Navigation – Plan du site

Les temporalités dans l’action sociale et le travail social

Appel à article de la revue Vie Sociale n° 2/2013

Notre rapport au temps s’est métamorphosé. L’individu moderne semble aspiré par un nouveau temps, distendu, éclaté, fractionné. L’articulation entre temps personnels, familiaux, professionnels, est plus difficile. Les temporalités sont enchevêtrées et plurielles. Pour chacun, n’y aurait-il pas discordance entre les temporalités « objectives » du temps social et professionnel, et les « temporalités subjectives » perçues et vécues, le temps à soi ?

  • 1 Myriam Revault D’Allones, La Crise sans fin.
Essai sur l'expérience moderne du temps, Le Seuil, 201

Comme le dit Myriam Revault d’Allones1, la crise sociale et économique que nous vivons « dit la difficulté de l’homme contemporain à envisager son orientation vers le futur […] ; l’homme habite aujourd’hui un monde incertain qui a vu s’évanouir tour à tour l’idée de temps nouveaux, la croyance au progrès et l’esprit de conquête ». De plus, les technologies de la communication n’affectent-elles pas le rapport au temps en précipitant l’immédiateté ?

Ainsi, le rapport au temps est devenu une question politique et sociale.

Dans le travail social, la question du temps se trouve présente et fort prégnante. Temps prescrits, temps institutionnels, temps professionnels, temps des usagers sont en forte tension. Aussi, ce n° de Vie Sociale a pour objectif de questionner dans le travail social l’organisation des temporalités sociales, les convergences et discordances, les pratiques et stratégies professionnelles autour de ces temporalités hétérogènes, les effets du nouvel espace-temps, celui du « jeu du présent », par l’immédiateté informationnelle, les médias et les réseaux…

Il s’agit de voir si une complémentarité est possible ou non entre les temps personnels, les temps sociaux, les temporalités normalisées, de s’interroger sur les évolutions, de considérer d’autres approches anticipant le temps à venir (projets, utopies, espoirs), et de dégager l’essence et la finalité de la temporalité nécessaire à l’action sociale

Vie sociale veut se donner « le temps de réfléchir » à un autre rapport à la temporalité

La revue Vie sociale est désormais publiée par les éditions Erès. Ce n° doit leur parvenir complet pour Mars 2013.

Les propositions d’articles sont donc à envoyer le plus tôt possible à B Bouquet et Jacques Riffault.

Elles feront l’objet d’un arbitrage par les membres du comité de rédaction de Vie Sociale

- mail : brigitte.bouquet@cnam.fr Tel : 01 60 14 60 47

- mail : jacques.riffault@irts-montrouge-neuillysur marne.eu Tel : 01 40 92 32 66

Notes

1 Myriam Revault D’Allones, La Crise sans fin.
Essai sur l'expérience moderne du temps, Le Seuil, 2012

Haut de page