Navigation – Plan du site

Conflits et résistances autour du temps de travail avant l’industrialisation

(XIVe - mi-XIXe siècle)
Conflicts and resistance around working hours before industrialization
Conflictos y resistencias alrededor del tiempo de trabajo antes de la industrialización (s. XIV – mediados de s. XIX)
Corine Maitte et Didier Terrier

Résumés

L’idée selon laquelle le temps, son organisation, sa discipline est un facteur discriminant permettant de séparer nettement la période industrielle de celle qui la précède a longtemps prévalu chez les historiens. Cet article s’inscrit en faux contre cette thèse : les conflits autour du temps de travail doivent être inscrits dans la longue durée des rapports sociaux de production. Nous dressons ici une esquisse large des conflits où le temps est un élément de la mobilisation des travailleurs, du XIVe au premier XIXe siècle. Alors qu’au Moyen-Âge, certains conflits portent clairement sur la remise en cause de la définition du temps de travail, à partir du XVIIe siècle, le thème semble s’estomper. Mais apparaissent alors des conflits qui portent sur le contenu du travail effectué dans un temps donné. La première industrialisation ne change pas véritablement la nature des revendications. Elles proviennent encore majoritairement d’ouvriers engagés dans des activités traditionnelles. Les ouvriers d’usine, quant à eux, ne sortent globalement pas de leur mutisme avant les décennies 1860/1870.

Haut de page

Texte intégral

1En 1989, Gary Cross, étudiant de façon comparative la réduction du travail en France et en Angleterre, affirmait : « la clé de l’ère industrielle n’est pas la machine à vapeur, mais l’horloge qui permet une nouvelle intensification du temps […] Cela permet de la séparer nettement de la période pré-industrielle où le temps n’est pas de l’argent et où le travail et le loisir sont mêlés » (p. 2-3). Ceci est désormais grandement discuté. Les études des médiévistes montrent en effet que les problèmes liés au temps de travail se posent dès le Moyen Âge. Comme le rappelle justement Matthieu Arnoux, « La certitude qu’il fallut attendre la Révolution industrielle anglaise pour voir se développer un système salarial complexe et cohérent, qui prévaut encore chez de nombreux historiens de l’économie, a jusqu’à présent fait obstacle à une bonne appréciation des expériences antérieures en la matière » (2009, p. 557). Les conflits autour du temps de travail doivent donc être inscrits dans la longue durée des rapports sociaux de production et non seulement dans la durée relativement courte de l’industrialisation en Europe occidentale. Dès le Moyen Âge, des tentatives de rationalisation des temps de travail existent dans des domaines productifs multiples et des types d’organisation très divers. Nous voudrions donc tenter ici une esquisse large de ces conflits où le temps est un élément de la mobilisation des travailleurs, même s’il reste aussi souvent de l’ordre de l’implicite. Pour éviter une trop grande dispersion, nous choisirons l’essentiel de nos exemples en France, bien que les dynamiques ici évoquées concernent l’essentiel de l’Europe occidentale.

2Osons mettre à l’expérience, comme préalable, une trame pluriséculaire : du XIVe au XVIe siècle, on peut repérer des conflits qui portent clairement sur la remise en cause de la définition du temps de travail, notamment à propos des horaires quotidiens de la journée ouvrée ou des temps de pause ; à partir du XVIIe siècle, les niveaux de rémunérations sont désormais au premier rang des revendications tandis que l’argument d’une durée du travail qui serait excessive s’estompe. Tout se passe alors comme si la « révolution industrieuse » à l’œuvre dans les sociétés occidentales de l’Europe du Nord-Ouest (De Vries, 2008) avait déplacé le problème depuis la définition stricto sensu du rapport travail/oisiveté à celle du rapport travail/rémunération, et ce spécialement lorsque les salaires réels subissent une forte diminution. C’est d’ailleurs en partie ce qui explique que le temps de travail ne soit pas non plus au cœur des revendications du premier XIXe siècle : on accepte de travailler longtemps, tant le travail est incertain et le salaire dégradé. Aussi, bien plus que de radicales ruptures, c’est la continuité des formes et des motivations conflictuelles qui prévaut lors de la première industrialisation.

Des conflits liés au temps de travail depuis le Moyen Âge

  • 1 Nous ne pouvons pas, dans l’espace concédé, faire état de ce champ de réflexion très abondant, qui (...)

3En 1960, Jacques Le Goff a fait des XIIIe-XIVe siècles la charnière décisive entre le temps de l’Église, axé sur l’histoire du Salut, et le temps du marchand, mesuré et comptabilisé pour être l’objet de transactions (Le Goff, 1960). Si cette opposition est aujourd’hui grandement discutée (Arnoux, 2009), c’est bien au XIIIe siècle que de nombreux statuts corporatifs, alors définis ou mis par écrit, laissent entendre que le temps de travail est au cœur des discussions et des conflits dans de nombreuses villes occidentales (Dohrn-van Rossum, 1997), alors même que la question du « juste salaire » se développe dans les réflexions théorico-pratiques, à la suite de Thomas d’Aquin1. En ce qui concerne le temps, deux types de conflits sont à l’œuvre : d’une part, entre maîtres des corporations afin que la régulation soit identique pour chacun ; d’autre part, entre maîtres et salariés à propos de la durée du travail. Les rapports conflictuels peuvent alors prendre différentes formes : si les sources sont souvent laconiques, on en retrouve de nombreuses traces à la fois dans la législation et les arrêts des tribunaux qu’ils soient royaux, communaux ou corporatifs.

La définition conflictuelle de la journée de travail

  • 2 Cette idée était très présente notamment dans le bel article que E. P. Thompson a consacré en 1967 (...)

4Dès le Moyen Âge, rémunération à la tâche et rémunération au temps passé au travail voisinent, coexistent, s’interpénètrent, contrairement à l’idée ancienne selon laquelle la seconde aurait tardivement succédé à la première (Thompson, 1967)2. Or, jusqu’au XIXe siècle, les rémunérations du travail payé au temps le sont généralement à la journée. Dès lors, la question de la définition temporelle de la journée se pose. Longtemps a prévalu chez les historiens l’idée que la journée durait « naturellement » tant que le soleil éclairait les hommes. Les choses apparaissent en fait plus complexes (Polica, 1983, Goldthwaite, 1984, p. 410 ; Franceschi, 1993, p. 238) : l’un des objets des règlements corporatifs est assez souvent de définir l’extension temporelle de la journée ainsi que ses variations au cours de l’année. Celles-ci sont importantes car elles entraînent souvent des variations dans le montant des rémunérations qui sont bien entendu aussi au cœur des préoccupations, non seulement des acteurs économiques, mais aussi, on l’a dit, des théologiens soucieux de définir le « juste salaire », comme le « juste prix » des choses. Bien que ce ne soit pas son objet principal, Le livre des métiers, rédigé à l’instigation du prévôt des marchands parisien Étienne Boileau en 1268, énumère ainsi une centaine de métiers qui définissent la journée de travail, en choisissant éventuellement des repères différents les uns des autres (Lespinasse, Dohrn-van Rossum, 1997, p. 306).

  • 3 On en trouve ainsi à Venise, Florence, Ferrare, Novare, Padoue, Parme, Trévise, comme à Douai, Thér (...)

5Surtout, dès le XIIIe siècle, apparaissent en Italie comme en Europe du nord, spécialement dans les lieux de l’industrie textile, des cloches spéciales qui marquent le début et la fin du travail3. Après la Peste Noire de 1348, alors que la main d’œuvre se fait rare et que les rapports sociaux se tendent, de nouvelles séries d’autorisations montrent la diffusion de ces cloches. Des amendes sont prévues pour ceux qui ne respecteraient pas cette scansion d’un temps (re)construit qui, derechef, engendre des contestations. Sans multiplier les exemples, on peut voir des formes d’actions qui vont de la plainte juridique à l’insurrection. Ainsi, lors de la seconde moitié du XIIIe siècle, le maire de la ville textile de Provins provoque une émeute au cours de laquelle il est tué pour avoir reculé la cloche marquant la fin du travail (Dohrn-van Rossum, 1997, p. 310). Dans la Bruxelles du second XVe siècle, les tisserands se plaignent devant la guilde de certains maîtres qui ne respectent pas la cloche (Des Marez, 1904, p. 248).

6Ces cloches de travail se ne trouvent pas seulement dans les grandes villes textiles : elles règlent également le travail sur de nombreux chantiers urbains dès les XIIIe et XIVe siècles (de York à Florence, en passant par Londres et Milan). Au XVe siècle, à Bruxelles, de très nombreux métiers sont concernés par ces cloches (Des Marez, 1904). Surtout, elles régulent parfois le labeur en dehors des villes, signifiant clairement que la mesure du temps de travail n’est pas uniquement une préoccupation urbaine. Ainsi en trouve-t-on au XIVe siècle à Riga pour les travailleurs de la terre, autour de Wurtzbourg pour les ouvriers agricoles ou à Sisteron pour les travailleurs salariés ruraux (Dohrn-van Rossum, 1997, p. 311). Il faut donc revoir l’idée selon laquelle le temps mesuré ne serait que celui des grandes productions urbaines tandis que le temps de la campagne serait forcément naturel. Dès lors que des journaliers apparaissent en milieu rural, la question de la longueur de leur journée se pose et les conflits peuvent surgir. Le cas des vignerons de Sens et d’Auxerre en 1383-93 est emblématique (Maugis, 1924) : ici aussi la cloche marque le début et la fin du travail. Mais encore faut-il s’accorder sur le moment où l’on s’arrête de travailler : au début, à la fin de la sonnerie (qui, manifestement, dure un certain temps), ou même au signal préalable ? Chargé d’arbitrer le conflit, le Parlement de Paris affirme que le début et la fin du travail doivent être réglés par l’usage afin que les ouvriers soient rentrés chez eux pour l’heure du coucher du soleil, ce qui tend à indiquer que le temps du trajet doit être pris en compte. Ainsi, des luttes parfois violentes s’engagent pour la réduction de la durée du travail salarié, afin d’effectuer, le cas échéant, des activités complémentaires. Il ne faudrait cependant pas croire que tous les mouvements revendicatifs autour du temps de travail soient pour en diminuer la longueur : dans la mesure où le niveau des salaires est dès lors fortement dépendant du temps passé au travail, on trouve dès le XIVe siècle des mouvements pour allonger la journée et donc élever le salaire, comme c’est le cas, par exemple, des valets foulons d’Arras en 1315 (Le Goff, 1977, p. 68).

7Dans l’ensemble des organisations salariées, le travail dans les mines offre, plus que tout autre, « une contribution considérable à l’évolution de l’organisation du temps » (Dohrn-van Rossum, 1997, p. 318-20). Même si le plus ancien règlement connu à ce jour date de la fin du XIIIe siècle, des formes régulées de « journée de travail normale » existent sans aucun doute bien avant. Au XIVe siècle, des tours de huit heures, voire six, sont souvent organisés, comme c’est le cas, par exemple, dans le règlement minier de Breisgau en 1372. Philippe Braunstein montre d’ailleurs que « c’est autour du temps de travail que se livre le combat des uns pour le rendement, celui des autres pour la subsistance. Une tendance à la diminution du temps de travail s’affirme nettement sur les chantiers miniers de la fin du Moyen Âge, la semaine laborieuse comportant cinq jours et demi de huit heures des Vosges à la Carniole, de la Silésie au Lyonnais » (Braunstein, 1990, p. 335 ; repris in Braunstein, 2003, p. 170).

8D’une manière générale, le comptage du temps se développe donc. Le sablier, resté très longtemps bien plus précis que n’importe quelle horloge, est utilisé précocément dans les mines, puis sur les chantiers (Orvieto, 1365), ou même dans les ports pour réguler le travail des calfats (Gênes, premier XVe siècle). Mais l’horloge, instrument de prestige et d’ornement urbain (Landes, 1993) va aussi servir à mesurer de façon plus précise le temps de travail, à régler les cloches, et ce dès le XIVe siècle, comme cela semble être le cas à Florence (Stella, 1993, p. 123). Selon Dohrn-van Rossum, c’est à Valenciennes en 1358 que l’horloge est pour la première fois utilisée pour réguler les quatre signaux sonores journaliers de la cloche de travail. Elle est également prescrite en 1390 par le Parlement de Paris comme remède aux conflits qui éclatent à Beauvais entre tisserands et lainiers à propos des temps de travail (Dohrn-van Rossum, 1997, p. 313-18). Si l’horloge ne devient pourtant que ponctuellement l’indicateur normal des règlements du temps de travail, elle permet cependant une progressive déconnection du temps solaire ou du temps de l’Église, et accentue la possibilité de négociations des horaires : d’où la dénonciation de plus en plus fréquente des « mauvaises habitudes » des travailleurs ; « mauvaises habitudes » qui ne concernent d’ailleurs pas que le début et la fin de la journée, mais aussi les temps de pause intermédiaires.

Conflits autour des pauses

9Les règlements corporatifs, mais pas seulement, précisent de plus en plus souvent les pauses qui marquent la journée de travail et dont la fréquence et la longueur peuvent être sujets de conflits. Les régulations visent à encadrer des temps de pause maxima, égaux pour tous et pris au même moment. Pas question, théoriquement au moins, de déjeuner qui à 11 h, qui à 13 h. Ainsi les Coustumes ordinaires d’aller en l’ouvraige, tant en yver que en estes, desquelles l’on uze à Bruxelles et ens aultres villes de Brabant datant du XVe siècle, divisent l’année en onze périodes pendant lesquelles le travail quotidien varie entre 8 et 13 heures. Quand la durée de labeur est maximale, les pauses le sont aussi : une heure le matin, une heure l’après midi, en plus de la pause du déjeuner qui est toujours située entre 11 h et 12 h 30 (Des Marez, 1904, p. 242-50). C’est là, selon Des Marez, une condition « infiniment meilleure qu’en France où souvent les ouvriers n’ont aucune pause ». Il s’appuie pour ce dire sur un règlement royal promu en 1369 à la demande des bourgeois de Troyes. Suite aux désastres de la Grande Peste de 1348 et des guerres récurrentes, celui-ci réorganise la draperie contre la coutume des tisserands qui cessent « leurs ouvrages à certaine heure par jour, appelées au lieu, prisme dinée & relevée et par ce font petit profit à ceux pour cui il oeuvrent ». Le roi ordonne au contraire qu’ils

« soient tenus de oeuvrer tout le jour continuelment & semblablement tous Maçons, Charpentiers, Couvreurs, Vignerons, & autres ouvriers de quelque estat qu’ils soient dès le soleil levant jusque soleil couchant […] & en prenant leur récréation de boire et manger, compétemment, selon que Ouvriers doivent faire, & qu’ils ont usé et accoutumé de faire en la ville de Paris & autres bonnes villes du Royaume. »
(Secousse, 1736, p. 194)

10Le texte montre les ambiguïtés d’un temps qui reste solaire, alors même qu’en 1370 le même Charles V ordonne que toutes les horloges de Paris soient fixées sur celle du Palais Royal qui sonne non seulement les heures, mais aussi les quarts d’heure. Il manifeste également la volonté d’uniformiser les pratiques sur la coutume de Paris pour lutter contre les usages locaux des ouvriers, les « modes », comme on les appellera encore des siècles plus tard. Il ne s’agit pas pour autant de supprimer toutes les pauses. Il est cependant vrai qu’à Troyes, en 1372, une ordonnance du même Charles V rappelle, à propos d’un conflit portant sur le début du travail et sur les pauses, que les tisserands doivent apporter leur pain sur les lieux de travail dès le matin et « s’ils voulaient du potage, leur femme leur en devait prester au métier où ils travaillaient, afin qu’ils ne fussent en rien troublé dans leur besogne » (Ordonnances des rois de France V, n° 1358, p. 595-97).

11Quoiqu’il en soit, la réglementation des pauses, elles aussi sonnées, devient sans doute une pratique de plus en plus courante. Même avant la Peste, à Amiens en 1335, pour couper court à toute discussion, le maire et les échevins demandent au roi de pouvoir

« faire une ordenance quand les ouvriers en ladicte ville et banlieue d’icelle iroient chaque jour ouvrable à leurs ouvrages au matin, quand ils deveroient aller mengier et quand ils deveroient repairier à leurs ouvrages après mengier ; et aussi au soir, quand ils deveroient laissier oeuvre pour la journée ; et que par ladite ordenance que ils feroient, ils peussent sonner une cloche que ils ont fait pendre au Beffroi de ladicte ville, laquelle diffère des autres cloches.. »
(cité par Le Goff, 1977, p. 69-70)

12Cette ordonnance précise que les ouvriers doivent arriver pendant que la cloche sonne, tout retard entraînant une amende de cinq sous ou le retrait d’un quart de leur salaire journalier (Thierry, 1850, t. 1, p. 456-59). Si les contestations ne prennent pas fin pour autant, voilà qui permet de voir comment, au détour des conflits sur le temps de travail, des unités plus précises que la journée sont progressivement instaurées.

Les retards, le travail supplémentaire et l’invention du travail « à l’heure »

  • 4 C’est-à-dire après les vêpres, dont la place dans la journée a elle-même varié.
  • 5 C’est ce que l’on retrouve également à Padoue au XVIe siècle, cf. Andrea Caracausi, 2011b : « la me (...)

13Cette discipline, destinée à prévenir tout relâchement, tout manquement, toute contestation aussi, conduit dans certains cas les parties prenantes à définir de plus en plus précisément ce que peut être la durée du travail. C’est essentiellement à propos de la prise en compte et de la mesure des retards et des heures supplémentaires que sont mises au point, à partir du XIVe siècle, dans le textile et le bâtiment d’abord, de nouvelles divisions de la journée et de nouvelles formes de salaires. Dans le textile, dès lors que la « journée » de travail est définie, des temps supplémentaires, rémunérés à part, peuvent apparaître et susciter des conflits. Ainsi, les foulons parisiens du XIIIe siècle s’engagent-ils à la journée ou à la « vesprée »4 dont le temps est lui-même établi par le prévôt après une plainte des ouvriers : désormais, ce temps de travail vespéral ne doit pas durer au-delà du soleil couchant (Fagniez, 1877, p. 82). On parle également dans certaines comptabilités florentines du XIVe siècle de veglia (veille) qui va du soir à minuit et de notte (nuit) qui sont payées toutes les deux une demi-journée de travail, ou encore de lunata (lunée) ou de serata (soirée) valant un quart du salaire journalier (Dini, 1984). Sans multiplier les exemples, on voit donc que la journée peut dès lors être fractionnée en unités temporelles plus courtes dont le temps et la rémunération peuvent être l’objet de conflits5.

14De même, la comptabilité des retards, signe d’une mesure de la ponctualité, peut déjà prendre la forme de sanction salariale. C’est ainsi que lors de la construction de la cathédrale d’Orvieto au XIVe siècle, un surveillant du chantier met en place une horloge et note les temps de travail de chacun, en une unité, la « dotta », dont on ignore malheureusement l’ampleur temporelle. Sur le chantier de Milan, par contre, un décompte tout à fait « moderne » est effectué en 1387 dans les contrôles des temps de travail et des pauses, les pertes étant calculées en heures de travail. De même à Nuremberg au XVe siècle, les salaires versés le samedi peuvent être augmentés des heures supplémentaires ou diminués des heures perdues. En somme, « le calcul d’une mesure abstraite de travail dont on fait un facteur de coût représente la limite de l’abstraction comptable des XIVe et XVe siècle » (Dohrn-Van Rossum, 1997, p. 326).

15Mais toutes les heures ainsi dénommées font-elles 3 600 secondes ? C’est ce dont on peut douter : Mathieu Arnoux invite à ne pas se méprendre sur des appellations qui ne sont parfois que nominalement similaires aux nôtres (Arnoux, 2009). Dans les contrats en vigueur dans la sidérurgie, par exemple, une heure désigne souvent un temps d’utilisation pour chacun des associés de l’implantation et correspond à une journée et une nuit. Même dans le textile florentin analysé par Bruno Dini, il est possible qu’une heure désigne plutôt le temps d’un processus technique (ici le temps de purge d’une pièce) qu’une de nos heures. Ces incertitudes persistent d’ailleurs beaucoup plus longtemps qu’on ne peut le croire. Il faut donc rester très prudent sur la signification temporelle d’appellations dont nous n’avons pas forcément la clé. Mais deux leçons peuvent néanmoins être retenues : des fractions de journées existent dans certains endroits bien avant l’époque moderne ; elles témoignent indubitablement du développement de la volonté de mesure du temps qui est à la fois l’œuvre des employeurs, soucieux de contrôler et de discipliner leurs ouvriers, et de travailleurs désireux de négocier le temps passé au service de leurs maîtres.

16Mais quelle est alors l’importance du labeur ainsi rémunéré à la journée ? Il est malheureusement impossible de connaître le pourcentage des travailleurs payés au temps à la fin du Moyen-Âge, les proportions variant énormément selon les types d’occupations. Sans doute sont-ils minoritaires, l’essentiel du travail étant réalisé à la commande ou à la tâche (Dohrn-Van Rossum, 1997, p. 302) : des formes de travail où le temps n’est pas comptabilisé… et ne génère pas de conflits ?

Les conflits cachés sur le temps de travail à façon

17Notons tout d’abord que l’essentiel de la législation portant traces des conflits entre employeurs et travailleurs concerne le travail au temps ; le travail à façon a été peu interrogé jusqu’à présent sous ses aspects temporels, tellement est forte l’idée selon laquelle les prescriptions liées au temps y sont, sinon tout à fait inexistantes, du moins extrêmement limitées. Néanmoins, l’étude d’Andrea Caracausi sur l’industrie de la laine padovane du XVIe siècle remet en cause cette idée (Caracausi, 2011b, p. 18). De fait, il est peu vraisemblable que dans des industries textiles, largement fondées sur la décentralisation et la parcellisation des tâches, des contraintes temporelles ne soient pas imposées pour coordonner de façon régulière l’ensemble du processus productif. L’étude des conflits portés devant le tribunal corporatif montre en effet que les ouvriers payés à façon doivent rendre leurs travaux dans un temps donné, certes davantage spécifié par la coutume que par la lettre des contrats, et dont le tribunal est en l’occurrence le garant et le juge. Voici ce qu’en dit Andrea Caracausi :

« Comment les marchands pouvaient être sûrs de la bonne exécution des travaux selon les temps établis ? Dans le processus de production de la laine, l’un des principaux problèmes était lié au tissage des draps, dans une large mesure opéré dans des ateliers extérieurs. Dans ce cas, en plus de la convention établie entre les marchands et les tisserands, le tribunal servait à déterminer le moment de la livraison. Au XVIe siècle, le temps du tissage des draps a été fixé en moyenne à une quinzaine de jours. Le 4 mai 1534, les juges décident que le tisserand Giovanni Bergamasco devait terminer dans les 15 jours le tissage pour le marchand Giovanni Maria del Bin. Si les draps étaient au nombre de deux, le temps imparti était de 25 jours. Un tel rapport entre le temps et le travail a également été fixé dans la filature. La fileuse Lucia Quagiola a été contrainte de retourner au marchand de laine Daniele chaque semaine un pizum de laine, c’est-à-dire 5 livres. À la fin du XVIe siècle, ce problème a été en grande partie « décentralisé » avec l’utilisation des « agents-filloni » qui fournissaient les matières premières et contrôlaient la livraison des produits semi-finis selon des temps établis par les marchands. La marchandisation du temps de travail concernait donc aussi les ateliers à domicile et une relation précise entre le salaire au temps et le salaire à la pièce était ainsi définie. »
(Caracausi, 2011b, p. 23)

18Cette étude montre également que les employeurs ne sont pas les seuls à porter devant le tribunal des litiges relatifs au temps de travail. Certes minoritaires, les ouvriers « agissaient aussi devant les tribunaux, demandant aux patrons soit des paiements “immédiats”, soit qu’ils leur confient des travaux ou encore qu’ils leur donnent du travail dans leurs ateliers selon les temps définis dans les contrats. Les travailleurs étaient tout aussi conscients que le “temps était argent” ». Voilà d’ailleurs ce qui pourrait expliquer que l’on trouve des sabliers dans le contexte du travail à domicile (Dohrn-Van Rossum, 1997, p. 330) ou que des conflits domestiques s’y développent (Arnoux, 2009).

19Si telle est la situation au tout début de l’époque moderne dans les industries les plus avancées du temps, l’apparente perte d’intensité de ces conflits par la suite semble surprenante.

Les déplacements de la question aux XVIIe et XVIIIe siècles

Le temps de travail est-il encore au cœur des enjeux ?

  • 6 Ainsi le règlement de la manufacture Van Robais, datant de juin 1716 prévoit une liste d’amendes po (...)

20Au XVIIe siècle, les cloches et le contrôle de la régularité du travail dans les grandes manufactures de l’époque moderne ne sont pas moins présents qu’au Moyen Âge : la manufactures des Rames, installée à partir de 1665 par le Hollandais Van Robais à Abbeville, celle d’indiennes que l’Allemand Christophe-Philippe Oberkampf dresse à partir de 1761 dans le village de Jouy-en-Josas (Dewerpe, Galupeau, 1990), ou encore celle de papier des frères Montgolfier à Vidalon-le-haut (Rosenband, 2005) sont des cas bien connus d’exigence de ponctualité. On pourrait sans mal allonger la liste de tous les entrepreneurs qui édictent des horaires, placent des portiers et des contrôleurs, ferment la porte au nez des ouvriers en retard et prévoient des amendes en cas de jour perdu6. La comptabilité des horaires de travail prend dans certains cas, certes exceptionnels, des allures qui n’ont rien à envier aux pointeuses du XXe siècle : outre la manufacture de porcelaine de Wedgwood, qui passe pour un modèle du genre (Machet, 2008), la manufacture de fer des Crowley, installée au début du XVIIIe siècle dans le Nord de l’Angleterre, met également en place une gestion particulièrement minutieuse des temps de travail (Flinn, 1962). Le contrôle strict des horaires et de l’intensité du travail, sanctionné par des règlements de fabrique que tous les ouvriers sont contraints de suivre sous peine d’amendes, est donc bien antérieur au règne de l’usine, même s’il est encore loin d’être généralisé.

21On peut donc s’étonner de ne pas trouver de mention évidente du temps dans les 462 conflits du travail analysés, dans le cadre du royaume de France, par Jean Nicolas entre 1660 et 1789 (Nicolas, 2002). Certes, la « collecte (est) bien réduite si l’on pense à la multitude des engagements réciproques, des échanges verbaux, pacifiques ou tensifs, qui tissaient quotidiennement les relations de travail dans tout le royaume. Mais tel que, ce résultat constitue l’échantillon le plus large et le plus diversifié rassemblé à ce jour » (Nicolas, 2002, p. 292). Les salaires constituent à eux seuls plus de 32 % des conflits ainsi recensés. Est-ce à dire que non seulement on ne compte pas son temps, mais qu’en plus les contraintes temporelles sont déjà largement intériorisées ? Ou les conflits ne sont-ils qu’individuels et donc particulièrement sous-représentés dans cet échantillon qui prend forcément en compte les affaires les plus importantes, considérées comme des rébellions au yeux de l’État et donc traitées comme telles devant les tribunaux royaux ? Il peut être significatif à ce propos de noter que la seule grève connue dans la fabrique Van Robais, l’année même de la promulgation du règlement intérieur de fabrique en 1716, ne porte pas du tout sur les horaires, les amendes ou le contrôle du temps de travail, mais bien sur le chômage forcé et les faibles salaires auxquels les astreint l’entrepreneur contre lesquels les ouvriers envoient une délégation au Conseil royal (Rhulman, 1948, p. 73, Lemarchand, 2011).

22Néanmoins, le montant des rémunérations a évidemment partie liée avec le temps de travail, si, comme le notent la plupart des penseurs « mercantilistes », il faut de bas salaires pour contraindre les ouvriers à travailler. Le travail est à la fois rédempteur pour le peuple et producteur de richesses pour le roi. John Hatcher rappelle les prises de positions des autorités anglaises qui contraignent les ouvriers à venir travailler six jours sur sept et non quatre, voire trois selon leurs « mauvaises » habitudes en période de salaires élevés et de baisse des prix des grains (Hatcher, 1998). Les termes de l’équation changent un peu partout dans la seconde moitié du XVIIIe siècle lorsque la dégradation des salaires réels est très nette. Le surplus de bras disponibles, lié à la croissance démographique, entraîne tout à la fois la hausse des prix alimentaires et du chômage. Le ton de beaucoup d’observateurs change alors : de la dénonciation de l’insolence, de l’oisiveté et des excès de consommation (notamment d’alcool bien sûr) des pauvres, on passe à l’apitoiement sur leur incapacité à se nourrir. Pourtant, l’idée défendue par Adam Smith selon laquelle « les salaires sont un encouragement à l’industrie » n’a pas encore vraiment fait son chemin dans les esprits « éclairés ». Dans les années 1780, un auteur aussi connu qu’Arthur Young n’affirme-t-il pas toujours : « Tout le monde à part les idiots sait que les classes inférieures doivent être maintenues dans la pauvreté, sans quoi elles ne seront jamais industrieuses ».

23Ce devait être aussi un moyen de mettre au travail l’importante main-d’œuvre des campagnes. De fait, la conjugaison de bas salaires dans des périodes de cherté a peut-être joué un rôle plus important dans le développement de la « révolution industrieuse » que l’attrait de la consommation dont parle Jan de Vries (de Vries, 2008 ; Van Nederveen Meerkerk, Schmidt, 2009). En tous cas, l’essaimage rural des productions industrielles contribue sans doute à la raréfaction des conflits liés au temps de travail. La flexibilité spatio-temporelle de ce système de travail arrange tout le monde. Les marchands-fabricants de la ville bénéficient ainsi de la souplesse d’une offre de travail peu rémunérée ; les ouvriers-paysans ont de leur côté la possibilité de passer d’une activité à l’autre en fonction de leurs besoins et de leurs intérêts. Dans ce cadre, les conflits liés au temps ont peu de chance de se développer.

24Dans les métiers ayant de plus longues traditions de lutte et où les horaires sont précisément définis, la moisson de conflits apparaît également étonnamment faible, même si les archives corporatives et judiciaires sont loin d’avoir été toutes dépouillées. Un moment particulièrement propice aux contestations est le grand « carnaval » suscité par la suppression des corporations par Turgot en 1776, immédiatement suivie de leur restauration dans des conditions cependant nettement modifiées (Kaplan, 2001). Un certain nombre de conflits liés aux temps de travail ont alors lieu, spécialement quand les nouvelles corporations regroupent des métiers ayant des astreintes différentes. C’est le cas des relieurs parisiens, une profession où les compagnons apparaissent comme particulièrement revendicatifs depuis le XVIe siècle (Chauvet, 1959) et qui entraînent alors dans leur mouvement les doreurs de livres et les brocheuses. Désormais regroupés avec les papetiers colleurs et cartonniers, ils demandent à travailler 14 heures par jour comme le font leurs nouveaux collègues et non 16 heures comme les y astreint leur règlement. Malgré un succès initial, le mouvement est rapidement réprimé, les accusés et témoins entendus au Châtelet (Chauvet, 1959, p. 352-6). Chez les chapeliers lyonnais, la demande d’une amélioration de l’horaire de travail, qui a déjà émergé lors d’une révolte en 1786, se fait plus insistante sous l’Empire : certaines catégories d’ouvriers (les « apprêteurs ») demandent à travailler dix heures au lieu de douze et semblent appliquer eux-mêmes cette revendication : « depuis quelques années ils ont retranché de leur journée une heure et demi de travail… » (De Francesco, 1979, p. 198, Sonenscher, 1987). Il n’a d’ailleurs pas forcément fallu attendre la fin de l’Ancien Régime pour que de telles revendications se fassent jour : en effet, dès le XVIIe siècle, les imprimeurs lyonnais demandent à ce que leur journée, il est vrai exceptionnellement longue puisqu’elle est censée commencer à 2 h du matin, soit alignée sur celle de Paris qui commence à 5 h pour finir à 20 h (Chauvet, 1959, p. 221).

25Cependant, les revendications à propos du temps de travail ne concernent pas uniquement la réduction des horaires. Certains, on l’a dit, se battent pour pouvoir travailler. D’autres, les plus nombreux, pour pouvoir travailler quand ils le veulent, c’est-à-dire souvent pour conjuguer des activités laborieuses différentes. Ainsi, les papetiers sont parfois acteurs de conflits a priori surprenants. Les fabriques se sont développées le plus souvent à la campagne ou dans de petits centres, particulièrement dans le Massif Central, hors de toute organisation corporative, même s’il existe une très importante réglementation, à la fois locale et nationale (Rosenband, [2000] 2004). C’est surtout une industrie où les formes de solidarité entre compagnons qualifiés sont très fortes et où les patrons se lamentent régulièrement d’avoir à en subir les « modes ». Parmi celles-ci, l’habitude de venir travailler avant 3 h du matin, au grand dam des fabricants, obligés de payer les chandelles nécessaires à ce surcroît de travail de nuit. Pourquoi cette attitude des ouvriers ? Pour pouvoir vaquer à leurs propres occupations, travail, loisir, confrérie, plus tôt dans l’après-midi (Briquet, 1897, p. 168). L’intendant édicte, en 1727, un règlement leur interdisant à l’avenir de telles pratiques, avec un succès que l’on devine mitigé.

Travailler à sa convenance

26Dans les rares occasions où les sources nous permettent d’observer non pas seulement la lettre des réglementations, mais aussi la pratique des ouvriers, c’est la variété des horaires de travail qui domine, et ce y compris pendant une bonne partie du XIXe siècle. Gérer son temps comme on l’entend reste une habitude, au moins dans l’artisanat. Mais les témoignages sont rares et il faut les prendre avec précaution. Parmi ceux-ci, Rétif de la Bretonne décrit sa semaine de labeur comme compagnon compositeur-typographe chez Hérissant en 1757 : « lundi 7 h - 16 h 30 ; mardi 6 h - ? ; mercredi 5 h - ? ; jeudi 4 h – 22 h ; samedi 3 h - ? » (Minard, 1989, p. 63). Comme le note A. F. Momoro dans son Traité de l’imprimerie, « Si le lundi on n’est pas en train, sur la fin de la semaine, on roule grand train par rapport à la banque » (Mormoro, 1793, cité par Minard, 1989, p. 63).

  • 7 Comme celle de ce maître relieur, Barutel, au début du XVIIIe siècle : « ils s’enivrent ordinaireme (...)

27La question lancinante des rapports entre employeurs et employés, dans l’artisanat comme dans la fabrique, tourne donc autour de l’aménagement du temps dans la semaine. Si l’on retourne aux affaires analysées par Jean Nicolas, plus de 25 % des conflits concernent ce que l’auteur a regroupé sous le terme de « liberté au travail, résistances aux manufacturiers et aux entrepreneurs », dont il ne nous dit pas grand chose. Parmi les 258 conflits du travail concernant l’indiennage jugés par les échevins de Rouen entre 1765 et 1791, 73 (plus de 28 %) touchent la discipline industrielle (Chassagne, 1991, p. 171). Parmi les « mauvaises pratiques » régulièrement dénoncées, celle de l’absentéisme du lundi que Villermé constate encore dans certaines industries mécanisées du XIXe siècle : c’est ce que l’on a coutume d’appeler, de façon un peu blasphématoire, le « saint Lundi » où, après le repos dominical consacré normalement à Dieu et à la famille, on retrouve les amis (Villermé, 1840). Rétif, lui, ne chôme pas le lundi dans sa semaine type, mais combien d’autres le font ? On manque en France d’études comparable à celle de Reid (1979 et 1996) ou de Voth (2000) sur l’Angleterre. Au fil des dénonciations sporadiques et potentiellement tendancieuses7, on est informé d’une pratique dont on connaît mal l’importance sur le continent, malgré l’étude de Robert Beck sur le XIXe siècle français (Beck, 2004). Mais il est clair que la volonté d’aménager son temps comme l’on veut est source de tensions particulières entre employés et patrons, maitres et compagnons. Plus encore, la question du « congé » mobilise les ouvriers, les employeurs et le roi.

  • 8 Le compagnonnage est une forme d’organisation ouvrière théoriquement interdite, dans les faits plus (...)

28L’un des contentieux les plus lourds des relations de travail sous l’Ancien régime est sans doute celui qui concerne les modalités de la rupture du contrat de travail. Partir quand et comme il veut est l’une des principales garanties de la « liberté » de l’ouvrier par rapport à son employeur. Toutes les études montrent en effet l’importance du turn over dans l’artisanat comme dans les fabriques, une caractéristique que l’on retrouve encore pleinement au cœur de la première industrialisation. Le départ sans préavis est aussi une puissante arme entre les mains des ouvriers : sous la menace du départ, individuel ou collectif, les maîtres sont souvent obligés d’accepter les conditions réclamées par leurs employés, de quelque nature qu’elles soient (aménagement des temps de travail, salaires, respect des coutumes ouvrières etc.). Tous, du maître artisan aux véritables entrepreneurs de fabrique, l’expliquent régulièrement aux autorités, en mettant en avant la peur d’un renversement de l’ordre social : les ouvriers sont régulièrement accusés de « donner la loi à leurs maîtres » (Kaplan, 1979). Et ce d’autant plus qu’existent dans un certain nombre de métiers des formes d’organisations ouvrières, qu’elles soient ou non compagnonniques, dont l’un des principaux moyens de pression est de mettre en « interdit » les boutiques des maîtres récalcitrants, quand il ne s’agit pas de « damner » une ville entière8. De cette façon, c’est aussi souvent la maîtrise de l’embauche qui est en jeu.

29De ce fait, les employeurs, dans les contrats écrits d’apprentissage ou de travail lorsqu’ils existent, les corporations ou les autorités politiques locales ou nationales, ont tenté de fixer les conditions temporelles de la rupture du contrat de travail. Ceux qui s’en vont au gré de leur fantaisie, de leurs doléances ou de leurs revendications peuvent alors être classés comme contrevenants : des amendes, voire des peines de prison sont alors prévues. Là encore, aucune étude d’ensemble n’a été faite sur le sujet. On connaît la progression de la législation au gré des études sur tel ou tel métier. Trois choses sont néanmoins indubitables : la croissance des conflits et des réglementations dans la première moitié du XVIIIe siècle, la force des obligations temporelles dans les manufactures royales (il faut deux ans de préavis à un ouvrier pour quitter la manufacture royale des glaces (Hamon, Perrin, 1993), l’avènement d’une législation à l’échelle du royaume dès le XVIe siècle, puis au XVIIIe siècle. C’est d’abord l’ordonnance de Charles IX de 1571 qui oblige tous les maîtres à vérifier que les ouvriers qu’ils embauchent sont munis d’un congé de leur précédent employeur (Nicolas, 2002, p. 294) : elle n’a théoriquement jamais été abolie et n’a sans doute jamais vraiment été appliquée. La même obligation est réitérée en 1749 (Minard, 1998, p. 296-300) : il n’est pas certain qu’elle ait eu beaucoup plus d’application que la précédente. En tous cas, ce contrôle est encore théoriquement renforcé par les lettres patentes de septembre 1781 dont le but est « d’entretenir la subordination parmi les ouvriers ». Il est dorénavant interdit de quitter l’ouvrage sans préavis, de cabaler pour les placements, de recueillir des fonds de confrérie. Obligation est faite à chaque ouvrier de posséder un « livre ou cahier » avec tous les billets de congés paraphés par les maîtres ou par les bureaux de police. Beaucoup en ont fait l’ancêtre du livret ouvrier rendu obligatoire par la législation impériale (sur ce sujet voir Dewerpe, 2010).

30Il est absolument impossible d’évoquer ici tous les conflits que ces diverses mesures ont générées (Kaplan, 1979). Qu’il soit néanmoins permis de citer la protestation indignée adressée au Conseil du roi par les ouvriers relieurs en 1723, alors qu’un nouveau règlement leur imposait une amende de 50 livres en cas de départ sans préavis :

« les plus vils domestiques jouissent en France de la liberté ; ils sortent de chez leurs maistres quand il leur plait. Tout est libre sous l’heureux empire de nos rois, il n’y a que les suppliants qu’on veuille enchaîner pour ainsi dire à leurs maistres »
(Chauvet, 1959, p. 161)

31Ce qui frappe dans cette histoire de longue durée, c’est l’attitude ouvrière face au livret au XIXe siècle, beaucoup plus ambiguë que le rejet total manifesté par leurs prédécesseurs, conscients qu’on leur enlevait ainsi leur principal moyen d’action et l’une de leurs « libertés fondamentales » (Sonenscher, 1989 ; Dewerpe, 2010).

Les conflits autour du contenu du temps de travail

  • 9 C’est, selon Furetière, « l’espace de chemin que l’on peut faire facilement en un jour. Elle est fi (...)

32Enfin, nous voudrions évoquer, même rapidement, une dernière série de conflits dont les enjeux liés à la durée du travail sont relativement masqués, mais bien réels : que fait-on, que doit-on faire dans une journée ou une heure de travail ? Le risque du temps perdu à ne rien faire est clairement perçu de façon précoce par les employeurs et peut devenir un objet de conflits avec leurs employés. De ce fait, des tentatives pour mesurer le travail accompli dans le temps payé ont dû exister dès le Moyen Âge : au fond la journée n’est-elle pas, dans le domaine agricole, la mesure de ce qu’un homme est capable de travailler en un jour9 ? Mais il nous semble que la formalisation du rendement attendu des ouvriers ne prend vraiment forme, dans un nombre limité de métiers (l’enquête doit cependant être poursuivie) qu’à l’époque moderne, surtout à partir du XVIIe siècle (voir aussi Maitte, 2011, Conchon, 2011) et la plupart du temps au terme de conflits assez rudes entre employés et employeurs.

33L’imprimerie semble être un domaine où l’on a précocement défini ce qu’un ouvrier doit faire en une journée de travail. Un texte du XVIIe siècle rappelle les formes d’embauche des compagnons imprimeurs et notamment ce que l’on appelle le « travail en conscience » :

« les compagnons imprimeurs ont de tout temps travaillé au mois, ce qui veut dire être embauché. Ce mot d’embauche veut dire qu’ils ont fait marché de travailler sur tel ou tel ouvrage, et d’en faire tant de pages par jour… »
(Chauvet, 1959, p. 430)

34De nombreuses contestations ont opposé maîtres et compagnons à propos de ce rendement quotidien. C’est, semble-t-il, pour la première fois en 1572 que l’on définit de façon globale ce qu’un imprimeur doit faire : 2 650 feuilles par jour à Paris, mais 3 550 à Lyon. Faut-il croire que pendant un siècle une telle différence de rendement a réellement existé entre Lyon et la capitale ? Rien de permet de le savoir. Mais en tous cas, en 1653, les imprimeurs lyonnais demandent, non seulement de travailler selon les mêmes horaires qu’à Paris, mais aussi d’être astreints à la même quantité de travail, laquelle venait d’être nouvellement fixée en 1650 : « que la journée des dits Compagnons imprimeurs ne sera, à l’avenir, que de 2 500 feuilles pour les livres qui seront imprimez tout noir, et de 2 200 feuilles pour les livres qui seront imprimez rouge et noir… ». Le Parlement n’accède toutefois pas entièrement à leur requête et décide « que lesdits compagnons ne feront à l’avenir plus de 3000 feuilles par jour des livres qui seront imprimez » (cité par Chauvet, 1959, p. 221-2).

35Ce travail « en conscience » est, selon Nicolas Delamarre (auteur du premier Traité de police, publié à partir de 1707) le plus pratiqué jusqu’à la fin du XVIIe siècle car il permet aux maîtres d’effectuer des retenues sur le salaire des compagnons en cas d’absence et d’obtenir ainsi plus d’assiduité :

« le maistre lui rabat à proportion du tems qui s’est perdu, en sorte qu’il perd plus, en faisant la debausche une ou deux journées seulement, qu’il ne sçaurait en gagner toute une semaine et c’est cela qui empeschoit qu’ils ne fissent leur débauche »
(cité par Chauvet, 1959, p. 431).

36À la fin du XVIIIe siècle cependant, seuls les meilleurs compagnons sont ainsi rémunérés, tous les autres étant désormais payés à la pièce.

37Dans le domaine amont de la papeterie, à la suite d’une grève de plus d’un mois des ouvriers d’Ambert à la fin du XVIIe siècle, l’intendant de la région prépare un règlement général sur le travail, ensuite approuvé par le conseil du roi le 20 novembre 1688, puis lu et publié aux prônes des paroisses concernées (Briquet, 1897, p. 167). Il prévoit désormais, outre l’obligation pour les employeurs de nourrir les ouvriers les dimanches et fêtes aussi bien que les jours ouvrables, l’obligation d’un délai réciproque de six semaines pour rompre tout contrat de travail, et, surtout, la quantité de travail à exécuter chaque jour dans chaque cuve. Là encore, il n’est pas du tout certain que la pratique corresponde ensuite à cette décision, mais elle est tout à fait révélatrice d’une volonté de mesurer et de fixer les termes du travail à accomplir dans un temps donné, qui sera également une des obsessions des Montgolfier lors de leur rénovation de la manufacture de Vidalon dans les années 1780 (Rosenband, 2005).

38Toujours à la fin du XVIIe siècle, Vauban se met à mesurer précisément ce que peut et doit faire un ouvrier sur les chantiers de construction des forteresses (Virol, à paraître), alors que se multiplient les mesures physiques du travail humain (Fonteneau, 2012) ; Gervase Markham avait déjà tenté d’évaluer ce que pouvait représenter le travail d’une journée de fauchage, en fonction du type de blé un demi siècle plus tôt (Markham, 1649). Dans son étude sur l’industrie drapière sedanaise, Gérard Gayot montre également l’importance de cette préoccupation qui pousse, en 1698, à l’instauration de salaires au rendement « camouflés » sous l’apparence de salaires horaires dans le secteur particulièrement sensible de la finition des draps :

« la base horaire n’est pas la vraie base ; ou plutôt elle n’est qu’une norme de productivité élevée à atteindre ou à dépasser, si l’on veut, si l’on peut…le tarif reste immuable mais le temps pris pour l’accomplir est laissé libre à qui est capable de le bien faire. À la fin du XVIIe siècle, les manufacturiers et les ouvriers de Sedan ont donc choisi la forme d’un salaire au rendement… »
(Gayot 1998, p. 122 et 137).

39Ce règlement, promulgué par l’intendant de Metz à la suite d’un conflit dont nous ne savons malheureusement rien, oblige également les fabricants à fournir du travail aux ouvriers pendant les deux tiers de l’année. Il est ensuite la base des conflits récurrents dans ce secteur de pointe de la manufacture sedanaise (Gayot, 1998). En résumant ce long épisode de confrontation entre patrons et ouvriers tondeurs, qui culmina dans les deux grandes grèves de 1748 et de 1750 (respectivement 24 et 42 jours de cessation de travail), on peut dire que le temps est de façon cachée, mais assez constante, l’un des motifs des oppositions : les compagnons tondeurs, payés au rendement, ont en effet tout intérêt à ne pas faire les tâches dévoreuses de temps qui ne sont pas comprises dans leur tarif ; ils s’en déchargent donc sur les apprentis et les compagnons « gagés », nouvellement apparus, payés au mois. Une partie des fabricants, au contraire, veut leur imposer ces corvées qui rendraient leur travail moins cher et permettraient d’accroître le rendement de ceux payés « véritablement » au temps. Bref, derrière des revendications d’où le temps de travail est apparemment absent, il constitue au contraire la toile de fond de conflits extrêmement durs : les tondeurs en sortent perdants, une fois que les fabricants « bien intentionnés », comme les appellent l’intendant et l’inspecteur des manufactures, ont réussi à imposer leurs vues à l’ensemble de leurs confrères. « Bien intentionnés », c’est-à-dire bien décidés à mettre à bas la force de leurs ouvriers, si possible en créant un volant d’une cinquantaine d’ouvriers sans travail qui permette de tenir les autres dans leur « devoir ».

40Tenir les ouvriers dans leur « devoir », c’est manifestement ce que n’ont pas réussi à faire les maîtres chapeliers des grandes villes du royaume (De Francesco, 1979, Sonenscher, 1987). Dans les années 1770, certaines catégories d’ouvriers payés à la journée imposent, dans les plus grosses fabriques de Lyon, Paris et Marseille, de ne pas produire plus qu’une certaine quantité de chapeaux par semaine, puis par jour (neuf par semaine en 1773 et deux par jour en 1817) : c’est ce qu’ils appellent une « fabrique réglée ». Ce quota, bien inférieur à ce qu’ils peuvent réellement faire, leur permet à la fois de maintenir une main-d’œuvre plus importante et, à partir de l’Empire, de réduire d’eux-mêmes leurs horaires de travail (soit en partant plus tôt, soit en prenant des pauses supplémentaires d’une heure et demie). À travers ces conflits qui montrent des circulations importantes entre les différents centres de production sur plus d’une génération, Michael Sonenscher a analysé l’existence de deux conceptions différentes du travail : du côté des ouvriers, le travail est considéré comme une production sociale, et il est par conséquent investi de droits généraux et d’obligations de la part de la société ; du côté patronal, le travail est une capacité de production et il est investi de droits particuliers et d’obligation pour les producteurs (Sonenscher 1987 et 1989). Au cœur du conflit, l’utilisation du temps de travail vendu…

1791-1848 : continuité ou rupture ?

  • 10 Nous restons assez sceptiques sur ce sujet.

41Dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, le contexte économique se modifie suffisamment pour que soit inaugurée une ère nouvelle. Si la fin des corporations ne remet pas en cause la permanence des métiers, si la proto-industrialisation continue de se répandre, l’affirmation progressive des formes concentrées et mécanisées du travail introduit une nouvelle donne. Qui plus est, avec la Révolution et l'Empire, le cadre institutionnel s'infléchit nettement. Certes, la protestation ouvrière n'avait cessé d'être condamnée par les ordonnances royales et réprimée par les autorités, mais la loi Le Chapelier en 1791, puis le Code civil en 1803, enfin le Code pénal en 1810 interdisent d'une manière de plus en plus sévère toute coalition ouvrière au nom de la liberté du travail et des relations contractuelles qui prévalent désormais de manière exclusive entre employeurs et employés (et dont l’instauration du livret est la traduction directe). La protestation collective ne disparaît évidemment pas pour autant et, dans la pratique, les autorités transigent plus d'une fois. Toutefois, la répression devient quasiment la norme tandis que l’institution du tribunal des Prud’hommes atomise les revendications, brise assez souvent la portée collective de la contestation en individualisant les conflits, même si, aux dires d’Alain Cottereau, un « bon droit du travail » est alors instauré, avant d’être successivement nié (Cottereau, 1987, 2002)10.

La durée du travail : un motif de protestation second, étroitement localisé

42Dresser un inventaire à prétention exhaustive des conflits individuels ou collectifs qui portent sur la durée du travail au cours de la première moitié du XIXe siècle relève de la gageure. À l’instar de ce dont l’historien dispose pour une ville ouvrière comme Nantes (Guicheteau, 2008), combien de dépôts d’archives départementales et municipales ne recèlent-ils pas de notations parfois très brèves mais qui, par le truchement du commissaire de police ou du maire, permettent d’exhumer quantités de litiges et de conflits ? Ceux-ci pourraient probablement révéler combien le temps de travail fait l’objet de tensions qui, sans trouver nécessairement une traduction judiciaire ou provoquer quelque attroupement, traversent l’histoire des rapports sociaux au travail…

  • 11 Que faut-il penser, ceci étant dit, de cette pratique du « Saint Lundi », qui serait comme un refus (...)

43S’agissant des conflits individuels révélés par la justice prud’hommale, seule la fabrique de Roubaix a fait l’objet d’une approche sérielle sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, entre 1825 et 1848 (Delsalle, 1985). Tant dans les filatures implantées en ville que chez les tisserands disséminés dans les campagnes environnantes, les conflits concernant la durée du travail sont très minoritaires (ibid., p. 101-140). Dans les filatures, seul l'absentéisme constitue une contestation du temps de travail portée devant les Prud'hommes. Quelques affaires voient notamment dénoncer la pratique du « saint Lundi »... mais elles sont bien peu nombreuses dans les usines au sein d’une région où l’on a par ailleurs coutume de voir les machines cesser de fonctionner plus tôt ce jour-là que les autres jours11. Évidemment, ce sont les patrons qui prennent l’initiative de porter ce type d’affaire en justice, même s'il arrive que des fileurs et des rattacheurs (quelque fois représentés par le contremaître) se disputent. Toutefois, l'absentéisme ne constitue que de 0 à 6 %, selon les années, des affaires jugées.

44Dans les campagnes, faute de conciliation entre les parties, les réclamations de paiement ou le bien-fondé des retenues conduisent les travailleurs proto-industriels à porter un conflit devant les juges, de manière au fond assez semblable à ce que Caracausi décrit déjà pour le XVIe siècle. De même, il arrive toujours que les fabricants reprochent aux ouvriers leur lenteur au travail : 10 % environ du total des affaires non-conciliées relèvent de ce cas de figure. Faut-il y voir pour autant le refus d'un travail soutenu et prolongé ? Rien n'est moins sûr. Dans de nombreux cas, ce serait même l'inverse : c'est parce qu'ils ont accepté de l'ouvrage en provenance de plusieurs fabricants à la fois que les ouvriers à domicile ne respectent pas les délais impartis pour remettre leur toile... à moins qu'ils n'aient choisi de travailler aux champs ou à la construction du canal de Roubaix. Autrement dit, et ceci est sans surprise, le temps de travail n'est pas un objet de contestation pour des paysans-ouvriers qui, ordinairement, gagnent leur vie d'une façon d'autant moins misérable qu'ils accumulent des heures à lancer la navette sur le métier. L'auto-exploitation constitue la matrice dans laquelle les prolétaires au village voient silencieusement leurs conditions de vie se dégrader au cours de la période, au point que la Chambre de commerce de Tourcoing s'émeut de leur sort, en 1832 :

« Il en est dont le salaire ne dépasse pas 12 fr par semaine et, sur un aussi faible produit, il faut que l'ouvrier prélève le prix de ses fuseaux, de son éclairage et de son chauffage, et qu'il pousse la navette au moins 16 h par jour »
Archives Départementales du Nord, M 447/2, 14 janvier 1832

45Si l’on change d'échelle en quittant le cadre local pour s'inscrire dans l'espace national, le caractère marginal des revendications qui, liées tout ou partie au temps de travail, débouchent sur une forme de protestation collective, est tout aussi incontestable (Aguet, 1954). Entre 1830 et 1848, l'Office du travail enregistre 1 049 grèves dans un cadre national. 382 d'entre elles font l'objet de poursuites devant les tribunaux de justice : elles concernent 71 métiers et 121 localités. 25 grèves seulement (6,5 % des conflits arrivant devant les tribunaux, 2,3 % des conflits recensés) remettent en cause la durée du travail et conduisent les ouvriers à réclamer une diminution des horaires sans baisse de salaire. C'est évidemment peu. Dans la majeure partie des territoires industriels, le temps de travail ne suscite pas de revendications affleurant collectivement dans l'espace public. Jamais absente, mais cantonnée à la sphère de l'artisanat et du bâtiment à quelques exceptions près (fileurs à Rouen et Darnétal en août-septembre 1830, fileurs à Paris en 1833, mineurs à Anzin en 1837, fileurs à Sentheim, dans le Haut-Rhin, en 1846), la question du temps de travail reste effectivement seconde par rapport aux conflits liés à la question des salaires ou à l'introduction des machines. De plus, 15 grèves se déroulent à Paris. Si l'on ajoute celles qui ont lieu à Lyon, on mesure combien cette question reste d’abord l’apanage des grandes villes et des structures productives plus ou moins artisanales. Les témoignages des observateurs et les enquêtes officielles effectuées dans le sillage de Buret ou de Villermé contribuent à en faire un objet de discussion qui s'immisce dans l'espace politique et fait l'objet de débats publics (Bourdieu, Reynaud, 2002, notamment p. 18-36). D'un côté, ces mouvements collectifs concernent des populations ouvrières qui disposent de compétences professionnelles et témoignent d'un haut degré de conscience politique ; de l'autre, un certain nombre d’acteurs sociaux (certains médecins et hommes politiques) ne peuvent plus méconnaître les conditions et la durée du travail, ce qui les engage à se soucier fort timidement de la santé des ouvriers.

Un fer de lance : les conflits parisiens, dans l'artisanat et le bâtiment

46Assez nombreuses dans la capitale, les grèves liées au temps de travail résultent de la conjonction de l’action revendicative et de la présence de main-d’œuvre saisonnière, surtout dans le bâtiment. Le printemps est ici un étiage, l’automne une saison de hautes eaux. Qui plus est, ces grèves sont toujours déclenchées par des ouvriers payés à la journée. Rares sont ceux qui, payés à la tâche, se sentent directement concernés par les horaires. S’ils travaillent bien pendant un temps journalier préalablement imparti, à leurs yeux, seule l’augmentation du prix des façons semble importer… À condition, toutefois, qu’on ne leur impose pas des tâches subalternes non rémunérées les conduisant à perdre du temps rentable, comme c’est le cas dans le conflit opposant les chaisiers du faubourg Saint-Antoine à leurs patrons en 1820 (Gossez, 1984).

47La grève des tailleurs de pierre d’août 1840 est emblématique. Si les grévistes déplorent le chômage et la faiblesse des salaires (qui s'explique par la pratique du marchandage), les 500 signataires de la résolution qui motive ce mouvement prennent « l'engagement formel de s'abstenir de tous travaux de tâcherons ; de se livrer dès à présent aux travaux à la journée au compte des entrepreneurs, propriétaires et autres que les tâcherons, de ne plus faire d'heures supplémentaires, de ne travailler que dans la journée, dont la durée reste fixée de six heures du matin à six heures du soir pour la grande journée et de sept heures du matin à cinq heures du soir pour la journée d'hiver. Dans les cas d'urgence, de demander double salaire pour les heures supplémentaires comme pour les heures de nuit » (Aguet, 1954, p. 201). Si bien des mouvements de l’époque mobilisent plus de grévistes sur d’autres revendications, ce mouvement des tailleurs de pierre de 1840 fait du moins explicitement état, de manière simultanée, de trois revendications majeures :

481. Il remet en cause le marchandage qui, en permettant à un sous-entrepreneur de faire exécuter un travail par une main-d'oeuvre recrutée à cet effet, pèse sur les rémunérations et rend nécessaire un temps de travail accru pour que le gain journalier de chacun soit moins modique. Le marchandage est contesté dans de nombreux métiers (ceux du bâtiment, principalement) tout au long de la période.

492. Il exige une réduction et une fixation de la durée de la journée en fonction des saisons. S'il s'agit là d'une revendication largement partagée, les modalités pratiques divergent. Les tailleurs de pierre entendent distinguer horaires d’été et d’hiver tandis que d’autres professions, moins concernées par les intempéries, veulent fixer des horaires à l’année. Certaines revendications incluent une définition stricte des temps de pause, d’autres sont plus vagues à ce propos. Mais, dans tous les cas, on réclame que cette réduction du temps de travail soit faite à rémunération constante.

503. Enfin, tout dépassement de la durée du travail doit engager le paiement d’heures supplémentaires : c'est le corollaire de la fixation uniforme de la journée. On retrouve cette revendication en juin-novembre 1845 : 4 000 à 5 000 charpentiers et scieurs de long du département de la Seine, unis par les liens du compagnonnage, formulent alors des revendications communes qui incluent la journée de 10 heures payée 5 francs et l'abolition du marchandage, mais aussi la rémunération de deux heures supplémentaires à 1,50 francs, autrement dit 25 % en sus, tandis que le travail de nuit sera payé double, soit 10 francs pour 10 heures. Ce programme est alors présenté pour rétablir une convention tacite de 1833, sans cesse violée lors des années précédentes (Aguet, 1954, p. 300).

Des ouvriers d'industrie résignés ?

51Dans les usines, les règlements d’atelier entendent très tôt contraindre les ouvriers, peu enclins à intégrer la rationalisation du travail, à accepter les horaires définis au préalable. En un sens, il s’agit là de la systématisation d’une pratique que l’on a rencontrée en évoquant le fonctionnement de certaines manufactures concentrées dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, voire avant. Pour les usines de Roubaix, par exemple, 19 règlements ont été conservés pour la période 1826-1847 (Delsalle, 1985, p. 153-68). Préavis avant tout départ de l’usine, heures d’entrée et de sortie, temps de pause, travail nocturne : ces règlements témoignent d’une nette accentuation de l’effort de contrôle et expriment des rapports de classe « cristallisés dans un code de comportement que le pouvoir patronal permet et sanctionne » (Melucci, 1974, p. 141). Même s'il existe peu de travaux reposant sur des décomptes précis, à partir de sources de première main, de la durée journalière du travail, on ne peut pas ignorer sa longueur : 12 à 14 heures, parfois 15 heures et plus, en fonction de la conjoncture et du type d'activité, avant les mesures législatives prises sous la Seconde république… et parfois après.

  • 12 Archives départementales du Nord, BB 18, 166/5393

52Toutefois, dans presque tous les cas de mobilisation collective dans l'industrie avant 1848, la question des subsistances ou des salaires, indépendamment des mouvements de bris de machine « voleuses d'emplois », prend le pas sur le temps de travail. Mieux : lorsqu’il y a du travail et que l’on peut améliorer l'ordinaire, on se donne sans compter et l'on accepte les injonctions patronales. Ainsi, en 1848, alors que le temps de travail est ramené à 11 heures effectives dans les usines de province, les fileurs de Fourmies refusent qu’on applique la loi, alors que les retordeurs la réclament. Mais il est vrai que les uns sont payés aux pièces et veulent travailler davantage, là où les autres, payés la semaine, ignorent le lien entre temps de travail et niveau de rémunération12. Parmi les rares mouvements qui ont pour fondement le temps de travail, celui-ci traduit en fait une revendication pécuniaire. Dans les mines d'Anzin, en juillet 1837, les mineurs revendiquent une augmentation salariale après avoir obtenu une réduction de la durée du travail suite à la grève menée en 1833. Leur nouvelle revendication est donc une manière de conforter cette baisse de la durée du travail en excluant tout gel des salaires dans un moment d’augmentation du coût de la vie. Ils disent vouloir préserver leur niveau de vie sans être placés dans la nécessité de « forcer la journée commune » (Aguet, 1954, p. 159).

53Parfois, les revendications sont plus circonstanciées. À Radepont, non loin de Rouen, en août 1839, la journée de travail des fileurs passe à 14 heures sans que l’on sache combien de temps ils travaillaient jusque-là. Toujours est-il qu’ils sont contraints de payer l'huile nécessaire au fonctionnement de leur quinquet, indispensable pour travailler à la tombée du jour. Ils refusent à la fois l'accroissement de la durée du travail et la fourniture de l'huile sur leurs propres subsides... avant d'accepter de travailler plus longtemps, mais sans fournir l'éclairage (Aguet, 1954, p. 183). Ce n’est guère différent à Roubaix : en 1842, les ouvriers dénoncent la sévérité du règlement de la fabrique stipulant que désormais, dans les usines de la ville, « le travail hors d'heure, celui des nuits est obligatoire. L'ouvrier ne peut s'y soustraire sans se rendre passible des peines qu'encourt l'ouvrier s'absentant un jour de travail » (Delsalle, 1985, p. 85). Contre quoi s’insurgent-ils ? L’obligation nouvelle du travail de nuit et/ou la sévérité des sanctions prévues en cas de manquement au nouveau règlement ? On l’ignore, d’autant plus qu’il s’agit là du seul mouvement revendicatif lié au temps de travail dans la première moitié du XIXe siècle dans une ville pourtant massivement industrielle.

54Plusieurs raisons, prises isolément ou articulées entre elles, peuvent expliquer ce mutisme relatif. Les à-coups de la conjoncture, bien sûr : la soumission de l’industrie textile au rythme des marchés se traduit notamment par des périodes de chômage, partiel ou total. Si l’on peine, avant les années 1860, à quantifier les périodes de non-travail dans l’année, nul doute que celles-ci existent. À Roubaix, tout au long de la première moitié du XIXe siècle, la croissance industrielle, portée par une onde puissante à l’échelle du siècle, se fait fort hésitante par moments et connaît des crises brèves mais sévères. Prenons l’exemple de la crise qui sévit au cours de l’année 1847, car on la retrouve partout : sur les 13 000 ouvriers de la ville, 4 800 chôment dès février, 8 000 à partir de mai ; pour les autres, la crise se traduit par une réduction du temps de travail (les fileurs encore en activité ne travaillent en moyenne que 4 jours par semaine). Baisse des salaires, extension de la misère, recours croissant aux secours de première urgence : à tout prendre, les horaires excessifs finissent probablement par apparaître sinon comme un bienfait, du moins comme un moindre mal (Petillon, 2006, p. 48-49). Nul doute qu’il en est de même dans les autres grands centres industriels.

  • 13 Archives nationales, F12 4705

55Toutefois, d’autres raisons concourent aux mêmes effets. L’exemple des filatures de coton à Gand, de laine à Verviers, montre combien la population ouvrière est instable : quand on dispose des registres de salaires et/ou d’entrées et de sorties, on constate un turn over considérable dans les usines, seule une minorité des ouvriers est présente à l’année. Qui plus est, derrière l’apparente uniformité des horaires de travail se cache fréquemment une grande individualisation de la durée effective du travail (Terrier, à paraître). Aussi, derrière le caractère incroyablement excessif des horaires de travail tels qu’ils sont affichés dans les règlements, l'on ignore tout du temps de travail réel d'un ouvrier d'usine dans la semaine, le mois ou l'année. Il arrive que celui-ci travaille énormément, puis qu’il ralentisse le rythme. Les verriers de Givors et de Mornant ont des journées de 14 heures, ceux de Rives-de-Giers jusqu'à 16 ou 18 à l'occasion, mais ils ne travaillent pas plus de 20 journées par mois. Barois, un grand filateur lillois, se plaint vers 1840 que ses ouvriers, pourtant astreints à 15 heures de travail par jour, ne totalisent en fait « que » 72 heures par semaine13. En d'autres termes, que fait-on entre deux emplois au sein d'une même activité, a fortiori quand on passe d'une activité à une autre, de la ville à la campagne ? Reprend-on immédiatement le travail quand la conjoncture se redresse ? Sans doute ne faut-il pas accorder beaucoup de crédibilité aux propos d’un patron roubaisien, Mimerel, pour qui l’ouvrier, « après un long désoeuvrement, préfère trop souvent le pain de la pitié acquis gratuitement à la vie aisée que le travail lui procurait autrefois » (Petillon, 2006, p. 43). Cette instabilité de la main-d’œuvre, amplifiée par les déménagements fréquents de ces populations, ne laisse toutefois pas d’interroger : si le temps de travail est à ce point peu contesté au sein de l’industrie, n’est-ce pas tout simplement parce qu’il reste pour beaucoup fort variable, en fonction des aléas de la conjoncture, des renvois, des départs volontaires, des périodes de non-travail ? L’hypothèse gagnerait à être affinée : bien des indices convergents plaident cependant en ce sens.

Conclusion : et après ?

56En définitive, deux remarques préalables à l’étude des contestations, litiges et rebellions à propos du temps de travail en très longue durée s’imposent :

  • si les archives permettent de dessiner une évolution des attitudes, il est difficile de mesurer l’étendue des affrontements sur le temps de travail : beaucoup de lacunes documentaires subsistent à propos d’un thème de recherche qui reste largement ouvert.

  • la question de la durée du travail est inséparable de celle des rémunérations : il est fréquent que la première se dissimule derrière la seconde sans que l’on sache toujours bien faire la part des choses. Ceci est particulièrement vrai pour tous ceux dont la rémunération est liée au temps de la journée de travail. Inversement, tous ceux qui sont payés à façon peuvent sembler moins comptable de leur temps, même si, on l’a vu, le durée de réalisation de la tâche est rarement absente des préoccupations.

57Toutefois, pour s’en tenir aux grands chantiers, aux mines, aux industries du feu, dans certaines phases du travail textile ou dans le secteur agricole et autres, le temps de travail est un cadre fort contraignant, tandis que la nature des contestations, des litiges et des rebellions évolue dans le temps. En schématisant, on peut dire que, jusqu’au XVIe siècle, ce qui importe, c’est la manière dont on définit la durée du travail : comment compter le temps ? Inclure ou non les pauses dans le temps passé au labeur ? Sanctionner ou non les manquements au temps de travail imparti ? Comptabiliser le temps de travail supplémentaire ? Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’objet de la contestation se déplace et perdure, en définitive tard dans le XIXe siècle, pour les métiers de l’artisanat. Si compter le temps de travail est une pratique qui s’installe dans les esprits, la question est désormais de savoir à quel point ce cadre temporel est contraignant et, de plus en plus souvent, quelle somme de travail doit être réalisée dans ce délai. Travailler à sa convenance en fonction des jours de la semaine ou du calendrier annuel, quitter librement son employeur sans préavis, ne pas être astreint, sur son temps de travail, à des tâches qui empiètent sur le rendement quand celui-ci contribue à déterminer le niveau de rémunération : autant de signes du souci des ouvriers de préserver des espaces de liberté face à la contrainte patronale.

58Pour les ouvriers d’usine vite soumis au rythme de la machine, le mutisme revendicatif semble au contraire être la règle dans les premiers temps de l’industrialisation. Aussi, avant 1848, peu de mouvements de protestations collectives ou individuelles débouchent sur des mesures tendant à diminuer le temps de travail. Les patrons sont arc-boutés sur leurs exigences et les autorités se contentent, le plus souvent, de réprimer toute attitude jugée perturbatrice pour l’ordre public et attentatoire à la liberté d’entreprise. À leurs yeux, l’État doit être neutre et ne doit pas s’immiscer dans des relations contractuelles. L’affirmation du libéralisme économique est à ce prix.

  • 14 Archive départementales du Nord, M 670, février 1852

59Une nouvelle donne se fait jour après l’éphémère décret du 2 mars 1848, puis la loi du 9 septembre de la même année, qui ramène la durée maximale du travail à 12 heures, enfin le décret du 17 mai 1851 sur les heures supplémentaires. Laissons la parole au commissaire de police de Tourcoing pour mesurer la portée et les limites de ce nouveau cadre législatif. Ce commissaire explique au préfet du Nord la manière dont la police s’y prend pour découvrir quels sont les patrons qui ignorent sciemment la loi14 :

« Deux agents habillés en bourgeois s'embusquent près de la fabrique qui doit faire l'objet de la surveillance et prennent pour régulateur le piston de la machine. Ils prennent donc en note l'entrée du matin, le premier coup de piston annonce le commencement du travail, supposons 7 heures du matin. Les agents, après avoir pris cette heure, s'en vont pour revenir à l'heure du repos du déjeuner qu'ils peuvent aisément vérifier par l'arrêt du piston. Dès qu'il marche, le travail reprend »

60et ainsi de suite afin d'être sûr que les ouvriers, qui sortent de l'usine à 9 h, ont bien travaillé 12 heures et que les deux heures de repos pour le déjeuner, le goûter et le diner ont bien été observées. Mais le commissaire de police observe que certains patrons, prétextant la présence dans l'usine « d'une double brigade ou d'un rechange d'ouvriers aux préparations », s'autorisent à faire fonctionner la machine toute la journée. Poussant plus loin leurs investigations quand tel est le cas, les policiers déplorent que les ouvriers affirment tous avoir pu bénéficier au cours de la journée des deux heures de repos légales... « pour ne pas être chassés de l'atelier ». Et le commissaire zélé de conclure :

« Les ouvriers voteront bien, soyez-en persuadé, Monsieur le Préfet, mais daignez, dans leur intérêt, empêcher que les ouvrières employées aux préparations travaillent 14 heures ainsi que la machine fonctionne pendant le repos et en forçant les industriels à faire cesser cet abus en augmentant le matériel des préparations, vous diminuerez de beaucoup la peine des malheureux ouvriers. »

« Les ouvrières aux préparations sont celles qui alimentent les autres ouvriers fileurs. Il faut donc qu'elles aient d'avance de l'ouvrage à leur donner, et tout ceci par l'insuffisance de matériel. Les fabricants préfèrent écraser l'ouvrier que de sortir de leur bourse quelque mille francs pour consacrer aux choses les plus indispensables. Devant avoir de l'ouvrage à donner aux ouvriers fileurs, les soigneuses sont obligées de fonctionner aux heures de repas. Elles mangent en travaillant ».

61Le commissaire débusque six industriels en infraction sur 42, non sans avoir fait venir en secret à son domicile « 42 ouvriers, un de chaque fabrique, pour me dire confidentiellement combien d'heures il travaillait par jour ». De ces propos parfois hauts en couleur du commissaire de police de Tourcoing, on retiendra trois enseignements principaux :

  • les normes sur lesquelles vont désormais pouvoir s'appuyer toutes les revendications ouvrières et l'intervention de l'État dans la régulation du travail sont désormais en place, grâce à l’appareil législatif élaboré sous la Seconde République ;

  • une partie des patrons n’a pas renoncé pour autant à contourner la loi et l’écart reste souvent bien grand entre les textes et leur application ;

  • la mobilisation collective des ouvriers contre les horaires excessifs ou le non-respect des temps de pause ne va pas de soi : les grèves contre la durée excessive du travail ne commencent pas avant les années 1860-70.

62En conséquence, il apparaît clairement que la première industrialisation ne génère un nombre significatif de conflits sur le temps de travail que fort tardivement. Si tout ceci mériterait d’être précisé par un retour dans les archives, il ne semble pas téméraire d’affirmer que la protestation collective ou individuelle contre une durée du travail jugée excessive mobilise longtemps, et de manière majoritaire, les salariés appartenant aux structures traditionnelles de la production. Les ouvriers d’usine mettront, quant à eux, encore deux décennies après la révolution de 1848 à lutter de manière organisée pour permettre l’émergence du temps libre (Sirot, 2002).

Haut de page

Bibliographie

Aguet J. P., 1954. Les grèves sous la Monarchie de Juillet, 1830-1847, Genève, Droz.

Arnoux M., 2009. « Relation salariale et temps du travail dans l’industrie médiévale », Le Moyen Âge 115, n° 3-4, p. 557-581.

Beck R., 2004. « Apogée et déclin de la Saint Lundi dans la France du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle 29.

Braunstein P., 1990. « Le travail minier au moyen âge d’après les sources règlementaires », in Le travail au Moyen Âge. Une approche interdisciplinaire. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 21-23 mai 1987, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, Publications de l’Institut d’études médiévales, p. 329-338.

Braunstein P., Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, De Boeck, 2003

Briquet C. M., 1897. « Association et grèves des ouvriers papetiers en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue internationale de sociologie 5, p. 161-190.

Caracausi A., 2011a. « The just wage in early modern Italy. A reflection on Zacchia’s “De Salario seu operariorum mercede” », International Review of Social History 56, Special Issue, p. 107–124.

Caracausi A., 2011b. « Mesurer et contrôler. Les temps de l’organisation du travail dans les manufactures de laine de Padoue (XVIe-XVIIe siècles), Genèses 85, p. 6-26.

Chapman S. D., Chassagne S., 1981. European Textile Printers in the Eighteenth Century. A study of Peel and Oberkampf, London, Heinemann Educational Books.

Conchon A., 2011. « Le temps de travail en quête de mesure. La corvée royale au XVIIIe siècle », Genèses 85, p. 50-69.

Cottereau A., 1987, « Justice et injustice ordinaire sur les lieux de travail d’après les audiences prud’hommales (1806-1866) », Le mouvement social 141, p. 25-60.

Cottereau A., 2002. « Droit et bon droit. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, XIXe siècle) » Annales. Histoire, Sciences Sociales 57, n° 6, p. 1521-1557.

Cross G., 1989. A Quest for Time. The Reduction of Work in Britain and France, 1840-1940. Berkeley, University of California Press.

De Francesco A., 1979. « Conflittualità sul lavoro in epoca pre-industriale : le agitazioni degli operai cappellai lionesi, 1770-1824 », Annali della fondazione Luigi Einaudi, p. 151-215.

De Vries J., 2008. The Industrious Revolution. Consumer Behavior and the Household Economy, 1650 to the Present. Cambridge, Cambridge University Press.

Delahaye Ph., « Quelques aspects de la doctrine thomiste et néo-thomiste du travail », in Le travail au Moyen Age. Une approche interdisciplinaire. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 21-23 mai 1987, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, Publications de l’Institut d’études médiévales, p. 157-176.

Delsalle P.,1985. La brouette et la navette, Westhoek, Editions des Beffrois.

Des Marez G., 1904. L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, Hayez.

Dewerpe A., 2010. « En avoir ou pas. À propos du livret ouvrier dans la France du XIXe siècle », in Stanziani A., Le travail contraint en Asie et en Europe, XVIIe-XXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 217-240.

Dewerpe A., Galupeau Y., 1990. La fabrique des prolétaires. Les ouvriers de la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas, 1760-1815, Paris, Presses de l’ENS.

Dhorn-Van Rossum G., 1997 [1992]. L’histoire de l’heure. L’horlogerie et l’organisation moderne du temps. Paris, MSH (édition originale : Die Geschichte der Stunde. Uhren und moderne Zeitordnung. Munich, C. Hanser).

Dini B., 2001 (1984). « I lavoratori dell’arte della lana a Firenze nel XIV e XV secolo », in Dini B., Manifattura, commercio e banca nella Firenze medievale, Florence, Nardini editore, p. 141-171.

Fagniez G., 1877. Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris au XIIIe et au XIVe siècle, Paris.

Faure A., 1974. « Mouvements populaires et mouvement ouvrier à Paris (1830-1834) », Le Mouvement Social 88, p. 51-92.

Flinn M. W., 1962. Men of iron. The Crowleys in the Early Iron Industry, Edinburgh University Press.

Fonteneau Y., 2012. « La naissance du concept de travail mécanique (fin XVIIe - début XVIIIe): un exemple de connexion entre science et culture » in Lavialle C. (dir.), Le travail en question : XVIIe - XIXe siècle, Tours, Presses universitaires François Rabelais, p. 93-110.

Foviaux J., « Discipline et réglementation des activités professionnelles à travers les arrêts du Parlement de Paris (1257-1382) », in Le travail au Moyen Age. Une approche interdisciplinaire. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 21-23 mai 1987, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, Publications de l’Institut d’études médiévales, p. 185-250.

Franceschi F., 1993. Oltre il “tumulto”: i lavoratori fiorentini dell'arte della lana fra Tre e Quattrocento,  Firenze, L. S. Olschki.

Fridenson P., Reynaud B. (dir.), 2004. La France et le temps de travail, 1814-2004, Paris, Odile Jacob.

Gayot G., 1998. Les draps de Sedan, 1646-1870. Paris, EHESS (coll. Civilisations et sociétés).

Geremek B., 1968. Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles. Étude sur le marché de la main d’œuvre au Moyen-Âge, Paris, La Haye, Mouton et cie.

Goldthwaite R., 1984. La costruzione della Firenze rinascimentale. Una storia economica e sociale, Bologna, Il Mulino (or. Angl.)

Gossez R., 1984. Un ouvrier en 1820. Manuscrit inédit de Jacques Etienne Bédé, Paris, PUF.

Guicheteau S., 2008. La Révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité, Rennes, PUR.

Hamon M., Perrin D., 1993. Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint Gobain, Paris, P.A.U.

Hatcher J., 1998. « Labour, Leisure, and Economic Thought before the Nineteenth Century », Past & Present 160, p. 64-115.

Jarrige F., Reynaud B., 2011. « La durée du travail, la norme et ses usages en 1848 », Genèses 85, p. 70-92.

Kaplan S., 1979. « Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1815 », Revue Historique 261, p. 17-77.

Landes D., 1987 [1983]. L'Heure qu'il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, Paris, Gallimard (édition originale : Revolution in Time. Clocks and the Making of the Modern World. Cambridge [Mass.] Belknap Press of Harvard University Press.

Lasserre A., 1952. La situation des ouvriers de l'industrie textile dans la région lilloise sous la Monarchie de Juillet, Lausanne, Jaunin.

Le Goff J., 1960. « Au Moyen Âge : temps de l’Église et temps du marchand », Annales. Économies, sociétés, civilisations 15, n° 3, p. 417-433.

Le Goff J., 1977. Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard.

Le Roux T., 2011. « L'effacement du corps de l'ouvrier. La santé au travail lors de la première industrialisation de Paris (1770-1840) », Le Mouvement Social 234, p. 103-119.

Lemarchand L., 2011. « Un évènement type de la Régence : le conflit du travail dans la manufacture Van Robais en 1716 », Revue du Nord 389, p. 59-88.

Lis C., Lucassen J., Soly H., 1994. Before the Unions: wage earners and collective action en Europe, 1300 - 1850, Cambridge, Cambridge University Press.

Machet L., Les Wedgwood : de la poterie à l’industrie des arts de la table, Paris, CTHS, 2008.

Maitte C., 2011. « Temps de travail dans les verreries (XVe siècle-XVIIe siècle) », Genèses 85, p. 27-49.

Maitte C., Terrier D., 2011. « Une question (re)devenue centrale : le temps de travail », Genèses 85, p. 156-170.

Martinat M., 2004. Le juste marché : le système annonaire romain aux XVIe et XVIIe siècles, Rome, École française de Rome.

Maugis É., 1924. « La journée de huit heures et les vignerons de Sens et d’Auxerre devant le Parlement de Paris en 1383-1393 », Revue historique 145, p. 203-218.

Melucci A., 1976. « Action patronale, pouvoir, organisation. Règlements d’usine et contrôle de la main d’œuvre au XIXe siècle », Le mouvement social 97, p. 139-159.

Minard P., 1989. Typographes des Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Minard P., 1998. La fortune du colbertisme, Paris, Fayard.

Momoro A. F., 1793. Traité de l’imprimerie, Paris.

Petillon C., 2006. La population de Roubaix. Industrialisation, démographie et société, 1750-1880, Villeneuve d’Ascq, Éditions du Septentrion.

Pierrard P., 1965. La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Paris, Bloud et Gay.

Polica S., 1983. « Il tempo di lavoro in due realtà citadine italiane : Venezia e Firenze (sec. XIII-XIV) », in Lavorare nel Medioevo. Rappresentazioni ed esempi dall’Italia sei sec. X-XVI, Atti del XXI Convegno del Centro di Studi sulla spiritualità medievale (Todi, 12-15/10/1980), Perugia, Università degli studi di Perugia, p. 201-218.

Reid D., 1976. « The Decline of Saint Monday », Past & Present 71, p. 76-101.

Reid D., 1996. « Weddings, Weekdays, Work and Leisure in Urban England, 1791-1991 », Past & Present 153, p. 135-163.

Retif de la Bretonne N., 1883. Monsieur Nicolas ou le cœur humain dévoilé, Paris.

Rosenband L. N., 2005. La fabrication du papier dans la France des Lumières, les Montgolfier et leurs ouvriers, 1761-1805, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (edition originale en anglais, 2000).

Rude F., 1982. Les révoltes des canuts, Paris, Maspero.

Ruhlmann G., 1948. Les corporations, les manufactures et le travail libre à Abbeville au XVIIIe siècle, Paris, Lille.

Secousse D.-F. (éd.), 1736. Ordonnances des rois de France, Cinquième volume, Contenant les ordonnances de Charles V données depuis le commencement de l'année 1367, jusqu'à la fin de l'année 1373, Paris, Imprimerie Royale.

Sirot S., 2002. La grève en France. Une histoire sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob.

Stanziani A. (éd.), 2010. Le travail contraint en Asie et en Europe, XVIIe-XXe siècles. Paris, MSH.

Stella A., 1989. « “La bottega e i lavoranti” : approche de la considération de travail des Ciompi », Annales Economies, sociétés, civilisations 154, p. 529-551.

Stella A., 1993. La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, EHESS.

Terrier D., à paraître. « Le temps de travail des ouvriers au milieu du XIXe siècle dans le pays de Liège ».

Thierry A., 1850. Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers état, Paris, F. Didot, tome 1.

Thompson E. P., 2004 [1967]. Temps, discipline du travail et capitalisme industriel. Paris, La Fabrique, (édition originale : « Time, Work-Discipline and Industrial Capitalism », Past & Present 38, p. 56-97).

Van Nederveen Meerkerk E., Schmidt A., 2009. « Women’s and Children’s Work in an Industrious Society : The Netherlands, 17th-19th centuries », World Economic History Congress, p. 1-25.

Villermé L.R., 1840. Tableau de l'état physique et moral des ouvriers, Paris, J. Renouard.

Virol M. (à paraître). « La juste rémunération du travail sur les chantiers de Louis XIV », in C. Maitte, D. Terrier, Histoire du temps de travail (titre provisoire)

Voth H. J., 2000. Time and work in England, 1750-1830. Oxford, Clarendon Press (Oxford Historical Monographs).

Woodward D., 1995. Men at Work. Laboureurs and Building Crafstmen in the Towns of Northern England, 1450-1750, Cambridge, Cambridge University Press (Cambridge Studies in Population, Economy and Society in Past Time).

Haut de page

Notes

1 Nous ne pouvons pas, dans l’espace concédé, faire état de ce champ de réflexion très abondant, qui dure bien au-delà du Moyen Âge. Voir notamment : Delhaye, 1990 et surtout Caracausi, 2011a. Plus généralement sur le juste prix : Martinat, 2004.

2 Cette idée était très présente notamment dans le bel article que E. P. Thompson a consacré en 1967 au temps de travail. Pour un commentaire de cet article, nous renvoyons à Maitte, Terrier, 2011.

3 On en trouve ainsi à Venise, Florence, Ferrare, Novare, Padoue, Parme, Trévise, comme à Douai, Thérouanne, Bruges ou Provins.

4 C’est-à-dire après les vêpres, dont la place dans la journée a elle-même varié.

5 C’est ce que l’on retrouve également à Padoue au XVIe siècle, cf. Andrea Caracausi, 2011b : « la mesure du travail allait au-delà d’une référence générique à la journée ; elle incluait non seulement la différenciation entre le jour et la nuit, les jours fériés et festifs, mais aussi les heures, parvenant de cette façon à des subdivisions plus précises ».

6 Ainsi le règlement de la manufacture Van Robais, datant de juin 1716 prévoit une liste d’amendes pour les tisseurs. Parmi celles-ci : « qui perdra un jour, ayant du travail, pour se promener paiera 10 sols, qui quittera le travail sans vider la navette 5 sols », mais il est vrai que les amendes sont supérieures (20 sols) pour ceux qui boivent de l’eau-de-vie ou jurent dans la boutiques (Ruhlman, 1948, p. 127-8).

7 Comme celle de ce maître relieur, Barutel, au début du XVIIIe siècle : « ils s’enivrent ordinairement depuis le dimanche jusqu’au mercredy au soir (c’est leur usage), ne commencent à travailler que le jeudy au matin et voulant regagner le temps qu’ils ont perdu dans leurs desbauches font un travail dans ces trois jours qu’il seroit à souhaiter qu’ils n’eussent point touché… » (Chauvet, 1959, p. 229).

8 Le compagnonnage est une forme d’organisation ouvrière théoriquement interdite, dans les faits plus ou moins tolérée suivant les périodes et les régions ; on en trouve des traces depuis le XVIe siècle : ses rites d’initiation et sa hiérarchie en font le pendant des organisations corporatives dans lesquelles les maîtres dominent. Il existe trois principales organisations compagnonniques rivales dans la France des XVIIe et XVIIIe siècle : elles s’occupent notamment du placement des compagnons et de ce fait entrent fréquemment en opposition avec les maîtres. Parmi leurs moyens de lutte, « l’interdit » : plus aucun ouvrier n’a le droit de travailler dans la boutique sans être lui-même gravement menacé par les autres ; la « damnation » : cette fois ce sont tous les maîtres ou fabricants de la ville qui sont touchés par la mesure d’interdiction du travail qui paralyse alors l’ensemble de la branche dans cette localité.

9 C’est, selon Furetière, « l’espace de chemin que l’on peut faire facilement en un jour. Elle est fixée par la justice à dix lieues » (environ 40 km).

10 Nous restons assez sceptiques sur ce sujet.

11 Que faut-il penser, ceci étant dit, de cette pratique du « Saint Lundi », qui serait comme un refus de travailler en début de semaine. Est-elle effective? Est-ce nécessairement un « jour de beuverie » pour tous ? On se perd en conjectures, car il n'est pas simple de donner du crédit à des notations qui, dans un lieu identique, à des périodes semblables, semblent contradictoires. Qui plus est, quand le tribunal des Prud'hommes condamne ce type d'absentéisme, faut-il conclure pour autant que le comportement de quelques uns concerne tout le monde ? Si, plus largement, on peut se reporter à l’article de Robert Beck 2004, l'enquête doit aller au-delà du seul cas parisien ou des uniques sources imprimées.

12 Archives départementales du Nord, BB 18, 166/5393

13 Archives nationales, F12 4705

14 Archive départementales du Nord, M 670, février 1852

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corine Maitte et Didier Terrier, « Conflits et résistances autour du temps de travail avant l’industrialisation  », Temporalités [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 15 avril 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2203

Haut de page

Auteurs

Corine Maitte

Laboratoire ACP
Université de Paris-Est Marne-la-Vallée
corine.maitte@univ-mlv.fr

Didier Terrier

Laboratoire CALHISTE
Université de Valenciennes
didierterrier@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page