Navigation – Plan du site

Pour une rhétorique du vieillissement

Représentations de la féminité dans Mon évasion de Benoîte Groult
For a rhetoric of aging: representations of femininity in Mon évasion by Benoîte Groult
Por una retórica de la vejez: representaciones de la feminidad en Mon évasion de Benoîte Groult
Edit Bors

Résumés

Mon évasion (2008) de Benoîte Groult est une autobiographie de femme qui s’inscrit non seulement dans l’histoire du féminisme, mais représente ici une féminité complexe et nuancée constituant l’axe du développement de la personnalité et aussi une certaine manière de se raconter. La femme y est généralement représentée à travers ses relations humaines, en tant que membre d’un « couple ». Cette nouvelle manière (féminine ?) de se raconter a aussi des conséquences sur l’écriture : outre l’alternance constante entre le récit et le discours du narrateur, la discontinuité structurelle (insertion des interviews, réécriture d’une bande dessinée), et les problèmes de dénomination du personnage, le texte de Groult présente des emplois variés des temps verbaux et des pronoms personnels : en fait, on y trouve des passages écrits au passé composé, au présent, au passé simple combinés aux pronoms personnels à la première, à la troisième ou à la deuxième personne. Il s’ensuit que l’espace autobiographique de Mon évasion revêt une complexité inédite : récit, interviews, bande dessinée et une photo sur la couverture contribuent tous, en tant que supports variés, à une pluralité des temporalités qui amènent de nouvelles formes des représentations de la féminité.

Haut de page

Texte intégral

1L’autobiographie contemporaine se caractérise par sa grande diversité et son inventivité, toutefois certaines tendances (Kraenker, Veivo, 2009) semblent se dessiner : d’une part, le récit autobiographique se concentre souvent sur une seule période plutôt que sur la somme d’une vie, d’autre part, il tend à mélanger, au sein du même texte, une écriture autobiographique censée faire un bilan rétrospectif et une écriture discontinue qui vise à capturer un moment précis de la vie. On voit aussi paraître un grand nombre de textes qualifiés d’autofictions (ou de romans) qui, outre la grande variété des formes, sont bel et bien des textes autobiographiques, comme c’est le cas du roman d’Hervé Guilbert (À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie), qui met en récit un épisode particulier à l’aide de pseudonymes parfaitement transparents (Lecarme, 1997) ou, au contraire, de l’autobiographie de Maryse Condé (Le cœur à rire et à pleurer : contes vrais de mon enfance) où l’écriture de soi côtoie la dimension fictive des contes. Le renouvellement des genres autobiographiques est aussi marqué par l’apparition de nouveaux thèmes (Kraenker, Veivo, 2009), comme la maladie ou la souffrance chez Hervé Guilbert ou la vieillesse chez Benoîte Groult.

2Bien que l’autobiographie de Benoîte Groult adopte une stratégie plutôt traditionnelle basée sur une périodisation chronologique, elle a la particularité d’élargir l’étendue des événements racontés jusqu’à la dernière période de la vie humaine. Cette démarche semble d’autant plus audacieuse que la vieillesse, l’un des tabous majeurs dans les sociétés occidentales, est souvent considérée comme l’une des tranches d’âge les plus controversables, en ce sens qu’elle s’accompagne souvent d’un conflit intérieur entre le déclin biologique (et parfois social) et l’aspiration naturelle à la croissance (Blanché, 2007). Est-ce que l’insertion de ce nouveau thème dans une autobiographie est l’affirmation du droit d’un troisième voire quatrième âge à l’autonomie et au développement personnel ? L’attitude de Benoîte Groult reste toutefois ambivalente à cet égard, aussi prend-elle du recul en choisissant, au moins pour le dernier chapitre intitulé Plic et Ploc septuagénaires vont à la pêche, une pratique transtextuelle (Genette, 1982) s’inspirant d’une bande dessinée jeunesse (Plic et Ploc dessiné par José Parrondo, 2006) qui raconte les aventures de deux enfants espiègles. Le remplacement des êtres réels par des personnages fictifs aboutit à une forme fictionnalisée de l’écriture de soi, ce qui permet une distanciation parfois ironique par rapport au moi âgé. Malgré une mise en récit généralement traditionnelle, parallèlement aux tendances actuelles, Mon évasion se caractérise, en d’autres endroits aussi, par une certaine discontinuité : le texte autobiographique est accompagné de deux interviews ayant pour fonction de présenter l’autobiographe dans une situation de dialogue. Mon évasion de Benoîte Groult est aussi une écriture-femme qui s’inscrit non seulement dans l’histoire du féminisme, mais représente ici une féminité complexe et nuancée constituant l’axe du développement de la personnalité et aussi une certaine manière de se raconter. La femme y est généralement représentée à travers ses relations humaines, en tant que membre d’un « couple » (fille/mère, mère/fille, femme/mari, Plic et Ploc, etc.). Malgré l’idée féministe qui domine toute l’écriture de Benoîte Groult, ce texte est loin d’être un manifeste mais plutôt un témoignage combiné avec une certaine mise en scène qui en fait aussi un texte littéraire. Mon évasion s’inscrit dans la lignée des écrits féministes dans la mesure où il permet de présenter le féminisme dans sa dimension personnelle. Cette nouvelle manière féminine de se raconter a aussi des conséquences sur l’écriture : outre l’alternance constante entre le récit et le discours du narrateur (procédé inhérent de toute autobiographique traditionnelle), la discontinuité structurelle (insertion des interviews faites par Joysane Savigneau), le texte de Benoîte Groult présente des emplois variés des temps verbaux et des pronoms personnels.

3Dans cette étude, nous nous proposerons d’examiner le rapport de la féminité et du vieillissement en tant que nouvelle forme d’expérience et d’écriture. En général, il s’agira de répondre à la question de savoir s’il existe une manière féminine de se raconter, plus particulièrement, de rendre compte des conséquences d’une telle démarche sur l’écriture de soi, tant sur le plan de la diversité des genres de textes que sur le plan des variations des temporalités.

Nouvelles formes d’expérience : féminité et vieillissement

Écriture du féminin ou écriture au féminin ?

4Nous pensons, avec Didier (1999), que les deux écritures ne constituent pas une véritable dichotomie, l’une n’allant pas sans l’autre, mais elles montrent deux aspects de l’écriture féminine, qui se manifestent notamment dans le choix des thèmes féminins et dans la manière d’aborder ces thèmes : « c’est qu’il y est en permanence question du féminin, de la femme, dans les thèmes mais également dans la manière d’aborder ces thèmes, de mettre en relation les personnages, ou plutôt, en tant qu’auteur, de se mettre en relation avec eux » (Didier, [1981] 1999, p. 100).

  • 1 Voir Lecarme, [1997] 1999 : « Sans aborder le problème de “l’écriture féminine” – sujet trop épineu (...)

5Nous pensons aussi, avec Lecarme et Lecarme-Tabone (1999), que l’écriture féminine, en tant que telle, doit être envisagée avec prudence1. Toutefois, le rapport aux Autres, le rapport au soi et à son corps, tels qu’ils apparaissent au moins dans les autobiographies, ne nous semble pas identique chez les deux sexes. Comme le remarque Lecarme et Lecarme-Tabone ([1997] 1999, p. 119) : « le moi féminin se définirait par rapport à la communauté et l’interdépendance ».

6Au demeurant, ces mêmes principes s’observent dans l’autobiographie chez Benoîte Groult, où toute la périodisation, la structuration du récit de vie, suit l’évolution des « relations à deux » (mère-fille, femme-mari, etc.) qui troublent ou favorisent la quête identitaire. De ce point de vue, l’autobiographie de Benoîte Groult n’est pas sans exemple : elle s’inscrit plutôt dans la lignée des autobiographies de femmes qui accordent une place, plus ou moins importante aux Autres dans leurs récits de soi. Citons à titre d’exemple Nathalie Sarraute (Enfance), qui se focalise sur sa relation avec son père, sa mère et sa belle-mère ; ou Annie Ernaux (Une femme, La place) qui évoque dans ces deux livres, la vie des parents à travers les relations mère-fille et père-fille.

7L’autobiographie de Benoîte Groult, tout comme les autres autobiographies de femmes se caractérisent par un dépassement de soi (Lecarme et Lecarme-Tabone, [1997] 1999). En fait, on voit que les autobiographies de femmes ne « se cantonnent pas dans la singularité de leur moi individuel » (ibid., p. 117), au contraire, elles sont soucieuses de dépasser le cas personnel pour donner une portée générale à leurs expériences vécues. Le passé individuel est ainsi transformé en une expérience féminine atemporelle. On en trouvera confirmation dans Mon évasion (p. 114) : « Jusqu’à quel oubli de soi-même peut-on s’astreindre dans l’amour ? Quel pourcentage de ses opinions peut-on trahir sans se détruire ? Jusqu’à quel degré de similitude peut-on aller ? Je n’en savais rien encore et je ramais aveuglément vers l’accord parfait. » Chez Benoîte Groult, la portée générale se double d’une visée sociale, inspirée de sentiments de solidarité et de compassion, qui dénonce l’oppression et l’exploitation des femmes. Cette démarche, conformément à un credo politique, influencé certainement par les œuvres de Simone de Beauvoir, Christiane Rochefort, Ariane Mnouchkine, Marguerite Duras, etc. justifie le choix des thèmes relatifs à l’identité féminine, qui, présentés principalement sous forme d’interviews, engendrent une véritable littérature et pensée engagées – en ce sens qu’ils permettent de présenter le féminisme non pas comme une lutte périssable, puisqu’ancrée dans une époque donnée, mais comme une expérience personnelle infinie qui aboutit à une « transfusion d’âme de celles qui ont osé à celles qui ont préféré accepter les règles du jeu » (Groult, 2008, p. 11). De ce point de vue, la pensée féministe chez Groult est profondément marquée par les œuvres et les actes des figures mythiques (couple Sartre-Beauvoir, Le Deuxième Sexe) qui constituent un point de référence : « C’est le plus beau titre [Ainsi soit-elle] qu’on puisse donner à un essai féministe… après Le Deuxième Sexe bien sûr ! » (Groult, 2008, p. 180)

8Comme il vient d’être dit, l’écriture-femme dispose d’outils particuliers pour traiter la présence du corps dans le texte, spécificité révolutionnaire et incontestable selon Didier (1999) qui considère l’écriture féminine comme « une écriture du corps féminin, par la femme elle-même » (Didier, [1981] 1999, p. 35). Tout comme Lecarme et Lecarme-Tabone (1999) qui expliquent la présence du corps dans les autobiographies de femmes par des traditions culturelles et particularités biologiques : « Par conditionnement culturel, en effet, les femmes sont invitées à se montrer plus attentives que les hommes à leur apparence physique, ce qui les incite à se regarder davantage. Leur organisation physiologique, par ailleurs, leur rappelle périodiquement la présence de leur corps que la maternité, éventuellement, implique, aussi, intensément. Les autobiographies de femmes se révèlent soucieuses de dire la spécificité du corps féminin, tout en renouvelant ou en subvertissant les discours attendus sur le sujet » (ibid., p. 95). Chez Benoîte Groult, la présence du corps se manifeste particulièrement sous deux formes de discours, dans une interview, et sur la photo de couverture où elle évoque le processus du vieillissement.

Autobiographie de l’âge mûr ou autobiographie à l’âge mûr ?

9L’autobiographie chez Benoîte Groult a ceci de particulier qu’elle garde un équilibre entre ces deux aspects : son autobiographie a été écrite à un âge avancé (ce qui n’est pas unique) tout en englobant des périodes de vie allant de l’enfance jusqu’à la vieillesse. Cette temporalité étendue lui permet d’avoir une vision d’ensemble sur ses combats, sur ses relations humaines, sur sa féminité et sur le vieillissement. Pour Keilhauer (2007), cette vision d’ensemble correspondrait plutôt à un dialogue avec le présent (du corps) et avec un futur qui se restreint au fur et à mesure que l’on avance dans l’âge. Ainsi, la perception du temps se redéfinit dans la mesure où l’autobiographe vieillisant(e) vit le temps dans son irréversibilité. D’un côté, cette diminution constante de la projection dans l’avenir a pour résultat une stratégie autobiographique ambivalente (formulée dans le prologue du livre), qui exprime « la difficulté du sujet d’être et de vivre face au temps qui passe et qui fuit inéluctablement vers la mort » (Keilhauer, 2007, p. 99) : « Mais vient hélas un temps où les proches se raréfient, surtout quand ils sont vos contemporains, et l’on se retrouve un jour en rase campagne dans un état de semi-liberté désertique. En revanche, un des rares avantages de l’âge, c’est de ne plus avoir peur de grand-chose, de savoir qu’il est trop tard pour changer de route et d’image et que le tableau est plus ou moins définitif. C’est en somme l’heure de vérité. » (Groult, 2008, p. 14) D’un autre côté, revoir et réinterpréter certains moments de sa propre biographie fait partie intégrante du processus du vieillissement (Keilhauer, 2007, p. 19) : dans cette approche, l’écriture autobiographique serait une « réaction narcissique au processus du vieillissement » et en même temps « un témoignage d’un savoir-vieillir ». Le discours sur la vieillesse se présente ici non seulement comme un modèle mais comme un remède (Keilhauer, 2007) contre le vieillissement, ce qui correspond à une demande réelle des lecteurs. Comme c’est le cas aussi de certains ouvrages de la psychologie féminine contemporaine (Bolen, 2002) qui aident à mieux comprendre l’âge de la maturité et à considérer la vieillesse comme une source d’énergie intarissable.

Temporalités de soi et les Autres

10Comment élaborer une telle stratégie autobiographique ? Comment gérer des souvenirs autobiographiques qui émergent des profondeurs de l’âme ? La mémoire autobiographique, telle qu’elle est décrite par Conway et Rubin (Schacter, 1996), se compose de trois structures hiérarchiques : au sommet, se situent les périodes de vie qui se mesurent en années, en décennies, au milieu, sont rangés les événements généraux et au niveau inférieur, surgissent les événements particuliers qui se mesurent, en minutes ou en heures. Lors de l’évocation de l’histoire personnelle, on se sert de tous les niveaux : le niveau supérieur a pour rôle de situer le souvenir général dans le temps et de retrouver le souvenir particulier. Pourtant, dans l’album autobiographique, on trouve le plus souvent le niveau des événements généraux, ce qui s’explique par le fait que la majorité des événements particuliers se fondent dans la généralité et deviennent, au fil du temps, des événements généraux

11Chez Benoîte Groult, les souvenirs particuliers et généraux sont étroitement liés au niveau supérieur de la mémoire autobiographique, qui, à son tour, est déterminé par une périodisation selon les relations humaines. En fait, à chaque période de vie correspond une « relation de couple » particulière, ce qui permet à l’autobiographe, de construire son passé personnel d’une façon chronologique tout en s’appuyant sur les cadres déterminés par ses relations aux Autres.

12Les différentes temporalités de soi suivent donc un rythme binaire : les périodes de vie, les souvenirs généraux et particuliers se fondent dans l’image du « couple » (fille/mère, mère/fille, femme/mari). À l’intérieur de chaque « couple » se construit un univers autonome pourvu d’une temporalité spécifique. Tandis que le récit du deuxième mariage (La pauvre Zazate) représente une temporalité plutôt discontinue faite de conflits et de résignation (voir aussi 3.1.), le récit du troisième mariage (Cher Paul) traduit une certaine fluidité et spontanéité dans la manière de vivre et de raconter cette longue période qui s’épanouit dans l’image de la mer du dernier chapitre (Plic et Ploc septuagénaires vont à la pêche).

Anthroponymes : à la recherche de la féminité

Les noms de l’autobiographe

13La concordance des noms propres chez l’auteur, le narrateur et le héros est devenue le critérium même de l’autobiographie : c’est ce que Lejeune (1975) a appelé « pacte autobiographique » qui, outre l’identité des noms, peut comprendre d’autres éléments, tels que l’indication générique sur la couverture ou formulation d’une stratégie autobiographique dans un prologue. Dans Mon évasion, ces critères sont pleinement remplis. L’identité de l’auteur, du narrateur et du héros est assurée par l’emploi des pronoms personnels (voir aussi 2.1. et 3.2.) et par une dénomination variée de l’héroïne. Dans les chapitres consacrés à la vie adulte, nous pouvons voir un jeu subtil des prénoms, des surnoms et des pronoms personnels. En effet, on assiste à une prolifération de noms donnés à l’autobiographe par les Autres. Rosie, puis « la pauvre Zazate », prénom et surnom utilisés par sa mère, cèdent peu à peu leur place, pendant son second mariage à Chouquette, et pendant son troisième mariage à Bounoute, surnom employé par ses petits-enfants.

14Le surnom Choquette est privé, en effet, de son individualité, car il est utilisé, en tant que nom collectif, pour désigner toutes les femmes de la famille. L’usage du nom dépersonnalisé se double ici du remplacement du pronom je par la troisième personne, ce qui produit un effet de distanciation à la fois ironique : « Chouquette ne songeait même pas à réclamer un peu d’aide à son mari. Mais souvent, sa vie lui paraissait pesante. Elle ne comprenait pas pourquoi… puisqu’elle avait l’eau courante ! » (Groult, 2008, p. 137).

15Dans la plupart des cas, la dénomination d’un individu se limite à l’attribution définitive et irréversible d’un nom. En revanche, chez Benoîte Groult, le principe de l’immutabilité du nom ne semble pas valide en raison d’un foisonnement, parfois éphémère, d’anthroponymes autonomes (Rosie) ou relationnels (Madame Heuyer, Madame Caunes). Il est fondamental d’insister ici sur ce fait que le nom propre, d’une part, en tant que désignateur rigide (Corblin, 1983) a pour fonction de désigner le référent (le porteur du nom), d’autre part, il « n’est pas seulement employé pour nommer, mais aussi pour signifier. » (Gardes-Tamine, Pellizza, 1998, p. 127). On voit bien que dans l’autobiographie de Benoîte Groult, chaque nom correspond à une certaine manière de vivre la féminité (jeune fille déplorée, femme oppressée, etc.) aussi incitent-ils l’autobiographe, non pas à préciser une dénomination, mais à découvrir une signification : « Restait à déterminer ce qui subsistait de la pauvre Zazate. Allais-je redevenir Mme Groult ? Ou Mme veuve Heuyer, selon l’usage ? Ou bien Mme ex-de Caunes ? Professionnellement on pouvait se demander sous quel nom j’allais poursuivre ma modeste carrière. Tu commençais à découvrir, ma chère Rosie, que l’identité est une notion bien fluctuante pour une femme. » (Groult, 2008, p. 143). En lisant ce passage, on pourrait croire que le moi se dissout complètement dans la profusion des noms propres. Au contraire, chaque nom portant un sens spécifique, le moi devient plus complexe au fil du temps pour enrichir la personnalité de la femme vieillissante.

Les noms de la mère

16Dans l’autobiographie de Benoîte Groult, ni l’enfance ni la figure de la mère n’occupent pas de place primordiale et l’image de la mère est souvent envisagée sous son aspect corporel : « Elle était belle, avec de grands yeux bleus un peu fixes comme les miens. [...] Impeccablement, mais trop maquillée, comme souvent les « jolies femmes » de ce temps-là, surtout quand elles travaillaient dans la mode » (Groult, 2008, p. 20). La description du corps féminin se concentre sur certains aspects corporels de la féminité, tels que les yeux trop maquillés et les ongles rouges qui donnent une image féminine plutôt provocante : image que l’autobiographe semble accepter avec réticence d’où la dénomination « jolies femmes » pour désigner une mère trop distante et privée de féminité maternelle.

  • 2 Dans la connotation autonymique, le locuteur emploie et cite un teme en même temps sans expliciter (...)

17Outre la connotation autonymique2 employée pour désigner la mère, d’autres dénominations surgissent. Les rares « ma mère » ou « maman » sont parfois remplacés par le prénom ou d’autres qualificatifs de la mère : « Dans le salon de Nicole j’apercevais des femmes d’artistes ou d’écrivains. Elles me paraissaient redoutables. Toutes un peu sorcières comme Elise Jouhandeau. » (Groult, 2008, p. 21). On voit que l’emploi du prénom Nicole et d’autres qualificatifs (« sorcières ») traduisent, de la part de l’autobiographe, une attitude distanciée envers la féminité transmise par la mère. Il nous semble que cette première expérience de la féminité – corporelle, distante et intellectuelle – s’avère un facteur décisif et omnitemporel dans la construction de l’identité féminine. Qu’en est-il maintenant du miroir qu’elle tend, à son tour, à ses filles pour faire face à son propre vieillissement ?

Le miroir du vieillir : sur la relation entre mère et fille

18Entre complicité et rivalité, tendresse et agressivité, les relations mère-fille sont souvent teintées d’ambivalence sur le plan aussi bien affectif que physique. L’attention y est focalisée, comme partout ailleurs, sur le corps féminin qui se découvre dans un miroir symbolique (Keilhauer, 2007) que représentent la féminité de la mère et inversement, celle des filles : « La mère se voit vieillir dans les yeux de sa propre fille et celle-ci pressent son propre vieillissement dans celui de sa mère. La mère se révèle ainsi comme un miroir symbolique du vieillir » (Keilhauer, 2007, p. 20-21). Les relations intergénérationnelles deviennent indéniablement des moyens de « la prise de conscience de son propre vieillir ».

19Ce miroir symbolique n’est-il pas un miroir déformant dans ce cas ? Tout ce que la narratrice voit chez les Autres (chez ses filles) n’est-il qu’un reflet d’elle-même ? Même si c’est le cas, la détérioration du corps féminin est décrite avec ironie, partant, avec une certaine prise de distance. Comme dans ces phrases adressées à ses trois filles : « Enfin, Blandine, je t’avais fourni des yeux impeccables il n’y a pas si longtemps. Qu’est-ce que tu as bien pu faire pour qu’ils s’abîment ? Tu lis trop. Enfin, Lison, je n’ai pas de varices, moi ! De quel droit as-tu laissé un vaisseau claquer dans ta jambe ? Tu es toujours debout dans ton atelier et puis tu te couches trop tard. Enfin, Constance, on n’a pas idée d’attraper un psoriasis, tu n’es pas soigneuse. D’ailleurs tu ne l’as jamais été. Avec un effort, elles auraient pu ne pas vieillir, c’est évident et cela rassure un moment de leur faire des reproches. » (Groult, 2008, p. 227-228) Bien que l’apostrophe et le ton de reproche puissent apporter de l’intimité dans le texte, la répétition de l’adverbe enfin, et l’impossible alliance des relations cause-effet produisent un effet ironique. En fait, la définition pathologique du corps (yeux abîmés, varices, psoriasis) et du vieillissement (Vinel 2012) implique invisiblement l’irréversibilité du temps, tout comme l’affrontement inévitable de la mort et un travail de deuil qui tente de guérir les « blessures narcissiques » (Blanché, 2007) du corps et de l’âme. On voit aussi dans cet extrait que les atteintes physiques du vieillissement ont trait à l’intégrité psychique de la femme (Blanché, 2007) qui doit traverser toutes les étapes du travail du deuil (dans ce cas, la colère) pour pouvoir accepter la perte de la beauté et de la jeunesse.

De la multiplicité des genres à l’unité de l’écriture autobiographique

Imbrication du récit et du commentaire

20Chaque autobiographie a pour but de saisir le moi dans son développement, de comprendre, d’expliquer soi-même en mouvement, en changement perpétuel. Au niveau de l’énonciation, le trait le plus saillant est le fusionnement de je narrateur et je textuel, fusionnement qui est assuré – pour reprendre les termes de Starobinski (1970) par une constance pronominale. C’est cette constance pronominale qui permet de considérer le je textuel comme une non-personne associée surtout à l’aoriste et à l’imparfait. En fait, les deux je se réfèrent à deux univers distincts dont les frontières sont floues et sont établies subjectivement par le narrateur. Le je du narrateur appartient à l’univers du présent qui englobe le moment de l’écriture et toute une période ressentie comme actuelle par le narrateur ; le je textuel appartient à l’univers du passé qui comprend les périodes ressenties par le narrateur comme découlées, ne faisant plus partie de son univers présent. Ainsi sont séparées les périodes vécues par l’enfant-je et par l’adulte-je. Ces deux univers, représentés par les deux je, ne cessent d’alterner au sein même d’un seul énoncé, Lejeune (1976) souligne avec raison qu’il s’agit ici d’une alternance de récit et de discours (ou commentaire) : « Le texte autobiographique a cette particularité de reposer sur une alternance plus ou moins régulière de récit et de discours, et permet d’étudier comment, dans la pratique, s’articulent ces deux modes d’expression que les théoriciens ont surtout tendance à opposer » (Lejeune, 1976, p. 1).

  • 3 On entend par modalisation l’expression d’une attitude subjective vis-à- vis de son propre énoncé. (...)

21On peut donc dire que, dans l’autobiographie de Benoîte Groult, l’imbrication du discours et du récit (Maingueneau, 1997) ne se limite pas à l’alternance du je du récit (combiné au passé simple et au plus-que-parfait) et du je du commentaire (combiné au présent) comme dans l’incipit : « Comme enfant, lorsque j’y pense, assez rarement, je me déçois. Déjà, je ne portais pas mon vrai prénom. Mes parents, espérant sans doute un Benoît, m’avaient déclarée Benoîte à l’état civil, mais ce prénom se révélant inadapté, je suppose, pour un gros bébé placide, ils préférèrent mon deuxième prénom Rosie. » (Groult, 2008, p. 15). Au contraire, elle a pour rôle d’exprimer une attitude subjective en modalisant3 les phrases hôtes qui la contiennent. C’est le cas, par exemple du verbe « je suppose » qui se comporte ici comme un subjectivème évaluatif (Kerbrat-Orecchioni, 1994) de type épistémique, qui, tout comme l’adverbe « sans doute » permet une modalisation selon le vrai ou le faux. En revanche, d’autres termes subjectifs dans ce passage, tels que « je me déçois » ou « un gros bébé placide », ne font pas qu’exprimer des émotions mais portent un jugement évaluatif selon le bon ou le mauvais sur les énoncés du récit. Ces procédés sont d’autant plus intéressants qu’ils sont aptes à traduire, par endroits, l’attitude de l’autobiographe face aux moments de l’évolution de sa féminité, que ce soit dans la prime enfance ou dans la vie adulte.

Photo sur la couverture

22Dans les autobiographies féminines (Lecarme, Lecarme-Tabone, 1999), tous les styles sont représentés pour relater les aventures du corps. Benoîte Groult, comme souvent, utilise un ton ironique pour parler des altérations du visage dues au vieillissement : « Il est vrai que nous trichons tous avec notre image. Nous parvenons à ne jamais nous voir de profil ou de trois quarts dos. C’est sur les photos prises par d’autres que nous découvrons, incrédules, que nous avons du ventre désormais, ou le dos rond ou la tête en avant. Ou les trois. » (Groult, 2008, p. 228).

  • 4 Les péritextes sont des éléments paratextuels qui accompagnent le texte dans la même publication éd (...)

23La couverture du livre, qui comporte une photo de l’autobiographe, constitue le paratexte éditorial (Genette, 1987) de nature péritextuelle4 – scripturale et visuelle – dont la fonction est de (re)présenter le texte, d’en assurer la présence au monde. Toutefois, comprendre le rôle des éléments paratextuels revient à s’interroger sur la nature du lien qui unit le paratexte au texte. De ce point de vue, la photo sur la couverture, présentant le visage de l’autobiographe âgée, correspond à un ajout auctorial, tant elle rime avec les concepts de l’écriture autobiographique féminine chez Benoîte Groult qui, très souvent, se focalise sur les altérations du corps et plus particulièrement sur les altérations du visage féminins : « Tout à coup, à cinquante ans, je me sentais de plus en plus assurée, heureuse [...] Et, à ce moment-là, ma peau me lâchait ! Mon corps pas du tout, puisque j’ai toujours été sportive – ski, aviron, pêche, jardinage… C’était vraiment un problème de figure. » (Groult, 2008, p. 284)

24Le thème du visage détruit y apparaît, à plusieurs reprises, au cours de la seconde interview, qui embrasse les questions de la vocation écrivaine, du féminisme, du couple et du vieillissement. L’image corporelle, cette perception affective et cognitive qu’un individu a de son corps, influence l’image de soi, c’est-à-dire l’idée que chacun se fait de son identité psychique et corporelle. Dans le vieillissement, on assiste parfois à un déphasage entre l’identité psychique et corporelle, dans ce cas, le moi intérieur se trouve en conflit avec l’apparence physique. Cela est dû en grande partie au fait que l’identité féminine, d’après Lacan, est plus ou moins basée sur la volonté de « se donner à voir à l’homme comme étant l’objet de son désir. » (Olivero-Alvarez, 2008). Ainsi le visage détruit peut mener à un manque d’estime de soi, ce qui signifie que la femme se met à douter de sa propre désirabilité sexuelle et sociale.

Un supplément paratextuel : l’interview

25Dans une autobiographie, rares sont les interviews péritextuelles (Genette, 1987) qui accompagnent le texte dans la même publication éditée, car elles semblent constituer un corps étranger dans l’écriture de soi. Les interviews sont plutôt des éléments épitextuels (Genette, 1987) (oraux, audiovisuels ou écrits) extérieurs au livre, qui fournissent des précisions complémentaires sur la vie de l’auteur et sur ses activités littéraires ou professionnelles, en élargissant l’espace autobiographique (Lejeune, 1975) qui entoure le récit de soi proprement dit. Cet espace autobiographique omnitemporel permet, au juste, à l’autobiographe de manifester son image au moyen de toute une « architecture de textes » englobant écriture de soi, écritures fictives, critiques etc. En outre, les interviews, au sein d’un texte autobiographique, remplacent les dialogues, quasiment absents des textes autobiographiques en raison de leur emploi peu crédible. En fait, l’interview, en donnant l’illusion d’une conversation vivante entre le lecteur et l’écrivain, implique le lecteur dans cet espace autobiographique élargi et fonctionne comme une mise en abîme. Chez Benoîte Groult l’interview, faisant partie de son espace autobiographique, a une double facette : à l’intérieur du livre, elle a pour rôle de développer des idées plus complexes sur le féminisme, sur la situation de la femme et aussi sur des questions plus personnelles relatives à la relation de couple et à la féminité – qui constituent également l’axe principal du récit autobiographique – dans un contexte de dialogue, tandis que, à l’extérieur du livre, les interviews accordées à diverses occasions apportent des éléments complémentaires, de nature assez variée, sur des supports aussi bien écrits qu’audiovisuels.

  • 5 « Je suis née avec zéro droit », YouTube, consultée 08/02/10
  • 6 Présentation du livre de l’écrivaine Benoîte Groult Mon évasion à Cabestany dans les Pyrénées orien (...)

26Citons à titre d’exemple la question de la féminisation des noms qui est longuement discutée dans la première interview intitulée Enfin féministe ! Nous avons bien conscience que la féminisation du nom, pour Benoîte Groult, n’est pas seulement (ou essentiellement) une question d’orthographe, mais plutôt une question d’identité : « L’anomalie dans le langage souligne l’anomalie dans la société. Le langage forge l’identité de ceux ou celles qui le parlent, que cette identité soit nationale, culturelle ou sexuelle. » (Groult, 2008, p. 222). Qui plus est, la question d’identité féminine est reprise dans une interview diffusée à l’occasion de la journée internationale des femmes5 en 2010 où il est plutôt question de l’absence des modèles féminins, et aussi en 2008, lors d’une présentation du livre6, où l’auteure introduit le terme de « manque de visibilité des femmes » pour décrire les conséquences possibles du rejet de la féminisation des noms : « le manque du féminin est un peu un manque de visibilité des femmes, et beaucoup plus important qu’on le croit en linguistique » car rester invisible revient à « être niée comme femme ». Il apparaît clairement que toutes ces luttes, y compris son projet autobiographique, par une invitation au dialogue intérieur et extérieur, incitent l’autobiographe à redéfinir ses rôles, ses activités et son rapport à la temporalité.

Une bande dessinée remaniée

  • 7 Plic et Ploc s’amusent à faire semblant d’aller sur la Lune, et finissent par y arriver pour vivre (...)

27Le dernier chapitre intitulé Plic et Ploc septuagénaires vont à la pêche, peut-être considéré comme une autobiographie de couple, qui serait aussi une spécificité féminine. Dans ce genre d’écriture, il ne s’agit pas d’« une autobiographie écrite à deux, mais d’une autobiographie où l’un des partenaires d’un couple prend en charge le récit de la vie à deux. » (Lecarme, Lecarme-Tabone [1997] 1999, p. 120). Ce choix aurait des conséquences théoriques sur l’emploi du pronom je qui serait pris alors dans le sens de nous. Benoîte Groult, pour échapper à ce piège opte pour l’emploi de la troisième personne et les dénominations de Plic et Ploc, empruntés à une bande dessinée pour enfants qui raconte les aventures de deux enfants espiègles. Cet emprunt correspond à une pratique transtextuelle dans le sens où la transtextualité met le texte en relation (manifeste ou secrète) avec d’autres textes (Genette, 1982). Plus précisément, il s’agit ici d’une pratique hypertextuelle (Genette, 1982) qui consiste à dériver un texte d’un autre texte préexistant au terme d’une opération de transformation plus ou moins marquée. Dans ce cas, seuls les noms des personnages, le ton humoristique, les actions réalisées sous formes d’aventures assurent la liaison entre les deux textes, cependant, ni l’histoire racontée7, ni le genre (BD) ne sont transposées dans l’autobiographie, où les enfants sont remplacés par deux personnes âgées qui affrontent, avec ironie, l’altération de leur état physique : « Plic a des élancements dans trois doigts sur dix ce matin, signe d’humidité. Risible ici, où l’hygromètre dépasse toujours 80 %. Ses deux index sont déjà déformés et quand elle pointe la main vers le sud, la phalangette indique l’ouest. Il suffit d’être prévenu. » (Groult, 2008, p. 302). Outre le changement des personnages et de l’histoire, on assiste à une transposition du monde fictif au monde factuel. Cette transposition générique semble créer une superposition des deux régimes, si bien que les événements factuels, qui sont racontés dans un contexte fictionnalisé, dépourvus ainsi de leur émotivité, sont présentés avec une certaine prise de distance. Ainsi, le caractère véritablement innovant de cette technique d’écriture réside non seulement dans l’hybridité générique, mais dans le choix d’un genre de littérature de jeunesse qui permet d’abandonner le grand style au profit d’une écriture juste, plus conforme aux exigences de la vérité.

28Cette technique d’écriture invite à mettre en valeur le phénomène particulier, observé par Jung, de la confusion des genres dans le vieillissement : la féminité et la masculinité s’équilibrant dans la manière de vivre les épreuves du vieillissement (maladies, manque de concentration, isolement, etc.), on trouve un on générique, avec une même valeur de distanciation, pour parler de la détérioration du corps : « Vieillir, il faut l’admettre, c’est aussi perdre la beauté du geste. On s’éloigne de plus en plus du mouvement idéal, celui qui joint la précision à l’économie. Peu à peu les gestes perdent de leur spontanéité : ils tiennent plus de la gesticulation, butant sur une limite douloureuse, cumulant l’inutile et le maladroit. » (Groult, 2008, p. 309). On voit bien que le vieillissement, d’après cet extrait et les recherches en sociologie du vieillissement (Vinel, 2012) est généralement perçu comme un changement progressif (de plus en plus, peu à peu) et non pas comme une rupture. Les sociologues (comme Isabelle Maillon) postulent même l’existence d’un « travail de vieillissement » par lequel les personnes âgées accomplissent un travail de redéfinition de soi (Vinel, 2012) à travers la narration de la diminution des forces (chez les deux genres), de l’arrêt d’activités ménagères (chez les femmes) ou d’activités extérieures (chez les hommes), et la description pathologique du corps et du vieillissement (surtout chez les femmes qui, en outre, sont plus sensibles aux différentes techniques de soi.) Dans le cas qui nous intéresse, ces données sont d’autant plus précieuses qu’elles permettent de mieux comprendre la technique adoptée par Benoîte Groult : à notre sens, les éléments de BD correspondraient à un travail de vieillissement, dans lequel la féminité se redéfinirait d’une part, en masquant les différences du genre, d’autre part en s’inspirant des techniques de soi corporelles, spirituelles et mentales.

  • 8 Voir des exemples tels que « Je ne me suis jamais autant interrogé que depuis la mort de mon Ploc » (...)
  • 9 Voir par exemple : « Du temps où Ploc s’appelait encore Paul Guimard, il avait écrit ce roman magni (...)

29Au total, ce chapitre semble plutôt être une biographie que l’auteur écrit sur la vie des Autres. Qu’est-ce qui justifie ce choix ? La proximité temporelle qui sépare le temps des événements racontés et le temps de la narration ? L’attitude pudique en face d’une situation ambivalente mêlée de sentiments de solitude, de souffrance physique, d’affrontement de la mort ? Y a-t-il une limite de se raconter ? Si le motif le plus profond et le plus occulté de l’autobiographie est le vieillissement (Lecarme, Lecarme-Tabone, 1999), et la croyance inconsciente de l’immortalité (Blanché, 2007), Mon évasion est près de franchir les limites de l’écriture de soi. L’Épilogue, consacré aux moments qui précèdent et qui suivent la mort de « mon Ploc » (Paul Guimard) apporte quelques éléments de réponse. Observons d’abord le changement des formes de la dénomination : disparition de Plic au profit de je et nous8, alternance de Ploc et de Paul, Ploc désignant le compagnon vieilli, et Paul désignant l’écrivain, l’homme dans la force de l’âge9. Tout cela montre bien que l’emploi de la troisième personne et l’introduction des figures de bande dessinée n’entraînent pas l’impersonnalité du ton et du style, mais plutôt un certain recul, une vision ironique et aussi une attitude pudique aptes à transmettre au public les expériences douces-amères d’un quatrième âge.

Pluralité des temporalités et reconstruction de la vie vécue

30Les autobiographies sont écrites majoritairement à la première personne du singulier, au passé simple ou au passé composé combinés à l’imparfait (et au plus-que-parfait) pour raconter et au présent pour commenter. Plus rares sont celles qui, outre ses procédés bien connus, utilisent des procédés temporels variés, comme l’emploi de la troisième personne associée au passé simple pour remplacer le je du récit, ou l’emploi des mots en apostrophe, ou le pronom tu pour entamer un dialogue intérieur. Soit un extrait, qui épuise l’immense éventail des procédés temporels pour reconstruire un épisode du vécu :

La scène se passait à Port-Manech, chez “Les Paul” justement, au cours d’un dîner réunissant une dizaine d’amis. Georges était rentré de Groenland depuis un mois et avait oublié à quel point sa femme pouvait être… emmerdante quand elle croyait avoir raison. Il s’agissait du cheval de Caligula, ou de quelque autre détail concernant un empereur romain, elle la ramenait un peu trop avec ses compétences historiques.
« Ah, pas de bas-bleuisme en vacances, je t’en prie ! » lui avait conseillé Georges, agacé.
Au lieu de s’écraser, elle prit feu. Georges aussi. Il s’était alors levé de table, et lui avait assené une vraie gifle, devant les invités sidérés. Sur le moment, elle ne réagit pas, hésitant entre l’éclat de rire nerveux, les larmes ou l’insulte. Avant qu’elle ne se fût décidée, il avait quitté la table sans un mot, sous l’empire d’une colère que la honte submergeait peu à peu et qui lui déformait le visage.
Il ne rentra qu’au petit matin, à l’heure où les gestes tiennent lieu de paroles. Et le lendemain, tu n’osas pas évoquer l’incident. Tu craignais trop sans doute, en tirant un fil, de voir se détricoter tout ton mariage.
Je me demande aujourd’hui, ma pauvre Zazate, comment cette gifle qui, sur le moment, te ferma la bouche, ne t’ouvrit pas les yeux ? Te restait, chevillée au cœur, ta volonté d’être heureuse, qu’un geste malheureux ne suffisait pas à désarçonner. Et puis, les corps ne renoncent pas en un jour à leurs douces habitudes, les odeurs restent familières, les mots continuent à se dire, portés par le courant. Il faut du temps pour que les gestes et les paroles qui composent l’ordinaire d’un couple tombent en déshérence. Du temps passa. Je ne suis pas du tout rancunière. (Groult, 2008, p. 138-139)

31Ce long passage, vu la diversité des procédés temporels et la riche combinatoire des pronoms personnels, mérite d’être étudié en détail. Pour ce faire, nous proposons deux axes d’analyse, l’un ayant pour l’objet l’étude de l’emploi des temps verbaux, l’autre se focalisant sur l’alternance des pronoms personnels.

Jeu avec le temps

32Dans cet extrait, à l’opposé des autres chapitres du livre, où on trouve majoritairement des passés composés et des présents (voir Plic et Ploc septuagénaires vont à la pêche) comme temps narratif, c’est le passé simple qui prend le relais. Pour opposer ces deux temps, nous allons adopter l’approche de Jaubert (1993) qui a introduit la notion d’élasticité pour décrire l’emploi du passé composé et celle du filtre pour mettre en évidence les valeurs temporelles du passé simple. Dans cette approche, si le passé composé, par son élasticité, peut élargir le procès jusqu’au moment de l’énonciation, le passé simple se comporte très souvent comme un filtre qui empêche que la force du souvenir se manifeste directement. Pour Revaz (1996), à qui nous emprunterons le terme de distanciation psychologique, l’opposition passé composé/passé simple est basée sur une distance psychologique : dans le cas du passé composé accompagné du pronom personnel je, la distance psychologique est minimale, tandis que dans le cas du passé simple combiné au pronom personnel il, cette distance est maximale. Par conséquent, les événements d’un récit autobiographique racontés au passé simple sont présentés à distance :

Rapporter des souvenirs personnels au PS a pour effet énonciatif de mettre à distance – distance moins temporelle que psychologique – les événements qui dès lors, sont perçus comme « détachés » de l’actualité du narrateur. En d’autres termes, le PS donne un ton d’objectivité, voire d’historicité, à la narration. L’option de se raconter au PS, ne constitue bien sûr qu’une variante possible, le narrateur pouvant toujours choisir le mode autobiographique plus traditionnel, au PC. (Revaz, 1996, p. 188)

  • 10 Voir Maingueneau, [1994] 1997. Le présent exprime la valeur générique s’il est accompagné de noms p (...)

33Dans cette optique, l’emploi du passé simple convient parfaitement à l’évocation distanciée du souvenir bouleversant de l’humiliation et de la résignation. En effet, l’emploi simultané du passé simple et du présent du commentaire (« Du temps passa. Je ne suis pas du tout rancunière »), ainsi que les présents génériques10 exprimant l’omnitemporalité (« Et puis, les corps ne renoncent pas en un jour à leurs douces habitudes, les odeurs restent familières, les mots continuent à se dire, portés par le courant. »), nous conduisent, malgré la prise de distance manifeste, à nous interroger sur une éventuelle fusion du récit et du commentaire.

Jeu avec les pronoms personnels

34Les textes autobiographiques sont écrits, dans la plupart des cas, à la première personne. Pourtant, il a été observé (voir aussi 2.1.) que la référence du je est ambiguë : le je se réfère d’une part au narrateur (au moi qui parle dans le présent de soi-même dans le passé), d’autre part, au personnage (au moi qui subit les événements racontés dans le passé). Ces deux entités, représentées par le pronom personnel je, constituent un va-et-vient constant entre les deux univers correspondants.

35Outre cet emploi traditionnel de la première personne, on voit apparaître d’autres formes pronominales qui assurent le va-et-vient entre le récit et le commentaire. C’est ce qui s’observe dans l’exemple cité sous 1.3.1.1. où le je du récit est suivi d’un mot en apostrophe (« ma chère Rosie ») et d’un pronom tu impliquant le je du narrateur qui dialogue dans l’univers du commentaire : « Tu commençais à découvrir, ma chère Rosie, que l’identité est une notion bien fluctuante pour une femme. » (Groult, 2008, p. 143) Dans l’extrait cité plus haut, on retrouve ces mêmes phénomènes : mot en apostrophe (« ma pauvre Zazate »), emploi du pronom tu, pour remplacer le pronom je dans un dialogue intérieur (« Et le lendemain, tu n’osas pas évoquer l’incident»), associé au passé simple. Il résulte de ceci que ces occurrences apparemment contradictoires provoquent deux mouvements contraires : tandis que les formes pronominales à la deuxième personne, le mot en apostrophe, l’interrogation (« Je me demande aujourd’hui, ma pauvre Zazate, comment cette gifle qui, sur le moment, te ferma la bouche, ne t’ouvrit pas les yeux ? ») orientent l’énoncé vers l’actualisation, le passé simple, en tant que filtre (voir sous 3.1.), neutralise et chasse de notre esprit les souvenirs indésirables.

36Si le pronom je est d’usage fréquent dans les autres passages du registre du récit, dans cet extrait, il est totalement absent car le je du personnage disparaît au profit de la troisième personne exprimée par le pronom elle ou par le groupe nominal sa femme. Qu’est- ce qui justifie le remplacement de la première personne par la troisième personne dans un contexte autobiographique ? Parler de soi-même à la troisième personne revient essentiellement à prendre du recul et avoir une vision plus large et une image moins bouleversante des expériences vécues.

Conclusion

37L’ambition de cette étude aura donc été de discuter de plus près les problèmes des autobiographies de femme, en particulier, le rapport entre les représentations de la féminité et le vieillissement. Nous avons tenté de démontrer l’existence d’une manière féminine de se raconter, qui consisterait à penser l’identité féminine en termes de relations humaines, voire en relations de couple jusqu’à la vieillesse (où la féminité et la masculinité tendent à se confondre), et à structurer le récit selon les rôles féminins que joue le personnage dans une phase donnée de son existence. La périodisation se fait donc à l’aide d’identités créées grâce aux autres, ce qui se traduit par les dénominations variées du personnage à des époques différentes : Rosie, Zazate, Chouquette, Bounoute sont des noms donnés au personnage par les Autres. Ne pas avoir un nom, n’a-t-il pas pour résultat une identité trop souple et diffuse ? En fait, il nous semble, que c’est justement cette quête identitaire qui constitue la pierre d’angle de toute l’écriture autobiographique de Benoîte Groult.

38Les représentations féminines varient d’une période à l’autre, influençant soit le choix du genre de texte (récit, interview, bande dessinée réécrite), soit le choix des outils temporels. Alors que le récit (et le commentaire) s’adaptent parfaitement à la narration des événements de la jeunesse et de l’âge adulte, les interviews, fonctionnant comme une mise en abîme, permettent de représenter la femme à travers ses qualités intellectuelles et professionnelles, tout en révélant son rapport intime au changement de son corps dû au vieillissement. Et finalement l’adaptation d’une bande dessinée a pour résultat une écriture ludique ayant l’avantage de pouvoir présenter avec une prise de distance les épreuves du vieillissement. Sur le plan des outils temporels, on trouve des passages écrits au passé composé, au présent, au passé simple combinés aux pronoms personnels à la première, à la troisième ou à la deuxième personne. Cette diversité des temps verbaux et des pronoms personnels permet à l’autobiographe de se rapprocher ou de se distancier psychiquement des événements vécus.

39Il s’ensuit que l’espace autobiographique de Mon évasion revêt une complexité inédite : récit, interviews, adaptation d’une bande dessinée et une photo sur la couverture contribuent tous, en tant que supports variés, à une pluralité des temporalités (continuité vs. discontinuité de la narration, actualisation vs. distanciation, périodisation, élargissement de l’étendue des événements racontés, etc.) qui amènent de nouvelles formes des représentations de la féminité, partant, une nouvelle forme féminine de l’écriture de soi.

Haut de page

Bibliographie

Blanché A., 2007. « Ruptures-passages : approches psychanalytiques du vieillissement »,

Gérontologie et société, 121, p. 11-30. (Consulté le 10 mai 2013)

Bolen J. S., 2002. Goddesses in Older Women. Archetypes in women over fifty, Harper Collins Publishers Inc.

Corblin F., 1983. « Les désignateurs dans les romans », Poétique, 54, p. 199-201.

Didier B., [1981] 1999. L’Écriture-femme, Paris, PUF.

Gardes-Tamine J., Pellizza M.-A., 1998. La construction du texte. De la grammaire au style, Paris, Armand Colin.

Genette G., 1982. Palimpsestes, Paris, Seuil.

Genette G., 1987. Seuils, Paris, Seuil.

Groult B., 2008. Mon évasion, Paris, Bernard Grasset.

Herschberg-Pierrot A., Stylistique de la prose, Paris, Belin.

Jaubert A., 1993. « Le déploiement littéraire du temps verbal » in Vetters, C. (dir.), Le temps, de la phrase au texte, Lille, Presses Universitaires de Lille, p. 193-204.

Keilhauer A., 2007. Vieillir féminin et écriture autobiographique, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal.

Kerbrat-Orecchioni C., [1980] 1994. L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Kraenker S., Veivo H., 2009. « L’autobiographie contemporaine comme avant-garde ? », COLLeGIUM, Studies accross Disciplines in the Humanities and Social Sciences, 5, p. 122-138. (Consulté le 3 avril 2013).

Lecarme J., Lecarme-Tabone É., [1997] 1999. L’autobiographie, Paris, Armand Colin.

Lejeune P., 1975. Le pacte autobiographique, Paris, Seuil.

Lejeune P., 1976. « Le peigne cassé », Poétique, 25, p. 1-30.

Lejeune P., 1993. Le Moi des Demoiselles, Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil.

Maingueneau D., [1994] 1997. L’énonciation en linguistique française, Paris, Hachette.

Olivero-Alvarez A., 2008. « Les formes contemporaines de l’identité féminine, entre déboires ou utopies », Sciences-Croisées, 2-3 (Consulté le 24 mai 2013).

Perret M., 1994. L’énonciation en grammaire du texte, Paris, Nathan.

Revaz F., 1996. « Passé simple et passé composé : entre langue et discours », Études de linguistique appliquée, 102, p. 179-199.

Schacter D. L., 1996. Searching for Memory. The Brain, the Mind, and the Past, New York, Basic Books.

Starobinski J., 1970. « Le style de l’autobiographie », Poétique, 3, p. 257-265.

Vinel V., 2012. « Genre et travail biographique au grand âge », SociologieS, Dossier Genre et vieillissement, consulté le 24 mai 2013.

Haut de page

Notes

1 Voir Lecarme, [1997] 1999 : « Sans aborder le problème de “l’écriture féminine” – sujet trop épineux qui ne saurait à l’heure actuelle susciter que des considérations hasardeuses –, on peut se demander, plus modestement, si la mise en scène de soi, inhérente au geste autobiographique, n’est pas elle aussi marquée par le sexe de l’autobiographe dans la mesure où elle est tributaire du rapport à soi et au monde. Cette question recouvre le problème de la pudeur dans l’aveu ou de son contraire ainsi que les places respectives accordées à soi et aux autres dans le récit. » (p. 94)

2 Dans la connotation autonymique, le locuteur emploie et cite un teme en même temps sans expliciter la source de la citation. Pour une présentation plus détaillée de la connotation autonymique voir Perret (1994).

3 On entend par modalisation l’expression d’une attitude subjective vis-à- vis de son propre énoncé. De ce point de vue, un énoncé peut être vrai, certain, possible, souhaitable ou heureux. Kerbrat-Orecchioni (1994) distingue deux aspects de la subjectivité : l’un porte le trait sémantique affectif qui concerne l’expression des sentiments du locuteur, l’autre porte le trait évaluatif qui correspond aux modalisations selon le vrai et le faux (constituant la catégorie des épistémique) ou selon le bon et le mauvais (constituant la catégorie des axiologiques).

4 Les péritextes sont des éléments paratextuels qui accompagnent le texte dans la même publication éditée.

5 « Je suis née avec zéro droit », YouTube, consultée 08/02/10

6 Présentation du livre de l’écrivaine Benoîte Groult Mon évasion à Cabestany dans les Pyrénées orientales, dans le cadre des rencontres « Un titre, un livre, un auteur », organisée par le G.E.S.A., 16/12/08

7 Plic et Ploc s’amusent à faire semblant d’aller sur la Lune, et finissent par y arriver pour vivre des aventures incroyables.

8 Voir des exemples tels que « Je ne me suis jamais autant interrogé que depuis la mort de mon Ploc »(Groult, 2008, p. 330) ou « Nous n’avions plus d’amis pour nous aider, c’est à cela qu’on se découvre définitivement vieux. » (Groult, 2008, p. 324)

9 Voir par exemple : « Du temps où Ploc s’appelait encore Paul Guimard, il avait écrit ce roman magnifique et glaçant, L’Âge de Pierre (…) » (Groult, 2008, p. 328)

10 Voir Maingueneau, [1994] 1997. Le présent exprime la valeur générique s’il est accompagné de noms précédés d’articles définis à valeur générique comme dans l’exemple cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edit Bors, « Pour une rhétorique du vieillissement », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2444 ; DOI : 10.4000/temporalites.2444

Haut de page

Auteur

Edit Bors

Université Catholique Pázmány Péter de Pliliscsaba,
Institut d’Études Romanes
Piliscsaba-Klotildliget, Egyetem u.1. H-2087 (Hongrie)
bors.edit@btk.ppke.hu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page