mexique et plusieurs pays d’Amérique centrale, a été le siège de la découverte de calendriers sophisti­qués, indépendamment de l’Ancien Monde. Ses nombreuses populations (Olmèques, Mixtèques, Zapotèques, Mayas et Aztèques) ont partagé, à partir de 600 avant J.-C., un système complexe fondé sur l’articulation des cycles de plusieurs astres (Soleil, Vénus, Mars…) au moyen d’un cycle « artificiel » de 260 jours. Au fondement de la divination et de la mise en oeuvre des guerres, des rituels et des sacrifices, les calendriers mésoaméri­cains sont parvenus à des calculs très exacts embrassant des millénaires.

Le calendrier en Chine : mesure du temps et gouvernement des hommes

Marc Kalinowski (sinologue, directeur d’études EPHE)
Lundi 6 février 2012, 19 h au théâtre de la Commune d’Aubervilliers

Le calendrier a occupé en Chine une place prépondérante. La chronologie chinoise compte parmi les plus anciennes du monde et l’usage de calendriers annuels inscrits sur lamelles de bambou est attesté dès les premiers empires au IIIe siècle avant notre ère. L’importance accordée aux techniques de notation du temps peut être mise en rapport avec la dimension agraire de la civilisation chinoise, et de manière plus décisive avec le rôle dévolu au calendrier dans la légitimation du pouvoir et l’élaboration de liturgies saisonnières régulant les activités politiques et sociales. Les caractéristiques de cette forme de cosmologie calendaire seront présentées sur les plans de la philosophie de la nature, des sciences traditionnelles et des représentations symboliques de l’espace et du temps.

Les calendriers mésopotamiens

Jean-Jacques Glassner (historien, directeur de recherche émérite CNRS)
Lundi 2 avril 2012, 19 h au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers

Les Sumériens et les Babyloniens, aux troisième, second et premier millénaires avant notre ère, ont une perception très différente de la temporalité. Il s’agit, pour les premiers, d’un temps qui se déroule selon un schéma sinusoïdal, selon les seconds, d’un temps qui épouse la forme d’un zigzag. Il se décline en mois, parfois en semaines, comme en Assyrie. Les mois sont généralement subdivisés selon les cycles lunaires. Les journées et les nuits, avec le calcul de la durée respective (variable selon les saisons) des unes et des autres tout au long de l’année, sont subdivisées en six « doubles heures », trois pour la nuit, trois pour le jour (la journée commençant le soir). Avec le développement de l’astronomie mathématique, la subdivision des heures en minutes et secondes se généralise.

La mesure du temps de la révolution industrielle à nos jours

Christian Chardonnet (physicien ; directeur de recherche CNRS, Université Paris 13)
Lundi 4 juin, 19 h au théâtre de la Commune d’Aubervilliers

Pendant des siècles, les indications fournies par un cadran solaire suffisaient pour les besoins des hommes, peu mobiles. Avec l’avènement de l’ère moderne puis industrielle, il a fallu connaître l’heure en tout point d’un pays puis de la planète avec une précision de plus en plus élevée. Les progrès scientifiques dans la mesure des mouvements de la Terre ainsi que les progrès technologiques de l’horlogerie ont permis de répondre à ces nouveaux besoins jusqu’au milieu du XXe siècle. Grâce à la physique quantique, une nouvelle étape a été franchie dans la précision ultime de la mesure du temps avec les horloges atomiques. L’application la plus spectaculaire est le système GPS qui sert à définir un Temps Atomique International (TAI) mais aussi et surtout à la géolocalisation, une application désormais indispensable. Le refroidissement des atomes par laser a enfin permis de pousser l’exactitude des horloges atomiques : l’erreur commise n’excède pas 4 secondes à l’échelle de l’âge de l’Univers (13,7 milliards d’années).