Navigation – Plan du site

Travailler à contretemps

Vendre le soir, le dimanche et les jours fériés dans les grands magasins
Working on the off-beat. Selling in the evening, on Sundays and on bank holidays in French department stores
Trabajar a contratiempo. Vender en horarios nocturnos, domingos y días festivos en los grandes almacenes de Francia
Pascal Barbier

Résumés

À partir d’une enquête réalisée dans un grand magasin parisien, cet article s’intéresse aux conflits liés à l’extension des horaires d’ouverture des magasins. Il poursuit deux objectifs. Le premier est d’analyser la manière dont la question du travail sur des horaires atypiques (dimanches, jours fériés, soirées) est posée et imposée dans le commerce de détail. Le second objectif de l’article est d’analyser, d’une part, le rapport que les employés de commerce entretiennent vis-à-vis de cette « nécessité » et, d’autre part, les difficultés rencontrées par l’action syndicale face à ce sujet.

Haut de page

Texte intégral

« […] Alors je lui ai répondu : “Monsieur François quand je serai dans le sous-sol, le dimanche vous serez où, vous ? Vous prendrez le soleil !”. Alors il m’a dit : “si vous le prenez sur le ton de la lutte des classes”, qu’il me dit ! »
Paulette, 79 ans, retraitée, ancienne démonstratrice aux Halles de Paris

  • 1 Norme qui s’érode lentement comme le montrent Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller (2002).

1Le commerce de détail compte parmi les secteurs d’activité les plus producteurs d’horaires atypiques, horaires éloignés de la norme du travail sur cinq jours consécutifs avec les congés le week-end (voir tableaux 1 et 2)1. Cet éloignement de la norme tient à l’usage intensif du temps partiel dont on connaît les effets sur la vie au travail et hors travail des salariés (Cattanéo, 1997). Mais il tient aussi à la banalisation de l’ouverture des magasins le soir, les jours fériés et les dimanches. Après avoir progressivement réduit leur amplitude d’ouverture au cours du XXe siècle, les magasins cherchent aujourd’hui à banaliser, chez les consommateurs, la fréquentation des magasins sur des périodes atypiques. Ces efforts qui transforment les temps travaillés et exigent une disponibilité supplémentaire de la part des salariés, produisent un « déphasage entre les activités personnelles des travailleurs et les rythmes généraux de la vie sociale » (Quiénnec, Paumès, Volkoff, 1995, p. 278), une « désynchronisation » des journées de travail au sein des couples (Lesnard, 2009) et demandent aux travailleurs de faire des compromis avec le temps de loisir ou familial (Guégnard, 2004). Ces difficultés sont d’autant plus lourdes que ces salariés sont en large majorité des femmes. Or, on le sait, lorsqu’elles sont en couple avec au moins un enfant, les femmes consacrent en moyenne deux fois plus de temps à leurs responsabilités parentales que leur conjoint. On comprend donc pourquoi les employés de commerce comptent parmi les travailleurs qui déclarent éprouver le plus de difficultés à concilier vie professionnelle et vie familiale (Garner, Méda, Selnik, 2005, p. 63). De fait, leur temps de travail les distingue des autres types d’employés. Le week end représente 17,3 % de leur durée totale de travail hebdomadaire contre 7,4 % chez les employés administratifs des entreprises (Chenu, 2002, p. 163). De la même manière, 13,6 % ont des horaires de travail « standards » contre 76,4 % pour les employés administratifs d’entreprise (Lesnard, 2009, p. 131).

  • 2 Le nom du magasin est fictif.

2C’est à cette singularité temporelle des employés de commerce que cet article s’intéresse en observant plus particulièrement les conflits qu’elle occasionne au niveau macro-social, sous la forme d’un débat de société, mais aussi au niveau micro-social, sous la forme des conflits internes aux entreprises. À partir d’une enquête réalisée dans un « grand magasin » parisien que l’on a surnommé le « Bazar de l’Opéra »2 (voir encadré 1), cet article analyse comment la nécessité d’ouvrir les magasins le soir, les jours fériés ou le dimanche, et donc la question du travail sur des horaires atypiques, sont posées et imposées dans l’espace public. Puis il explore la manière dont cette imposition est accueillie sur place, en décrivant notamment les difficultés rencontrées par l’action syndicale face à un sujet où les positions de principes et les pratiques se recouvrent imparfaitement.

Méthodologie

  • 3 L’usage du masculin pour qualifier cette population de travailleur (vendeur, employé de vente, démo (...)

Cet article repose sur une enquête réalisée par observation participante au « Bazar de l’Opéra », comme caissier, vendeur puis démonstrateur entre 2006 et 2008. Ce magasin est l’un des grands magasins les plus renommés au monde. Deux types d’employés de vente travaillent dans ses rayons : des vendeurs « maison », directement salariés par le grand magasin ; des « démonstrateurs »3 salariés d’un fournisseur qui loue une surface de vente au grand magasin.

L’observation participante a été conduite sur un rayon vendant des vêtements pour les jeunes hommes, où travaillaient de nombreux hommes. À la suite de l’observation, 17 entretiens ont été réalisés avec des vendeurs et démonstrateurs du rayon, 14 avec des vendeurs et démonstrateurs d’autres étages du Bazar de l’Opéra et d’autres grands magasins (que l’on surnomme ici le « Temple des Dames », le « Miroir Doré », les « Grandes arcades » et les « Halles de Paris »), 3 avec l’encadrement intermédiaire de ces magasins et 14 avec des vendeurs d’autres types de magasins (magasin spécialisé, boutique). Enfin, 10 entretiens ont été réalisés avec des syndicalistes (FO, CFDT, CFTC et CGT) travaillant ou ayant travaillé dans les grands magasins. Cette enquête a également permis de recueillir des documents syndicaux (comptes rendus de comité d’entreprise, rapports réalisés par des cabinets d’experts à la demande des CHSCT) et des documents internes aux magasins (accords d’entreprise, documents remis aux managers, etc.).

Tableau 1. Salariés travaillant le dimanche selon le secteur d’activité en 2008, en %

  • 4 Pour ce secteur, les données sont une moyenne pour les années 2006, 2007 et 2008 de l’enquête Emplo (...)

Secteur d’activité

Habituellement

Occasionnellement

Agriculture, sylviculture et pêche

6

21

Industrie

8

11

Services :

14

17

dont transports

21

19

dont hôtels et restaurants

46

18

dont éducation, santé et action sociale

24

19

Commerce de détail et artisanat commercial4

19

23

Source : Insee, Enquête Emploi 2008. Champ : France métropolitaine, salariés, actifs occupés au sens du BIT. Lecture : En 2008, 8 % des salariés de l’industrie travaillent habituellement le dimanche.

Tableau 2. Salariés travaillant habituellement le samedi selon le secteur d’activité en 2005, en %

Secteur d’activité

Taux

Industrie

12

Tertiaire :

32

dont commerce et réparation

49

dont transports

33

dont enseignement, santé, action sociale

35

Source : Insee-Dares, Enquête Conditions de travail, 2005. Cité dans « Le travail en horaires décalés : estimations des effectifs concernés en Région Nord Pas-de-Calais », Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi du Nord Pas-de-Calais, décembre 2010. Champ : France métropolitaine. Lecture : 49 % des salariés travaillant dans le « commerce et la réparation » travaillent habituellement le samedi.

Le débat sur les horaires d’ouverture des magasins : une discussion sur les temporalités sociales

  • 5 Robert Beck remarque que la volonté de faire ses achats le dimanche n’est pas nouvelle. Au 19ème si (...)

3Dans les secteurs de la santé, de l’action sociale ou des transports, l’atypisme des horaires de travail est vu comme une nécessité sociale qui donne droit à des compensations salariales. Dans d’autres secteurs, dont celui du commerce de détail, ces horaires nourrissent des débats vifs et anciens5. En effet, la volonté d’ouvrir le magasin le dimanche, le soir ou les jours fériés remet en cause une norme historiquement constituée associant ces périodes au temps hors travail, au repos et au congé. Dévier de cette norme, ce serait contraindre les salariés à travailler à des moments jugés incommodants par les usagers eux-mêmes (Devetter, 2006).

4Le débat est central dans la sphère publique car il a été très politisé. En 2009, la question du travail le dimanche a par exemple nourri une longue passe d’armes entre le maire PS de Paris et le président de la République au sujet du classement de la ville de Paris en zone touristique qui, comme nous allons le voir, permet une dérogation à l’interdiction de travailler le dimanche. Mais au-delà de ces enjeux politiques, le débat comporte des enjeux économiques (opposition du petit et du grand commerce), salariaux (le travail le dimanche est-il une « pénibilité » méritant une compensation ?) ou sociaux. Discuter des horaires d’ouverture des magasins, c’est s’interroger sur « l’organisation sociale du temps, les modalités de régulation de l’activité collective et de l’interaction des temps sociaux » (Boulin, 1992, p. 55), sur « les interrelations entre les principales activités sociales, leurs rapports, leur hiérarchisation » (Sue, 1994, p. 30). En discutant de la valeur et du rôle du dimanche, par exemple, (est-il un facteur de cohésion familiale et plus largement sociale ?), les individus s’interrogent sur des transformations des temporalités contemporaines : flexibilité du temps de travail, désynchronisation des rythmes sociaux avec la bi-activité dans les couples, nouvelle hiérarchisation des temps sociaux, etc.

Le débat sur le travail le dimanche, un débat récurrent sur les temporalités sociales

  • 6 Compte rendu du Conseil municipal de Paris, séance du 7 juin 2010.

5Pour les partisans du travail le dimanche, assouplir la législation et permettre l’ouverture des magasins le dimanche, c’est s’adapter à des mutations des représentations et pratiques sociales. Au début des années 1990, Jacques Séguéla, publicitaire à la tête d’un comité en faveur du travail dominical, assimile par exemple la consommation à un nouveau besoin social essentiel, dont l’exercice le dimanche serait « festif » et « humain » car libéré des contraintes domestiques du milieu de la semaine (entretien avec Syfuss, 1992, p. 50). Jacques Séguéla souhaite réviser une loi sur le repos dominical datée de 1906 qu’il juge « archaïque et rétrograde » (ibid, p. 47) et accuse ses défenseurs de « conservatisme ». Partant du constat d’une société aux temporalités sociales bouleversées, il s’interroge ainsi : « Pourquoi le jour de repos serait-il forcément le dimanche ? Ne peut-on imaginer des parents qui travaillent en fin de semaine et se reposent le mercredi avec leurs enfants ? » (ibid, p. 53). L’extension des horaires d’ouverture des magasins au dimanche serait nécessaire en raison de l’augmentation des temps de déplacement et de la fragmentation des temps travaillés qui alourdiraient la pression temporelle éprouvée par les individus au quotidien. Vingt ans plus tard, les arguments contre l’interdiction partielle d’ouvrir les magasins le dimanche sont proches, comme en témoigne la réaction de M. Lebel, maire du VIIIe arrondissement de Paris, lors du refus du maire de Paris d’octroyer au quartier de l’Opéra le statut de zone touristique : « Vous [le maire de Paris] vous êtes enfermé dans un a priori idéologique, marqué par un conservatisme, une frilosité, un malthusianisme bien peu en phase avec le XXIe siècle »6.

  • 7 Le Monde, 17 décembre 2008.
  • 8 Le Journal du Dimanche, 6 juin 2010.
  • 9 Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’argument par comparaison avec les pays européens, si f (...)

6Les partisans de l’ouverture dominicale des magasins ont également des arguments économiques : ouvrir le dimanche permettrait d’augmenter le chiffre d’affaires et de créer des emplois alors que le niveau du chômage est élevé. Le président du directoire de l’une des principales enseignes de grands magasins français déclarait ainsi en 2008 : « [avec l’autorisation d’ouvrir les dimanches] nous pourrions réaliser un chiffre d’affaires supplémentaire […], ce qui aboutirait à la création de 300 à 400 emplois sur un total de 3 500 »7. En 2010, cette même enseigne promettait, avec l’ouverture de ses magasins le dimanche, un gain de « 150 millions de chiffre d’affaires supplémentaires » et « le recrutement de 600 personnes en CDI »8. Les patrons du grand commerce se mobilisent en faveur d’une extension des horaires d’ouverture de leurs magasins car ils s’estiment lésés par la concurrence internationale : seuls les magasins français seraient contraints de fermer leurs portes le dimanche9.

7De leur côté, les opposants au travail du dimanche, dont les plus actifs dans l’espace public sont les représentants syndicaux, revendiquent le maintien d’un marqueur social et d’une « conquête sociale ». Ils mettent en avant le dimanche comme une pause, comme un temps pour soi et pour les autres, arraché au temps de travail et au temps marchand. Ils estiment que l’extension des horaires d’ouverture des magasins au dimanche, aux jours fériés et au soir fait la part belle à la temporalité marchande et transforme les temporalités plus qu’elle ne les accompagne. En étendant les horaires d’ouverture des magasins, le législateur agirait directement sur l’organisation sociale : selon Daniel Perron, « la consommation [serait] mise en avant comme principe supérieur au droit du repos » (Perron, 2010, p. 13).

  • 10 Enquête réalisée par téléphone, par le Credoc, auprès d’un « échantillon représentatif »de 1 014 pe (...)

8Le débat public sur cette question est répété et intense car si les positions des syndicalistes et du patronat du grand commerce sont relativement claires, celles des consommateurs sont ambiguës. Le débat ne saurait être réduit à une simple opposition entre « consommateurs » et « travailleurs », les premiers revendiquant un assouplissement de la temporalité marchande, les seconds le respect d’une temporalité laborieuse. Tous les consommateurs ne sont pas pour l’ouverture dominicale des magasins. Leurs positions sont souvent ambivalentes voire contradictoires. 52,5 % des Français estiment qu’il faudrait autoriser l’ouverture dominicale pour l’ensemble des commerces mais, dans le même temps, « 75 % des personnes interrogées s’accordent autour de l’idée que le temps d’ouverture des commerces est déjà suffisant pour pouvoir faire face à ses besoins d’achats » (Moati et Pouquet, 2008, p. 4510). De la même manière, certains consommateurs se prononcent en faveur de l’ouverture des magasins le dimanche mais refuseraient de travailler le dimanche si on leur proposait. On observe également de fortes variations selon le lieu de résidence (à Paris plus qu’ailleurs, les individus désirent faire leurs achats le dimanche) ou l’âge (les jeunes étant plus favorables au travail le dimanche que les plus âgés (ibid. p. 25).

Le cadre législatif : de la loi du 13 juillet 1906 à la loi du 10 août 2009

  • 11 La révolution française avait aboli ce principe du repos dominical au nom de sa connotation religie (...)

9En juillet 1906, la loi sur le repos dominical met un terme à une longue mobilisation de salariés du tertiaire, qui avait commencé par une grève en 1869, puis s’était poursuivie par une mobilisation dans les magasins de nouveauté à Bordeaux en 1890, des manifestations d’applaudissements devant les magasins fermés le dimanche, un appel au boycott en chanson entre 1890 et 1905 (Beck, 1998, p. 51)… Les employés du tertiaire sont en effet les seuls à travailler le dimanche, avec quelques autres professions, comme les cuisiniers ou les ouvriers boulangers : avant 1906, 90 % des travailleurs étaient en congé le dimanche (Thibault, 1989, p. 149). Dans un contexte de forte pression pour la productivité, la loi du 13 juillet 1906, votée après un long débat, remplace la justification religieuse du repos dominical par le droit à un temps libéré du travail (Beck, 1998)11. Elle « interdit en principe d’occuper plus de six jours par semaine un même employé ou ouvrier dans l’industrie et le commerce (article 1), institue le principe du repos hebdomadaire dominical (article 2) et organise un régime d’exception pour le reste » (Perron, 2010, p. 198). Ce reste, c’est les secteurs nécessitant une activité continue comme la fabrication de produits alimentaires de consommation immédiate, les hôtels, restaurants et débits de boissons, les débits de tabac, etc. Mais d’autres dérogations locales sont progressivement ajoutées à ces dérogations « de droit ».

10Cette loi de 1906 est révisée en 2009 à la suite d’un débat sur l’ouverture des magasins le dimanche, initié en 2007 par l’UMP alors majoritaire. Pour la majorité parlementaire, étendre les horaires d’ouverture des magasins revient à mettre en pratique un des slogans de la campagne pour l’élection présidentielle de Nicolas Sarkozy, « travailler plus pour gagner plus ». Ce slogan transforme le travail du dimanche qui était jusqu’ici assimilé à un profit pour les consommateurs et une perte pour les salariés, en un profit partagé pour les consommateurs et les travailleurs. Pour la droite, ce débat sur l’ouverture dominicale des magasins permet de s’attaquer aux rigidités du droit du travail : en 2008, Nicolas Sarkozy plaisante sur l’ouverture de certains magasins des Champs-Élysées le dimanche alors que d’autres sont fermés dans la même avenue.

  • 12 Avant la loi de 2009, l’ouverture dominicale était possible dans ces zones pour les établissements (...)
  • 13 Journal officiel, 11 août 2009. Les opposants à cette loi considèrent que la création des PUCE revi (...)

11Tout en réaffirmant le principe du repos dominical, la loi du 10 août 2009 élargit les contours des dérogations dans le commerce de détail. Une première série de dérogations est accordée aux établissements de vente au détail situés dans les communes d'intérêt touristique ou thermal et dans les zones touristiques d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente. Dans ces zones, les magasins « peuvent, de droit, donner le repos hebdomadaire par roulement pour tout ou partie du personnel »12. Des dérogations sont aussi accordées aux établissements de vente au détail dans les unités urbaines de plus d’un million d'habitants « qui mettent à disposition des biens et des services dans un périmètre d'usage de consommation exceptionnel [PUCE] caractérisé par des habitudes de consommation dominicale, l'importance de la clientèle concernée et l'éloignement de celle-ci de ce périmètre »13. Les entreprises de ce premier périmètre ne sont pas tenues de faire appel au volontariat de leurs salariés. Elles doivent engager des négociations sur les compensations salariales sans obligation de résultats. Les entreprises du second périmètre dérogatoire ne doivent solliciter que des salariés volontaires auxquels elles doivent accorder des compensations salariales. En dehors de ces deux dérogations, les magasins ont droit à cinq ouvertures annuelles qui donnent droit aux salariés travaillant ces dimanches à une rémunération double et un repos compensateur. La loi du 10 août 2009 permet enfin aux magasins d’alimentation d’ouvrir les dimanches jusqu’à 13 h (contre midi jusque-là).

Salariés et représentants syndicaux face aux horaires atypiques des grands magasins.

12En parallèle de ce débat social et politique, l’extension des horaires d’ouverture des magasins aux jours fériés, soirées et dimanches, se poursuit depuis une trentaine d’années dans les magasins du commerce de détail, notamment les grands magasins parisiens. Comment ce changement s’impose-t-il dans les entreprises ? Si intense au niveau national, la question de l’extension des horaires d’ouverture des magasins nourrit-elle des conflits dans les magasins et parmi les salariés directement concernés ? Ces questions sont examinées ici à partir du cas du « Bazar de l’Opéra », établissement historique du commerce de détail qui s’est publiquement engagé dans l’extension de ses horaires d’ouverture les dimanches, les jours fériés et le soir.

La banalisation des fermetures tardives au Bazar de l’Opéra

  • 14 Cette lente mutation intervient après de nombreuses années de luttes syndicales dans les grands mag (...)

13Depuis les années 1970, les grands magasins parisiens banalisent des horaires d’ouverture atypiques que les directions des magasins nomment « ouvertures exceptionnelles ». Cette lente mutation14 apparaît dans le tableau suivant :

  • 15 Voir sur ce point les travaux de Vincent Chabault et Cédric Lomba (2006).

Tableau 3 : quelques étapes de l’extension des horaires d’ouvertures des grands magasins15

1963

Première nocturne (21 h) aux Grandes Arcades

1970

Seule la Toussaint est travaillée au Temple des Dames qui dispose d’un rayon « fleurs artificielles ».

Nocturne à 22 heures au Miroir Doré nécessitant l’usage de deux équipes de salariés (9 h 30 – 17 h / 17 h – 22 h).

1979

Tentative des Halles de Paris pour ouvrir le dimanche (échec).

1986

Les Halles de Paris ouvrent deux dimanches au mois de décembre.

Ouverture des Halles de Paris le lundi de Pâques.

1988

11 avril : recul de l’heure de fermeture de 18h30 à 19 heures aux Halles de Paris.

Les 8 et 15 décembre, les Halles de Paris font « nocturne » jusqu’à 22 heures.

Nocturne tous les jeudis jusqu’à 21 h au Bazar de l’Opéra.

1989

Au mois d’octobre, première ouverture des Halles de Paris un dimanche en dehors du mois de décembre.

1990

Pour les 125 ans des Halles de Paris, ouverture jusqu’à minuit le 11 mai.

2008

Le Bazar de l’Opéra étend ses horaires jusqu’à 21 h une large partie du mois de décembre (22 h le jeudi) et jusqu’à 20 h toute l’année.

Ouverture du Bazar de l’Opéra le 14 juillet (la CGT organise « l’enterrement public du 14 juillet » devant le magasin).

2009

Les Grandes arcades ouvrent le 15 août. 

Deuxième nocturne hebdomadaire au Miroir Doré (21 h).

2012

Un magasin alimentaire de centre-ville appartenant au groupe Bazar de l’Opéra ouvre de 9 h 30 à minuit.

Au Bazar de l’Opéra tous les jours fériés sont travaillés sauf le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.

En juin, Le Bazar de l’Opéra et les Grandes arcades souhaitent ouvrir leurs portes jusqu’à 21 h pendant toutes les soldes d’été.

  • 16 Cette ouverture sera d’ailleurs médiatisée au dépend du magasin : la CFDT fera part à l’Humanité d’ (...)

14La progression des ouvertures exceptionnelles s’observe encore en 2012 lorsque, en juin, à l’occasion du lancement des soldes d’été, deux grands magasins, les Grandes arcades et le Bazar de l’Opéra envisagent d’ouvrir tardivement plusieurs soirées consécutives. Les Grandes arcades souhaitent ouvrir jusqu’à minuit le 27 juin et le Bazar de l’Opéra jusqu’à 21 h pendant deux semaines et jusqu’à 22 h les 27 et 28 juin et le 5 juillet. Le retardement de l’horaire de fermeture de 19 h 30 à 20 h ayant été préparé d’une manière similaire en 2008, à l’occasion de la période de Noël où la fréquentation du magasin est importante, les syndicats du Bazar de l’Opéra voient dans ces horaires « exceptionnels » d’ouverture un ballon d’essai préparant un retardement définitif de l’horaire de fermeture à 21 h au lieu des 20 h actuelles. Si ces ouvertures exceptionnelles visent une croissance du chiffre d’affaires qui pâtit, selon la direction, d’une législation française aveugle aux intérêts de magasins accueillant une importante clientèle touristique, une syndicaliste du Bazar de l’Opéra fait remarquer qu’elles visent aussi à habituer la clientèle à faire ses achats à des horaires atypiques. La proposition des Grandes arcades d’offrir une remise de 15 % aux clients venant faire leurs achats le 15 août 200916 semble confirmer ses dires.

15Contrairement aux dimanches, ces ouvertures après 20 h et les jours fériés n’obligent pas les directions à verser des compensations salariales aux travailleurs concernés. Les compensations résultent d’accords, comme ceux conclus aux Grandes arcades et au Bazar de l’Opéra. Aux Grandes arcades, par exemple, les compensations pour les fermetures tardives dépendent des horaires. Il s’agit de « bonifications » : en travaillant entre 19 h et 19 h 30, les salariés ont droit à dix minutes de congés supplémentaires, entre 19 h 30 et 20 h, dix minutes, etc. Une vendeuse maison aux Grandes arcades obtient ainsi une heure de congé par semaine lorsqu’elle fait une « nocturne » (22 h) et deux « fermetures » (19 h 30). À ce rythme, elle obtient six jours de repos par an, à condition, dit-elle, de bien vérifier les comptes établis par les ressources humaines, et de bien réclamer ses congés. En 2008, elle m’explique n’avoir pu profiter que de trois jours de congés sur les six obtenus :

« Moi, dans l’année avec la nocturne ça me fait six jours. Mais l’année dernière j’en ai pris que trois… ils n’apparaissent nulle part [sur les bulletins de salaire]. Tu les perds si tu ne fais pas gaffe. Faut toujours demander au responsable son bilan. »
Ève, vendeuse aux Grandes arcades, 26 ans, bac STT

16Au Bazar de l’Opéra, un « accord sur les modalités de fermeture du magasin au-delà de 20 h », conclu pour la période allant du 25 novembre 2008 au 31 décembre 2009, affirme le principe du volontariat et le droit des salariés à ne pas se porter volontaires. Il limite à 85 le nombre d’ouvertures annuelles du magasin au-delà de 20 h, à 3 le « nombre de soirées consécutives pour lesquelles le magasin fermera au-delà de 21 h » et fixe le montant des contreparties financières pour les employés :

Tableau 4. Primes de fermeture tardive au Bazar de l’Opéra de Paris

Horaire de fin de travail

Prime

20 h 15

16 €

20 h 30

19 €

21 h 00

25 €

21 h 30

29,70 €

22 h 00

34,40 €

Source : accord sur les modalités de fermeture du magasin au-delà de vingt heures, Bazar de l’Opéra, 2008. Ces chiffres concernent les salariés du magasin.

  • 17 Une saisine du Conseil constitutionnel en date du 27 juillet 2009, citée par Valérie Bernaud fait a (...)

17Mais les garanties contenues dans ces accords ne s’appliquent qu’aux seuls « vendeurs maison », salariés des grands magasins. L’accord signé au Bazar de l’Opéra ne vaut même que pour le seul magasin parisien. Les salariés des autres magasins de France ainsi que les « démonstrateurs » ne reçoivent aucune compensation quand ils travaillent jusqu’à 20 h ou en nocturne. Aussi, aux inégalités entre salariés produites par la loi du 10 août 200917, s’ajoutent des inégalités entre salariés d’une même entreprise. Certains représentants syndicaux du magasin s’émeuvent des inégalités entre les salariés disponibles pour un travail du soir recevant une prime et les salariés qui ne le sont pas, remarquant même que les disponibilités du matin et du soir ne sont pas valorisées à la même hauteur : les salariés du matin qui consentent à des ouvertures anticipées (8 h le premier matin des soldes) ne reçoivent aucune prime, contrairement aux équipes du soir qui reçoivent une compensation pour les fermetures retardées. Les inégalités touchent également les statuts d’emploi (CDD, CDI, temps partiel, temps complet, vendeur maison, démonstrateur).

18En somme, les compensations exposées ici ne concernent qu’une frange du personnel de vente des grands magasins : celle qui travaille au et pour le Bazar de l’Opéra « historique ». Les autres vendeurs des grands magasins en sont exclus et doivent composer avec des horaires décalés sans rétribution, tout comme les démonstrateurs, qui représentent une frange substantielle du personnel de vente des grands magasins (souvent plus de la moitié). Ce phénomène accroît la diversité des positions salariales sur un même rayon et une individualisation des salaires déjà importante dans le commerce de détail, secteur qui repose sur un nombre pléthorique de primes. Cela rappelle aussi que même dans les grands magasins, lieux où les garanties salariales sont les plus étendues en raison d’une implantation syndicale ancienne, les horaires décalés se banalisent, le plus souvent sans compensation.

D’une opposition par principe au principe de réalité

19Les extensions des horaires d’ouverture (et donc la disponibilité temporelle attendue des salariés) sont appréciées de manière variable dans le magasin. L’enquête n’a pas permis de recueillir des informations suffisamment exhaustives pour identifier les propriétés sociales des salariés qui expliqueraient une plus ou moins grande disponibilité temporelle ou une plus ou moins grande tendance et capacité à résister à cette injonction patronale. Néanmoins, sur la base de matériaux lacunaires (informations recueillies au cours de l’observation participante, en entretien avec des salariés ou des représentants syndicaux, rapport d’expertise remis au CHSCT du Bazar de l’Opéra, compte rendu de comité d’entreprise), il est possible de faire état de positions ambivalentes voire contradictoires qui posent quelques problèmes aux représentants syndicaux.

20L’observation participante et les entretiens ont fait apparaître une position récurrente d’opposition par principe à l’extension des horaires d’ouverture des magasins parmi les vendeurs « maison » et les démonstrateurs. Laurent, vendeur maison au rayon livres âgé de 32 ans et titulaire d’un master LLCE, s’oppose pour des raisons politiques :

« Je ne fais pas les nocturnes. Je trouve ça absurde. On déplace simplement l’horaire d’achat des gens… Les gens qui ont de l’argent, ils dépensent quoi qu’il advienne. Ça ne change en rien leur capacité d’achat. Et les autres, s’ils ont un budget de 100 euros et bien il deviendra pas 200 parce que le magasin ouvre jusqu’à vingt-deux heures. Ensuite, les nocturnes je ne les fais pas, parce que c’est au détriment de la qualité de vie des employés. En plus c’est donner des mauvaises habitudes et des mauvais arguments aux gens. Parce que s’il y a des commerces qui sont ouverts toute la journée, ils vont prendre de mauvaises habitudes. J’ai l’exemple de ma belle famille qui est en Allemagne, à 18 h 30, tout est fermé. Le 24 décembre, à midi tout est fermé… Pourtant l’Allemagne est un des moteurs de l’Europe. Donc l’argument des ouvertures… Ce sont des prétextes. On exploite à l’envi parce qu’on demande à des gens… Par exemple j’ai un ami qui est cadre, il est sorti hier à 22 h 30. Il me dit « moi ça m’arrange bien que les magasins soient ouverts tard », même s’il sait que pour ceux qui bossent, c’est dur… On demande aux gens de bosser plus et ça fait une chaîne. […] J’ai pas envie de faire les 20 heures, j’ai pas envie de faire les nocturnes pour toutes ces raisons et puis je suis fidèle à mes convictions de gauche… »

21Une démonstratrice au rayon jouets, âgée de 28 ans, s’oppose parce qu’elle a un enfant et qu’elle habite en banlieue. Patrick, vendeur maison au rayon électroménager des Grandes arcades titulaire d’un CAP mécanicien, s’oppose pour des raisons économiques :

« Moi je ne suis pas pour les dimanches, je ne suis pas pour terminer aussi tard. Si ça rapportait du chiffre et du client, oui, mais ce n’est pas le cas. »

  • 18 Voir à ce sujet les travaux de Laurent Lesnard (2009).

22Ces employés s’inquiètent aussi, comme le révèlent des entretiens menés par des consultants pour le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du Bazar de l’Opéra, de ne plus être en mesure de participer à leur vie familiale18 et amicale :

« Quand je rentre, je dois m’occuper des enfants, les aider à faire leurs devoirs […] finir à 20 h, c’est trop tard pour eux. »

  • 19 Source : Rapport réalisé par Marie-Jo Bellier, Cécile Costes, Caroline Tabti, Ali Kerbal, remis le (...)

« Quand on est invité, on arrive toujours en dernier, on est crevé et on n’en profite pas. »19

23Ces témoignages rappellent ceux des employés de l’hôtellerie-restauration confrontés à des horaires atypiques, qui regrettent un « rétrécissement de la sociabilité » (Testenoire, 2007, p. 150). Un vendeur maison des Grandes arcades en couple, sans enfant, estime même que la généralisation du travail le dimanche pourrait « augmenter le nombre de divorces ». Les employés regrettent les repas de famille manqués les jours fériés ou les dimanches. Abdel, vendeur maison âgé de 40 ans, récemment marié, se plaint de ne pas voir sa femme assez souvent. Tatiana, démonstratrice âgée de 38 ans, en couple avec un commerçant et mère de deux enfants, regrette de ne pas avoir de vie de famille « normale ». Les horaires décalés de travail, surtout en soirée, les jours fériés ou le dimanche, c'est-à-dire aux moments où la sociabilité familiale est la plus intense conduisent, selon Laurent Lesnard, à une « désynchronisation » des moments de présence des deux conjoints, et donc à une raréfaction des moments de sociabilité familiale » (Lesnard, 2009, p. 166).

24Les salariés qui entrent au Bazar de l’Opéra sont tenus d’accepter des contrats de travail aux horaires décalés. Un manager au Bazar de l’Opéra indique que le recrutement des nouveaux vendeurs dépend de leur disponibilité. Les nouvelles recrues doivent accepter de terminer le travail à 20 h, de « faire les nocturnes », les fermetures tardives du magasin. Mais cette multiplication touche aussi les anciens : elle décourage les vendeurs ou démonstrateurs qui veulent passer à temps plein ou qui sont insatisfaits de leur rayon ou de leur stand de demander un changement. Le coût estimé du changement est tel qu’ils s’en tiennent à leur poste. Changer de poste d’employeur ou de temps de travail, c’est perdre un certain nombre de garanties, c’est être contraint de travailler jusqu’à 20 h alors que l’on bénéficiait d’horaires jugés favorables (une sortie du travail à 15 h 30 pour Claudine, vendeuse aux Halles de Paris, ou plus simplement à 19 h pour d’autres), c’est perdre le mercredi après-midi que l’on avait obtenu, c’est se voir proposer des jours de congés en semaine – le jeudi et le vendredi – peu favorables à une vie familiale.

25Patrick, Laurent ou encore Pauline doutent de la légitimité d’une mesure qu’ils voient comme une mise à disposition contrainte d’un temps libre personnel, dont l’usage est variable selon les individus, mais dont la légitimité est socialement construite et admise pour la majorité de la population. Les propos entendus dans les rayons indiquent que le refus du travail à des horaires atypiques tient au caractère apparemment discriminatoire de la mesure. Celle-ci faciliterait le quotidien de certains groupes sociaux au détriment d’autres. Les employés de la vente du Bazar de l’Opéra se plaignent de devoir dégrader leur vie sociale pour améliorer celles des autres, les clients, qui eux « ont les moyens ». Les « autres » ce sont aussi les autres salariés du Bazar de l’Opéra qui ne travaillent pas dans les rayons. Les employés de la vente regrettent que des horaires d’ouverture décidés par « les bureaux » n’altèrent en rien la qualité de vie de ceux qui y travaillent. Certains disent ainsi que ce n’est pas «[le patron] qui viendra bosser dimanche ou à 22 heures ». Cette plainte n’est pas nouvelle si l’on en croit les propos tenus par Paulette, une démonstratrice à la retraite qui a milité toute sa carrière à la CGT des Halles de Paris. Elle raconte un échange avec son patron, en 1977 :

« Moi j’avais dit non pour le dimanche et je me rappelle que mon patron était venu, je le revois descendre avec le représentant… Je suis allée vers eux. Je lui ai dit que ce n’était pas la peine de compter sur moi pour le dimanche. Et il m’a dit “Ah madame Q., là il y a un effort à faire…”. Alors je lui ai répondu : “Monsieur François quand je serai dans le sous-sol, le dimanche vous serez où, vous ? Vous prendrez le soleil !”. Alors il m’a dit : “si vous le prenez sur le ton de la lutte des classes”, qu’il me dit ! »
Paulette, 79 ans, retraitée, ancienne démonstratrice aux Halles de Paris

26Les organisations syndicales qui militent contre le travail le dimanche insistent sur ce que Françoise Nicoletta, secrétaire fédérale du commerce non alimentaire de Force Ouvrière, nomme le « problème du volontariat ». Selon elle, cette extension des horaires s’appuierait sur une politique de bas salaires propre au commerce de détail :

« Vous avez vu les loyers à Paris. Qu’est-ce qu’on appelle le volontariat ? Moi je dis que c’est du volontariat contraint. À Paris les gens sont capables d’aller contre leurs intérêts, y compris familial, pour pouvoir continuer à payer leurs loyers. »

  • 20 Les données sociales sur le personnel du Bazar de l’Opéra présentées dans un rapport remis au CHSTC (...)

27Les salariés critiquent également cette idée de volontariat. Pauline, vendeuse au Bazar de l’Opéra confond même « volontariat » et « bénévolat » dans un lapsus qu’elle juge « très révélateur ». De fait, on le sait, cette disponibilité temporelle pèse sur des salariés déjà fragiles : des femmes, peu payées, soumises à des conditions d’emploi peu favorables, parfois seules, habitant loin de leur travail20 pour lesquelles, comme le montre Marlène Benquet chez les caissières, un retardement de l’horaire de travail suppose souvent un « montage organisationnel coûteux en temps et en argent » (2011).

28Néanmoins, cette opposition de principe des syndicats et des salariés se heurte à ce que ces derniers nomment un « principe de réalité ». Souvent défavorables à ces horaires atypiques, ils répondent à la demande managériale pour gagner plus d’argent et de jours de congés. Les propos des employés de la vente du Bazar de l’Opéra indiquent toute l’ambiguïté de leur rapport aux horaires décalés.

« Moi je le fais [le dimanche], j’ai trop besoin d’argent. Ben moi j’ai pas du tout envie de travailler le dimanche, ça me fait chier tu vois. Déjà je travaille le samedi, mais franchement je suis tellement contente d’avoir de la thune que... C’est une nécessité […]. Pour les 21 h, j’ai signé la pétition comme quoi j’étais contre [pétition contre l’ouverture du magasin jusqu’à 21 h du 8 octobre 2008 à la fin décembre 2008, signée par 2 026 salariés selon les syndicats], mais j’ai bien expliqué à mes responsables que je suis solidaire avec les mères de famille, les personnes âgées qui vont rentrer chez elles à 22 h 30, si elles habitent loin, je veux dire euh… C’est pas facile pour une femme, on peut se faire agresser, on est fatiguée parce qu’on rentre tard, et même ceux qui ont des enfants, ils les voient plus dans ces cas là. C’est vraiment pas juste pour elles. Mais par contre, moi, j’ai dit que j’avais besoin d’argent et donc, moi, je les fais. »
[Pauline, 29 ans, vendeuse maison, niveau Deug anglais, célibataire]

« Je dis pas que je bosse pas certains jours fériés, ça je l’assume mais le 14 juillet et tout ce qui a été ajouté depuis euh... […] Après le dimanche, je suis contre aussi. Mais les cinq dimanches par an, je les fais parce que j’estime euh… tant que ça reste du volontariat… Voilà quoi, ça reste du volontariat, c’est moi qui décide de le faire ou pas. Mais après ouvrir tous les dimanches, ça c’est un truc que je ne ferai jamais. Là c’était payé double avec un jour de récup’, voilà ça faisait quinze jours de plus avec mes gamins, c’était clair pour moi. »
Jean-François, 31 ans, vendeur maison, BEP électrotechnique, délégué du personnel, en couple, deux enfants

  • 21 La portée de cet avantage, largement mis en avant par les salariés, est réduite depuis décembre 201 (...)

29L’ambiguïté de la position de nombreux salariés apparaît clairement dans la manière dont Pauline et Jean-François se justifient devant l’enquêteur. Théoriquement opposés, ils répondent tout de même aux attentes du magasin et se portent volontaires au nom d’une nécessité qui prime sur leurs positions de principes, parfois même forgées dans un syndicat comme pour Jean-François. Ce dernier y trouve son compte parce qu’il dégage un surplus financier et temporel grâce au repos compensateur21.

Une « différence de génération » et l’impossible position des syndicats ?

  • 22 Plusieurs salariés du grand commerce, dans l’ameublement ou le bricolage principalement, sont appar (...)

30À cette dualité de positions chez ceux qui s’opposent par principe aux horaires atypiques, s’ajoute une dualité au sein du personnel dans son ensemble. Dans le rayon observé où travaillent des salariés nettement plus jeunes que dans le reste du magasin, plusieurs vendeurs valorisent des horaires atypiques leur permettant de remplir leurs obligations personnelles avec plus de « facilité »22. En commençant leurs journées à 11 h ou midi, ils disent profiter d’un temps de repos supplémentaire : « je peux faire la grasse mat’ tous les matins ».

  • 23 Rapport remis au CHSCT du Bazar de l’Opéra, p 52.

« pour certains, finir à 20 h est davantage entendu comme “commencer à midi” et constitue dès lors une occasion de se libérer d’impératifs personnels sur la matinée (RDV chez le médecin…) »23

31D’autres réclament la liberté de pouvoir travailler le dimanche s’ils le souhaitent et revendiquent un assouplissement de la législation sur le repos dominical. Chez certains de ces salariés, comme le relève Axel, jeune syndicaliste et vendeur maison au Bazar de l’Opéra, le travail le dimanche est populaire. Cette position repose sur une vision du travail le dimanche comme une possibilité d’augmentation des salaires. Cette tendance à s’arranger individuellement avec sa situation de travail, en laissant aux autres la dimension collective, confirme les observations de Marlène Benquet sur les caissières de la grande distribution les plus jeunes : « elles ne se sentent pas d’obligation vis-à-vis de leurs pairs, mais reconnaissent à chacun le droit à l’individualisme » (2011). Une telle ambiguïté dans les positions des salariés complique la tâche des syndicats.

« Alors ça va être très dur de lutter contre ça… Parce que c’est toujours la même chose, un salarié il va dire "non je ne veux pas travailler le dimanche" mais quand il a des difficultés financières qu’est-ce qu’il demande ? Ben un dimanche. »
Marc, électricien âgé de 57 ans, délégué du personnel aux Grandes arcades

32Face à des salariés qui doivent, pour plusieurs raisons, faire des concessions, ou des salariés qui déclarent vouloir travailler le dimanche, les délégués du personnel composent une partition délicate. Contrairement à des revendications partagées et considérées comme consensuelles, comme la revalorisation des salaires, la question des horaires atypiques nourrit des positions difficiles à concilier, d’autant plus que s’opposer au travail le dimanche, c’est risquer d’apparaître contre une augmentation du pouvoir d’achat des salariés.

« Si on devait faire une mobilisation là-dessus, on serait un peu dans la merde et ce serait un fiasco total. […] Ah mais c’est sûr, t’as plein de soutien… avec les mots “on est derrière vous, oui vous avez raison”, mais bon quand il s’agit de se bouger concrètement, y a plus personne. Alors si, parfois, les gens ils signent des pétitions. C’est gratuit, ça mange pas de pain. Parfois ils écrivent mal pour pas qu’on puisse lire leur nom. »
Axel, 30 ans, vendeur au Bazar de l’Opéra, délégué du personnel.

33Selon Axel, les bas salaires poussent les salariés à perdre de vue l’intérêt général, phénomène qui devient l’un des freins les plus puissants à la mobilisation collective :

« Y’en a un qui m’a dit “oui si ça favorise l’emploi”, y en a un autre qui dit “chacun fait ce qu’il veut”. Mais c’est des gens qui pensent pas pour les autres, ils pensent pour leur cas personnel. Ils pensent pas aux mères de famille, aux mères célibataires, à ceux qui ont à payer la nourrice, qui ont à se démerder pour faire garder leurs gosses. »

Question : Et ils seraient prêts à bosser tous les dimanches si ça passait en zone touristique ?
Oui je pense. Enfin moi, c’est comme ça que je vois ce que j’entends sur le terrain. »
Axel, 30 ans, vendeur au Bazar de l’Opéra, délégué du personnel

34La rareté des mobilisations collectives dans le commerce de détail s’explique, selon Axel, par l’individualisation des salaires. Les syndicats plaident chaque année pour des revalorisations des salaires et condamnent la multiplication des primes dans le magasin (prime de performance, de nocturnes, etc.). La lutte des syndicats pour l’augmentation générale des salaires et contre le travail dominical est une lutte contre l’individualisation des rémunérations et, plus généralement, contre l’instauration de ce qu’ils voient comme des inégalités entre les salariés les plus en mesure d’étendre leur disponibilité temporelle, et les salariés les plus contraints par des temporalités incompressibles, notamment celle de la famille. Et encore, ajoutent certains syndicalistes, la position des salariés du Bazar de l’Opéra est largement favorable : à la différence de la plupart des employés de commerce, ils reçoivent une compensation salariale en retour de leur disponibilité temporelle. En effet, François-Xavier Devetter (2002) montre que ces compensations sont relativement rares et dépendent des secteurs et des postes de travail (le hard discount et la grande distribution alimentaire comptant parmi les secteurs les moins favorables).

Un moteur de l’action syndicale

  • 24 Voir également à ce sujet Chabault et Lomba (2006).

35En dépit de la pression exercée sur les salariés par la faiblesse des salaires (le salaire d’un vendeur du Bazar de l’Opéra est souvent proche de 1 300 euros net), en dépit de la multiplication des statuts sur les rayons, la question des horaires atypiques reste l’une des sources les plus solides de mobilisation dans les grands magasins. La lutte contre le travail dominical a façonné le syndicalisme des employés de commerce. Françoise Parent-Lardeur (1970) remarque que la lutte contre le travail dominical fut le sujet de préoccupation principal des syndicats jusqu’au milieu du XXe siècle24. Aujourd’hui encore, les syndicats contestent la fragmentation et la flexibilité du temps de travail et, plus généralement, son envahissement sur d’autres temporalités. Le 7 septembre 1979, les salariés des Halles de Paris défilent contre l’ouverture dominicale des magasins. Le 17 février 1988, une partie du personnel des Halles de Paris se met en grève contre la volonté de la direction de retarder de 18 h 30 à 19 h la fermeture du magasin. Certaines de ces mobilisations sont directement adressées aux clients. Lors de ces mobilisations largement symboliques, le magasin redevient un lieu de travail aux yeux des clients, avant même d’être un lieu de consommation : les salariés réinvestissent le magasin en tant que force de contestation. Ces rencontres entre le travailleur et le consommateur donnent corps à un conflit entre une temporalité marchande et une temporalité laborieuse.

36Nous avons assisté à l’’une de ces mobilisations. Le 17 octobre 2008, la CGT, LA CFTC, la CFDT, FO, UNSA appellent les salariés du Bazar de l’Opéra à se mettre en grève ou au moins à participer à la manifestation prévue à 13 h sur leur temps de pause, pour dénoncer la volonté du magasin de retarder de 19 h 30 à 20 h l’horaire de fermeture du magasin et la multiplication des « ouvertures exceptionnelles ». Les syndicats du Bazar de l’Opéra sont suivis par les syndicats du grand magasin voisin. Selon de nombreux salariés, la manifestation qui se déroule sur le boulevard réunissant les deux grands magasins est « exceptionnelle ». Les deux jeunes vendeurs qui travaillent ce jour-là sur le stand où se déroule l’enquête sont d’abord sceptiques voire ironiques aux premières heures du mouvement (des « rigolos » dit Sébastien, démonstrateur de 29 ans, « ça donnera rien » estime Timothée, vendeur maison de 26 ans). Mais tous deux finiront par rejoindre la manifestation lors de leur pause-déjeuner, finalement convaincus. En « sortant », le démonstrateur indique que « ça ne coûte rien d’y aller ». De l’avis de Michèle, déléguée du personnel CGT, c’est un « grand mouvement ». Au tout début de la journée, c’est elle qui tracte à l’entrée du personnel : « extensions : horaires, dimanches, jours fériés : STOP ». Dans la bousculade, elle sourit et se réjouit d’être interviewée par la télévision. Elle a de quoi se réjouir. Elle qui se plaint souvent du manque de mobilisation des salariés, fait face à une foule apparemment concernée qui prend les tracts.

37Après plusieurs minutes de tractage et d’effort pour convaincre les salariés qui entament leur journée de travail de les rejoindre sur leur temps de pause, les grévistes pénètrent dans le magasin. Ils déambulent plusieurs minutes dans les rayons et appellent leurs collègues à descendre pour préparer la manifestation de 13 h sur le boulevard, devant le magasin. Entre deux slogans, ils scandent les noms des marques, suivis d’un bruyant « avec nous ». Les grévistes cherchent à mobiliser les démonstrateurs, travailleurs difficilement mobilisables bien que directement concernés par les horaires atypiques et ne recevant aucune compensation salariale. Ceux-ci craignent les représailles de leur employeur et se sentent surveillés par l’encadrement du Bazar de l’Opéra. La déambulation s’interrompt finalement peu avant midi et les grévistes décident de stationner au rez-de-chaussée, l’étage vitrine du Bazar de l’Opéra. Contenus par des vigiles, ils renouvellent leurs invitations auprès du personnel. La musique lancinante du magasin a disparu au profit d’un bruit, beaucoup de bruit : des slogans, des conversations, des rires et des éclats de voix. À la foule du personnel se mêlent quelques clients curieux. Certains sont amusés. D’autres laissent échapper des remarques sur le « comportement imbécile » du personnel. Le magasin redevient aux yeux des clients, pour quelques minutes, ce qu’il est discrètement le reste du temps : un lieu de travail plutôt qu’un lieu d’achat.

38La mobilisation, qui est vue comme un succès par l’ensemble des participants, pousse les syndicats à voter une nouvelle grève. Mais l’appel à manifester du mardi 21 octobre est peu suivi : une trentaine de grévistes occupe l’entrée principale du magasin. Les clients, qui sont directement destinataires des tracts distribués par les grévistes, apparaissent comme les meilleurs avocats de la direction. Certains prennent les tracts, d’autres s’engouffrent dans le magasin, sans un regard. Sans un mot et sans réunion, ils contribuent par leur présence à justifier l’extension des horaires atypiques. Ces mobilisations sans lendemain et sans résultat (en 1988 et en 2008, la direction ne revient pas sur sa décision de décaler les horaires d’ouverture) nourrissent, chez les syndicalistes, une désillusion qui se lit sur les visages à l’égard d’un secteur peu mobilisable, d’un magasin peu mobilisé.

39En 2012, le succès est finalement au rendez-vous. Le 22 juin 2012, une grève est lancée par les syndicats du Bazar de l’Opéra et des Grandes arcades contre les horaires de fermetures des soldes d’été. Elle est moins suivie que celle de 2008. Respectant le même principe que cette dernière, les grévistes (une trentaine selon la direction, 200 selon les syndicats) manifestent dans des lieux stratégiques du magasin : le stand Louis Vuitton où transite la quasi-totalité de la clientèle touristique du magasin, et le couloir de bus d’une rue adjacente au magasin où arrive cette même clientèle. Ce n’est pas tant la grève qui pèsera dans la décision de la direction que le recours déposé en référé par l’intersyndicale auprès du Tribunal de grande instance. Le 25 juin 2012, ce dernier interdit ces fermetures tardives et menace les contrevenants d’amendes de 100 000 à 300 000 euros par jour. Ici, le rôle des syndicats tient moins à la mobilisation dans le magasin qu’à une action menée à un échelon supérieur.

40De la même manière, une action commune des syndicats du commerce a favorisé la décision du Maire de Paris, en 2009, de ne pas classer le quartier des grands magasins parisiens en « zone touristique » et donc d’empêcher les grands magasins d’ouvrir plus de cinq dimanches par an. Dans un rapport, les syndicats ont rappelé la situation particulière des grands magasins qui emploient des vendeurs « maisons » et sous-traitent une partie de leurs surfaces à des démonstrateurs. Pour les syndicats, attribuer le statut de « zone touristique », reviendrait à imposer aux démonstrateurs de travailler le dimanche sans compensation salariales. Le rapport des syndicats rappelle les promesses du Bazar de l’Opéra de rémunérer tous les employés de la vente concernés par les horaires atypiques. Françoise Nicoletta fait le récit de cette « victoire » :

« [Le Bazar de l’Opéra] a menti à la Mairie de Paris. Ils ont dit "de toute façon y a un accord qui va être fait et ça concernera tous les salariés, ils seront payés double, volontariat et repos compensateur" […]. Sauf que les grands magasins qu’ont jamais voulu être co-employeur de ces personnels [les démonstrateurs], et bien, ils ne pouvaient pas les payer double. Seuls les employeurs pouvaient. Et donc, en même temps qu’ils disaient ça à la mairie de Paris [la garantie d’offrir à tous les salariés des compensations salariales], ils ont envoyé des lettres aux fournisseurs [les employeurs des démonstrateurs] en leur disant “mais vous n’avez pas de problème parce que si jamais on ouvre le dimanche, y aura pas de soucis, y aura pas de volontariat, pas de paie double, pas de repos compensateur”. Pas de chance pour eux, on est tombé sur ces lettres ! Et donc, comme on avait tout le dossier, à chaque fois que le président du comité disait quelque chose à la réunion, on lui disait “oui mais monsieur vous avez écrit ça, vous avez écrit ça”. »

41Ces actions syndicales qui se déplacent de l’échelon local vers un échelon supérieur, se passant ainsi de la mobilisation de salariés, dévoilent une rupture dans la qualité des relations professionnelles au Bazar de l’Opéra, qui permettaient jusqu’ici d’obtenir des compensations d’un montant inédit par rapport à l’ensemble du commerce de détail, les grands magasins parisiens étant connus pour l’ancienneté et la vigueur de leurs implantations syndicales (Collovald, Mathieu, 2009). Les exemples de 2008 et 2012 confirment le sentiment des élus au comité d’entreprise rencontrés : la communication entre syndicats et direction est abîmée.

42En somme, la question des horaires atypiques dans les magasins va au-delà du seul commerce de détail : elle met au jour les temporalités sociales et les conflits que ces dernières génèrent. Au niveau local, dans les entreprises, cette question mobilise des acteurs ayant des intérêts souvent contradictoires, par rapport aux autres et par rapport à eux-mêmes. Les employés de commerce aux conditions d’emploi peu favorables favorisent la banalisation de temps de travail qu’ils jugent par ailleurs peu compatibles avec les autres temps sociaux. Néanmoins, la question des horaires atypiques demeure l’une des sources de mobilisation les plus solides. De telles mobilisations redonnent une visibilité aux salariés qui réinvestissent leurs lieux de travail : lors de ces rencontres entre le travailleur et le consommateur, les salariés donnent corps à un conflit jusqu’ici anonyme et désincarné entre une temporalité marchande et une temporalité laborieuse. Toutefois, la portée de ces mobilisations est modeste. Elles sont relayées par la presse qui y voit une illustration solide de transformations qui touchent l’ensemble du commerce de détail mais leurs réussites sont rares.

Haut de page

Bibliographie

Beau A-S., 2004. Un siècle d'emplois précaires, Paris, Payot

Beck R., 1998. « "C'est dimanche qu'il nous faut". Les mouvements sociaux en faveur du repos dominical et hebdomadaire en France avant 1906 », Le Mouvement social 184, p. 23-51.

Benquet M., 2011. Les damnées de la caisse, Paris, Editions du Croquant.

Bernaud V., 2009. « Travail dominical : le conseil constitutionnel sacrifie la protection du salarié sur l’autel de la consommation », Droit Social 11, p. 1081-1090.

Bodier M., Vidalenc J., 2011, « Travailler dans le commerce de détail ou l’artisanat commercial », INSEE Première 1358.

Bouffartigue P., Bouteiller J., 2002, « L’érosion de la norme du temps de travail », Travail et Emploi 92, p. 43-55.

Boulin J-Y., 1992. « Esclave du dimanche », Futuribles 164, p. 54-62 [accès payant]

Canepa D., 2009. « Ouverture dominicale des magasins à Paris. Délimitation des zones touristiques d’affluence exceptionnelle ou d’animation culturelle permanente (article L.3132-25 du code du travail) », Rapport au Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité, Préfecture de Paris.

Cattanéo N., 1997. « Le travail à temps partiel : entre rêve et cauchemar », Les Cahiers du Mage 2, p. 71-80.

Chabault V., Lomba C., 2006. « Les employé(e)s, une nouvelle catégorie de travailleurs », De Andia B. (dir.), Les Cathédrales du commerce parisien. Grands Magasins et enseignes, Paris, Éditions de l’Action artistique de la ville de Paris, p. 159-174

Chenu A., 2002. « Les horaires et l’organisation du temps de travail », Économie et Statistique 352-353, p. 151-167.

Devetter F-X., 2002. « La régulation des temps de travail atypiques : entre allocation hiérarchique et transaction », Travail et emploi 92, p. 57-69.

Devetter F-X., 2006. « La disponibilité temporelle au travail des femmes : une disponibilité sans contrepartie ? », Temporalités 4.

Direccte du Nord Pas-de-Calais, 2010. « Le travail en horaires décalés : estimations des effectifs concernés en Région Nord Pas-de-Calais », Les synthèses de la Direccte 2.

Garner H., Méda D., Senik C., 2005. « Conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, les leçons des enquêtes auprès des ménages », Travail et emploi 102, p. 57-67.

Guégnard C. (dir.), « À la recherche d’une conciliation des temps professionnels et personnels dans l’hôtellerie-restauration », Relief 7, CEREQ.

Lallement M., 2003. Temps, travail et modes de vie, Paris, PUF

Lesnard L., 2009. La famille désarticulée, les nouvelles contraintes de l’emploi du temps, Paris, PUF.

Moati P., Pouquet L., 2008. « L’ouverture des commerces le dimanche : opinions des Français, simulation des effets », Cahiers de recherche 246, CREDOC.

Parent-Lardeur F., 1970. Les demoiselles de magasin, Paris, Les Editions ouvrières.

Perron D., 2010. Histoire du repos dominical, un jour pour faire société, Paris, L’Harmattan.

Quiénnec Y., Gadbois C., Preteur V., 1995. « Souffrir de ses horaires de travail : poids de l’âge et histoire de vie », in Marquié J-C., Paumès D., Volkoff S. (dir), Le travail au fil de l’âge, Toulouse, Octarès, p. 277-304.

Syfuss S., 1992. « Pour un temps libéré : entretien avec Jacques Séguéla », Futuribles 164, p. 47-53.

Sue R., 1994. Temps et ordre social, Paris, PUF.

Testenoire A., 2007. « Relation de service et subordination temporelle » in Aballéa F., Lallement M. (dir.), Relations au travail, relations de travail, Toulouse, Octarès, p. 145-153.

Thibault C., 1989. « Plaidoyer pour le repos dominical (1880-1906) », in Czechowski N. (dir.), Dimanche, le temps suspendu, Paris, Autrement, p. 117- 128.

Haut de page

Notes

1 Norme qui s’érode lentement comme le montrent Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller (2002).

2 Le nom du magasin est fictif.

3 L’usage du masculin pour qualifier cette population de travailleur (vendeur, employé de vente, démonstrateur), conforme à la règle grammaticale du neutre masculin, ne doit pas cacher la nette surreprésentation des femmes au sein de cette profession.

4 Pour ce secteur, les données sont une moyenne pour les années 2006, 2007 et 2008 de l’enquête Emploi. Cité dans Bodier, Vidalenc (2011).

5 Robert Beck remarque que la volonté de faire ses achats le dimanche n’est pas nouvelle. Au 19ème siècle, les habitants des villages se plaisaient à fréquenter les magasins en sortant de la messe par exemple (Beck, 1998 : 25).

6 Compte rendu du Conseil municipal de Paris, séance du 7 juin 2010.

7 Le Monde, 17 décembre 2008.

8 Le Journal du Dimanche, 6 juin 2010.

9 Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’argument par comparaison avec les pays européens, si fréquemment évoqué par les partisans à un assouplissement de la loi de 1906, fut aussi utilisé par les artisans de la loi de 1906 qui considéraient que la France traînait les pieds alors que de nombreux pays européens avaient légiféré en faveur du repos dominical (Thibault, 1989, p. 122).

10 Enquête réalisée par téléphone, par le Credoc, auprès d’un « échantillon représentatif »de 1 014 personnes de 18 ans et plus, entre le 19 et le 29 septembre 2008 (Moati et Pouquet, 2008).

11 La révolution française avait aboli ce principe du repos dominical au nom de sa connotation religieuse. Lorsqu’il est réintroduit en 1906, c’est au nom d’un bien-être social et moral qui n’est plus justifié par des principes religieux. Néanmoins, Michel Lallement indique que la religion continue de peser sur les pratiques sociales : les protections contre l’ouverture des magasins le dimanche sont plus fortes dans les pays à dominante protestante que dans les pays à dominante catholique (Lallement, 2003, p. 37).

12 Avant la loi de 2009, l’ouverture dominicale était possible dans ces zones pour les établissements mettant à disposition du public un service ou des produits facilitant son accueil et ses activités de détente (sport, culture, loisirs), lors des périodes d’affluence touristique seulement (saison d’hiver dans les stations de ski par exemple). Depuis 2009, tous les établissements de commerce de détail relevant de cette zone le peuvent. Voir à ce sujet un rapport préconisant l’élargissement de ces zones dans la capitale au nombre de sept aujourd’hui (Canepa, 2009).

13 Journal officiel, 11 août 2009. Les opposants à cette loi considèrent que la création des PUCE revient à régulariser certains magasins qui ouvraient illégalement le dimanche. L’exemple le plus fréquemment cité à ce sujet est la zone commerciale « Plan-de-Campagne » dans les Bouches du Rhône. Joseph Thouvenel parlait à ce sujet d’une « prime à la délinquance », Le Monde, daté du 28 février et 1er mars 2010.

14 Cette lente mutation intervient après de nombreuses années de luttes syndicales dans les grands magasins à la fin du XIXe siècle pour réduire l'amplitude d'ouverture horaire des magasins. Voir à ce sujet le travail éclairant d'Anne-Sophie Beau (2004)

15 Voir sur ce point les travaux de Vincent Chabault et Cédric Lomba (2006).

16 Cette ouverture sera d’ailleurs médiatisée au dépend du magasin : la CFDT fera part à l’Humanité d’une lettre adressée par la direction à ses salariés pour faire pression sur ses salariés, L’Humanité, 18 août 2009.

17 Une saisine du Conseil constitutionnel en date du 27 juillet 2009, citée par Valérie Bernaud fait ainsi remarquer : « pourquoi le fait de travailler le dimanche dans une commune touristique donnerait-il moins de droits que de travailler le dimanche dans une zone commerciale ? » (Bernaud, 2009 p. 1088).

18 Voir à ce sujet les travaux de Laurent Lesnard (2009).

19 Source : Rapport réalisé par Marie-Jo Bellier, Cécile Costes, Caroline Tabti, Ali Kerbal, remis le 28 mars 2008 aux membres du Comité hygiène, sécurité et conditions de travail du Bazar de l’Opéra, p. 52.

20 Les données sociales sur le personnel du Bazar de l’Opéra présentées dans un rapport remis au CHSTC, montrent qu’en 2008, parmi les caissières et les vendeuses du Bazar de l’Opéra, 74 % du personnel du magasin habite en dehors de Paris. Parmi eux, 43 % habitent au-delà des Hauts de Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. En d’autres termes, une part substantielle du personnel est confrontée à un temps de trajet important à un moment de la journée, après 20 h ou le dimanche, où les trains se font justement plus rares. Un tract syndical du 21 octobre 2008 contre l’extension des horaires atypiques au Bazar de l’Opéra disait : « le chiffre, le chiffre, le chiffre… à quel prix ? Répondons-leur tous ensemble : nos vies, nos enfants, notre famille, notre santé, nos loisirs, notre sécurité. »

21 La portée de cet avantage, largement mis en avant par les salariés, est réduite depuis décembre 2011. Depuis cette date, les salariés sont tenus de prendre leur jour de repos compensateur dans les 15 jours qui précèdent ou qui suivent le dimanche travaillé, et non plus au moment jugé le plus opportun pour atténuer les perturbations familiales provoquées par le dimanche travaillé.

22 Plusieurs salariés du grand commerce, dans l’ameublement ou le bricolage principalement, sont apparus dans les médias comme d’ardents défenseurs du travail le dimanche. Cette position mérite d’être remise dans un contexte tout à fait spécifique : celui de magasins ouvrant depuis plusieurs années leurs portes sans autorisation et justifiant par la suite la nécessité d’ouvrir au nom d’une préservation des emplois (fermer le dimanche pouvant conduire selon eux à une chute du chiffre d’affaires et donc à une suppression d’emplois).

23 Rapport remis au CHSCT du Bazar de l’Opéra, p 52.

24 Voir également à ce sujet Chabault et Lomba (2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Barbier, « Travailler à contretemps », Temporalités [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2191

Haut de page

Auteur

Pascal Barbier

CERLIS - Université Paris Descartes UMR 8070
barbierpascal4@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page