Navigation – Plan du site
Varia

De chaque côté de la surface

Temps matérialisé et quelques réflexions sur les temporalités archéologiques
On each side of the surface. Materialized time and thoughts on archaeological temporalities.
Johnny Samuele Baldi

Résumés

Le but de cet article est de présenter quelques considérations sur les relations temporelles, stratigraphiques et épistémologiques entre la surface archéologique (et les matériels céramiques collectés pendant les prospections) et les niveaux souterrains (avec leur potentiel informatif). Il ne s’agit pas donc d’une étude archéologique spécifique ou de la discussion d’un problème méthodologique. Mais plutôt d’une réflexion sur les contradictions implicites à certaines approches archéologiques : la lecture linéaire du temps et des évolutions, l’application de notions typiquement occidentales (bien qu’utiles) à des contextes non-occidentaux, ainsi que l’absence d’intérêt archéologique pour la culture matérielle actuelle (sur la surface). La temporalité traditionnelle et linéaire (fondée sur la notion d’une Grande Fracture entre passé et présent, antiquité et « modernité »), est strictement liée aux postulats d’un évolutionnisme linéaire d’empreinte coloniale et crée des apories archéologiques qui peuvent être dépassées par l’adoption d’une temporalité non-linéaire et « aplatie ». Des exemples archéologiques sont brièvement présentés pour montrer le caractère souvent non linéaire des transformations techniques et culturelles et comment la culture matérielle du présent peut être approchée par des méthodes strictement archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

1Avant d’être un moyen d’étudier un site ou de reconstruire l’histoire des civilisations, l’archéologie est une pratique : c’est-à-dire une activité qui implique le contact physique avec la matérialité, une action structurée selon certaines normes et conventions à respecter. Par conséquent, elle correspond à la définition de discipline scientifique, à savoir une démarche qui respecte « de manière disciplinée » un statut épistémologique précis : elle est le système de reconstruction des histoires et des modes de vie par la recherche, l’approche et l’étude des choses. Comme dans toute autre discipline, le changement des méthodes et des approches, suite aux débats, aux sensibilités et aux tendances internes, ne peut que respecter un cadre théorique et des objectifs généraux. La perception et la conceptualisation du temps, bien qu’extrêmement importantes, sont trop souvent perçues comme des fondements de l’archéologie, alors qu’elles ne participent pas aux formes logiques et aux modes d’inférence de la discipline et n’influencent pas ses objectifs. Il est donc possible de faire de l’archéologie – en respectant ses fondamentaux et son statut – avec plusieurs types de temporalités, en s’appuyant sur différentes lectures du présent où la pratique archéologique se déroule et du passé qu’elle explore.

2Une déconstruction (Derrida, 1967 ; Culler, 1982) de la démarche et des méthodes généralement adoptées dans des situations tout à fait communes (voire universelles) dans la pratique archéologique peut en montrer les postulats concernant les perceptions du temps.

La surface, premier repère entre pratique archéologique et temporalité

3En pratique, le début de toute fouille est la surface. Le parcours par lequel l’archéologie parvient à toucher des problématiques propres aux temporalités ne relève pas de la simple spéculation, mais plutôt d’un cheminement ancré dans la séquence d’actions et dans la pratique concrète de la discipline.

4À la surface de n’importe quel site (étant donné qu’un « site archéologique » n’est qu’un endroit parmi d’autres) il n’y a rien d’exceptionnel : déchets, ordures, traces de travaux agricoles, débris de constructions modernes, végétation ou absence de végétation, traces d’agents atmosphériques, etc. Dans sa pratique, l’archéologie commence à partir de l’abandon, de la destruction et de l’oubli (Holtorf, 2006). Mais puisque les endroits présents sont des passages qui mènent directement au passé, qui à son tour n’est accessible que par le présent (Olivier, 2003), a priori même la plus fruste des surfaces est tout à fait exploitable par l’archéologie.

5Sur toute surface, avant même de donner le premier coup de pioche, l’archéologue prospecte : il choisit certains matériels dispersés sur le sol (en général de la céramique, ou, pour les phases précéramiques, des bouts de silex, obsidienne ou pierres travaillées, ou même des restes humains ou d’animaux), il les ramasse, il en fait des typologies (ce qui équivaut à dire qu’il les organise en catégories, par classes de forme, décor, fonction, etc.).

6Traditionnellement, pendant la fouille, le rôle primaire (même si certainement pas le plus informatif) de ces matériels – par exemple des céramiques – est de dater les différents niveaux. Pour la surface, le problème ne se pose pas. La date de la surface est bien connue : c’est celle du moment présent. Les tessons collectés en surface sont donc interprétés comme des traces de présence humaine et ils sont lus en termes de présence ou absence d’activités ou d’installations pendant les périodes passées.

  • 1 En effet, même si l’identification des « périodes » s’appuie sur des faits concrets, tout débat aut (...)

7Or, une « période » historique est définie comme « une fabrication arbitraire, une unité fictive placée dans un état d’isolation fictive » (Collingwood, 1927, p. 324) 1. En ce sens-là, les quelques tessons mal conservés que l’archéologue ramasse en surface deviennent les témoins de différentes « périodes ». En effet, les matériels de surface ne montrent pas (ou indiquent d’une manière très générale) les phénomènes culturels ou historiques qui ont eu lieu pendant ces périodes. Les changements, les évolutions, les tendances, les événements ponctuels (c'est-à-dire l’Histoire) ne sont pas documentés (ou impossibles à déchiffrer) dans les céramiques de surface. Les techniques de prospections les plus récentes permettent d’acquérir des informations sur la géomorphologie, les anciennes sources d’eau et les gisements de minéraux, les caractéristiques climatiques et environnementales de la zone, les dimensions du site, etc. (Wilkinson, 2000, 2002, 2003). D’un côté tout cela augmente énormément le potentiel informatif de la surface. Mais de l’autre, tous ces renseignements se rapportent davantage à l’organisation et à la configuration des paysages historiques qu’à l’histoire d’un site spécifique : malgré son importance, la reconstruction des caractères physiques d’un certain endroit dans le passé ne coïncide pas avec la reconstruction des histoires passées. Comme le dit Bender (2002, p. 103) dans sa critique de l’analyse archéologique des paysages historiques, « un paysage (ou d’ailleurs un site) est du temps en train de se matérialiser : un paysage, comme le temps, ne s’arrête jamais ». Cependant, au-delà des techniques de prospection et d’échantillonnage de plus en plus pointues, une notion de linéarité temporelle est implicite : l’analyse des matériels archéologiques de surface tend à conceptualiser les « périodes » comme des unités temporelles séparées, empilées les unes sur les autres, représentées par des céramiques ou des matériels aux traits typologiques marquants.

Fig. 1. Chronologie, schéma stratigraphique et céramiques collectées en surface d’un site nord-mésopotamien : Tell Feres al-Sharqi (Ve – IVe millénaires av. J. C., Syrie du Nord). Ce schéma ne donne aucune information sur les événements et processus : les matériels collectés en surface n’indiquent pas si les occupations humaines sont stables ou discontinues, si des événements marquants se sont produits, ni comment se sont mises en place les transformations de longue durée.

© Mission archéologique de Tell Feres pour les images des tessons, publiées avec l'aimable autorisation du directeur de la mission, M. Régis Vallet (CNRS)

  • 2 C'est-à-dire de la disposition en succession idéale, les unes après les autres, des différentes pér (...)

8En elle-même, l’analyse du matériel de surface en termes de présence/absence d’activités humaines pendant les différentes périodes, fonctionne assez bien. Cependant, il y a des limites. Impossible de savoir, par exemple, sur la base du matériel de surface, si la séquence stratigraphique (Fig. 1) comporte des hiatus ou non. Impossible d’interpréter les variations qualitatives de ces matériels comme des indicateurs d’événements, ni d’y lire les processus, car les seuls changements détectables sont justement d’ordre qualitatif et non pas quantitatif. En clair, sur la base des matériels collectés en surface, il n’y a aucun moyen de savoir si les occupations humaines sont stables ou discontinues, si des événements marquants se sont produits, ou comment se sont mises en place les transformations de longue durée. Sans profondeur chronologique (c’est-à-dire, au sens concret, stratigraphique) ces changements et ces informations sont inaccessibles. Donc, une fois atteintes les limites de la perspective linéaire2 telle qu’elle est concevable à partir de la surface, le geste physique de commencer à creuser est essentiellement perçu par l’archéologie moderne comme un moyen d’étendre cette même perspective linéaire aux niveaux souterrains.

9Il va de soi qu’une approche temporelle de type linéaire, bien que pratique et utile, n’est pas la seule possible et implique une conceptualisation aprioriste du passé et des « périodes », sans rendre compte des relations entre la surface présente et le passé enterré dans le sol.

10Le terme « stratigraphie » désigne à la fois la superposition des couches du sol et une stratégie de représentation visuelle : d’un côté une pratique cartographique des coupes, de l’autre un outil conceptuel qui négocie avec les dimensions spatiale et temporelle. Puisque la stratigraphie (en tant que modalité de matérialisation et documentation du temps par la terre, les humains et les choses, voir Carandini, 2000) pose en termes physiques le problème des relations entre la surface et les niveaux souterrains, ces mêmes problèmes se posent en termes de perceptions temporelles des relations entre le « maintenant » et le « avant », le « présent » et le « passé » : un problème de temporalités.

  • 3 La confiance positiviste accordée à la stratigraphie, considérée en même temps comme une accumulati (...)

11Même si conventionnellement on considère que le rôle de la méthode et de la représentation stratigraphique est de produire des histoires impartiales et objectives3, la pratique en elle-même implique des perspectives idéologiques et culturelles (Chadha, 2005). En effet, vu que la stratigraphie est une méthode qui permet de traduire les contacts physiques entre les différentes couches en narration historique, elle ne peut pas exister en tant qu’outil neutre : qu’on le veuille ou non, elle suppose des conceptions du temps, c'est-à-dire des temporalités (Fig. 2).

Fig. 2. Coupe stratigraphique et indications des phénomènes chronologiques qui peuvent être lus selon des différentes temporalités (illustration de la coupe d’après Hofmann E., Baldi J. S., 2008. Rapport de diagnostic d’archéologie préventive.

© Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL)

  • 4 La définition de “post-processualiste”, qui tendait à critiquer l’école de la « New Archaeology », (...)

12Les perceptions du temps propres à la discipline archéologique ont été largement discutées pendant les deux dernières décennies (Harding, 2005 ; Bailey, 1983, 2007 ; Lucas, 2005, 2008 ; Thomas, 1996 ; Knapp, 1992 ; Robb et Pauketat, 2008 ; Ramenofsky et Steffen, 1998), et elles ont changé avec les orientations et les tendances culturelles. La « New Archaeology » (Binford, 1972) a vu l’évolution humaine comme un mouvement largement déterminé par des contraintes environnementales ; puis l’école des Annales a exercé une forte influence sur l’archéologie post-processualiste (Shanks et Tilley, 1987 ; Hodder, 1987) 4, qui proposait des lectures historiques dans une perspective de longue durée. Et finalement la tendance dite du « time perspectivism » (Hull, 2005), dans le but de réconcilier les épisodes ponctuels et les transformations sur le long terme, a proposé une approche multi-échelle aux différents phénomènes en distinguant ceux qui se produisent et sont perceptibles pendant la durée d’une vie humaine moyenne, ceux qui se mettent en place sur des générations et enfin ceux qui concernent les très longs changements environnementaux (Fig. 2).

  • 5 Dans l’histoire des temporalités occidentales la fracture entre « Anciens » et « Modernes » date pr (...)

13Cependant, toutes les perspectives adoptées en archéologie semblent partager la notion généralisée (propre à toute l’histoire occidentale, à l’anthropologie et aux autres sciences sociales) d’une séparation fondamentale entre passé et présent : une fracture basée sur des « révolutions coperniciennes, discontinuités épistémologiques et différences de significations si radicales que rien du passé ne semble survivre » (Latour, 1993, p. 68). La définition même de « modernité » (Cooper, 2005) se fonde sur la notion de « nouveauté » et tout récit moderniste partage la foi en une temporalité unilinéaire et unidirectionnelle, ainsi qu’en une fracture soudaine et essentielle par rapport à ce qui était « avant ». La Renaissance italienne, la découverte du « Nouveau Monde » par Christophe Colomb, la Réforme de Martin Luther, l’absolutisme de Louis XIV, les Révolutions américaine ou française, l’âge des Lumières, la période victorienne ont été tous, à un moment ou à un autre, considérés comme la phase où cette « Grande Fracture » se serait produite. L’absence totale de consensus sur quel phénomène aurait déclenché cette séparation essentielle entre passé et présent semble indiquer que l’instant et la date sont moins importants que leurs conséquences (Dawdy, 2010, p. 763) 5. En réalité, cette définition de « modernité » n’a plus rien à voir avec celle d’« âge Moderne » se rapportant à une période de l’histoire européenne ou occidentale. Elle est plutôt devenue une idéologie temporelle et une structure épistémologique utilisées pour décrire et interpréter aussi bien les civilisations non-occidentales que celles du passé.

Conséquences méthodologiques et culturelles de la temporalité linéaire

  • 6 Il s’agit du même changement de source d’information perceptible dans plusieurs domaines et système (...)
  • 7 La « culture matérielle » peut être définie comme l’ensemble des éléments visibles, concrets et non (...)
  • 8 En clair, la notion de préhistoire a permis de concevoir une passé extrêmement lointain et potentie (...)
  • 9 À partir du XVIe siècle (avec la Metallotheca Vaticana de Michele Mercati ou le Musaeum Metallicum (...)

14L’archéologie comme discipline représente une partie importante du projet moderniste. La création du concept même de « préhistoire » (soit le temps avant le texte) représente une rupture drastique par rapport à la notion traditionnelle du temps (celui religieux ou reçu de manière acritique des sources antiques). En effet, dès que le « principe d’autorité » (la Bible, les auteurs classiques, l’aristotélisme de la tradition scolastique médiévale) est remis en question et que l’on cherche à façonner d’autres outils épistémologiques pour bâtir une connaissance du monde6, la connaissance du passé le plus reculé et lointain, sans textes ni mémoires transmises, est construite sur la base d’une nouvelle source d’information : la culture matérielle7. Il s’agit manifestement d’une innovation capitale, résultat d’une rupture drastique par rapport à la tradition précédente. Mais puisque toute fouille ou reconstruction matérielle du passé avance à reculons depuis la surface, et du moment que cette brèche entre passé et présent ne correspond à aucun trou, à aucun vide physiquement perceptible, des dispositifs ont dû être mis en place pour enjamber cette séparation toute conceptuelle entre ce qui est actuel et ce qui s’est produit avant (Lucas, 2004). D’une part, la stratigraphie a pu produire des chronologies continues entre surface et passé enseveli. D’autre part, la modernité ayant produit non seulement une extension conceptuelle dans le domaine temporel8, mais également une extension coloniale dans l’espace géographique, l’analogie (entre les restes anciens et la culture matérielle des sociétés dites « primitives ») est devenue un moyen privilégié pour classer, situer les matériels dans le temps et caractériser les différentes « périodes » 9. Analogie et stratigraphie, pour bâtir un pont entre un sombre passé et une modernité lumineuse.

Fig. 3 – En haut : Hans Baldung, Les Trois Âges de l’Homme et (superposé) schéma des datations au carbone 14 pour le site de Tell Feres al-Sharqi (Syrie du Nord). Obeid, LC1, LC2 sont les "périodes" nord mésopotamiennes (citées en Fig. 1), avec la datation des échantillons selon une chronologie linéaire. En bas : schéma d’évolutionnisme culturel linéaire.

  • 10 Idée d’une part novatrice, mais de l’autre très largement inspirée du stéréotype des « Trois âges d (...)
  • 11 La « typologie », en tant que méthode de classement des différents matériels (silex, céramiques, in (...)
  • 12 Il s’agit d’une aporie intrinsèque à la notion de stratigraphie et qui ne concerne pas que le rappo (...)

15C’est l’approche linéaire et analogique que le savant danois Christian Thomsen, sur la base des collections de plusieurs musées, a codifiée définitivement au début du XIXe siècle avec la théorie des « Trois Âges » (de la Pierre, du Bronze et du Fer, voir Fig. 3) 10 : une vision unilinéaire et unidirectionnelle à laquelle les différentes sériations typologiques11 ou l’exploitation des techniques de datation au carbone 14 depuis les années 60 sont restées fidèles (Trigger, 1989, pp. 73-79). Le succès de la grande fracture entre passé obscur et présent moderne en tant qu’élément distinctif de la perception du temps en archéologie – et, par conséquent, de l’approche analogique-stratigraphique – est bien exprimé par la célèbre métaphore de Leroi-Gourhan (1983) qui présente le passé comme un livre, dont les pages seraient les couches accumulées dans la stratigraphie. Or, la seule petite ironie, est que la temporalité archéologique, notamment la notion de préhistoire, et la culture matérielle, sont nées comme radicalement autres et en opposition par rapport au temps et aux histoires racontés dans les pages des livres12.

  • 13 Il suffit de penser aux calculs de l’archevêque Usher sur la création du monde, qui remonterait pré (...)

16De toute évidence, le volet archéologique du « projet moderniste » contenait plusieurs aspects d’un humanisme authentique : le développement de nouveaux outils conceptuels et pratiques, l’intérêt pour la différence de sociétés autres que celle occidentale dans le passé comme dans le présent, l’abandon de la temporalité religieuse traditionnelle13. Cependant, le résultat le plus flagrant de cette perception temporelle a été une série infinie de classifications des groupes humains et de leurs cultures (dans le passé et dans le présent) selon une progression téléologique idéalisée, à partir de l’état « sauvage » jusqu’à la « civilisation ». Le rangement et la hiérarchisation des civilisations (ainsi que les analogies au niveau de culture matérielle entre cultures du passé et cultures « primitives » du présent, voir Lubbock, 1885) se sont faits en fonction de « nous », pas tant pour étudier, mais plutôt pour rendre raison d’un monde colonial dont nous étions les maîtres, et (en tant que maîtres) le résultat parfait et suprême de l’évolution depuis ses commencements. L’unilinéarité de la « Arrow of Time » (« la flèche du temps » selon la définition de Eddington et Weinert, 2005, p. 143) est devenue la base d’une classification éthique, taxonomique et évolutionniste (au sens de Durkheim – de la horde jusqu’à l’Etat-nation) des groupes et comportements humains (Fig. 3). En même temps, la perception temporelle de la « Grande fracture » entre passé et présent permettait de se placer à distance confortable pour juger (plutôt qu’étudier) les civilisations non-occidentales et non-actuelles. Plutôt que d’une temporalité archéologique, il s’agit d’une vision universalisante, le fruit et, en même temps, la matrice conceptuelle de l’idéologie coloniale, une « mythologie blanche » (Young 1990), résultat de l’hégémonie du discours occidental sur l’Histoire.

17Depuis que les études postcoloniales dans le domaine archéologique ont dénoncé les risques idéologiques de l’évolutionnisme culturel, le but de toute archéologie anthropologique récente est de produire des lectures respectueuses du passé. Mais les traces de cette notion de temps linéaire, qui a engendré une vision évolutionniste linéaire, sont souvent encore très présentes. Il suffit de penser à tout le débat, depuis les années 90, sur la nature des « villes » (c’est-à-dire les agglomérations, qui n’ont jamais été des villes au sens propre, selon Fernández et Balarmino, 2003) dans les États précolombiens des Andes, ou sur la « naissance de la complexité sociale en Mésopotamie » (ce qui a souvent fait resurgir les stéréotypes les plus basiques d’une progression évidente et justement linéaire du clan au village, pour passer ensuite à la ville, à l’État, etc. Voir Yoffee, 2005).

18En effet, la temporalité moderniste occidentale, fondée sur la perception de la Grande Fracture entre « maintenant » et « avant » est d’autant plus difficile à appliquer dans un contexte non-occidental. Difficile, par exemple, d’imaginer où (et sur la base de quels critères) situer cette fracture dans la stratigraphie d’un tell (en arabe, colline) du Levant ou de Mésopotamie (Fig. 4).

Fig. 4 – Cliché d’une coupe stratigraphique du site occupé par le temple d’Eshmoun (Liban, près de Saïda), avec les indications chronologiques données par les céramiques et les matériels visibles dans la coupe : toute décision sur l’emplacement stratigraphique et chronologique de la « modernité » est tout à fait arbitraire.

19Malgré cela, pour une discipline basée sur la perception temporelle et culturelle de la « Grande fracture » entre passé et présent, la surface offre et représente le symbole extrêmement puissant de la séparation, une distinction d’autant plus forte qu’elle est matérielle, sensible entre « avant » et « maintenant », « eux » et « nous ». Or, la pratique archéologique en elle-même montre toute une série d’apories flagrantes qui sont des conséquences directes de l’approche linéaire.
- La surface, qui représente en principe un niveau archéologique comme un autre, n’est pas traitée de la même manière, ou elle n’est pas traitée du tout dans ses aspects qui relèvent de la modernité et du passé le plus récent.
- Les matériels archéologiques sont collectés, à tous les niveaux, en fonction de la surface examinée. Les matériels « hors contexte » ou « intrusifs », soit en provenance d’autres couches, représentent partout un élément normal, soigneusement traité et documenté, mais jamais au détriment des informations propres au niveau en train d’être fouillé. Tandis qu’en surface, pendant les prospections, les facteurs actuels sont négligés et l’attention scientifique se focalise précisément sur les matériels intrusifs relevant d’autres phases.
- La définition épistémologique même de l’archéologie en tant que discipline moderne se fonde, en principe, sur une incidence profonde de la pratique et de la sensibilité archéologiques dans le présent, alors que ce qui est en train de se passer sur la surface, par statut, est considéré comme le domaine unique de l’anthropologie.
- La lecture du temps selon une continuité linéaire est manifestement en contradiction avec la perception de la « Grande fracture » entre passé et présent.

20Finalement, une vision nécessairement linéaire a été perçue comme une obligation culturelle tellement forte que même la problématique archéologique de l’organisation des phénomènes dans le temps est devenue une discussion sur la façon d’organiser les phénomènes dans une narration linéaire : la dichotomie entre processus de longue durée sur une grande échelle et événements ponctuels à la petite échelle de l’individu ou du quotidien est parfois devenue quelque chose de biaisé, d’artefact et contradictoire. En effet, depuis la New Archaeology l’événement est lu comme non-indépendant du processus, mais plutôt subordonné à ce dernier, car toute série d’événements est basée sur des relations de cause à effet et implique donc des explications processuelles (Binford, 1972, p. 117). Mais une perspective où « l’événement est au processus ce que le fait est à la théorie » crée une disposition artificielle, aprioriste et incorrecte des processus et des événements sur des plans ontologiques différents. L’archéologie « post-processualiste », plus tard, a fait la même chose, en mettant en exergue la notion de « human agency » (au sens de Giddens, 1979) et en lisant les événements comme des fragments phénoménologiques subordonnés à des pratiques réitérées (les « structures »). Cela réduit la signification des faits historiques, les montrant comme pratiquement dépourvus de valeur explicative, en risquant ainsi de créer un circuit interprétatif vicieux où la théorie et le processus seraient fabriqués en amont pour justifier les différents événements ponctuels (Lucas, 2008, pp. 59-61). Mais, surtout, cela ne prend pas en considération le constat que, sur la surface ou sur les autres niveaux archéologiques, ne se trouvent pas des processus ou des structures, mais des faits (des restes de faits matériels) organisés en palimpsestes. En effet, d’un point de vue très basique et pratique, un processus n’est qu’une série d’événements ponctuels, réitérés et plus ou moins organisés ; et entre l’unicité d’un fait ponctuel et sa répétition dans le temps et dans l’espace il n’y a aucune différence ontologique ou heuristique, mais juste une relation temporelle : une relation qui n’est pas forcément linéaire et qui ne donne pas toujours lieu à des processus bien ordonnés selon un échelon évolutif idéal (ou idéologisé).

Vers une nouvelle approche temporelle aux données et à la narration archéologique

21Bien que la foi en la « Grande fracture » et en la temporalité linéaire soient profondément enracinées dans la culture occidentale et dans les méthodes de l’archéologie, les paradoxes qui en découlent, ainsi que les conséquences idéologiques intimement coloniales (et par conséquent dépassées), suggèrent la possibilité d’adopter d’autres types d’approches temporelles.

  • 14 D’autres réflexions, en suivant des argumentations indépendantes de celles de Latour, sont parvenue (...)

22Une solution qui a été parfois évoquée pour éviter les contradictions de la linéarité est celle (selon une métaphore de B. Latour, 2005) d’une temporalité changeante, multiple, non-linéaire et « aplatie » 14. Même si des approches temporelles de ce genre ont été déjà utilisées en géographie (Miller, 2005), ou en sociologie (Mahoney, 2000), leurs applications archéologiques sont encore rares (Witmore, 2006b, 2007a ; Shanks, 2007, p. 591). L’image d’un temps « aplati » signifie, fondamentalement, l’abandon de toute hiérarchie aprioriste et toute lecture linéaire. Cette notion n’est pas dépourvue du concept d’avant et après (ou, en termes de datations archéologiques, d’ante quem et post quem) et, par rapport à une notion linéaire, cela n’implique aucun changement d’outils ou méthodes quant à la mesure du temps. Mais, même si elle est extrêmement importante en archéologie, la mesure du temps (comme d’ailleurs sa schématisation éventuelle par une flèche) n’exprime pas (et ne coïncide pas avec) la nature du temps. Si le temps a été lu et conceptualisé comme linéaire et hiérarchisé, il peut aussi bien être perçu et documenté par l’archéologie comme multiforme, chaotique, cumulatif et turbulent (Serres, 1982), sans pour autant contrevenir au statut épistémologique de la discipline. L’utilité pratique de le schématiser par une flèche est indéniable, mais le temps n’est pas une flèche unilinéaire et unidirectionnelle. En ce sens, une temporalité « aplatie » peut être représentée par l’image d’une feuille de papier froissé, où les plis créent des contacts entre des points précédemment lointains, en multipliant les parcours discontinus entre eux et en écrasant l’ordre linéaire. Une temporalité de ce type, qui souligne les interactions réciproques entre passé et présent, est profondément archéologique. En archéologie, dire que présent et passé exercent une influence réciproque est une évidence : l’archéologie est pratiquée entre surface et couches souterraines dans un temps présent qui récupère, régénère des choses du passé, par lesquelles ce même temps présent est fortement influencé (Fig. 5a et 5b).

Fig. 5a. Interactions entre passé et présent visibles dans des coupes. Enclos de l’Antiquaille (Lyon). La disposition des couches a des conséquences sur les méthodes de fouille, tandis que la fouille même perturbe et détruit l’ordre stratigraphique ancien. L’organisation des niveaux anciens peut permettre ou bloquer les remontées d’humidité, stabiliser ou pas la surface, en déterminant la possibilité d’y construire ou d’y conduire certaines activités.

© Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL)

Fig. 5b. Tell Feres al-Sharqi (Syrie du Nord). L’accumulation des couches anciennes détermine la forme de la surface actuelle : les collines (dites en arabe tell) qui caractérisent les paysages proche-orientaux sont le produit de millénaires d’implantations humaines.

© Mission archéologique de Tell Feres, avec l'aimable autorisation du directeur de la mission, M. Régis Vallet (CNRS)

  • 15 Il suffit de penser à l’évolution archéologique des villes européennes et de la Méditerranée : vill (...)

23Si la temporalité moderniste a ouvert la voie aux récits évolutionnistes linéaires, une image « aplatie » du temps privilégie les analyses archéologiques qui respectent le caractère intimement discontinu de nombre de parcours historiques. Bien évidemment, la linéarité, en tant que modalité évolutive, existe, mais ne représente qu’un cas de figure spécifique et souvent ponctuel parmi les innombrables possibilités de développement discontinu. Les vestiges récupérés entre la surface et les niveaux souterrains de tout site montrent que les phénomènes à large échelle ne consistent pas en une simple accumulation progressive d’éléments hiérarchisés, mais connaissent différentes phases d’expansion et de contraction, césures et changements de modalités culturelles. Toute étude archéologique sur l’urbanisation (Ur, 2010), par exemple, montre que l’évolution des habitats se fait par étapes et trajectoires incertaines, de longues périodes de réaménagement ou d’abandon, des modes d’organisation qui changent dans le temps et stratégies souvent irrégulières (Fig. 6) 15.

Fig. 6. Varsovie : exemple d’évolution discontinue et temporalité aplatie. Un cliché de début mai 2012 montre les traces d’une trajectoire historique complexe et non linéaire, ainsi qu’un mélange de plusieurs passés dans le moment présent.

Photo de l’auteur, DR.

  • 16 Dans le cas de figure de son adoption en Gaule (probablement véhiculé aussi par quelques contacts a (...)

24De même, à une plus petite échelle, l’introduction ou l’adoption dans une région d’une nouvelle technique comme le façonnage des vases au tour suit des voies qui n’ont rien de linéaire. Qu’il s’agisse de migration, d’emprunt, ou d’une innovation spontanément développée par les producteurs, le simple effet cumulatif des expériences préalables ne peut expliquer l’essor d’une nouvelle technique (Fig. 7) 16.

Fig. 7a. Façonnage de récipients céramiques par modelage à la main.

Photo de l’auteur, DR.

Fig 7b. Façonnage au tour : un exemple d’évolution technique discontinue.

Photos Ch. Rerolle, DR.

  • 17 Le finalisme de cette perspective ne s’identifie pas avec le déterminisme. Au contraire, Leibniz (2 (...)
  • 18 Merleau-Ponty (1945, 1958) postule un temps subjectif dans le cadre du primat de la perception (« c (...)

25Une lecture invariablement linéaire est une exégèse téléologique (sur la base de Leibniz ou Kant) 17 de nous-mêmes et de ce qui se trouve sur la surface : une tautologie qui récrée le passé comme justification de notre image du présent. Pourtant, n’importe quelle stratigraphie montre que la surface présente s’est constituée (aussi bien physiquement que culturellement) par une longue série de discontinuités, de processus qui n’ont pas abouti, de paliers franchis de manière incertaine et pas univoque. La matérialisation et l’écrasement des siècles dans les stratigraphies, la discontinuité des processus culturels ainsi que de leurs traces concrètes représentent à la fois les éléments qui ont suggéré une temporalité « aplatie » et les seuls objets auxquels s’attaque une perception qui se veut très pratique. Ni la critique que fait Merleau-Ponty du flux temporel à sens unique, ni l’idée de Heidegger en Sein und Zeit d’un passé-présent-futur comme un ensemble d’horizons qui coexistent ne peuvent donner de bases théoriques à une temporalité aplatie18. En effet, cette notion n’a aucune aspiration spéculative, mais cherche juste à rendre compte de la conformation du temps matérialisé dans les objets ou dans le terrain.

  • 19 La citation et le concept de temps (aplati) qui s’écoule sont repris, dans une perspective archéolo (...)
  • 20 Les exemples en ce sens risquent d’apparaître bien trop banals. Les collines qui marquent les paysa (...)

26Dans cette perspective, « le temps ne passe jamais. Ou, au moins, pas complètement : il s’écoule » (Serres, 1982 ; Serres et Latour, 1995) 19. Il est également évident que le présent est, d’un point de vue archéologique, un mélange de différents passés (au pluriel). La matérialité archéologique de chaque instant est donnée par un ensemble d’humains et non humains (animaux, plantes, objets) qui datent d’époques différentes et portent les stigmates de différents moments passés (Fig. 6) 20. Ce type de passé n’est jamais passé : il est matérialisé dans les choses présentes, que l’archéologie approche, récupère, renouvelle, en changeant constamment le présent. De même, ce passé n’est pas un bloc ordonné et neutre de données, mais le résultat d’un travail constant d’articulations et connexions parmi les choses (Shanks, 2007).

  • 21 Un objet est dit en « déposition primaire » s’il se trouve dans la position où il a été utilisé ou (...)

27De ce point de vue, l’archéologie est la « fabrique du temps », en tant que modalité spécifique de connexion et action entre passé et présent. Ces points de contact sont partout, ils sont intrinsèques à la matérialisation du temps dans les choses ou les stratigraphies. En effet, à la surface et sous le sol, la documentation archéologique n’est pas constituée de boîtes temporelles abstraites, empilées les unes sur les autres et avec quelques homogénéités internes (les périodes), mais par des perturbations, des fosses, des niveaux très fins qui correspondent à des siècles et des grosses épaisseurs qui peuvent être juste des remblais accumulés en quelques heures. Le temps matérialisé est fait de persistances, d’interruptions, de matériels qui ne se trouvent quasiment jamais en déposition primaire21, d’autres déplacés par des tremblements de terre, des animaux, des recyclages, des activités agricoles, etc. Ces perturbations ne sont pas des traces négligeables et externes à l’organisation générale du temps matérialisé. Elles sont la forme même de cette matérialisation stratigraphique, elles constituent les palimpsestes de ce temps aplati, froissé, constamment en devenir, constamment en train de se matérialiser en accumulant les surfaces par un travail de brassage entre la dernière surface (la plus superficielle) et les précédentes.

Conséquences d’une temporalité archéologique aplatie

28L’une des conséquences majeures d’une temporalité aplatie est donc la possibilité d’approcher la matérialité de la surface présente par le biais des méthodes de l’archéologie. Lue comme un niveau archéologique quelconque et constamment en communication avec les autres niveaux, la surface peut finalement être traitée archéologiquement (si et où il y en a l’intérêt). Parce que le présent, comme tout autre moment, a un caractère et un intérêt profondément archéologiques.

29La critique la plus immédiate et facile pourrait porter sur l’inutilité de cette démarche. Pourquoi, finalement, tenter une approche archéologique du passé récent ou des phénomènes qui sont encore en train de se produire, malgré la présence de toute une panoplie de sources d’informations différentes ?

30D’un côté, c’est vrai : une activité pareille pourrait souvent être un gaspillage d’énergies, de temps et d’argent, en créant un excès superflu de mémoire (Nora 1984-1992). D’un autre côté, on adressait la même critique à l’archéologie médiévale il y a quelques décennies : il s’agit d’époques récentes, connues par les textes et les généalogies des rois, à quoi bon fouiller ?

  • 22 Par exemple, le “Tucson Garbage Project”, qui a permis depuis les années 70 une investigation des p (...)

31D’une part, comme pour les époques médiévales ou modernes, l’archéologie du passé récent peut montrer et mieux étudier des phénomènes qui sont mal documentés par d’autres sources (Fig. 8) 22.

Fig. 8. Achrafieh, Beyrouth, février 2012. Ancienne maison à caractère traditionnel abandonnée, délabrée et en attente d’être rasée au sol et remplacée par un grand immeuble. Culture matérielle d’un passé récent : débris de l’époque de la guerre civile, traces d’émigration, rénovation architecturale effrénée, restes d’occupation par des immigrés illégaux travaillant comme maçons et ouvriers sous-payés. Le phénomène de l’exploitation des migrants au Liban et les modes de vie des « invisibles » sans droits qui bâtissent le nouveau visage de Beyrouth est un sujet largement méconnu qui peut être approché par des moyens archéologiques : relevés, cartes de répartition, typologies et datations des objets abandonnés.

Photos de l’auteur, DR.

  • 23 Le concept d’ « échecs » de la modernité (González-Ruibal, 2008, p. 247-250) ne contient aucune vol (...)
  • 24 En ce sens, la méthode archéologique se prête aussi bien à la fouille d’un campement de chasseurs-c (...)

32De l’autre, sur la surface (dans le présent), plusieurs phénomènes passent souvent sous silence pour des raisons politiques, idéologiques, ou de convenance occasionnelle. Guerres, régimes totalitaires, génocides, émigrations, situations de précarité sociale ou matérielle, désastres naturels ou industriels et tous les autres « échecs » 23 de la modernité (cette phase en deçà de la « Grande fracture » entre passé et présent, et dont la surface fait partie) ne sont jamais bien documentés24.

  • 25 L’histoire n’est pas et ne peut en aucun cas être identifiée avec le discours officiel sur l’histoi (...)

33Les traumatismes sociaux et collectifs se situent souvent en dehors du discours officiel sur l’histoire (González-Ruibal, 2008, p. 247-250) 25. On pourrait dire, alors, qu’il s’agit du domaine de la sociologie, de l’anthropologie et des autres sciences sociales. Mais ces dernières approchent la réalité par le contact avec les personnes, l’archéologie le fait par le biais de la matérialité des choses, des objets (Schnapp, 1997). Les humains et les choses parlent de manière différente, ils ont un potentiel informatif différent. Les hommes expliquent, racontent. Les choses rendent public, matérialisent un sujet. Elles ont, par leur présence matérielle même, une organisation et un ordre interne capable de produire implication, empathie, compréhension ou mémoire.

34L’archéologie, d’ailleurs, s’intéresse, par statut épistémologique, à ce qui est inconnu, silencieux, oublié, inconscient, étrange, bien qu’ordinaire et très commun (Olivier, 2008), dans le passé comme dans le présent.

  • 26 À ce sujet, il existe désormais une littérature particulièrement importante (Forest, 2000 ; Dawdy 2 (...)

35La conséquence ultime d’un temps discontinu et « aplati », qui écrase le temps matérialisé sur les deux côtés de la surface, pourrait être la fusion entre anthropologie et archéologie (Forest, 1992). Personnellement, je ne dirais pas ça. En effet, depuis des décennies les deux disciplines travaillent déjà ensemble26, sans considérer le fait que toute tentative de mélange devrait se mesurer à des problèmes concrets sur le plan méthodologique, interprétatif et épistémologique. Je crois plutôt qu’un résultat beaucoup plus raisonnable serait celui d’une archéologie qui s’engage aussi – et avec ses propres moyens – dans l’étude de la culture matérielle contemporaine. L’archéologie de nos vies ordinaires et, parfois, de notre propre abjection : un domaine que personne ne connaît vraiment.

Haut de page

Bibliographie

Augier L., 2009. « Approche typologique et technique des céramiques de Bourges et de ses environs du milieu du VIe à la fin du Ve s. avant J.-C. », in B. Chaume (dir.), La céramique hallstattienne de France orientale : approches typologique et chrono-culturelle. Actes du colloque international de Dijon, 21/22 nov. 2006. Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 339-364.

Bailey G., 1983. « Concepts of time in quaternary prehistory », Annual Review of Anthropology 12, p. 165-192. Accès payant sur Annualreviews.org

Bailey G., 2007. « Time perspectives, palimpsests and the archaeology of time », Journal of Anthropological Archaeology 26, p. 198-223.

Bender B., 2002. « Time and Landscape », Current Anthropology 43, supplement August-October, p. 103-112.

Besserman L. (dir.), 1996. The Challenge of Periodization : Old Paradigms and New Perspectives, New York, Garland.

Binford L., 1972. « Some comments on historical versus processual archaeology », in Binford L. (dir.), An Archaeological Perspective, London, Seminar Press.

Bloch M., 1949. Apologie pour L’Histoire ou métier d’historien, Cahier des Annales 3, Librairie Armand Colin, Paris.

Carandini A., 2000. Storie dalla terra. Manuale di scavo archeologico, Torino, Einaudi.

Chadha A., 2005. « Asymmetrical Time : Stratigraphy in archaeological practice », paper presented to the Theoretical Archaeology Group (TAG), 19-21 December 2005 at the Sheffield University.

Collingwood R. G., 1927. « Oswald Spengler and the theory of historical cycles », Antiquity 1, p. 311-325.

Cooper F., 2005. Colonialism in question : theory, knowledge, history, Berkeley, University of California Press.

Culler J., 1982. On Deconstruction, Ithaca, Cornell University Press.

Dawdy S. L., 2010. « Clockpunk Anthropology and the Ruins of Modernity », Current Anthropology 51 (6), p. 761-793.

Derrida J. 1967, De la grammatologie, Paris, Éditions de Minuit.

Fernández T. et Belarmino J., 2003. La escultura prehispánica de mesoamérica. Barcelona, Lunwerg Editores.

Forest J.-D., 1992. « L’archéologie et l’ethnologie ou la nécessité de “mélanger les genres” », in Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites, XIIes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire Antibes, Juan-les-Pins, Éditions APDCA.

Forest J.-D., 2000. « De l’usage des “modèles” en archéologie », in Rouault O., Wäfler M. (dir.), La Djézireh et l’Euphrate syriens de la protohistoire à la fin du IIème millénaire av. J.-C.. Tendances dans l’interprétations historique des données nouvelles, Copenhague, Turnhout.

Giddens A., 1979. Central problems in Social Theory : Action, Structure and Contradiction in Social Analysis, London, Macmillan.

Ginzburg C., 2006. Il filo e le trace. Vero, falso, finto, Milano, Feltrinelli.

González-Ruibal A., 2008. « Time to Destroy. An Archaeology of Supermodernity », Current Anthropology, 49 (2), p. 247-279.

Grinin L., 2007. “Periodization of History : A theoretic-mathematical analysis”, in Grinin L., de Munck V. C., Korotayev A. (dir.), History and Mathematics : Analyzing and Modeling Global Development, Moscou, KomKniga, p. 10-38.

Harris E. C., 1989. Principles of Archaeological Stratigraphy, 2nd Edition. Londres, Academic Press.

Heidegger M., [1927] 1964. L’être et le temps, traduit de l’allemand et annoté par Boehm R. et de Waelhens A., Gallimard, Paris.

Hodder I., 1987. « The contribution of the long term », in Hodder I. (dir.), Archaeology as Long-term History, Cambridge University Press, p. 1-8.

Holtorf C., 2006. « Can less be more ? Heritage in the age of terrorism », Public Archaeology 5, p. 101-109.

Hull K. L., 2005. « Process, perception and practice : Time perspectivism in Yosemite native demography », Journal of Anthropological Archaeology 24 (4), p. 354-377.

Jameson F., 1981. The political inconscious : Narrative as a socially symbolic act, Cornell University Press.

Kant I. [1892] 1951. Critique of Judgment, (traduction de Bernard J. H.), New York, Hafner Publishing.

Knapp A. B., 1992. Archaeology, Annales, and Ethnohistory, Cambridge University Press.

Laming-Emperaire A., 1964. Origines de l’archéologie préhistorique en France, Paris, Picard.

Latour B., 1993. We Have Never Been Modern, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Latour B., 2005. Reassembling the Social, Oxford University Press.

Leibniz G. W., [1765] 2007. Dialoghi filosofici e scientifici, Bompiani, Milano.

Leibniz G. W. [1765] 2005. Saggi di Teodicea sulla bontà di Dio, la libertà dell'uomo e l'origine del male, Bompiani, Milano.

Leroi-Gourhan A., 1983. Le fil du temps. Ethnologie et Préhistoire, Paris, Fayard.

Lubbock J., [1865] 1985. Pre-historic times, as illustrated by ancient remains, and the manners and customs of modern savages, London, Williams and Norgate.

Lucas G., 2004. « Modern Disturbances : On the Ambiguity of Archaeology », Modernism/Modernity 11, p. 109-120.

Lucas G., 2005. The Archaeology of Time, New York, Routledge.

Lucas G., 2008. « Time and the Archaeological Event », Cambridge Archaeological Journal 18 (1), p. 59-65.

Mahoney J., 2000. « Path dependence in historical sociology », Theory and Society 29, p. 507-548.

Merleau-Ponty M., 1945. Phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard.

Merleau-Ponty M., 1958. Les Sciences de l’homme et la phénoménologie, Paris, Centre de Documentation Universitaire.

Nora P., 1984-1992. Les lieux de mémoire, Tomes I, II, III, Paris, Gallimard.

Olivier L., 2008, Le sombre abîme du temps. Mémoire et Archéologie, Paris, Seuil.

Olivier L., 2010. « Comments », on S. L. Dawdy, « Clockpunk Anthropology and the Ruins of Modernity », Current Anthropology 51 (6), p. 784-5.

Pauketat T. R., 2001 « Practice and history in archaeology : an emerging paradigm », Anthropological Theory 1, p. 73-98.

Ramenofsky A. et Steffen A., 1998. « Units as tools of measurement », in Ramenofsky A. et Steffen A. (dir.), Units Issues in Archaeology, Salt Lake City, University of Utah Press, p. 3-20.

Rathje W., 2001. « Integrated Archaeology. A Garbage Paradigm », in V. Buchli et G. Lucas (eds.), Archaeologies of the Contemporary Past, London, Routledge, p. 63 – 76.

Robb J. et Pauketat T., 2008. « Time and Change in Archaeological Interpretation », Cambridge Archaeological Journal 18 (1), p. 57-58.

Roux V., 2003 “A Dynamic Systems Framework for Studying Technological Change : Application to the Emergence of the Potter’s Wheel in the Southern Levant”, Journal of Archaeological Method and Theory 10 (1), p. 1-30.

Schnapp A. (dir.), 1997. Une Archéologie du Passé Récent ? Paris, Fondation Maison des Sciences de L’Homme.

Serres M., 1982. Genèse, Grasset, Paris.

Serres M. et Latour B., 1995. Conversations on Science, Culture, and Time (trans. Lapidus R.), Ann Arbor, University of Michigan Press.

Shanks M., 2007. « Symmetrical Archaeology », World Archaeology 39 (4), p. 589-596.

Shanks M. et Tilley C., 1987. Re-constructing archaeology, Cambridge University Press.

Thomas J. 1996, Time, Culture and Identity, London, Routledge.

Trigger B. G., 1989. A history of archaeological thought, Cambridge University Press.

Ur J. A., 2010. “Cycles of Civilization in Northern Mesopotamia, 4400-2000 BC”, Journal of Archaeological Research 18 (4), 2010, p. 387-431.

Veyne P., 1976. Le Pain et le Cirque, Paris, Seuil.

Veyne P., 1983. Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil.

Weinert F., 2005. The scientist as philosopher : philosophical consequences of great scientific discoveries, New York, Springer.

Wilkinson T. J., 2000. « Regional approaches to Mesopotamian archaeology : The contribution of the archaeological surveys », Journal of Archaeological Research 8, p. 219-267.

Wilkinson T. J., 2002. « Physical and cultural landscapes of the Hamoukar area », Akkadica 123, p. 89-105.

Wilkinson T. J., 2003. Archaeological landscapes of the Near East, Tucson, University of Arizona Press.

Witmore C. L., 2006a. « Archaeology and modernity or archaeology and a modernist amnesia ? » Norwegian Archaeology Review, 39 (1), p. 49-52.

Witmore C. L., 2006b. « Vision, media, noise and the percolation of time : symmetrical approaches to the mediation of the material world », Journal of Material Culture 11 (3), p. 267-292.

Witmore C. L., 2007a. « Landscape, time, topology : An archaeological account of the southern Argolid, Greece », in Hicks D., Fairclough G. et McAtackney L. (dir.), Envisioning Landscape : Situations and Standpoints in Archaeology and Heritage, London, UCL Press, p. 194-225.

Witmore C. L., 2007b. « Symmetrical Archaeology : excerpts of a manifesto », World Archaeology 39 (4), p. 547-562.

Yoffee N, 2005. Myths of the Archaic State : Evolution of the Earliest Cities, States, and Civilizations, Cambridge University Press.

Young R., 1990. White Mythologies : Writing History and the West, New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1 En effet, même si l’identification des « périodes » s’appuie sur des faits concrets, tout débat autour de la périodisation historique se fonde sur l’interprétation de ces faits à utiliser comme limites chronologiques et ruptures qui traduisent un changement d’objet (Besserman, 1996 – notamment le premier chapitre pour une critique post-moderniste). Pour essayer de limiter la composante arbitraire et idéologique de tout découpage, Grinin (2007) propose une subdivision socio-économique par « états », définis sur la base des forces productives (chasseurs-cueilleurs, artisans-paysans, producteurs industriels, phase informatique-scientifique). Cependant, toute périodisation comporte un risque intrinsèque d’associer une sensibilité temporelle et idéologique spécifique (une temporalité) à la définition des phases. Pour cette raison, l’historiographie préfère désormais le concept d’« époque » au terme de « période », qui contient dans son étymologie la référence à une périodicité et donc à une vision circulaire de l’histoire.

2 C'est-à-dire de la disposition en succession idéale, les unes après les autres, des différentes périodes représentées par des matériels qualitativement différents.

3 La confiance positiviste accordée à la stratigraphie, considérée en même temps comme une accumulation de documents et un moyen « objectif » pour les interpréter et traduire en termes historiques (linéaires), contraste avec les fondamentaux de l’historiographie moderne qui considère toute documentation comme une base à analyser de manière critique : les documents sont des matériaux, sans être histoire en eux-mêmes (Ginzburg, 2006).

4 La définition de “post-processualiste”, qui tendait à critiquer l’école de la « New Archaeology », (dite aussi « processualiste »), voulait souligner l’éloignement du paradigme aseptique-positiviste qui voyait dans les méthodes « scientifiques » une approche en mesure de produire des résultats absolument objectifs. Au contraire, le « post-processualisme » soulignait la subjectivité de l’interprétation archéologique, ses bases matérialistes, un comparatisme anthropologique fortement influencé par le structuralisme et ses implications éthiques.

5 Dans l’histoire des temporalités occidentales la fracture entre « Anciens » et « Modernes » date probablement du XVe siècle, quand l’humaniste Flavio Biondo créa le concept de Moyen Age en tant que discontinuité entre Antiquité et Renaissance. Mais il ne s’agit pas de la première fracture conceptuelle de ce type. D’une manière tout à fait semblable, pendant l’Antiquité classique, le temps et l’espace de la mythologie étaient relégués dans un « avant » indéterminé et radicalement séparé du contexte humain (Veyne, 1976, p. 589). L’historiographie entre Thucydide et Saint Augustin partagea cette perception en tentant de réconcilier les narrations mythologiques et les récits rationnels (par exemple par le biais de généalogies divines ou des héros), mais sans vouloir mesurer la distance chronologique entre temps « externe » du mythe et temps « concret » des hommes (Veyne, 1983, p. 28-29).

6 Il s’agit du même changement de source d’information perceptible dans plusieurs domaines et systèmes de pensée : le refus du « principe d’autorité » amène Descartes à postuler que la base primaire de la connaissance est représentée par la raison humaine, alors que pour Hobbes elle est constituée par la matière dans ses aspects mécaniques.

7 La « culture matérielle » peut être définie comme l’ensemble des éléments visibles, concrets et non symboliques dans la vie des hommes et des sociétés. Il s’agit des objets, des outils, des modalités de les produire et utiliser, mais aussi du système de relations avec les choses, les corps (et en ce sens l’homme même, avec ses aspects physiques, fait partie de la culture matérielle) et tous les dispositifs tangibles de l’organisation et des connexions entre humains et non humains.

8 En clair, la notion de préhistoire a permis de concevoir une passé extrêmement lointain et potentiellement infini, avec une profondeur chronologique inouïe.

9 À partir du XVIe siècle (avec la Metallotheca Vaticana de Michele Mercati ou le Musaeum Metallicum de Ulisse Aldrovandi) les comparaisons entre outils préhistoriques en pierre et objets des peuples « sauvages » des Amériques devint une pratique commune des antiquaires (Laming, Emperaire, 1964).

10 Idée d’une part novatrice, mais de l’autre très largement inspirée du stéréotype des « Trois âges de l’homme » (jeunesse, maturité, vieillesse), qui remonte à Hésiode et a été largement exploité par l’iconographie (Giorgione, Titien, Baldung, etc.).

11 La « typologie », en tant que méthode de classement des différents matériels (silex, céramiques, industrie osseuse etc.) par catégories, est un élément méthodologique essentiel en archéologie.

12 Il s’agit d’une aporie intrinsèque à la notion de stratigraphie et qui ne concerne pas que le rapport entre la surface et les autres niveaux. En effet, même en imaginant la superposition des couches comme un livre, il reste une contradiction entre l’absence d’interruption dans l’histoire racontée et la distinction entre les différentes pages. Au-delà de la métaphore, la continuité des événements et la discontinuité qui permet d’identifier un niveau par rapport à celui précédent ou successif semblent être en désaccord (Harris, 1989). D’une part le temps, les faits matériels et l’Histoire n’arrêtent jamais de laisser leurs traces les unes sur les autres selon un ordre stratigraphique. D’autre part, la différentiation physique entre les niveaux implique à la fois une notion de contemporanéité entre les vestiges contenus dans chacun d’eux, ainsi que l’idée de ruptures chronologiques entre les couches, à savoir des moments précis dans l’histoire d’un site où un niveau aurait fini de s’accumuler et un autre aurait commencé à se former. La contradiction est produite par une lecture forcement linéaire de la stratigraphie car, au-delà de l’idéalisation purement théorique, les restes appartenant à chaque niveau peuvent témoigner d’événements qui se sont produits à distance de mois ou années les uns des autres, et la distinction entre les couches n’implique aucune césure chronologique, mais juste un discontinuité du type d’action physique (construction, abandon, alluvion, dépôt de déchets, etc.) qui a produit la formation des niveaux (Carandini, 2000). Ces derniers ne représentent donc pas des images statiques de circonstances instantanée, mais des palimpsestes qui se sont produits dans le temps, en se distinguant les uns des autres notamment grâce au changement qualitatif du type d’action qui a provoqué leur formation.

13 Il suffit de penser aux calculs de l’archevêque Usher sur la création du monde, qui remonterait précisément au matin du 21 mars 4004 av. JC.

14 D’autres réflexions, en suivant des argumentations indépendantes de celles de Latour, sont parvenues aux mêmes conclusions sur la possibilité d’une lecture « aplatie » du temps (Bender, 2002, p. 103-104 ; Serres, 1982 ; Witmore, 2007b, p. 556).

15 Il suffit de penser à l’évolution archéologique des villes européennes et de la Méditerranée : villages protohistoriques qui s’élargissent, colonies grecques ou romaines qui disparaissent ou évoluent en agglomérations, implantations militaires qui s’enrichissent par les échanges, endroits abandonnés en faveur d’autres ou repeuplés ensuite, détruits par les guerres et les épidémies, ou fondés pour échapper à ces mêmes risques, villas de l’Antiquité tardive qui devinrent châteaux, cités qui en fondèrent ou détruisirent d’autres, hameaux devenus villes, villes devenues ruines.

16 Dans le cas de figure de son adoption en Gaule (probablement véhiculé aussi par quelques contacts avec les colons grecques – Augier, 2009), comme dans le cadre de l’innovation technique indigène au Levant du IVe millénaire (Roux, 1998), la maîtrise du tour représente une évolution capitale, qui témoigne d’une importante spécialisation artisanale et d’une drastique discontinuité sur le plan technique et culturel : rien ne pouvait permettre de la prévoir auparavant et elle ne constitue aucun aboutissement de développements préalables. Les nouvelles habiletés techniques, la difficulté et la durée de l’apprentissage, le nouveau rapport avec l’outil rotatif représentent des propriétés qualitativement inédites et pas seulement le simple produit d’un savoir-faire précédemment accumulé (Roux, 2003).

17 Le finalisme de cette perspective ne s’identifie pas avec le déterminisme. Au contraire, Leibniz (2005 [1765], 2007 [1765]) critique le déterminisme de Spinoza qui, en identifiant Dieu et nature ne laisse pas de place à l’idée d’une cause ultime. Kant (1951 [1892] par. 28) définit cette vision comme une « modality to consider the objects of the nature according to a specific principle and aim ».

18 Merleau-Ponty (1945, 1958) postule un temps subjectif dans le cadre du primat de la perception (« conscience perceptive ») qui ne respecte pas la linéarité. Pour Heidegger (1964 [1927]) le temps n’est pas un cadre externe mais une condition de l’Être projeté hors de lui-même, non pas quelque chose qui « passe », mais le sens de l’existence et la direction « vers où » elle se porte. Ni l’un ni l’autre offrent une véritable base pour une temporalité aplatie qui ne se veut ni phénoménologique ni explicative des modalités d’existence des êtres dans le temps, mais juste comme une description des perturbations et interactions entre passé et présent.

19 La citation et le concept de temps (aplati) qui s’écoule sont repris, dans une perspective archéologique, par Witmore (2006b, 2007a, 2007b, p. 556).

20 Les exemples en ce sens risquent d’apparaître bien trop banals. Les collines qui marquent les paysages du Proche-Orient sont formées par la superposition d’anciens villages et villes ; une large partie du réseau routier européen reprend les tracés des voies romaines et des voies médiévales de pèlerinage ; tout objet ou corps humain est le produit de processus de transformations et adaptations dont il porte les traces.

21 Un objet est dit en « déposition primaire » s’il se trouve dans la position où il a été utilisé ou abandonné, mais la quasi-totalité des matériels archéologiques ont été réutilisés et déplacés à maintes reprises, et puis oubliés pour être ensuite à nouveau déplacés avant d’être mis au jour par l’action d’un archéologue quelconque.

22 Par exemple, le “Tucson Garbage Project”, qui a permis depuis les années 70 une investigation des poubelles avec des méthodes archéologiques, a abouti à des résultats d’extrême intérêt sociologique, fondés sur des preuves matérielles (Rathje, 2001). Ces dernières se sont révélées absolument fondamentales pour certaines habitudes personnelles ou de consommation (comme l’utilisation d’alcool), au sujet desquelles il a été démontré que, consciemment ou pas, les personnes mentaient dans le cadre d’entretiens sociologiques ou d’enquêtes de marché. Ces conclusions ont permis d’affiner les approches prudentes et critiques aux récits historiques concernant les sites archéologiques anciens.

23 Le concept d’ « échecs » de la modernité (González-Ruibal, 2008, p. 247-250) ne contient aucune volonté de critique moraliste. Il s’agit juste du constat que, à partir de la fin du XIXe siècle, la capacité de production et de construction sans précédent correspond à une identique capacité à laisser des ruines : une époque qui se prête à l’archéologie.

24 En ce sens, la méthode archéologique se prête aussi bien à la fouille d’un campement de chasseurs-cueilleurs préhistoriques qu’à l’étude d’un camp de réfugiés à la suite d’une guerre, d’une catastrophe naturelle ou d’une répression militaire. Quand la modernité qui se veut lumineuse tend à cacher ses coins les plus sombres sous une couverture d’oubli ou à manipuler le passé plus ou moins récent, le contact avec la matérialité du traumatisme peut permettre d’entamer un processus de résilience (Olivier, 2008).

25 L’histoire n’est pas et ne peut en aucun cas être identifiée avec le discours officiel sur l’histoire. Le dénouement de ce qui est vrai, faux ou fictif sans aucune certitude officielle (Ginzburg, 2006, p. 13) et la revanche de l’intelligence critique sur les donnée brutes et les idées traditionnelles (Bloch, 1949, p. 50) représentent des exercices difficiles et douloureux, qui permettent de définir parfois l’histoire comme « ce qui fait mal » (“history is what hurts” – Jameson, 1981, p. 102).

26 À ce sujet, il existe désormais une littérature particulièrement importante (Forest, 2000 ; Dawdy 2010) et une réflexion constante qui passe par colloques, sites internet, revues académiques (comme le Journal of Anthropological Archaeology), orientations de départements universitaires (où très souvent l’anthropologie et l’archéologie sont réunies), sans parler de l’effort culturel novateur de personnages comme Leroi-Gourhan.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Chronologie, schéma stratigraphique et céramiques collectées en surface d’un site nord-mésopotamien : Tell Feres al-Sharqi (Ve – IVe millénaires av. J. C., Syrie du Nord). Ce schéma ne donne aucune information sur les événements et processus : les matériels collectés en surface n’indiquent pas si les occupations humaines sont stables ou discontinues, si des événements marquants se sont produits, ni comment se sont mises en place les transformations de longue durée.
Crédits © Mission archéologique de Tell Feres pour les images des tessons, publiées avec l'aimable autorisation du directeur de la mission, M. Régis Vallet (CNRS)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-1.png
Fichier image/png, 236k
Légende Fig. 2. Coupe stratigraphique et indications des phénomènes chronologiques qui peuvent être lus selon des différentes temporalités (illustration de la coupe d’après Hofmann E., Baldi J. S., 2008. Rapport de diagnostic d’archéologie préventive.
Crédits © Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 3 – En haut : Hans Baldung, Les Trois Âges de l’Homme et (superposé) schéma des datations au carbone 14 pour le site de Tell Feres al-Sharqi (Syrie du Nord). Obeid, LC1, LC2 sont les "périodes" nord mésopotamiennes (citées en Fig. 1), avec la datation des échantillons selon une chronologie linéaire. En bas : schéma d’évolutionnisme culturel linéaire.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 4 – Cliché d’une coupe stratigraphique du site occupé par le temple d’Eshmoun (Liban, près de Saïda), avec les indications chronologiques données par les céramiques et les matériels visibles dans la coupe : toute décision sur l’emplacement stratigraphique et chronologique de la « modernité » est tout à fait arbitraire.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5a. Interactions entre passé et présent visibles dans des coupes. Enclos de l’Antiquaille (Lyon). La disposition des couches a des conséquences sur les méthodes de fouille, tandis que la fouille même perturbe et détruit l’ordre stratigraphique ancien. L’organisation des niveaux anciens peut permettre ou bloquer les remontées d’humidité, stabiliser ou pas la surface, en déterminant la possibilité d’y construire ou d’y conduire certaines activités.
Crédits © Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5b. Tell Feres al-Sharqi (Syrie du Nord). L’accumulation des couches anciennes détermine la forme de la surface actuelle : les collines (dites en arabe tell) qui caractérisent les paysages proche-orientaux sont le produit de millénaires d’implantations humaines.
Crédits © Mission archéologique de Tell Feres, avec l'aimable autorisation du directeur de la mission, M. Régis Vallet (CNRS)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 6. Varsovie : exemple d’évolution discontinue et temporalité aplatie. Un cliché de début mai 2012 montre les traces d’une trajectoire historique complexe et non linéaire, ainsi qu’un mélange de plusieurs passés dans le moment présent.
Crédits Photo de l’auteur, DR.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 7a. Façonnage de récipients céramiques par modelage à la main.
Crédits Photo de l’auteur, DR.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig 7b. Façonnage au tour : un exemple d’évolution technique discontinue.
Crédits Photos Ch. Rerolle, DR.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 8. Achrafieh, Beyrouth, février 2012. Ancienne maison à caractère traditionnel abandonnée, délabrée et en attente d’être rasée au sol et remplacée par un grand immeuble. Culture matérielle d’un passé récent : débris de l’époque de la guerre civile, traces d’émigration, rénovation architecturale effrénée, restes d’occupation par des immigrés illégaux travaillant comme maçons et ouvriers sous-payés. Le phénomène de l’exploitation des migrants au Liban et les modes de vie des « invisibles » sans droits qui bâtissent le nouveau visage de Beyrouth est un sujet largement méconnu qui peut être approché par des moyens archéologiques : relevés, cartes de répartition, typologies et datations des objets abandonnés.
Crédits Photos de l’auteur, DR.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2125/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johnny Samuele Baldi, « De chaque côté de la surface », Temporalités [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 02 mai 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2125

Haut de page

Auteur

Johnny Samuele Baldi

Doctorant
Ifpo Beyrouth, Liban
jsb.arch@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page