Navigation – Plan du site

Temps migratoires en tension

Les temporalités produites et vécues du travail domestique global au Liban
Tense times for immigration. The production and experiences of temporalities for migrant workers in Lebanon
Julien Bret

Résumés

La kafala, système de garantie sur l’étranger propre au monde arabe, produit au Liban un environnement normatif très contraignant pour les migrants non arabes dont elle organise l’immigration : en très grande majorité des femmes, originaires du Sri Lanka et des Philippines, employées domestiques. Elle impose sa temporalité d’institution globale à la migration, et se confronte aux autres temporalités qui structurent l’espace migratoire : celles des individus mobiles, dont la carrière migratoire s’encastre dans la hiérarchie socio-économique de la situation de départ, ainsi que dans dans la hiérarchie des contextes d’accueil ; la temporalité des industries d’émigration, qui développent une rationalité clivée qui leur est propre. Dans cet article, nous souhaitons mettre en scène ces tensions du temps migratoire dans des temporalités en conflit, en évoquant la négativité des rapports sociaux qui en résulte et les contournements normatifs que les migrants et les autres acteurs de cette scène globalisée opèrent dans la poursuite de leurs objectifs.

Haut de page

Texte intégral

Cliché de servilité, dossier d’agence de placement (archives de J. Bret. Le visage a été masqué par l’auteur pour garantir l’anonymat)

  • 1 Depuis la période 2006-2007, le mouvement de substitution des travailleuses asiatiques par des trav (...)
  • 2 Le terme de travail reproductif, élaboré dans le cadre des études féministes, vise à inscrire l’étu (...)

1Au Liban, pays périphérique de l’importation de main d’œuvre dans l’espace migratoire moyen-oriental, on compterait – fourchette haute – quelque 150 000 migrants non arabes, dont 95 % sont des femmes. Originaires du Sri Lanka (90 000), des Philippines (30 000), d’Éthiopie (30 000), et de plusieurs autres pays africains et asiatiques, ces femmes migrent sous contrat, via des filières établies depuis le début des années 19901. La plupart d’entre elles sont employées domestiques. Les rares hommes migrants trouvent de l’emploi dans le nettoyage et dans les services urbains. En raison de l’univers de violence, de domination et de mépris qui entoure leur présence dans la société libanaise, en raison de la forme d’emploi et de l’activité dont il est question (l’exploitation du travail reproductif2 de femmes étrangères, à demeure dans la chaleur des foyers libanais) mais aussi à cause du système institutionnel qui organise ces violences, cette domination et ce mépris, ces migrants sont généralement envisagés sous l’angle de l’esclavage moderne, voire contractuel (Bales, 2004). Nous nous intéressons ici à l’inscription temporelle de cette migration, qui oscille entre les impératifs du fonctionnement des filières et des institutions qui encadrent la migration et assurent son contrôle dans le pays d’accueil, et les espaces de liberté que les migrants cherchent à capter dans des carrières migratoires mises en place dans un contexte de fortes contraintes.

Ce travail s’appuie essentiellement sur des méthodes qualitatives, dans un contexte où les données statistiques posent de considérables problèmes : nous avons reconstitué une centaine de biographies de migrants à partir d’entretiens ; nous avons analysé des dossiers archivés par les organisations de l’assistance non gouvernementale, de nombreux entretiens avec des acteurs institutionnels, des militants et travailleurs sociaux. À cela s’ajoute une démarche ethnographique auprès des institutions, dans les quartiers, lors des événements communautaires et au sein des ménages employeurs de travail domestique. Ce travail, réalisé en contexte de forte incertitude politique (les années 2004-2008 sont un moment très instable de l’histoire récente du Liban) et sur un terrain qu’on pourrait considérer comme « miné » (Albera, 2001), s’inscrit dans une « ethnographie de la reconnaissance » (Roulleau-Berger, 2004) dont l’expérience aura été celle d’un mouvement constant d’institutionnalisation / désinstitutionnalisation des méthodes (Bret, 2012).

  • 3 Institution moyen-orientale organisant les filières migratoires et le contrôle des migrants non ara (...)

2Le système institutionnel d’encadrement de la migration produit des injonctions contradictoires dont l’objectif est le contrôle des carrières migratoires. D’une part, les Philippines et le Sri Lanka, en tant que pays d’origine, mettent en œuvre une stratégie de rentabilisation des migrations, mais ils doivent aussi protéger leur population exilée. D’autre part, à l’arrivée, les migrants sont pris dans les filets d’un système décentralisé de contrôle, la kafala3, qui repose sur un échange de garantie interindividuelle entre employeur et migrant. La kafala est une institution globale chargée de la surveillance des migrants non arabes dans tous les États importateurs de main d’œuvre de l’espace migratoire moyen-oriental, y compris le Liban. Les injonctions qui émanent de ces deux contextes – celui de l’offre de travail migrant et celui de sa demande – entrent souvent en concurrence, voire en contradiction, et produisent par ailleurs un conflit entre des temporalités migratoires antagonistes : les systèmes institutionnels de la migration, au départ comme à l’arrivée, organisent des temporalités contraignantes et restrictives, qui ont leur logique propre et qui sont de plus en plus inadaptées à la réalité de la migration. En réponse, les migrants ne cessent de contourner les normes imposées afin de placer leur expérience migratoire dans leur propre temporalité, laquelle s’inscrit dans le temps long d’une carrière migratoire.

  • 4 Nous avons proposé de parler de « négativité des rapports sociaux » (Bret, 2011) : des rapports soc (...)

3On peut en effet évoquer un conflit entre trois types de temporalités applicables à la migration, chacune rapportée à un acteur spécifique du système migratoire dont les intérêts sont difficilement conciliables avec ceux des autres acteurs. Le premier registre de temporalité est dessiné par l’action des industries d'émigration des pays d'origine. Elles cherchent à limiter les temps d'émigration pour organiser un roulement assez rapide et pour répondre à l’impératif de protection de leurs ressortissants, tout en cherchant à rediriger les flux vers les pays les plus rémunérateurs. Le second registre de temporalité est celui que tendent à défendre les migrants : à l'inverse du temps institutionnel plutôt bref prévu par les organisations qui encadrent la migration, les migrants veulent généralement que leur migration dure, qu'elle s'inscrive dans une carrière, c'est-à-dire un processus de longue durée qui peut s'étendre sur la durée entière de la vie professionnelle, concerner plusieurs carrières professionnelles à l’échelle de la famille, voire s’étendre sur plusieurs générations. Le troisième registre de temporalité est celui qui est promu par les employeurs-kafils : la mission de contrôle dont ils héritent dans le système de la kafala les autorise à imposer une temporalité migratoire qui peut entrer en contradiction avec les autres registres de temporalité, dans le cadre de ce que nous avons proposé de désigner comme une « négativité des rapports sociaux »4 (Bret, 2011). En fonction de leurs intérêts en tant qu’employeurs, ils cherchent à domestiquer le travailleur migrant, notamment en jouant sur les durées de l’expérience migratoire. Cette négativité des rapports sociaux entre dans la logique d’une fausse reconnaissance ou reconnaissance idéologique (Honneth, 2006) au cours de laquelle les employeurs tentent de redéfinir – et surtout de faire reconnaître – ces moyens de domestication comme des contributions au succès migratoire : par exemple, la rétention des salaires versés en bloc à la fin du contrat de travail ou à intervalles irréguliers est masquée en tant que technique illégale de surveillance et promue en tant que facilité d’investissement au pays ; de la même façon, les restrictions à la liberté de mouvement – allant parfois jusqu’à l’enfermement – sont justifiées par un impératif de protection des migrants dans une société urbaine perçue comme dangereuse. On le voit, ces interventions et manipulations prennent en premier lieu appui sur l’espace et le temps dévolus aux migrants.

4Dans cet article, nous nous intéressons aux conséquences des conflits de temporalités des migrations, ainsi qu’aux réactions auxquelles elles donnent lieu. Il nous semble que l’analyse peut s’inscrire dans un mouvement de normalisation/dénormalisation de l’expérience migratoire : la normalisation de cette expérience – c’est à dire l’activité institutionnelle qui cherche à rendre normales les carrières migratoires via des catégories du régulier et du légal – vise à maximiser les intérêts des institutions de départ ou de celles d’arrivée, des intérêts de rentabilisation, de protection, de contrôle ou de surveillance. Sa dénormalisation équivaut quant à elle au contournement et au détournement de l’emprise institutionnelle, tant de la part des migrants que de certains acteurs locaux confrontés à la distorsion des échelles de leur activité, et engagés dans des stratégies qui peuvent s’opposer entre elles.

5Après avoir présenté le contexte migratoire libanais, nous verrons comment s’organisent les injonctions institutionnelles que nous évoquions, en décrivant le système institutionnel général qui s’applique via les institutions des industries d’émigration et celle de la kafala. Cette normalisation de l’expérience migratoire au Liban sera ensuite comparée à la dénormalisation opérée par certains acteurs afin de répondre aux impératifs de leurs stratégies pour l’exploitation du travail des employées domestiques (employeur, agents), pour la poursuite des objectifs migratoires (migrants, en partie soutenus par un réseau d’assistance), voire, au sein même des institutions (industries d’émigration et kafala), pour une réforme des normes applicables. En l’état actuel en effet, la pratique de ces normes rend l’expérience migratoire excessivement périlleuse. Ces conflits d’intérêt sont autant de conflits de temporalités ; ils laissent apparaître les débats sur les rythmes migratoires, opposant des temporalités produites et imposées au niveau institutionnel et des temporalités vécues.

Contextes migratoires régional et libanais

Un système migratoire centré sur le Golfe

6L’espace migratoire moyen-oriental est l’un des principaux espaces de circulation dans le système migratoire mondial (Simon, 1995 ; 2008). Au cours des années 1970 et 1980, il connaît un vaste mouvement de remplacement de la main d’œuvre importée, principalement sur les franges les moins qualifiées du marché du travail. Des travailleurs asiatiques (Pakistanais, Indiens, Sri Lankais, Philippins notamment) viennent alors se substituer aux travailleurs arabes. La composition de l’immigration s’en trouve considérablement changée.

  • 5 Arabie Saoudite, Oman, Qatar, Bahreïn, Koweït, Emirats Arabes Unis.

7Cet espace s’organise autour d’un centre, composé des États du Conseil de coopération du Golfe5, où la rente pétrolière dégage des ressources abondantes qui leur permettent de déléguer les tâches économiques les moins valorisées. Cette délégation donne lieu à des mobilités internationales massives, organisées par la kafala, système institutionnel de garantie interindividuelle sur le contrôle des acteurs étrangers, aussi bien détenteurs de capitaux que migrants économiques. Dans ces pays, l’organisation des affaires mobilisant du capital étranger doit aussi se soumettre à ce système de garantie qui porte sur la personne du détenteur de capital, sponsorisé par un agent national. De la même façon, le travailleur migrant pakistanais ou indien qui est embauché sur un chantier de construction dans une métropole du Golfe se place sous la caution d’un kafil, ou sponsor, à qui est déléguée une obligation généralisée de contrôle. Ce système institutionnalisé décentralisé équivaut à bien des égards à un dispositif polycentrique (Roulleau-Berger, 2010) et semble pouvoir être qualifié d’ « institution globale » : tout en organisant l’internationalisation de marchés du travail (et notamment le marché du travail domestique), cette institution contrôle l’existence toute entière de l’individu migrant, et se pose comme alternative à ce qu’on a l’habitude de penser comme « politique d’immigration ».

8Si l’espace migratoire moyen-oriental est centré sur le Golfe, des pays secondaires dans l’importation de main d’œuvre en font aussi partie, dans la logique de ce que l’on pourrait appeler un fonctionnement migratoire dérivé. La Jordanie (de Bel Air, 2005) et le Liban ont une histoire migratoire qui les ancre pleinement dans ce Moyen-Orient des migrations internationales : leurs marchés du travail sont modifiés par des émigrations vers le Golfe qui s’inscrivent dans le mouvement général que nous venons de décrire. L’enrichissement relatif de certaines couches de la population en situation migratoire associé à des modifications propres à chaque contexte national, par exemple celui de la guerre civile libanaise qui se traduit notamment par une redistribution des accès aux ressources économiques – provoque des changements dans les comportements de consommation, qui rétroagissent à leur tour sur les marchés du travail – et notamment, pour ce qui nous occupe, le marché du travail domestique. D’ailleurs – et c’est une spécificité déterminante – on constate que les migrations qui s’orientent vers ces périphéries de l’espace migratoire moyen-oriental sont nettement plus féminines que celles qui s’orientent vers les pays centraux (davantage encore vers le Liban que vers la Jordanie). Dans cet article, nous nous intéressons au cas libanais, qui reçoit des flux migratoires proportionnellement comparables à ceux que reçoivent les pays du Golfe (contrairement à la Jordanie, où ces flux sont moins massifs par rapport à la population. Voir Bret, 2011).

Le Liban, pays d’accueil périphérique

9L’histoire moderne du Liban, celle du renforcement de sa dépendance économique vis-à-vis des États occidentaux (et notamment la France), à partir de la seconde moitié du XIXe siècle (Dubar, Nasr, 1976), a entraîné une émigration importante, bientôt considérée comme une véritable diaspora (Longuenesse et al., 1986/17 ; Hourani, Shehadi, 1992). Avant le déclenchement des vagues migratoires liées à la rente pétrolière dans le Golfe, le peuple libanais était présenté comme un peuple diasporique dont la tradition migratoire remontait à plus d’un siècle. L’extraversion et l’ouverture sont non seulement des caractéristiques de l’économie, mais aussi des qualités de la société libanaise ; dans les années 1960, la population libanaise hors du pays s’élève à 1,2 million, alors que la population des nationaux résidents est de 1,5 million. Le Liban apparaît encore de nos jours comme le pays à partir duquel une vaste diaspora rayonne à travers le monde, dans le Golfe, en Europe, dans les Amériques, en Afrique noire et en Australie. On trouve partout les médecins, ingénieurs, managers, commerçants, entrepreneurs que le système de formation libanais produit en surplus, les filières qui permettent les allers et retours familiaux, les mécanismes de substitution familiale de la main d’œuvre dans le cadre de ces filières. Cette extraversion fascine les observateurs, qui n’évoquent le plus souvent les mouvements inverses de migrations, à l’entrée du Liban, qu’en marge des descriptions du processus de décision à l’émigration, de la capacité des Libanais à vivre en exil et de celle des villages libanais à capter les ressources de ces exils.

10L’histoire des migrations au Liban dans les années 1960 et 70 rejoint pourtant celle des migrations dans l’ensemble du Moyen-Orient arabe, entre l’explosion de la rente pétrolière, sa constitution en tant que principale ressource des pays du Golfe et son institutionnalisation dans les années 80. À ce mouvement général, le Liban ajoute le facteur de la guerre civile. Celle-ci a provoqué le retour en Syrie d’une grande partie de la main d’œuvre syrienne au Liban, remplacée par des travailleurs égyptiens, mais aussi de plus en plus par des travailleurs indiens, sri lankais, pakistanais et philippins, ainsi que par des Turcs. « La main d’œuvre asiatique, qui occupait une place négligeable sur le marché du travail libanais avant 1975, représentait en 1982 26,7 % des permis de travail accordés aux travailleurs étrangers. » (Bourgey et al., 1985, p. 17-18).

11Une main d’œuvre asiatique fait donc son apparition au Moyen Orient, selon deux modalités : à partir des années 1970, pour participer à la transformation de la rente pétrolière en capital dans les pays du Golfe, et de manière secondaire, dans les pays arabes exportateurs de main d’oeuvre en direction du Golfe, pour combler les déséquilibres du marché du travail dans les secteurs du travail domestique et ouvrier liés aux traditions migratoires nationales (Longuenesse et al., 1986) et à des recompositions socioculturelles du marché du travail (Liban, Jordanie, Syrie). Ces migrations concernaient essentiellement des hommes peu qualifiés, recrutés sur contrat (Simon, 1995, p. 45), logés sur place et encadrés par le système de la kafala, système dont l’une des conséquences essentielles, selon G. Beaugé et F. Buttner (1991) « est d’aboutir à une segmentation extrêmement poussée de l’offre et de la demande de travail : aucune cohérence d’ensemble du marché du travail ne s’en dégage, celle-ci ne résultant que de la juxtaposition des cohérences partielles qui se dessinent, au cas par cas, autour de chaque kafil et des catégories d’entrepreneurs ou de travailleurs dont il médiatise la rencontre. » (Beaugé, Buttner, 1991, p. 14)

  • 6 Selon le Consulat de la République du Soudan au Liban, on compterait 5 à 6 000 Soudanais au Liban ; (...)

12On estime de nouveau à 200 ou 300 000 le nombre des travailleurs syriens au Liban, représentant un tiers de la force de travail. Près de 30 000 Égyptiens se relaient année après année sur le marché du travail libanais, et depuis le début des années 2000 et les ultimes déclenchements des conflits en Irak et au Soudan, plusieurs dizaines de milliers de réfugiés soudanais et irakiens se présentent au Liban6. On estime enfin à près de 150 000 le nombre de travailleurs non arabes au Liban, en provenance d’Asie et de plus en plus d’Afrique, représentants des nouvelles migrations internationales au Liban.

Normalisation institutionnelle de l’expérience migratoire au Liban

Annonces publicitaires de servilité, agences de placement (archives de l’auteur)

13Au sein de l’espace migratoire moyen-oriental, des institutions encadrent et normalisent la mobilité des individus et leur occupation sur les marchés du travail. Entre institutions des industries d’émigration (Jaber, Métral, 2005), dans les pays d’origine comme le Sri Lanka et les Philippines, et institutions de contrôle dans les pays d’accueil, notamment au Liban, on constate une concurrence sur les objectifs de protection et de maximisation qui a de grandes répercussions sur la définition des temporalités migratoires institutionnelles. Les institutions mises en place dans les pays d’origine, qui pilotent leur émigration dans une stratégie de développement plus ou moins efficace, tentent de gagner des parts de marchés dans le système migratoire ; ce faisant, elles entrent dans des relations de concurrence. En outre, la maximisation institutionnelle « au pays » des migrations internationales entre en contradiction avec la maximisation économique et institutionnelle – traduisible dans les termes de l’exploitation – de ces migrations dans les pays d’accueil. C’est ce niveau institutionnel de la conflictualité des temporalités migratoires, le niveau des temporalités produites, que nous souhaitons étudier dans les lignes qui suivent.

L’institution globale de la kafala

  • 7 Pour le Liban, nous avons été conduit à décrire cette délégation dans un nuancier entre les formes (...)

14Au Liban, le système institutionnel qui organise l’immigration est très décentralisé, à la fois souple et très précisément défini. La kafala est un système intégré de règles entre les acteurs d’un échange marchand : migrant, employeur, garant national (kafil), agents de recrutement, acteurs publics. L’institution est ici qualifiée de globale dans la mesure où elle inscrit le contrôle de l’individu mobile dans toutes les dimensions de son existence en tant que migrant : en premier lieu, elle contrôle sa mobilité, via l’organisation des filières ; ensuite, elle contrôle son emploi, via l’organisation de la délégation des occupations dévalorisées dans le pays d’accueil – en l’occurrence, du travail domestique dans un sous-ensemble des activités reproductives : les plus dévalorisées, les plus féminines, les plus déléguées, les moins nationales7 – ; et enfin, elle contrôle son travail, via la mise en place de relations sociales et professionnelles marquées du sceau de l’institution, que l’on a proposé de qualifier de « rapports sociaux négatifs » (Bret, 2011).

  • 8 Contrairement à ce qui a lieu dans le Golfe, les agents de recrutement se rémunèrent dans leurs éch (...)
  • 9 Le travail domestique part-time s’oppose au travail live-in (deux locutions anglaises utilisées en (...)

15En temps normal, la filière joue un jeu simple, et la partition des protagonistes est bien réglée : l’initiative vient de l’employeur, qui passe commande à l’un des quelque 400 agents de placement à Beyrouth pour la livraison d’une bonne à tout faire. Le choix se fait sur catalogue, où les caractéristiques les plus tangibles de la servilité sont consignées sur différents supports – photographies et dossiers professionnels. Pour devenir le kafil de cette travailleuse, le futur employeur verse à l’agent une somme d’argent correspondant aux frais de voyage, aux frais d’agence ainsi qu’aux frais administratifs pour lancer l’autorisation d’entrée sur le territoire libanais. À partir de là, l’agent de placement libanais entre en relation avec l’agent de recrutement dans le pays d’origine : les démarches administratives pour quitter le territoire sont entamées. Le plus souvent – c’est-à-dire quand la conjoncture migratoire n’est pas soumise à des tensions politiques trop importantes, quand la filière fonctionne normalement – le migrant n’acquitte pas de frais d’agence pour partir au Liban8. Une autorisation d’entrée au Liban valable trois mois est alors émise et définit un régime temporaire de légalité pour l’arrivée des migrants. À l’issue de cette période, l’employeur doit demander un visa de travail et de résidence en bonne et due forme ; c’est à ce moment-là qu’il advient en tant que kafil. Chaque année, les frais de renouvellement de ces visas (600$, soit environ 450 euros, pour l’emploi domestique ; il est à signaler que les salaires versés sont en moyenne de 100$ pour une domestique sri lankaise, 200$ pour une domestique philippine) sont à la charge de l’employeur/kafil, qui est tenu de déclarer aux autorités tout changement de la situation du ou des migrant(s) placé(s) sous sa responsabilité. Le migrant est attaché à son kafil, qui est censé être son employeur exclusif et détient une obligation de contrôle social et juridique. Ce fait permet de soulever un point capital : formellement, le travail part-time9, partagé entre plusieurs employeurs, est interdit, alors même qu’il correspond à des besoins croissants dans la société libanaise.

16Cette période de trois mois est donc celle de tous les dangers pour l’agent de placement. L’opération peut être annulée légalement. L’employeur/kafil et l’agent s’appuient sur leur contrat pour régler d’éventuels différends : en cas d’incompatibilité d’humeur, par exemple, c’est l’employeur/kafil qui prendra en charge le retour du migrant et son éventuel remplacement ; si une maladie s’avère au cours de ces trois mois, c’est au contraire l’agent qui sera tenu pour responsable, pour avoir manqué de rigueur dans ses opérations de sélection.

  • 10 Chose faite au Liban depuis 2008.

17Les contrats de travail sont signés pour trois, parfois deux ans ; il s’agit en réalité de conventions dont il est bien difficile de déterminer le statut juridique. En effet, les contrats signés en amont du voyage, dans les pays d’origine, sont généralement remplacés à l’arrivée par des documents qui ont force de réglementation, et qui changent les normes applicables du droit. Ces dispositions n’autorisent la reconduction des contrats ainsi que leur rupture que par exception – ce qui semble figer le temps de la migration. Mais la réalité est plus souple, comme on le verra dans la suite. En tout état de cause, le secteur de l’emploi domestique est tenu explicitement en dehors du droit du travail. C’est précisément l’une des revendications des militants pour les droits des migrants que d’augmenter le niveau de protection de ces contrats, par exemple en imposant un modèle unique reconnu par les États importateurs et exportateurs10, voire en militant pour l’intégration du travail domestique dans le domaine du droit du travail. Il est bien évident que la représentation devant la justice des intérêts des migrants est rendue particulièrement difficile par ces dispositions institutionnelles, dont la raison d’être est précisément l’exclusion de ces populations de travailleurs des temps sociaux normaux (temps juridiques, syndicaux par exemple). On est encore loin de ce dernier objectif de règlement global de la question du travail domestique au Liban, et le contrat unique doit encore s’imposer dans les faits.

18La kafala telle qu’elle est pratiquée au Liban est en grande partie arbitraire, dans le sens où le système institutionnel pourrait faire l’objet d’une application très différente si l’État intervenait davantage, ou différemment (Jureidini, 2003). Au lieu de quoi, le système est pratiqué dans une optique libérale – au sens économique – où des acteurs sont laissés libres de prendre du pouvoir sur d’autres acteurs en profitant de différences internationales qui permettent de tout justifier. Le système s’est imposé au Liban par importation du modèle qui se met en place dans les pays du Golfe au milieu des années 1970. Des émigrants et expatriés libanais reviennent alors au pays avec un business à faire valoir et des règles de fonctionnement à imposer dans un contexte où l’État, disparaissant avec la guerre civile, est perméable à toutes les influences normatives. Les deux agences les plus anciennement établies à Beyrouth sont particulièrement exemplaires de cette importation de normes. La première, fondée au milieu des années 1970, s’inspire des conditions de l’exportation de la main d’œuvre dans les pays d’origine : son fondateur est un ancien consul du Liban aux Philippines où il a pu prendre conscience de l’organisation des filières migratoires et du type de normes qui devaient s’appliquer. La seconde, fondée à la même époque, est la propriété de l’ancien expert-comptable d’une société libanaise présente sur plusieurs chantiers de construction du Golfe et du Moyen-Orient dans les années 60 et 70. On voit que c’est aussi depuis les pays de départ et depuis les métropoles du Golfe que l’importation normative a lieu ; ne restait plus alors qu’à appliquer un modèle clef en main en l’imposant dans la pratique et aux autorités libanaises.

  • 11 Entretien réalisé en français au printemps 2007 à Beyrouth. Dans cet extrait, il est fait allusion (...)

[…] Alors, quand je suis revenu au Liban, alors tout le monde me disait “pourquoi vous n’amenez pas des ouvriers pour le Liban ?” et c’est comme ça… […] Moi, j’ai amené… à peu près… 2 000 [personnes], échelonnées sur ces années. Parce que tout le monde n’avait pas confiance dans la main d’œuvre étrangère, surtout qu’ils étaient de constitution faible, pas costauds comme les Libanais. Mais ils étaient subordonnés, ils étaient attentifs, et ils savaient travailler. Alors, on a commencé à amener pour les stations balnéaires, pour les menuiseries, pour… mechanicalindustrial mechanical engineer… on a commencé. […] Pour le textile, malheureusement, on n’a pas trop d’usines de textile. On a amené pour… le textile… le rafia, c'est-à-dire les sacs pour la farine… on a amené une trentaine [de personnes] pour les grands moulins du Liban, ici. Et donc, à l’époque, c’étaient des patrons qui venaient me voir en me disant “j’ai besoin de 10, 20, 30 ouvriers”, et c’est comme ça que ça se passait… Ils me donnaient le job description de ces ouvriers, moi je partais presque tous les trois mois là-bas pour faire le recrutement moi-même. Et je leur donnais [les nom des travailleurs] pour faire les visas. […] C’était toujours entre agence et agence… Mais l’agent sur place, il me préparait tout avant mon arrivée, pour ne pas perdre de temps. Et il m’indiquait la date de l’interview. Pendant deux jours, trois jours, quatre jours, [j’allais] là-bas pour les sélections…
Et donc tout ça, ça s’est terminé vraiment… oui, avec les Syriens… donc ils sont entrés en 76, et puis progressivement, ils ont mis leur système en place… C'est-à-dire, pour les hommes… pour les femmes, ils n’ont rien pu faire . […]11

Les industries d’émigration

19Dans les pays d’origine où la migration est devenue un enjeu majeur du développement (Sri Lanka et Philippines), des institutions publiques ont vu le jour pour organiser et maximiser l’émigration : à la suite d’autres auteurs (Jaber, Métral, 2005), nous proposons de qualifier ces institutions d’industries d’émigration :

« Les mobilités des travailleurs asiatiques s’inscrivent […] dans la continuité d’une industrie étatique de l’émigration : initiées dans les années 1970 vers les pays du Golfe, elles dépassent au tournant des années 1990 le cadre des pays pétroliers vers d’autres pays de la région (Jordanie, Liban, Syrie, Israël, Turquie, etc.). Une telle politique, que les Philippines se targuent d’avoir instituée afin de pallier les déséquilibres structurels à l’économie du pays, se traduit par la formation sur mesure de candidats potentiels à la migration, plus ou moins qualifiés, et dont les compétences sont adaptées aux besoins du marché international, notamment celui du Moyen-Orient. »
(Jaber, Métral, 2005, p. 19).

  • 12 Le Sri Lankan Bureau of Foreign Employment (SLBFE) est créé en 1985 ; la première loi sur l’émigrat (...)
  • 13 Aux Philippines, l’édifice repose sur l’Overseas Workers Welfare Administration (OWWA), dont dépend (...)

20Cette industrie d’émigration se mesure à l’importance que prend l’économie migratoire dans la richesse nationale, à la quantité des mobilités à partir des territoires concernés ainsi qu’aux institutions spécifiques du pilotage politico-administratif de ces éléments. Ce pilotage, qui équivaut à une appréhension dirigiste de la mobilité internationale et à la mise en place d’une politique d’émigration, nécessite un inventaire des agences de recrutement, un système de formation et de préparation à la mobilité internationale, la mise en place de structures transnationales, le renforcement des institutions de représentations diplomatiques et du système de drainage bancaire – soit un encadrement des initiatives migratoires qui équivaut à la production d’une temporalité institutionnelle, imposée par la pratique aux candidats à l’exil. Pour assumer ces fonctions, deux systèmes institutionnels ont été mis en place dans les années 80 : le Sri Lankan Bureau of Foreign Employment12 et, aux Philippines, l’Overseas Workers Welfare Administration13.

21Ces deux institutions ont une double mission, dont la mise en application témoigne de l’étroit enchevêtrement : la protection des migrants, notamment à travers les systèmes d’assurance et la normalisation bilatérale ; et l’intermédiation sur les marchés du travail global, essentiellement par la certification et la labellisation des individus migrants et des filières migratoires. Les temporalités de ces deux fonctions sont en partie contradictoires, et peuvent même s’opposer au timing institutionnel de l’importation de main d’œuvre, notamment quand il est soumis à de brusques soubresauts politiques.

22Il est assez difficile de percevoir distinctement dans les interventions des industries d’émigration ce qui relève de la protection et de la médiation, l’une étant une modalité de l’autre. Depuis le début des années 2000, on assiste à des tentatives de normalisation bi- et multilatérale entre les antennes représentatives de ces institutions dans les pays d’accueil et les autorités locales. Elles définissent des objectifs de moyen terme pour la protection des migrants (définition de conventions de travail sur des modèles unifiés, routinisation des procédures bilatérales, modification de la loi) afin de fluidifier – pour les rentabiliser – les migrations internationales.

  • 14 Référence au « travail 3D » : dirty, dangerous, dull / demeaning / difficult.
  • 15 Voir la version anglaise du site de l’Autorité en cliquant ici (...)
  • 16 The Jordan Times, 29 avril 2010
  • 17 Très récemment, lors d’une réunion publique, le ministre du Travail a soutenu la proposition d’inté (...)

23Des réalisations de ce genre sont à l’œuvre dans bon nombre de pays d’accueil moyen-orientaux, comme les Émirats Arabes Unis, Bahreïn, la Jordanie, et sont en cours au Liban. À la suite de négociations et de travaux collectifs, sous une forme ou sous une autre, qui réunissent les multiples acteurs de l’immigration dans ces pays, les Émirats ont mis en pratique en 2007 un contrat de travail standardisé pour les travailleurs domestiques. Les normes applicables à l’exploitation de ce travail y sont mises à plat et la loi elle-même a été modifiée pour en expliciter le traitement juridique. L’ensemble de ces considérables évolutions est appréhendé par les militants internationaux pour les droits des migrants comme une confirmation de leur approche par l’extension des droits pratiques ; à ce titre, ils en font l’exemple à suivre (c’est le cas tout particulièrement de Human Rights Watch). À Bahreïn, une autorité de régulation du marché du travail a été mise en place en 2006 dans la perspective d’augmenter la mobilité sur le marché du travail secondaire et de lutter contre les pénuries du travail trois fois dévalué14 ; selon des évaluations locales15, le service général auprès des travailleurs étrangers s’en est trouvé grandement amélioré. Autre modalité de réforme défendue par les militants, l’inclusion dans les Codes nationaux du travail des secteurs jusque-là explicitement tenus à l’écart (c’est généralement le cas, y compris au Liban, de secteurs de l’emploi agricole et de l’emploi domestique) ; la Jordanie, après avoir mis en pratique un contrat de travail standardisé en 2003, a réalisé cette inclusion du travail domestique en 200816. Au Liban, le bureau de Beyrouth de l’Organisation internationale du travail lance un atelier en 2005, qui aboutit en 2008 à la formalisation d’un contrat de travail standardisé et à la diffusion d’une plaquette d’information sur les « droits et les devoirs » des travailleurs non arabes et des employeurs. La loi et le Code du Travail sont dorénavant la cible des débats qui prolongent cet atelier17.

24Les contradictions de l’activité des industries d’émigration tendent à brouiller leurs interventions sur le terrain, comme en témoignent les militants non gouvernementaux. Ainsi, pour réduire la négativité propre à l’immigration non arabe au Liban, les plus hauts représentants des pays d’origine en viennent systématiquement à promouvoir une augmentation des prix (frais d’agence et salaires) qui, en triant par le haut l’offre et la demande d’emploi, valoriserait la relation de travail. Selon les militants non gouvernementaux, cette position de principe est contredite par la pratique réelle des ambassades, un marketing pour la prise de marchés qui aboutirait à affaiblir la protection des migrants au profit d’une augmentation de la masse de la migration. Une des critiques de fond du système de la kafala consiste en effet à analyser l’échange de garantie comme un investissement à rentabiliser pour les agents et pour les employeurs, dont les conséquences sociales sont particulièrement dévastatrices.

25Le conflit sur la définition du temps institutionnel des migrations internationales apparaît fort clairement dans l’étude du blocage des routes migratoires. La guerre de 2006 d’Israël contre le Liban a justifié l’intervention des industries d’émigration, dans le cadre de leur stratégie complexe de protection versus maximisation. Les Philippines et bientôt le Sri Lanka restreignent alors le droit à émigrer au Liban et bloquent les filières, en invoquant des raisons de sécurité et de protection accompagnées d’un discours sur le traitement social des migrants dans une société envisagée comme productrice de risques. Très vite, le lien est fait entre augmentation de la protection, augmentation des rémunérations et restrictions à la mobilité. En 2012, nous sommes toujours dans un régime migratoire d’assèchement piloté par les institutions d’émigration – un régime qui oblige les acteurs à des stratégies de contournement.

26Le Liban est une destination quantitativement importante pour les exportateurs de main d’œuvre, bien plus d’ailleurs au Sri Lanka qu’aux Philippines ; en asséchant l’émigration vers cette destination, les institutions d’émigration espèrent favoriser le redéploiement des migrations internationales en direction des zones plus centrales et plus rémunératrices – car souvent moins féminines – de l’espace d’émigration tout en favorisant une montée des droits au sein de ces zones périphériques. Pourtant, et puisque les migrations non arabes y sont plus féminines qu’ailleurs, l’hypothèse d’un équilibrage plus favorable aux exportateurs dans des pays comme le Liban ou la Jordanie semble devoir résider dans la construction ou la consolidation de protections et de droits nouveaux, bien davantage que dans le pilotage de la dynamique migratoire elle-même.

La construction des carrières migratoires

27En tout état de cause, et même quand les routes migratoires sont bloquées, ces zones périphériques de l’espace migratoire moyen-oriental continuent à représenter pour la frange la moins expérimentée de la population migrante la seule opportunité de lancement d’une carrière migratoire (Bret, 2011). Cette carrière migratoire peut être présentée comme une construction en plusieurs paliers, aux enjeux essentiellement collectifs. La dynamique d’une autonomisation, une forme d’entrepreneuriat de soi-même en cours de migration (Mozère, 2005) est présente ; on ne saurait pourtant en faire le principe d’une migration qui ne repose pas sur une psychologie collective de la diaspora, mais véritablement sur la définition institutionnelle d’une opportunité de développement par la migration internationale, à un âge avancé de la mondialisation. Pour les migrants, les zones d’accueil potentielles sont classées selon leur coût et leur rentabilité. Le détail de ces hiérarchies est spécifique à chaque industrie d’émigration. Sri Lankais et Philippins classent en haut de cette hiérarchie des pays et des villes asiatiques (Hong-Kong, Singapour, Taiwan par exemple, surpassés seulement par des destinations occidentales quasiment inaccessibles) où l’encadrement institutionnel n’est pas moins contraignant, mais qui sont largement plus rémunérateurs tout en étant plus coûteux d’accès. Le Liban et les zones d’accueil périphériques sont classés au bas de cette hiérarchie, puisque les coûts et les rémunérations y sont faibles. Les États pétroliers du Golfe se placent entre ces extrémités.

28Les carrières migratoires s’articulent donc autour du passage de ces différentes épreuves par capitalisation de compétences et de ressources migratoires qui permettent, à chaque étape, de payer des droits d’entrée sur des territoires qui permettront d’accumuler plus et plus rapidement ces ressources. Elles sont bien entendu déterminées par les objectifs qui composent les projets migratoires : certains de ces projets sont peu cumulatifs, davantage l’expression de besoins ponctuels – où plutôt que de carrières migratoires, il faudrait parler d’expériences migratoires. Mais dans l’ensemble, la carrière migratoire idéale, celle qu’il est si difficile de mettre en place, s’initie par exemple sur la base d’un contrat de trois ans au Liban, à l’issue duquel le migrant est en mesure de payer les plusieurs centaines de dollars nécessaires à la signature d’un contrat dans le Golfe (trois ans aussi), avant de pouvoir payer sans trop s’endetter les milliers de dollars ouvrant droit à un contrat en Asie. Les pièges sont nombreux, pourtant, qui accélèrent ou ralentissent le rythme de carrière, obligent à reconfigurer les projets, en imposent à l’idéal de progression. C’est bien souvent l’incertitude et l’arbitraire qui finissent par organiser les parcours. L’expérience migratoire, qu’il est par ailleurs difficile d’envisager comme un héritage transmissible entre les générations de migrants – chaque migrant devant toujours repartir depuis le bas de l’échelle dans un contexte où les ressources migratoires ne s’accumulent pas facilement –, permet d’anticiper ces incertitudes et ces arbitraires.

  • 18 Même si le mouvement de substitution des employées domestiques asiatiques par des employées africai (...)

29Les routes migratoires vers les pays périphériques de l’espace migratoire moyen-oriental sont donc bloquées, pour les migrants qui aspirent à faire carrière et qui ne sont ni les héritiers d’une tradition migratoire, ni enrichis d’une expérience nationale permettant de disposer de ressources pour favoriser leur entrée en carrière. Ils n’ont pas d’autre choix que de contourner les injonctions du système d’émigration : partir malgré l’interdiction. Ainsi, les arrivées au Liban de Sri Lankaises et de Philippines depuis 2006 restent nombreuses18, et certaines doivent mettre en place de véritables stratégies de détournement des injonctions issues des contextes de départ. Les contraintes institutionnelles venant des Philippines sont sans conteste plus fortes : l’interdiction étant adressée d’abord formellement puis assouplie, les femmes qui arrivaient entre 2007 et 2010, à un rythme de plusieurs dizaines par semaine, organisaient leur voyage en masquant leur destination, en faisant de considérables détours avant de débarquer à l’aéroport international de Beyrouth. Les Sri Lankaises, de la même façon, devaient faire de fausses déclarations pour obtenir le droit de sortir du pays, sans pour autant que l’interdiction pèse aussi fortement. En tout état de cause, on voit bien que la protection à laquelle elles auraient pu prétendre, en respectant le règlement de l’industrie d’émigration, ne s’applique plus. Bien au contraire, ces femmes sont envisagées comme des contrevenantes, voire des dissidentes par les institutionnels de l’émigration dans leurs pays, qui n’hésitent pas à développer des technologies de répression pour augmenter leur emprise (traque administrative, enfermement).

La dénormalisation des carrières migratoires

Beyrouth, printemps 2007. Pochoir de Banksy photographié par J. Bret

30Le jeu institutionnel régulier et le temps contraint qu’il impose à la migration et au travail définissent donc un régime légal-régulier ; toute sortie de ce régime se paye d’incertitudes croissantes avec le temps, comme croît une dette administrative que le migrant alimente par ses activités irrégulières dans la société d’accueil. Il se peut que ces incertitudes restent maîtrisables, et même qu’elles coïncident avec la poursuite des objectifs migratoires. Pour autant, il est fréquent qu’elles tournent mal, quand les carrières migratoires virent à la carrière d’errance (Bret, 2011).

31Entre le régulier et l’errance, pour lutter contre la vulnérabilité qui pèse sur leurs carrières, les migrants opèrent des formes de contournement des normes. Pour réduire les contradictions du marché du travail, pour renforcer leur position dans le système d’exploitation des migrants, d’autres acteurs participent à cette dénormalisation – employeurs, kafils, agent. Nous proposons d’identifier quatre situations où les interactions entre ces acteurs indiquent un détournement plus ou moins coordonné des injonctions institutionnelles.

Reconduite, release et amnisties

  • 19 Le système d’assistance aux migrants se présente sous la forme d’un réseau de travailleurs sociaux, (...)

32On l’a évoqué, le système institutionnel de la kafala vise à imposer une temporalité institutionnelle à la migration, dans une stratégie qu’on pourrait qualifier d’anti-implantatoire : en fin de contrat, le migrant est invité à quitter le territoire libanais, avant éventuellement de pouvoir revenir en renouvelant la kafala. Les contrôles qui s’appliquent à cette règle sont pourtant souples, et, par exception, des reconductions, voire des release sont autorisés. Le release, littéralement libération, signifie la rupture d’un contrat de kafala sanctionnée par les autorités si les conditions difficiles de la signature d’un nouveau contrat sont réunies, à savoir : l’existence d’un nouveau kafil et le versement des sommes d’argent afférentes à l’établissement de nouveaux visas de résidence et de travail. Il arrive qu’un migrant parvienne à réunir ces conditions. Le système d’assistance19 peut également faire l’intermédiaire sur le marché du travail. On voit bien cependant que les migrants peuvent être distingués entre ceux qui disposent des ressources pour réaliser ces opérations ou déclencher des aides, et ceux qui ne les ont pas, souvent par manque d’expérience.

33Ces entorses à l’injonction institutionnelle prennent un caractère régulier : chaque année, et en fonction des circonstances, les autorités libanaises prennent des décisions d’amnistie dont la fonction est de réguler le « fond de marché » massif constitué par les travailleurs migrants irréguliers, sortis du cadre réglementaire pour toutes sortes de raisons (la plus emblématique étant la fuite du domicile de l’employeur par suite de mauvais traitements). Pendant quelques semaines, généralement au printemps, ces travailleurs irréguliers sont sommés de se présenter à la Sûreté générale (l’organe du ministère de l’Intérieur chargé de l’immigration) pour examen de leur situation ; l’amnistie de leur dette administrative d’irrégularité leur est alors promise dans la mesure où ils sont capables de prouver leur identité et d’arranger leur retour au pays – une promesse, pas toujours tenue dans les faits, qui s’accompagne généralement d’un séjour en camp de rétention. Des circonstances exceptionnelles, comme le tsunami de décembre 2004 qui a affecté gravement les communautés sri lankaise, indienne et indonésienne du Liban, peuvent donner lieu à des amnisties « humanitaires » : à l’occasion de celle de 2004-2005, quelques 10 000 Sri Lankais et 5 000 Indiens, pour la plupart irréguliers, ont réussi à quitter le territoire.

Dissociation employeur/kafil et travail part-time

34La sortie du mode institutionnel du contrôle des temporalités migratoires et au travail, à l’occasion d’un release par exemple, est généralement synonyme de prise d’autonomie pour les migrants. Il faut néanmoins signaler qu’il peut s’agir aussi d’une montée de la précarité, voire d’errance pour le migrant chassé dont l’employeur veut éviter les frais de fin de contrat, par exemple. Dans les stratégies d’autonomisation, le mythe de la rémunération du travail part-time continue de structurer l’imaginaire migratoire, d’une part en raison des difficultés du travail à demeure, mais aussi parce qu’on y associe des vertus économiques dont la réalité est plus que sujette à caution. Les frais occasionnés (résidence et entretien, transport etc.) ainsi que les risques encourus affaiblissent considérablement ces opportunités. Mais le travail à temps partiel permet aussi de se réserver un temps à soi, pour soi. La situation est cependant risquée, puisque cette forme d’emploi est interdite, comme on l’a dit : pour travailler part-time, il faut s’en cacher, et donner le change sur les données de la kafala, c’est-à-dire qu’il faut continuer de se placer sous la responsabilité d’un kafil sans pour autant que ce dernier conserve sa fonction d’employeur. À ces fins, les migrants sont bien souvent contraints d’acheter des garanties de convenance, et donc de rémunérer leur faux kafil en espèces ou en nature, par exemple par du travail gratuit. En tout état de cause, on voit que les figures de l’employeur et du kafil se distinguent, voire se démultiplient, en rompant le lien établi entre les temporalités du contrôle et du travail – lien sous le régime duquel l’existence du migrant est autorisée. Les situations auxquelles donnent lieu ces configurations non réglementaires – pas tout à fait illégales si les visas sont payés – sont fragiles et nécessitent un surcroît de protection que l’isolement interdit. Des appuis collectifs sont donc recherchés, par exemple dans la protection communautaire, au sein du système d’assistance, ou dans des réseaux d’exploitation de travail part-time (Bret, 2011).

Les arrangements de kafala hors filière

35À leur tour, ces appuis collectifs donnent lieu à des stratégies migratoires collectives, souvent familiales : dans la poursuite de leurs objectifs migratoires et carrière faisant, voire pour répondre aux défis qu’irrégularité ou illégalité posent à l’existence, les migrants font appel à des proches. Dans certains cas, ces stratégies sont établies très en amont des carrières, et sont animées par des solidarités effectives dans le cadre de projets à proprement parler collectifs, par exemple dans l’organisation d’une succession migratoire entre les membres des familles, pour la réalisation de projets massifs ou pour la préparation d’événements familiaux comme les mariages. C’est hors filière que s’organise alors la migration, et les conventions de kafala sont établies en détournement : l’initiative n’est plus réservée à l’employeur ; le critère des choix, que le système institutionnel cherche à dépersonnaliser, d’une certaine façon, en instituant des critères de servilité, est réinscrit dans des univers de confiance, et les employeurs finissent généralement par y trouver leur compte. L’atomisation que vise l’institution en enfermant l’employé chez son employeur est contrebalancée par ces lignes transnationales de solidarité et de confiance, qui contribuent à entretenir des réseaux de faible ampleur, certes, mais qui parviennent à réassurer quelque peu l’expérience migratoire. En tout état de cause, ces arrangements hors kafala ont toutes les chances d’instaurer des situations de travail moins déterminées par la négativité des rapports sociaux.

Un marché de la garantie

36Enfin, il arrive que les pratiques des agents de placement au Liban contreviennent à l’esprit du règlement institutionnel. Depuis le début des années 2000, le ministère du Travail tente d’instaurer un contrôle des agences et des « normes de bonne conduite ». Parmi ces normes, le dépôt public d’un capital de garantie de 33 000 dollars ouvre droit à l’importation de 150 migrants par année. Pour dépasser ce seuil, les agences se revendent entre elles leurs droits d’importation. On voit donc un marché complexe de la garantie se mettre en place, avec une minorité d’agences réelles, qui couvrent l’ensemble du processus d’importation via les filières, développent leurs moyens au niveau transnational et entretiennent des partenariats avec des agences de recrutement dans les pays d’origine ; et une majorité de fausse agences, qui n’ont pas de bureau et « travaillent sur cellulaire » – comme on dit –, dont la raison d’être est la revente des garanties.

37J’ai été témoin de la pratique du « visa libre », qui consiste à organiser l’importation d’un employé sans employeur : immédiatement en situation irrégulière, le migrant doit alors mettre en place une organisation complexe de fausse kafala et de travail part-time pour gagner sa vie.

38Les agences jouent aussi un rôle dans le replacement de travailleurs en rupture de kafala, alors que le règlement institutionnel, on l’a dit, l’interdit formellement : à ces fins, elles embauchent ou font appel à des hommes et des femmes issus des communautés étrangères – généralement inscrits sous le régime d’une kafala de travail domestique dont l’un ou l’autre des employés de l’agence est responsable – dont la fonction est de faciliter le rabattage des migrants errants et les transferts de garantie. Bien souvent, ils sont aussi chargés de la « sale besogne » de répression : pour s’assurer de la bonne conduite future de ces opérations, des formes de rééducation au règlement sont assumées par ces intermédiaires du marché du travail et des communautés – depuis le sermon jusqu’au tabassage.

Conclusion

39L’ensemble des conditions institutionnelles imposées à la migration nous semble avoir trois conséquences majeures : elles équivalent à une hiérarchisation puissante des lieux d’accueil et, par là, des carrières migratoires elles-mêmes ; elles provoquent une vulnérabilité généralisée des femmes engagées sur le marché du travail domestique ; et elles renforcent certaines des contradictions fonctionnelles sur ce marché du fait des interdictions formelles qui pèsent sur les formes d’emploi.

40La temporalité institutionnelle est à la fois fermement définie, avec ses étapes et ses périodes obligatoires, les reconductions à ne pas oublier ; et distordue par une pratique routinière de contournement voire de détournement à la fois pour adapter l’offre de travail à sa demande (rappelons que le travail à temps partiel, de plus en plus structurant sur le marché du travail domestique, est institutionnellement interdit), dans le cadre de stratégies croisées entre maximisation (agents des filières) et poursuite des objectifs individuels et collectifs des migrants. Pour l’employeur, la temporalité institutionnelle coïncide avec une définition de la mission de kafala comme un investissement que la durée permet de rentabiliser – ce qui permet d’expliquer la prise au sérieux de l’impératif institutionnel de contrôle qui, à cet égard, pèse sur lui comme une tâche imposée. Pour autant, la situation de travail qu’il souhaite mettre en place n’est pas toujours en cohérence avec cette injonction, et il participe dans bien des cas à la dénormalisation du système de la kafala, avec le concours de son agent, parfois avec celui de son ou ses employés.

41Pour le migrant, on voit que la carrière migratoire passe par des épreuves structurées entre des injonctions institutionnelles issues du contexte de départ et du contexte d’arrivée. La sortie du mode régulier du développement des carrières migratoires se fait par choix ou par contrainte ; son issue est positive si elle permet de réagencer la carrière dans une évaluation optimiste, ou négative si elle ne le permet pas. En tout état de cause, le migrant participe de plus en plus à la dénormalisation de la kafala, dans des relations avec les autres acteurs qui alternent entre négociation, coordination et coercition, dans des contextes d’incertitude d’autant plus grande qu’on s’éloigne d’une pratique promue par les institutions.

Haut de page

Bibliographie

Albera D., 2001. « Terrains minés », in « Terrains minés en ethnologie », Ethnologie Française 31, pp. 5-13

Arnold F., Shah N. M., 1986. Asian Labour Migration. Pipeline to the Middle East, Westview, London

Bales K., 2004. Disposable People : New Slavery in the Global Economy, University of California Press, Berkeley

Beauge G., Buttner F. (dir.), 1991. Les migrations dans le monde arabe, CNRS, Paris

Beauge G., Roussillon A., 1988. Le migrant et son double. Migrations et unité arabe, Paris, Publisid

Bourgey A., Gorokhoff P. et. al., 1985. Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe, CERMOC, Beyrouth

Bret J., 2011. « Travail global et production d’un individu servile. Activités économiques et migrations de travailleurs non arabes au Liban », Thèse de Doctorat, Sociologie, Université Lumière Lyon 2.

Bret J., 2012 (à paraître). « L’Ethnographe et l’étranger face à la servitude volontaire », in Roulleau-Berger L. (dir.), 2012, Sociologies et cosmopolitisme méthodologique, PUM, Toulouse

de Bel-air F., 2005, « Politiques d’immigration de travail et construction nationale en Jordanie (1975-2002) », in Jaber H., Metral F, Mondes en mouvement. Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du XXIe siècle, IFPO, Beyrouth.

Dorlin E. (dir.), 2009. Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, Paris.

Dubar C., Nasr S., 1976. Les classes sociales au Liban, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris

Fargues P., 1980, Réserves de main d’oeuvre et rente pétrolière. Etude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe, CERMOC, Beyrouth

Honneth A., 2006, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, La Découverte, Paris

Hourani A., Shehadi S., 1992. The Lebanese in the World. A Century of Emigration, Center for Lebanese Studies, London

Jaber H., Metral F. (dir.), 2005. Mondes en mouvement. Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du XXIe siècle, IFPO, Beyrouth

Jureidini R., 2003. « L’échec de la protection de l’Etat : les domestiques étrangers au Liban », Revue Européenne des Migrations Internationales 19 (3).

Longuenesse E., Beauge G., Nancy M., 1986. Communautés villageoises et migrations de main d’œuvre au Moyen-Orient, CERMOC, Beyrouth.

Mozere L., 2005. « Domestiques philippines entrepreneures d'elles-mêmes sur un marché mondial de la domesticité », Carnets du Genre 1.

Reig D., 1999. Dictionnaire Arabe-Français, Larousse, Paris

Roulleau-Berger L., 2004. « Voir, ‘savoir-être avec’, rendre public : pour une ethnographie de la reconnaissance », Cahiers Internationaux de Sociologie 117.

Roulleau-Berger L., 2010. Migrer au féminin, PUF, Paris

Sassen S., 2007. A Sociology of Globalization, Norton, New York

Simon G., 1995. Géodynamique des migrations internationales dans le monde, PUF, Paris

Simon G., 2008. La planète migratoire dans la mondialisation, Armand Colin, Paris

Haut de page

Notes

1 Depuis la période 2006-2007, le mouvement de substitution des travailleuses asiatiques par des travailleuses africaines, éthiopiennes essentiellement, s'est renforcé. Dans la suite, nous décrivons le processus de blocage des routes migratoires depuis le Sri Lanka et les Philippines : il est encore difficile de savoir si cette substitution est durable, et comment elle se structure dans la concurrence internationale sur les marchés du travail global.

2 Le terme de travail reproductif, élaboré dans le cadre des études féministes, vise à inscrire l’étude de l’influence de la catégorie du genre dans une référence générale à la production et à la qualité des rapports sociaux (Dorlin, 2009).

3 Institution moyen-orientale organisant les filières migratoires et le contrôle des migrants non arabes dans les sociétés d’accueil, dont les conditions de la pratique au Liban sont détaillées plus loin. Terme généralement traduit par sponsorship ou garantie. Racine [k-f-l], « assurer ; cautionner ; couvrir ; se porter garant de ; garantir ; parrainer ; répondre de ; nourrir ; avoir soin de ; assurer la subsistance de » (Reig, 1999). Le terme kafil, participe actif, est traduit par sponsor ou garant.

4 Nous avons proposé de parler de « négativité des rapports sociaux » (Bret, 2011) : des rapports sociaux structurés de façon très intégrée par des relations de fausse reconnaissance ou reconnaissance idéologique (Honneth, 2006), où des pratiques de coercition, de domination voire de violence aboutissent à la domestication de l’individu (celle de sa personnalité et celle de son corps). Ces rapports sont redéfinis symboliquement, et ainsi accroissent la dette symbolique de l’individu domestiqué, auquel on demande toujours plus de reconnaissance.

5 Arabie Saoudite, Oman, Qatar, Bahreïn, Koweït, Emirats Arabes Unis.

6 Selon le Consulat de la République du Soudan au Liban, on compterait 5 à 6 000 Soudanais au Liban ; Human Rights Watch estime à 50 000 le nombre de réfugiés irakiens.

7 Pour le Liban, nous avons été conduit à décrire cette délégation dans un nuancier entre les formes les plus reproductives de l’emploi reproductif (les formes d’emploi les moins valorisées, les plus féminines et les plus déléguées : travail sexuel et travail domestique) et ses formes les moins reproductives (moins dévalorisées, moins féminines, moins déléguées, parfois en partie nationale : petits services urbains, gardiennage, nettoyage urbain par exemple) (Bret, 2011).

8 Contrairement à ce qui a lieu dans le Golfe, les agents de recrutement se rémunèrent dans leurs échanges avec les agents de placement au Liban : voir plus loin sur la stratification des zones d’accueil et des carrières migratoires.

9 Le travail domestique part-time s’oppose au travail live-in (deux locutions anglaises utilisées en la forme au Liban), à demeure : la résidence du migrant n’est pas attachée à son lieu de travail ; l’employé travaille pour plusieurs employeurs.

10 Chose faite au Liban depuis 2008.

11 Entretien réalisé en français au printemps 2007 à Beyrouth. Dans cet extrait, il est fait allusion à l’influence de la politique syrienne sur les structures du marché du travail au Liban : la tutelle syrienne sur le Liban, jusqu’en 2005, a notamment eu une influence considérable sur le marché du travail ; via ses relais au Liban, l’Etat syrien a réussi à faire interdire l’immigration masculine en provenance d’Asie dès la fin de la guerre civile afin de protéger le travail de ses propres émigrés ; dans le cadre de la kafala, cette interdiction est purement réglementaire – ce qui explique que des hommes aient continué de migrer malgré tout, dans les cas où les interdictions réglementaires pouvaient être détournées, soit quand l’emploi restait de l’emploi domestique (chauffeur, majordome, jardinier par exemple), soit que des relations de proximité ou d’intermédiation pouvaient être déclenchées dans les cercles appropriés (ressource qu’on nomme en arabe wasta).

12 Le Sri Lankan Bureau of Foreign Employment (SLBFE) est créé en 1985 ; la première loi sur l’émigration de travail est promulguée en 1994. Elle organise stratégiquement le service public de l’émigration sri lankais. Avant 2007, ce service était rattaché au ministère du Travail ; avec la création du Ministry of Foreign Employment Promotion and Welfare à cette date, l’autonomie administrative de l’agence est renforcée.

13 Aux Philippines, l’édifice repose sur l’Overseas Workers Welfare Administration (OWWA), dont dépendent d’autres agences, la principale étant le Philipino Overseas Employment Agency (POEA) qui prend plus précisément en charge l’organisation de l’offre de travail émigré. L’impulsion est donnée par le Président Marcos en 1980 ; l’OWWA est créée avec un délai, en 1997, après le vote en 1995 de la loi fondamentale sur l’émigration. L’OWWA dépend administrativement du ministère du Travail et de l’Emploi.

14 Référence au « travail 3D » : dirty, dangerous, dull / demeaning / difficult.

15 Voir la version anglaise du site de l’Autorité en cliquant ici

16 The Jordan Times, 29 avril 2010

17 Très récemment, lors d’une réunion publique, le ministre du Travail a soutenu la proposition d’intégration du secteur du travail domestique sous la protection du Code du travail, avant de « s’énerver » et de quitter la salle face à un auditoire « médusé » par la prise de position et incrédule (Orient le Jour, 24/01/2012). Les résistances auxquelles donnent lieu ces positions courageuses sont en effet très fortes. D’ailleurs, dans les semaines qui suivent, le ministre est mis en cause dans une affaire publique qui n’a pas d’intérêt ici, et poussé à la démission par son groupe parlementaire.

18 Même si le mouvement de substitution des employées domestiques asiatiques par des employées africaines, Ethiopiennes surtout, sensible déjà dans la période d’avant guerre, se poursuit depuis 2006 (Bret, 2011).

19 Le système d’assistance aux migrants se présente sous la forme d’un réseau de travailleurs sociaux, d’avocats et de missionnaires qui interviennent pour gérer les urgences et porter une aide sociale, juridique et humanitaire aux migrants en difficulté ; au centre de ce réseau, l’ONG Caritas-Liban s’impose comme gestionnaire des fonds internationaux et de la négociation avec l’Etat.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Cliché de servilité, dossier d’agence de placement (archives de J. Bret. Le visage a été masqué par l’auteur pour garantir l’anonymat)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Annonces publicitaires de servilité, agences de placement (archives de l’auteur)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Beyrouth, printemps 2007. Pochoir de Banksy photographié par J. Bret
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bret, « Temps migratoires en tension  », Temporalités [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 02 mai 2012, consulté le 20 avril 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2029

Haut de page

Auteur

Julien Bret

Post-doctorant
Centre Max Weber
julienbret@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page