Navigation – Plan du site
Lire, écouter

Une petite rébellion de temps en temps

Divergences temporelles et drames sociaux. Compte-rendu de la journée inter-laboratoire du 27 janvier 2012 à Marseille
Emmanuel Galland et Émir Mahieddin

Texte intégral

  • 1 Il s'agissait respectivement du Centre d'Études des Mondes Africains (CÉMAf ; UMR 8171), du Centre (...)

1L’Université d’Aix-Marseille a accueilli le 27 janvier 2012 une rencontre inter-laboratoires réunissant cinq unités de recherche attachées au département d'anthropologie de l’université, ainsi qu'à l’École des hautes études en sciences sociales de Marseille1. Un collectif de doctorants issus de ces cinq unités s'est formé afin d'organiser cette journée qui a été complétée par une autre, le 9 mars 2012. Ici, nous rendons compte de la première de ces deux journées.

2Le questionnement qui a réuni les participants portait sur les articulations contemporaines entre le temps vécu et les mobilisations politiques dans le cadre, aujourd’hui bien documenté en anthropologie, de la globalisation. Le temps de l’anthropologie, ou de l’ethnographie, est-il influencé par les temporalités de l’ordre global ? Que peut-on apprendre du temps en observant les conflits politiques ? Observe-t-on des mutations de la temporalité dans la période contemporaine ? Assiste-t-on à l’émergence d’une temporalité globalisée, commune à toutes les sociétés de la planète ? Autrement dit, de quelle manière la discipline pense-t-elle son propre rapport au temps ? Quel est le statut épistémologique du temps en anthropologie ? L’ordre du temps dans les sciences sociales est-il lié à l’ordre politique ? C’est sur ces questions qu’a été menée la réflexion lors de ce séminaire, dans un mouvement allant de considérations épistémologiques et méthodologiques à l’exposé d’études de cas empiriques, elles-mêmes présentées dans un ordre chronologique allant des révoltes de Wallis en 2005 au dit « printemps arabe » de 2011.

Le temps et les autres de Johannes Fabian

  • 2 En effet, l'intervenante voulant connaître le degré de connaissance de cet ouvrage a réalisé un pet (...)

3Bien que ses praticiens se soient intéressé à maintes reprises aux calendriers et aux temps sociaux des différentes sociétés, le temps a longtemps été un impensé de la pratique de l’anthropologie. Les anthropologues ont en effet souvent oublié d’interroger leurs propres perceptions et usages du temps, restés comme implicites jusqu’au début des années 1980. Les liaisons entre l’anthropologie et le temps sont moins évidentes qu’en histoire. Cependant, la question de la temporalité n’en demeure pas moins cruciale sur le plan épistémologique. C’est notamment à propos de Johannes Fabian que s’est exprimée la première intervenante, Natacha Collomb (chercheur associée à l'IRASIA), afin de rappeler à un public français, peu familier de l’œuvre de cet anthropologue2, les grandes lignes de sa réflexion sur le temps dans la fabrique de l’altérité. En effet, son livre majeur, Le temps et les autres (1983) n’a été traduit que récemment et reste peu connu des lecteurs francophones malgré son influence dans le monde anglo-saxon. L’auteur disserte longuement sur le temps en anthropologie en partant d’une observation critique sur la discipline à son époque. Il relève un étrange paradoxe, rappelle Natacha Collomb, entre une co-temporalité existant de fait dans la situation ethnographique – un postulat qui a été critiqué par les commentateurs de Fabian – et un déni de ce temps partagé dans la restitution des données. Pour Fabian, héritier de l’ère des Lumières, l’anthropologie est née de cet implicite selon lequel parcourir le monde équivaut à parcourir l’histoire. Il rappelle à ce propos une phrase significative de l'ethnographe avant l'heure que fut De Gérando : « le voyageur philosophe qui navigue vers les extrémités de la terre, traverse en effet la suite des âges ; il voyage dans le passé ; chaque pas qu’il fait est un siècle qu’il franchit ».

4Fabian voit les voyages des explorateurs-philosophes de l’époque comme « une pratique temporalisante » qui a achevé de séculariser le temps chrétien. Ce procès de sécularisation du temps est pour Fabian une étape décisive vers la modernité et l’élaboration de la méthode et du discours anthropologique. Pour lui, cette émergence résulte moins de l’invention d’un temps linéaire que de la généralisation et de l’universalisation du temps judéo-chrétien. Le voyage étant lui-même « pratique temporalisante » et scientifique, il ne fut pas nécessaire au voyageur de catégoriser le temps qui devînt entièrement naturalisé. Ainsi n’était-il plus temps sacré prenant sens dans l’attente de la Parousie, ni même temps de ce que Fabian nomme la « mytho-histoire de la Raison », véhicule d’une histoire signifiante et continue, mais devînt simple manière d’ordonner des faits discontinus. Il fut donc pour les anthropologues un lieu commun inutile à interroger. Ainsi, une politique implicite du temps s'est développée en anthropologie que l’auteur s'est donné pour tâche de déconstruire dans son ouvrage afin de faire émerger une pratique ethnographique qu'il souhaitait renouvelée. Tous les paradigmes successifs sont accusés par Fabian d’une mise à distance de l’autre par le temps. L’indigène serait ainsi renvoyé à un temps qui lui serait propre, duquel l’anthropologue ne participerait pas. Par ailleurs, Fabian observe que quand ils l'ont pris pour objet d’étude, les anthropologues encapsulaient le temps comme un objet d'étude parmi d’autres, pensé au prisme du relativisme culturel, et non comme un impensé épistémologique.

Le temps des contrats de recherche

5Les mutations politiques et institutionnelles touchent aussi les temporalités de la recherche anthropologique. C’est la question qu’a tenu à aborder Laurent Vidal (directeur de recherche IRD-INSERM) lors de sa communication, intitulée « La fabrique de la recherche. Le temps de l’anthropologie ». Anthropologue spécialisé dans le domaine de la santé, Laurent Vidal a assisté depuis plusieurs années à la transformation de la demande sociale vis-à-vis de l’anthropologie du développement, notamment par rapport à la lutte contre le VIH et la tuberculose en Afrique. Ainsi, on assiste depuis plusieurs années à un triple mouvement de contractualisation, de contraction et de restriction du temps de la recherche notamment du fait du travail par appel d’offre et d’une exigence inédite de restitution. Il en découle une nouvelle manière de construire l’objet de recherche de même qu’un nouveau type de relation au terrain étudié ; notamment dans le rapport à l’événement entendu comme le surgissement d’un temps court de l’imprévu qui devient difficile à maîtriser. Quelle est en effet la place de l’événement inattendu dans un appel d’offre où il est requis d’exposer le déroulement d’une recherche à venir ? Travailler par appels d’offre, c'est-à-dire dans un temps encadré institutionnellement, amène, selon Laurent Vidal, à envisager un certain nombre de concessions intellectuelles et méthodologiques, qui constituent autant de mutations dans la fabrique de la discipline. Par ailleurs, le temps de la constitution de l’objet n’est pas le seul à connaitre un mouvement de contraction. Le temps lui-même de l’enquête est réduit ; loin des mois d’isolement et d’immersion auxquels appelle l’anthropologie malinowskienne, le praticien se trouve pris dans l’obligation de comparaison entre des pays et des structures multiples, rapprochant de fait les terrains de l’anthropologie appliquée des terrains multi-situés, tels que préconisés par George Marcus. Plus par contrainte institutionnelle que par choix méthodologique, l’anthropologue parcourt différents sites et pratique une ethnographie de rencontres mêlant descriptions ténues et descriptions denses, tout en écourtant sa présence et son temps d’observation sur le terrain. Cette émergence de la demande sociale en anthropologie a aussi mené à l’apparition d’un nouveau temps de l’enquête qui n’existait pas systématiquement auparavant, celui de l’action. Ce temps auquel l’anthropologue est peu formé et peu familiarisé se constitue d’ailleurs aussi en un moment heuristique. Plus qu’une troisième étape supposée déconnectée du « terrain » lui-même, ce temps de l'action apparaît comme un prolongement de la récolte de données. De même que le temps de la restitution aux bailleurs de fonds offre autant d’enseignements réflexifs sur le cadre de la recherche. L’apprentissage de l’action par le chercheur est fortement empirique et se fait souvent en collaboration avec d’autres disciplines.

6Dans la recherche fondamentale, comme dans la recherche appliquée, le temps apparaît ainsi comme une construction qui travaille la dimension du savoir. Qu’il s’agisse du questionnement épistémologique de Fabian, présenté par Natacha Collomb ou des implications méthodologiques auxquelles a réfléchi Laurent Vidal, le temps se retrouve enjeu de science chaque fois que le temps politique est marqué par un mouvement d’accélération du changement social. La critique de Fabian s’inscrit en effet dans les prémisses de la crise post-moderne en anthropologie, conséquence lointaine de mobilisations politiques qui ont changé la conscience que les anthropologues avaient d’eux-mêmes : la décolonisation. Cette conscience d’un positionnement nouveau entre l’ethnographe et l’indigène dans les rapports de force politique, se trouva dès lors en décalage avec les instruments forgés par les premiers ethnologues. Au premier rang des impensés qui ont structuré les rapports asymétriques entre colonisateurs et colonisés figurait le temps. Le temps est donc une dimension des rapports de pouvoir. Ce dernier fut en effet un instrument rhétorique de pouvoir dans la relation qui unissait colonisateurs et colonisés. Il semble donc logique que la remise en question de cette relation, tôt ou tard, entraine la remise en question de l’outil impensé qu’était le temps. Ce dernier est apparu inadapté aux nouvelles relations d’égalité formelle qui prévalurent dès que la situation ethnographique ne fut plus calquée sur la situation coloniale. Ces mutations épistémologiques et méthodologiques engendrées par le nivellement des relations de pouvoir, ont entraîné une contractualisation des relations entre des observateurs et des observés désormais égaux. Mais au-delà, qu’en est-il du traitement des temporalités du politique en tant qu’objet d’étude en soi ?

Médiations

7La construction sociale du temps s’appuie sur tout un dispositif de médiations qui permettent de le rendre perceptible et performatif. Les changements dans la perception du temps social renvoient à un ensemble de mutations dans une chaine d’actions, de pratiques, d’objets, de savoir-faire et de rapports de force entre des groupes constitués. C’est sur cet ensemble que l’ethnographe peut se focaliser pour observer le temps.

8La contractualisation de la recherche qu’a illustré Laurent Vidal pour ne citer qu’un exemple, et qui amène des changements majeurs de temporalités, renvoie à la mise en place d’un dispositif administratif comprenant des bureaux, des formulaires, de l’argent, des flux monétaires, des agents de l’État, des bénévoles en ONG, etc. qui se constituent en assises matérielles de l’ordre politique desquelles résulte un ordre du temps toujours émergeant, contesté et négocié. Les autres intervenants de la journée ont démontré l’importance de ce phénomène en revenant sur des événements récents de l’histoire : la crise politique sur l'île de Wallis en 2005, la révolution des tulipes au Kirghizstan la même année, et les révolutions arabes qui ont fait l’actualité en 2011. Évoqués respectivement par Sophie Chave-Dartoen (maître de conférence à l'université de Bordeaux II Segalen, ADES), Boris Petric (chargé de recherche EHESS/Centre Norbert Élias) et Richard Jacquemond (professeur à l'université d’Aix-Marseille, IREMAM), ces trois études de cas ont montré, par-delà la diversité des configurations, l’importance de l’ancrage matériel des abstractions que peuvent sembler être temps politique et temps vécu. En questionnant le temps, en effet, c’est de ses médiateurs qu’il s’agissait. C’est en partie à travers la technologie et la technique que l’homme ressent le temps qui passe. Tout au long de la journée, ainsi que pendant les discussions, les idées de Marc Augé (1994) sur la « surmodernité » ont été convoquées afin d'analyser les effets conjugués d’une contraction du temps et de l’espace, notamment du fait de l’accélération des rythmes du vécu quotidien que provoquent les nouvelles technologies de l’information et de la communication et les moyens de transports de plus en plus rapides, accessibles et répandues. Les récits de la Révolution des tulipes au Kirghizstan et des révolutions arabes n’ont ainsi pas pu faire l’impasse sur ces dimensions de la temporalité, qui deviennent, par détournement, des dimensions du politique.

9Pour ne citer que l'exemple évoqué par Boris Petric, le Kirghizstan était, depuis la chute du régime communiste et l'accès à son indépendance en 1991 jusqu'à la veille de la révolution en 2005, en pleine ouverture. Y étaient présentes des ONG, des observateurs électoraux, des missionnaires chrétiens, etc. Le peuple kirghiz a vécu cette période à travers des logiques de captation à l’international et dans des imaginaires inédits de la citoyenneté qui lui parvenaient des quatre coins du monde. Ces faits sociaux impliquent autant de possibilités matérielles de se déplacer, d’être connecté, et ce dans une simultanéité avec le reste du monde de sorte que les temps de l’action et de la réaction politique s’en trouvent accélérés. Mais il en va de même pour les révolutions dans le monde arabe dont a parlé Richard Jacquemond, et pour lesquelles Internet et les médias télévisuels ont été un levier, un accélérateur et ont ouvert la voie à une interprétation et des récits simultanés, bien souvent ethnocentriques. Cet ethnocentrisme est d’autant plus prégnant qu’il participe d’un commentaire spontané de l’événement, qui est le propre du présentisme, ce régime d'historicité particulier dans lequel nous vivons, selon les termes de François Hartog (2003). Ce commentaire du présent en train de se faire modifie le rapport au temps politique, et les tentatives de domestication d'un temps qui court toujours plus rapidement dans les médias, amènent à intégrer le temps présent dans un passé familier, d’ores et déjà historicisé, quitte à faire l’économie du recul nécessaire à la réflexion qui permet d’aborder l’événement pour ce qu’il est. Ainsi Richard Jacquemond évoque-t-il la dénomination des révolutions dont on essaye de saisir les logiques temporelles et historiques. Il rappelle pour exemple que certains commentateurs ont qualifié la révolution en Égypte de « mai 68 égyptien » ou « 89 arabe », des dates qui font écho à l’historicité propre des observateurs extérieurs et qui participent de la construction d’un imaginaire inadéquat ou décalé de la réalité politique locale. Richard Jacquemond a notamment illustré ce phénomène en isolant la figure du jeune étudiant révolutionnaire arabe. Dans certains imaginaires, il représente un quasi-opposé structural du barbu islamiste, lui valant d’être nommé homme de l’année par le magazine Times. Or la réalité politique fut tout autre, n’en déplaise à l’observateur éloigné. À ces réappropriations simultanées et extérieures à l’évènement par les médias répondirent, comme en écho, des réappropriations internes aux pays concernés, dont les habitants y virent parfois des coups d’État ou des complots fomentés par les puissances occidentales.

Maîtriser le temps et l’espace

10Si le thème de la journée concernait le temps et les temporalités, l’enjeu des événements décrits n’en a pas moins été leur dimension spatiale. Le temps politique semble en effet fortement corrélé à la nécessité de maîtrise de l’espace par le pouvoir dont les médiations matérielles décrites dans les lignes précédentes ne sont que des outils. Ces médiations nouvelles que sont les technologies de la communication et de la mobilité ne sont certes pas des conditions sine qua non aux événements politiques rapportés, mais elles en sont des dimensions majeures du fait de leur articulation à la question de la maîtrise de l’espace. Phénomène très bien analysé par Arjun Appadurai (2005), les séquences politiques décrites par les intervenants participent d’un phénomène de délitement de l’État-nation comme unité territoriale prépondérante. Ce déclin, scandé de part et d’autres, résulte des difficultés à maitriser les flux d’informations, de monnaies, de personnes et d’idées entre les frontières, laissant apparaître de nouvelles communautés politiques qui partagent un temps politique transnational à travers les médias. C’est de la maîtrise de ces différents types de mobilité qu’il a été question dans chacun des cas évoqués, au risque pour les pouvoirs politiques considérés de perdre leur maîtrise du temps en général. Ainsi l'appropriation du temps médiatique télévisuel a-t-elle été un enjeu dans les événements de Wallis, celui d’internet dans les révolutions arabes et les mobilités multiples qui ont abouti à une ouverture de l’espace kirghiz ont été à l’origine de la révolution, et ce, malgré les tentatives des régimes en place pour les endiguer. Les phénomènes de « contagion », de « contamination », de « vagues » révolutionnaires ou d' « effet domino » s'expriment à travers la métaphore filée de l'épidémiologie. Ils sont liés à cette reconfiguration de l’espace et marquent l’avènement d’un temps politique polycentrique, partagé en plusieurs lieux, qui participe de l’accélération du changement social dans de vastes régions du monde, faisant converger les temps longs du structurel et le temps court du conjoncturel à des échelles très vastes. En témoignent les successions de « révolutions de couleurs » pour reprendre les mots de Boris Petric (Révolution orange, Révolution des Tulipes, etc.) dans les ex-pays soviétiques, ce à quelques mois d’intervalle, ou des révolutions « arabes » quasi-simultanées en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Yémen, connues désormais aussi sous le nom de « printemps arabe ».

11Enfin, il est apparu que le rapport au temps n’a pas connu d’homogénéisation dans la période globale ; peut-être même l’inverse se serait produit. De même, ordre du temps et ordre politique n’apparaissent pas liés par une relation de primat de l’un sur l’autre mais par une dialectique dont les enjeux sont articulés à la maîtrise de l’espace et à la mise en place de dispositifs de médiations matérielles et immatérielles qui sont autant de marqueurs d’un rapport au temps. Si tout un ensemble d’usages et de conceptions du temps semblent se répandre à travers le globe ces dernières décennies, leur mobilisation ne manque pas moins de fragmenter les entités politiques construites, de les renouveler autour de temporalités communes qui ne sont forcément coextensives d’un espace politique territorialisé. Ce sont en tout cas les idées fortes qui s'esquissent à travers les cinq interventions de cette journée consacrée aux temps et aux temporalités des mobilisations politiques.

Haut de page

Bibliographie

Appaduraï A,. [1996] 2005. Après le colonialisme, les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Augé M., 1994. Pour une anthropologie des mondes contemporains. Paris, Flammarion.

Fabian J., [1983] 2006. Le Temps et les Autres. Comment l’anthropologie construit son objet. Toulouse, Anacharsis.

Hartog F., 2003. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps. Paris, Seuil.

Marcus G. E., [1995] 2010. « Ethnographie du/dans le système-monde. L’émergence d’une ethnographie multisituée in L’engagement ethnographique, Paris, Céfaï Daniel, », p.  371-395.

Haut de page

Notes

1 Il s'agissait respectivement du Centre d'Études des Mondes Africains (CÉMAf ; UMR 8171), du Centre Norbert Élias (CNE ; UMR 8562), du Centre de Recherche et de Documentation sur l'Océanie (CREDO ; UMR 7308), de l'Institut d'Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC ; UMR 7307) et de l'Institut de Recherche sur l'Asie (IRASIA ; UMR 7306).

2 En effet, l'intervenante voulant connaître le degré de connaissance de cet ouvrage a réalisé un petit sondage à main levée : sur une assemblée de chercheurs, de doctorants et d'étudiants de master d'environ 60 à 70 personnes, deux seulement ont affirmé avoir lu l'ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Galland et Émir Mahieddin, « Une petite rébellion de temps en temps », Temporalités [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 02 mai 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2091

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Galland

Centre d'Études des Mondes Africains (CÉMAf)
emmanuel.galland@no-log.org

Émir Mahieddin

Institut d'Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC)emirmahieddin@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page