Navigation – Plan du site

Genèses n°85 : Temps de travail

Un numéro paru fin 2011, à retrouver en accès libre et gratuit sur Cairn, en cliquant ici.

Reproduction de l’introduction de Corine Maitte et Didier Terrier

La question du temps de travail est aujourd’hui centrale. Transformation de l’organisation des entreprises, des conditions de travail, de la nature des emplois ou des modes de vie : la durée du travail est constamment présente et fort souvent au cœur des tensions qui régissent les organisations économiques et sociales. L’était-elle avant qu’elle ne devienne objet de conflits et de régulations au xixe siècle ? On a longtemps pensé que non, tant le travail était imbriqué au cœur d’activités multiples, domestiques, familiales ou autres (Thompson 2004). Cette hypothèse doit être révisée : la mesure du temps constitue, dès le Moyen Âge, un enjeu important des relations de travail (Arnoux 2009). À cet égard, la distinction opérée par Edward P. Thompson entre la longue persistance d’un « temps naturel » et l’apparition relativement tardive d’un temps salarié, mesuré et contesté, doit être largement revue. C’est bien pourquoi il vaut la peine de questionner à nouveau l’évolution en longue durée du temps de travail. Les enjeux sont importants : il s’agit ni plus ni moins que de reconstituer quelle a été la part du labeur dans le développement économique européen (De Vries 2008).

La centralité croissante du travail dans la définition sociale des individus et l’accroissement de l’offre de travail salarié de la part des familles européennes au cours de l’époque moderne et lors du processus d’industrialisation sont de plus en plus admis. Ce dossier veut interroger la progressive marchandisation du temps, l’unification progressive et problématique de sa mesure, ses rapports avec l’imposition de la discipline du travail. En prenant en compte l’absence de linéarité des processus et les décalages spatio-temporels qui gouvernent la durée du travail, cette question est déclinée de différentes manières.

Tout d’abord, comment peut-on apprécier la durée effective du travail de chacun ? Les sources sont rares et de nature fort dissemblable, les modes de travail sont hétérogènes, la distinction entre travail et non-travail reste parfois problématique : le traitement de l’information doit être nécessairement varié, mais, à l’expérience, la quête se révèle féconde.

Ensuite, comment les différents acteurs abordent-ils cette question ? Employeurs et institutions publiques n’ont pas un point de vue uniforme ; l’économie politique, quand elle se développe, n’apporte pas, elle non plus, de réponse univoque ; la parole des plus humbles est rare, mais pas nécessairement inaudible ; les Églises s’immiscent elles aussi dans ce débat, via, par exemple, les jours chômés pour cause de fêtes religieuses.

Puis, comment s’établit la relation entre le temps de travail et les niveaux de rémunération ? Il existe une relation à comprendre entre la longueur des journées de travail et les niveaux des salaires, entre le temps de travail annuel et la constance au travail. Comme le rappelle le « point critique » de ce numéro, les nombreuses études effectuées dans les années 1960/1970 sur les salaires n’ont pratiquement pas abordé la question, si ce n’est pour dire que le temps de travail est variable, instable, individuel… difficilement quantifiable ! Mais justement : la mise en regard du montant des rémunérations et la durée du travail est essentielle, qu’il s’agisse de vérifier les assertions qui, chez les auteurs d’économie politique de l’époque moderne, associaient hauts revenus et oisiveté du peuple (Hatcher 1998), ou bien encore les corrélations établies récemment entre désir de consommation et « révolution industrieuse » (De Vries 2008).

Enfin, la tension entre celui qui vend son temps et celui qui l’achète est ancienne. Le mode de rémunération est manifestement inséparable de l’émergence de la discipline au travail. Ceci procède d’une histoire longue et, au xviie siècle déjà, un salaire horaire pouvait cacher un rythme, des cadences et un volume de travail.

L’ambition de ce dossier est de proposer, dans un dialogue avec les autres sciences humaines et sociales, une pluralité d’approches qui, à partir de cas concrets, permettent d’aborder ces questions en longue durée et dans l’espace de l’Europe continentale. E. P. Thompson avait montré le chemin. Les chercheurs anglo-saxons l’ont assez largement emprunté. Mais, même si leurs démarches sont souvent originales, ils sont loin d’avoir épuisé la question, ainsi que le précise le « point critique ». À nous donc de prolonger le travail de défrichement entrepris sous l’impulsion de Patrick Fridenson et Bénédicte Reynaud (2004) pour la période postérieure à 1840. L’intérêt est bien de montrer les résonances, voire les convergences, entre les questionnements historiques et sociologiques autour de la difficile mesure du temps de travail.

Les sources judiciaires ont été largement utilisées par les historiens, tant du point de vue de l’histoire de la justice que de l’histoire économique et sociale. Dans les études sur le monde du travail, l’information tirée de ces sources a permis une reconstruction détaillée de la vie des lieux de labeur à l’époque préindustrielle. L’article d’Andrea Caracausi montre comment elles peuvent être utilisées pour la reconstruction du temps de travail dans les ateliers et les manufactures textiles de l’époque moderne, en comparaison avec d’autres sources plus traditionnelles comme les régulations du temps de travail définies par les statuts. Trois points fondamentaux sont analysés à partir des registres du tribunal de l’art de la laine de Padoue au xvie siècle : la mesure du temps de travail par les travailleurs et les employeurs ; les règles et les encouragements au respect des horaires de travail ; l’influence de ces pratiques sur la discipline du travail.

C’est aussi de discipline du travail qu’il est question dans l’article de Corine Maitte concernant la verrerie, un domaine où existent à la fois des contraintes techniques et des réglementations qui encadrent précocement le temps de travail, même si très peu d’études se sont penchées sur ce sujet. L’article compare deux centres italiens bien différents, Venise et Altare, tous deux structurés par des corporations qui édictent des règles quant au temps de travail ; Liège et Bruxelles où une famille d’entrepreneurs locaux fait travailler concomitamment, à partir des années 1630 et pendant toute la fin du xviie siècle, des verriers italiens hors de toute corporation. Trois types de documents sont mobilisés : les textes réglementaires, les contrats de travail stipulés à Liège entre patron liégeois et maîtres altarais ou vénitiens, la comptabilité de l’entreprise bruxelloise. En les mettant en regard, il s’agit de pénétrer dans les variations du temps de travail annuel, saisonnier et journalier pour montrer que les pratiques de décompte du temps instaurent précocement des normes de productivité.

L’article d’Anne Conchon concerne, lui, la mesure du travail contraint. À partir de l’évaluation temporelle de la réquisition de main-d’œuvre effectuée grâce au système de la corvée royale dans la France du xviiie siècle, elle examine dans quelle mesure ce travail intermittent s’articule avec le calendrier des activités rémunératrices. Elle analyse aussi la façon dont la corvée est pensée, par rapport aux exigences de rentabilité et d’efficience, dans la controverse économique que suscite ce régime de travail dans la seconde moitié du siècle. Elle montre enfin quels sont les enjeux du dénombrement des journées pour l’évaluation de l’impôt substitutif proposé par certains en remplacement de ce travail.

Le dernier article nous mène au terme de la période prise en compte par ce dossier, mi-xixe siècle. En tirant profit des remises en question initiées par la révolution de février 1848, François Jarrige et Bénédicte Reynaud montrent comment le décret du 2 mars de la même année instaure pour la première fois une norme du temps de travail, tant à Paris qu’en province, à partir de laquelle commencent les débats sur son champ d’application, ses frontières et ses possibilités même d’exécution. Dans l’arène politique, les affrontements sont rudes entre partisans de la diminution du temps de travail sans perte de salaire et les tenants du retour à l’ordre libéral. La question de la mesure est au cœur des stratégies de chacun des acteurs et l’enquête réalisée durant l’été à l’initiative du comité du travail est censée étayer, chiffres à l’appui, les futures décisions du gouvernement. Cette enquête se révèle décevante, même si, ici ou là, elle permet de mesurer les distorsions entre normes et pratiques. Néanmoins, ce vaste débat enclenche un processus d’intervention de l’État dans la régulation du travail qui, petit à petit, deviendra irréversible.

Ces contributions doivent nous inciter à aller plus loin quand il s’agit, à l’échelle pluriséculaire, d’aller au-delà de la définition des normes et des représentations diverses pour mesurer le temps effectivement consacré par chacun au travail. Caractériser la « révolution industrieuse » dont parle Jan De Vries exige de distinguer, dans les perspectives ouvertes par les articles de ce dossier, les individus, les niveaux de qualification ou bien encore le genre. Le temps de travail effectif de chacun est une réalité mosaïque qu’il importe de reconstituer patiemment pour progresser dans l’intelligibilité des transformations économiques qui ont marqué le passé de l’Europe.