Navigation – Plan du site
Lire, entendre

La déstabilisation des temps sociaux

Compte rendu du comité de recherche sur “Les temps sociaux” au XIXe congrès international des sociologues de langue française
Jens Thoemmes

Notes de l’auteur

Rabat, 2-6 juillet 2012

En 2007, le comité de recherche (CR) 10 « les temps sociaux » de l’AISLF avait placé la rencontre à Istanbul sous la thématique « Temporalités sociales et Marchés ». Depuis 2008 et le dernier congrès de l’AISLF, la crise économique a déstabilisé les temps sociaux. En 2010, la Revue Temporalités à laquelle le CR10 est associé s’est emparée de cette question et elle a tenu une journée d’études sur le thème « Temps de crises et crise des temps ». Nous avons poursuivi cette réflexion dans le cadre du congrès de l’AISLF à Rabat en juillet 2012.

Texte intégral

1L’accentuation du chômage dans beaucoup de pays depuis et la débâcle des finances publiques ont influé sur les temps sociaux : le recul du départ à la retraite, voir la fragilisation des retraites dans certains cas ; le déclin de l’Etat providence, la privatisation des services publics, les accords de « compétitivité », etc. Ces évolutions ont obligé à envisager des nouveaux équilibres en matière de temps sociaux. La question de la déstabilisation des temps sociaux était donc au centre de nos discussions.

2Pour y contribuer, une vingtaine de communications ont été présentées au sein de trois ateliers : temps et société, temps et trajectoires, temps et entreprises. Sans pouvoir retracer l’ensemble des points discutés, nous nous contentons ici d’énoncer quelques conclusions.

3Quels ont été les enseignements transversaux de ces participations au thème de la déstabilisation des temps sociaux ?

4Tout d’abord cette expression mérite d’être nuancée. D’une part, les temps sociaux paraissent certes« déstabilisés » par les temps consacrés aux activités professionnelles. D’autre part, cette fragilité n’a pas des conséquences mécaniques sur les autres temps sociaux.

5La déstabilisation peut être caractérisée par plusieurs éléments.

6Premièrement, il ne s’agirait pas d’une tendance de fond de longue durée, mais la perspective socio-historique révélerait plutôt son caractère cyclique et périodique. C’est au moment des crises et des reprises économiques que les temps sociaux se tendent et se reconfigurent.

7Deuxièmement, la déstabilisation des temps sociaux est sujet à contre-tendances qui peuvent décrites et qualifiées.

L’inertie des temps sociaux

8Un examen des temps consacrés aux différentes activités montre une relative robustesse de ceux-ci et qui ne varieraient que très peu sur les 20 dernières années (enquêtes emploi du temps, INSEE). La reproduction sociale du rapport au temps (classes, genres, etc.) reste stable.

La conciliation des âges de la vie

9Le mouvement de la conciliation qui s’est engagé sur le plan des temporalités horizontales (travail, éducation, transports) se poursuit désormais sur le niveau des âges de la vie (fin de vie active : retraite, travail des séniors), mais aussi pour la fin de la vie (accompagnement des patients en maladie de stade terminal). 

La compensation des temps professionnels

10Les individus compenseraient les difficultés liées à la vie professionnelles par un retour sur les activités autres que le travail (loisir, famille, etc.)

La compartimentation des temps sociaux

11Afin d’éviter la contamination des temps non-professionnels, les personnes érigent des barrières pour se protéger de leurs effets, notamment en refusant les usages potentiels des nouvelles technologies et en attribuant un ensemble de tâches aux espaces privés et professionnels.

Les résistances contre l’emprise du travail

12Différentes formes de résistances se développent pour contrecarrer l’emprise du travail : pointage, prise intégrale des congés, refus de promotion, etc.

Le temps retrouvé

13Contrairement aux thèses générales liées à la raréfaction des temps, leur accélération, ou compression, le temps retrouvé décrit la réussite de réserver des temps à des activités jusque-là négligés. Que ce soit dans le domaine parental, au travail ou concernant d’autres activités, la recherche d’un accomplissement et du bien-être passe par une réorganisation des temps sociaux qui, pour le coup, échappent à une vision négative de la déstabilisation des temps sociaux.

14En résumé, si la déstabilisation des temporalités semble bien établie dans le monde du travail, les autres temps sociaux ne se trouvent pas affectés dans les mêmes proportions. Au contraire, les communications ont relevé une relative autonomie des temps sociaux, même s’ils s’inscrivent souvent dans une complémentarité avec les temps professionnels. Plusieurs absences sont néanmoins à relever pour nos contributions. La première concerne l’absence d’évaluation de la situation du chômage et des chômeurs dans le cadre de la récente dégradation du marché du travail. La seconde absence porte sur le lien entre temporalités et conditions matérielles d’existence. Les communications n’ont que marginalement traité du rapport entre temps, argent et conditions de vie. Enfin, la troisième limite concerne l’absence de l’analyse des sujets collectifs. Les sujets agissants ont certes des caractéristiques communes (statut, genre, classe, profession, âge, etc.), mais les individus semblent dans la plupart des analyses, échapper à une action collective au sens propre du terme. Pour les années à venir, ces blancs laissés par nos contributions pourraient donner lieu à des nouveaux appels à communication permettant de combler ces besoins de connaissances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jens Thoemmes, « La déstabilisation des temps sociaux », Temporalités [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://temporalites.revues.org/2286

Haut de page

Auteur

Jens Thoemmes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page