Navigation – Plan du site

L’identité narrative mise à l’épreuve de la retraite : une analyse de récits biographiques

Narrative identity put to the retirement test: an analysis of biographical tales
La identidad narrativa puesta a prueba por la jubilación: un análisis de relatos biográficos
Hélène Eraly

Résumés

Le passage à la retraite bouleverse les individus dans leur temporalité vécue aussi bien que dans leur temporalité narrative. Le récit de la retraite prend la forme d’une épreuve qu’il faut traverser et dépasser. Pour y parvenir, les individus puisent dans des schémas narratifs typiques de notre modernité, en particulier la rhétorique du choix, de la responsabilité et de la réalisation personnelle. Quelle forme prend le récit de l’épreuve de la retraite ? Quelles ressources réflexives sont-elles mobilisées ? Et en quoi ces ressources renvoient-elles à des formes de capital culturel ? Pour finir, quelle articulation y a-t-il entre le temps vécu et le temps du récit ? Telles seront les questions posées à partir d’une analyse de récits de vie menés avec des retraités belges en pleine période de transition ou l’ayant vécue récemment.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : l’identité au cœur du passage à la retraite

1Les trajectoires et les choix de vie personnels se diversifient, se complexifient, se fragilisent et les changements biographiques s’individualisent : « l’individu lui-même […] doit assumer, sous forme de trajectoire personnelle, son propre destin » (Martuccelli, 2002, p. 348). Bien qu’elle ne soit plus autant vécue comme une rupture brutale et bien que les perspectives de vie après la retraite se soient largement améliorées (Gilleard et Higgs, 2011), la retraite n’en reste pas moins une épreuve pour les individus : elle bouleverse les repères d’identification ancrés dans le travail qui s’étaient construits au fil des années (Dubar, 2000) ; elle modifie le vécu des temporalités, le quotidien n’étant plus rythmé par le temps productif, il n’est plus scindé entre travail et loisirs (Membrado, 2010) ; et transforme l’expérience corporelle en accroissant la conscience du corps qui vieillit. Des définitions sociales qui entraient dans la construction du soi comme unité stable dans le temps se trouvent remises en question : le statut professionnel, la fonction dans l’organisation, la place ou le rôle au sein de la famille (Hewitt, 2010). Non seulement l’individu se voit écarté d’un monde professionnel jusqu’alors vecteur de reconnaissance, mais il perd ce statut jusque dans sa sphère privée : il n’a plus d’histoire de travail à raconter. Ensuite, au vécu d’un présent accéléré, travaillé par l’urgence du moment, et ouvert sur un avenir indéfini, riche de possibilités, se substitue le sentiment que le passé a filé à toute allure, que le présent s’écoule désormais au ralenti, et que l’avenir se raccourcit inéluctablement. Enfin, l’individu prend conscience de son corps qui vieillit, de l’usure du temps qui le marque, le passage à la retraite signifie alors l’entrée dans la dernière phase de la vie.

2Tous ces changements mettent l’identité à l’épreuve car ils participent du processus inéluctable de vieillissement (Caradec, 1998). Et les individus d’adapter leurs pratiques et les représentations qu’ils ont d’eux-mêmes aux nouvelles contraintes auxquelles ils doivent faire face. Nous verrons que c’est par la mise en place de projets concrets et par l’inscription de la retraite dans un projet de vie que nombre de répondants y parviennent.

  • 1 Nous entendons par « schéma narratif », la manière de construire son récit lorsqu’une épreuve pertu (...)

3Cette période apparaît également intéressante pour étudier les schémas narratifs qui permettent à l’individu de réunifier un moi ébranlé par une épreuve1 : vieillir c’est se voir changer tout en acceptant qu’on est la même personne qu’avant. Si l’on admet que le récit assume une double fonction de temporalisation et d’unification (Ricœur, 1990), la question se pose de la nature du travail réflexif de construction d’une continuité identitaire dans le changement permanent (Lalive d’Epinay, 2009). Et de cette interrogation fondamentale en découle une série d’autres : comment le bouleversement identitaire lié au passage à la retraite est-il mis en récit par l’individu ? En quoi le « je » raconté permet-il de retrouver une forme d’ « équilibre » identitaire ? Quels repères temporels sont-ils mobilisés pour assurer cette stabilité ? Comment ces repères sont-ils articulés par l’individu dans ses narrations ?

4Dans cet article nous chercherons à mettre en évidence les schémas narratifs et les pratiques que des personnes retraitées mettent en place pour traverser, dépasser voire éviter l’épreuve vécue. Nous faisons l’hypothèse que ce travail d’adaptation et la mise en récit de cette épreuve peuvent être éclairés par le schéma de l’épreuve (Martuccelli, 2006) et le modèle normatif du projet (Boltanski et Chiapello, 1999 ; Giddens, 1991).

5Nous verrons dans un premier temps que pour mettre en forme leur récit, les individus puisent dans un stock de ressources narratives (des manières d’enchaîner les événements, de mobiliser le passé, le présent et le futur dans le récit…) caractéristiques de notre modernité, en particulier l’épanouissement personnel (Honneth, 2006) la responsabilité individuelle et le projet de vie (Giddens, 1991). Ces ressources, insistons-y, ne sauraient être comprises comme de simples possibilités grammaticales à la disposition des acteurs – comme la capacité à formuler des phrases correctes par rapport aux règles de la grammaire –, elles sont indissociablement narratives et normatives en cela qu’elles renvoient à des injonctions sociétales qui peuvent parfois placer les individus dans des situations de tension normative. L’identité personnelle est d’autant plus mise à mal que la personne ne parvient pas à faire sienne l’exigence de se prendre en main, d’être responsable de ses choix, d’être acteur de sa vie.

6Pour comprendre ces transformations profondes, un détour par les théories de la modernité est intéressant tant il est vrai que le processus d’individualisation est indissociable des valeurs d’autonomie, de responsabilisation et de réalisation de soi.

7Nous montrerons ensuite en quoi l’analyse du passage à la retraite comme une épreuve est féconde pour la compréhension de cette étape de la vie d’un individu. Nous distinguerons l’épreuve vécue – l’expérience plus ou moins difficile de la retraite – de l’épreuve narrative en tant que schéma structurant les récits, en mobilisant le cadre conceptuel de l’épreuve développé par Danilo Martuccelli (Martuccelli, 2006). Ce qui nous amènera à distinguer trois phases de la retraite : la préparation, la transition et le dépassement.

8Ce sont ces trois temporalités que nous analyserons dans un troisième temps. La préparation est l’occasion d’inscrire la retraite dans un projet de vie. La transition est l’expérience de la perte des liens sociaux et du cadre temporel propres à la vie active. Lorsque la transition est vécue difficilement, les récits de soi peuvent se trouver déstructurés, le narrateur ne parvenant pas à formuler la cohérence nécessaire à la stabilité identitaire. Le dépassement, favorisé par la mobilisation de projets personnels, suppose le développement d’une nouvelle identité narrative fondée sur la cohérence du récit et sur un sentiment de consistance interne. C’est le moment où l’individu bascule de l’éclatement à la stabilité identitaire, mais aussi le moment où l’expérience du temps commence à se transformer, s’ancrant davantage dans le rapport au corps faiblissant. C’est alors l’expérience d’une autre épreuve qui s’entame : celle du vieillissement.

9Les expériences de la retraite ne peuvent être réduites à un panorama général présentant des vécus strictement identiques, parce que ceux-ci sont tributaires d’un grand nombre de variables : le parcours antérieur, le sexe, la situation familiale, économique, culturelle, etc. Pourtant, les récits recueillis dévoilent quelques similitudes : certaines expériences communes, mais également des structures narratives similaires. L’objectif de cet article est de proposer des pistes d’analyse des convergences qui ont été repérées dans les entretiens recueillis, sans négliger les singularités propres aux parcours et aux histoires individuelles.

Dispositif méthodologique

  • 2 Un corpus de 16 entretiens a au préalable été rassemblé en guise d’enquête exploratoire. Ces entret (...)

10Les analyses qui seront présentées ici sont le produit d’une recherche doctorale entamée en 20112. Cette recherche porte sur les reconfigurations identitaires et sur les transformations des modes de consommation qui s’opèrent lors du passage à la retraite. Une méthode qualitative inductive a été privilégiée.

Au total, 32 entretiens approfondis ont été menés avec 15 hommes et 17 femmes belges âgés de 55 à 68 ans. Les entretiens n’étaient que très peu dirigés par des questions et duraient en moyenne 1 h 30. Ils étaient toutefois guidés par quelques grands thèmes (induits par les entretiens exploratoires) : la socialisation, les loisirs, la fin de carrière, le corps (sport, vêtements, entretien), les rapports familiaux, le rapport au temps et la consommation.
Afin de fournir un panorama le plus large possible des vécus différenciés de cette transition, nous avons cherché à diversifier au maximum l’échantillon : l’échantillon a été sélectionné pour une partie à partir d’un club de lecture, et ensuite par effet boule de neige (18 entretiens sur 32). Et pour une autre partie, les services de ressources humaines d’administrations communales nous ont mis en contact avec des catégories de personnel à faible diplôme (13 entretiens sur 32). Les personnes interrogées ont quitté le monde du travail plus ou moins récemment (de quelques semaines à 5 ans), par des voies différentes : retraite anticipée, préretraite, chômage des personnes âgées, maladie-invalidité, pension légale, autres dispositifs. Elles sont par ailleurs issues de milieux socio-économiques diversifiés :
- Cadres et professions intellectuelles supérieures : 4 managers (hommes), 1 orthodontiste, 1 fonctionnaire européen, 2 psychologues (femmes)
- Professions intermédiaires : 1 ingénieur, 3 instituteurs (2 hommes et 1 femme), 1directeur d’école, 1 analyste financière, 1 assistant social, 3 infirmiers (2 femmes, 1 homme)
- Employés : 1 policier, 1 puéricultrice, 1 comptable, 8 employés administratifs (7 femmes et 1 homme)
- Ouvriers : 1 conducteur de tram, 1 balayeur de rue, 1 technicienne de surface.

11Bien que la situation d’entretien soit un moment unique, nous faisons l’hypothèse que les récits recueillis n’en ont pas moins une visée identitaire, pour autant qu’une grande liberté soit laissée aux répondants (un faible encadrement par des questions) : la majorité des entretiens recueillis semblent être les produits de réflexions antérieures menées par les répondants et visent la reconnaissance d’un « autrui généralisé » représenté ici par le chercheur. Plusieurs indices permettent de faire cette hypothèse : certains commencent l’entretien en affirmant « avoir beaucoup de choses à dire », d’autres relatent des réflexions qui sont le produit de discussions de couples antérieures, d’autres encore semblent chercher l’approbation de l’enquêteur. Enfin, certains récits sont tellement structurés (peu de questions à poser et peu d’hésitations dans les réponses) qu’ils ont déjà dû être évoqués bien avant, avec le conjoint ou les amis. On peut donc supposer que ces récits recueillis dans le cadre de la recherche sont certes un matériau pour le chercheur, mais ils remplissent également une fonction identitaire pour la personne interrogée. Il ne s’agit donc pas d’une simple mise en phrase d’un vécu particulier, mais véritablement d’un récit qui aide la personne à vivre. Toutefois, certains semblent néanmoins opérer ce récit pour la première fois, marquant leur étonnement et des hésitations face aux questions posées : ces récits-là ne remplissent pas la même fonction de construction identitaire.

Normes et ressources narratives

12Lorsque notre identité est ébranlée, nous cherchons à retrouver des points de stabilité, une unité qui nous permette d’affirmer qu’on est toujours la même personne. « L’identité narrative » se construit à partir du récit de soi qu’un individu formule (Ricœur, 1990). Le récit de soi a en effet pour fonction de donner une cohérence à son histoire, de se présenter comme la même personne, différente d’une autre, malgré « l’effet de rupture des événements imprévisibles » (Ricœur, 1990, p. 175) qui menacent cette cohérence (ipséité). Autrement dit, « le récit construit l’identité du personnage, qu’on peut appeler son identité narrative, en construisant celle de l’histoire racontée » (ibid.). Le récit remplit ce besoin car il permet à l’individu de structurer les événements et de leur apporter la cohérence nécessaire. Au-delà de cette fonction unificatrice de l’identité, le récit recouvre une dimension morale (Taylor, 1998). En se racontant à l’autre, le locuteur cherche à se définir, se comprendre, se représenter, bref, à se reconnaître lui-même en se légitimant au regard de normes morales : il s’affirme devant son auditeur comme une personne respectable et estimable. En retour, cette visée normative est un guide pour l’action : elle permet de motiver ses décisions (comme je suis quelqu’un qui…, je vais agir de telle manière) comme de les justifier a posteriori (j’ai agi de telle manière, parce que je suis quelqu’un qui…). Ces cadres normatifs d’action et de mise en récit sont historiquement et socialement produits. Axel Honneth, Anthony Giddens ou encore Charles Taylor, parmi bien d’autres, ont montré que le développement de l’individualisme dans la modernité est lié aux nouvelles exigences d’autonomie, de responsabilité et d’authenticité.

L’individu moderne entre autonomie, responsabilité et authenticité

13L’une des caractéristiques importantes de l’individu moderne repose sur son autonomie. L’individu autonome est capable de juger et de faire des choix, indépendamment des autres, en intégrant et en faisant siennes les normes et règles sociales. Il est également tenu d’être responsable de ses choix, c’est-à-dire de les assumer. De reprendre à son compte les normes sociales et de les intégrer dans une rhétorique propre, celle du choix personnel. C’est ainsi que le départ en retraite, pourtant obligatoire pour la plupart des personnes, est souvent transformé dans les récits en un choix personnel. C’est l’exemple de Dounia, à qui l’entreprise, qui restructurait son personnel, a demandé de partir de son propre chef en proposant de très bonnes conditions financières :

Quand tu te prends en pleine figure que tu n’es pas suffisamment malin pour t’adapter aux nouvelles dynamiques d’entreprise, que tu n’es plus capable d’apprendre, que tu coûtes trop cher, etc., tu te poses un certain nombre de questions, et tu te dis est-ce que ça vaut la peine de continuer, ou est-ce une opportunité pour passer à autre chose ? Pendant la vie active il y a des gens qui se consacrent uniquement à leur boulot, parce qu’ils sont motivés par ce qu’ils font. D’autres c’est parce qu’ils ne s’intéressent à rien, et puis quand le couperet tombe ils se disent « je vais faire quoi du reste de ma vie ? » Donc moi j’ai plutôt joué la carte de l’opportunité et j’ai accepté de partir. (Dounia, 61 ans, analyste financière)

14À cette représentation de l’individu se superpose une exigence d’affirmation d’authenticité, entendue comme la recherche d’une définition authentique de soi et décrite comme « l’expérimentation de nouvelles formes de vie comprises comme authentiques et menées sur la durée de toute une existence » (Honneth, 2006, p. 280). « Il s’agit de devenir à terme ce que nous étions déjà, en germe, dès le départ » (Martuccelli, 2002, p. 48), d’affirmer ce que l’on est au travers de nos choix et de nos actions. Cela se traduit par une généralisation du principe de recherche de réalisation de soi. Ce qui requiert non seulement d’être porteur des compétences nécessaires à l’accomplissement d’une aspiration mais aussi d’être en mesure de se représenter soi-même comme celui qui a accompli cette aspiration (par exemple, de prendre un point de vue externe sur soi pour dire « j’ai réussi ma retraite »). La réalisation de soi repose sur un socle normatif fort puisqu’elle requiert que l’on juge son action au regard de ce que l’on estime ayant de la valeur ou non. Dans cette construction du jugement, la comparaison joue un rôle important.

Je disais toujours à mes collègues : je vais partir à 55 ans mais ce n’est pas pour faire les courses avec bobonne au supermarché. Parce que j’ai un copain, lui, c’était une tête en médecine, et il a arrêté à 60 ans et maintenant il ne fait rien, enfin il marche beaucoup, il filme ses petits-enfants puis il fait de superbes petits films comme ça qui prennent beaucoup de temps, il s’entraîne pour les 20 kilomètres, ils sont tout le temps ensemble pour aller faire les courses, je me dis quel potentiel perdu pour la société. (Guy, 67 ans, instituteur)

15Outre une transformation des perspectives de vie, c’est le projet biographique qui est affecté par cette évolution. Les biographies ne sont plus interprétées comme des processus figés d’acquisition de statuts sociaux et d’apprentissage des rôles qui y sont associés (par exemple passer du statut de « fille ou fils de » à « épouse ou mari de »), mais sont vécues comme des manières de réaliser sa personnalité. Les différents événements qui surviennent dans la vie sont des étapes supplémentaires pour y parvenir. Le récit biographique peut alors se déployer et prendre la fonction identitaire d’expression de soi (Honneth, 2006). Une part importante de l’identité moderne est structurée autour d’un projet de vie organisé de façon réflexive à partir des choix individuels (Giddens, 1991) et par son intégration dans un récit qui fait sens pour soi-même (Dubar, 2 000).

La rhétorique du projet

  • 3 Les fragments d’entretien qui ont été retenus pour illustrer cette idée sont ceux de répondants qui (...)

16Cette évolution sociologique a façonné un modèle dans lequel les individus peuvent puiser, que j’appellerai modèle du projet. Le modèle qui est proposé ici est en corrélation directe avec les observations qui ont été faites. Il a été élaboré à partir du constat que la plupart des personnes interrogées mobilisent un argumentaire et une rhétorique spécifiques : le projet3.

Oui c’est dur, oui. Parce que finalement la vie a du sens à travers les contacts, les projets qu’on a, les activités qu’on a, pour moi la vie n’a du sens qu’à travers les projets et donc ça, c’est une vision personnelle. Moi je trouve que la vie n’a de sens qu’à travers les projets. (Robert, 60 ans, manager)

17Trois éléments d’observation composent ce modèle. (i) On a constaté tout d’abord, qu’il y a une valorisation des épreuves, en tant que sources de changement et de découverte de soi. Dans une telle perspective, les épreuves vécues au cours de la vie peuvent être transposées en opportunités d’apprentissage sur soi et donc de réalisation personnelle.

Donc on remplace ça par autre chose, par des choses qui ont du sens pour soi, une autre envie de se réaliser, d’être utile en fait. Parce que finalement avoir un boulot ce n’est pas simplement avoir des ressources professionnelles, mais c’est participer et avoir le sentiment qu’on fait quelque chose d’intéressant, d’utile, soit pour la société, soit pour soi-même. (Camille, 60 ans, employée administrative)

18(ii) Ensuite, les entretiens révèlent l’importance du choix personnel et de la responsabilité individuelle. L’individu ne peut rester passif face aux événements qui marquent sa vie puisqu’il est le seul maître de son destin. Il doit anticiper les événements afin de garder le contrôle sur eux. Cela implique qu’il fasse des choix en conséquence, qu’il ne pourra regretter par la suite puisqu’il en est l’unique responsable.

On n’apprend pas à nager pendant la tempête. Donc n’attendez pas d’être stressé ou dépressif avant de vous intéresser à ce genre de mécanisme et à voir comment vous pouvez anticiper d’une manière ou d’une autre. (Gauthier, 60 ans, directeur ressources humaines)

19(iii) Enfin, la troisième caractéristique de ce modèle est la capacité à intégrer les épreuves dans un projet personnel. La retraite est racontée comme faisant partie d’un projet de vie choisi et dessiné par l’individu. Elle est investie comme une manière de s’épanouir et de se réaliser et permet de nourrir la quête personnelle de réalisation de soi, en investissant d’autres types de rôles (celui de grand-parent, celui de bénévole dans une association, etc.).Plus encore, il s’agit pour nombre de répondants de recréer un horizon temporel, là où l’épreuve remet en question l’avenir. C’est l’exemple d’une ancienne infirmière qui décide de s’investir bénévolement dans la formation de jeunes infirmières, d’une retraitée qui peu avant sa pension a dressé la liste de tout ce qu’elle pourrait faire une fois à la retraite, d’un ancien manager qui donne des cours d’informatique à des seniors… Au-delà de l’épanouissement personnel que ces activités permettent, l’enjeu est de pouvoir se projeter dans le futur, de récréer un avenir d’autonomie en prétendant à de nouvelles formes de reconnaissance et en investissant de nouveaux rôles.

20Cet « être moderne » qui se vit et se raconte comme responsable de soi à travers une rhétorique du projet, exprime un idéal éthique qui est mis en jeu chaque fois que l’individu est confronté à une épreuve qui ébranle le récit de soi. Or, il semblerait que dans le corpus d’entretiens recueillis tout le monde n’ait pas la même capacité de répondre à ces exigences d’adaptation et de contrôle de soi, ni d’intégrer les épreuves dans un récit cohérent Maurice est un ancien balayeur de rue. Il a commencé à travailler à 14 ans et n’a jamais été scolarisé, il ne sait donc ni lire ni écrire, et il a clôturé sa vie de travail à l’âge de 65 ans. Son récit n’intègre pas cette rhétorique du projet, de l’autonomie et de la réalisation de soi qui vient d’être décrite : il est héritier d’un ethos du travail qui veut qu’un homme travaille aussi longtemps que son corps le lui permet, après quoi, il meurt.

 H : Vous aimeriez bien travailler jusque quand ?
M. : Je sais pas, jusque je vis, jusque je sais encore marcher, je sais pas dire moi. Moi ma vie je sais plus rien dire. J’ai bien travaillé jusque 65 ans. Mais à 65 ans on ne peut plus travailler. Il y en a qui travaillent jusque 70 ans, comme le roi. Et pourtant il pouvait déjà avoir sa pension celui-là, le roi ! Et la reine ? Eux peuvent bien travailler, pourquoi nous autres on peut pas si on sait ? (Maurice, 65 ans, balayeur de rue)

21La retraite n’est alors pas intégrée dans un projet personnel de réalisation de soi, d’une part parce que la personne ne se sent ni maître ni responsable de son destin et ne dispose pas des ressources narratives suffisantes pour reconstruire sa vie dans l’unité d’un projet. D’autre part, parce que seul le travail entre dans son cadre de valeurs. En effet, le travail apportait une activité, des rentrées financières, mais il s’agit surtout d’un devoir.

G : Dans le fond qu’est-ce que je fous là encore ? Je suis utile à qui ? À personne ! Euh, bon je fais quoi ? Ben j’attends que ça s’arrête.
H : Mais votre famille quand même ?
G : Oui, mais la famille, c’est plus non plus la même chose. Je veux dire, pour ce qui est de la famille, beaucoup a tenu par la nécessité de faire bouillir la marmite. Donc je pense que c’était pour la famille. Il fallait ne pas perdre son boulot, etc., donc ça a été pendant des années et des années mon but principal. Il fallait faire bouillir la marmite, il fallait y aller. (Georges, 65 ans, conducteur de tramway)

22Cet exemple nous permet de nuancer le modèle normatif du sujet moderne tel qu’il a été proposé plus haut. « Pour s’orienter dans le monde où leurs actions sont justifiables, les personnes doivent posséder des capacités de type cognitif » (Boltanski, 1990, p. 90). Autrement dit, ce modèle suppose la maîtrise de ressources narratives : maîtrise lexicale et syntaxique, aptitude à structurer un récit, gestion des effets perlocutoires, autant d’éléments qui témoignent d’une compétence réflexive à enchaîner les événements de sa vie dans un récit cohérent. Je l’ai dit, les ressources narratives sont aussi bien des ressources normatives : elles servent à réinscrire sa vie dans l’idéal d’une « vie bonne » – estimable, épanouissante, etc. En l’absence de ces ressources, il semble donc difficile de former un tel récit de soi.

L’épreuve de la retraite

23En tant qu’étape institutionnalisée du parcours de vie (Cavalli et al., 2007), la retraite revêt une importance particulière pour les individus : elle est imaginée, anticipée, préparée ou au contraire elle survient inopinément. Ils lui associent des représentations, cherchent à lui donner un sens ou encore la subissent. En libérant les personnes de toutes les contraintes professionnelles, elle bouleverse leurs horaires et leur rapport au temps. Les récits montrent également que le rapport au corps n’est plus le même qu’auparavant, que désormais les personnes sentent leur corps vieillir. Mais la retraite s’impose surtout comme une épreuve de reconnaissance qui contraint les individus à trouver de nouveaux rôles, de nouveaux rapports sociaux et des nouvelles manières de se penser et de se raconter.

24Tout le monde ne vit pas l’épreuve de la retraite de la même manière. Certains répondants l’aménagent, de sorte que face aux changements importants qui les attendaient, ils ont mis en place des stratégies leur permettant de vivre cette étape de façon positive : ils l’ont préparée mentalement et ont trouvé les activités qu’ils valorisent. Ceux-là relisent leur expérience du passage à la retraite avec un certain étonnement : ils s’aperçoivent que la « crise de la retraite », pour reprendre les termes de Vincent Caradec (Caradec, 1998), n’était finalement pas si terrible (« j’ai passé le cap facilement », « ce n’était pas aussi dur que je l’avais imaginé », « j’avais hâte d’y être enfin »). Mais le départ à la retraite est parfois vécu avec de la douleur, des remises en questions, des angoisses, des craintes, etc. Cette expérience de la retraite comme épreuve n’est que transitoire. En mobilisant dans leurs ressources (pratiques et cognitives) les répondants vont à un moment ou à un autre la dépasser et retrouver une stabilité dans les activités et dans l’image de soi.

25Qu’en est-il de la mise en récit du passage à la retraite comme d’une épreuve à traverser ? Le premier constat que l’on peut faire, c’est qu’une rhétorique de l’épreuve est bien souvent mobilisée par les individus dans leur discours (« épreuve », « cap », « trou noir », « survivre », « moment fatidique », « tournant important », « page blanche »), et ce, que la retraite ait été vécue ou non comme une épreuve dans la réalité.

26Ensuite, les récits des personnes qui vivent ou ont vécu l’épreuve sont marqués par une absence de linéarité : ils ne distinguent pas clairement une période « avant la retraite » qui évoquerait les années de travail jusqu’au jour du départ et un « après » qui correspondrait à leur nouvelle vie. Ils décrivent plutôt un « pendant », une période de transition plus ou moins longue durant laquelle s’opèrent des ruptures (changement de rythme de vie, d’image de soi, etc.) et des continuités (pratique des mêmes loisirs ou activités, organisation du temps similaire, etc.) et c’est cette transition même qui permet de définir un avant et un après. En début de parcours, c’est le sentiment qu’une épreuve est à traverser, qu’un cap va devoir être franchi qui domine, tandis qu’une fois la retraite bien engagée, les turbulences apaisées, cette période de transition est relue avec plus de sérénité.

27Ce constat d’une structure narrative ternaire du récit de la retraite nous amène à rapprocher l’événement que constitue la retraite de l’épreuve étudiée par Danilo Martuccelli (2010) : « Il faut comprendre les épreuves comme un dispositif d’étude qui, s’appuyant sur la logique narrative de la mise à l’épreuve, mobilise la conceptualisation d’acteurs contraints d’affronter des défis structurels, historiquement produits et inégalement distribués, au travers desquels s’effectue une sélection largement informelle des personnes ». La retraite est un dispositif historiquement, institutionnellement et socialement construit qui contraint les individus à se mesurer à ce qu’ils perçoivent comme une étape importante et difficile dans leur parcours de vie. L’épreuve de la retraite, sur le plan narratif, se constitue lorsque l’événement est mis en récit sous une forme ternaire, distinguant une période de formation, l’épreuve proprement dite, et sa résolution.

28En revanche, les récits des personnes qui ont surmonté l’épreuve facilement sont davantage marqués par un avant et un après retraite. La transition est racontée comme n’ayant duré que quelques heures ; le récit évoque brièvement la fin de carrière et la phase de préparation de la retraite, laissant davantage de place au quotidien stabilisé de la retraite. Ils ont le sentiment d’être parvenus à échapper aux difficultés, par comparaison à d’autres qui ont eu plus de mal à « passer le cap ». L’épreuve vécue doit bien être distinguée de l’épreuve narrative (structure du récit fondé sur un schéma en trois phases). La première renvoie à l’expérience plus ou moins difficile de l’arrêt du travail, au sentiment d’avoir ou de devoir affronter les difficultés, et à toutes les actions qui sont mises en place pour les dépasser ; la seconde renvoie au retour réflexif que l’individu opère lors de l’entretien pour mettre de l’ordre dans ses multiples expériences, pour les rendre compréhensibles aux yeux d’autrui et à ses propres yeux. Et les deux faces de l’épreuve s’articulent au sein du récit qui en est fait.

29Le cadrage problématique posé, nous allons maintenant l’analyser plus en profondeur. Nous distinguerons dans la suite du propos les trois moments de l’épreuve de la retraite, étant entendu que certains des répondants ne font pas état de la deuxième phase, celle de la transition, puisqu’ils ne vivent pas l’épreuve en tant que telle. Pour chacune des phases, nous commencerons systématiquement par analyser l’expérience vécue pour ensuite étudier les modalités de mise en récit de l’épreuve.

Les trois moments de l’épreuve

L’amorce de l’épreuve : la préparation

30La plupart des répondants démarrent spontanément leur récit en évoquant une période précédant la retraite : ils choisissent un ou plusieurs événements significatifs antérieurs à la retraite comme point d’amorce de l’épreuve. Le passage à la retraite est pris en main et investi personnellement. Les répondants semblent ainsi transformer, a posteriori, l’obligation du départ en une volonté de partir, ils recadrent la contrainte pour lui conférer la signification d’une nécessité personnelle, d’une aspiration nouvelle, d’un projet, et en tout cas d’un choix. Par quoi la personne se reconstruit dans sa narration comme une personne qui contrôle sa propre vie. Et ils font de la retraite, sinon une délivrance, du moins une épreuve qu’il était temps de traverser.

Et du jour au lendemain, mentalement, j’ai fermé mon agenda alors que c’était vraiment ma vie, ma passion. J’ai fait une coupure nette. Mais c’était ma volonté de me consacrer à autre chose. Et avec le recul je me dis, c’est vrai que j’ai eu une vie professionnelle riche et j’ai bien fait d’arrêter, ça m’a permis de faire autre chose. (Louise, 65 ans, orthodontiste)

31Le départ à la pension du conjoint, l’arrivée des petits-enfants, une maladie ou un accident déclenchent souvent une prise de conscience quelques mois ou quelques années avant le départ à la retraite proprement dit. S’ensuit une période de préparation durant laquelle l’individu opère une désocialisation professionnelle (Caradec, 2008) : la sphère professionnelle est progressivement dévalorisée au profit de la sphère extraprofessionnelle. Le travailleur aménage son temps de travail et diminue son implication émotionnelle dans son travail pour consacrer plus de temps à ses loisirs et s’occuper davantage de ses enfants, petits-enfants, parents âgés ou de l’entourage qui requiert son attention.

Mais moi j’ai vraiment bien aimé, d’ailleurs ils m’ont fait une belle fête quand je suis partie. Mais ça allait dans une époque. Après, l’université a manigancé toutes sortes de réformes et de micmac et ça n’était plus la même ambiance. J’aurais pu continuer mais c’était plutôt un enchaînement de circonstances. Il me semblait que j’en avais déjà assez fait : le problème des hanches, celui de mes parents… (Cécile, 59 ans, secrétaire).

32Cette phase de « préparation » est bien souvent l’occasion d’anticiper un certain nombre de difficultés auxquelles on pense devoir faire face : des questions concernant la vie de couple, la situation financière, le cadre de vie. L’individu se projette dans son avenir post-retraite, il entame le travail identitaire nécessaire à ce changement du parcours de vie (Caradec, 2008).

Le Moi mis à l’épreuve : la transition

  • 4 Les extraits d’entretien sélectionnés pour illustrer cette période de transition sont ceux de perso (...)

33Beaucoup de récits font état d’une période transitoire4, d’une phase de remise en question de l’image qu’on a de soi et de la recherche de nouvelles sources de reconnaissance en dehors du monde professionnel. L’épreuve proprement dite commence le jour où l’individu se voit contraint d’y faire face. Elle se matérialise par le départ effectif du lieu de travail, lorsque la personne franchit les portes de son bureau et salue ses collègues pour la dernière fois, rentre à la maison et se retrouve confronté au temps long de la retraite qu’il va falloir remplir autrement.

Celui qui n’a pas de passions personnelles, eh bien il est un fait certain, il se sent un petit peu abandonné de la société, et principalement quand on part en pension, parce qu’une fois qu’on part en pension on est dans un congé éternel, donc il ne faut plus travailler, il ne faut plus se lever le matin, mais si justement ! Il faut continuer à s’entretenir, à se motiver à se lever le matin, peu importe. (Gus, 64 ans, policier)

34L’épreuve se poursuit dans les jours et les mois qui suivent alors que les routines et les habitudes que l’on a suivies des années durant (les heures de réveil, les rencontres quotidiennes, etc.) ont brusquement cessé. Les récits relatifs à cette période évoquent diverses stratégies d’adaptation. Certains choisissent par exemple de maintenir des contacts avec le monde professionnel (en y retournant encore de temps à autre, en téléphonant aux anciens collègues, etc.). D’autres mettent en place des nouveaux projets, comme un grand voyage, une formation, un loisir.

Je m’étais dit que terminer le vendredi et puis le week-end rester chez soi, ça ferait bizarre, de couper son réveil, etc. Donc j’ai fait un superbe voyage de trois semaines au Québec. Je m’étais dit que ça ferait un bon sas, et puis on rentre, on reprend contact avec les uns et les autres, on raconte son voyage, et donc ça c’était impeccable pour moi. Quand je suis revenue il n’y a pas eu de choc. (Marion, 64 ans, psychologue)

35Ces projets tiennent un rôle important dans le processus de réajustement identitaire à la retraite, ils apportent de nouvelles opportunités de réalisation de soi et permettent de continuer de se raconter. Il ne s’agit pas simplement d’un vide à combler en attendant d’être bien installé dans la retraite (Luborsky, 1994), d’une manière de refuser sa retraite ou de la tenir à distance. Il s’agit plutôt de préserver un processus de vie et des opportunités de réalisation.

36Ce réajustement identitaire est confronté à la difficulté majeure de trouver de nouvelles sources de reconnaissance. On sait la centralité de la reconnaissance dans la construction de l’identité : elle crée un système d’attentes mutuelles qui donnent une profondeur morale à l’interaction (Honneth, 2 000). Dans le cas de la retraite, l’affaiblissement des liens sociaux liés au travail, la perte du rôle et du statut conférés par la fonction occupée, peuvent avoir pour conséquence une dévalorisation des qualités de l’individu aux yeux des autres et à ses propres yeux, c’est ce qu’Axel Honneth appelle le déni d’estime sociale et d’estime de soi.

Quand on n’a plus de travail, à l’hôpital ou à l’école, tout d’un coup, parce que les gens du travail c’est presque des frères et sœurs, les gens qu’on rencontre au travail, on les rencontre plus souvent que sa famille pour finir ! Eh bien tout d’un coup c’est fini ! Mais alors là tout d’un coup ! Et dans le monde du travail, tout le monde vous le dira, il faut quatre jours pour qu’on vous oublie ! (Jean, 62 ans, infirmier)

37Durant toute cette période de turbulences, les points d’ancrages identitaires et les référentiels d’action restent associés à l’ancienne profession en sorte que la personne reste habitée par les formes de vie professionnelle qu’elle a quittées. C’est l’exemple de Siméon, un ancien directeur d’école.

H : Le premier jour à la retraite, c’était comment ?
S : Embêtant hein ! On y pense et on se dit “maintenant c’est ça, maintenant c’est comme ça”… Ah oui ça continue, surtout les premiers jours. Il y a une routine, on a l’impression d’entendre la sonnerie, on vit en étant là-bas, mais j’étais ici. C’était bizarre. Et puis il y avait d’autres activités que j’avais entreprises, ça m’occupait, mais ça n’effaçait pas. Donc c’est une emprise qui est restée quand même assez longtemps. (Siméon, 63 ans, directeur d’école)

38Le présent est mobilisé pour faire référence à la fin de carrière et donc à une profession qui fait encore partie de soi, tandis que le passé est utilisé principalement pour les événements qui ont eu lieu avant ce que la personne appelle sa « fin de carrière ». Un tel rapport au présent indique que la fin de carrière et les préoccupations professionnelles font partie intégrante des pensées actuelles et continuent d’envahir la conscience du narrateur (Ochs et Capps, 1996, p. 25).

C’est une société de représentation dans laquelle je travaillais, que je gérais. Mais on est quatre hein, c’est une toute petite boîte. On ne fabrique rien, on avait des contrats de représentation industrielle. (Alain, 65 ans, ingénieur industriel)

39Enfin, chez beaucoup de répondants qui vivaient la phase de transition au moment où s’est déroulé l’entretien, on trouve des allusions à un avenir plus ou moins proche, celui d’un « après épreuve » où les habitudes se seront installées. Ceci nous montrant que cette expérience n’est vécue que comme un état de déstabilisation avant que s’installe vraiment la retraite.

On aurait pu dire voilà le livre boulot, ce livre-là il est plein, il est écrit, maintenant je commence un nouveau, j’écris une page blanche, quelque chose de neuf. On aurait peut-être pu dire ça, voilà l’hibernation : tourner la page avec une pause pour me laisser le temps. Et je n’ai pas encore fait ma table des matières. J’ai un peu peur de tomber dans l’oisiveté, il y a un petit peu de ça aussi, mais je ne pense pas que j’arriverai là. Le programme de ma pension, la table des matières de mon bouquin n’est pas encore écrite. (Alain, 65 ans, ingénieur industriel)

Une identité stabilisée : le dépassement

  • 5 Les fragments biographiques qui ont été retenus ici sont ceux d’individus qui ont dépassé le moment (...)

40À la tension identitaire de la retraite succède le sentiment que l’épreuve a été dépassée, que l’on est bien installé dans la retraite et que la situation s’est apaisée, voire que ce n’était finalement pas une épreuve, que le cap a été passé aisément5.

41Siméon, un ancien directeur d’école raconte qu’avec le temps il a dépassé le choc de la mise à la pension en investissant des activités qui lui assurent une permanence identitaire : il aimait enseigner, transmettre et organiser, autant de dimensions que lui apportait son statut professionnel et qu’il a retrouvées en donnant des formations pour les directeurs ou en contribuant à l’éducation de son petit-fils.

42Les nouvelles activités qui « font sens » ont été trouvées et la retraite prend toute sa place dans les vécus et les récits. Les personnes se racontent à partir de leurs nouvelles activités.

H : Quand on vous demande ce que vous faites, que répondez-vous ?
A : On parle des cours de danse, du club de lecture, de nos amis, de nos voyages, parce que bon on aime organiser les choses.
H : Et les gens réagissent comment ?
A : Ils sont envieux, mais bon on n’a que le résultat de ce qu’on veut bien entreprendre. On saisit les occasions quand elles se présentent et donc c’est normal. (Alix, 62 ans, institutrice)

43Les points d’ancrage identitaire ne sont plus arrimés au travail, d’anciennes définitions de soi s’articulent à de nouveaux rôles et des nouvelles représentations de soi.

J’avais toujours dit que je faisais mes études d’infirmière pour partir en Afrique. J’ai rencontré mon mari ma dernière année donc je ne suis pas partie. Et là une opportunité s’est offerte dans une assoc', mais ils voulaient que je fasse du démarchage. Mais moi c’était dans le médical, ça je veux bien. Ils avaient justement un volet médical. Et donc j’accompagne des stagiaires infirmières en Afrique. Et donc grâce aux formations que j’ai suivies moi-même, ça m’aide énormément, je peux travailler sur mes acquis. (Jeanne, 62 ans, infirmière)

44À mesure que s’affaiblissent les contacts avec le monde du travail, les références narratives à celui-ci s’estompent. Le travail est relégué dans le passé et la retraite se déploie à la fois dans le vécu et dans la narration, elle prend le statut de « présent ».

Mon travail impliquait beaucoup de lectures et d’information parce qu’enseignant, surtout en traduction, il faut être très cultivé, ça fait partie de ma formation. Donc je continue à m’informer parce que ça me passionne. Je suis branchée, il y a deux minutes j’étais branchée sur la BBC. Ça me passionne comme ça m’a toujours passionnée donc je continue à m’informer. Il y a une partie de ma vie qui n’a pas changé. (Christine, 65 ans, professeur)

Les temporalités de la retraite

45Le passage à la retraite modifie également en profondeur l’expérience du temps. Le travail imposait une vie rythmée par des contraintes et des problèmes sans cesse renouvelés, induisant une perception accrue du temps présent, une relative insouciance du passé, et tout cela comme enveloppé dans la perspective d’un avenir indéterminé, riche de projets et de possibilités multiples. La retraite bouscule ce rythme, le ralentit et le déstructure, les contraintes horaires se relâchent. Le sentiment dominant est celui d’un temps libéré des contraintes du travail, des urgences, des agendas surchargés, de la difficile conciliation des sphères de vie professionnelle et privée.

J’ai vécu pendant des années à l’heure suivante, tout le temps en regardant ma montre, en disant je suis là mais dans une heure je dois être là, dans deux heures je dois être là et maintenant je n’ai plus ça : on se concentre sur ce qu’on fait et on n'y va pas avec une montre et on ressort pas avec une montre, on doit pas regarder l’heure, on suit un autre rythme. (Marianne, 65 ans, directrice d’un service de placement familial)

46Le temps libéré est alors celui d’une réappropriation possible, d’une maîtrise recouvrée. Après toutes ces années, « on peut enfin en profiter. » La « vie bonne » qu’autorise la retraite semble alors se construire autour de deux schémas narratifs : l’évocation de la vie professionnelle passée comme aliénation, la retraite comprise comme un espace de projets et de liberté.

47Il est intéressant de constater que les récits qui font état d’une retraite bien installée, d’habitudes ancrées, d’un dépassement de l’épreuve, mobilisent le modèle du projet tel que nous l’avons développé au point 2. La phase de transition (l’épreuve à proprement parler) est dépassée grâce à tous les projets mis en place dans lesquels les personnes trouvent du sens. Plus généralement, la retraite est inscrite dans un projet personnel dans lequel les personnes s’investissent personnellement. Cette façon de traverser l’épreuve par des projets est également un moyen de produire un récit cohérent sur soi tandis que l’épreuve risque de bouleverser l’identité : on raconte sa retraite comme un projet que l’on a préparé, investi ou que l’on va construire. Ce qui, en retour permet de donner un sens, voire de valoriser l’épreuve vécue, et donc de la dépasser.

48Tous les répondants n’intègrent pas le modèle du projet dans leur récit et ne semblent pas le suivre dans leurs pratiques. Nous l’avons vu, celui-ci nécessite un certain nombre de compétences réflexives. Loin de vouloir et de pouvoir intégrer la retraite dans un grand projet de vie, et de se reconstruire par la mise en place de projets concrets, certains vivent la retraite comme une fatalité, un événement inévitable qui leur a été imposé malgré leur volonté et sur lequel il est impossible d’avoir de prise. N’ayant d’autre choix que de l’accepter, ils font face à l’épreuve par ce qu’on peut appeler de la résignation. L’expérience de la retraite est alors celle d’un temps long, structuré par les horaires de la télévision ou ceux des magasins, et marqué par l’ennui.

G : Mais pour le reste, à vous dire franchement je m’emmerde. Oui, très clairement. En fait hein, j’ai aussi l’impression d’être… Moi j’attends le stade suivant quoi.
H : C'est-à-dire ?
G : La mort. (Georges, 65 ans, chauffeur de tramway)

De la retraite au vieillissement

49L’âge n’est plus un critère de détermination sociale, il ne désigne plus des rôles prédéfinis, ni des manières d’agir spécifiques ? Toutefois, il continue à offrir des catégories de sens aux individus (« si j’ai 60 ans, je suis censé avoir ce type d’activités, ressembler à ceci ou cela »). Les âges de la vie persistent donc comme « catégories fondamentales de l’identité narrative » (Deschavanne et Tavoillot, 2007). C’est ainsi que le passage à la retraite est bien souvent associé à l’entrée dans la dernière phase de la vie, la vieillesse. Et les transformations des expériences du corps et du temps confrontent désormais l’individu à une nouvelle épreuve, celle du vieillissement. Cette épreuve conjugue trois processus : la découverte d’une réduction de ses moyens physiques (on n’a plus la même énergie qu’avant) ; ensuite une tendance à interpréter les ennuis de santé comme le signe du vieillissement et non plus comme une conséquence d’une vie de travail surmenée ; enfin, une tendance accrue à se soucier de son corps (faire attention à son alimentation, adapter sa pratique sportive, etc.). Cette épreuve, bien décrite par Vincent Caradec (Caradec, 2001), fait naître une tension entre la volonté d’être l’auteur de sa vie et une hétéronomie qui ne cesse de grandir.

Quand on approche de la vieillesse comme ça, il y a des tas de choses différentes qui nous font peur que vous les jeunes, nous autres c’est l’Alzheimer, c’est la chute avec la fracture de la hanche, tandis que quand on est jeune on ne pense pas à toutes ces choses-là. Mais je me soigne, j’ai peur de, tu vois la psychologie de la peur, moi j’ai peur de mourir depuis que je suis pensionnée. J’y pense et j’ai peur. Peut-être que c’est parce que je suis passée dans la catégorie suivante, la dernière catégorie, je ne sais pas, mais en tout cas ça me fait tellement peur que je lis pour me soigner. (Marie-Laure, 58 ans, enseignante)

50L’autonomie et le développement de soi se reconstruisent dans un espace potentiel progressivement resserré par les premières limitations du corps.

C’est pas magnifique mais j’ai quand même un petit choix. Par exemple ne pas prendre ma voiture me fait dire que je récupère un budget, que j’ai pas de risque d’accident, que je peux me déplacer en train ou demander à quelqu'un de m’accompagner, c’est une forme de choix. C’est pas que j’ai pas les moyens d’acheter une voiture, c’est pas la question matérielle, c’est une forme de choix. Le fait par exemple de lâcher le sport un peu plus tôt que trop tard, c’est une forme de prudence. On pourrait dire c’est une forme d’autre chose mais là aussi j’ai arrêté avant de regretter, de devoir regretter. (Marianne, 65 ans, directrice d’un service de placement familial)

51Le récit porte alors sur la reconquête permanente d’une autonomie dans une vie resserrée, c’est ce que Vincent Caradec a appelé la déprise (Caradec, 2007), qui conduit à éviter d’utiliser la voiture, à proscrire les sports violents, à manger plus sainement en évitant les excès, afin de ralentir le plus possible le vieillissement. S’observe ainsi une volonté tenace de maîtriser un avenir de plus en plus dominé par la fatalité de l’âge.

Même si on est vieux, mais non on n’est pas vieux, mais non ! Disons que dans le cœur et dans la tête rien ne change, ce n’est que l’emballage qui change, extérieurement. Vous comprenez ce que je veux dire ? Moi j’ai toujours les mêmes idées d’il y a 25 ans. Intérieurement je suis toujours le même. Évidemment extérieurement on change mais on parvient, en entretenant sa santé, on parvient quand même un petit peu peut-être à camoufler son âge, parce que souvent des gens me disent « tu vas sur tes 65 ? On dirait pas hein ! » Et on ne dirait pas pourquoi ? Parce que justement on reste actif ! (Gus, 64 ans, policier)

52Le temps physique passe et marque forcément les corps, l’histoire que l’on raconte à soi et aux autres est donc transformée, pour intégrer cette nouvelle dimension identitaire : le soi vieillissant.

Conclusion

53Le passage à la retraite bouleverse les identités individuelles car elle met à mal l’un de ses fondements, la reconnaissance. Durant des dizaines d’années, une personne s’est construite en partie sur la base de son identité professionnelle, sur le regard que les autres portaient sur elle : ses collègues, sa hiérarchie, ses clients, mais aussi son entourage privé, son conjoint, sa famille, ses amis. Par ailleurs, la retraite est généralement envisagée comme une porte d’entrée dans une autre phase de la vie, celle du vieillissement. À la perte de l’identité professionnelle se mêle une autre perception de soi en tant que personne vieillissante. Ces deux types de rupture sont cristallisés, travaillés et dépassés dans le récit biographique, lequel permet de restaurer la cohérence nécessaire à la construction identitaire.

54Le récit de la retraite est constitutif de ce que Danilo Martuccelli a appelé une épreuve. Il est une mise en forme, c’est-à-dire, une description, une structuration et une construction du sens d’une séquence de vie. La retraite est vécue, ou socialement constituée, comme une épreuve à traverser. Cette mise en récit distingue trois moments. La phase de préparation, lorsque l’individu prend conscience que sa retraite va arriver, qu’il s’y prépare et se projette dans cet avenir. La phase de transition, où il doit affronter l’épreuve de la retraite elle-même : c’est le moment où le rythme ralentit brusquement, où l’on perd les contacts sociaux liés au travail et le statut professionnel qu’il procurait. La personne fait alors état d’un choc qui l’amène parfois à s’accrocher aux anciens points d’ancrages identitaires du travail. Enfin, il y a le dépassement, lorsqu’une forme de réflexivité est reconquise qui n’emprunte plus aux référents de l’ancienne identité professionnelle, mais qui s’appuie à la fois sur les constantes du passé (ce que j’ai toujours été) et sur de nouveaux rôles et de nouvelles représentations de soi (ce que je suis devenu).

  • 6 Voir par exemple les travaux d’Agathe Gestin, de Raymonde Feillet ou de Chris Gilleard et Paul Higg (...)

55En distinguant les dimensions expérientielle et narrative de l’épreuve de la retraite, en montrant comment celle-ci est vécue et comment elle est intégrée dans un récit cohérent de soi, l’objectif de cet article était de mettre en évidence les ressorts du dépassement de l’épreuve de la retraite. Notre volonté est de dépasser une vision quelque peu homogène des vécus de la retraite soit comme « mort sociale » (Guillemard, 1972), soit comme « seconde jeunesse » (image principalement véhiculée par le senior marketing6), en repartant des processus identitaires complexes qui se jouent différemment pour chacun. Une entrée par les récits de la retraite nous permet également d’éviter de définir le passage à la retraite uniquement selon les rôles tenus ou les activités mises en place par les individus (Guillemard, 2002). Enfin, nous souhaitions inscrire le passage à la retraite dans la perspective des parcours de vie (Elder, 1975) qui permet de prendre en compte dans l’analyse différentes dimensions : le contexte sociétal, les temporalités individuelles et sociales, les assignations de rôles et les reconfigurations identitaires.

56La thèse qui est tenue ici est que la capacité de se raconter et d’intégrer les épreuves de la vie dans un projet personnel favorise le dépassement de l’épreuve. Pour ce faire, beaucoup de narrateurs mobilisent le cadre normatif du modèle du projet (réalisation de soi, autonomie, responsabilité individuelle et authenticité). Cette façon d’inscrire les épreuves dans un projet de réalisation personnelle permet de donner un sens aux événements difficiles qui surviennent et de les dépasser en les inscrivant dans une trajectoire de découverte de soi et de changement personnel. Pour parvenir à mobiliser ces schémas narratifs, des ressources sont nécessaires, lexicales, grammaticales, narratives, perlocutoires : la capacité de donner une cohérence dans le cours d’une vie qui a été ébranlée, de mettre en mots et d’agencer les événements au sein d’un récit sur soi qui vise à exprimer qui l’on est, ce que l’on est et ce que l’on veut devenir, mais aussi d’adresser ce récit aux autres, à son entourage, sa famille, ses enfants, ses amis. Ces pratiques de réflexivité dépendent de la manière dont l’individu a été habitué à s’exprimer, mais aussi de la capacité de son entourage d’accueillir ce récit, de le confirmer, sinon de le co-construire, en prodiguant au retraité ces nouvelles formes de reconnaissance qui lui rendront le sentiment d’exister comme un être complet.

57On peut se demander dès lors si cette « mise en projet » à la fois pratique et narrative des événements de la vie n’est pas aujourd’hui le moyen de dépasser ou d’éviter toute épreuve vécue (la maladie, les transitions de parcours de vie, etc.). Si tel est le cas, les ressources traditionnelles (capital économique et culturel) ne suffiraient pas à expliquer les inégalités face aux épreuves : une nouvelle forme de capital devient nécessaire pour comprendre la capacité à dépasser les épreuves, que l’on pourrait appeler capital réflexif.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L., 1990. L'Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l'action, Paris, Métailié.

Boltanski L., Chiapello E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski L., Thévenot L., 1991. De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Caradec V., 1998. « Les transitions biographiques, étapes du vieillissement », Prévenir 35, p. 131-137.

Caradec V., 2001. Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Nathan.

Caradec V., 2007. « L’épreuve du grand âge », Retraite et société 52, p. 12-37.

Caradec V., 2008. « Les mécanismes de la transition identitaire au moment de la retraite », SPIRALE - Revue de Recherches en Éducation 41, p. 161-176.

Cavalli S., Bickel J.-F., Lalive d'Epinay C. J., 2007. « Exclusion in Very Old Age. The Impact of Three Critical Life Events », International Journal of Ageing and Later Life 2 (1), p. 9-31.

Deschavanne É., Tavoillot P.-H., 2007. Philosophie des âges de la vie, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle.

Dubar C., 2000. La crise des identités. L'interprétation d'une mutation, Paris, Puf.

Elder G. H. J., 1975. « Age Differentiation and the Life Course », Annual Review of Sociology Vol.1, p. 165-190.

Giddens A., 1991. Modernity and Self-Identity, Bridge Street, Polity Press.

Gilleard C., Higgs P., 2011. « Consumption and Aging », in Settersten J.R.A., Angel J.L., (dir.), Handbook of Sociology of Aging, New York, Springer New York, p. 361-375.

Guillemard A.-M., 1972. La retraite, une mort sociale. Sociologie des conduites en situation de retraite, Paris, Mouton.

Guillemard A.-M., 2002. « De la retraite mort sociale à la retraite solidaire », Gérontologie et société n°102, p. 53-66.

Hewitt A., 2010. « Retirement: What will you do? A narrative inquiry of occupation-based planning for retirement: Implications for practice », Australian Occupational Therapy Journal 57, p. 8-16.

Honneth A., 2000. La lutte pour la reconnaissance, Paris, Les Éditions du Cerf.

Honneth A., 2006. La société du mépris. Vers une nouvelle Théorie critique, Paris, Éditions La Découverte.

Lalive d’Epinay C. J., 2009. « Mémoire autobiographique et construction identitaire dans le grand âge », Gérontologie et société 130, p. 31-56.

Luborsky M. R., 1994. « The Retirement Process: Making the Person and Cultural Meanings Malleable », Medical Anthropology Quarterly 8 (4), p. 411-429.

Martuccelli D., 2002. Grammaires de l'individu, Paris, Gallimard.

Martuccelli D., 2005. « Critique de l'individu psychologique », Cahiers de recherche sociologique, 41-42, p. 43-64.

Martuccelli D., 2006. Forgé par l'épreuve : l'individu dans la France contemporaine, Paris, Colin.

Martuccelli D., 2009. « Qu'est-ce qu'une sociologie de l'individu moderne? Pour quoi, pour qui, comment ? », Sociologie et sociétés 41 (1), p. 15-33.

Martuccelli D., 2010. « Grand résumé de La société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin, coll. individu et société, 2010 », in SociologieS, Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

Membrado M., 2010. « Les experiences temporelles des personnes aînées : des temps différents ? », Enfances, Familles, Générations 13, p. i-xx.

Ochs E., Capps L., 1996. « Narrating the Self », Annual Review of Anthropology 25, p. 19-43.

Ricœur P., 1990. Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil.

Taylor C., 1998. Les sources du moi. La formation d'une identité moderne, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons par « schéma narratif », la manière de construire son récit lorsqu’une épreuve perturbe la continuité identitaire : quels événements de la vie, quels repères identitaires vont être mobilisés dans le récit de soi pour donner une cohérence et un sens à l’épreuve vécue ?

2 Un corpus de 16 entretiens a au préalable été rassemblé en guise d’enquête exploratoire. Ces entretiens ont été menés par des étudiants du master en sociologie à l’Université Catholique de Louvain durant les années 2010 et 2011.

3 Les fragments d’entretien qui ont été retenus pour illustrer cette idée sont ceux de répondants qui mobilisent fortement ce modèle du projet (généralement des personnes dont les ressources économiques et/ou culturelles sont élevées).

4 Les extraits d’entretien sélectionnés pour illustrer cette période de transition sont ceux de personnes qui, au moment de l’entretien, vivent pleinement l’épreuve, c'est-à-dire qu’ils ont le sentiment qu’il y aura un après : « Vous reviendrez plus tard, quand on sera des retraités habitués » (Jean, 62 ans, infirmier). Mais également des personnes qui ont dépassé cet état de transition et qui racontent cette période a posteriori.

5 Les fragments biographiques qui ont été retenus ici sont ceux d’individus qui ont dépassé le moment difficile de la transition, qui ont traversé l’épreuve, ainsi que ceux de personnes qui ont le sentiment de ne pas avoir vécu la retraite comme une épreuve.

6 Voir par exemple les travaux d’Agathe Gestin, de Raymonde Feillet ou de Chris Gilleard et Paul Higgs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Eraly, « L’identité narrative mise à l’épreuve de la retraite : une analyse de récits biographiques », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2458 ; DOI : 10.4000/temporalites.2458

Haut de page

Auteur

Hélène Eraly

Place Montesquieu 1, bte L2.08.11, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
helene.eraly@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page