Navigation – Plan du site
Varia

Parcours et stratégies de professionnalisation militaire

Le cas des officiers diplômés des universités
Axel Augé

Résumés

La professionnalisation de l’armée de terre, survenue en 1996, s’est accompagnée d’une transformation de la profession et de la carrière des officiers. Certains ont choisi la voie du diplôme universitaire pour se professionaliser. Dans un champ marqué par le référentiel opérationnel et le combat, ce choix ne va pas de soi. On s’interroge donc sur les conditions sociales de la professionnalisation par la voie académique et sur les stratégies individuelles mises en œuvre par ces officiers. Cet article prend pour objet les officiers de l’armée de terre diplômés des universités. Il vise à comprendre la manière dont l’investissement personnel dans des études supérieures renforce le professionnalisme militaire et dessine des bifurcations de leur parcours professionnel. Deux grands modèles de professionnalisme militaire autour du diplôme sont mis en évidence. Le premier, celui des parcours de reclassement au sein de l’armée et en dehors, conduit à privilégier la reconversion professionnelle ; tandis que le second correspond à des parcours d’affirmation identitaire et d’accomplissement de soi, loin de toute injonction institutionnelle, du moins en apparence. L’analyse des parcours d’officiers diplômés d’une université vient nuancer cette première catégorisation et fournit un éclairage supplémentaire sur les ressources sociales qu’ils mobilisent dans la conduite de leur carrière militaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les campagnes de recrutement qui suivent cette phase de professionnalisation insistent sur les 400 (...)
  • 2 La spécialité est la fonction occupée par le militaire d’un corps de métier selon les qualification (...)

1La professionnalisation de l’armée de terre, engagée en 1996 en France, s’est accompagnée d’une profonde évolution de la formation des officiers. La suspension de la conscription correspond à la disparition des appelés au profit d’un corps de militaires professionnels organisés en métiers1. Dans le même temps, la gestion par spécialités2 devient la norme pour ces professionnels « managers de la violence légitime » (Weber, 1971). En suivant Bernard Lemestrel (2004), contrôleur général des armées, l’archétype du soldat n’est plus le légionnaire ou l’officier en casoar et gants blancs : c’est un professionnel, expert dans un domaine. Toutefois, se professionnaliser par l’acquisition d’un diplôme civil dans une institution marquée par le référentiel opérationnel et l’art du commandement ne va pas de soi, tant « l’image de l’officier combattant et meneur d’hommes est profondément enracinée au sein de la communauté militaire de l’armée de Terre » (Hamelin, 2003, p. 443). Ainsi, on ne peut manquer de s’interroger sur les conditions sociales de la professionnalisation par la voie académique ainsi que sur les stratégies individuelles que les officiers mettent en œuvre pour y accéder. Au-delà de l’injonction à devenir « soi-même » des campagnes de recrutement, l’armée de Terre se livre à un « important travail de délimitation des phases du parcours professionnel définies selon un référent normatif marqué par l’expérience opérationnelle » (Guillaume, 2010). En effet, dans l’institution militaire, le modèle « opérationnel » domine les représentations des compétences professionnelles. Aussi, le fait de choisir une voie de culture générale, non directement « opérationnelle » au sens militaire, risque d’être considéré comme hors norme par le milieu professionnel et marque une bifurcation dans l’itinéraire.

  • 3 Les officiers dits brevetés ont obtenu un diplôme de l’enseignement militaire supérieur du second d (...)

2Cet article prend pour objet les officiers de l’armée de terre (à partir du grade de commandant) diplômés d’un établissement supérieur civil. Il vise à comprendre comment le fait de reprendre des études supérieures à l’université influe sur le mode d’insertion personnelle dans un champ professionnel dominé par les officiers « brevetés »3 dont le potentiel à exercer des tâches de commandement et de direction est reconnu dans l’armée. Pour cela, nous analysons les parcours d’officiers diplômés des universités en montrant comment des événements biographiques ou professionnels redéfinissent des priorités individuelles et produisent des bifurcations.

3D’après Michel Grossetti (2006, 2010), la bifurcation désigne un changement de parcours professionnel lié à des situations dans lesquelles une séquence d’action partiellement imprévisible produit des effets durables. Cette séquence d’actions découle d’événements comme l’échec en formation militaire, la maladie ou la blessure, la mutation imposant le célibat géographique. Par « parcours », nous entendons la succession d’événements survenant au cours de la carrière professionnelle.

4Nous étudions les manières dont s’articulent l’investissement personnel dans une formation et la logique de professionnalisation : quel rapport au métier apparaît dans les différents parcours et les différentes logiques d’articulation ?  Quelle est la place de la famille ? Quel rapport à la culture « civile », notamment dans le choix des diplômes et des disciplines comme l’histoire, par exemple ? Quel est le poids de ressources comme le diplôme, les brevets militaires, la situation matrimoniale, la volonté de reconnaissance, dans la construction des parcours professionnels ? Nous nous demanderons si la professionnalisation militaire par la voie académique est sensible au contexte familial (chez les officiers, le désir de diplôme apparaît le plus souvent en situation de célibat géographique), si elle tient à des enjeux de carrière (être reconnu dans l’armée) et à une volonté de reconversion professionnelle (échec en formation militaire, départ de l’armée sans conversion identitaire).

5Après une première partie méthodologique, les parties suivantes présentent plusieurs formes de parcours d’investissement dans les études universitaires. La deuxième partie est consacrée aux parcours de reclassement individuel dans lesquelles la reconversion professionnelle est déterminante. Dans la troisième partie, nous nous intéressons à une autre raison de reprendre un cursus universitaire : une logique d’affirmation identitaire qui dessine des parcours d’accomplissement de soi. Enfin une quatrième partie revient sur les parcours d’officiers dont l’armée a elle-même encouragé la formation universitaire afin de répondre à ses propres besoins. Cette logique où le projet individuel rejoint le projet institutionnel éclaire le point de vue de l’institution et de sa propre stratégie.

1. Précisions méthodologiques

  • 4 Les officiers diplômés désignent des officiers diplômés d’une université. Ils constituent un échant (...)

6Cet article s’appuie sur les résultats d’une recherche consacrée aux pratiques universitaires des officiers de l’armée de terre, conduite de janvier 2007 à novembre 2009. Nous avons d’abord procédé au recueil et à l’analyse de la documentation institutionnelle sur la formation et la culture militaire. Nous avons ensuite réalisé des entretiens auprès de soixante seize officiers diplômés4 de l’enseignement supérieur civil dans deux camps militaires et à l’état-major de l’armée de Terre.

Tableau n°1. Le corpus de l’étude. Répartition par grade

Grades des officiers

Effectif

%

Colonel

18

24

Lieutenant colonel

32

42

Commandant

25

33

Capitaine

1

1

Total

76

100

Source : Axel Augé/Crec Saint-Cyr /janvier 2010

7Nous avons réalisé ces entretiens, de type biographique, auprès d’officiers masculins diplômés des universités et d’âges différents (le plus âgé est né en 1957, le plus jeune en 1969) et répondant à trois critères : avoir une formation universitaire équivalente ou supérieure au master ou posséder un diplôme délivré par une université ou un institut d’enseignement supérieur (critère de formation) ; appartenir à l’armée de terre ou avoir été officier supérieur avant le départ à la retraite (critère professionnel) ; entamer sa deuxième partie de carrière à partir du grade de commandant (critère hiérarchique).

  • 5 Le Collège interarmées de défense forme chaque année environ 115 officiers dans le cadre de l’ensei (...)
  • 6 Les sciences humaines et sociales constituent les principales disciplines dans lesquelles les offic (...)
  • 7 Directive « Culture militaire de l’officier », 2007-2008. Commandement de la formation de l’armée d (...)

8L’analyse des données révèle trois caractéristiques principales des choix de formation. La première tient à la place qu’occupe le savoir académique dans le parcours professionnel: l’officier choisit de passer un diplôme civil en deuxième partie de carrière et en particulier dans la voie de l’expertise, celle de sa professionnalisation dans un domaine donné (langues étrangères, histoire, sociologie, etc.). Cette situation est restée inchangée malgré la réforme de 2007 de l’enseignement militaire supérieur du second degré (EMS2) qui donne une place capitale à la scolarité dispensée au Collège interarmées de défense5 (CID) en deuxième partie de carrière. La deuxième tient au choix des disciplines universitaires dites « professionnellement utiles »: on retrouve dans les pratiques universitaires des officiers un besoin d’étudier la guerre6 pour renforcer des compétences professionnelles. Le choix d’obtenir un diplôme universitaire n’est donc pas fortuit. Il obéit à deux logiques: choisir une discipline dans les sciences dites de la guerre et élargir la culture militaire pour comprendre « les enjeux au sein des sociétés et du système international ainsi que les forces qui en constituent le ressort »7. L’acquisition d’une culture militaire, loin du désir d’érudition, sert la finalité opérationnelle. Ici, l’histoire militaire est bien représentée parmi les matières choisies (24 %). La sociologie et les sciences politiques affichent des scores également importants (17 %). Les personnes interrogées expliquent ces choix par l’utilité opérationnelle de ces disciplines et notamment leur utilité pour comprendre les enjeux des conflits modernes.

Tableau n°2. La discipline universitaire choisie

Discipline universitaire

Effectifs

%

Sciences de la matière

4

5

Histoire militaire

18

24

Sciences de l’éducation

7

9

Sociologie

13

17

Droit

7

9

Ethique militaire

1

1

Relations internationales

11

14.5

Sciences politiques

13

17

Langues

2

3

Total

76

100

Source : Axel Augé/Crec Saint-Cyr /janvier 2010

9Troisièmement, les données montrent que les diplômes à haute valeur intellectuelle comme le master ou le doctorat sont les plus convoités. Les contraintes familiales et professionnelles poussent les officiers à opter pour des diplômes qui s’obtiennent en deux ans (master) plutôt qu’en quatre ans (doctorat).

Tableau n°3. Le type de diplôme commencé

Niveau de diplôme

Effectifs

%

Licence

2

2.6

Master (1ou 2)

50

65.8

Doctorat

24

31.6

Total

76

100

Source : Axel Augé/Crec Saint-Cyr /janvier 2010. 8 doctorats sont en voie d’acquisition.

2. Reclassement individuel et logique de reconversion professionnelle

10Le premier type de trajectoire biographique des officiers diplômés des universités est celui d’un parcours de reclassement individuel, que ce soit au sein de l’armée ou en dehors. Ces officiers cherchent à se reconvertir ou à se repositionner professionnellement, dans une nouvelle manière d’exercer leur métier.

2.1. L’académisation comme voie de repositionnement individuel

  • 8 La rationalisation des coûts de formation des cadres militaires engendrée par la réforme de la défe (...)

11Ce premier cas de figure est celui de 15 des 76 officiers de l’échantillon et s’enracine dans un contexte de rationalisation des dépenses et de gestion des carrières8 en fonction des besoins de l’institution et des capacités des individus. Nés dans les années 1960-1963 et principalement issus des classes moyennes supérieures, ces officiers ont connu un échec en cours de formation militaire en seconde partie de carrière, généralement lors du concours d’entrée au Collège interarmées de défense. Leur formation initiale a eu lieu à l’école militaire interarmes (EMIA) ou à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM). Pour expliquer leur choix de se tourner vers l’université, les enquêtés parlent de voies alternatives non seulement pour poursuivre leur carrière mais aussi pour maintenir une motivation professionnelle ou encore être reconnu dans l’institution par le diplôme. Dans ce contexte, la recherche d’un diplôme universitaire, notamment lorsque survient un échec en formation militaire, s’apparente à une voie de « salut professionnel » et de repositionnement individuel pour relancer une carrière ralentie par l’absence d’un brevet de l’enseignement militaire du second degré (EMS 2).

  • 9 Tous les noms et prénoms des personnes interviewées et citées dans le texte sont des pseudonymes co (...)

«  Dans la carrière d’un officier, il y a des rendez-vous de formation à ne pas manquer : l’école de guerre (le collège interarmées de défense) est un virage à ne surtout pas manquer. Le statut d’officier breveté, obtenu à l’issue d’un parcours de formation militaire bien défini, allant de l’école d’état-major au temps de commandement d’unité élémentaire jusqu’à l’enseignement militaire supérieur de deuxième niveau (EMS 2), permet d’envisager un déroulement de carrière honorable. Et si l’on sort de ce schéma-là, on est forcément obligé d’aller chercher ailleurs ses qualifications. Et pour moi cet ailleurs a été l’université et le grade de docteur. J’ai ensuite fait jouer mon diplôme dans le cadre du DTR, c’est-à-dire du diplôme technique à titre de régularisation. »
(Loïc, né en 1966, officier docteur)9.

12Dans la recherche du diplôme hors de l’institution militaire, il faut souligner l’importance de l’échec subi au cours de la formation militaire. Cette situation apparaît comme un choc professionnel, c’est-à-dire un événement imprévisible qui affecte durablement le parcours biographique et la carrière (Grossetti, 2004, p. 187). L’échec que ces officiers ont connu dans l’enseignement militaire supérieur du deuxième degré provoque une réorientation de leur parcours professionnel puisque ceux-ci se voient refuser l’accès au grade de colonel. L’échec dans l’enseignement militaire supérieur du deuxième niveau (sphère de la formation) provoque une rupture du parcours professionnel (sphère du travail) et un désir de se repositionner dans l’institution par l’acquisition d’un diplôme universitaire (sphère de la reconnaissance). La rupture du parcours professionnel provoque une reconfiguration des systèmes de ressources et des priorités de la personne.

  • 10 La carrière est ici vue comme une succession de changements d’état corrélée à des transformations à (...)

13Les officiers concernés ont donc besoin d’un diplôme universitaire pour prolonger leur carrière10 militaire. Il s’agit donc de parcours de contournement, puisque ces officiers vont se former à l’extérieur de l’armée pour mieux revenir vers elle après avoir obtenu leur diplôme. En d’autres termes, si l’officier n’est pas reconnu par les armes, il le sera par la plume : la certification universitaire permet cette reconnaissance institutionnelle. Dans ce cas, le diplôme permet de se repositionner dans la carrière. C’est donc suite à ces contraintes et après avoir étudié les différentes alternatives (atteinte de la limite d’âge par rapport au grade, renouvellement de la candidature au Cours supérieur de l’enseignement militaire, reconversion professionnelle) que ces officiers s’engagent dans la recherche d’un diplôme universitaire. Pour illustrer ces parcours, citons le cas de Bernard O., lieutenant-colonel et docteur en droit.

Né en 1967, Bernard est âgé de 43 ans au moment de l’entretien. Il est diplômé de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM) et titulaire d’un master en droit. En 2001, au cours de sa carrière militaire, il s’engage dans un troisième cycle universitaire en s’inscrivant d’abord au diplôme d’études approfondies (DEA), qu’il obtient l’année suivante, puis en doctorat. Il se définit par rapport à ses collègues comme un saint-cyrien « du dehors », loin de la socialisation traditionnelle liée à l’appartenance à une famille de militaire et au passage par les lycées de la défense et les classes préparatoires. Après son échec à l’école de guerre, il revient dans une école militaire comme enseignant au département de droit. Son diplôme de droit lui confère à la fois une compétence évidente pour l’armée et une reconnaissance de ses collègues militaires brevetés. Bernard a obtenu un diplôme dans une université pour se repositionner par rapport à ses camarades qui, eux, sont titulaires du brevet du collège interarmées de défense. Il considère avoir atteint le dernier grade auquel il peut prétendre jusqu’à la fin de sa carrière, d’ici à six ou sept ans, sauf exception. Cette situation lui permet d’envisager une reconversion et « passer à autre chose ».

14Du point de vue des enquêtés, la bifurcation, relativement nette, dans les parcours d’officiers vers une académisation est interprétée comme l’expression d’une volonté de se repositionner dans la carrière et au sein de l’institution en intégrant le métier de formateur, en qualité d’enseignant. Ici, l’enjeu professionnel est déterminant dans le choix d’acquérir un diplôme. L’échec en formation professionnelle motive les officiers à faire cette démarche « pour être reconnu par les camarades de promotion et pouvoir intervenir en toute légitimité à l’extérieur de l’institution militaire » ; « Il y a bien un besoin de reconnaissance des officiers : cela passe par le collège interarmées de défense et pour ceux qui ne l’ont pas obtenu, la reconnaissance passe par les certifications universitaires civiles »,(Jean, ancien lieutenant-colonel, enseignant de relations internationales). Le diplôme compense l’échec subi dans l’enseignement militaire supérieur et donne à l’officier l’opportunité d’être reconnu autrement dans son milieu professionnel.

« L’institution militaire est l’une des rares institutions professionnelles qui assurent par des voies internes la formation et la promotion de leurs cadres. Les grandes entreprises, par exemple, délèguent la formation de leurs élites aux grandes écoles de commerces et de management. Si j’ai choisi d’acquérir un diplôme universitaire alors que l’armée délivre ses propres diplômes c’est que, il faut bien le dire, quelque chose n’a pas marché ; du moins, du point de vue du gestionnaire militaire pour lequel le marquant rouge c’est le brevet de l’école de guerre ».
Yvan, lieutenant-colonel, docteur en histoire.

« Le diplôme permet également d’avoir une légitimité à l’extérieur de l’institution, notamment devant les civils. Lorsque vous dites à une personne civile, je suis diplômé de l’école de guerre, cela ne signifie rien pour elle, surtout si sa connaissance des armées est limitée. En revanche, si vous vous présentez comme étant docteur en sciences sociales, vous êtes tout de suite identifié. Le diplôme universitaire permet aussi une certaine reconnaissance dans le civil ».
Emmanuel, lieutenant-colonel, docteur en histoire.

« Pour les pairs, un officier ayant raté le concours du CID, [mais qui a] passé des formations valorisantes sera reconnu. C’est indéniable ! Il sera reconnu pour les formations parfois difficiles qu’il a passées et les diplômes qu’il a obtenus. Mais il sera quand même toujours celui qui a échoué devant l’obstacle du collège interarmées de défense. Et ça c’est ce que l’on nomme dans notre langage militaire « to go or not go » : tu y es allé ou pas ! »
Paul, lieutenant-colonel, état-major des armées, Paris

15Toutefois, ces officiers font jouer leur diplôme comme une ressource de remplacement au sein de l’institution militaire. Leur compétence universitaire constitue finalement la principale ressource réellement mobilisable et négociable dans un champ militaire dominé par les « officiers brevetés », et dans le champ civil face à un public qui ignore la valeur des diplômes militaires. Pour ces non brevetés, le diplôme universitaire devient le sésame pour le grade de colonel. La possession du diplôme universitaire permet de remonter l’échelle de la reconnaissance par les pairs (officiers brevetés) et d’occuper une position sociale relativement prestigieuse - grâce au doctorat -, quand toutes autres options seraient vécues comme un déclassement professionnel. En revanche, le cas des officiers analysés ensuite montre en quoi l’académisation du parcours biographique peut également préparer une reconversion professionnelle hors de l’armée. Dans ce cas, le reclassement individuel provoque une reconversion professionnelle dans laquelle la situation familiale est alors déterminante.

2.2. Un diplôme pour se reconvertir professionnellement

16Selon les cas, la reconversion professionnelle est subie ou résulte plutôt d’un choix mais au fond, les contraintes professionnelles et familiales semblent être le déterminant essentiel de la manière de se reconvertir. En effet, la décision de reprendre un cursus universitaire induit un rapport à l’activité et des stratégies professionnelles spécifiques. Comme pour les parcours précédents, le diplôme tient lieu de ressource indispensable à la reconversion professionnelle, en particulier vers l’entreprise privée, les cabinets de conseils en stratégie ou encore les métiers de la sécurité. Dans ces secteurs d’activité, le statut d’ancien militaire est considéré comme le gage d’un leadership efficace.

1710 des 76 officiers rencontrés (soit 13 %) se sont reconvertis dans le civil, selon deux logiques différentes. Dans le premier cas, il s’agit d’officiers qui ont leur carrière derrière eux et pour lesquels la reconversion correspond à une progression professionnelle : relance d’une carrière en panne, poste à responsabilité, bonification salariale. Ces officiers voient dans le diplôme universitaire une ressource utile à une seconde carrière dans le monde civil. Ce sont des  homo strategicus (Crozier, 1990) qui intègrent dans leur parcours les contraintes auxquelles ils font face comme la limite d’âge, l’échec aux concours militaires, une blessure. Pour cette catégorie d’officiers, le choix d’acquérir un diplôme apparaît dans un contexte de lassitude professionnelle. Ils ont le sentiment « d’avoir fait le tour de la question », pour citer l’une des personnes interrogées. À cela s’ajoute la contrainte liée à l’âge limite dans le grade, obligeant l’officier à envisager une reconversion. Celle-ci est d’autant plus simple que les entreprises civiles ont une image positive de l’officier, qui incarnerait des valeurs en disparition dans le monde civil comme le loyalisme, la discipline, la ponctualité, la rigueur, le leadership, le sens du collectif ou encore la capacité à créer de la cohésion dans un groupe. Le diplôme universitaire, associé à l’identité militaire, constitue une ressource majeure pour ces officiers en reconversion qui cherchent à faire valoir leur statut d’ancien militaire professionnel auprès de partenaires publics, qui y sont sensibles. De la sorte, l’employabilité de l’officier diplômé vient principalement des compétences sociales et relationnelles qui découlent de l’exercice de la profession militaire.

« Ma reconversion est le résultat de la situation professionnelle en panne que je vivais. Je savais que je n’allais plus avancer dans ma carrière. Le mieux pour moi était de quitter l’institution au lieu de devenir un gratte-papier perdu dans un service administratif à remplir des tableaux Excel. En fait dans la vie d’un officier, tu peux partir soit avant ton temps de commandement soit après: moi j’ai choisi de partir avant, car après cela aurait été difficile avec les réductions des effectifs dans l’armée, les économies demandées de ci et de là, etc. J’avais envie de rebondir, de faire quelque chose et de donner un nouvel élan à ma carrière et à ma vie professionnelle. »
Roland, né en 1969, officier adjoint, fonction administrative

18Dans le second cas, la reconversion professionnelle est un moyen d’adaptation à une situation familiale difficile : problèmes de santé de l’épouse, besoin d’une disponibilité plus grande pour un enfant handicapé… Ces cas sont d’autant plus intéressants qu’ils montrent que le choix peut être fait en famille, au nom de contraintes tout autant familiales.

« Je suis parti pour des raisons essentiellement familiales. C’est pour cela que j’ai préparé un diplôme de gestion. Mon épouse est malade et la vie militaire ne me permettait pas d’être à ses côtés pour l’aider par rapport aux enfants. Sa maladie la rend indisponible pour notre famille durant de longs moments ; et les enfants n’attendent pas. Il fallait que je trouve un métier qui me laisse de la disponibilité pour ma famille et pour ma femme en particulier. Avec les opérations extérieures et autres missions de courtes durées, ça n’était plus gérable. Encore que moi, j’ai quitté l’uniforme mais pas l’institution ».
Stéphane, ancien commandant de l’armée de Terre.

19En fin de compte, la reconversion professionnelle des officiers interviewés est un moyen de valoriser le capital que constituent à la fois le statut militaire et le diplôme universitaire. Les parcours observés sont à ce titre relativement proches de ceux des enseignants d’arts martiaux étudiés par Julhe et Haschar-Noé (2010) ou encore des parcours dits de « reconversion-promotion » observés par Négroni (2005) dans lesquels la bifurcation du parcours professionnel est un moyen de promotion sociale et professionnelle.

3. Affirmation identitaire et logique d’accomplissement individuel

20Le second type de parcours correspond à des cas de professionnalisation par la voie académique, que l’on qualifiera de parcours d’accomplissement de soi. Il ne s’agit plus de viser une reconversion mais de faire du diplôme une ressource indispensable au commandement dans le cadre de la profession militaire. Cette manière d’engager des études universitaires s’accompagne là encore de stratégies spécifiques qui s’ancrent ici dans une logique d’affirmation de soi et de distinction, archétypale du modèle de l’épanouissement de soi commun à toutes les réorientations de parcours (Negroni, 2005).

3.1. Une logique d’affirmation: le diplôme comme signe de distinction 

21Dans notre échantillon, les 19 officiers concernés par cette situation (soit 25 %) sont tous saint-cyriens, détenteurs de tous les « sacrements institutionnels » : classes préparatoires, diplôme de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, classement d’excellence en fin de scolarité initiale, choix d’une arme de mêlée, comme l’infanterie ou la cavalerie, brevet du Collège interarmées de défense à l’Ecole militaire de Paris. Ces officiers sont généralement issus de milieux aisés et choisissent de passer un diplôme universitaire pour s’affirmer et se distinguer des autres catégories d’officiers dits de recrutement semi-direct.. Cette distinction entre « eux » et « nous » recoupe le clivage existant à l’époque de la conscription entre les appelés et les militaires, entre la société civile incarnée par les jeunes conscrits et la société militaire représentée par les soldats (Bessin, 2002).

  • 11 Selon l’Etat-major des armées (EMA), la modernisation de la défense prévoit d’économiser environ 3 (...)

22Les officiers concernés par cette logique sont nés en majorité entre la fin des années 1950 et le milieu des années 1960. Ce cas de figure s’inscrit aussi dans une conjoncture institutionnelle particulière, dans laquelle l’organisation professionnelle de l’armée de Terre, le nombre de régiments, les postes ouverts au commandement ainsi que le coût de fonctionnement des armées sont en diminution constante11. Il faut donc améliorer le potentiel des officiers pouvant accomplir leur temps de commandement et de responsabilités en régiment. Pour ceux là, «se cultiver, c’est être apte à commander ; c’est toujours un plus pour l’accès à des responsabilités de commandement» comme nous raconte Paul, colonel, breveté du CID et docteur en relations internationales. Paul obtient son doctorat au milieu des années 1990 à la veille de l’annonce par le président de la République Jacques Chirac de la suspension de la conscription. Ce contexte socio-économique est marqué par différents plans d’économies qui concerneront le ministère de la Défense et tout particulièrement l’armée de terre. La professionnalisation de l’armée de terre engage une première réduction des effectifs pour atteindre environ 136 000 militaires professionnels. Il s’ensuit la modernisation de la défense destinée à réorganiser l’implantation des régiments, rationaliser les coûts de fonctionnement de l’armée et repenser la dépense militaire.

Thomas obtient au bout de 5 ans son doctorat en histoire avec les félicitations du jury, une ressource supplémentaire à intégrer dans sa carrière. Ce diplôme est pour lui un moyen d’affirmation individuelle et, dans sa vision élitiste de la profession, une composante indispensable à la culture du commandement. Thomas est un saint-cyrien, admirateur du maréchal Foch qu’il cite souvent durant l’entretien pour souligner l’importance donnée à la culture générale à côté du savoir professionnel dans la construction de l’identité militaire. Pour lui, son diplôme le distingue des officiers brevetés. Thomas vit comme une profonde satisfaction la réalisation de sa thèse, qu’il qualifie de « diplôme à haute valeur intellectuelle ».

  • 12 Entretien n°47, un lieutenant-colonel diplômé d’un master universitaire.
  • 13 La grande majorité des officiers généraux américains est diplômée d’un doctorat obtenu dans les plu (...)

23Le titre de docteur ès lettres permet aux officiers de jouir d’une reconnaissance intellectuelle à la fois dans l’armée et en dehors : « vous êtes un homme de savoir, je m’adresse à vous »12. Le diplôme remplit donc une fonction sociale et constitue une passerelle entre le monde militaire et le monde civil, entre l’officier et le citoyen. Pour cette catégorie d’officier, le diplôme devient un signe de distinction (Bourdieu 1979), symbole de prestige à faire valoir professionnellement et socialement. Les travaux d’histoire militaire réalisés aux Etats-Unis sur les officiers américains13 attribuent au diplôme une fonction similaire, dite de prestige (Janowitz, 1960 ; Van Creveld, 1980, Walkelam, 2003).

24Le diplôme est donc un moyen de distinction des parcours biographiques. Il a cependant des conséquences importantes sur le contexte familial, comme en témoignent les deux récits suivants.

« J’ai suivi des cours du soir pour valider mon master. Ces cours avaient lieu en dehors de mes heures de service. J’ai donc pris ce temps sur mon temps de famille, sur mon temps de repos, sur mes soirées. Ce n’est pas tout car il faut ajouter le travail de lecture réalisé chez soi, souvent le week-end, lorsque j’étais dans ma famille. Je dis bien lorsque j’étais dans ma famille et non avec ma famille car je devais me retirer pour travailler ; du coup, les enfants je n’en profitais pas et lorsque le week-end s’achevait, je devais déjà repartir vers le camp. Ca n’est pas toujours facile».
Yvan, lieutenant-colonel, docteur en histoire.

« Quand j’ai passé mon DEA de droit à Paris, je quittais mon bureau, généralement, entre 19 h 00 et 20 h 00. En ce qui concerne les horaires de préparation de mon diplôme, jusqu’à l’examen, j’ai dû me dépatouiller. J’ai dû travailler le soir entre 20 h 00 et 6 h 00 du matin. Pendant les week ends, je revenais au bureau pour avancer dans ma thèse. Je sais que je ne dois rien attendre de l’institution en termes d’horaires aménagés et j’en souffre terriblement. Vous voyez, ce n’est que de la débrouille personnelle avec la famille pour obtenir ce diplôme »
Pierre, lieutenant-colonel, titulaire d’une thèse en droit.

  • 14 Voir le texte du chef d’escadron Barbry (2006) « Le célibat géographique, une menace pour l’institu (...)

25Le récit de ces officiers montre bien qu’il est difficile de concilier temps du travail, temps de l’étude et temps de la famille. Le célibat géographique14 peut alors être vécu comme une solution : l’éloignement pour cause de mutation professionnelle d’un des membres du couple. Dans tous les cas observés, la situation de célibat géographique est envisagée a posteriori comme une ressource: loin de sa famille, l’officier est placé dans des conditions de travail qu’il juge favorables à l’avancement de sa recherche. L’usage du célibat à des fins de motivation pour le travail universitaire est d’ailleurs assez typique d’une contrainte convertie en ressource de l’action (Bessin, Bidart et Grossetti 2010), comme le confirme l’analyse des entretiens. Quand cette vie familiale existe tout de même, la division sexuelle du travail domestique contribue à la réussite universitaire de ces officiers: la disponibilité de l’épouse-mère et le faible investissement des maris dans les tâches domestiques leur donnent le temps de progresser dans leur carrière professionnelle.

3.2. La logique d’accomplissement

26À l’inverse de la logique d’affirmation, face à autrui, décrite dans la partie précédente, les officiers de cette catégorie privilégient une logique d’accomplissement individuel dominée par le goût personnel pour la culture générale. 32 officiers (42,1 %, soit la majorité) de notre échantillon appartiennent à cet ensemble. Il s’agit d’officiers qui choisissent de passer un diplôme pour satisfaire un appétit de culture générale, au-delà de la culture militaire. Ces comportements individuels, loin de toute démarche utilitariste, peuvent être analysés comme une réponse au besoin d’accomplissement intellectuel et personnel.

27Lors des interviews, certains officiers ont exprimé leur frustration à l’égard des enseignements dispensés à Saint-Cyr qu’ils jugeaient excessivement professionnalisants et exclusivement orientés sur la sociologie, la politique et l’histoire de la guerre. Pour ceux-ci, le diplôme universitaire devient le moyen d’étendre leur culture générale et donne l’opportunité « d’aller plus loin » dans la connaissance. Les officiers concernés par ces parcours préparent des diplômes pour leur seul plaisir personnel.

28Ces officiers se définissent facilement comme des privilégiés ayant trouvé la motivation de « faire des études qui les intéressent personnellement d’abord, et qui peuvent servir l’institution, ensuite ». Ils entreprennent des études par goût personnel pour les questions intellectuelles et la culture générale. Pour reprendre le propos d’un colonel, « j’avais envie d’évoluer dans ma tête : je me posais des questions sur le sens des choses, sur ce que je faisais ou ne faisais pas. C’est vraiment ça à la base » (Patrick, colonel, 45 ans, docteur en sciences de la matière).

29Huit de ces enquêtés sont titulaires de master et ont souhaité étoffer leur compétence en suivant une formation en thèse. Ce type de parcours s’explique également par une sorte de défi individuel. Leur principal intérêt est de nature intellectuelle et non plus de carrière, même si l’armée sait en profiter en proposant des orientations de carrière adaptées, comme en témoigne un lieutenant-colonel, docteur en histoire militaire.

Paul Bernard, âgé de 47 ans lors de l’enquête, est marié et père de deux enfants. Il est colonel et diplômé de Saint-Cyr. Après son passage en école d’application, il devient chef de section, et exerce son métier dans l’arme qu’il a choisie. Il suit des stages techniques et à l’action opérationnelle. Avec ce cursus, Paul est formé pour ses trois premières années de carrière jusqu’au grade de capitaine et commande une section. Il suit alors une scolarité, courte, à l’école d’état-major (EEM) à l’issue de laquelle il prépare le cours de formation des commandants d’unité. Après cette formation, il est admis au Collège interarmées de défense dont il obtient le brevet. Il fait son temps de chef de corps et passe ensuite un diplôme d’histoire. En effet, son goût personnel pour les études et la recherche est apparu assez tôt dans sa formation. À la fin de sa scolarité aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Paul songe déjà à sa thèse. Il souhaite continuer de se cultiver pour son plaisir personnel. Il précise que c’est un « choix de carrière personnel qui correspond aux besoins de l’institution. Lorsque j’ai postulé pour être affecté en école de formation militaire, le fait d’être titulaire d’un doctorat m’a bien évidemment aidé et a certainement pesé dans ma mutation vers un établissement de formation. L’institution a comblé un besoin en ayant sous la main un officier diplômé pouvant tenir un poste d’enseignant en histoire militaire ».

30Ce type de parcours comporte plusieurs éléments propres aux logiques d’accomplissement personnel : rapport passionnel à la culture, désir d’accomplissement personnel, volonté de compléter une formation professionnelle, choix d’un domaine spécifique. Les ressources sociales initiales de l’officier, sa scolarité saint-cyrienne, un parcours professionnel exemplaire marqué par le brevet de l’École de guerre l’encouragent à retourner à l’université. L’exemplarité du parcours professionnel donne à l’officier les moyens de se lancer de nouveaux défis. En effet, la perception d’une « bonne carrière » est un accélérateur de la motivation personnelle.

4. L’entre-deux des parcours: la voie institutionnelle de l’académisation

31Les cas de six officiers de l’échantillon viennent utilement compléter et nuancer les deux parcours idéal-typiques (Weber 1971) du reclassement professionnel et de l’accomplissement individuel. Ces six officiers ont « académisé » leur parcours car l’armée a exprimé le besoin d’une « expertise technique ». Ce type de parcours, la voie institutionnelle, a des points communs tantôt avec la logique de l’affirmation individuelle, tantôt avec celle de l’accomplissement de soi, et se place donc à l’intersection de ces deux logiques. L’armée encourage l’académisation des parcours professionnels de certains officiers pour répondre à ses propres besoins organisationnels. Le désir individuel rejoint alors le besoin institutionnel puisqu’il s’agit de se former pour occuper des postes techniques. Le cas d’un lieutenant-colonel illustre d’emblée le propos.

Né en 1967, Franck est diplômé de l’école militaire interarmes. Après une première partie de carrière plutôt satisfaisante, puisqu’il a obtenu l’arme choisie et le régiment de son choix, il est reçu par le gestionnaire militaire pour un entretien d’orientation de carrière. Franck est plutôt bien noté et selon les appréciations de ses chefs, il fait preuve des capacités intellectuelles nécessaires à un cursus long. Franck est informé des différentes opportunités de métiers pour la seconde partie de sa carrière. Après avoir passé des tests psychotechniques, il est orienté vers la voie « expertise et technique » pour répondre à un besoin de l’armée dans le domaine des langues étrangères. Franck entame alors des études à l’INALCO, l’institut national des langues et civilisations orientales. Pour lui, l’intérêt d’un tel parcours est net : s’orienter vers une carrière dans la recherche ou la diplomatie car ses chances d’atteindre le statut d’officier à haut potentiel étaient limitées. Son intérêt personnel se conjuguait à un besoin institutionnel. « Lorsqu’on sort de Coëtquidan, on termine avec un bon niveau d’emploi jusqu’au grade de capitaine. Au grade de commandant, on raisonne autrement et là on peut laisser parler ses envies. Et puis, tout le monde ne recherche pas les étoiles !», explique Franck.

32Ces parcours nous montrent que le diplôme peut être une ressource de l’identité professionnelle dans un but d’action militaire. Tout se passe comme si l’expérience universitaire consolidait l’expérience militaire: la rationalité universitaire est mise au service de la rationalité militaire. C’est le témoignage apporté par Philippe, docteur.

« En dépit de mon doctorat en histoire, de mes activités d’enseignement, de mes publications, je me sens profondément militaire, ce qui est mon premier métier. Mon identité professionnelle s’est principalement construite autour de mon premier métier : celui de militaire. Mes activités universitaires ne sont qu’un bonus dans ma carrière. Je sais qui je suis, sinon je serais schizophrène. »

33Le savoir universitaire permet d’abord de développer des capacités intellectuelles susceptibles de s’appliquer en opérations, ainsi que de développer une intelligence de situation pouvant  « vous sauver la vie » pour reprendre les propos d’un informateur en entretien. L’usage professionnel et opérationnel domine toute autre usage du diplôme chez l’officier.

Conclusion

34Le lien entre le savoir universitaire et la profession militaire constitue un moyen de concrétiser l’étude des ressources mobilisées par la construction des parcours biographiques.

  • 15 Axel Augé, « Les armes et la plume : les parcours de reconnaissance des officiers de l’armée de ter (...)

35De la sorte, deux grands modèles et quatre sous-modèles (ou logiques) de professionnalisme militaire par le diplôme ont été mis en valeur. Le premier modèle est celui des parcours de reclassement institutionnel et conduit à privilégier la reconversion professionnelle tandis que le second correspond à des parcours d’affirmation identitaire et d’accomplissement de soi, entre aspirations individuelles et contraintes structurelles (Guillaume, 2010). Les quatre sous-modèles de professionnalisme militaire sont le repositionnement individuel, la reconversion professionnelle, l’affirmation individuelle et l’accomplissement de soi. L’analyse des parcours vient nuancer cette catégorisation et donne un éclairage supplémentaire sur les ressources sociales en jeu dans la professionnalisation par la voie académique. Le choix du diplôme ne bouleverse pas les modes de construction des identités militaires. Les logiques d’académisation et de professionnalisation militaire que nous avons identifiées les ont en revanche compliquées : il n’est pas nécessaire d’incarner un professionnalisme radical pour être un militaire professionnel. De la sorte, l’acquisition d’un diplôme civil renforce la culture opérationnelle. Cette observation est assez proche de la conclusion de Claude Dubar selon laquelle « les bifurcations sont fortement encadrées par des institutions, même lorsqu’elles sont rationalisées dans des récits héroïques » (Soulet, 2010 ; Charbonneau, 2010, cité par Dubar, 2010). C’est pourquoi l’étude des reconfigurations du parcours professionnel des officiers devient intéressante, en particulier lorsqu’elle rend compte des choix subjectifs inscrits dans des logiques institutionnelles, montrant le passage de l’arme à la plume15.

36Au finale, il ressort d’abord que l’interaction entre le diplôme universitaire et l’identité militaire constitue un facteur déterminant du professionnalisme militaire. Celui-ci ne dépend pas seulement des ressources internes (aptitudes au combat, expérience opérationnelle, fraternité d’armes), mais aussi des ressources externes comme le capital culturel (Bourdieu, 1979). Cette étude réinterroge la spécificité militaire : ses seuls aspects opérationnels ne suffisent plus. Une composante culturelle est désormais essentielle à la finalité opérationnelle et indispensable au professionnalisme militaire.

37L’autre résultat mis en valeur par l’analyse des parcours d’officiers est l’importance de l’injonction institutionnelle sur la logique individuelle, tant et si bien que l’orientation du parcours professionnel vers la voie académique n’est pas débarrassée du marqueur institutionnel. Le choix de passer un diplôme universitaire découle d’une logique institutionnelle : derrière la volonté individuelle, on retrouve le contrôle institutionnel, derrière la motivation personnelle, se dessine un repositionnement professionnel dans l’armée ou en dehors (le monde civil). On peut donc suggérer que l’académisation des parcours d’officiers, soumis à un contrôle institutionnel, est le produit d’une tension entre l’engagement individuel et le modèle opérationnel en vigueur dans l’armée de terre. L’intériorisation d’un ethos professionnel influence les comportements individuels, dans une sorte de « face cachée de la profession militaire ».

Je remercie Michel Grossetti (Cirus-Cers, Université de Toulouse-Le-Mirail) et Jean-Paul Hanon (Sciences-Po Paris et CREC Saint-Cyr) pour leur lecture des versions précédentes de ce texte et les améliorations qu’ils m’ont permis d’apporter.

Haut de page

Bibliographie

Bessin M., 2002. Autopsie du service militaire : 1965-2001. Paris, Autrement.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), 2010. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement. Paris, La Découverte.

Boëne B., 1987. Banalisation des armées: le cas français. Futuribles 111, pp. 39-54.

Boëne B., 1990. La spécificité militaire. Paris, Armand Colin.

Boëne B, 2003. La professionnalisation des armées: contexte et raisons, impact fonctionnel et sociopolitique. Revue française de sociologie 44 (4), pp. 647-693.

Boudon R., 1979. La logique du social. Paris, Hachette.

Bourdieu P., 1979. La distinction. Paris, Minuit.

Cailleteau F., 1979. « Réflexion sur la reconversion civile des officiers ». Défense nationale, pp. 21-33.

Charbonneau J., 2010. « La comparaison internationale : un outil de repérage des réversibilités et irréversibilités institutionnelles », in Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), 2010. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement. Paris, La Découverte.

Caplow T et Vennesson P., 2000. Sociologie militaire. Paris, Armand Colin.

Desportes, V., 2008. « Revenir à l’ordre de l’esprit ». Défense nationale et sécurité collective 12, pp. 10-24.

Dubar C., 2010. Compte-rendu : « Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement », Temporalités 11 , 2010.

Dufoulon S., Saglio J., Trompette P. (dir.), 1997. L’influence des métiers et des cultures professionnelles militaires sur les stratégies de reconversion : deux études de cas. Paris, Les documents du Centre d’études en sciences sociales de la défense (C2SD). PDF téléchargeable à cette adresse.

Fukuyama F., 1992. La fin de l’histoire et le dernier homme. Paris, Flammarion.

Guillaume J-F., 2009. « Les parcours de vie, entre aspirations individuelles et contraintes structurelles », Informations sociales, 156 (6), pp. 22-30.

Grossetti M., 2004. Sociologie de l’imprévisible. Paris, PUF,

Grossetti M., 2006. «L’imprévisibilité dans les parcours sociaux», Cahiers internationaux de sociologie, 120 (1), pp. 5-28.

Hamelin F., 2003. « Le combattant et le technocrate », Revue française de science politique 3 (53), pp. 435-463.

Hughes E-C., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis, textes rassemblés et présentés par Chapoulie J-M., Paris, Ed. de l’EHESS.

Huntington S., 1957. The soldier and the state. The theory and politics of civil-military relations, Cambridge, Harvard University Press.

Janowitz M., 1960. The professional soldier. A social and political portrait, New York, Free Press.

Julhe S., Haschar-N N., 2010. « Trajectoires et stratégies professionnelles dans le secteur de l’animation sportive: le cas des enseignants d’arts martiaux », Sociétés contemporaines, 77, pp. 7-29.

Kogut-Kubiak F., Sulzer E., Tabuteau B., Vogel M., 1998. La reconversion des engagés volontaires de l’armée de terre- EVAT : les savoir-faire acquis dans les spécialités de combat. Paris, Les documents du Centre d’études en sciences sociales de la défense (C2SD). PDF téléchargeable à cette adresse.

Lemestrel B., 2004. « Armée et société, évolution comparée », Les cahiers de Mars 179, pp. 22-26.

Moskos C., 1970. The American enlisted man: the rank and file in today’s military. New York, Russell Sage Foundation.

Moskos C., 1977. «From institution to occupation: trends in military organisation”. Armed forces and society 4 (1), 41-50.

Moskos C., 1987. « La banalisation de l’institution militaire. L’armée américaine: du modèle institutionnel au modèle industriel ». Futuribles 111, 27-39.

Négroni C., 2005. « La reconversion professionnelle : une expérience de conversion de soi ». Carriérologie 10 (2), 331-348.

Piriou O., 2006. La face cachée de la sociologie. Paris, Belin.

Soulet M-H., 2010. « Changer de vie, devenir autre : essai de formalisation des processus engagés » in Bessin, M., Bidart, C., Grossetti, M. (dir.). Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement. Paris, La Découverte.

Strauss A., 1992. La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme. Textes réunis par I. Bazsanger. Paris, L’Harmattan.

Thiéblemeont A., 1999. Cultures et logiques militaires. Paris, PUF.

Thiéblemeont A., 2005. « Approche critique de la notion de culture militaire » in Gresle F. (dir), Sociologie du milieu militaire. Les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire. Paris, L’Harmattan, pp. 20-26.

Veyne P., 1995. Le quotidien et l’intéressant. Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski. Paris, Les belles lettres.

Wakelam R. T., 2003. « Pourquoi donc un diplôme ? » Revue militaire canadienne 64, 64-66.

Weber M., [1921] 1971. Economie et société. Paris, Plon

Haut de page

Notes

1 Les campagnes de recrutement qui suivent cette phase de professionnalisation insistent sur les 400 métiers proposés par l’armée de terre.

2 La spécialité est la fonction occupée par le militaire d’un corps de métier selon les qualifications professionnelles qu’il possède, le grade atteint et l’ancienneté. Il existe plusieurs corps de métiers comme le corps des officiers des armes (centré sur l’action opérationnelle) et constitué d’un système d’armes (infanterie, arme blindée cavalerie, artillerie, génie, aviation légère, matériel, train), les officiers du corps technique et administratif (dont le métier est dominé par l’action administrative et technique), les officiers du corps des commissaires (dont l’action est dominée par des tâches financières), le service de santé des armées composé du corps des médecins militaires.

3 Les officiers dits brevetés ont obtenu un diplôme de l’enseignement militaire supérieur du second degré (EMS 2). Ce diplôme leur confère la légitimité à exercer des tâches de hautes responsabilités (en état-major, au sein de structure européenne de commandement) et atteindre le grade de colonel ou général. Il existe de fait une barrière sociale entre les officiers brevetés d’une part et les non brevetés, selon la logique « eux » et « nous ».

4 Les officiers diplômés désignent des officiers diplômés d’une université. Ils constituent un échantillon différent des officiers dits DT (diplôme technique) qui ont acquis un diplôme pour répondre à un besoin institutionnel.

5 Le Collège interarmées de défense forme chaque année environ 115 officiers dans le cadre de l’enseignement militaire supérieur du second degré. Ses stagiaires, dont l’âge est en moyenne compris entre 30 et 38 ans, sont en majorité passés par Saint-Cyr et l’école militaire interarmes. Les écoles délivrent une formation initiale pour laquelle le recrutement se fait dans le corps des sous-officiers de l’armée de terre. Le taux de réussite des saint-cyriens est nettement supérieur à celui des officiers issus du recrutement semi-direct c’est-à-dire ceux passés par le corps des sous-officiers. Sur une promotion de l’école militaire interarmes d’environ 70 officiers, seuls 9% des stagiaires sont brevetés du CID et 21 % diplômés techniques. Le taux de réussite des saint-cyriens est nettement supérieur puisque sur une promotion d’environ 180 officiers, 55% sont brevetés et 11% obtiennent le diplôme technique.

6 Les sciences humaines et sociales constituent les principales disciplines dans lesquelles les officiers choisissent de se diplômer : histoire, droit des conflits armés, géographie, relations internationales, sociologie, économie. Formations auxquelles s’ajoutent les sciences de la matière. Quatre thèmes les regroupent: l’art de la guerre, l’homme et la guerre, la société et la guerre, les sciences et la guerre.

7 Directive « Culture militaire de l’officier », 2007-2008. Commandement de la formation de l’armée de Terre. Tours.

8 La rationalisation des coûts de formation des cadres militaires engendrée par la réforme de la défense est conduite par la direction des ressources humaines de l’armée de terre (DRHAT).

9 Tous les noms et prénoms des personnes interviewées et citées dans le texte sont des pseudonymes conformément aux principes déontologiques de la recherche.

10 La carrière est ici vue comme une succession de changements d’état corrélée à des transformations à la fois objectives et subjectives, au sens où E. Hughes (1996) l’entend.

11 Selon l’Etat-major des armées (EMA), la modernisation de la défense prévoit d’économiser environ 3 milliards d’euros d’ici à 2014.

12 Entretien n°47, un lieutenant-colonel diplômé d’un master universitaire.

13 La grande majorité des officiers généraux américains est diplômée d’un doctorat obtenu dans les plus prestigieuses universités : Yale, Harvard, Princeton.

14 Voir le texte du chef d’escadron Barbry (2006) « Le célibat géographique, une menace pour l’institution militaire», Les cahiers, EMS de l’armée de terre. Le taux de célibat géographique des militaires en couple déclarés atteint 9,1% ; il est de 11,7% si l’on intègre les couples non déclarés, ce qui représente environ 29000 militaires.

15 Axel Augé, « Les armes et la plume : les parcours de reconnaissance des officiers de l’armée de terre », communication présentée au 3ième Congrès de l’association française de sociologie, réseau thématique 22 (RT 22), Paris, 14-17 avril 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Augé, « Parcours et stratégies de professionnalisation militaire », Temporalités [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/1820 ; DOI : 10.4000/temporalites.1820

Haut de page

Auteur

Axel Augé

Maître de conférences en sociologie
CREC Saint-Cyr et CIAPHS (EA 2241)
Université de Rennes 2
Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan
56381 Guer Cedex 1
axel.auge@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page