Navigation – Plan du site

Les rapports psychanalyse et autobiographie : dans les lignes et entre les lignes

The relationship between psychoanalysis and autobiography: in line and between the lines
Las relaciones entre psicoanálisis y autobiografía: sobre líneas y entre líneas
Adela Abella

Résumés

En s’appuyant sur les autobiographies de douze élèves « à problèmes », l’auteure interroge deux paradigmes de la psychanalyse contemporaine. Le paradigme archéologique, cherchant à découvrir le latent derrière le manifeste, se situe du côté d’une logique orientée vers le passé. A l’opposé, le paradigme transformatif, dont le but est de développer la « musculature psychique », vise l’ouverture à une pluralité de possibles résidant dans l’avenir. L’auteure montre l’intérêt de dialectiser ces deux approches, tant dans la clinique que dans l’approche des productions culturelles, autobiographie comprise. Les enjeux éthiques découlant de l’intervention de l’analyste/interprète prennent une importante centrale.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave :

autobiografía, psicoanálisis, paradigma, pasado, presente, futuro
Haut de page

Texte intégral

La autobiografía ? Una montaña de mentiras… Pero necesarias.
J. Garran, artiste.

1Je me propose de présenter les rapports de la psychanalyse et de l’autobiographie sur la base d’un petit livre édité récemment (Brunner, 2012). Je m’attacherai en premier lieu à donner une perspective générale sur la situation actuelle des rapports entre psychanalyse et autobiographie, afin de dégager les questions principales qui les traversent. Cette brève introduction sera suivie d’une analyse détaillée des deux premières autobiographies de l’ouvrage édité par Edmée Brunner. Je reviendrai ensuite au siècle passé pour discuter de ce que l’on peut considérer comme l’exemple classique d’un travail psychanalytique sur l’autobiographie : un essai publié par Freud en 1911 portant sur les mémoires d’un patient psychotique. Le retour sur cet ouvrage ancien dépasse le pur intérêt académique. En effet, à sa lecture, on s’aperçoit qu’il y a un siècle Freud anticipait déjà certaines questions qui, encore aujourd’hui, restent épineuses en psychanalyse. Finalement, je traiterai des deux paradigmes les plus importants de la psychanalyse actuelle en m’appuyant sur les analyses initialement détaillées des deux premiers témoignages des élèves.

2Pourquoi existe-t-on ? L’arbre à tsunamis. Voilà le titre d’un petit livre publié à Genève il y a quelques mois à compte d’auteur. Edmée Brunner (2012), enseignante à l’École de Culture Générale à Genève, nous offre ce qui, pour un psychanalyste, est une formidable source de réflexion : douze récits autobiographiques écrits par des élèves « à problèmes », aux parcours de vie chaotiques, truffés de cassures, luttant pour se construire une vie à l’intérieur de ce qui apparaît comme un désert culturel.

Bref résumé de la littérature sur le sujet

3Les textes psychanalytiques concernant, de près ou de loin, l’autobiographie ou les autobiographies sont légion. Le PEPWEB, la base de données la plus complète en psychanalyse attendu qu’elle réunit l’ensemble des publications anglophones depuis 1871, ne recense pas moins de 281 références pour les années 2007 à 2012. À y réfléchir, cela paraît tout naturel, puisque le but de la psychanalyse n’est autre que le travail sur le psychisme de l’individu tel qu’il s’est construit au long de son histoire.

4Le parcours des résumés associés à ces 281 titres, ainsi que celui des quelques dizaines de travaux publiés en français durant la même période, donne une idée des intérêts des psychanalystes. Un nombre important de ces textes revient sur les autobiographies des grandes figures mythiques, que ce soient les pères fondateurs de la psychanalyse, tels Freud, Jung, Abraham, H. Deutsch, Winnicott ou encore Bion, des patients célèbres, tel le Petit Hans ou, finalement, des figures consacrées de nos cultures, tels Gandhi, Becket, Kafka, Dali et H. James, pour ne citer qu’eux.

5Un autre groupe de textes invite à une lecture autobiographique, alors qu’en apparence, le contenu est d’ordre clinique ou théorique. C’est ainsi qu’on voit des psychanalystes présenter comme cas cliniques ce qui, en réalité, relève de leur propre vie. C’est le cas d’Hanna Freud qui, analysée par son propre père, dévoile ses difficultés sexuelles à travers le récit d’une patiente masochiste. On peut citer également l’exemple du fondateur de la Self Psychologie, Heinz Kohut, qui, dans son livre Les deux analyses de M. Z (1985), rapporte son auto-analyse (présenté comme celui d’un de ses patients), en l’opposant à l’analyse orthodoxe qu’il aurait préalablement subite.

6Des travestissements plus subtils sont identifiables dans d’autres productions humaines. On pourrait même dire dans toute production humaine. Paul Valéry l’avait déjà suggéré : « […]il n’est pas de théorie qui ne soit un fragment, soigneusement préparé, de quelque autobiographie. » (Valéry, 1939, tome I, p. 1320). Cela ne concerne toutefois pas uniquement les théories. En effet, tout récit, toute réflexion ou toute œuvre d’art peuvent être ramenés à l’histoire de leur auteur. La sélection que nous opérons parmi certaines parcelles du monde, la façon que nous avons de l’envisager, les liens que nous établissons avec d’autres fragments, la manière que nous avons de nous exprimer, tout cela révèle nécessairement une part de ce que nous sommes. Notre autobiographie sous-tend notre vision du monde.

7Cet élargissement du concept qui, finalement, soutient que tout relève de l’autobiographie, pose un problème. En effet, dans un certain sens, il paraît raisonnable d’affirmer que toute théorie est autobiographie, du moins en partie. Toutefois, on ne peut pas prétendre pouvoir récupérer, à partir d’une production humaine donnée, les éléments autobiographiques qui la soutiennent, qu’on les pense en termes de faits historiques ou en termes de fantasmes inconscients qui en ont découlé. Ce serait ignorer les multiples transformations qui interviennent entre une expérience de vie et le produit final d’un long processus marqué, entre autres, par des nombreux après-coups. Confrontés aux risques de réductionnisme et d’hypersimplification, un certain nombre de psychanalystes ont voulu entamer un dialogue mutuellement enrichissant avec les théoriciens et critiques littéraires. Un exemple en est l’ouvrage collectif Autobiographie, journal intime et psychanalyse (Chiantaretto et Clancier, 2005).

  • 1 Par séduction narcissique, j'entends ici le fait d'attirer l'autre, de manière plus ou moins sourno (...)

8En fait, la manière d’approcher l’autobiographie recoupe des débats importants dans la psychanalyse contemporaine. Ils concernent, entre autres, la question de la reconstruction dans la cure, le problème de la vérité (ou des vérités), les travestissements induits par la résistance, ainsi que les problèmes éthiques posés par l’intervention de l’interprète, à savoir, notamment, les risques de suggestion, de séduction (fondamentalement narcissique)1 et d’endoctrinement. Le travail présenté ici, on l'a dit, a pour but de discuter une partie de ces questions sur la base du petit livre édité récemment par E. Brunner et composé des autobiographies de 12 élèves « à problèmes ». Je commencerai donc par quelques commentaires sur cet ouvrage.

Lire entre les lignes

  • 2 En Suisse, téléphoner avec un natel ( = mobile)

9Qui sont les élèves de l’École de Culture Générale ? Quel est le projet, conscient et inconscient, d’E. Brunner en éditant ce livre ? Elle nous les présente : « Voici douze élèves de préparatoire, caracolant d’énergie, rompus à toutes sortes de diversions, surtout de celles qui leur font oublier l’école. Écrire pour eux relève la plupart du temps de la pure souffrance. Ils aiment pirater, tchatter, interneter, nateler2. Ils aiment danser ou rapper. Ils aiment shooter dans un ballon, câliner leur chat, hésiter entre deux casquettes, se traiter de tous les bateaux, de tous les oiseaux. Ils semblent légers, surfeurs d’insouciance. Et pourtant ! »

10En préambule, Edmée Brunner nous livre le moteur de cette entreprise. Elle prend sa retraite : « Puisque je vais partir, j’aimerais laisser une trace. » Les autobiographies des élèves se doublent ainsi d’une partie de celle de l’enseignante : celle qui est sur le pas de la porte et qui contemple ses peines, ses exaspérations, sa profonde affection pour ses élèves aussi. L’effet est saisissant : d’une part le verbe riche, travaillé et vibrant d’une amoureuse de la langue ; d’autre part, les balbutiements timides, inexperts et maladroits des « balafrés » (le mot appartient à l’un des élèves) de nos écoles. Cependant, des deux côtés, la même intensité dans l’émotion, la même authenticité presque insoutenable.

11Edmée Brunner nous invite : ces élèves pour qui l’écriture « révèle la plupart du temps de la pure souffrance »… « Oui, ils ont écrit… Ils méritent qu’on les lise, dans les lignes et entre les lignes. »

12Comment lire entre les lignes d’un point de vue psychanalytique ? Qu’un psychanalyste qualifie un récit d’authentique peut paraître inhabituel. Du moins, c’était inhabituel jusqu’à peu encore. En effet, il a été dit (Ricœur, 1965, p. 43-44) qu’initialement la psychanalyse s’était construite comme herméneutique du soupçon. Freud nous invite surtout à nous méfier des apparences : derrière le manifeste couve un latent bien plus vrai. Le symptôme, le rêve, les mythes, l’art, les jeux des enfants renvoient à un préalable refoulé qui ne peut être dit que sous couvert du déguisement.

13Devant cette imbrication d’apparence et de vérité, le travail du psychanalyste est comparé par Freud à celui de l’archéologue. Il existe cependant, pour Freud, une différence capitale : dans le monde interne tout l’essentiel reste conservé. Avantage net pour le psychanalyste, certes, mais qui est compensé par une difficulté majeure : le sujet présente une formidable opposition inconsciente à retrouver ce qu’autrefois il a eu besoin de refouler. Dès lors, cette autobiographie à deux qu’est la cure psychanalytique prend la forme d’une lutte sans merci contre les travestissements induits par la résistance. Sans merci : ce n’est pas seulement que nous ne connaissons pas notre vraie vérité, c’est que nous ne voulons surtout pas la connaître. Dans cette perspective, l’autobiographie ne peut être envisagée qu’en tant que montagnes de mensonges qui nous sont nécessaires, du moins provisoirement, en attendant de pouvoir construire une version plus vraie de nous-mêmes.

14Le modèle freudien trouve un levier apte à débroussailler le terrain psychique à travers la notion, très classique, du retour du refoulé : ce qui est refoulé ne reste pas tranquillement enfoui dans les abîmes du psychisme. Au contraire, il exerce une pression constante pour émerger à la conscience, en s’infiltrant là où il peut, dans des petits détails, sous la forme de contradictions, d’incohérences, de répétitions, dans la trame même du manifeste, au point, parfois, de s’y révéler presque nu.

15L’emboîtement entre le vrai et le faux et la manière dont le faux se faufile dans les interstices de nos actes sont illustrés de manière particulièrement captivante par le grand mystificateur, l’impénitent bâtisseur d’autobiographies délibérément fausses qu’est Christian Boltanski : « Je crois qu’il est très difficile de départager le vrai du faux. Dans une de mes premières interviews, je jouais le rôle d’un jeune homme désespéré et tourmenté. Pendant que je parlais, je me disais : je joue bien, ils me croient… mais quand je suis sorti, j’étais affreusement déprimé, parce qu’en fait, c’était une vérité que je me cachais à moi-même et que je ne pouvais me dire que sous l’apparence du jeu. » (Gumpert, 1992, p. 176) Boltanski montre ainsi comment, parfois, il n’est possible de s’avouer ce qui est profondément vrai qu’en le déguisant en mensonge déclaré. De fait et paradoxalement, le vrai s’habille de faux. Ce qui revient à dire que les falsifications, les justifications, les raccommodages redoutés dans toute autobiographie nous signalent et nous révèlent une vérité plus profonde, parfois inconnue du sujet lui-même (Abella, 2008, p. 1120).

16La relation entre autobiographie et fiction apparaît dès lors complexe. En effet, s’il est possible d’appréhender l’autobiographie comme un récit nécessairement fictionnel, inexact, voire mensonger sur le plan manifeste, il est aussi possible de dire que les fictions véhiculent des vérités inconscientes restées auparavant latentes.

17Le contenu manifeste que nous proposent les douze élèves d’Edmée Brunner présente une difficulté particulière. Il a été dit que la grande différence entre les autobiographies construites dans la cure analytique - celles où le patient cherche à se retrouver et à se comprendre - et celles qualifiées de littéraires réside dans le fait que ces dernières sont tributaires d’exigences formelles. Or, les aspects formels se prêteraient particulièrement bien à la défense et au déguisement. C’est l’une des raisons qui explique les réticences, voire l’hostilité de Freud envers les arts, en particulier les arts et les artistes visuels : « Le sens n’a pas grande importance pour ces messieurs, ils ne se soucient que de ligne, de forme, de concordance des contours. Ils cèdent au principe de plaisir. » (Freud , Jones, 1998, p. 321) Freud, qui n’est intéressé que par le contenu latent de l’œuvre, par la vérité repoussée au tréfonds de l’inconscient, craint la puissance de dissimulation offerte par la recherche de perfection et de beauté formelles. Seule compte la vérité de l’inconscient. Tout ce qui peut l’obscurcir ressort de la résistance et, par conséquent, mérite notre méfiance.

Deux autobiographies d’élèves : Élodie et Daniel

18L’obstacle que doit affronter Edmée Brunner se situe à l’extrême opposé : les exigences esthétiques relèvent ici du luxe. Pour ses élèves, l’épreuve presque insurmontable est le fait même d’écrire : « Les faire écrire bon sang ! » (Brunner, 2012, p. 11). Afin de les aider dans ce passage éprouvant, l’enseignante a dressé une grille orthopédique censée les orienter dans cet univers redouté qu’est l’écrit, sans toutefois les obliger à la suivre. Cependant, sa trame est tellement perceptible dans les diverses autobiographies qu’on en devine aisément les items. Elle semble les avoir incités à parler de leur premier souvenir, de leur objet fétiche, de leur signe du zodiaque, de leur couleur préférée ou encore de leur meilleur ami, du métier qu’ils aimeraient exercer ou de la famille qu’ils se voient fonder.

  • 3 Voici le texte complet de l’autobiographie d’Elodie :
    « Je suis née le 12.07.1995 avec comme signe (...)

19Certains jeunes peinent à se dégager de cette grille. Ils semblent parfois s’y rattacher à un point tel qu’on craint qu’ils ne laissent passer que trop peu d’eux-mêmes. C’est le cas d’Élodie3. Son texte est bref, scolaire, appliqué. Elle commence par donner sa date de naissance, son signe astrologique, le cancer, et sa couleur préférée, le bleu. S’ensuit un souvenir : à quatre ans, elle a mangé son premier chewing-gum. Puis, tout à coup, peut-être à la faveur du souvenir plaisant de l’arôme de fraise de ce dernier, le texte gagne en intensité, Élodie évoque avec force son grand amour pour ses sœurs : « Depuis mon enfance, les liens avec ma grande sœur (Céline) sont très forts. Malgré nos disputes, on s’est toujours très très bien entendues. Ma petite sœur, je l’aime plus que tout, malgré les fois où on se dispute. » Des liens très forts, une très très bonne entente, couplés à chaque fois avec des disputes. Ces disputes doivent poser un problème à Élodie ; elle tient à convaincre (se convaincre ?) de la solidité de ses amours. S’enchaîne alors le récit de sa bêtise d’enfant : « Quand j’étais petite, je m’amusais à sonner aux portes de mes voisins et je partais en courant. » Quand on veut taquiner, se disputer, n’être pas sage, il faut le faire en cachette, sans être vu et partir vite en courant.

20Ayant visiblement trop exprimé son côté sombre, Élodie repart dans un récit fleur bleue : son amour pour la danse, le beau cadeau qu’est ce livre proposé par Mme Brunner, ce « qui compte le plus pour elle », à savoir son copain, sa famille, ses amies. Fortifiée peut-être par ces doux souvenirs, elle évoque pour la première fois sa tristesse : « Quand je n’ai pas vraiment le moral, j’écoute de la musique et je danse. Ça m’aide à me détendre et à me changer les idées. » Elle enchaîne alors sur ses idéaux : un monde d’harmonie et de bonheur, similaire peut-être à cet « autre monde » dans lequel elle s’évade lorsqu’elle danse. Elle aimerait vivre dans une maison avec son copain et leurs enfants, avoir une Golf GTI. On arrive à la fin. Et c’est à ce moment que jaillit la surprise : quel est le métier dont elle rêve depuis toute petite ? : « Travailler dans la police. » Que chercherait-elle, la douce et sage Elodie, dans la police ? S’assurer qu’elle se situe du côté du bon et du bien en œuvrant pour l’harmonie et le bonheur social ? Aider à construire un autre monde idéal, dans lequel « les personnes (ne sont plus) intolérantes, égoïstes et malhonnêtes » ? Mieux contrôler et réprimer les bêtises, les siennes autant que celles des autres ? Les découvrir et les ramener à la lumière ? Empêcher le malfrat de partir en courant ? Ou bien s’agirait-il plutôt de pouvoir exprimer une partie de son côté sombre, de l’agressivité qu’elle semble craindre en elle, en lui donnant un usage acceptable, puisque légitimé par la loi ? De quel côté Élodie s’aligne-t-elle ? Du côté du Surmoi interdicteur, sévère, générateur de culpabilité ou plutôt du côté de l’Idéal du Moi, exigeant, mais éventuellement re-narcissisant, contenant les germes d’une bonne estime de soi ?

21En fin de compte, Élodie a laissé transparaître bien plus que ce que j’avais pensé au premier abord. On comprend mieux l’apparence initiale du texte appliqué et conventionnel. Elle voulait être sage, respecter au plus près les consignes de son enseignante, même si elle demeurait libre de ne pas s’y tenir. Elle lui est si reconnaissante ; ce livre a été son meilleur cadeau de l’année. On subodore, dans sa manière d’écrire, la présence de la police qui dit dans quel sens et à quelle vitesse on doit (se) conduire : suivre la grille et pas de bêtises. Je me sens un peu oppressée et me surprends à souhaiter qu’Élodie puisse développer, dans tous les aspects de sa vie, la liberté interne dont elle ne semble jouir maintenant qu’en dansant.

* * *

  • 4 Le texte complet de Daniel :
    « Je suis né le 2 juin 1996, je suis gémeau. Petit, j'étais irascible, (...)

22Le récit de Daniel4 se situe, sur certains plans, à l’opposé de celui d’Élodie. On entrevoit encore les fils de la grille, mais Daniel s’envole dans un discours passionné et vibrant qui oscille entre la rage provocante et le ralliement rassurant aux côtés du bon sens. Il commence, comme Élodie, par sa date de naissance et son signe astrologique : 2 juin 1996, gémeau. Il faut d’abord se placer, énoncer quelques repères de son identité. Puis, immédiatement, c’est l’explosion : « Petit, j’étais irascible, je ne supportais aucune remarque et je cognais tous les autres enfants. Ma sœur et moi, c’était la guerre… » C’est un chien qui a apporté le calme : « Il grognait à chaque fois qu’on élevait la voix et attaquait quand on se touchait. » C’est curieux, je me dis, pas de parents capables d’arrêter la guerre, seulement un chien. S’ensuit un souvenir de honte qui lui a permis de s’affirmer : « Ma couleur préférée était le rose, j’avais un déguisement de cochon rose et les autres enfants se moquaient de moi et j’ai toujours gardé la tête haute et c’est comme cela que je me suis fait respecter des autres. » Un enfant dont les copains se moquent et toujours pas de parents.

23Il évoque ensuite son premier meilleur copain avec lequel il s’est brouillé à cause d’une fille. L’agressivité fuse : « Mon cadeau préféré a été ma Playstation 2 avec le jeu Grand theft auto : vice city, un jeu violent avec des insultes et tout. C’était trop ouf de se changer de monde, de voler des voitures, tuer des gens, vider les caisses des magasins, se battre et tout ce style, incarner un gangster. En fait, depuis toujours, je joue à la trilogie de ce jeu. » La phrase suivante nous permet de songer aux raisons de toute cette violence : il ne s’agit pas seulement de décharger une colère aveugle, mais, comme pour le cochon rose, de se faire respecter : « Mon animal préféré était le léopard des neiges parce qu’il est très beau avec sa fourrure blanche et ses taches noires. Mais surtout parce que mes potes ne connaissaient pas cet animal et ça me permettait de faire le malin, d’attirer l’attention. »

  • 5 [via « piça », argot de « pénis » en portuguais, NdE]

24Il faut donc, et ceci est prioritaire, conquérir l’admiration des copains, rivaliser énergiquement, montrer sa force, sa belle fourrure et ses taches noires, les épater. Curieusement, les phrases suivantes suggèrent un fantasme de castration : il aime les pizzas, parce qu’en portugais, pizza veut dire zizi[5] ; un chien lui a mordu l’œil et, comme il « était très vengeur, j’ai attendu le chien, je l’ai attrapé par la tête et je lui ai mordu le museau pour lui montrer comment ça fait mal. » Il veut épater, mais ça ne se passera pas sans peine, il sera attaqué, il devra se venger. C’est la guerre entre coqs.

25Jusqu’ici, violence effrénée au service d’une image de virilité puissante. Et tout à coup, le revers de la médaille : « Pour mon objet fétiche, j’ai choisi ce collier car c’est ma maman qui me l’a offert et depuis qu’elle n’est plus là, je le porte jour et nuit sans jamais l’enlever car c’est presque la seule chose qui me reste d’elle. » Puis apparaît un autre Daniel qui parle de ses bons amis, des portables qu’il casse sans arrêt : « Depuis août à aujourd’hui (2.4.12) j’en ai eu huit sans exagérer, je les ai comptés. » Pourquoi ce besoin de casser ? Que casse-t-il ? Qu’est-ce qui est cassé ? Qui est-ce qui est cassé ? Il enchaîne avec le gratin de pâtes de sa mère, son plat préféré, que personne n’arrive à refaire. Il y a des choses qui sont perdues à jamais, des cassures qui ne peuvent pas être recollées, des drames qui continuent à se jouer.

26Et pourtant, Daniel fait de beaux projets d’avenir : un travail qui paie, une famille, une vie dans la maison qu’il habite maintenant avec son père et sa sœur (Ah ! Si seulement on pouvait garder ce qu’on a, ne pas perdre le bonheur actuel, que les acquis restent !). Daniel fait le point et c’est un point d’optimisme : « Avant les parents étaient là et faisaient tout pour moi et maintenant que ma mère n’est plus là, j’ai dû apprendre à faire le ménage, à me débrouiller, à être indépendant. Mais ça m’a fait du bien d’être mature. » Je le crois, oui, mais avec une petite inquiétude : son sentiment de perte est si grand - il ne lui reste presque rien de sa mère -, sa colère si immense, son besoin d’affirmation si puissant. Est-il suffisamment armé pour affronter ce que la vie ne manque jamais de nous apporter, à savoir de nouveaux deuils, des échecs, des hontes ? Trouvera-t-il la manière de gérer cette colère brûlante, de ménager les autres et d’éviter de se faire trop de mal à lui-même ? Confronté à la frustration, à la rivalité, arrivera-t-il à ne pas rompre ses liens, ceux qui sont importants pour lui, comme le lien – vite cassé, mais encore remémoré – de son premier copain ?

La psychanalyse en tant qu’archéologie

27Quel est le statut d’une telle lecture psychanalytique entre les lignes ? En adoptant le modèle du psychanalyste-archéologue, la question de la vérité se pose irrémédiablement. Pour Freud déjà. Problème épineux : comment savoir que ce que nous croyons avoir reconstruit correspond à la vérité du passé ? Freud a des doutes. En 1909, en examinant le récit d’enfance d’un de ses patients, l’ « homme aux rats », il signale que le sujet « procède ainsi comme un vrai historien qui regarde le passé à la lumière du présent. » (Freud, [1909] 1954, p. 233) Les déformations introduites par la subjectivité du patient sont ainsi reconnues. Il n’y a pas cependant que ce type de déformations introduites par l’analysant. Dans les années qui suivent, Freud applique sa méthode à une nouvelle écrite en 1903 par Wilhelm Jensen, Gradiva, ensuite à ce que l’on connaît de la vie de Léonard de Vinci, puis à l’autobiographie du Président Schreber (j’y reviendrai) et au Moïse de Michel-Ange. Les œuvres littéraires, les arts, la biographie et l’autobiographie : toutes ces productions de l’esprit humain semblent abordables par le procédé consacré par sa science des rêves. C’est l’enthousiasme. Freud pèse néanmoins les pour et les contre de sa méthode, ses forces et ses faiblesses. Finalement, en 1921, dans une lettre à Ernest Jones, il fait la confession suivante : « le terrain est souvent glissant dans nombre de nos applications de la psychanalyse à la biographie et à la littérature. » (Freud, 1998, p. 484)

28Autrement dit, ce n’est pas seulement le patient qui déforme la vérité en racontant son histoire ; le psychanalyste le fait aussi en l’interprétant. Et, chose intéressante, les deux le font pour des raisons inconscientes. Côté patient, nous dit Freud, les souvenirs occupent chez l’individu la même fonction que l’histoire pour les peuples : ils sont « compilés… pour des raisons tendancieuses » puisqu’« il est inévitable qu’(ils) soient l’expression de croyances et de désirs actuels plutôt qu’une vrai image du passé. » (Freud [1910] 1932, p. 92) Côté analyste, la crainte majeure réside dans le risque de produire « une caricature complète d’une interprétation » parce qu’il est si « facile… de trouver ce que l’on cherche et dont on est soi-même imbu. » (ibid. p. 243) En d’autres termes, pour Freud, le risque est que « ce que nous prétendions être le sens de l’auteur n’était, en fait, que le nôtre. » (Freud, [1907] 1986, p. 233)

29Quelle est l’utilité de revenir sur les hésitations théoriques de Freud cent ans après ? La raison est que ce débat se pose encore aujourd’hui en des termes assez similaires. Plus encore, c’est une question centrale pour la psychanalyse contemporaine (Manzano et Abella, 2011). En fait, la position de Freud au sujet du problème de la reconstruction est complexe. D’une part, il qualifie ses essais sur la biographie et la littérature comme des « romans psychanalytiques » en assurant qu’il est loin de surestimer leur exactitude (Freud [1910] 1932, p. 174). D’autre part, il maintiendra tout au long de sa vie que les reconstructions psychanalytiques « malgré toutes les déformations et toutes les méprises… représentent quant même la réalité du passé. » (ibid. p. 93)

30En d’autres termes, dans tout récit, même dans le délire, il y a un noyau de vérité historique. Et c’est très précisément ce noyau dur de vérité ancienne qui explique le sentiment de conviction, la puissance de vérité subjective que possèdent ces récits et ces délires pour leurs auteurs.

31Freud cherche des outils heuristiques aptes à défricher les complications posées par la temporalité. L’un d’eux est la notion de souvenir écran. Freud constate que certains souvenirs infantiles se caractérisent par une netteté singulière qui contraste avec son contenu apparemment banal. Un exemple pourrait être le chewing-gum à la fraise d’Élodie. À l’analyse, ces souvenirs se réfèrent à des expériences infantiles marquantes et révèlent des fantasmes inconscients centraux pour l’économie psychique du sujet. Ils font écran dans les deux sens du terme : ils cachent et ils permettent de voir tout à la fois. Le contenu caché/révélé peut être antérieur ou postérieur à l’événement conservé par le souvenir : quelques fois, tout un pan de la vie de l’individu se condense dans un événement apparemment insignifiant qui lui succède et le résume. Dans d’autres cas, des expériences émotionnelles conflictuelles trouvent une expression dans un incident minime préexistant qui prend de ce fait une importance singulière. Dans les deux cas, le lien entre le contenu du souvenir et l’expérience qu’il cache est de nature soit symbolique, soit analogique (Laplanche et Pontalis, 1971, p. 450-452).

32Un autre outil théorique réside dans la notion d’après-coup. Des expériences, des impressions, des traces mnésiques sont modifiées ultérieurement en fonction des nouvelles expériences ou de l’accession à un niveau de développement supérieur. Ce que l’on ne comprenait pas, ou ce qui était compris dans une certaine direction, prend, à partir d’un nouveau point de vue, un sens tout différent. Ces souvenirs peuvent alors acquérir non seulement une nouvelle signification, mais également une efficacité psychique dont le souvenir initial était dépourvu (ibid., p. 33-36). Dans les récits des élèves, il est difficile de repérer des effets d’après-coups : très souvent, le nouveau point de vue remplace et annule le précédent.

33Finalement, Freud propose de distinguer trois types de réalité qui ne coïncident que partiellement (Abella, 2011, p. 18) : une réalité matérielle (ce qui s’est réellement, objectivement passé), une réalité historique (porteuse des traces relevant de la subjectivité, à l’image des historiens qui étudient le passé à la lumière des questions du présent) et une réalité psychique (celle qui occupe notre esprit à un moment donné). Dès lors, il importe de se demander quel type de réalité nous pensons être en train de reconstruire/construire. Ainsi, la question se pose : lorsque je lis « dans les lignes et entre les lignes » les autobiographies des élèves d’Edmée Brunner, dois-je penser en termes d’une réalité matérielle, de quelque chose qui s’est « vraiment » passé ? Ou bien s’agit-t-il plutôt de la compréhension actuelle, remaniée par l’élève à la lumière de son présent, de ce qu’il a vécu ? Ou dois-je encore comprendre ce que je reconstruis comme « ma » réalité psychique, en termes de ce qu’éveille en moi la lecture de ces récits, ce qui impliquerait qu’un autre interprète offrirait une toute autre lecture ?

Le cas Schreber : une autobiographie longuement travaillée par la psychanalyse

34Freud a étudié une seule autobiographie : celle du Président Schreber. La manière dont lui, autant que ses successeurs, a abordé ce récit bouleversant est pleine d’enseignements sur les défis épistémologiques qui se posent à la psychanalyse.

35En 1903, Daniel Paul Schreber, auparavant Président de la cour d’appel de Dresde, hospitalisé depuis huit ans dans une clinique psychiatrique alors que ses biens ont été mis sous tutelle, publie un ouvrage autobiographique, Mémoires d’un Névropathe ([1903] 1975). Cet ouvrage a pour but de prouver que sa folie ne peut pas être retenue comme motif juridique d’enfermement. Le juge conclut en effet qu’il n’est plus dangereux, ni pour lui-même, ni pour autrui, même si sa folie est toujours active. Schreber obtient gain de cause. Libéré, il se retire à Dresde avec son épouse et sa fille adoptive. Cinq ans plus tard, il fait une rechute et est à nouveau hospitalisé dans un asile psychiatrique à Leipzig, où il meurt quatre ans plus tard, en 1911. C’est cette même année que paraîtra l’essai de Freud intitulé « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa (dementia paranoides) (Le Président Schreber) » (Freud, [1911] 1954).

36Au moment où Freud écrit sur Schreber, et malgré ses tentatives pour obtenir des informations auprès des proches de ce dernier, il ne dispose que de celles contenues dans les Mémoires. Daniel Paul Schreber a fait une première décompensation d’allure dépressivo-hypocondriaque à l’âge de 42 ans, après l’échec de sa candidature en tant que député au Reichstag. Hospitalisé dans la clinique du Pr. Flechsig durant quelques mois, il en sort guéri. Quelques années plus tard, six semaines après avoir été nommé Président de la cour d’appel de Dresde, il présente un délire hallucinatoire aigu qui motive sa deuxième hospitalisation dans la clinique du Dr Fleschig. Dans un premier temps, le délire persécutoire de Schreber est centré sur ce dernier : il pense que, sous l’instigation de Fleschig, il va être émasculé et transformé en femme et que son corps sera alors « livré à un homme en vue des abus sexuels (pour être plus tard) abandonné à la putréfaction. » Par la suite, le délire se transforme et adopte une apparence mystique : Dieu prend la place de Fleschig. Le monde approche de sa fin, Dieu cherche à le féconder par des rayons divins de manière à engendrer une nouvelle race humaine. L’attitude de Schreber envers Dieu est double : à la vénération s’ajoute une révolte fondée sur le fait que Dieu lui demande à lui, homme d’une haute moralité, de jouir sexuellement avec la volupté que seule une femme peut éprouver (Quinodoz, 2004, 121-128).

37Freud s’interroge : comment comprendre que Schreber, qui était si reconnaissant envers Fleschig après sa première hospitalisation, le transforme en persécuteur ? L’hypothèse de Freud est la suivante : l’attachement initial de Schreber à Fleschig contenait une composante homosexuelle qui lui était inacceptable. Par conséquent, l’amour (interdit) est transformé en haine, alors que le scénario de nature sexuelle est conservé sous la forme d’une contrainte subie et non désirée. Plus tard, dans la version mystique, le fantasme de désir féminin devient acceptable, puisqu’il est imposé par Dieu. Simultanément, la grandiosité du délire offre une compensation au Moi. Par ailleurs, Freud émet l’hypothèse d’un lien entre le délire de Schreber et ce qu’il appela le « complexe paternel », c’est-à-dire les fantasmes et conflits associés à la relation de Schreber avec son père. La proposition théorique que Freud tire du cas Schreber est donc d’envisager la paranoïa comme une défense contre l’homosexualité, proposition qui est sociohistoriquement datée et qui ne représente pas la manière dont la psychanalyse contemporaine comprend ni la paranoïa ni l’homosexualité.

38D’autres psychanalystes ont ensuite suggéré des élaborations très différentes. L’une de ces théorisations est basée sur la découverte, à partir des années cinquante, de la célébrité du père de Daniel Paul Schreber, célébrité relative à ses théories éducatives d’une extrême rigueur, fondées sur l’hygiénisme, la gymnastique et l’orthopédie. Les illustrations des instruments orthopédiques conçus par Schreber père, censés corriger les attitudes négligées des enfants, étaient impressionnantes et laissaient penser à des instruments de torture. À partir de là, il n’y avait qu’un pas à franchir pour proposer l’idée d’un traumatisme infantile subi par Schreber enfant soumis à la séduction d’un père dominateur et tyrannique. Le délire de Schreber ne serait alors que la transcription sur un mode délirant de ses expériences traumatiques précoces (Niederland, 1963).

39Il a été aussi signalé l’absence totale de la mère dans les Mémoires de Schreber. Suivant des conceptions plus récentes sur l’origine de la psychose, et en opposition à l’insistance de Freud sur le complexe paternel, a été évoqué le rôle déterminant, même si hypothétique, des expériences très précoces de Schreber enfant avec sa mère (Racamier, et Chasseguet-Smirgel, 1966). Dans une direction différente, mais toujours au sujet de la mère, l’homosexualité a été reliée au rejet agressif du parent de sexe opposé (Fairbairn, 1956). L’idée est que, si Schreber choisit un persécuteur du même sexe, c’est pour éviter une persécution encore plus redoutable venant de la mère primitive.

40Finalement, Lacan propose de comprendre la psychose en lien avec la forclusion du Nom-du–Père (Lacan, 1981). Le délire de Schreber pourrait être compris en lien avec sa difficulté à éprouver la menace de castration venant du père en termes symboliques : elle revient alors dans le Réel sous la forme d’un délire paranoïaque.

41Cette pluralité d’interprétations diverses est troublante. Chaque auteur a tenté de reconstruire l’archéologie du délire de Schreber à l’aide de son appareil théorique particulier. Bien sûr, cela a un intérêt certain pour l’histoire des idées en psychanalyse. Cependant, et plus en lien avec notre sujet, la question se pose de la validité et de l’intérêt de telles entreprises. On pourrait dire que ces élucubrations sans base clinique directe ont constitué un terrain apte à l’exploration et au développement des intuitions préalables issues de la pratique clinique ou de l’expérience émotionnelle intime du psychanalyste concerné. Elles ont été utiles pour le développement de la psychanalyse. En revanche, ce qu’elles nous apprennent au sujet de Schreber reste sujet à discussion ; on pourrait bien les prendre comme des « romans psychanalytiques. »

42En revenant maintenant à ma lecture des autobiographies des élèves d’E. Brunner, on pourrait non seulement se demander à quel degré mes interprétations relèvent de ma propre réalité psychique, mais aussi dans quelle mesure ces dernières sont tributaires de mon système théorique, explicite ou implicite. Il serait possible d’argumenter que l’influence de la réalité psychique et de l’appareil conceptuel de l’interprète est un fait admis dans tout acte de connaissance. Cependant, cette question pose un problème particulièrement aigu pour la psychanalyse. Ce qui est ici en question est l’intervention de la suggestion et de la séduction narcissique dans la cure. Le risque serait que, au lieu d’aider le patient à découvrir sa propre vérité, nous puissions, inconsciemment, sans nous en apercevoir, chercher à le convertir à la nôtre, l’endoctriner, l’attirer à nos valeurs et à nos désirs occultés par nos convictions théoriques.

  • 6 L’existence nécessaire d’une pluralité de compréhensions possibles dépendant de la personnalité et (...)

43Cependant, dans la clinique, confronté à un patient réel qui peut répondre et qui réagit, il est possible de chercher à identifier et à corriger les risques d’une lecture émotionnellement et théoriquement prédéterminée, du moins partiellement. C’est la raison pour laquelle la psychanalyse contemporaine insiste fortement sur l’écoute de l’écoute (Faimberg, 2005) : la façon dont le patient nous entend ou ne nous entend pas et ce qu’il fait de nos paroles sont considérés comme le meilleur guide du travail clinique. Or, les choses se passent tout autrement dans l’interprétation psychanalytique des œuvres littéraires, artistiques, des mythes et des contes. Dans l’analyse d’un texte écrit, la valeur corrective de l’écoute de l’écoute est, par définition, absente. Le texte ne m’entend pas, il ne peut ni me contredire, ni affiner ma compréhension par les apports fondamentaux du langage non verbal : le dialogue est nécessairement unilatéral. Je n’aurai jamais la possibilité de vérifier la justesse de ma lecture des autobiographies de Daniel ou d’Elodie. Schreber non plus n’a pas eu droit au chapitre. La visée reconstructive, archéologique a été depuis les années soixante très contestée en psychanalyse. Par ailleurs, défendre la validité d’une pluralité de lectures personnelles et créatives dans l’optique d’un relativisme postmoderne est, pour un psychanalyste, une solution trop insatisfaisante, attendu qu’elle rend difficile de percevoir l’action de la défense6. La résistance, le refus de voir, la collusion inconsciente y nagent comme poisson dans l’eau. Ceci est encore plus grave dans la clinique, mais reste, de manière générale, en conflit avec les fondements de la psychanalyse.

La psychanalyse en tant que travail de transformation : un espace de développement pour l’esprit ?

44Avec le temps, un deuxième paradigme a vu le jour dans le champ psychanalytique qui coexiste et dialectise le précédent. Alors que le paradigme archéologique vise le passé, car supposé expliquer le présent, cette nouvelle manière de voir propose de centrer l’attention sur le présent et la manière dont ce présent ouvre la voie vers l’avenir (Enckell, 2010). Il s’agit d’interroger les fantasmes inconscients (fruits de la rencontre entre nos dispositions génétiques et notre passé) dans son activité présente afin de stimuler leur transformation. La métaphore digestive prend le pas. Nous avons besoin d’évoquer notre passé, de le raconter, quitte à le rassasier, afin de digérer ses effets actuels et de préparer notre avenir, ou, en utilisant une autre métaphore (par exemple, celle d’un fitness pour l’esprit), afin de développer une musculature psychique qui nous permette de nous frayer un chemin vers le futur. Il ne s’agit pas tant de retrouver une vérité préalable, mais de laisser advenir l’éventail des possibles.

45Edmée Brunner nous raconte les négociations ardues qui ont débouché sur le choix du titre du livre. « La majorité se prononce en faveur d’un titre qui selon eux entretiendrait un lien avec leur livre. Ils tombent d’accord sur « Pourquoi existe-t-on ? » J’ai beau leur dire qu’il faut s’envoler un peu, que tout est possible… ils tiennent bon, argumentent comme des forcenés : « M’dame, c’est quand même une histoire de bio nos histoires. » Il y a de quoi rester songeur : une histoire de bio… Que contient ce titre pour ces élèves ? Ce « Pourquoi existe-t-on ? » voudrait-il dire « à quoi bon ? », « dans quel but ? », « pour quoi faire ? » ? En racontant leur vie, ces élèves ne seraient-ils pas en train de tenter de se réconcilier avec leur parcours afin de préparer leur avenir, tous tendus vers le futur, en essayant d’intégrer passé, présent et futur, de donner un sens personnel à leur histoire, bref de remodeler leur identité ?

46Les élèves sont décidés, E. Brunner a dû sentir qu’il lui fallait céder : « Je capitule et décide toutefois que je retiendrai en sous-titre « L’arbre à tsunamis » car le tissu phréatique de ces textes est souvent explosif. » Explosif, non seulement parce que ce sont des adolescents « à problèmes », mais aussi parce que la vie de tout un chacun demande régulièrement de gros travaux, qu’il faut refaire les fondations, forer le sous-sol, abattre des cloisons, en construire de nouvelles. En d’autres termes, parce qu’il faut en permanence reconstruire et remodeler notre identité et que cela ne peut se faire sans une certaine violence. La difficulté de cette tâche a été exprimée d’une manière particulièrement saisissante par Paul Valéry. Dans le travail d’introspection qu’il a mené quotidiennement durant 20 ans et qu’il a consigné dans ses Cahiers, il décrit son attitude dans ce voyage interne avec ces mots : « Entrer en soi-même armé jusqu’aux dents. » C’est dire à quel point il peut paraître difficile et dangereux de se promener à l’intérieur de soi-même.

47Comment comprendre cette difficulté centrale à l’autobiographie qui consiste à entrer en commerce avec soi-même ? Freud avait insisté sur le défi fondamental pour la santé mentale qui consiste à passer du principe de plaisir à celui de réalité. Un psychanalyste postérieur, W. R. Bion (1897-1979) a repris la pensée de Freud en la reformulant dans les termes d’une théorie de la pensée. Pour Bion, la connexion avec la réalité, autant externe qu’interne, dont parlait Freud, dépend de la capacité à apprendre de l’expérience (titre de l’un de ses livres (Bion [1962] 2003). Bion insiste sur l’idée que toute expérience nouvelle, toute idée originale, tout apprentissage éveillent incertitude, inconfort et angoisse. Par conséquent, tout individu, y compris l’analyste, a tendance à se refugier dans des vérités déjà acquises et maîtrisées, sur le déjà connu.

  • 7 Le choix de la lettre O pour signifier la vérité la plus profonde, l’inconnaissable ou l’ineffable (...)

48Or, une idée fondamentale de Bion est que l’appareil mental, le psychisme, a besoin de vérité pour pouvoir se développer (Bion, [1965] 2002, p. 38). La vérité, nous dit Bion, est la nourriture spécifique et essentielle pour la croissance de l’esprit. Par vérité, il entend une vérité personnelle : pas une vérité objectivée, socialement reconnue, encore moins une vérité révélée, mais une vérité individuelle, concernant ce qu’on ressent vraiment, ce qu’on est, ce qu’on désire, ce qu’on pense. Une vérité que nous pourrions dire autobiographique. L’accent mis sur le côté profondément personnel de la vérité amena Bion à proposer une notion à l’apparence un peu trop mystique : c’est la notion de O7. Par ce terme, Bion fait allusion à la réalité psychique inconnue la plus profonde, qu’il qualifie de « vérité absolue », de « l’inconnaissable » ou de « l’ineffable » (ibid. p. 138-140). L’idée est que cette vérité profonde est, par principe, inatteignable. Cependant, pour le développement et la santé de l’esprit, il est nécessaire de la rechercher. On pourrait comparer cette recherche aux courbes asymptotiques en mathématiques qui, par définition, ne peuvent jamais atteindre le but vers lequel elles tendent. Il restera toujours un écart. L’analogie peut être faite avec la notion bionniene de O : il est impossible d’y arriver, il restera toujours une part d’inconnu. Et pourtant, même en le sachant, il est absolument nécessaire de tenter sans cesse d’y arriver.

  • 8 On pourrait, a cet égard, comparer la psychanalyse et la psychothérapie à un fitness de l’esprit qu (...)

49En d’autres termes, le paradigme transformatif nous invite à être ouverts à la pluralité des possibles. L’accent est mis sur la découverte du plus profond soi-même et sur la disposition au changement. La personnalité et l’appareil conceptuel du psychanalyste restent déterminants, mais se font moins sentir dans la mesure où l’accent est mis sur la transformation et la découverte du nouveau. Plus encore, ce nouveau est censé résider chez le patient et non découler de l’activité interprétative du psychanalyste. Nous ne sommes plus sur un champ de fouilles contenant des trésors cachés, mais dans un espace de developpement et de croissance psychique où nous esperons que le travail de l’esprit pourra être stimulé et se derouler au mieux8.

Conclusions

50Que pourrions-nous rajouter à propos des récits d’Élodie et de Daniel sous l’angle d’un processus de remodelage de l’identité afin de se préparer un avenir personnalisé ? Après avoir longuement évoqué son passé, Daniel prend le temps de considérer son présent et son avenir. Il commence par parler de ses deux meilleurs copains : Rayane et Luis. Pour Rayane « au début c’était la guerre, on se battait et après on a commencé à se parler et on s’est direct appréciés. » En ce qui concerne Luis : « avec lui tout s’est bien passé dès le début et maintenant on sort toujours ensemble draguer les filles et rigoler. » Puis, les filles : « L’amour, l’amour perso, je n’ai que 15 ans donc l’amour c’est pas trop ma préoccupation. Je vais de fille en fille et mes aventures sont un peu olé olé. » L’école : « Avant, pour moi, l’école c’était juste pour passer le temps, mais maintenant j’ai bien compris qu’il me faut des études pour trouver un bon travail et je vais tout faire pour les poursuivre et c’est ce qu’aurait voulu ma mère. » Cette phrase condense les trois temps : ce que sa mère aurait voulu et ce qu’il pensait auparavant ; ce qu’il a compris maintenant ; ce qu’il veut pour son avenir. Les trois temps : passé, présent, futur, enchaînés et imbriqués, rendus cohérents dans leur écoulement vers un avenir personnellement assumé. Dans la même direction, Daniel rêve de la famille qu’il veut construire. Il nous offre d’abord cette réflexion pleine de sagesse, réflexion qui, menée par le jeune homme impulsif qu’il a été, nous épate : « La famille c’est important, ça peut être fatigant parfois, mais on en a besoin. » Ensuite des projets précis quant au type de père qu’il compte devenir : « Je ne pense pas que je serai sévère avec mes enfants, mais ils n’auront pas intérêt à être insolents envers leurs parents sinon ça n’ira pas bien. » Daniel est en train de se construire une nouvelle identité de jeune homme raisonnable et, encore plus important, il en est conscient : « La voiture qui m’intéresse ce serait un Hummer pour le confort ou une Lamborghini Galardo pour le style, mais j’achèterai une voiture dans mes moyens et je serai raisonnable. »

51Des remarques similaires pourraient être faites au sujet d’Élodie. Ses souvenirs d’enfance, ses tristesses et ses amours actuelles prennent une dimension plus large à la lumière de la dernière phrase de son récit : « Plus tard, j’aimerais vivre dans une maison avec mes enfants et mon copain et aussi avoir une voiture : Golf GTI. Dans le futur, j’aimerais travailler dans la police, c’est mon rêve depuis que je suis petite. » Son regard se tourne vers le passé pour ensuite tendre vers un avenir qu’elle se sent capable de bâtir de façon active et personnelle.

52Le livre d’Edmée Brunner est un exemple éclairant de l’imbrication du passé, du présent et de l’avenir. L’auteure et ses élèves semblent utiliser leur autobiographie (pourquoi existe-t-on) comme un moyen de dompter les tsunamis de leur passé afin d’en extraire les jus dont ils ont besoin pour enrichir leur présent et avancer vers leur avenir. Écrire son autobiographie (tout comme faire une psychanalyse) ne consisterait pas alors uniquement à se dépatouiller avec une montagne de mensonges, mais à chercher dans le formidable réservoir de notre passé les nutriments essentiels pour notre avenir. Les deux paradigmes psychanalytiques entrent alors en résonance et se dialectisent mutuellement. Il ne s’agit pas de bâtir sur du vent, mais sur du solide et du (subjectivement) vrai : l’archéologie fournit les matériaux consistants aptes à construire un nouveau fiable. À l’opposé, il importe d’éviter la rigidité et la momification stériles : le travail de musculation psychique permet une transformation des effets du passé. De ce point de vue, l’autobiographie peut être comprise comme un travail consistant à intégrer passé, présent et futur dans une continuité permettant une cohérence et une complexité croissantes. Le but escompté : remodeler l’identité propre, se découvrir et se refaire, se réconcilier avec sa vie et en jouir.

Haut de page

Bibliographie

Abella A., 2008. « Christian Boltanski : un artiste contemporain vu et pensé par une psychanalyste ». Rev. Franç. Psychanal. LXXII (4), p. 1113-1136.

Abella A., 2011. « La problématique de la construction », in J. Manzano et A. Abella (dir), La construction en psychanalyse. Récupérer le passé ou le réinventer ? Paris, Puf.

Abella A. 2012. « John Cage and W.R. Bion : an exercise in interdisciplinary dialogue ». Int. J. Psycho-anal. 93 (3) : 473-487.

Bion W. R., [1962] 2003. Learning from experience. London : William Heinemann (reprinted London : Karnac Books), trad franç : Aux sources de l’expérience, Paris, Puf.

Bion W. R., [1965] 2002. Transformations. Change from Learning to growth. London, Karnac Books, trad franç : Transformations. Passage de l’apprentissage à la croissance. Paris, Puf.

Brunner E., 2012. Pourquoi existe-t-on ? L’arbre à tsunamis, Genève, Dahan.

Chiantaretto J-F., Clancier A., 2005. Autobiographie, journal intime et psychanalyse, Paris, Economica-Anthopos.

Enckell H., 2010. « Reflections in psychoanalysis : On symbols and metaphors ». Int. J. psycho-anal. 91 (5), 1093-1114.

Faimberg H., 2005. The Telescoping of Generations. Listening to the Narcissistic Links between Generations, London & New York, Routledge.

Fairbairn R. D., 1956. « Considerations arising out of the Schreber case ». Brit. J. med. Psychol., 19, 113-127.

Freud S., [1907] 1986. Le délire et les rêves dans la Gradiva de W Jensen, trad.P. Arbex et R. M, Zeitlin, Paris, Gallimard.

Freud S., [1909] 1954. « Remarques sur un cas de névrose obsessionnelle (L’homme aux rats) », trad. M. Bonaparte et R. Loewenstein, in Cinq psychanalyses, Paris, Puf.

Freud S., [1910] 1932. Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, trad. J. Altounian, A. et O. Bourguignon, Paris, Gallimard.

Freud S., [1911] 1954. « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa (dementia paranoides) (Le Président Schreber) », trad. M. Bonaparte et R. Loewenstein, in Cinq psychanalyses, Paris, Puf.

Freud S., [1939 (1934-1938)] 1986. L’homme Moïse et la religion monothéiste, trad. C. Heim, Paris, Gallimard.

Freud S., Jones E. [(1908-1939)] 1998. Correspondance complète, R. A. Paskauskas (dir), trad. P-E. Dauzat, Paris, Puf.

Gumpert L., 1992. Christian Boltanski, Paris, Frammarion.

Kohut H., [1979] 1985. Les deux analyses de M. Z., Paris, Navarin, coll. « Bibliothèque des Analytica ».

Lacan J., 1981, Le Séminaire, livre III : Les psychoses (1955-1956), Paris, Seuil.

Laplanche J., Pontalis J-B., 1971. Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, Puf.

Manzano J. et Abella A. (dir), 2011. La construction en psychanalyse. Récupérer le passé ou le réinventer ? Paris, Puf.

Niederland W.G.,1963, « Further data and memorabilia pertaining to the Screber case ». Int. J. Psycho-anal. 44, 208-212.

Racamier P.-C. et Chasseguet-Smirgel J., 1966. « La révision du cas Schreber ». Rev. franç. Psychanal., 34, 313-324.

Ricœur P., 1965. De l’interprétation : Essai sur Freud, Paris, Seuil.

Schreber D. [1903] 1975. Mémoires d’un névropathe, trad. P. Duquenne, Paris, Seuil.

Valery P., 1894-1914. Cahiers, in R. Pickering et M. Aquien, Les cahiers 1894-1914 de Paul Valéry en édition intégrale. Historique, enjeux, avenir [en ligne].

Valery P., 1939. Poésie et pensée abstraite, Œuvres, Paris, Pléiade.

Quinodoz, J-M. 2004. Lire Freud, Paris, Puf.

Haut de page

Notes

1 Par séduction narcissique, j'entends ici le fait d'attirer l'autre, de manière plus ou moins sournoise et en tout cas non déclarée, à ses propres valeurs et convictions, sans que cela n’implique une intention délibérée de la part du séducteur, ni la reconnaissance, par celui qui est séduit, de son éventuel désir inconscient d'être séduit. Il va de soi que ce risque est particulièrement important dans une entreprise telle que la cure analytique. De manière intéressante, la préoccupation de la psychanalyse contemporaine au sujet de ce danger fait écho à des préoccupations similaires dans d'autres domaines de la culture comme, par exemple, le champ artistique (Abella A., 2008, 2012).

2 En Suisse, téléphoner avec un natel ( = mobile)

3 Voici le texte complet de l’autobiographie d’Elodie :
« Je suis née le 12.07.1995 avec comme signe cancer. Depuis que je suis petite, ma couleur préférée est le bleu. À quatre ans, j'ai mangé mon premier chewing-gum qui était à la fraise. Depuis mon enfance, les liens avec ma grande soeur (Céline) sont très forts. Malgré nos disputes on s'est toujours très très bien entendues. Ma petite sœur, je l'aime plus que tout, malgré les fois où on se dispute. Mon plat préféré était les pâtes et mes habits préférés : un t-shirt rose et un pantalon bleu clair.
Quand j'étais petite, je m'amusais à sonner aux portes de mes voisins et je partais en courant. Après, je me cachais dans les escaliers. Ma passion est la danse depuis que j'ai six ans.
Mon cadeau le plus apprécié cette année 2011-2012, c'est quand ma professeur de français (Mme Brunner Edmée) est arrivée en classe et nous a dit qu'elle voulait faire un livre avec nous. À ce moment là, j'ai cru qu'elle rigolait mais elle était vraiment sérieuse et cela m'a vraiment fait très très plaisir.
Ce qui compte le plus pour moi, c'est mon copain (Ruben), ma famille (Samantha, Céline, Cathy, Daniel) et ma meilleure amie (Anaïs) qui a toujours été là pour moi, même si tous les jours n'étaient pas roses. Quand j'ai pas vraiment le moral, j'écoute de la musique et je danse. Ca m'aide à me détendre et à me changer les idées. Je déteste quand les personnes sont intolérantes, égoïstes et malhonnêtes. Je souhaite que les personnes que j'aime vivent dans l'harmonie et dans le bonheur. Ma passion est la danse. Cela fait dix ans que j'en fait : chaque fois que je danse, j'ai l'impression d'être dans un autre monde.
Plus tard, j'aimerais vivre dans une maison avec mes enfants et avec mon copain et aussi avoir une voiture : Golf GTI. Dans le futur, j'aimerais travailler dans la police, c'est mon rêve depuis que je suis petite. »

4 Le texte complet de Daniel :
« Je suis né le 2 juin 1996, je suis gémeau. Petit, j'étais irascible, je ne supportais aucune remarque et je cognais tous les autres enfants. Ma sœur et moi, c'était la guerre, toujours en train de se taper, de s'insulter, de se lancer des objets jusqu'à ce qu'on ait un chien. Il grognait à chaque fois qu'on élevait la voix et attaquait quand on se touchait. Ma couleur préférée était le rose, j'avais un déguisement de cochon rose et les autres enfants se moquaient de moi et j'ai toujours gardé la tête haute et c'est comme ça que je me suis fait respecter des autres. Mon premier meilleur ami s'appelle Steven, il était dans ma classe mais on était en froid en cinquième à cause d'une fille. Mon cadeau préféré a été ma playstation 2 avec le jeu Grand theft auto : vice city, un jeu violent avec des insultes et tout. C'était trop ouf de se changer de monde, de voler des voitures, tuer des gens, vider les caisses de magasin, se battre et tout ce style, incarner un gangster. En fait, depuis, je joue toujours à la trilogie de ce jeu. Mon animal préféré était le léopard des neiges parce qu'il est très beau avec sa fourrure blanche et ses taches noires. Mais surtout parce que mes potes ne connaissaient pas cet animal et ça me permettait de faire le malin, d'attirer l'attention. Avant, j'adorais les pizzas parce qu'en portugais ça veut dire zizi et aussi parce que tous les enfants aiment les pizzas. J'ai eu une toute première cicatrice sous l'oeil quand j'ai voulu doucher mon chien qui n'aimait pas du tout ça. Alors il s'est caché sous la table et moi je suis allé le chercher et il m'a mordu l'oeil. J'ai pleuré comme un fou et comme j'étais très vengeur, j'ai attendu le chien, je l'ai attrapé par la tête et je lui ai mordu le museau pour lui montrer comment ça fait mal. Ma plus grande bêtise, c'était un jour, je ne sais plus pourquoi, je trouvais que ma moto (grande moto électrique à quatre roues pour les enfants) sentait mauvais et ma fille au pair avait plein de parfums de marque sur une étagère et je les ai tous versés sur ma moto et quand mon père a senti l'odeur, il est rentré dans la chambre et m'a frappé. Il a dû rembourser les parfums à la fille au pair et j'ai dit à ma maîtresse ce que mon père avait fait et en rentrant, tout fier de moi, j'ai dit à mon père que j'avais tout dit à la prof et il m'en a collé une autre en rigolant.
Pour mon objet fétiche j'ai choisi ce collier car c'est ma maman qui me l'a offert et depuis qu'elle n'est plus là, je le porte jour et nuit sans jamais l'enlever car c'est presque la seule chose qui me reste d'elle. Mes deux meilleurs amis sont Rayane que je connaissais depuis la 7e et Luis que je connais depuis la 7e aussi. Rayane est égyptien et algérien. Au début c'était la guerre, on se battait et après on a commencé à se parler et on s'est direct apprécié. Luis est portugais et s'appelle aussi P., comme moi. Avec lui, tout s'est bien passé dès le début et maintenant on sort toujours ensemble draguer les filles et rigoler. Mon numéro de téléphone, il est bien parce qu'on le retient facilement et la marque de portable...il change tous les deux mois, je suis une vraie catastrophe, je casse tous mes portables. Depuis août 2011 à aujourd'hui (2.4.12), j'en ai eu huit sans exagérer, je les ai comptés. Mon plat préféré avant était le gratin de pâtes de ma mère mais personne n'arrive à le refaire (personne que je connaisse), donc maintenant c'est les tacos mexicains. C'est tellement bon.
Je déteste transpirer et dormir avec une chaleur épouvantable, donc je dirai que je préfère l'hiver mais j'aime bien bronzer et profiter de ma piscine, donc j'aime bien aussi l'été. Et surtout en été, les filles sont habillées plus léger. L'amour, l'amour perso, je n'ai que 15 ans donc l'amour c'est pas trop ma préoccupation. Je vais de fille en fille et mes aventures sont un peu olé olé. En ce moment j'ai une petite aventure avec une fille qui dure déjà un moment mais sans plus. Avant, pour moi, l'école c'était juste pour passer le temps mais maintenant j'ai bien compris qu'il me faut des études pour trouver un bon travail et je vais tout faire pour les poursuivre et c'est ce qu'aurait voulu ma mère. Avant les parents étaient là et faisaient tout pour moi et maintenant que ma mère n'est plus là, j'ai dû apprendre à faire le ménage, à me débrouiller, à être indépendant. Mais ça m'a fait bien mûrir.
Plus tard, je ne sais toujours pas ce que je veux faire mais je sais que je veux me faire beaucoup d'argent. Avant je pouvais m'acheter plein de trucs sans forcément regarder les prix et maintenant on a des problèmes financiers et je m'aperçois que je ne voudrais pas être dans cette situation plus tard. Alors je veux un travail qui paie.
La famille c'est important, ça peut être fatigant parfois mais on en a besoin. Moi perso je vis avec mon père et ma sœur et je ne vois pas beaucoup ma famille, donc je pense fonder une famille bien unie. Mon logement idéal : ma maison de maintenant. Il y a tout ce qu'il faut pour y vivre et en plus il y a beaucoup de choses que j'ai faites, construites avec mon père et c'est calme. Je ne pense pas que je serai sévère avec mes enfants mais ils n'auront pas intérêt à être insolents envers leurs parents sinon ça n'ira pas bien. La voiture qui m'intéresse ce serait un Hummer pour le confort ou une Lamborghini Galardo pour le style, mais j'achèterai une voiture dans mes moyens et je serai raisonnable. »

5 [via « piça », argot de « pénis » en portuguais, NdE]

6 L’existence nécessaire d’une pluralité de compréhensions possibles dépendant de la personnalité et de l’appareil conceptuel de chaque analyste est un fait incontestable. Le débat se pose avec certaines positions de la psychanalyse intersubjective nord-américaine qui, adhérant à un relativisme postmoderne extrême, émettent l’idée qu’il n’existe pas de récit plus vraie parmi la multiplicité des récits possibles. Est vrai ce qui marche. Le problème de cette position foncièrement pragmatique est qu’elle empêche de considérer l’intervention de la résistance et le risque de collusion inconsciente entre l’analyste et le patient : souvent, les positions défensives et les rationalisations fonctionnent très bien, du moins à court terme, d’autant plus qu’elles soulagent rapidement l’angoisse. Preuve en est le pouvoir de captation des sectes et des mouvements intégristes de tout bord. Cependant, les conséquences cliniques de cette prise de position théorique sont majeures. Ce relativisme extrême peut être opposée à la notion bionienne d’une vérité ultime qui oriente notre recherche, même si, par définition, elle est inatteignable.

7 Le choix de la lettre O pour signifier la vérité la plus profonde, l’inconnaissable ou l’ineffable répond au désir de Bion d’utiliser une notation similaire à celles de mathématiques afin de libérer les concepts de la « pénombre d’associations » dont chaque terme est irrémédiablement habillé et qui, en conséquence, colore, oriente et limite sa signification. C’est, en d’autres termes, une façon d’ouvrir autant que possible, le champ des sens possibles.

8 On pourrait, a cet égard, comparer la psychanalyse et la psychothérapie à un fitness de l’esprit qui permet de développer la musculature psychique dans des conditions d’encadrement et de sécurité maximale. Cette image manque de beauté et a l’inconvénient d’être trop à la mode, mais elle peut donner une idée assez exacte de ce qui se passe dans le cabinet de consultation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adela Abella, « Les rapports psychanalyse et autobiographie : dans les lignes et entre les lignes », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2465 ; DOI : 10.4000/temporalites.2465

Haut de page

Auteur

Adela Abella

Psychiatre FMH-psychanalyste Société suisse de Psychanalyse et IPA, Présidente du Centre de Psychanalyse de la Suisse romande
217 rte. d’Annecy
1257 Croix-de-Rozon. CH
adela.abella@bluewin.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page