Navigation – Plan du site

Les contradictions de l’autobiographie comme temporalisation de l’identité personnelle

Contradictions in an autobiography as the temporalization of a personal identity
Las contradicciones de la autobiografía como temporalización de la identidad personal
Claude Dubar

Résumés

Cet article tente de répondre à la question suivante : en quoi et comment une autobiographie, en tant que récit de vie (life story) écrit par un auteur en vue de raconter son histoire (life history), peut-elle livrer à ses lecteurs une définition de l’identité personnelle de son rédacteur ? Partant d’une conception des temporalités comme modes de temporalisation, l’article distingue le temps (présent) de la narration, le temps (passé) de l’expérience vécue et remémorée et le « tiers-temps » (futur) du projet « d’interprétation de soi par soi-même », inhérent à l’identité narrative, cœur d’une l’identité personnelle mise en récit, selon Ricœur. S’appuyant sur quatre autobiographies, l’article repère des formules argumentaires pouvant s’appliquer à l’« identité personnelle » de leurs auteurs : « Je suis innocent » (Rousseau) ; « Je suis ma névrose » (Sartre) ; « Je suis quelqu’un » (Beauvoir) ; « Je suis un universitaire issu des classes populaires anglaises » (Hoggart). Après avoir clarifié les liens entre « formes identitaires » et « identité personnelle », l’article montre les contradictions qui surgissent lorsqu’on veut combiner les déterminations de l’identité sociale avec les décisions singulières inhérentes à une identité personnelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : autobiographie et identité

1Une autobiographie, quelle qu’elle soit, pose toujours la question des rapports entre le « temps présent de l’écriture » du récit de vie (life story) d’un auteur et le « temps passé » de son histoire de vie (life history). Sa lecture interroge notamment sur les raisons qu’a eues cet auteur de vouloir transformer son histoire vécue en récit écrit à destination de lecteurs. L’autobiographie, construction langagière et discursive, semble en effet destinée à transmettre à des lecteurs, à travers une narration, quelque chose de son auteur. Mais transmettre quoi ? Nous faisons l’hypothèse, dans ce texte, à partir de l’analyse de quatre autobiographies, que les auteurs, en écrivant leur vie et en publiant leur biographie, ont voulu tenter de « temporaliser leur identité personnelle », c’est-à-dire de concilier le caractère nécessairement temporel et changeant de leur existence « vécue » avec la tentative de construire et proposer une définition d’eux-mêmes qui transcende cette temporalité biographique et constitue leur « identité personnelle », dans un sens qu’il faudra éclairer. Nous verrons en quoi cette tentative se heurte à des contradictions difficilement surmontables pour une série de raisons que nous argumenterons.

2La première partie du texte est consacrée à éclairer cette hypothèse à partir d’une théorie de l’identité personnelle comme pluralité de « formes identitaires », combinées diversement durant un cycle de vie, mais pouvant renvoyer à une sorte de « foyer virtuel » (Lévi-Strauss, 1977, p. 336), permettant d’introduire de la cohérence (ipséité) et de la continuité (mêmeté) dans cette vie, dès lors qu’elle est inscrite dans une forme narrative. La notion d’identité narrative, sa centralité sémantique et sa dimension éthique, chères à Ricœur (1984, p. 442ss et 1990, p. 335ss) nous servira de fil conducteur pour éclairer la relation complexe entre un récit de soi et une identité personnelle. La seconde partie testera l’hypothèse du hiatus existant entre ces deux notions sur quatre textes autobiographiques émanant de Jean-Jacques Rousseau, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et Richard Hoggart. La dernière partie montrera en quoi cette tentative autobiographique de temporaliser une définition de soi se heurte à des contradictions difficiles à surmonter.

1. Problématique des formes identitaires er de l’identité narrative

3Un ensemble de travaux, à base empirique, consacrés à l’analyse d’entretiens biographiques (Dubar, 1991, Demazière et Dubar, 1997, 2004, Dubar, 2001) permet de distinguer quatre grandes formes identitaires définies, de manière purement nominaliste, c’est-à-dire non essentialiste ou substantialiste, comme formes de récits de soi et manières de se définir. Ces définitions de soi privilégient soit une appartenance « pour autrui », imposée de façon « objective », soit une identification « pour soi », revendiquée de manière « subjective ». Dans chaque cas, on peut distinguer des formes traditionnelles dites aussi « communautaires » (au sens de Vergemeinschaftung de Weber, 1922, 1971) et des formes modernes dites « sociétaires » (Vergesellschaftung, idem). Ces quatre façons de se définir (communautaires pour autrui et pour soi d’une part, sociétaires pour autrui et pour soi d’autre part) ont été appelées successivement « forme nominale » (l’identité comme nom propre, nom de famille ou de groupe), « forme réflexive » (l’identité comme croyance notamment religieuse ou idéologique), « forme statutaire » (l’identité professionnelle reconnue) et « forme narrative » (l’identité liée à un récit de soi). Chacun, selon le contexte, peut se définir de l’une ou l’autre de ces façons : dire son nom, dire son appartenance ou sa profession, raconter son histoire. Mais il existe des dominantes dans les formes d’identification, notamment en fonction des caractéristiques et évolutions sociohistoriques (mais aussi des contextes d’énonciation). La forme nominale, comme la forme statutaire, constituant des « identités pour autrui » sont destinées à répondre à la question « qui suis-je », d’un point de vue « objectif », administratif, policier ou purement catégoriel. Dans ce cas, l’identité personnelle n’est qu’un « porte-identité sociale » (Goffman, 1975, p. 74) et n’a besoin d’aucun argumentaire (mais souvent d’une simple « pièce d’identité » ou d’une signature). Par contre les formes réflexives (ce à quoi je crois) et surtout narratives (ce que j’ai fait et pourquoi) nécessitent, pour s’exprimer, un discours, des argumentaires, des justifications. Elles renvoient à la question « que suis-je ? », en tant que personne, c’est-à-dire comme « être psychologique et moral » (Mauss, [1938], 1966) ou, comme écrit Ricœur, « qui suis-je c’est-à-dire qui a fait telle action, qui en est l’auteur » (Ricœur, 1985, p. 442) et pas seulement « qui suis-je » comme simple « être social objectif ».

4Une des thèses de plus en plus souvent défendue par les sociologues contemporains (Bauman, Beck, Giddens, Martucelli, de Singly etc.) est que l’humanité (ou les seules sociétés industrielles du Nord) serai(en)t entrée(s) dans une seconde modernité qui verrait triompher l’individualisation du social en même temps que la fluidité des appartenances et le culte de la singularité, en lien avec que la « société du risque ». Du point de vue des identités, cette mutation marquerait la suprématie des formes sociétaires sur les formes communautaires et notamment de la forme narrative centrée sur la mise en récit d’une existence singulière. De ce fait, les autobiographies contemporaines devraient pouvoir permettre d’atteindre ces « identités personnelles » résultantes de ces nouvelles « injonctions sociales », des identités qui ne soient pas de simples références à des « types humains », des « caractères généraux » ou des « personnages sociaux » (Martucelli, Singly, 2009, p. 27).

5Ainsi, si les autobiographies contemporaines se présentent bien comme des tentatives de mettre en mots des formes identitaires « pour soi » et notamment de répondre à la question « qui » ou « que suis-je, pour moi-même ? » mais aussi « qu’écrire de moi-même pour les autres ? », elles doivent le faire à travers le récit d’actions singulières et multiples. Avant tout, écrit Ricœur « l’histoire racontée dit le qui de l’action » (1985, p. 442) ce qui est, selon lui, la seule façon d’aborder « le problème de l’identité personnelle », en évitant les pièges du substantialisme et du nihilisme. Il s’agit de comprendre cette identité au sens d’ipse (soi-même) et non d’idem (sujet-substance) c’est-à-dire comme une « structure temporelle » issue de « configurations narratives » (ibid, p. 443). C’est ainsi que se pose immanquablement la question de la relation entre un récit avec ses composants (actions mais aussi faits, événements, tournants, etc.) et une définition de soi, c’est-à-dire un ou plusieurs prédicats appliqués à l’auteur du récit, en tant que sujet (celui qui dit « je », selon Benveniste, 1966), tout en « incluant le changement, la mutabilité dans la cohésion d’une vie » (Ricœur, 1985). Comme le contate Ricœur, citant Proust et les analyses littéraires de l’autobiographie, en fait, « l’histoire d’une vie ne cesse d’être refigurée par toutes les histoires véridiques ou fictives qu’un sujet se raconte sur lui-même », faisant ainsi « de la vie elle-même un tissu d’histoires racontées » (ibid).

6Comment alors définir cette identité personnelle mise ainsi en récits différents ? La première réponse de Ricœur est de défendre la thèse selon laquelle le soi-même de l’identité narrative constitue, non pas un moi égoïste et narcissique, infantile et névrotique, mais « le fruit d’une vie examinée… épurée, clarifiée… instruite par les œuvres de la culture » (ibid, p. 444). Il prend comme exemple l’expérience psychanalytique et la finalité de la cure qui est, selon lui, de produire, en lieu et place des bribes d’histoires inintelligibles, « une histoire cohérente et acceptable dans laquelle l’analysant puisse reconnaître son ipséité ». La seconde réponse est que, comme le travail proprement historiographique produisant une identité narrative par rectifications successives d’histoires collectives, celui de l’autobiographe consisterait, comme l’historien, à rectifier, sans cesse, des récits antérieurs par un récit ultérieur, reconfigurant le temps biographique par une « résolution poétique du cercle herméneutique » (ibid, p. 446).

7Ces réponses sont-elles suffisantes pour résoudre la question du passage d’une histoire racontée à une « formule identitaire » convaincante ? Ricœur reconnaît les limites de ses propres solutions dans Temps et récit 3 : l’identité narrative ainsi conçue n’est ni stable, ni unique et elle risque toujours d’être déstabilisée par « des variations imaginatives ». De fait, reconnaît-il, elle demeure un problème autant qu’une solution affectée d’une « instabilité principielle » (ibid, p. 447). Pour « sauver » son approche, il introduit alors un élément nouveau qu’il développera dans Soi-même comme un autre : selon lui, « la responsabilité éthique est le facteur suprême de l’ipséité » (Ricœur, 1990). Autrement dit, l’identité narrative n’est pas une simple définition de soi-même, elle est une entreprise qui « vise à imposer au lecteur une vision du monde » ou encore « une évaluation du monde et du lecteur lui-même » (ibid). On débouche ainsi, dans l’ouvrage ultérieur, sur une définition nouvelle de l’identité narrative : une « visée de la vraie vie, avec et pour l’autre, dans des institutions justes » (1990, p. 335). Elle constitue ainsi désormais selon lui une « visée éthique » impliquant à la fois « la réciprocité du respect mutuel » mais aussi « la concertation dans l’espace public » soit « une norme de réciprocité, une règle de justice et une sagesse pratique » permettant d’argumenter, par et dans le récit, de « l’universel en contexte » (p. 236).

8Ainsi, cette problématique de l’identité narrative fait-elle intervenir un « tiers-temps » qui n’est ni le passé de l’expérience vécue, ni le présent de l’écriture mais le futur d’un projet de vie, d’un projet éthique que le récit mobilise et argumente pour introduire de la continuité et de la cohérence dans une histoire pourtant faite de changements et de tournants. Pour introduire ce « tiers-temps », conçu comme « entrecroisement d’histoires et de fictions » (1985, p. 441), dans l’analyse des textes autobiographiques, il faut donc prêter la plus grande attention aux argumentaires et autres formes discursives qui constituent, pour les théoriciens de l’analyse structurale de récit (Barthes, [1968] 1984), le niveau de description de la narration, croisant celui des fonctions (tout ce qui fait avancer l’histoire racontée) et celui des actions (provoquant changements et bifurcations). C’est ainsi que l’analyse structurale de données biographiques peut dégager, en privilégiant un niveau de description, des propositions argumentaires, adressées à des destinataires et présentant des justifications des séquences narrées et des actions décrites (Demazière et Dubar, [1997] 2004).

9Parmi ces arguments, on prêtera une attention particulière à ceux qui concernent ces « interprétations de soi par soi-même », mêlant « histoire et fiction » et assurant une « médiation imparfaite entre futur, passé et présent » ce dernier étant « un présent comme initiative » (Ricœur, 1985, p. 462). Quant au futur, il n’est représenté qu’avec « le secours de récits anticipés qui transforme le présent en futur antérieur » en tant qu’il désigne « le début d’une histoire qui sera un jour racontée » (ibid, p. 465). C’est un projet de vie, anticipé à telle ou telle étape d’un parcours, qui a pu justifier tel ou tel choix ultérieur. Il s’agit d’une sorte de révélation, par l’auteur, de ce qu’il voulait faire de sa vie et de comment il la concevait, pour lui-même dans l’avenir, ce qui correspond bien à cette « visée éthique d’une vie bonne » associée par Ricœur à la notion d’identité narrative.

10Ces éléments de discours, insérés dans les récits autobiographiques et centrés sur le futur antérieur, suffisent-ils à définir des identités personnelles permettant de formuler des prédications de soi, crédibles et cohérentes sur le plan éthique (du type : je suis ceci ou cela, innocent, génial, fidèle, ou juste) et valables en continu durant tout le cycle de vie ? Peut-on extraire de l’analyse d’autobiographies des « formules identitaires » définissant ce qu’un auteur, écrivant un récit de sa vie, a produit comme « évaluation de lui-même », à la lumière d’un projet éthique permettant de le définir ? C’est ce que nous allons examiner à présent à partir de quatre cas choisis à la fois pour leur notoriété et pour leurs différences.

2. Études de cas : quatre autobiographies en perspectives

11Les deux premières – celles de Rousseau et de Sartre – sont considérées par Philippe Lejeune (1995) comme des modèles du genre, particulièrement typiques de deux façons très différentes et historiquement marquées (l’une « traditionnelle » et l’autre « contemporaine ») de satisfaire à un « pacte autobiographique » avec un lecteur censé partager les mêmes références. Celles-ci portent soit sur une croyance antique dans des « caractères » (parfois appelés tempéraments, destins ou traits héréditaires) jugés essentiels et reconnus (selon le modèle antique et classique de Plutarque et de sa Vie des hommes illustres), soit sur une conception moderne de l’existence faite du jaillissement de projets issus d’une liberté parvenant à s’émanciper de ses déterminations. Les deux « cas » suivants concernent deux exemples contemporains de réussite académique et littéraire à partir d’une classe sociale, d’un pays et d’un genre différents. Simone de Beauvoir, femme issue de la grande bourgeoisie française, et Richard Hoggart, homme originaire de la classe ouvrière anglaise, ont fait l’une et l’autre, presqu’à la même époque, une « belle carrière » littéraire ou académique. La comparaison de ces deux cas permettra de confirmer les contradictions inhérentes à la tentative de définir une « identité personnelle » par des traits d’ordre éthique cristallisés dans une « formule identitaire ». Elle justifiera la nécessité de combiner des déterminations sociales et des décisions signifiantes pour rendre compte de parcours qu’on peut considérer à la fois comme typiques et exceptionnels, socialement contraints et subjectivement signifiants (Dubar, Paiva, Silva 2012, p. 17).

2.1 La cas Rousseau : une identité personnelle problématique

2.1.1.- Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions livre I : « je suis innocent ».

12Dans sa remarquable analyse du « cas » Rousseau, Jean Starobinski insiste sur le désir de transparence de Jean-Jacques : à la question « qui suis-je ? » il répond par la formule : « je sens mon cœur » (Rousseau, O.C. I, p. 5). Jean-Jacques, seul, se connaît lui-même : « personne au monde ne me connaît que moi seul ». Il voudrait que « tout le monde lise dans son cœur » (Starobinski, p. 218). Or ce n’est pas le cas : « on le prend pour ce qu’il n’est pas : on lui attribue l’âme d’un orgueilleux ou d’un méchant » (Starobinski, p. 220). En effet, pour la première fois, à Bossey où il a été placé à l’âge de dix ans, après le départ de son père, Jean-Jacques l’orphelin est accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Et « les autres » le punissent sur la foi d’un soupçon imaginaire qu’il ne parvient pas à effacer. Cette épreuve est typique de plusieurs événements narrés dans l’ensemble des Confessions : Jean-Jacques est victime de la méchanceté humaine toujours prompte à l’accuser.

13L’analyse structurale permet de découvrir l’homologie entre l’histoire racontée (séquences courtes et énigmatiques), les actions reconstituées (aboutissant à l’accusation de culpabilité et à la punition) et l’argumentaire de l’auteur du récit affirmant : « je suis innocent, victime d’une terrible injustice » (O.C. I, p. 48-50). Aux trois niveaux de description de cet épisode, le Moi de Jean-Jacques s’oppose frontalement aux autres protagonistes (la servante, M. et Melle Lambercier, « on »…). Rappelons l’affaire : alors qu’il étudie seul sa leçon dans la chambre contiguë à la cuisine, un des peignes de Melle Lambercier mis à sécher par la servante est brisé. Or personne d’autre n’est rentré dans la chambre. La conclusion s’impose, implicitement : ça ne peut être que lui ! L’intrigue semble ainsi limpide et il est déclaré coupable. Les actions en découlent : « on m’interroge, je nie, M. et Melle Lambercier… me menacent. Mais… on ne put m’arracher l’aveu ». Ainsi, poursuit Rousseau, « la méchanceté, le mensonge, l’obstination parurent dignes de punition ». Il conclut : « l’exécution fut terrible et pourtant, je fus inébranlable » car, répète-t-il : « j’en étais innocent » et il conclut : « j’ai éprouvé une injustice terrible » (O.C. I, p. 50).

14L’opposition semble irréductible : d’un côté Jean-Jacques, « l’innocent » de l’autre, les accusateurs qui ne peuvent « lire en lui » et qui, en l’accusant, en font un « coupable, victime de l’injustice des hommes » (Starobinski, p. 222). Mais est-il si sûr que Jean-Jacques ait une identité d’innocent ? N’a-t-il donc jamais (gravement) fauté ?

2.1.2.- J-J Rousseau Les Confessions, Livre II : Jean-Jacques « voleur, menteur, calomniateur ».

15Quelques années plus tard, alors que Jean-Jacques séjournait chez Mme la comtesse de Vercelis, celle-ci mourut et « rien ne se trouva de manque sur l’inventaire » (O.C. I, p. 124). « La seule Mlle Pontal perdit un petit ruban couleur de rose et argent, déjà vieux… Ce ruban seul me tenta : je le volai… et on me le trouva bientôt. On voulut savoir où je l’avais pris. Je me trouble, je balbutie et enfin dis, en rougissant, que c’est Marion qui ne l’a donné » (Idem, p. 125). Marion, cuisinière, est jolie avec « un air de modestie et de douceur » elle est « bonne fille, sage et fidèle ». Après cette accusation, « on la fit venir… elle arrive, on lui montre le ruban, je la charge effrontément, elle reste interdite, se tait, me jette un regard… auquel mon barbare cœur résiste… Elle nie avec assurance, m’apostrophe, m’exhorte à rentrer en moi-même… et moi, je confirme ma déclaration et lui soutiens en face qu’elle m’a donné le ruban » (idem). En pleurant, elle dit : « Ah Rousseau, je vous croyais un bon caractère, je ne voudrais pas être à votre place ». Et Rousseau de conclure la narration : « Voilà tout… cette modération lui fit tort… les préjugés étaient pour moi… on se contenta de dire que la conscience du coupable vengerait assez l’innocent » (idem, p. 126).

16Les actions opposent, cette fois, Jean-Jacques, manifestement coupable, à une Marion innocente et blessée. Les rôles sont inversés : celle qui est accusée à tort, c’est l’autre et le « méchant » c’est lui. Mais, dans l’argumentaire, coup de théâtre : voilà que Jean-Jacques prétend que « c’est mon amitié pour elle qui fut la cause de ce crime » (car, écrit-il : « je voulais lui offrir ce ruban ») et que c’est la peur de la honte qui le fit agir ainsi, la peur de paraître « voleur, menteur, calomniateur » (idem, p. 127). Il ne s’agit pas ici de ce qu’il est mais de ce qu’il risque de paraître… Rousseau se dit-il innocent pour autant ? Pas tout à fait mais sa « faute » est requalifiée en « faiblesse » et mise sur le compte de l’âge (« j’étais encore un enfant ») et de l’intimidation dont l’enfant Jean-Jacques a été la victime. Et puis, finalement, il reconnaît son crime mais prétend « qu’il fut le seul commis en quarante ans de droiture et d’honneur » (idem, p. 128). Une sorte d’exception qui confirme la règle et dont « il ne veut plus jamais parler » (idem). L’argument est sans appel : Jean-Jacques est, au fond de lui-même, quand même innocent. Peut-on le croire ? Certes il est facile de « traiter avec condescendance ces aveux de Rousseau » et il faut lui reconnaître une sincérité hors du commun dans « les révélations de ses secrets » (Lecarme et Lecarme-Tabone, 1997, p. 148). Mais il faut aussi constater que ces révélations ne vont pas dans le sens d’une constante droiture…

2.1.3.- Jean-Jacques Rousseau et l’abandon de ses enfants

17Quand même innocent, Jean-Jacques ? On sait aujourd’hui pourquoi Rousseau s’est mis à reprendre ses notes dans le but de publier Les Confessions au plus vite. En 1769, Voltaire découvre que Rousseau a abandonné les cinq enfants qu’il a eus de Thérèse Levasseur. Déjà très agacé par les perpétuelles leçons de morale de l’auteur de La Nouvelle Héloïse, Voltaire décide de rendre publique sa découverte. Il faut donc que Jean-Jacques s’explique. Il va le faire d’une curieuse façon dans quelques courts passages des Livres VII et VIII des Confessions. En suivant la synthèse de Philippe Lejeune (1975, p. 155-156) qui résume bien les résultats de l’analyse structurale au niveau argumentaire, on découvre : 1/que Rousseau ne se sent pas coupable, 2/qu’il n’est pas convaincu d’avoir à se défendre, 3/qu’il est sûr d’avoir bien agi puisqu’il n’a aucun sentiment de faute, 4/que c’est « le jeu des circonstances qui a étouffé la voix de la nature » (Rousseau, O.C. I, p. 356). Entendez : « je n’avais pas de quoi nourrir ces enfants et j’ai été un bon père en les plaçant ».

18Philippe Lejeune résumant ainsi cet argument rappelle à bon escient que Jean-Jacques a été lui-même abandonné par son père et qu’il ne lui en a jamais voulu pour cela (« le jeu des circonstances »). Rousseau écrit d’ailleurs, parlant exceptionnellement de lui à la troisième personne : « jamais un seul instant de sa vie, Jean-Jacques n’a pu être un homme sans sentiment, sans entraille, un père dénaturé » (O.C. I, p. 357). L’affaire est entendue, Rousseau est décidément innocent « pour soi » et ce sont ses sentiments qui le prouvent. Mais il est totalement coupable « pour autrui », au point que, comme l’écrivent ces commentateurs, il finit par « devenir socialement rien », même si cette « déperdition de soi » lui permet de se proclamer « ontologiquement tout » (Lecarme et Lecarme-Tabone, op. cit, p. 159). Mais pourquoi cette indifférence, à ce point, à son « identité pour autrui » ? Serait-ce un effet du contexte historique ou relationnel de cette production autobiographique ?

2.1.4 Les deux présupposés des Confessions marqués par son époque : essentialisme et modèle génétique ?

19Rousseau croit, semble-t-il, comme la plupart des auteurs de son temps, à l’existence d’un « caractère » essentiel à chaque personne et acquis dès l’enfance (Lejeune, op. cit, p. 123). Ainsi écrit-il, au début des Confessions, « À Bossey, cette manière de vivre me convenait si bien qu’il ne lui a manqué que de durer plus longtemps pour fixer absolument mon caractère » (O.C. I, p. 14). À Bossey, en effet, deux événements orientent, selon Lejeune, le caractère de Jean-Jacques : la fessée reçue de Mlle Lambercier qui fait de lui, par la première découverte inattendue et atypique de la sexualité, « un être brûlant et chaste » doté d’une « passivité amoureuse » (Lejeune, p. 125) ; l’injustice du peigne cassé qui lui fournit « une énergie héroïque » pour la « lutte contre l’injustice » (idem). Mais c’est insuffisant car trop éphémère. Il faudra à Rousseau la célèbre « illumination de la route de Vincennes » (après avoir lu la question de la dissertation de Dijon auquel il va répondre, gagner le prix et commencer à devenir célèbre) pour qu’il découvre, dans ce qu’il appelle un « instant éternel », ce qui sera « un projet fondamental de toute sa vie » : être ce qu’il devait être dans son temps c’est-à-dire un écrivain-philosophe reconnu.

20Mais ce projet n’exclut pas les mutations constantes de Jean-Jacques, « à la limite de l’aliénation, devenant chef d’orchestre à Lausanne, ambassadeur à Soleure, jacobite anglais dans la vallée du Rhone, et auteur prophétique à Paris ». Cette « bigarrure des identités » (Lecarne et Lecarne-Tabone, op. cit, p. 157) est-elle compatible avec la croyance dans ce « caractère » évoquée au début des Confessions ? On touche ici à une contradiction, peut-être indépassable, des Confessions. Certes, d’un côté, Rousseau, comme la plupart des penseurs de son temps, et même ceux, « de l’Antiquité au XVIIIe siècle » (Passeron, 1989, p. 12), a, pour modèle biographique, Les Vies Parallèles de Plutarque (il reconnaît que, très tôt, ce livre légué par sa mère morte en le mettant au monde, devient « sa lecture préférée » cf. O.C. I, p. 9). Dans ce modèle, la vie des Grands Hommes est la réalisation d’une essence, une figure préexistante, un type d’homme exemplaire, une vie à visée morale ou politique. Mais, d’un autre côté, Rousseau innove radicalement par rapport à ce modèle en recherchant constamment « l’origine de la personnalité », les « sources de son être », le « rôle de l’enfance dans la vie humaine », accordant « de l’attention à des phénomènes jugés négligeables comme la sexualité infantile ou ridicule comme l’auto-érotisme » (Lejeune, [1971] 1998, p. 45). Loin de se conformer à ce « caractère » originel, il se forge un parcours singulier qui échappe au modèle du Grand Homme et de son exemplarité.

21Ainsi, on peut affirmer que Jean-Jacques vit une sorte de contradiction permanente : ayant le caractère d’un « idéaliste sentimental » (Starobinski, idem, p. 111), il doit à la fois « devenir ce qu’il a été dès Bossey », un innocent, pourfendeur de l’injustice, tout en se faisant reconnaître, d’une façon très singulière comme un Grand Écrivain et Artiste de son temps. Rousseau échappe ainsi au destin qui lui avait été légué tout en l’accomplissant quand même, à sa façon. Il est à la fois doté d’identités multiples, irréductibles à un « type » pré-établi, et conforme à un projet de vie enraciné dans sa petite enfance et déterminé par des expériences précoces. Son identité personnelle est à la fois le produit de ce « caractère » précoce et celui d’une pluralité d’expériences temporelles singulières, irréductibles à un modéle établi.

2.2. Le cas Sartre, névrose et projet : « je ne suis rien (de spécial) ».

22Sartre écrit et publie Les Mots (1964) pour réaliser une autobiographie existentialiste, réfutant tout essentialisme du caractère, de la fatalité ou de l’hérédité. Pour Sartre, le Moi est contingent, intégralement « en situation » réduit à sa liberté, pur jaillissement face aux situations incertaines de l’existence. Ainsi, il n’est pas difficile de démontrer que, tout au long de son autobiographie, le niveau argumentaire, celui du discours sur soi, prime absolument sur celui des séquences racontées et des actions décrites. Prenons un exemple parmi cent : dans la bibliothèque de son oncle, le petit Sartre prend le De Viris Illustribus de Plutarque. Il le feuillette et, dans un premier temps, le rejette jusqu’à punir le livre en le cachant. Un an plus tard, il n’a qu’un désir, reprendre sa lecture : « j’avais changé, l’enfant prodige était devenu grand homme en proie à l’enfance ». Quelle surprise, « le livre avait changé lui aussi » : c’étaient les mêmes mots mais « ils me parlaient de moi ». L’auteur ajoute : « je pressentis que cet ouvrage allait me perdre, je le détestais, j’en pris peur… Je ne suis pas sorti du livre ». Il conclut : « j’en avais depuis longtemps terminé la lecture mais j’en restais un personnage ». (Sartre, 1964, p. 170-172).

23L’enfant Sartre n’est pas « devenu un grand homme » à la lecture de Plutarque mais c’est parce que, dans son imaginaire créatif, il est devenu « grand homme » (à six ans…) qu’il se doit de lire le livre qu’il avait rejeté et caché un an avant. Le discours sur soi précède et détermine la narration parce que, pour l’auteur de L’être et le néant, « c’est le sens qui détermine les événements et non l’inverse » (Lejeune, op. cit. p. 228). Les spécialistes ont ainsi pu montrer comment des épisodes sont déplacés dans le temps, d’autres sont inventés ou passés sous silence, de manière à faire triompher cette « temporalité logique » (idem, p. 226) qui est celle de l’énonciation langagière, caractéristique de la présence du sujet dans ses énoncés (Benveniste, 1966, p. 238) et qui permet de produire un discours en disposant, à sa guise, du temps chronologique.

24Ainsi, en établissant la priorité systématique accordée aux propositions argumentaires sur les séquences narrées ou les actions décrites, l’analyse structurale des Mots confirme la thèse de Lejeune : Sartre impose dans son autobiographie une « nouvelle vision du temps » selon laquelle « les récits sont construits à partir de leur fin » (Genette, 1969, p. 97) c’est-à-dire de la « genèse reconstruite d’un projet fondamental d’une vie, à partir d’une sorte de conversion initiale permettant de trouver une issue à une situation à partir du champ du possible » (Lejeune, op. cit. p. 238).

25Pour le petit Sartre, orphelin privé de père (et donc préservé de l’Œdipe), fils unique élevé entre un homme (grand père Schweitzer) et deux femmes (Anne-Marie la mère et la grand-mère), ce projet construit et imaginé dans l’enfance, est celui de devenir un grand écrivain conforme au mythe de l’écrivain bourgeois du XIXe siècle (cf. les biographies de Sartre consacrées à Baudelaire ou Flaubert). Initié à l’écriture littéraire à sept ans, écrivant des romans à huit, consacré comme le futur Shakespeare par son grand-père au même âge, il s’invente un mandat, un rôle historique entre huit et dix ans. C’est ainsi écrit Sartre que se fixe ce qu’il appelle sa mythomanie qui n’est autre « qu’une névrose devenue caractère » (Lejeune, p. 207).

26Non pas ce caractère essentialiste et exemplaire des Grands Hommes issu du modèle de Plutarque, mais une sorte de folie incorporée, d’autant plus opératoire qu’elle est devenue inconsciente. La lecture de Freud – dont Sartre écrivit un scénario pour Huston – l’a persuadé de cette conception « moderne » d’une vie, vécue d’abord sous l’égide de l’inconscient et de ses pulsions notamment œdipiennes. La fin des Mots, considérée parfois comme incohérente, est rétablie dans sa logique (bousculant la chronologie) par Lejeune : c’est au moment où Jean-Paul, à 11 ans, redécouvre l’amour de sa mère et rencontre la camaraderie au lycée Henri IV où il entre enfin, que sa névrose se fixe et s’incorpore à lui (et non à la suite de la prédiction du grand père et de ses premiers écrits précoces). Pour comprendre ce jeu avec les datations, il faut relier cet événement intérieur à un drame à peine évoqué : Anne-Marie se remarie et il doit déménager à La Rochelle. Si Sartre prétend que n’est pas cet événement qui fait de sa névrose un « projet mythomane » qui va l’habiter jusqu’à 1940 et la « drôle de guerre », ce n’est pas sa seule liberté, même définie comme manière à lui de « faire de lui-même quelque chose à partir de ce que les autres ont fait de lui » (Sartre, 1960, p. 54). Cette liberté n’exclut pas la détermination de cette « identité névrotique » par ses relations à ses proches et le sentiment d’abandon maternel. Ne s’agit-il pas, là aussi, d’une contradiction indépassable ?

27Où est l’éventuelle « identité personnelle » de Sartre dans tout cela et sa dimension de « visée éthique » ? Autant dans le cas d’un Jean Genet, le lecteur voit bien la réalisation de la « prédiction créatrice » de ses parents adoptifs disant de lui à 7 ans : « tu es un voleur » (et non « tu as volé ») et suscitant ainsi une vocation accomplie – y compris d’ordre éthique – de « Prince des voleurs », autant les prophéties du grand-père Schweitzer n’ont pas suffi à faire de Jean-Paul Sartre l’écrivain bourgeois de sa génération. Au contraire, comme l’écrit Lejeune, « il a fallu que Sartre devienne réellement aux yeux des autres un écrivain pour qu’il puisse se détacher du mythe et redevenir n’importe qui ». Dès qu’il renonce à cette identification primaire et au primat de la subjectivité (aux formes d’identité « pour soi ») pour choisir l’engagement politique objectif c’est-à-dire également éthique et « démocratique » (en 1940 pendant la drôle de guerre), Sartre sort de sa névrose infantile et renonce à tous ses rêves de grandeur. Il peut ainsi devenir un citoyen engagé comme tout le monde peut l’être et conclure ainsi Les Mots : « Si je range l’impossible salut au magasin des accessoires, que me reste-t-il ? Tout un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui ». Bref si l’identité personnelle implique la dénomination d’une valeur morale singulière, Sartre le dit clairement, il n’en a pas (pas plus ni moins que tout un chacun…). Exit donc l’identité personnelle ? Oui s’il s’agit de distinction singulière mais pas si elle désigne un engagement partagé mais spécifique (un socialisme à la fois démocratique et libertaire). Encore une contradiction indépassable…

2.3 Le cas Simone de Beauvoir : « je suis quelqu’un »

28Les Mémoires d’une jeune fille rangée n’ont pas grande parenté avec Les Mots. Même si Simone de Beauvoir se réclame, comme Sartre, de l’existentialisme et exclut l’hypothèse d’un « caractère » préexistant à la biographie d’un être humain, elle ne recule pas devant la tentation de définir et d’expliquer, au moins en partie, positivement (au sens positiviste du terme) ce qu’elle est devenue par une situation d’origine déterminante : le déséquilibre entre un père individualiste et athée et une mère traditionaliste et moralement sévère :

« Je reléguai Dieu (ma vie spirituelle dirigée par ma mère) hors du monde (ma vie intellectuelle incarnée par mon père) ce qui devait influencer profondément la suite de mon évolution. Ce déséquilibre (individualisme et éthique profane du père, sévère morale traditionnelle de la mère) qui me vouait à la contestation explique en grande partie que je sois devenue une intellectuelle » (1958, p. 57).

29Simone se dit « vouée à la contestation » par suite de l’écart idéologique entre ses parents. N’était-elle donc pas libre de faire face autrement à cette situation ? N’a-t-elle pas d’ailleurs, vers l’âge de 8 ans, voulu devenir carmélite et entrer au couvent ? (ibid., p. 99). Pourquoi est-ce l’identification au père qui devait triompher ? Comment concilier cette détermination à la contestation avec ce qu’elle écrit d’elle-même au moment où elle « décide » de se faire professeur, au sortir de l’enfance : « je me rêvais l’absolu fondement de moi-même et ma propre apothéose » (p. 77) ?

30La thèse avancée par Philippe Lejeune est que, contrairement à Sartre, Beauvoir est prisonnière du temps chronologique des autobiographies traditionnelles. Selon lui, elle ne peut pas s’émanciper de la causalité linéaire de l’avant sur l’après et doit donc invalider l’identification infantile à la mère (conformisme initial) par l’identification adolescente au père (contestation ultérieure) qui est annonciatrice de « la suite de son évolution » (p. 57). Si, pour la pasticher, « on ne naît pas intellectuelle contestatrice, on le devient », Simone semble penser qu’elle ne pouvait y échapper compte tenu de la supériorité « intellectuelle » de son père et de l’infériorité « spirituelle » de la mère. Elle fait comme si elle ne pouvait que s’identifier au premier et rejeter la seconde. Ne s’agit-il pas d’une forme de « mauvaise foi » au sens sartrien ? Une autre interprétation est possible mais qui débouche également sur une contradiction indépassable. Si, comme l’écrit Sartre dans L’idiot de la famille, « une vie, c’est une enfance mise à toutes les sauces », Beauvoir, pas plus que Sartre lui-même, n’échappe à cette « causalité archéologique » (De Conynck et Godard, 1989) qui n’est certes pas la seule (les auteurs évoquent des causalités processuelles et structurelles) mais qui ne peut être évacuée, même si elle semble contradictoire avec cette « causalité purement logique » dont parle Lejeune à propos du projet. On ne sort pas si facilement de la temporalité chronologique, même si l’on peut tenter de s’en émanciper…

31L’inventaire des principales propositions argumentaires par lesquelles Beauvoir se définit elle-même, tout au long de son récit d’enfance et d’adolescence (découpé en onze séquences successives et linéaires), va dans le sens d’une sorte de conciliation entre une genèse chronologique d’une identité personnelle de « femme-auteur » se produisant elle-même (contre le destin des autres femmes) et d’un destin précoce de quelqu’un doté de « supériorité intellectuelle » ressentie à travers le regard des autres :

  • (1) « chaque fois qu’il m’arrivait quelque chose, j’avais l’impression d’être quelqu’un » (p. 18) — à 3-4 ans.

  • (2) « j’éprouvais un sentiment aigu de supériorité » (p. 21) — à 5 ans.

  • (3) « Je savais lire, écrire, compter, j’étais la vedette du cours » (p. 33) — à 6 ans.

  • (4) « Je devins une petite fille modèle… il (l’aumônier) félicita maman de ma belle âme »… (p. 42) — à 7 ans.

  • (5) « En symbiose avec ma mère, je fus modelé par elle : sens du devoir, oubli de soi, austérité, effacement, contrôle du langage et censure des désirs » (p. 56) — de 7 à 10 ans.

  • (6) « J’étais et demeurerais toujours mon propre maître… Je n’étais pas une enfant, j’étais moi » (p. 79-80) — à 12 ans.

  • (7) « Je me sentais exceptionnelle » (p. 119) — 13 ans.

  • (8) « Ma vie à moi conduira quelque part… je ne suis pas vouée à un destin de ménagère » (p. 138) — 14 ans, fin de la classe de 3e.

  • (9) « J’avais décidé de consacrer ma vie à des travaux intellectuels… bien décidée à m’y tailler une place. Il fallait émerger » (p. 185) — 16 ans (l’année du bac).

  • (10) « être un auteur célèbre… je me créerai moi-même à neuf et justifierais mon existence » (p. 187) — 17 ans (1re année de fac).

  • (11) « une ardente conscience de mes forces, de ma supériorité sur eux tous… je devais faire mon oeuvre : vouloir la joie et l’obtenir » (p. 345).

32La liste précédente ne laisse pas place au doute : si Simone a toujours eu une très haute opinion d’elle-même, le temps chronologique ne fait que confirmer, à chaque étape d’un devenir sans surprise, le sentiment trés précoce d’un destin exceptionnel. Si Simone se sent supérieure aux autres, vedette, modèle, exceptionnelle, si différente de toutes celles qui, devenues femmes, ont un « destin de ménagère », c’est parce qu’on le lui dit et répète, depuis sa plus tendre enfance, au point qu’elle finit par lire ce qui lui arrive à la lumière de cette conviction.

33De quelle sorte d’identité personnelle s’agit-il, qui semble si différente de l’absence de toute distinction morale revendiquée par Sartre à la fin des Mots ? Dire d’un individu, « c’est quelqu’un » c’est lui reconnaître une valeur rare, « hors du commun » une sorte d’identité supérieure. Mais dire qu’il ou elle « se croit quelqu’un » ou « se prend pour quelqu’un » c’est le ou la redéfinir comme prétentieux(se) voire « arrogant(e) » (le terme est appliqué par Simone à elle-même à la page 82). Tout dépend, en fait, du prédicat concerné : est-il quelqu’un de « bien » de « fort » de « vrai » ou d’une autre qualité ? Ce jugement moral ne concerne jamais quelqu’un dans sa singularité – même s’il est présenté comme tel – mais consiste à le rattacher à une catégorie comprenant beaucoup d’autres personnes. Dans tous les cas, l’auteur n’est pas le seul, même en combinant plusieurs traits… Tout acte de prédication (« il est ceci ou cela ») atteint quelqu’un dans ce qu’il a de typique (pour soi ou pour autrui) mais non de singulier. Seul, il est « lui-même » ou, comme Simone, « elle-même » et c’est une assertion (« je suis moi » écrit-elle plusieurs fois) et non une prédication. C’est même une tautologie. On ne trouve, en ce cas, aucune identité personnelle de type subjectif… mais seulement une identité nominale de type objectif (« c’est mon nom propre »). Dès l’âge de 12 ans, Simone le savait (p. 80) où elle écrit : « Simone est Simone » ce qui veut dire, en fait, qu’elle n’est pas n’importe qui (n’importe quelle femme). Serait-elle la seule ? Toutes les « pionnières » féministes semble-t-il, l’ont pensé (Léger, 1982, p. 12) ce qui n’empêche pas Beauvoir d’être unique : contradiction indépassable…

2.4.- Le cas Hoggart: je suis un universitaire issu des classes populaires anglaises.

34Avec Richard Hoggart, nous sommes renvoyés à l’autre pôle du genre autobiographique contemporain. Alors que chez Sartre ou Beauvoir, l’argumentaire sur soi et la temporalité correspondante l’emportaient largement sur les épisodes racontés et les actions décrites, c’est ici l’inverse que l’on constate. Voici un illustre professeur d’université anglaise, auteur d’un chef-d’œuvre sociologique intitulé La culture du pauvre qui fait revivre les quartiers populaires de Leeds où il a vécu, dans les années 1920 et 1930. Il décrit la vie quotidienne de ses proches (deux tantes, une grand-mère, un oncle etc.), les pratiques collectives des habitants et retrace les péripéties de sa réussite scolaire et de son « sauvetage » in extremis, notamment par une assistante sociale « comme il n’y en a plus aujourd’hui » (Grignon, 1971, p. 8). Les deux passages suivants, reliant des séquences de récit, des descriptions d’actions et des propositions discursives, doivent permettre d’illustrer ce qui sépare cette autobiographie socio-historique des récits de soi existentialistes précédents. Les propositions argumentaires concernant l’auteur ont été soulignées dans ce texte, comme dans le suivant.

Grand mère avait le souci de me corriger : je devais grandir pour « bien faire » mais, par-dessus tout, elle me donna un amour désintéressé et je le lui rendis. Peut-être aussi voyait-elle en moi quelque chose de ce qu’elle pensait être les talents de l’oncle Walter, liés à la volonté de ne pas, comme lui, les gaspiller. Elle aimait l’idée que je fasse mon chemin et par-dessus tout que je sache manier les mots et que j’apprenne progressivement à bien parler. Dans la plupart des souvenirs que je garde d’elle, elle est assise à côté de la cheminée ou en train de préparer un repas simple, un ragoût, un hachis, du poisson frit. La gamme de ce qu’elle savait préparer était certes limitée mais, comme toutes les femmes de sa génération, elle pouvait transformer la nourriture la moins chère en un repas appétissant et pas seulement nourrissant. Il en était ainsi de toutes ses filles. C’était bien des années avant que je me rende compte que certaines personnes fabriquent des ragoûts ratés parce qu’il leur manque tout bonnement le tour de main, l’intérêt ou le sens du goût. (1991, p. 43)

35On le constate : les descritions d’actions quotidiennes (éducation, cuisine, préparations…) et les séquences renvoyant à des souvenirs priment sur les propositions argumentaires qui concernent d’ailleurs plus des relations (amour de la grand-mère, rejet de Walter, admiration pour ses tantes…) que des sentiments personnels. Comme l’écrit Claude Grignon dans sa présentation, le Moi central du livre « est très peu égocentrique » (1991, p. 7). La vie de Hoggart enfant, ayant été inséparable de celles de ses proches (orphelin, il est placé chez sa grand-mère où vivent deux tantes et un oncle), son récit, quarante ans plus tard, accorde plus d’importance aux conduites de ceux-ci qu’à ses propres états d’âme. Non pas qu’ils soient absents de son récit, mais ils sont toujours rapportés à un contexte socio-historique déterminant : le Leeds des années vingt et trente, ses quartiers populaires, sa classe ouvrière hiérarchisée et dispersée, ses familles plus ou moins pétries de cette sous-culture dominée, « à la fois refuge et prison » (idem, p. 15).

36Mais Richard a réussi socialement, contrairement à presque tous ses camarades du quartier. Il est venu à bout des épreuves (Baudouin, 2010) qui jalonnent le parcours d’un enfant du peuple devenant professeur d’université. Pour en rendre compte, Hoggart se livre à « un autoportrait de boursier » (1991, p. 20) qui tranche fortement avec ceux de Sartre et Beauvoir issus de l’élite. Le passage qui suit est un long argumentaire volontairement choisi pour faire pendant au récit de Beauvoir. Pas question pour Hoggart de s’attribuer tous les mérites de sa réussite et de se dire « supérieur » (le pire péché qui soit pour ses proches) parce qu’il a franchi tous les obstacles. Même s’il y est question, à plusieurs reprises, de son « intelligence » reconnue par ses maîtres, son récit relativise cette disposition pour insister sur le rôle décisif qu’ont eues les interventions de quelques personnes (l’assistante sociale, le proviseur, un universitaire) dans le fait que ses performances scolaires se traduisent en possibilités concrètes (bourses, accès au concours, recrutement) de poursuivre puis d’achever dans les meilleures conditions (la meilleure mention), ses études, ce qui constitue son projet mais aussi l’espoir de ses proches. S’il fait l’admiration des siens, c’est dans la mesure où il ne se prend pas pour quelqu’un et refuse de se faire aliéner par des modèles d’intellectuels individualistes étrangers à sa culture d’origine.

À mesure que je gravissais la route qui menait de l’entrée en 6e au baccalauréat et à l’obtention d’une bourse pour l’université locale, ma tante Annie, de même que Grand Maman et tante Ethel, devenaient de plus en plus fières de moi. Bien qu’elles m’aient surveillé avec sévérité et une promptitude inégale à me faire des reproches et à me remettre à ma place, elles guettaient le moindre signe qui indiquerait que je commettais l’un des pires péchés qui soit, « se prendre pour plus qu’on est ». Les nombreuses phrases populaires dont le prototype est « je ne peux pas supporter les gens prétentieux » n’expriment pas, me semble-t-il, de l’envie. Elles n’empêchent pas de reconnaître les différences et d’être heureux que quelqu’un « arrive » surtout si c’est par le mérite et en travaillant dur. Elles plongent leurs racines dans le sentiment de l’égalité de la valeur humaine de base, sentiment qui doit être reconnu par chacun, par celui qui réussit comme par celui qui ne réussit pas : « l’homme le plus humble d’Angleterre a une vie à vivre comme le plus grand ». (ibid., p. 145)

37L’identité personnelle de Hoggart ne saurait se traduire par une suite de qualités morales individuelles et distinctives, étrangères à sa culture d’origine. L’individualisme distingué anglais n’est pas « socialement neutre » : là, peut-être plus que partout ailleurs dans le monde, et depuis longtemps (B. Skeggs, 2012), il est bourgeois-aristocratique, anti-ouvrier, et encore plus anti-ouvrière, arrogant, hautain et prétentieux. Ne pas avoir ce genre d’identité-là (pour autrui), c’est un impératif pour Hoggart qui, en tant qu’universitaire et écrivain, doit se rattacher (pour soi), par son histoire et sa réflexion, à son passé populaire et, par son récit, à un présent conscient, fier de ses racines. Le temps futur d’un projet individuel ne doit pas y avoir de place déclarée, même si le lecteur ne peut s’empêcher de le postuler, du fait notamment de la présence du futur antérieur et du projet de réussite de Richard. Y a-t-il, pour autant, dans ses arguments, une autre identité personnelle que celle qui valorise son « identité sociale pour autrui » (la classe sociale d’origine ou le statut atteint). Y a-t-il une identité pour soi distinctive appuyée, par exemple, sur un sentiment de supériorité ? Il faut pour répondre s’appuyer sur la comparaison avec les autres « cas » et élucider les formes identitaires spécifiquement dominantes chez chacun d’entre eux.

3. Mise en perspective terminale : les contradictions de l’identité personnelle

38L’autobiographie ne constitue la temporalisation d’une identité personnelle que si celle-ci préexiste, d’une manière ou d’une autre, à la mise en récit d’une vie. Elle se présente, en effet, sous la forme de la croyance en un « projet de vie » et suppose une projection dans l’avenir de ce que l’auteur a pensé constituer une « vie bonne » pour lui. On la rencontre bien, plus ou moins, chez les quatre auteurs choisis : Rousseau veut être un grand écrivain « pourfendeur d’injustices », Sartre un romancier bourgeois « génial et précoce », Beauvoir une intellectuelle supérieure refusant de « devenir femme (au foyer) », Hoggart un universitaire reconnu « gardant ses racines ouvrières ». C’est ce projet de vie qui pourrait, peut-être, après coup, être évalué à travers des séquences et des actions rapportées dans chaque récit. De ce point de vue, comme l’a très bien vu Gérard Genette « c’est le futur qui guide la narration et sélectionne les souvenirs » (1969, p. 97). Le temps de ce(s) projet(s), le futur antérieur, implique une priorité logique accordée à l’anticipation d’un avenir (ou parfois plusieurs) sur la restitution d’un (ou plusieurs) passé. Il s’agit donc bien de « temporaliser » ce qu’on peut appeler une sorte d’ « identité personnelle » en tant que « projet de vie ».

39Mais il existe bien plusieurs manières de concevoir et d’exprimer ce(s) projet(s) censé(s) introduire de la cohérence et de la continuité dans le récit d’une vie. La « vie vécue » étant faite d’une pluralité d’expériences, de rencontres et d’événements, c’est d’abord par la sélection des souvenirs que se manifeste l’introduction par l’auteur d’un projet unificateur de cette « bigarrure des identités » dont parlent Lecarme et Tabone (1997). Mais c’est aussi en agençant les séquences et les actions, en les structurant d’une certaine façon, que l’auteur dévoile la nature de son projet, en suggère l’éventuelle réalisation et en montre parfois les contradictions. Mais, en insérant un ou plusieurs futurs dans le récit présent d’une histoire passée, l’auteur est conduit à mêler plusieurs interprétations des mêmes événements, plusieurs versions des mêmes épisodes, plusieurs points de vue sur les mêmes faits, plus ou moins contradictoires (Dubar, Païva, Silva, 2012).

40On peut, en effet, toujours construire plusieurs sortes d’intrigues renvoyant à des « identités personnelles » différentes, redéfinies comme agencements singuliers de formes identitaires typiques. Même si une forme est présentée comme dominante et sert de fondement au projet de mise en cohérence et de continuité au récit (idem., p. 237), celle-ci n’est jamais la seule possible, la seule valable pour toute une vie et ne se résume jamais en une « formule identitaire » unique et incontestable. Cette « identité personnelle » n’est donc pas un prédicat, une qualité réalisée, mais tout au plus un « foyer virtuel » dont parle Lévi-Strauss (1977, p. 366), une sorte de « dominance » à laquelle il faut croire pour écrire sa vie, d’une façon ou d’une autre.

41Cette identité réduisant une pluralité irréductible à un trait dominant peut, comme dans Les Confessions de Rousseau, prendre la forme d’un « caractère » plus ou moins conçu comme un destin, transmis par sa lignée (ici sa mère) et révélé par une épreuve précoce. Jean-Jacques doit devenir un grand écrivain « pourfendeur de l’injustice » parce que sa mère, en mourant, lui a légué des livres (dont celui de Plutarque) et surtout parce qu’il a connu l’injustice à Bossey avec l’affaire du peigne de Melle Lambercier. C’est ainsi que, quelles que soient les séquences qu’il relate ou les actions qu’il met en scène, ses arguments semblent toujours les mêmes : il est innocent et ne veut que faire triompher la justice dans la transparence du « pour-soi » et contre l’opacité du « pour autrui ». Contre toute réduction à des identités sociales « pour autrui » (nominales ou statutaires), contre toute ambition de s’identifier à ces « messieurs philosophes » qui l’accablent, contre tout primat de la raison logique sur le sentiment intuitif, Rousseau choisit comme dominante de son récit cette forme réflexive de l’identité « pour soi », qu’il croit centrale dans la configuration de son identité personnelle. Il ne peut, de ce fait, que s’exprimer de façon confuse et contradictoire sur ce qui prouve « pour autrui » ce qu’il dit de lui-même : il est innocent même quand il décrit des actions coupables, il pourfend l’injustice même lorsqu’il est injuste lui-même, il trouve des excuses même à ses actes les plus odieux etc. Le lecteur peine à valider ses jugements sur lui-même parce qu’ils sont trop décalés par rapport à ce que Rousseau raconte de sa vie. D’où cette première contradiction entre cette forme identitaire « visée » et présentée comme « dominante » et une autobiographie qui est, en fait, une « recherche d’identité destinée à renouveler sa connaissance de lui-même à travers un acte plein de promesses mais aussi plein de risques » (Lejeune, op. cit., [1971] 1988, p. 44).

42L’identité personnelle peut, comme chez Simone de Beauvoir, dans Les Mémoires d’une Jeune Fille rangée, résulter, à l’inverse de Rousseau, d’une prise de conscience précoce de sa supériorité « sociale » (grande bourgeoise aristocratique mais désargentée) et de son « excellence intellectuelle » de fille vouée à une réussite scolaire et sociale, à contre-courant de celle des autres filles devenant ménagères ou maîtresses de maison. Refusant ainsi de devenir « femme ordinaire », elle se construit « pour autrui » une forme identitaire, statutaire mais exceptionnelle pour l’époque, celle de professeur-écrivain, donc pas de n’importe quel fonctionnaire, d’une personne d’élite capable de vivre de sa plume. Cette forme statutaire dominante de l’identité prend le dessus sur les formes simplement nominales (la particule de son nom n’intervient guère) et surtout sur les formes subjectives « pour soi » qui sont écartées comme obstacles à sa définition d’elle-même mais pourtant indispensables pour rendre compte de sa trajectoire. Quant à se définir de manière singulière, elle ne peut le faire que de façon tautologique et assertive : elle est… elle-même… soit le nom qu’elle s’est fait… D’où cette seconde contradiction liée à une seconde forme identitaire « pour autrui », dominante mais présentée comme exclusive, qui ne peut en fait se justifier qu’en se reliant aux autres formes « pour soi », dans un contexte « moderne » marqué par la montée de l’individualisme et de « l’injonction d’être soi » (Ehrenberg, 1998).

43L’identité personnelle peut, comme chez Hoggart, s’exprimer par une volonté de réussite à contre-courant des régularités sociales de son milieu d’origine mais dans le plus grand respect des normes éthiques de cette classe ouvrière et provinciale anglaise. Son identité d’origine, identité culturelle mais aussi éthique, mixte spécifique d’une forme nominale héritée (pour autrui) et d’une forme réflexive conquise (pour soi), conduit Hoggart – sans élucider l’origine de ce « mixte » – à placer son récit sous le sceau d’une ascension sociale singulière mais totalement intégrée aux normes de la classe populaire et provinciale anglaise, véritable protagoniste du récit. À l’opposé de Beauvoir qui ne s’appuie guère sur les ressources de sa classe d’origine pour fonder et expliquer sa réussite, Hoggart montre comment il a pu réussir, à contre-courant des régularités de sa classe, sans pour autant trahir les normes et valeurs de celle-ci. C’est notamment en assumant le fait que ce n’est pas son identité singulière – même qualifiée d’intelligente – qui est la cause principale de cette réussite (tout en l’évoquant régulièrement) mais la chance objective, socialement déterminée, de rencontres décisives, faisant de son parcours une exception sociologique. Mais il dit aussi implicitement que c’est parce qu’il a été capable de se saisir de ces opportunités, d’intérioriser le désir d’ascension de ses proches, de se distancier de ses camarades, qu’il a pu mener à terme son projet de réussite. Cette troisième contradiction entre la non définition substantielle de soi (Hoggart ne se définit jamais comme un Self) et la référence à une « identité pour soi », de type réflexif mais non thématisée rend ainsi l’identité d’Hoggart non seulement problématique mais contradictoire. Liée à une forme mixte, duelle, d’identité dominante combinant déterminations sociales « ouvrières » et significations subjectives « ambitieuses », fidélité à ses origines et désir de réussite sociale, cette identité intériorise, sous forme de contradion intérieure, une division objective de la condition ouvrière tendue entre fidélité à ses valeurs et projet d’ascension sociale.

44L’identité personnelle peut enfin, comme chez Sartre, s’identifier à un projet explicite, critique et central, d’une autobiographie construite selon une temporalité « logique » (Lejeune, op. cit. p. 225) faisant découler les séquences et les actions de ce projet de vie, d’abord imposé par Autrui (celui de sa « névrose »), puis revendiqué par Soi (celui de l’engagement politique « démocratique »). La forme narrative dominante de l’identité de Jean-Paul est en fait un argumentaire sur la cohérence factice du projet de « grand écrivain » (de 5 à 11 ans) et la continuité (jusqu’à l’âge de 35 ans) d’un rapport névrotique à l’écriture qui assure une (fausse) consistance à cette identité « pour soi » d’écrivain. Il faudra l’expérience de l’émancipation œdipienne et de la centralité des relations aux autres (à 11 ans) puis, bien plus tard, celle de la guerre et du partage de la condition humaine (à 35 ans) pour que Jean-Paul rompe enfin avec cette fausse identité névrotique et découvre l’universalité du projet individualiste et égalitariste des Lumières par lequel l’identité personnelle devient une sorte de mythe démocratique et de référence banalisée ancrée dans la contradiction « ordinaire » de la modernité, entre égalité de tous et distinction de chacun.

45Ainsi les quatre « cas » envisagés confirment-ils que les tentatives de faire d’une autobiographie une mise en intrigue temporelle d’une identité personnelle au sens de « ce que l’on croit être subjectivement, en tant que personne singulière » (Ehrenberg, op. cit, p. 44) se heurtent à toutes sortes de contradictions. D’abord, dès qu’il s’agit de subsumer une narration de la vie de quelqu’un (un Nom propre) par des noms communs, adjectifs ou concepts applicables à plusieurs, on se heurte au caractère idéal-typique de toute nomination ou théorisation (Weber, 1904). Toutes celles utilisées par les quatre auteurs peuvent s’appliquer à quantité d’autres cas qu’au leur. Ensuite, si les cas choisis valident l’hypothèse de formes diversifiées d’écritures de soi en tant que combinaisons typiques, à dominante, de formes identitaires à la fois « historiques » (communautaires ou sociétaires) et « sociales » (pour autrui ou pour soi), ils mettent l’accent prioritairement soit sur les déterminations sociales de leur parcours, soit sur les décisions signifiantes de leur projet, mais rarement sur l’articulation des deux. Or, leur identité personnelle ne peut être redéfinie, conformément à ce qu’écrit Passeron (1989, p. 20), que comme « le produit logiquement croisé de décisions subjectives (transactions, conflits, abstentions…) et de l’objectivité de contraintes de cheminement (cursus préétabli dans des institutions biographiques) », ce qui paraît, à première vue, plutôt contradictoire.

46Enfin, seule permettant de donner un sens nouveau à l’expression « illusion biographique » (Bourdieu, 1966), en la reliant à celle « d’illusion rétrospective » (Passeron, op. cit, p. 18) et à celle « d’illusion chronologique » (Lejeune, op. cit. 1995, p. 238), l’idée d’un projet futur orientant toute une histoire de vie et son ordre temporel paraît contradictoire avec les aléas d’un parcours singulier. Seule peut-être en permettant cette forme moderne de mythologie, la « notion de personne » – d’origine religieuse, de connotation morale et de visée citoyenne (Mauss, op. cit, p. 362) – permet d’introduire de la cohérence et de la continuité (illusoires mais nécessaires) dans la série des séquences racontées et des actions mises en scène d’un récit de soi. En ce sens, une autobiographie comme temporalisation de cette identité est à la fois illusoire mais nécessaire, inévitablement confrontée à des contradictions qu’on a tout intérêt à reconnaître pour analyser des autobiographies comme des œuvres littéraires, entre histoire et fiction, universalité et singularité, témoignage et invention.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H., [1964] 1983. Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann Levy.

Barthes R., 1982. « Introduction à l’analyse structurale de récit » in L’analyse structurale de récit, Seuil, Points, 1re éd. Communications, n° 8, 1966, p. 1-27.

Baudouin J.-M., 2010. L’épreuve autobiographique, Genève, Peter Lang.

Bauman Z., 2001. The Individualized Society, Oxford, Polity Press.

Beauvoir S. de, 1958. Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard.

Beck U., 1986. La société du risque, Paris, trad. Aubier, 2002

Benveniste E., 1966. « Les relations de temps dans le verbe français » in Problèmes de linguistique générale, p. 237-250.

Bourdieu P., 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-2, p. 53-76.

Coninck F. de, Godart F., 1989. « L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation », Revue Française de sociologie, xxxi. p29-54.

Demazière D. et Dubar C., [1997] 2004. Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Presses de l’Université Laval.

Demazière D et Dubar C., 2005. « Récits d’insertion des jeunes et régimes de temporalité » Temporalités, n° 3.

Dosse F., 2005. Le pari biographique, Paris, La Découverte.

Dubar C., 2000. La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, Puf.

Dubar C, Paiva V. et Silva A-M., 2012. Le secret d’Alvino. Récits de vie d’un Indien du Brésil, Paris, Les Belles Lettres.

Ehrenberg A., 1998. La fatigue d’être soi, Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

Genette G., 1969. « Les temps du récit » Figures II, Seuil.

Genette G., 1972. « Discours et récit » Figures III, Seuil.

Giddens A., 1990. Les conséquences de la modernité, Trad. L’Harmattan, 1994

Goffman E., 1975. Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Édition de Minuit, 1re ed. 1963.

Greimas A.-J., [1965] 1986. Sémantique structurale, Paris, Puf.

Grignon C., 1991. « Présentation » de la trad. frse de Hoggart R. op. cit. p 7-21.

Hoggart R., [1988] 1991. 33 Newport Street, Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Paris, trad. Gallimard-Le Seuil.

Lecarme J. et Lecarme-Tabone E., 1997. L’autobiographie, Paris, Armand Colin.

Leclerc-Olive M., 1996. Le dire de l’événement biographique, Presses du Septentrion.

Léger D., 1982. Le féminisme en France, Paris, Sycomore.

Lejeune P., 1995. Le pacte autobiographique, Paris, Seuil.

Lejeune P., [1971] 1988. L’autobiographie en France, Paris, Armand Colin

Lévi-Strauss C., 1977. L’identité. Séminaire au Collège de France, Paris, Puf.

Martucelli D., Singly F. de, 2009. Les sociologies de l’individu, Paris, Armand Colin.

Mauss M., [1938] 1966. « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de moi » Sociologie et anthropologie, Puf, p. 333-364.

Passeron J.-C., 1990. « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires » Revue française de sociologie, n° 31-1, p 3-22.

Ricœur P., 1985. Temps et récit 3. Le temps raconté Seuil.

Ricœur P., 1990. Soi-même comme un autre, Seuil.

Rousseau J-J, [1813]. Les Confessions in « Œuvres Complètes », Gallimard, Pléiade, tome I.

Sartre J.-P., [1964] 1972. Les Mots, Paris, Gallimard, Folio.

Sartre J.-P., 1960. Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard.

Sartre J.-P., 1954. Saint Genet, comédien et martyr, Genet J., Œuvres Complètes, tome I, Gallimard.

Skeggs B., 2013. « Class, desidentification, singular selves and personal values » L’identité en questions, EDUSP, São Paulo, à paraître.

Starobinski J., 1991. La transparence et l’obstacle, Paris, Gallimard, Tel.

Todorov T., 1984. Les genres du discours, Paris, Seuil.

Weber M., 1904. Essai sur la théorie de la science, Trad. Plon 1961.

Weber M., [1922]. Wirtschaft und Gesellschaft, Trad, française, Économie et société, Plon, 1972

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar, « Les contradictions de l’autobiographie comme temporalisation de l’identité personnelle », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2408 ; DOI : 10.4000/temporalites.2408

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Laboratoire Printemps – UMR 8085, UVSQ
claude.dubar@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page