Navigation – Plan du site

Mardis de Tempo : temps et travail social

Le 27 mars 2012 à la Bourse du travail de Paris

Les temps et les rythmes des individus et des territoires se diversifient, éclatent ou se désynchronisent sous l’effet de l’évolution de nos modes de vie. Depuis une dizaine d’années avec la mise en place de « Bureaux des temps » dans les collectivités, des acteurs, publics, privés, universitaires s’intéressent aux démarches temporelles sur les territoires.

En diagnostiquant, sensibilisant ou à partir d’expérimentations de services innovants, l’objectif est de mieux concilier les temps de vies des individus et ceux des territoires. Le réseau Tempo Territorial réunit les acteurs de ces politiques temporelles et propose des échanges de bonnes pratiques et des débats sur ces sujets qui croisent différentes dimensions des politiques publiques.

Pas de politique sociale sans une libération du temps. Cumulés, le temps médiatique, le temps politique, le temps procédural sont devenus contre-performants, étouffant le temps éducatif et d’insertion, le temps du dialogue et de la coopération, le temps d’être des hommes et des femmes dans une société de semblables. Pour renverser la vapeur, une révolution culturelle doit être mise en oeuvre avec les usagers au sein des institutions du social pour que ces derniers gagnent réellement le droit à la parole, à la compétence et le droit de construire une partie de la réponse à leurs difficultés.

Mardi 27 mars 2012/ 14h30 à 17h30

Temps et travail social

Bourse du travail de Paris (salle Eugène Henaff)

29-31, boulevard du temple 75010 Paris

(métro République ou Jacques Bonsergent)

Inscriptions par mail : juliette.seydi@ville-saint-denis.fr ou par téléphone : 01 49 33 64 77

Programme

Introduction de la journée : Dominique Royoux, Président de Tempo Territorial et Patrick Vassallo, Vice-Président de Tempo Territorial

La société est fortement confrontée au problème de la conception actuelle de la temporalité et subit de plus en plus la dictature du présent marqué par une culture de l'urgence. Ce fait se surajoute à la complexité et aux pluralités des temporalités qui existent depuis toujours, d’une part dans les processus d'action publique (temps politique, temps administratif, temps des professionnels) et d’autre part dans la mise en oeuvre de l’action sociale (temps des usagers, temps de l’intervention, temps des travailleurs sociaux). À ces temporalités inhérentes qui se chevauchent, s’entrecroisent, entrent en tension, la conception dominante actuelle de la temporalité, celle d’une accélération, du temps “présent, court, évanescent” apporte discordance et conflictualité.

Avec Brigitte Bouquet, professeure émérite, chaire travail social-intervention sociale, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), co-fondatrice du Réseau national d’Histoire du travail social-RHTS, Vice-présidente du Conseil supérieur de travail social (CSTS), actuellement chargée d’un rapport par la Ministre de la solidarité et des affaires sociales, sur le partage des informations dans l’action sociale. La notion d’urgence pour le travailleur social fait aujourd’hui partie de sa pratique quotidienne, et pourtant, elle reste encore peu abordée dans les cursus de formation. Due à l’exclusion socio-économique d’une partie de la population, elle fait que le travail social est souvent considéré comme le pompier des situations précaires poussant certains au désespoir. Faut-il alors que les professionnels y répondent dans la précipitation comme le suggèrent certaines politiques ?

Avec Laetitia Helouet, directrice générale adjointe à la mairie de Saint-Denis, en charge des Solidarités,

et Marie-Line Denoyé, Directrice adjointe de la direction des solidarités, du développement social et du CCAS de la mairie de Saint-Denis.

Quels sont les rythmes de vie et de travail tant des travailleurs sociaux parisiens que des usagers du service social polyvalent ?

Avec Jean-François Daval, assistant social du Service social polyvalent de la Ville de Paris.

Image 1.jpg