Navigation – Plan du site
Lire

Romain Lecler, Sociologie de la mondialisation

Paris, La Découverte, Repères, 2013
Claude Dubar
Référence(s) :

Romain Lecler, Sociologie de la mondialisation, Paris, La Découverte, Repères, 2013

Texte intégral

1Présenter, en 128 pages, une sociologie de la mondialisation, ancrée dans l’histoire, adossée à l’économie et impliquant des approches géographiques et des thèses anthropologiques n’était pas chose facile. Romain Lecler l’a fait, de manière experte et synthétique, dans ce « Repères » qui fait le point sur les grandes théories, apporte des connaissances empiriques utiles et ouvre des pistes de réflexion intéressantes.

2Le contenu se présente sous la forme de cinq chapitres abordant successivement 1/ l’histoire et les usages de la notion controversée de mondialisation 2/ ce qui est appelé les temporalités de ce phénomène qui peut être lu, à la fois, comme un processus de longue durée d’expansion du capitalisme, une histoire compliquée de circulations de biens, de personnes et d’idées ainsi qu’une « rupture historique » récente, imposant une nouvelle « temporalité de l’instant » (nous y reviendrons) 3/ un ensemble de représentations spatiales concernant les flux, les réseaux, le local et les « villes mondiales » 4/ des mobilités multiples concernant une élite déterritorialisée mais aussi des « transmigrants par le haut » (entrepreneurs) ou « par le bas » (réfugiés etc.) 5/ des circulations culturelles construisant une « culture politique mondiale », à la fois par domination d’un impérialisme centralisé et par hybridation de contenus culturels localisés.

3On le voit : le projet est ambitieux et l’ensemble est un peu hétéroclite, même si quelques thèses générales émergent de cette accumulation. Une certaine unité est assurée par trois grandes théories initiales des trois auteurs les plus cités dans les « index de citations anglo-saxons » (cf. p. 17) : Manuel Castells, Anthony Giddens et David Harvey. Le Catalan Manuel Castells définit une « nouvelle économie “informationnelle”, globale et réticulaire » comme une mutation de la production, passant d’un régime fordiste à un régime flexible et à la diffusion d’un modèle d’entreprise en réseau, générant une société du même nom (p. 48-51). Le Britannique Antony Giddens considère la mondialisation comme le prolongement du processus de modernisation entamé avec la révolution industrielle en Europe : la nouvelle phase de ce processus, « centré sur l’individu et non plus la collectivité » (p. 32), implique un nouveau rapport au temps et à l’espace et porte en lui des risques majeurs : crises économiques, désastres écologiques, totalitarismes etc. Quant au géographe américain David Harvey, il insiste sur « l’annihilation de l’espace par le temps » correspondant, comme Marx l’avait prévu, « au développement du capitalisme à l’échelle mondiale » et « à la dépendance mutuelle des nations » (p. 34-5). À ces trois auteurs, il faut ajouter deux autres noms faisant l’objet de présentation d’ensemble : Immanuel Wallerstein, théoricien, après Fernand Braudel, des « systèmes-monde » structurés par les relations « entre cœur, périphérie et semi-périphérie » (p. 33-4) et Pierre Bourdieu et sa théorie des champs impliquant, dans les échanges internationaux, des importations et exportations d’œuvres, textes et doctrines locales en concurrence et en conflit autour de « l’imposition d’un principe dominant » et de la « légitimation de savoirs d’État » (p. 94-8).

4Parmi les données utiles, synthétisées par ce « manuel », celles concernant le réseau des villes mondiales et de leur hiérarchie en matière de trafic de passagers ou de circulation de flux monétaire sont pleines d’intérêts. Quatre villes se détachent : Londres, New-York, Paris et Francfort, suivies de près par Tokyo et Hong-Kong, puis par Singapour, Amsterdam et Zurich… Si l’on ajoute le critère du nombre de sièges sociaux d’entreprises multinationales ou d’ONG, il ressort clairement que « Londres et New-York apparaissent comme une dyade centrale » (p. 58-60). D’autres données, souvent regroupées dans des encarts, concernent les caractéristiques sociologiques des expatriés (p. 70-73) et des élites américaines (p. 75-77), les parcours des migrants, notamment philippins (p. 79) et l’évolution des inégalités mondiales de revenu et d’espérance de vie (p. 80-82). Le dernier chapitre, concernant les circulations culturelles, confronte, de manière judicieuse, les théories de l’impérialisme culturel (par le haut), et celles de l’hybridation des pratiques et identités culturelles (par le bas). La thèse de « l’américanisation invisible », notamment des médias et du cinéma, est confrontée à celle de l’extension des pratiques culturelles métissées (reggae, pop, rap, falafel, sushis, yoga etc.) pour aboutir à l’affirmation de « l’interconnexion croissante des cultures locales y compris déterritorialisées » (thèse de l’anthropologue Ulf Hannerz, citée p. 93).

5Je voudrais, pour terminer, ouvrir un débat qui concerne directement la revue Temporalités et qui a déjà fait l’objet de positions diverses. Il s’agit de la thèse selon laquelle la mondialisation aurait « instauré un nouveau type de rapport au temps » qualifié par l’auteur de « temps intemporel, virtuel, éternel et éphémère » (p. 45) ou encore de « temporalité de l’instant » et signifiant un « acquiescement total au présent » (p. 46). Cette thèse du « présentisme », défendue par plusieurs auteurs (et notamment par Hartog, 2003), doit être prise avec recul et prudence. Autant il est incontestable que l’immédiateté des échanges informatiques de données à l’échelle mondiale transforme le rapport au temps de nos contemporains, autant l’accélération des réformes, notamment « libérales », perturbe l’action publique, les cultures professionnelles et les rapports à la politique, autant il est problématique de parler de « temps intemporel » ou de « dictature de l’instant ». De quoi parlent, en effet, les sciences sociales à travers le mot de « temporalités » ? Des usages du temps, des rapports au temps, des différences entre les temps de travail rémunéré, de travail domestique — ou autre — non rémunéré, de « temps à soi » et de temps pour autrui… bref, des modalités temporelles de la vie sociale et personnelle. Si les rapports au passé, au présent et au futur sont bien imbriqués dans ces temporalités, le « pur instant », en tant que métaphore d’un présent déconnecté du souvenir passé et du futur anticipé, ne signifie pas intemporalité ni, encore moins éternité, mais forme socio-historique de temporalité liée à une immersion dans l’action, tendue vers la réalisation « immédiate » c’est à dire urgente, rapide, accélérée, d’une action. Seule l’analyse empirique et méthodique de ces actions peut permette d’expliquer et de comprendre ces « nouvelles » temporalités.

6Cette position, selon laquelle l’action individuelle et collective (au sens wébérien de Soziale Handeln) est créatrice de temporalités, devrait permette d’éclairer le fait que la mondialisation — et ses échanges instantanés à distance — transforme la configuration antérieure des temporalités sociales. La pression au rendement « immédiat » du travail, l’accélération des réformes publiques, l’émergence de nouveaux types d’action collective, la domination éventuelle de la vitesse, la difficulté de mobiliser sur des projets d’avenir etc. caractérisent ce nouveau rapport au temps, complexe et multiforme, lié à la mondialisation en cours. Il est trop simple de le réduire à une polarisation sur le présent des processus temporels. Il est confus de l’associer à une intemporalité comme dictature de l’immédiateté. Il est nécessaire, comme l’ouvrage le préconise d’ailleurs en conclusion de « rapprocher les deux termes apparemment inconciliables des grandes oppositions » (p. 107) comme crise et mutation, risque et opportunité, aliénation et émancipation et surtout de « mobiliser l’ensemble des acquis des sciences sociales notamment méthodologiques » (p. 108). C’est ce qu’il faut s’efforcer de faire lorsqu’on aborde la dynamique des temporalités dans un contexte de mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

Hartog F., 2003. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar, « Romain Lecler, Sociologie de la mondialisation », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2497

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Printemps-UMR 8085, UVSQ
claude.dubar@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page