Navigation – Plan du site

Appel à contribution : temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales

Dossier de la revue SociologieS

La thématique des temporalités sociales, comme celles des temps prescrits, temps professionnels, temps biologiques et autres temps est un des axes importants des recherches en sociologie du travail au cours des dernières décennies. Au cours des dernières années, surtout dans le contexte de l’économie du savoir, on s’est beaucoup intéressé aux transformations de l’organisation du travail, des prescriptions et règles associées au travail, aux malaises organisationnels engendrés par l’imposition de temporalités souvent difficiles pour les salariés, en lien avec la flexibilité, l’annualisation ou encore l’urgence des temps imposés.

De plus, l’articulation entre les temps professionnels et les temps familiaux est de plus en plus complexe dans la plupart des pays industrialisés parce que la plupart des milieux de travail ne se sont pas nécessairement adaptés à ces nouvelles exigences. Par exemple, on observe la faiblesse des mesures offertes par les employeurs pour favoriser l’articulation, définie sous l’angle d’une conciliation des responsabilités parentales, familiales et professionnelles.

Les entreprises et les organisations où se déroule le travail rémunéré semblent pouvoir jouer un rôle médiateur favorable ou défavorable à la mise en œuvre et à la pratique de dispositifs d’articulation des temporalités. Toutefois, les milieux de travail ne se réduisent pas aux organisations qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans des champs professionnels ou des secteurs d’activité ; ces derniers peuvent également influencer les temporalités et l’appel invite à se pencher sur ces médiations professionnelles, sectorielles et organisationnelles.

Nous souhaitons aussi que ces temporalités soient analysées en fonction des parcours ou trajectoires de vie, de même qu’en fonction des âges (les temps des jeunes travailleurs vs ceux des plus âgés).

Le dossier inclurait des articles qui s’intéressent à la manière dont s’organisent les temporalités sociales dans nos sociétés d’aujourd’hui. Ainsi, l’organisation de la vie sociale s’appuie sur des règles et normes temporelles variables selon les milieux, les organisations, les professions, les niveaux hiérarchiques, le statut professionnel, et celles-ci rythment la vie d’un point de vue tant synchronique que diachronique (trajectoires). D’une part, d’un point de vue synchronique, les activités diverses comme le travail, les responsabilités parentales, familiales et autres, de même que les loisirs et la vie personnelle se situent dans le cadre de temporalités qui fonctionnent parfois comme des conventions ou des règles, parfois tacites, parfois explicites. D’autre part, d’un point de vue diachronique, les individus vivent des trajectoires, des parcours de vie qui sont construits au fil du temps et qui divisent les temporalités en fonction de l’âge, quoique les temporalités aient eu tendance à se transformer, se chevaucher, et à ne plus se présenter de manière linéaire comme auparavant.

Parmi les sujets qui peuvent faire l’objet de propositions, mentionnons les suivants :

Les trajectoires ou parcours de vie, les temporalités sociales sur l’ensemble du parcours de vie ;
Les conventions, les règles, les tensions et les conflits temporels ;
Les marqueurs temporels, la perméabilité des temps, l’articulation des temps sociaux ;
Le sens du temps, la vision du temps chez les jeunes vs les plus âgés, la dimension ethnique ;
Les temps prescrits, institutionnalisés, et les remises en questions des marqueurs temporels ;
Les acteurs (individuels, sociaux, etc.) et le temps ;
Les temporalités sociales selon l’âge, le genre, la profession ou d’autres variables.

Responsables du numéro

Diane-Gabrielle Tremblay, professeure titulaire, Télé-université, Université du Québec et ARUC sur la gestion des âges et des temps sociaux

Et Marco Alberio, professeur adjoint, Université Ste-Anna, Nouvelle Écosse, Canada, et ARUC sur la gestion des âges et des temps sociaux

Veuillez envoyer le résumé de votre proposition (1 page maximum) avant le 20 octobre 2012 aux deux coordonnateurs du numéro : Diane-Gabrielle Tremblay (tremblay.diane-gabrielle@teluq.ca) et Marco Alberio (marco.alberio@usainteanne.ca et marcoalberio@hotmail.com)

Les auteurs des propositions sélectionnées doivent envoyer les propositions d’article avant le 30 janvier 2013. Les articles ne devront pas dépasser 40 000 signes espaces compris.

Protocole de rédaction

Les articles proposés au Comité de rédaction doivent être originaux, ne pas avoir été soumis ailleurs et ne pas avoir été publiés dans une autre langue. Les articles n’excèderont pas les 40.000 signes (incluant tableaux, graphiques et bibliographie) et devront être accompagnés d’un court résumé d’une dizaine de lignes, en anglais et en français, et de cinq mots clé, en anglais et français également.

L’auteur fournira les renseignements suivants : son nom, son adresse, son numéro de téléphone, son adresse électronique ainsi que son titre et son établissement de rattachement.

Les textes seront examinés de façon anonyme par deux lecteurs externes (ou trois s’il n’y a pas entente sur l’évaluation). Les articles soumis présenteront des résultats de recherche originaux et des qualités telles que la lisibilité et la pertinence par rapport à la problématique générale du numéro.

Le calendrier prévu pour la publication est le suivant :

Dates

Envoi des résumés 

20 octobre 2012

Réponse du comité 

1 novembre 2012

Envoi des articles sélectionnés sur la base des résumés 

31 janvier 2013

Retour de l’évaluation par les pairs (peer review) 

30 avril 2013

Envoi de la deuxième version de l’article 

15 juin 2013

Publication

Septembre 2013