Navigation – Plan du site
Lire

Marc Bessin et Hervé Levilain, Parents après 40 ans

Paris, Autrement, 2012
Olivia Samuel
Référence(s) :

Marc Bessin et Hervé Levilain, Parents après 40 ans, Paris, Autrement, 2012.

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années un discours médiatique s’est emparé d’un objet qui jusque-là restait du ressort des spécialistes : l’âge à la maternité. Considéré sous l’angle de ses marges, le traitement médiatique qui a été fait des grossesses des femmes d’âge avancé (et des grossesses adolescentes mais celles-ci ne sont pas traitées ici), souvent caricatural et réducteur, rendait aussi compte de normes diffuses dans la société quant au « bon » âge pour avoir un enfant. L’affaiblissement des normes d’âge et le sentiment d’être jeune de plus en plus longtemps, la difficile conciliation d’une carrière parentale et d’une carrière professionnelle et, enfin, les progrès des techniques de lutte contre l’infertilité auraient été les clés de compréhension des grossesses à des âges avancés. Partant de ce constat, Marc Bessin et Hervé Levilain proposent, dans cet ouvrage grand public, une relecture de ce phénomène pour en comprendre les ressorts, la complexité et rendre compte de la pluralité des expériences sociales qui conduisent, non seulement les femmes mais les hommes — et c’est là un des apports de cet ouvrage — à devenir ou redevenir parents sur le tard.

2Les mères quarantenaires, les pères cinquantenaires sont-ils véritablement de plus en plus nombreux comme l’ont laissé entendre ces discours médiatiques ? Non, les maternités tardives représentaient 6,5 % des naissances en 1901 et 1,1 % en 1980 (p. 6). En 2010, l’Insee indique que 2 % des premières naissances sont issues de mères de 40 ans ou plus, et 4 % de l’ensemble des naissances. C’est donc une situation très marginale mais qui n’en mérite pas moins de l’attention. En particulier car si le poids relatif de cette population est faible et n’a fait que s’amenuiser avec le temps, les circonstances et les enjeux de ces naissances tardives se sont considérablement transformés. Une analyse statistique des caractéristiques de ces hommes et de ces femmes devenus parents à un âge avancé aurait été certainement utile, mais les auteurs ont fait le choix, tout aussi pertinent, d’explorer finement, à partir d’entretiens biographiques, des parcours de vie d’hommes et de femmes qui ont eu un enfant à un âge avancé. On peut toutefois formuler un regret quant à l’absence quasi complète d’informations sur le protocole de l’enquête, le nombre de personnes interviewées, les critères et les modalités de sélection de la population enquêtées. De même, il aurait été utile d’avoir une présentation synthétique permettant de situer les personnes interrogées sur le plan de leur trajectoire sociale, familiale et de leur appartenance générationnelle. Cette absence est, il est vrai, compensée par de nombreuses indications factuelles et des portraits d’enquêté-e-s introduits au cours des quatre chapitres de l’ouvrage. On y rencontre des hommes et des femmes nés dans les années 1920 à 1950, d’origine modeste, rurale ou ouvrière, et des plus dotés, bourgeoisie de province, ingénieurs, propriétaires fonciers, enseignants, etc. Si ce mode d’exposition par étude de cas ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble de la population enquêtée, cela n’enlève rien à la richesse de l’ouvrage qui réside dans la place très large place accordée aux récits des enquêtés, restitués de façon fine et détaillée, et articulés avec soin aux commentaires et analyses de portée plus générale.

3Une question centrale est de savoir à quel moment un parent est considéré comme tardif. D’emblée, le titre de l’ouvrage règle le problème « Parent après 40 ans ». Le seuil est fixé. Mais pourquoi « 40 ans » ? Les auteurs définissent la parentalité tardive comme un « processus tout à la fois temporel et biographique par lequel des hommes et des femmes sont amenés à avoir des enfants à un âge avancé, fixé par convention pour les premiers à 45 ans et, pour les secondes, à 40 ans. » (p. 10). La justification de ces bornes, qui est malheureusement rapidement évacuée dans une note de bas de page, repose sur 3 arguments : (1) sur le sentiment subjectif des individus : une majorité des personnes interrogées par l’enquête permanente sur les conditions de vie (EPCV) indique ces âges comme étant la limite souhaitable pour ne plus avoir d’enfant ; (2) pour les femmes c’est un chiffre rond symbole du seuil de la maternité tardive dans les discours médiatiques ; (3) enfin, c’est pour les femmes le seuil d’entrée dans la préménopause. Ces bornes renvoient à un ordre prescriptif et à une représentation de sens commun que les analyses mettent bien à jour mais discuter plus avant de ces seuils aurait certainement été utile, car ils cristallisent des normes sociales et des normes médicales (en particulier pour les femmes) qui ne vont pas de soi. La notion de maternité tardive pourrait d’ailleurs s’appuyer sur d’autres éléments : un critère statistique, qui conduirait à rajeunir ce seuil (80 % des naissances ont lieu chez des femmes de moins de 35 ans) ou un critère physiologique, ce qui conduirait à reculer ce seuil (l’âge médian à la ménopause est de 50 ans et l’âge médian de la stérilité se situe bien environ cinq ans avant — Léridon, 2010). La question du calendrier de ces naissances tardives est donc complexe, d’autant qu’il s’agit ici d’un double calendrier, masculin et féminin. Pour les auteurs, comprendre le processus de parentalité tardive nécessite d’intégrer la question du couple et des inégalités de genre. En particulier, le calendrier reproductif des femmes est plus resserré que celui des hommes, cette inégalité va avoir une incidence sur le rapport qu’ils entretiennent chacun à l’expérience sociale d’une naissance tardive et alimenter les arguments des négociations conjugales qui en font l’objet. Mais le rapport à la « tardivité » de la naissance n’affecte pas toujours les deux conjoints. Si la sanction de l’âge est plus précoce pour les femmes, lorsque celles-ci ont un enfant à un âge tardif, leur conjoint est plus vieux qu’elles (à de rares exceptions près), ce qui en fait également des pères tardifs. Mais inversement, lorsque les pères ont leur enfant à un âge avancé, leurs compagnes sont généralement bien plus jeunes qu’eux.

4Au-delà de l’âge précis retenu pour fixer la parentalité tardive, les auteurs soulignent que la signification de ce seuil de vieillesse procréative s’est transformée depuis les années 1960 avec la généralisation de la contraception moderne. Pour les femmes qui ont leurs enfants dans les années 1960, 40 ans est associé à la préménopause et à un risque de plus en plus faible de tomber enceinte, c’était un soulagement. Aujourd’hui, cet âge est au contraire perçu comme un seuil « fatal » au-delà duquel il sera difficile d’avoir un enfant, c’est une déception.

5Après une introduction qui situe le propos et les enjeux individuels, conjugaux et sociaux de la parentalité « tardive », l’ouvrage se compose de 4 chapitres.

6Le premier est un « Retour en arrière » qui permet aux lecteurs de replacer dans le contexte des années 1960, les naissances « tardives ». Ces naissances ont alors lieu dans des circonstances et un contexte très différent de l’époque actuelle, marquée par une acceptation résignée de l’enfant tardif (p. 35). L’avortement est un recours envisagé encore faut-il que les femmes sachent vers qui s’adresser, comment s’y prendre, et en toute discrétion. Les auteurs distinguent deux profils dominants : celui des couples malthusiens qui ont un dernier enfant non programmé, bien après la naissance des aînés, alors qu’ils ne souhaitaient plus en avoir. Cette naissance tardive accidentelle, fréquente à une époque où la contraception moderne commençait tout juste à se diffuser, introduit une inflexion dans la trajectoire familiale, obligeant le couple, et surtout la mère, à réinvestir assidûment les tâches maternelles. L’autre profil, plus classique, se retrouve chez les couples qui d’emblée s’inscrivent dans un projet de famille nombreuse ou dans un fatalisme reproducteur, et où les naissances s’échelonnent jusqu’à un âge avancé.

7Le deuxième chapitre rappelle dans un premier temps les transformations majeures de la famille au cours des dernières décennies. Dans cette synthèse, comme bien d’autres, les transformations qui affectent la famille, le couple, l’individu sont présentées comme socialement uniformes. Mais elle s’accompagne fort heureusement d’une analyse de l’expérience des générations devenues adultes dans les années 1960-1970 ancrée dans des contextes sociaux singuliers. En particulier, les auteurs présentent des cas très suggestifs sur l’engagement militant et le féminisme de femmes issues de milieux populaires et de leurs effets sur le report de l’âge d’entrée en parentalité. L’expérience de la jeunesse dans les années 1960-1970, l’exploration de nouveaux horizons possibles, en particulier pour les femmes, conduit une partie d’entre elles à placer au second plan l’engagement familial; elles commencent à ressentir une envie de faire famille — avoir un enfant —, au moment même où cette possibilité (physiologique) semble s’éloigner.

8Les changements familiaux s’accompagnent d’un changement des calendriers conjugaux et reproductifs et modifient la signification des naissances tardives. Si dans les années 1960 celles-ci s’inscrivaient dans une « logique de répétition », des naissances dans les familles nombreuses (mais parfois aussi de recommencement involontaire) marquée par l’acceptation résignée d’enfants pas toujours désirés, dans les décennies qui suivent deux autres logiques prennent le pas : une « logique de refondation » liée à la dynamique des recompositions familiales et une « logique d’ajournement » propre aux couples — bien mal nommés —, hypermalthusiens. Dans ces configurations, ces naissances tardives ne sont plus seulement des petits frères ou sœurs, mais des enfants aînés, et donc souvent uniques du couple ; ce sont aussi des enfants plus souvent désirés et attendus.

9Le troisième chapitre aborde la question des épreuves individuelles et des dilemmes conjugaux face à l’enfant qui ne vient pas ou qui vient alors qu’on ne l’attend plus. Plus que par le passé, la naissance des enfants s’incarne dans un projet conjugal. « L’engendrement par projet » (p. 80), permis par une contraception très efficace et qui conduit les couples à sortir de la contraception pour avoir un enfant (et non plus seulement à entrer dans celle-ci pour ne plus en avoir) impose ses exigences, et notamment un travail sur soi et ses propres expériences et aspirations, ainsi qu’une coordination conjugale (p. 81). Celle-ci doit faire avec un calendrier reproductif masculin et féminin désynchronisé, des investissements professionnels et familiaux inégaux et une expérience familiale passée parfois déjà bien remplie pour l’un des conjoints. Ces circonstances peuvent dans quelques cas conduire à une épreuve de force conjugale (p. 101), mais généralement c’est un travail de négociation et de conviction, mené plus souvent par la femme qui s’attelle à convertir son conjoint à l’idée de (re)devenir parent. La question de l’âge pour les femmes et l’échéance de l’infertilité qui se rapproche plus vite que pour les hommes est l’un élément clé de ces négociations.

10Le dernier chapitre met à jour les expériences très variées de la parenté tardive et, pour certain-e-s, de cette conversion à faire famille après une période plus ou moins longue de refus ou de désintérêt. L’investissement éducatif des mères et surtout des pères est particulièrement prononcé, voire démultiplié par rapport à ce qui a été consacré aux autres enfants qu’ils ont eus plus jeunes. Cette expérience conduit les parents à construire un rapport complexe à leur âge : prendre acte qu’ils ne sont plus jeunes et que leurs capacités physiques deviennent limitées (fatigue, usure) et travailler à rester jeunes pour ne pas être de « vieux parents » et être capable de répondre aux attentes de leurs enfants.

11La dimension temporelle est au centre de la question traitée par l’ouvrage. Non seulement parce que l’âge est en soi un temps qui s’écoule avec ses effets sur la capacité reproductive de chacun, mais également car ce qui est en jeu c’est l’articulation de plusieurs dimensions temporelles (sociales, conjugales, professionnelles, physiologiques) et les temporalités normatives qui leur sont associées, et enfin parce qu’avoir un enfant découle d’un processus nécessairement étalé dans le temps, incluant un temps d’élaboration d’un projet parental, de mise en accord des conjoints, de conception d’un fœtus et enfin de la grossesse. Ce processus n’est certes pas propre aux couples qui donnent naissance à un enfant après que la plupart des couples ont eu les leurs, mais l’ouvrage montre avec finesse que ces étapes sont plus sinueuses et plus éprouvantes chez ces couples-là.

Haut de page

Bibliographie

Léridon H., « L’espèce humaine a-t-elle un problème de fertilité ? », Population et sociétés, n° 471, 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Samuel, « Marc Bessin et Hervé Levilain, Parents après 40 ans », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2496

Haut de page

Auteur

Olivia Samuel

Printemps UMR 8085, UVSQ
Olivia.samuel@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page