Navigation – Plan du site
Lire

Broqua, V. & Marche, G. (dir.), L’épuisement du biographique

Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2010
Juan Carlos Pita
Référence(s) :

Broqua, V. & Marche, G. (dir.), L’épuisement du biographique. Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2010.

Texte intégral

1L’épuisement du biographique ? Le titre de cet ouvrage interpelle. Certes, travailler sur des sources biographiques, produire des biographies et penser à partir du biographique pose un certain nombre de questions, théoriques, épistémologiques comme méthodologiques. Faut-il cependant conclure à son épuisement, à une nouvelle éclipse, à la répétition de son histoire mouvementée, faite de soupçons récurrents et de revalorisations répétées ?

2Cet ouvrage part d’un constat : « le siècle passé semble […] avoir vidé [le biographique] de sa substance pour le réduire à un état d’affaiblissement presque complet » (p. 1). Mort de l’auteur, primauté de la structure et de l’impersonnel, dédain du biographisme, dénonciation de l’ « illusion biographique »… Il ne propose cependant pas une énième déconsidération, une reprise du mépris dont il a fait et fait l’objet en littérature (et ce malgré ses succès de librairie), ni du soupçon qui a plané et plane encore sur lui en sciences humaines et sociales. La forme interrogative le laisse deviner. Cet ouvrage prend acte des critiques dont le biographique a fait l’objet, certes. Son introduction en propose d’ailleurs une belle synthèse, dans le domaine de la critique littéraire, de la sociologie et de l’histoire. Ce qu’il propose, c’est de regarder au-delà.

La pensée du biographique que nous tentons de formuler ici et vers laquelle ces articles nous amènent n’aurait pu être possible sans son épuisement préalable, traversée nécessaire. Et il n’est pas fortuit que les travaux rassemblés dans ce volume fassent appel aux écrits de ceux qui ont épuisé le biographique, non pas toujours pour s’en réclamer, mais pour en saisir les formes multiples sous lesquelles le biographique, poussé hors de lui-même, fait retour et se dit à nouveau. (p. 19)

3L’ouvrage invite à concevoir le biographique comme un « mode », et non comme un « genre ». Ce « mode » est « à l’œuvre en dehors des biographies » (p. 5). En se défaisant de ce cadre, c’est la possibilité d’un enrichissement des ressources herméneutiques du biographique, de sa « capacité à mettre en lumière des processus de subjectivation qui dépassent l’évocation d’une vie singulière » (p. 6) qui est explorée.

4L’ouvrage est préfacé par François Dosse, qui a notamment publié Le pari biographique (2011), ainsi qu’une étude sur Paul Ricœur (2008), dont les travaux ont contribué à la réhabilitation du récit en sciences humaines et sociales. Elle propose une brève histoire du biographique. Certains jalons, permettant au lecteur d’en saisir les dimensions et évolutions, y sont posés.

5Cet ouvrage rassemble trente-sept contributions. Le colloque dont il est issu s’est tenu en janvier 2009, à l’Université de Paris-Est Créteil, sous l’égide de l’Institut des Mondes Anglophone, Germanique et Roman (IMAGER). Les contributions portent sur des écrits qui engagent du biographique, sous des formes diverses, et parfois sur la « frontière poreuse entre l’ordre des faits et l’ordre de la fiction » (p. 16). Les études ont pour base empirique des biographies et des autobiographies, des mémoires, des autobiographies fictives, des biographies romancées, des romans biographiques, de la correspondance, etc.

6Quatre parties composent cet ouvrage : « Expériences du biographique », « Stratégies discursives », « Au-delà du mode biographique », « Distorsion et hybridité ». La première partie regroupe des articles qui traitent de l’accès aux sources et leur traitement. Elle contient également deux essais réflexifs sur le travail de biographe. La seconde est constituée par des articles qui se focalisent sur les dispositifs de narration, d’énonciation ainsi que sur l’intertextualité. Les articles qui composent la troisième partie traitent de questions d’historicité et de littérarité. Quant à la quatrième partie, sa ligne directrice est l’étude du rapport entre fiction et référentialité, roman et histoire.

7L’introduction propose quatre axes de réflexion. Ils permettent de rassembler les divers articles autour de questions générales, facilitant ainsi la lecture et l’appropriation d’un ouvrage d’un premier abord fort hétérogène. Nous en évoquerons trois. Le premier concerne la scientificité. « Si l’objet de toute démarche scientifique est d’établir une forme de vérité, le biographique impose de renoncer à l’idée illusoire d’une vérité essentielle » (p. 7). Pour qui travaille dans le biographique, il y a là quelque chose de déterminant. La subjectivité reconfigure la matière biographique, par l’usage de la fiction et de l’imagination notamment. Le biographique ne constitue pas une simple recollection et organisation d’informations sur des faits advenus. Plusieurs articles attirent l’attention sur cette question. Comme celui d’Alessandro Martini. Il décortique les liens entre expérience personnelle, volonté de témoignage et mise en forme littéraire dans le cas de l’œuvre de Beppe Fenoglio. Il analyse les modalités d’intégration d’une matière autobiographique (l’expérience de résistant de Fenoglio) dans des romans dont les historiens ont fait usage. Sans nier leur valeur documentaire, il insiste sur leur valeur littéraire, sur cette capacité à dépasser le contexte immédiat, à transmettre un « message » (p. 298). L’article aborde tout particulièrement la façon dont Fenoglio traite le temps. Il montre que c’est grâce un traitement particulier du temps qu’il peut aborder l’Homme et la guerre, la vie et la mort, le Mal et le Bien, qu’il délivre un message, parfois au détriment de l’objectivité historique. L’article de Caroline Zerki montre lui aussi que « si la reconstruction historique est au seuil de la création, elle ne la constitue [cependant] pas » (p. 310). Tout travail documentaire, aussi exhaustif soit-il, confronte aux « silences de l’Histoire » (ibid.), qui sont autant d’espaces « pour l’imaginaire » (ibid.). Cet ouvrage invite à méditer sur une idée : la « vérité d’un personnage ou d’un événement » (p. 309) ne réside pas tout entière dans la description des faits. Le biographique, justement, tente de formuler cette forme de vérité là.

8Le second axe de réflexion concerne la façon dont le biographique articule le rapport entre l’individuel et le collectif. Cette question se pose nécessairement à celui qui s’immerge dans le biographique. Divers articles mettent « au jour sa complexité » (p. 11), qui réside notamment dans le regard que porte le biographe. « Sa manière de représenter des carrières individuelles [est] riche d’enseignements sur le regard collectif que son époque porte sur elle-même » (p. 12). Mentionnons trois articles. L’article d’Anne Stefani tout d’abord. Il traite de récits autobiographiques de femmes blanches intégrationnistes dans le Sud des Etats-Unis. Il interroge l’utilisation de ces récits par l’historien, après repérage de leurs caractéristiques. L’article porte sur un corpus de trois autobiographies. Il montre que « le contexte culturel et historique [y] est le véritable sujet du récit » (p. 275). Celui-ci est cependant relu à la suite d’une conversion, produisant un changement radical de perspective. L’autobiographe n’adhère plus à un système et à une culture qu’il s’agit alors de dépasser. L’article de Denis Bousch met en évidence l’inscription du point de vue d’Emil Ludwig sur Guillaume II dans une époque particulière, où les biographies connaissant le plus de succès sont celles des écrivains et non pas des historiens, celles qui privilégient l’aspect psychologique sur l’aspect héroïque, celles qui sont portées par le « désir d’authenticité » plus que par « l’exigence d’objectivité » (p. 35). Ludwig assume une posture de « clinicien » (ibid.). Il entreprend la reconstruction de « l’enchaînement de facteurs psychologiques » (p. 37) qui ont propulsé Guillaume II sur « la scène historique » (ibid.), au détriment d’autres perspectives, plus sociologiques ou historiques. Ludwig situe par ailleurs sa biographie à distance de toute héroïsation. Guillaume II est tout sauf un personnage exceptionnel. Enfin, l’article de Lisse Bossi. Il propose une analyse du dispositif narratif particulièrement complexe du roman Il sarto della stradalunga, de Guisseppe Bonaviri. Ce roman a ceci de particulier qu’il devient « au fil des pages la biographie autobiographique d’un grand corps collectif » (p. 146). Il constitue ainsi « la biographie de toute une communauté, dans sa dimension existentielle collective, dont ces individus sont indissociables et, par-delà cette communauté, c’est la biographie d’un lieu » (p. 148) qu’il donne à voir, avec ses habitudes, parfois ancrées « dans un éternel retour du même » (p. 142). L’écrivain invite alors à « considérer l’autobiographie d’un individu comme la somme des voix qu’il parle et qui parlent en lui » (p. 148). L’individu est cette multitude de voix.

9L’ouvrage propose en outre une réflexion sur la lacune. C’est le troisième axe posé dans l’introduction. L’entreprise biographique est par définition inépuisable. La totalisation d’une vie relève du fantasme. La préface de l’ouvrage le souligne. Et quel que soit leur foisonnement, les sources sont toujours lacunaires. « Parce que sa béance menace la possibilité même du récit biographique […], la lacune est ce lieu extrême où le négatif invite à percevoir la fragilité du récit cohérent et linéaire » (p. 14). Le biographique évite cependant le plus souvent de la déclarer. Pourtant, « plutôt que de ne rien signifier, l’absence qui la définit fait signe pour l’auteur et le critique » (ibid.). Divers articles invitent à réfléchir sur cette question. C’est notamment le cas de celui de Benoît Pivert. Il porte sur la correspondance de la poétesse Else Lasker-Schüler, dont la vie a été marquée par « la volonté de poétisation du réel » (p. 434). Dans son cas, l’hypothèse que sa correspondance propose un « échange intime, confidentiel, loin des regards de la foule et des mises en scènes » (p. 430), où une femme se montre enfin « sans fards » (ibid.) a été formulée. La correspondance étant perçue « comme le lieu de la confidence et de la confession » (p. 433), là où « le masque tombe » (p. 430), où la vie s’écrit avec authenticité. L’article montre que ce n’est cependant pas tout à fait le cas. Sa correspondance est elle aussi travaillée par la « vérité d’un individu […] chez qui l’authenticité n’est sans doute rien d’autre qu’une constance dans l’affabulation et un flirt coutumier avec le mensonge » (p. 430). Ce jeu avec l’ambivalence rend, pour le biographe, ardue la distinction entre la part de vécu biographique et la part d’imagination. La reconstruction objective des faits constitue dans ce cas une entreprise délicate, côtoyant la lacune et le travestissement, les relations étroites qu’ils entretiennent. L’article d’Isabel Vázquez de Castro, qui porte sur l’autobiographie de Dolores Ibárruri, héroïne de la guerre civile espagnole, souligne lui aussi cette présence de la lacune. Cette autobiographie participe de la construction d’une « icône » (p. 80). Elle « ne s’alimente [alors pas seulement] de ce qui est survenu, mais [aussi] de ce qui fait sens et de ce qui est intéressant pour la narratrice et pour ces lecteurs » (p. 83). Ce qui relève de l’intime y est absent, ou évoqué soit de façon rapide soit par le truchement de propos stéréotypés. Cet ouvrage invite ainsi à appréhender la lacune comme inhérente et constitutive du biographique. Il s’édifie en partie avec elle.

10L’intérêt de l’ouvrage est indéniable. Les articles qu’il rassemble frappent par leur finesse et érudition. Sa lecture conduit à prendre en compte « la part de fictionnalité qui est présente dans la démarche scientifique en sciences humaines et sociales » (pp. 8-9) dès lors qu’elle fait usage du biographique. Le biographique propose une forme de vérité particulière. L’ouvrage invite par ailleurs à chercher dans le regard du biographe le rapport entre l’individuel et le collectif et à ne pas occulter la lacune constitutive du biographique.

11Soulignons cependant une déception. L’introduction situe son propos à la croisée de la critique littéraire, de la sociologie et de l’histoire. La critique littéraire domine cependant largement cet ouvrage, dont la sociologie est quasi absente. Pourtant, tout un courant sociologique fait usage du biographique, ce que soulignent les auteurs de l’introduction. Le lecteur ne peut que regretter cette absence.

Haut de page

Bibliographie

Dosse, F. 2011. Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte.

Dosse, F. 2008. Paul Ricœur. Le sens d’une vie, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Carlos Pita, « Broqua, V. & Marche, G. (dir.), L’épuisement du biographique », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2492

Haut de page

Auteur

Juan Carlos Pita

Université de Genève
Faculté de Psychologie et de Sciences de l’éducation
42, boulevard du Pont d’Arve
Uni-Mail
CH - 1211 Genève 4
Juan-Carlos.Pita@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page