Navigation – Plan du site
Lire

Plusieurs chemins de lecture vers le secret d’Alvino…

Claude Dubar, Vanilda Paiva, Le secret d’Alvino. Récits de vie d’un Indien du Brésil, Paris, Les Belles lettres, 2012
Isabelle Micaelli
Référence(s) :

Claude Dubar, Vanilda Paiva, Le secret d’Alvino. Récits de vie d’un Indien du Brésil, Paris, Les Belles lettres, 2012

Texte intégral

1Tout en s’inscrivant dans le parcours de recherche entamé depuis plusieurs années par Claude Dubar – parcours visant à expliciter le social par l’individuel – ce dernier ouvrage coécrit avec Vanilda Paiva ouvre néanmoins à de nouvelles perspectives en termes de recherche sociologique. En effet, cette enquête qui concerne un Indien du Brésil issu d’une ethnie Macuxi de l’État de Roraima au nord du Brésil, constitue – comme le précisent les auteurs eux-mêmes – une tentative pour « écrire une œuvre de sciences sociales qui puisse également se lire comme un roman » (p. 23). Au-delà de cette dimension narrative, le « récit sociologique » s’inscrit également dans une proposition très construite et structurée, visant à faire émerger l’identité narrative et réflexive du sujet. L’analyse approfondie de ce parcours singulier, réalisée avec une grande précision et une forte implication scientifique par les deux chercheurs, possède une dimension particulière dans la mesure où ce travail repose essentiellement sur la capacité à nouer l’alliance et à créer la relation avec la personne « sujet » de l’enquête. C’est pourquoi, nous pouvons parler d’une écriture à « trois mains » car les auteurs ont souhaité associer Alvino Andrade de Silva, principal protagoniste de l’histoire mais surtout « auteur » de sa propre vie, à la production des connaissances sociologiques nécessaires à leur projet de construction théorique – confortant ainsi la proposition méthodologique et épistémologique de C. Dubar consistant à considérer l’individu enquêté comme directement contributif de la production de connaissance (Demazière & Dubar 1997, Dubar 2000). Ainsi, la voix d’Alvino reste parfaitement audible tout au long du processus d’enquête. Par ailleurs, les auteurs ont l’art de partager avec leur lecteur le parcours de recherche qu’ils ont entrepris avec Alvino ; parcours clairement engagé dans un dispositif qui se distancie de la certitude pour s’engager vers la confiance, et qui privilégie l’intérêt de la « relation » : mise en relation avec le « Sujet » de l’enquête, mise en relation avec un pays et une histoire, mais également entrée en relation avec le lecteur en mobilisant l’émotion au travers du dévoilement de l’intrigue du récit de vie…

2C. Dubar et V. Paiva invitent leur lecteur à les accompagner tout au long d’une enquête minutieuse dans laquelle ils travaillent leur matériau de recherche avec un outil d’investigation proche du « couteau suisse » qui mobilise à la fois l’intuition d’un Sherlock Holmes, la finesse d’accompagnement maïeutique d’un Socrate, l’élaboration de l’intrigue ainsi qu’une mise en relief de l’émotion digne d’un écrivain classique, tout en s’attachant à conserver la rigueur de la démarche scientifique.

3L’usage de la méthode biographique exposé dans cet ouvrage a ceci d’intéressant qu’il propose d’adopter une posture particulière permettant d’élaborer un matériau mêlant les éléments de « vie » de l’individu aux « éléments de sens » et aux informations factuelles portant sur son environnement. Ce n’est pas « la vie » elle-même du sujet qui constitue le seul matériau utile de la recherche mais bien également l’ensemble des informations sur les conditions et les processus mobilisés par celui-ci dans une situation sociale et historique donnée. Et si la posture du chercheur au cours de l’entretien biographique se veut insistante sur la dimension « subjective » du récit, c’est que ce dernier cherche à provoquer un « engagement subjectif » de l’interlocuteur, un effort de sa part pour « dire son monde ». Les récits d’Alvino ont donc bien pour finalité de dire aux chercheurs comment s’est construite son identité personnelle au travers de son parcours, mais il est normal néanmoins qu’il éprouve lui-même quelques difficultés à comprendre ce qu’ « il est réellement » au moment ou il se raconte car il est toujours difficile de figer « ce que l’on est » dans une appartenance à l’un où à l’autre des mondes que l’on a traversé depuis l’enfance. Ainsi comme on peut le voir dans les verbatim organisés et présentés dans le récit à la première personne d’Alvino – récit qui nous donne à voir l’épaisseur intime du sujet – ce dernier éprouve une certaine difficulté à se définir. Tout cela rend parfaitement compte de la multiplicité des identités qu’un individu est à même de traverser tout au long de son parcours et c’est pourquoi Claude Dubar considère qu’il est préférable de parler de formes identitaires provisoires et changeantes plutôt que d’identité. Ceci étant, pour être à même de discuter d’une forme identitaire à partir du parcours « original » d’un individu, les auteurs convoquent nécessairement une dimension individuelle et personnelle du récit exprimée dans « le langage de la subjectivité, langage du cœur qui ne peut que s’ancrer dans l’expérience personnelle et son expression subjective » (Dubar, 2000, p. 216). Ce travail de recherche repose donc essentiellement sur la parole d’un individu qui tente d’articuler « une certaine unité synchronique » et « une certaine continuité diachronique » pour exprimer ce qui constitue l’essentiel de sa « forme identitaire » actuelle.

4Par ailleurs, même si l’angle de la subjectivité est bien une nécessité dans cette recherche qui a pour objet le parcours d’identité de l’individu, l’analyse des trois récits d’Alvino est quant à elle ancrée dans une modalité très rationnelle et systématique (selon une approche déjà présentée en détail dans l’ouvrage coécrit avec Didier Demazière en 1997) qui consiste à « mettre à nu » la structure du discours, c’est-à-dire à faire émerger la logique argumentaire ainsi que l’organisation interne constituée d’ordres catégoriels et d’univers de croyances de celui-ci. La méthode retenue ainsi que l’hypothèse sous-jacente de cette analyse qui consiste à penser que l’on peut trouver des homologies structurales dans l’organisation des relations structurant les trois niveaux (séquences, actants, arguments) de description d’un récit, est explicitée par les auteurs au fil du propos. Ainsi les séquences qui sont un peu la façon dont l’histoire avance vers son dénouement, les actants ou personnages (ou encore éléments agissant) qui figurent ce qui agit tout au long de l’histoire et enfin, les arguments qui donnent à voir la logique du récit sont analysés en profondeur. En synthèse on peut dire que le récit est structuré en épisodes constitués par un ensemble de séquences qui mettent en scène des personnages (actants) pour illustrer une thèse constituée par un ensemble d’arguments issus de la structuration commune des séquences et des actants. La démarche proposée consiste à sélectionner les citations les plus structurantes en relation avec les séquences, actants et arguments du récit ; puis à en extraire les schèmes sous la forme de « tableaux » de conjonctions et de disjonctions signifiantes qui formalisent au mieux chacun des trois niveaux ; et enfin à inférer l’intrigue du récit qui unit ces trois niveaux à partir des homologies structurales existantes entre chacun des niveaux, jusqu’à accompagner le lecteur vers le point de résolution du secret d’Alvino. Cette analyse structurale minutieuse du contenu de chacun des entretiens et récits d’Alvino permet de produire un certain nombre de restitutions analytiques et synthétiques qui éclairent le « destin » et l’identité du sujet.

5Comme on peut le voir, la démarche engagée dans cet ouvrage repose sur un important travail d’interprétation et de documentation qui correspond à ce que Mintzberg qualifie de travail du détective (Mintzberg, 1979, p. 584) et qui a pour objet d’investiguer le champ des possibles à un moment donné pour un individu donné, afin de réinterpréter le parcours de celui-ci en cherchant à quels moments ce parcours aurait pu bifurquer, se réorienter et conduire à d’autres situations, mais aussi quels sont les éléments de contexte qui permettent d’étayer l’observation du chercheur. Ce type d’approche fait appel à une visée transformatrice et modélisatrice dans la mesure où, au travers de son interprétation le chercheur travaille intensément le matériau recueilli afin d’élaborer « des conjectures » en combinant et manipulant un ensemble de « variables » et de connaissances abductives symboliques issu du cas étudié. Au-delà de la rédaction d’une monographie à visée descriptive, cette approche biographique fait appel à la capacité interprétative des chercheurs qui mobilisent leur intuition et proposent une conjecture plus générique qu’ils traduisent en un ensemble d’énoncés raisonnables, communicables, enseignables et susceptibles de générer la discussion. Comme le précise Bachelard, dans ce domaine, l’intuition seule ne suffit pas, « on ne peut arriver à l’objectivité qu’en exposant d’une manière discursive et détaillée une méthode d’investigation » (Bachelard, [1934] 1984, p. 16). C’est bien à cette exposition que les auteurs s’emploient tout au long de l’ouvrage, tout en privilégiant une modalité de restitution qui suscite la possibilité, voire engage le lecteur à entrer en relation avec le sujet de l’enquête c’est-à-dire avec la personne d’Alvino. En effet, le ou plus exactement les trois récits d’Alvino qui sont proposés « en accès direct » à la lecture permettent de créer une plus grande proximité avec « la réalité » du sujet.

6Claude Dubar nous fait accéder dans cette publication, plus encore que dans ses précédents ouvrages, à la profondeur narrative de son matériau d’enquête ouvrant ainsi une perspective motivante en termes de design de recherche. Il invite son lecteur à entreprendre un parcours de découverte, captivant, non linéaire, résolument exigeant en termes de réflexion et d’attention ; Un parcours qui s’organise en un enchevêtrement des différents matériaux sociologiques, historiques, biographiques, voire romanesque (intrigue, secret), qui sont accessibles et utilisables pour comprendre la « situation » sociologique particulière de la vie d’un Indien Macuxi au XXIe siècle.

7Ce parcours de découverte passe également par la prise de connaissance d’un ensemble de vignettes et de photographies encadrées qui ponctuent l’argumentation en posant le contexte culturel et historique dans lequel est né et a grandi Alvino. La lecture de ces « tableaux » offre un grand nombre d’éclairages sur l’histoire des Indiens du Brésil, leurs mythes, leurs rites, la nature des relations communautaires et familiales qu’ils entretiennent… et sont en quelque sorte une histoire dans l’histoire.

8À cette lecture sociohistorique vient s’ajouter l’exposé de la construction analytique des catégories de sens produites par les deux chercheurs, qui proposent à elles seules une nouvelle lecture presque symbolique et mythologique du destin singulier d’Alvino.

9L’intrication circulaire de plusieurs substrats différents, qui étape par étape, tisse un récit mi-sociologique, mi-biographique, mais aussi résolument « romanesque » dans l’art de nouer l’intrigue, offre plusieurs « chemins » de lecture. L’ouvrage peut en effet être abordé en suivant l’ordre proposé des chapitres et en respectant le modus operandi de la lecture « circulaire » proposée par les auteurs, mais son contenu peut également être « découvert » à partir d’une lecture plus subjective – à la première personne – en suivant uniquement le « Je » d’Alvino au travers de ses trois récits ; ou à partir d’une lecture sociohistorique mettant en exergue les modalités identitaires complexes et multiréférentielles d’un individu qui effectue le passage d’une socialisation communautaire à une socialisation sociétaire ; ou bien à partir de l’explication conceptuelle et argumentée des deux chercheurs qui révèle de nouvelles catégories analytiques (exprimées dans un « langage de chercheur ») en s’appuyant sur une terminologie réduite issue d’un processus de resserrement par conceptualisation fine et abstraction des éléments du récit d’Alvino ; ou encore en s’engageant dans une lecture didactique qui s’intéresse aux modalités méthodologiques de l’approche biographique ; ou bien enfin à se laisser mener, comme dans la lecture d’un roman policier, par l’intrigue et l’enquête jusqu’à l’explication finale qui lève le mystère de l’identité d’Alvino.

10Il nous semble que cette articulation composite ouvre une voie de restitution particulièrement intéressante et pertinente pour des travaux de recherche axés sur la compréhension de l’individu car elle permet d’intégrer, voire de vivre « en direct », une partie de la réalité de l’enquêté (ou faut-il dire du « personnage » ?). Au final cette modalité rend très accessible le parcours de découverte qui mène le lecteur – au travers du « maquis » des multiples configurations analytiques qui font la richesse de cet ouvrage – jusqu’au « secret » d’Alvino.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard G., [1934] 1984. Le nouvel esprit scientifique, Puf, Quadridge

Demazière D. & Dubar C. (1997). Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion, Paris, Nathan.

Dubar C., 2000. La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, Presses Universitaires de France.

Mintzberg H., 1979. « An Emerging Strategy of "Direct" Research », Administrative Science Quarterly, vol. 24, December, p. 582-589

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Micaelli, « Plusieurs chemins de lecture vers le secret d’Alvino… », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2494

Haut de page

Auteur

Isabelle Micaelli

HEC, Docteur en Sciences de Gestion
isabelle.micaelli@hec.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page