Navigation – Plan du site
Lire, entendre

Beate Collet et Emmanuelle Santelli, Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés.

PUF (coll. « Le lien social »), 2012.
Gabrielle Varro
Référence(s) :

Beate Collet et Emmanuelle Santelli Paris, 2012. Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés. PUF (coll. « Le lien social »), 354 p., 22 tableaux, annexes, bibliographie

Texte intégral

1L’ouvrage de Beate Collet et Emmanuelle Santelli vient combler un manque qui pendant de longues années a freiné l’avancement des connaissances sur les populations françaises d’ascendance étrangère. Mieux encore, il fait le lien avec l’ensemble du corps social, montrant à la fois sur quels points les réalités de ces populations rejoignent celles de la société globale, et dans quels domaines elles se différencient.

2Cet ouvrage ambitieux nous livre une sociologie de la famille qui s’attaque à ce qui est sans doute un des phénomènes les plus centraux mais aussi les plus difficiles à cerner de notre vie intime : le choix du conjoint et la construction de la relation à l’autre. D’une part, les auteures posent d’emblée la question clé : « quels sont les facteurs qui interviennent et expliquent un choix conjugal plutôt qu’un autre ? » (p. 2) D’autre part, un des buts de l’ouvrage, lit-on au départ — mais on verra que ce n’est pas son unique objectif — est de « dépasser le présupposé selon lequel le choix non mixte serait le signe d’un défaut (ou d’un manque) d’intégration » (p. 3).

3Dans sa première partie, l’ouvrage effectue un survol approfondi des recherches qui ont jalonné l’exploration du choix du conjoint en France depuis les années 1950-60, présentées dans leurs contrastes et leurs complémentarités. Depuis plusieurs années déjà, ensemble et séparément, les deux auteures creusent l’expérience conjugale des descendants d’immigrés — ici, Français originaires des pays sub-sahariens, du Maghreb et de Turquie. Leurs recherches actualisent le propos sur les conjugalités mixtes en suivant les nouvelles générations, qui ne sont plus « mixtes » juridiquement ou administrativement, puisque souvent les deux partenaires sont nés en France, mais qui sont encore perçues comme telles.

4Beate Collet et Emmanuelle Santelli construisent une méthodologie permettant d’unifier des réalités généralement tenues distinctes, tant par des chercheurs que par les media et le tout-venant, celles qui concernent la société française dans son ensemble et celles qui concernent des groupes particuliers. Elles abordent – et c’est à mon sens la grande originalité de leur livre – les réalités spécifiques des descendants d’immigrés, dans une confrontation permanente avec celles de la société majoritaire (définie ainsi : « personnes établies en France depuis plusieurs générations ayant des pratiques sécularisées », p. 11). Autrement dit, elles embrassent du même regard analytique toutes les populations qui composent la société française, en cherchant à comprendre « dans quelle mesure ils [les descendants d’immigrés] se distinguent de la population majoritaire et à quelles étapes du processus conjugal » (p. 29).

5Par ailleurs, les données qualitatives prises sur le terrain seront systématiquement mises en regard avec les données quantitatives d’une enquête menée par l’Ined et l’Insee en 2008 sur 22 000 personnes (TeO, Trajectoires et Origines, enquête sur la diversité des origines en France), ce qui « permet de compléter l’analyse du matériau biographique recueilli en entretien, en donnant un poids statistique à certains phénomènes observés » (p. 68). En outre, « les conditions sociales et les choix conjugaux des descendants d’immigrés ont pu être systématiquement comparés aux personnes d’un groupe témoin composé de Français sans ascendance migratoire » (p. 278).

6La volonté clairement exprimée des deux auteures est de « dépasser le clivage entre la sociologie de la famille qui implicitement repose sur l’expérience du groupe majoritaire […] et la sociologie des relations interethniques qui […] demeure centrée sur les modalités de l’intégration et la reconnaissance des groupes minoritaires » (p. 11-12). Mais comment en effectuer le rapprochement sinon en permettant aux majoritaires d’accéder aux réalités des minoritaires – et non seulement l’inverse car il est bien connu que les minoritaires ont le regard tourné vers les majoritaires qui, eux, regardent ailleurs – ? Comment faire pour qu’ils puissent y accéder ? La réponse de B. Collet et E. Santelli consiste à appliquer les mêmes critères, les mêmes valeurs « occidentales » et « modernes », à tous les groupes sociaux.

7Or le premier facteur qui nous caractérise aujourd’hui, majoritaires comme minoritaires, est l’individualisme, emblème des sociétés modernes (p. 15 sqq.). En rappelant extensivement les valeurs qui ont cours dans les sociétés occidentales modernes, la première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à l’individualisation dans les sociétés modernes et aux nouvelles réalités conjugales qu’elle a suscitées dans la société française. Chemin faisant, on constate la prééminence de la norme sociale qui veut que – observation déjà ancienne ! – like marries like [qui se ressemble s’assemble, ndlr.], en France comme ailleurs. B. Collet et E. Santelli examinent les manières dont les populations à ascendance migratoire se situent par rapport à ces normes, valeurs et réalités de la société française.

  • 1 Wagner A.-C., 2008. « Mariages assortis et logiques de l’entre-soi dans l’aristocratie et dans la h (...)

8À partir de cette réflexion, l’effort pour intégrer les réalités minoritaires et majoritaires se fait plus serré. B. Collet et E. Santelli adaptent un certain nombre d’outils conceptuels à leur problématique. La référence au travail d’A.-C. Wagner (2008)1, où on retrouve le mariage traditionnel « on dit “de raison” dans les sociétés occidentales » (p. 47), permet d’expliciter l’usage fait dans le présent ouvrage du concept d’entre-soi : « dans la société post-migratoire actuelle, ces trois situations [mariage traditionnel, mariage privilégiant le libre choix tout en respectant les normes du groupe et mariage valorisant fortement l’épanouissement personnel] coexistent et peuvent se retrouver autant dans la population majoritaire que dans les populations minoritaires » (ibid.). Ainsi, par exemple, le concept de l’entre-soi, central à l’ouvrage, sera par la suite décliné en une typologie permettant de repérer les différences de comportements et d’attitudes au sein de la population d’enquête. Nous retrouvons le rôle de « révélateur » des groupes minoritaires permettant d’appréhender les comportements qui ont cours également (mais de façon moins « visible ») dans la société élargie.

9Dans un style ferme et clair, les deux auteures présentent la méthode qu’elles ont suivie pour effectuer cette comparaison inter-groupes, se demandant à chaque fois si tel concept pouvait s’appliquer à la société majoritaire. Dès le départ, elles présentent l’objectif, la méthode et leur élaboration théorique. Deux concepts permettent de tenir compte des spécificités des populations françaises d’origine immigrée et des déterminants sociaux intervenant dans les choix conjugaux : l’appartenance ethnoculturelle et l’homogamie socio-ethnique. L’homogamie ainsi désignée ne se limite pas à celle popularisée par Alain Girard dans Le choix du conjoint (1961), fondée essentiellement sur la proximité des conjoints sur le plan du milieu social d’origine ; elle renvoie à l’importance de la proximité sur le plan des origines ethnoculturelles. Autrement dit, les auteures choisissent d’accorder à la question de l’appartenance ethnoculturelle, telle qu’elle s’exprime dans les entretiens qualitatifs, une importance nouvelle par rapport à la plupart des études françaises sur le couple.

10Même lorsque les deux sont de nationalité française (nés ou naturalisés en France), l’impact des origines familiales se fait sentir, en particulier dans un contexte social où des facteurs d’exclusion entrent en jeu. Dans leur analyse, cependant, les différences internes à la catégorie « descendants d’immigrés » sont préservées au moyen de la typologie des différentes manières de construire un entre-soi conjugal : dans l’entre-soi déterminé, la norme « endogame » est héritée et transmise ; dans l’entre-soi négocié, la norme familiale est acceptée mais renouvelée ; et dans l’entre-soi émancipé, la norme est réfutée.

11Le « regard croisé entre homogamie et endogamie » (p. 42 sq.) permet d’articuler les liens rattachant les individus à leurs groupes et à leur condition socioprofessionnelle – que la recherche trop souvent néglige pour ne traiter que les appartenances communautaires – et permet ainsi « de saisir la transformation progressive de l’endogamie dans les groupes minoritaires des sociétés post-migratoires » (ibid.). Car si l’endogamie est bien une réalité subjective et statistique de ces groupes sociaux, elle ne traduit ni les mêmes expériences sur le plan individuel, ni les mêmes attitudes – pas plus que chez les « majoritaires », d’ailleurs, soucieux également de préserver leur entre-soi.

12C’est d’abord la méthode biographique qui, en s'intéressant à la construction du choix conjugal dans le parcours des enquêtés, met en évidence les points de ressemblance – notamment résidentielle – et de divergence qui font que tous les descendants d’immigrés n’ont pas effectué le même type de choix. Dans la seconde partie de l’ouvrage, consacrée à « la socialisation préconjugale », interviennent les récits des interviewés, dont les témoignages permettent d’appréhender les différents parcours. Depuis les cadres de leur socialisation (famille, lieu de résidence, lieu de rencontre) – que se passe-t-il dans les familles dont les parents viennent d’ailleurs ? « Partagent-elles les valeurs de la population majoritaire, qui se sont imposées avec les mouvements d’émancipation des années 1970 ? » (p. 87) – jusqu’au contenu explicité des trois types d’entre-soi mis en œuvre, cette partie contient des résultats parfois surprenants, comme par exemple que « ce sont justement les plus jeunes de la fratrie [musulmane] qui sont plus fervents » (p. 99). On peut se demander si la même remarque pourrait s’appliquer aux membres d’autres religions.

13Au sujet des premières rencontres amoureuses, l’existence d’un « double standard » (un pour les filles, un pour les garçons) ne semble pas « liée aux origines culturelles de ces jeunes mais bien typique des positions asymétriques entre les hommes et les femmes sur le marché amoureux » (p. 117). L’hypothèse que « les femmes, quelle que soit leur appartenance culturelle, intérioriseraient le principe patriarcal de s’adapter à la culture de l’homme » (p. 272) émerge de l’analyse étroitement menée des récits biographiques de la centaine de femmes et hommes interviewés par B. Collet et E. Santelli.

14Un des tours de force de l’ouvrage est d’avoir non seulement respecté la complexité observée sur le terrain mais de l’avoir intégrée à l’analyse. Dans l’analyse du type « entre-soi émancipé », par exemple, on lit : « les conjoints peuvent avoir la même origine ethnoculturelle, mais cet élément n’intervient pas de manière décisive dans la formation conjugale » (p. 51). De fait, des expériences, attitudes et aspirations très différentes se font jour parmi ces couples, qui interdisent de (continuer à) les envisager tous de la même manière ; autrement dit, la diversité au sein d’une catégorie sociale (ici les descendants d’immigrés) est démontrée dans la réalité concrète de leurs expériences vécues, dont l’étude se poursuit dans la troisième partie, consacrée à l’étude minutieuse de la vie quotidienne des couples enfin constitués.

15L’approche comparative de B. Collet et E. Santelli et leur analyse « intersectionnelle », où origines, rapports de genre, relations inter-générationnelles, etc., marchent ensemble et interfèrent, s’avèrent heuristiques. Certes, elles enfoncent le clou quant à la définition de la mixité. On voit bien que les critères objectifs, qui font encore classiquement définir un couple comme mixte, peuvent s’estomper, voire disparaître ; la mixité n’en demeure pas moins une réalité sociale du fait que les éléments qui les font qualifier de « mixtes » sont tributaires du contexte sociopolitique qui impose ses perceptions et ses catégorisations.

16Même si on peut avoir quelques réserves concernant les typologies en général, auxquelles on reproche leur rigidité, celle forgée par B. Collet et E. Santelli est d’emblée assouplie par les nuances qu’elles y apportent. Menée fermement jusqu’aux conclusions finales, cette typologie fonctionne en apportant la démonstration des différences internes à des groupes souvent perçus comme monolithiques. Plus encore, elle serait « généralisable à la formation des univers conjugaux de l’ensemble de la société […] chaque type est emblématique d’une manière de “faire couple”, également valable dans la société globale mais de manière différente au fil du temps » (p. 278-279). Grâce finalement à la typologie de l’« entre-soi conjugal », les descendants de migrants et notamment les couples mixtes se trouvent intégrés à l’étude du mariage et de la famille en France et ne sont plus cantonnés dans un quelconque territoire réservé.

17On pourrait se demander si certaines affirmations des auteures ne sont pas trop absolutistes, telle : « Tant que le couple dure, il s’inscrit dans un même type. Seulement en cas de séparation, l’individu formant un nouveau couple peut changer de type d’entre-soi » (p. 47). Cela signifierait-il qu’il n’y a pas de possibilité de modification au sein d’un même couple avec les années qui passent ? Mais on voit que ce type de question peut se poser à propos de tout couple, à quelque groupe social qu’il appartienne.

18Enfin, notre réticence initiale à considérer l’origine ethno-culturelle ou à parler d’endogamie à propos des populations françaises d’ascendance immigrée – que l’on voudrait, au nom des principes républicains, à tout prix assimiler ou « intégrer » ou que l’on craindrait au contraire de stigmatiser – le cède à l’argumentation et aux démonstrations des auteures ; d’une part, pour l’endogamie, « il s’agit d’une norme qui, au même titre que l’homogamie, exerce une contrainte sociale sans dire son nom » (p. 276-277). D’autre part, du point de vue socio-historique, « le choix conjugal révèle aussi l’état des rapports sociaux » (p. 289).

19L’ambition de dépasser les clivages sous-disciplinaires, autre objectif majeur du livre, semble pleinement atteinte. Si jusqu’à présent, les recherches sur les choix du conjoint des Français d’origine immigrée ont été exclues du champ de la sociologie de la famille, cet ouvrage réussit leur unification. En combinant enquêtes de terrain, analyse empirique et théorisation, données qualitatives et quantitatives, dans un travail rigoureux clairement énoncé, Beate Collet et Emmanuelle Santelli font une contribution essentielle à l’avancement de la réflexion sur les réalités de la composition et du fonctionnement de la société française.

Haut de page

Notes

1 Wagner A.-C., 2008. « Mariages assortis et logiques de l’entre-soi dans l’aristocratie et dans la haute bourgeoisie », Migrations et sociétés 119

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Varro, « Beate Collet et Emmanuelle Santelli, Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés. », Temporalités [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2283

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Laboratoire Printemps – Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47 Bd Vauban, 78 280 Guyancourt. gvarro@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page